Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Mobilisations contre la requalification de la 125e Rue

p. 193-215


Texte intégral

1Le 30 avril 2008, une centaine de manifestants sont évacués du conseil municipal de New York. La raison de leur mécontentement est le vote prévu ce jour-là du projet de requalification de la 125e Rue, l’artère principale de Harlem. Le conseil municipal se poursuit en la seule présence des forces de l’ordre et de journalistes, et, malgré l’opposition dont ils viennent d’être témoins, les élus approuvent le projet à une très vaste majorité. Seuls deux conseillers municipaux sur 48 votent contre, Charles Barron de Brooklyn, et Tony Avella du Queens. La colère est telle qu’Inez Dickens, la conseillère municipale représentant Central Harlem, craignant la vindicte des manifestants, quitte la mairie par une porte dérobée escortée par des gardes. Depuis plusieurs mois, des associations, soutenues par une partie des habitants, s’insurgeaient contre ce projet.

2Le projet municipal de requalification de la 125Rue – destiné à favoriser le développement économique au détriment, selon les opposants, de l’identité du quartier – a catalysé des luttes de pouvoir. Tandis que la municipalité voyait le projet de requalification, et l’attraction d’investisseurs privés qui l’accompagnerait, comme le moyen de « sauver » le quartier, une partie des habitants craignaient que la gentrification ne les déplace et qu’elle continue de détériorer la culture locale ainsi que la communauté à laquelle ils avaient le sentiment d’appartenir. Charles Bagli, journaliste au New York Times, résumait la nature conflictuelle de cette restructuration en ces termes :

La 125e Rue est une artère majeure où emménagent de plus en plus d’enseignes nationales. Et la requalification accélérerait la gentrification, ce qui pose une question d’équité. Certains commerces ont servi la communauté dans les bons et les mauvais temps et pourquoi donc devraient-ils partir maintenant ? Beaucoup de commerçants ont peur d’être déplacés1.

3Le réinvestissement de Harlem par les acteurs privés, nous l’avons vu, a bénéficié d’un très solide soutien de la part des pouvoirs publics, tout comme l’illustre ce projet dont l’objectif était de donner une dimension régionale à cette célèbre avenue.

4Il est important de souligner que, dans ce cas, l’action publique n’a pas résulté de l’initiative d’investisseurs privés mais bien d’une volonté propre de reconquête, comme l’a confirmé Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York (City Planning) :

Pour la 125Rue, quelques promoteurs étaient intéressés mais il n’y avait pas vraiment de pression et c’est la mairie qui voulait vraiment redévelopper la 125Rue2.

5Cet exemple nous permet donc, d’une part, d’analyser les rapports de force et les intérêts sous-jacents qui permettent à la ville de New York de requalifier la 125e Rue et, d’autre part, d’examiner les tensions et les mobilisations parmi la population locale. Mais avant d’examiner attentivement les objets et les formes de la contestation, ainsi que le rôle crucial des élus dans l’issue de ce conflit, revenons sur le territoire concerné.

La 125e Rue : « la rue la plus célèbre du quartier le plus célèbre »

La rue n’est peut-être pas très intéressante aujourd’hui, disent les gens qui ont grandi à Harlem dans les années 1950 et 1960, mais, à l’époque, la 125e Rue semblait être le centre du monde.

À la librairie Moore, un avocat nommé Thurgood Marshall venait souvent parcourir les volumes d’histoire africaine-américaine, alors qu’au coin de Lenox, Malcolm X pouvait être entendu discourir tandis qu’un jeune boxeur nommé Cassius Clay, plus connu sous le nom de Muhammad Ali, écoutait attentivement dans la foule.

Plus haut, Aretha Franklin et Stevie Wonder se produisaient régulièrement à l’Apollo, et Fidel Castro était hébergé à l’Hotel Theresa où il avait déjeuné avec Nikita Krouchtchev. Et les magasins Blumstein’s n’étaient peut-être pas Macy’s, mais ils avaient des mannequins noirs, et à Noël, un père Noël noir (Williams 2008a).

6Pour quiconque visite, vit, travaille ou traverse Harlem, la 125e Rue est incontournable. Cette large rue pouvant accueillir une circulation en double sens était encore, il y a peu, bordée d’immeubles de petite taille, en général de deux à cinq étages. À cet égard, elle était bien différente des autres artères commerciales de Manhattan, très denses et où la verticalité domine. Plusieurs immeubles bien plus hauts ont, depuis la requalification, fait irruption dans le paysage. Cinq lignes de métro, de nombreuses lignes de bus, des interconnexions au réseau routier de Manhattan et un train régional desservent Harlem par le biais de la 125e Rue, assurant ainsi son intégration métropolitaine et régionale.

7Unique passage pour traverser le quartier d’est en ouest sans détour, la 125e Rue est un pôle économique local majeur. De nombreux commerces longent cette artère ainsi qu’une multitude de vendeurs de rue. L’activité économique a entamé sa transformation depuis la fin des années 2000, ce qui a progressivement fait disparaître les épiceries locales et les 99 Cents Stores (bazars bon marché) en voie de disparition, face aux boutiques de grandes chaînes et aux nombreuses banques.

8Incontournable à Harlem aussi bien que dans la culture noire américaine, l’Apollo Theater accueille depuis 1913 des artistes quasi exclusivement noirs, et un public composé de nombreux touristes. D’autres institutions culturelles sont localisées dans la même rue, comme le Studio Museum in Harlem, fondé en 1968 et installé dans son lieu actuel en 1982. Des lieux historiques comme l’Hotel Theresa sont aussi des symboles importants. Toutefois, la plupart des clubs de jazz et des lieux mythiques qui ont fait sa renommée ont fermé, tandis que la municipalité a ouvertement affiché le souhait de densifier la présence de lieux de divertissement. Le triste exemple du Lenox Lounge, ouvert en 1938, en témoigne. Situé sur Lenox Avenue, non loin de la 125e Rue, des artistes légendaires comme Billie Holiday, John Coltrane ou Miles Davis y ont joué, applaudis par des spectateurs non moins célèbres comme James Baldwin, Langston Hughes ou Malcolm X. Le club a fermé en 2012 en raison d’un loyer trop élevé. En 2019, un immeuble assez laid a remplacé l’édifice pittoresque et iconique, détruit deux ans plus tôt.

9Puis Harlem fut le théâtre de visites et de discours importants, comme ceux de Martin Luther King Jr. ou de Malcolm X. Épicentre de l’activisme noir, Harlem, et en particulier la 125e Rue, a été le lieu des boycotts de 1934 –  qui reprenaient notamment le slogan « n’achetez pas là où vous ne pouvez pas travailler » –, de certaines des émeutes qui ont suivi l’assassinat de Martin Luther King en 1968 ou encore de la «  Million Youth March » en 1998.

10Enfin, la 125e Rue abrite de nombreuses institutions, administrations et services publics, dont l’emblématique Adam Clayton Powell Jr. State Office Building, qui est aussi le lieu de plusieurs permanences d’élus. La rue est en outre le théâtre de presque toutes les manifestations citoyennes et politiques, à l’instar de l’initiative de chaîne humaine le long de la rue en avril 2008 pour protester contre sa requalification, de la manifestation organisée un mois plus tôt en soutien de Mumia Abu-Jamal, célèbre prisonnier politique noir, détenu dans le couloir de la mort depuis plus de trente ans, ou encore des rassemblements spontanés devant l’Apollo à la suite des décès de Michael Jackson (juin 2009) et de Whitney Houston (février 2012). Plus récemment, de nombreuses marches pour l’égalité raciale ont eu lieu sur la 125e Rue. Ainsi, en 2015, quelques dizaines de personnes se sont rassemblées en réponse au massacre de neuf personnes noires dans une église de Charleston. Le 30 mai 2020, c’est sur cette même rue qu’ont été invitées à se rassembler et à défiler les personnes demandant justice après le meurtre de George Floyd par un policier à Minneapolis et, dans les jours qui suivaient, pour réclamer le désinvestissement de la police de New York (NYPD). En août 2020, une fresque géante en soutien au mouvement Black Lives Matter a été peinte sur le sol du boulevard Adam Clayton Powell, de part et d’autre de la 125e Rue. Pour autant, les manifestations d’aujourd’hui sont bien loin de rassembler autant de foules qu’avant. Harlem n’est plus l’épicentre de l’activisme noir. Ce n’est pas dans ses rues que le mouvement Black Lives Matter a prospéré, et les actions menées par l’organisation NAN (National Action Network) du révérend Al Sharpton, par exemple, trouvent peu d’écho auprès des jeunes générations.

11Reste que Harlem occupe une place centrale dans l’imaginaire collectif des Africains-Américains. C’est en partie grâce à la 125e Rue qui, par conséquent, constitue un enjeu symbolique dans le contexte conflictuel de gentrification.

Les vendeurs africains

12La municipalité avait depuis longtemps fait de cette rue un enjeu, comme en attestent les actions policières et les initiatives économiques prises en 1994. En effet, la gentrification de Harlem résulte d’une politique municipale volontariste dont le préalable consistait à rendre le quartier plus « rassurant » pour les nouveaux venus – essentiellement par un recours massif aux services de la police. Il fallait aussi signaler aux investisseurs que la ville les aiderait à s’installer et serait attentive à leurs demandes.

13C’est dans ce contexte – alors que Harlem allait être désigné empowerment zone – que Rudy Giuliani entreprend de « nettoyer » Harlem et d’en faire un lieu « sûr pour le grand capital » (Kelley 2007). Selon lui, pour que des magasins de grandes chaînes s’installent, il fallait leur offrir, ainsi qu’à leur clientèle, un climat propice au commerce, et réduire les risques de vols et d’agressions. Dans les années 1980, les risques de se faire agresser à la sortie d’un magasin ou d’être dévalisé étaient grands, tant pour les clients que pour les commerçants. Cependant, ces derniers pensaient rencontrer un autre problème : celui de la concurrence de vendeur de rues. Ils étaient très nombreux le long de la 125e Rue quand Giuliani a ordonné leur dispersion et leur déplacement.

14Ceux qui occupaient ces trottoirs étaient certes en conflit depuis des années avec les commerçants établis, mais ils contribuaient aussi à donner au quartier son cachet, une empreinte culturelle. Moctar Yara, vendeur sur la 125e Rue en 1994 en témoigne :

Il y avait beaucoup de vendeurs de rue à l’époque. Africains, Jamaïcains, Africains-Américains. On vendait des CD, des vêtements, de la nourriture, des objets d’art, tout ce que tu peux imaginer. Mais les propriétaires des magasins voulaient qu’on parte. Ils disaient qu’on bloquait l’entrée de leurs magasins et qu’on leur volait leurs clients. Ce n’était pas vrai. […] Mais en 1994, le maire Giuliani a dit qu’il voulait nettoyer Harlem, et il a commencé par nous. Il a dit qu’on devait aller dans un marché sur la 116e Rue (cf. Marberry & Cunningham 2003 : 124-125).

15Les maires Koch et Dinkins, avaient déjà tenté plusieurs fois de déloger les vendeurs de rue depuis les années 1970, rencontrant chaque fois leur opposition et résistance. John L. Jackson Jr. raconte que, en 1992, une manifestation de vendeurs de rue effraya tellement les commerçants qu’ils n’ouvrirent pas leurs boutiques le lendemain, par peur des représailles et du vandalisme. Les associations locales de commerçants étaient inquiètes de la concurrence supposée de ces vendeurs et se plaignaient qu’ils encombraient les trottoirs. À cela s’ajoutaient des tensions d’ordre racial entre les propriétaires de magasins, Blancs, et les vendeurs, Noirs. Cette situation conduisit à plusieurs incidents, dont le drame du Freddy’s Fashion Store. En 1995, Roland Smith Jr., un ancien vendeur de rue et locataire occasionnel de stands dans le centre commercial Mart 125, accusait cette boutique dont le propriétaire était juif, de ne pas embaucher de Noirs. Il avait déjà été aperçu à plusieurs manifestations locales dans les semaines précédentes. Ce jour-là, il est entré dans la boutique, a demandé aux Noirs présents de sortir et a tiré sur quatre personnes dont le manager juif et blanc. Il a incendié le magasin et s’est tiré une balle. Au total, huit personnes sont mortes. Mais, selon le New York Times, « les manifestations que tenait M. Smith devant le magasin Freddy’s Fashion [prenaient] racine dans une autre querelle : la brûlante guerre de territoire sur la 125e Rue entre les propriétaires de boutiques et les vendeurs illégaux » (Belluck 1995).

16En effet, un effort collectif de la municipalité, des commerçants à travers le Business Improvement District et des conseils de quartier (Community Boards) prépara le déplacement forcé des vendeurs de rue dont le coup fatal fut porté par la désignation de Harlem comme empowerment zone (zone franche permettant aux entreprises de recevoir des subventions publiques et des abattements) en 1994.

17C’est dans ce contexte que, le 17 octobre, le maire Giuliani envoya la police expulser de façon spectaculaire les vendeurs de la 125e Rue. Plusieurs centaines de policiers, en tenue de combat, envahirent la rue. Moctar se souvient :

J’ai regardé à travers ma fenêtre et j’ai vu des centaines de policiers.
De la 125e Rue entre Lenox et la 7e Avenue jusqu’à la 126e Rue, tout était plein de voitures de police, de chevaux et de chiens. Je n’avais jamais vu autant de police de toute ma vie. Ils portaient leurs masques et matraques pour les émeutes. J’ai pensé « mon Dieu ça va être la guerre ».

La police a attendu toute la nuit pour voir qui essaierait de venir installer son stand, mais personne n’est venu. Toute la communauté africaine a commencé à se téléphoner. […] On avait tellement peur. Personne n’est sorti pendant des semaines, des semaines avec tellement de police et pas de commerce (cf. Marberry & Cunningham 2003 : 124-125).

18Les vendeurs ont alors été déplacés dans un marché construit pour eux sur la 116e Rue – dans une alliance avec une mosquée voisine – et destiné à faciliter les achats des touristes alors même que de nombreux habitants de Harlem achetaient des produits sur leur passage. Étant un peu excentrés, beaucoup de marchands ont rencontré des difficultés économiques. Le marché de la 116e Rue sert désormais principalement les cars de touristes qui plusieurs fois par jour s’y arrêtent. Mais les revenus ne sont pas aussi intéressants que sur la 125e Rue (Kingson Bloom 1995 ; Jackson Jr. 2001 : 45-46). Toutefois, certains y trouvent une forme de respectabilité et ne subissent plus le harcèlement ou les saisies de la police. C’est encore Moctar qui fait le bilan plus que mitigé de cette opération :

Certains marchands sont partis à Chicago ou Detroit, d’autres à Brooklyn, et d’autres ont juste laissé tomber et trouvé un autre travail. Mais beaucoup de magasins ont fait faillite aussi. Quand les vendeurs de rue sont partis de la 125e Rue, les clients se demandaient ce qui s’était passé et passaient leur chemin (cf. Marberry & Cunningham 2003 : 124-125).

19Au cours de son enquête, John L. Jackson Jr. rapporte que les habitants étaient divisés sur le sujet. Tandis que certains pressentaient que l’objectif était de préparer la gentrification à venir, d’autres appréciaient le désengorgement des trottoirs (Jackson Jr. 2001 : 45-46).

20En effet, à la suite de cet épisode, les vendeurs avaient déserté la 125Rue, mais les clients aussi ! Et les mêmes groupes qui avaient fait pression pour déplacer les vendeurs s’agitaient maintenant à rattraper les clients. À tel point que le maire lui-même, en décembre 1995, un an après l’éviction des vendeurs, quelques jours après le drame du Freddy’s Fashion Store, et toujours en surfant sur les tensions raciales, demandait à tous les New-Yorkais, de toutes les races, d’aller effectuer leurs achats de Noël sur la 125e Rue, en particulier dans les boutiques détenues par des Blancs parce qu’ils étaient victimes d’une campagne de boycott (Barron 1995).

21Finalement, le marché de la 116Rue existe toujours mais compte de nombreux emplacements vides, surtout l’hiver, et est principalement fréquenté par des touristes tandis que certains vendeurs sont revenus sur la 125e Rue (toutefois pas dans les mêmes proportions). Leur présence est contrôlée et ils ont besoin de permis pour s’installer et pour faire du commerce sur ces trottoirs. Plus que jamais, ces marchands font partie du paysage de Harlem, des institutions vivantes, symboles de cette immigration africaine très forte.

22Ces vendeurs ont incarné la transition que le quartier connaissait. Comme le note une résidente blanche de Manhattan :

Je crois qu’on a réalisé que Harlem serait gentrifié quand Giuliani a annoncé son raid contre les vendeurs de rue. […] À partir de ce moment, on a su qu’ils voulaient le quartier et ils endommageaient une partie de la culture pour ça3.

La règle urbaine, un instrument politique

23Le zonage se pratique au cas par cas, un quartier à la fois. Il réglemente le type d’usage permis (résidentiel, commercial, industriel, mixte), la hauteur des constructions, la distance par rapport à la route (pour contrôler l’ensoleillement), la largeur des trottoirs, le volume des bâtiments, etc. L’objectif est d’assurer la compatibilité des différents usages et la cohérence du paysage urbain. Lorsque ces règles sont modifiées et les usages transformés, à l’instar de la 125e Rue ou de la zone d’expansion de l’université Columbia, on parle de requalification. Si un promoteur veut construire un projet dans le cadre de ces règles, il n’a pas besoin d’autorisation spéciale. En revanche, s’il désire développer un projet en dehors de cette réglementation en vigueur, il doit passer par une procédure de consultation publique menée par le département d’urbanisme – appelé  City Planning  (DCP) à New York – et qui portera, ou non, un amendement au zonage du quartier en question.

24La planification urbaine a, depuis longtemps, constitué un instrument essentiel du développement économique, mais l’administration Bloomberg l’a utilisée d’une manière inédite. En décembre 2011, dix ans après son arrivée au poste de maire, la ville avait requalifié 144 quartiers, soit pour contenir le développement et minimiser les densités (downzoning), soit, au contraire, pour favoriser un usage du sol plus intensif et augmenter les densités (upzoning).

25De l’aveu même de la directrice des projets spéciaux de City Planning, Cecilia Kushner, Bloomberg a utilisé cet outil pour « créer des changements rapides, encourager l’énergie et le dynamisme pour rester compétitif sur la scène globale et garder une image mythique dans le monde. Le but du zonage est d’encourager le développement et de le réguler, le but est d’être souple et non pas d’empêcher la construction4 ». Mais cet interventionnisme dans le développement de la ville n’est pas si commun puisque, comme le rappelle le politologue Bruce Berg :

Comme la plupart des villes américaines, la ville de New York n’a jamais tenté de mettre en place un plan cohérent d’usage des sols. Ce type de décisions est pris principalement par le marché immobilier et les promoteurs privés. Le système politique, à travers l’usage de la planification et du zonage, joue plus un rôle réactif [...] (Berg 2007 : 24).

26Sous Bloomberg, les activités commerciales ont été privilégiées, ainsi que le développement de logements de luxe pour accommoder les élites des milieux d’affaires désirant résider à Manhattan. Dans ce contexte, Harlem a connu plusieurs requalifications au cours des deux dernières décennies, les plus polémiques étant celles de la 125e Rue et de Manhattanville pour accommoder l’université Columbia. Le degré de conflictualité et de controverse de ces projets est en partie lié à leur ampleur – des requalifications de plus petite taille ne sont, en général, pas si polémiques – mais il est, surtout, dû au contexte de gentrification.

Le projet de requalification de la 125e Rue

27En décembre 2003, le DCP lance son projet de requalification de la 125e Rue intitulé « River-to-River », en référence au fleuve et au détroit qui limitent cette artère de part et d’autre : l’Hudson River et l’East River.

28Le but du projet est de créer un cadre de développement qui réponde aux transformations les plus récentes et qui anticipe celles à venir. Edwin Marshall, responsable du projet au département de City Planning, explique :

[Il s’agissait d’]aider la 125e Rue à devenir une rue commerçante majeure avec des activités culturelles et de divertissement [...] afin d’augmenter le nombre de touristes et de revivifier sa grandeur culturelle5.

29Quelques années plus tard, il ajoute :

[...] Le premier objectif de la ville était de créer de la mixité sociale dans le logement. En second lieu, nous voulions réintroduire du commerce de détail en rez-de-chaussée pour créer du trafic piétonnier. Il y a toujours beaucoup de lieux vacants mais ça va mieux. Le troisième objectif était le tourisme6.

30Pour cela, le DCP devait modifier les usages, les activités, mais également la taille et le volume des bâtiments autorisés. Une meilleure cohérence architecturale devait favoriser la circulation piétonne sur la 125e Rue, et donc l’activité économique. Certaines structures comme les banques, les hôtels, les habitations ou les bureaux seraient proscrites au rez-de-chaussée et circonscrites aux étages supérieurs. Seules leurs entrées et leurs halls donneraient sur la rue. La nouvelle réglementation prévoyait aussi de modifier les usages en matière d’enseignes lumineuses, de circulation routière et de stationnement. Une série de dispositifs devait inciter les promoteurs à construire plus de logements à loyer abordable (inclusionary housing). Un autre axe important de la requalification avait pour ambition de promouvoir (et « protéger ») des activités culturelles. Ainsi, les projets dont la surface excédait 5 500 m2 devaient, selon ce plan, réserver au moins 5 % de celle-ci à des activités culturelles (librairies, musées, galeries, magasins de disques, studios, théâtres…). Des bonus à la construction supplémentaires furent prévus pour des activités culturelles associatives.

31Au total, la requalification devait conduire à la construction de 200 000 m2 d’espaces commerciaux supplémentaires, dont 8 000 m2 réservés à des activités culturelles et artistiques, de 2 500 appartements dont 2 000 seraient des logements de luxe, et à la création de 8 500 emplois. La hauteur des immeubles, dont le plus haut s’élevait alors à 60 mètres (Hotel Theresa), pourrait désormais atteindre 90 mètres de haut (soit 19 étages) – des exceptions étant possibles notamment à Park Avenue, qui avait acquis une exemption alors qu’un immeuble de 100 mètres de hauteur était à l’étude. Ce point de réglementation est d’ailleurs l’un de ceux qui furent le plus contesté, car il changeait profondément le caractère visuel de la rue.

32Enfin, sur la question très polémique des déplacements de population, les documents publiés par le DCP assuraient qu’il n’y aurait aucun déplacement résidentiel direct – autrement dit aucune expulsion. Cependant, 500 personnes (190 appartements) seraient exposées au risque de déplacement secondaire, c’est-à-dire un déplacement lié à la hausse des loyers et de la valeur du quartier. Mais le rapport soulignait que ce nombre était très faible rapporté à la population totale de la zone concernée, et que cela « ne modifierait pas le caractère du quartier compte tenu du fait que la majorité de la population vit dans des appartements protégés » (Department of City Planning 2008). De plus, ce petit nombre n’altérerait pas les tendances préexistantes : l’essentiel des appartements non protégés avaient déjà été dérégulés au début des années 2000. En résumé, les déplacements secondaires ne seraient pas nombreux car les habitants vulnérables avaient déjà quitté le quartier. Par ailleurs, ces déplacements devaient être compensés par la création de 498 appartements à loyer abordable (pour des ménages aux ressources plafonnées). Il ne s’agissait pas de solutions de relogement pour les déplacés mais bien de nouveaux logements.

33En revanche, le rapport annonçait le risque de déplacement direct pour 71 commerces et 975 employés. Les commerces affectés étaient principalement des salons de coiffure (loués par des Africains en général), des boutiques de vêtements, de produits de beauté, des restaurants ou encore des épiceries.

34Selon le rapport, ce n’était pas si grave dans la mesure où « aucun de ces commerces considéré individuellement ne représent[ait] un élément constitutif de l’identité du quartier », et que par ailleurs tous les services et biens proposés étaient largement disponibles à New York et dans la région. On pouvait également y lire que les commerces concernés par les déplacements n’avaient « pas une valeur économique substantielle pour la ville ou la région » (ibid.). C’est peu dire que ces remarques furent perçues comme un manque de respect vis-à-vis de ces commerçants qui avaient établi leur affaire dans des temps où personne ne voulait investir dans le quartier et qui, désormais, couraient le risque de fermeture définitive, ou de faillite en cas de déplacement. De toute façon, pour certains, cette fameuse identité était déjà perdue :

La majorité des 99 Cents Stores ont disparu. La laverie automatique du coin de la rue a disparu. Les bodegas ont disparu. Il y a des grandes épiceries maintenant. Ce qu’on pouvait acheter pour 1 dollar avant en coûte maintenant 3. […] C’est un tout autre monde (Williams 2008b).

35Entre 2004 et 2006, plusieurs rencontres sont organisées pour élaborer le projet qui concernait 24 blocs compris entre Broadway à l’ouest, et la 2e Avenue à l’est, et entre la 124e Rue au sud et la 126e Rue au nord. L’étude de projet et son élaboration avaient été menées par le DCP, en collaboration avec l’agence de développement économique de New York (EDC), le département de préservation et de développement de l’habitat (HPD), le département des affaires culturelles (DCA), le département des transports (DOT) et le département des petites entreprises (SBS). Cette équipe municipale s’est appuyée sur un comité consultatif composé d’une centaine d’acteurs locaux, des élus aux commerçants, en passant par des pasteurs, des leaders communautaires, des conseils de quartier, des universités ou encore des associations. Cette série de rencontres a précédé le cycle formel de consultation publique Ulurp (Uniform Land Use Review Procedure – procédure de consultation publique nécessaire pour amender le plan de zonage). La certification du projet par le DCP le 1er octobre 2007 a initié le processus de consultation publique légal (comme dans le cas de Columbia) et a impliqué plus largement les habitants et les associations, notamment ceux opposés au projet. En effet, avant cette date, des réunions de travail et des discussions pour élaborer le projet avaient bien eu lieu mais n’avaient pas véritablement impliqué les habitants, en dehors des cercles d’initiés et des collaborateurs habituels. Pour le conseiller municipal Robert Jackson, cela tenait en partie aux horaires contraignants et à la difficulté pour cette population de se rendre à des réunions. Beaucoup de mères célibataires doivent garder les enfants, beaucoup de gens sont encore au travail et beaucoup d’autres pensent que, dans un contexte de vie aussi difficile, un projet d’aménagement à l’état embryonnaire est loin de leurs priorités7. De plus, des militants se plaignaient que toutes ces réunions d’information n’avaient pas réellement et suffisamment été annoncées, qu’ils n’y étaient pas conviés et que la communauté dans son ensemble n’avait jamais constitué un véritable partenaire dans les discussions avec la mairie. Michael Henry Adams, un historien du quartier et activiste, déclarait par exemple à la presse que le service d’urbanisme « [était devenu] expert de l’organisation de réunions où ils expliquent “voici ce que nous allons faire” et ils appellent ça un dialogue » (cf. Vogel 2008).

36Du côté de City Planning, Edwin Marshall, responsable du projet, faisait une lecture différente de la participation :

Parce que le processus de consultation est public, les gens peuvent venir et parler de tout ce qu’ils veulent, donc ils utilisent ces auditions publiques au sujet de la requalification de la 125e Rue pour exprimer toute leur frustration et colère vis-à-vis de la gentrification8.

37Les remarques d’Edwin Marshall ne sont pas fausses et traduisent sa propre frustration de voir les réunions publiques se transformer en tribunes politiques pour certains élus ou leaders locaux. Il semble aussi regretter d’être le destinataire des nombreuses plaintes d’habitants qui, trop souvent, ne savent pas où s’adresser. Ainsi, si le désir de participer est certainement sincère, les opportunités d’expression sont trop rares pour ces habitants qui, parfois, se trompent d’arène ou d’audience pour exprimer leurs doléances. Du reste, il paraît difficile de dissocier la gentrification du quartier de la requalification de la 125e Rue.

38Dans les derniers mois avant l’adoption du projet le 30 avril 2008 par une majorité écrasante du conseil municipal, l’opposition s’est faite plus bruyante et plus visible. Cela peut s’expliquer d’une part par l’approche des échéances et la concrétisation de plus en plus grande du projet, mais également par l’échec de la mobilisation contre l’université Columbia9. Cette défaite a permis le report des forces militantes et a radicalisé certains d’entre eux. Avec l’accélération de la gentrification, une partie des habitants se sentait assiégée et la requalification apparaissait comme une menace supplémentaire.

39Ce combat contre la requalification de la 125e Rue montre bien la revendication des populations de participer et de décider de l’orientation du quartier d’une part, et leur crainte des déplacements d’autre part. Ces deux questions sont par ailleurs bien évidemment liées.

Central Harlem, leader de la contestation

40Après la certification du projet le 1er octobre 2007 par la commission City Planning, les Community Boards (conseils de quartier) avaient un délai réglementaire de 60 jours pour informer et recueillir les commentaires des habitants, puis pour soumettre leurs recommandations à la commission d’une part, et au président de borough – prochain à rendre son avis sur le projet – d’autre part. La commission n’est pas obligée de suivre les recommandations des conseils de quartier dont le rôle est plutôt consultatif. Néanmoins, dans les faits, leur opinion est prise au sérieux et le département de City Planning tente de prendre en compte les remarques qui leur sont faites. C’est pour cette raison que le fait qu’un des trois conseils de quartier mobilisés, celui de Central Harlem (CB 10), ait voté contre le projet fut un petit séisme qui conféra plus de poids aux habitants dans les négociations – dans un premier temps en tout cas.

41Le conseil de quartier de West Harlem (CB 9) était quant à lui à l’apogée de sa lutte contre le projet d’expansion de l’université Columbia et ses membres étaient totalement mobilisés au moment de se prononcer sur le projet de requalification de la 125e Rue. En outre, son président, Jordi Reyes-Montblanc, minimisait les impacts possibles du projet sur son territoire :

Le CB 9 n’est pas vraiment touché pour le moment. On parle de ce plan depuis trois ans déjà. Il y a eu de nombreuses rencontres et tous les conseils ont participé. Ce n’est pas quelque chose qui vient de surgir (cf. Repko 2007).

42Et c’était vrai. Le CB 9 était effectivement moins affecté par ce plan que ne l’était le CB 10 (Central Harlem). Le DCP avait volontairement exclu l’extrémité ouest de la rue car elle faisait partie du projet de Columbia. Le 5 décembre 2007, le CB 9 vota une recommandation favorable du projet (19 pour, 3 contre et 5 abstentions). En fait, une partie des membres mesurait les dangers mais pensait qu’il était dans leur intérêt de jouer le jeu du DCP et que ces derniers seraient plus ouverts au dialogue si l’opposition n’était pas aussi frontale que dans le dossier de Columbia. Savona Bailey-McLain, membre du comité de la procédure de consultation Ulurp du CB 9, résumait ainsi :

Je pense que c’est dans notre meilleur intérêt de négocier avec City Planning et dire « oui, à condition que ». En fait, on est en train de gagner et si on dit non, on va se rendre la vie plus difficile. On a perdu beaucoup avec Columbia, c’est notre chance d’obtenir quelque chose (cf. Saly 2007).

43Alors que, au niveau des habitants et des associations, des alliances se sont créées à travers tout le quartier, une logique de concurrence l’emportait initialement au niveau des conseils de quartier inégalement bénéficiaires. Leur objectif a donc été de réclamer l’extension de ces privilèges à leur district (les bonus pour les activités artistiques, par exemple), tout en revendiquant des caractéristiques locales. Dans ses recommandations, le CB 9 demandait au département de planification urbaine de modifier son plan pour y inclure l’extrémité ouest de la rue, davantage de logements abordables, de modifier la façon dont les immeubles sont conçus et utilisés et enfin de protéger l’identité locale. Mais, comme le disait Jordi Reyes-Montblanc : « On veut bien établir une sorte de consensus mais au bout du compte, on doit faire ce qui est le mieux dans l’intérêt de notre district » (ibid.). Pas si facile, finalement, de construire un consensus !

44Quant au Community Board 11 (CB 11), conseil d’East Harlem, il s’était lui aussi prononcé « en faveur du projet à condition que » à la quasi-unanimité (23 pour, 0 contre et 4 abstentions). À l’instar du CB 9, le CB 11 négociait un autre projet avec le DCP : la requalification de plusieurs blocs devant devenir un complexe de loisirs et de culture. Précisément parce que le projet en était à un stade préliminaire, les élus locaux ne voulaient pas risquer de le compromettre et de perdre leur pouvoir de négociation à venir. S’opposer à un projet phare de l’administration Bloomberg était un trop grand risque. Néanmoins, leurs recommandations insistaient sur une augmentation du nombre de logements abordables et, surtout, leur harmonisation avec les revenus des habitants du quartier. Ils recommandaient que les logements abordables pour lesquels les promoteurs reçoivent des bonus soient obligatoirement construits sur place (et non pas délocalisés dans un autre quartier), que l’obligation de consacrer 5 % de l’espace aux arts dans les projets supérieurs à 5 500 m2 soit modifiée au profit de petites entreprises et commerces locaux, qu’une partie des emplois créés pendant et après la construction soient réservés aux habitants du district, etc. Ces recommandations traduisaient la préoccupation de servir la population locale – les électeurs –, mais traduisait aussi une inquiétude vis-à-vis des tendances à la gentrification rapide du quartier. Pour autant, le CB 11 ne s’est pas distingué comme un opposant majeur au projet – ni du reste comme un fervent soutien –, et s’est montré relativement effacé. Et c’est donc bien le CB 10 (Central Harlem) qui est devenu le leader de la contestation.

45Le CB 10 fut le seul à s’opposer au projet fortement. Plus que des dissensions majeures sur leur vision du quartier, c’est une stratégie différente qui est apparue à travers l’importance accordée à ce dossier par les membres du CB 10.

46Contrairement au Community Board 9, le Community Board 10 n’était pas satisfait des négociations avec City Planning et estimait que ses recommandations (qu’il avait transmises à la commission en février 2007 au cours de l’élaboration de l’étude d’impact environnemental) n’avaient pas suffisamment été prises en compte dans le projet tel qu’il fut soumis en octobre. Le mécontentement grandissait. En témoignent les centaines de doléances recueillies lors d’une réunion publique le 5 décembre 2007. En conséquence, les membres du conseil votèrent à l’unanimité « contre le projet, sauf si ».

Résistances citoyennes

47Contrairement à certaines idées reçues, les investissements publics et le développement économique étaient espérés par les habitants depuis des décennies. Ils craignaient, en revanche, le déplacement de population et de commerces, l’inflation des prix de l’immobilier, la disparition du patrimoine culturel local… S’ils ne se sont pas plus massivement mobilisés, c’est par manque d’information selon Kareem Abdul Muhammad, membre de la Coalition pour sauver Harlem (Coalition to Save Harlem, CSH) : « ce n’est pas avant la certification environnementale en octobre 2007 que l’opinion publique a largement été informée du projet. Avant, peu de gens en avaient entendu parler10 ». Quant aux associations, elles ont rencontré des difficultés matérielles, humaines et logistiques. Surtout, des stratégies politiques et des tactiques divergentes ont fragilisé la convergence des forces dans un front commun.

48Diverses associations de droit au logement, de secours aux personnes défavorisées etc., se sont mobilisées et rassemblées au sein de la Coalition pour sauver Harlem. Leurs représentants ont organisé des manifestations, ont informé, ont mobilisé. Ils allaient à toutes les rencontres organisées par le DCP ou les conseils de quartier, partout où la requalification était à l’ordre du jour. Ils ont écrit aux élus, signé des pétitions et des tribunes dans les journaux, tenu des conférences de presse et répondu aux journalistes… Sans succès. Ils n’ont pas réussi à empêcher la requalification de la 125e Rue.

Coalition to Save Harlem :des ambitions divergentes

49Durant l’été 2007, alors que le département de City Planning élabore le rapport sur le projet de requalification, plusieurs personnalités et organisations se rapprochent à l’initiative, notamment, de Shikulu Shange, commerçant originaire d’Afrique du Sud et installé à Harlem depuis plus de trente ans et menacé d’expulsion. Le réseau devient très actif à partir de l’automne 2007 au cours de la procédure de consultation Ulurp et s’éteindra rapidement après le vote de la requalification, chacun retournant à ses activités. Il n’y avait pas, après tout, de vision commune à moyen ou à long terme pour le quartier.

50Les associations qui composent la Coalition pour sauver Harlem ont des ancrages et des problématiques variés, et pas toujours compatibles. On y trouve, par exemple, des individus comme Shikulu Shange, membre de l’organisation des commerçants de la 125e Rue, qui se bat pour défendre le quartier mais aussi pour sauver sa boutique. En effet, même s’il s’est imposé comme un symbole des victimes de la requalification, il était surtout victime du conflit qui l’opposait à son propriétaire, une église, qui n’a pas souhaité renouveler son bail en prévision d’autres projets. Le fait que ses interventions publiques avaient tendance à cibler la municipalité – plus que l’église propriétaire de son local, par exemple – montre la pression exercée par le contexte de gentrification et la montée des prix des loyers.

51Le révérend Kooperkamp, très engagé dans le combat contre l’expansion de Columbia, et dont l’église accueillait régulièrement les réunions publiques des associations locales, a aussi rejoint la coalition.

52Le Harlem Tenants Council, association de défense des droits des locataires engagée dans la lutte contre la gentrification, s’est fortement mobilisé. Le cadre d’analyse politique de sa directrice, Nellie Bailey, est singulier au sein de la coalition. En effet, pour elle, les questions de race et de classe sont indissociables dans le système capitaliste dont elle pointe la responsabilité centrale dans l’oppression systématique des Noirs et des pauvres. Ainsi, même si elle ne voit pas d’un très bon œil les gentrifieurs blancs, elle considère que le combat pour la défense des Noirs pauvres doit être articulé avec celui des Blancs pauvres. Elle déplore, de surcroît, que la bourgeoisie noire ait contribué à l’expulsion des anciens habitants. Les percussionnistes du parc Marcus Garvey, qui avaient récemment été déplacés par des nouveaux habitants incommodés par leur musique, ont également rejoint la coalition. Les musiciens avaient, en conséquence, été confinés dans une autre partie du parc, moins exposée, plus discrète et n’ont été autorisés à jouer qu’à cet endroit.

53Outre le fait que la majorité des organisations de cette coalition ne s’appuient pas sur des militants ou des adhérents – elles n’ont en général pas de base, pas de bureaux ni d’employés –, elles sont traversées par des divergences importantes, notamment sur la question raciale. Alors que certaines sont favorables à un certain degré d’intégration et à la venue des Blancs, considérant que la ségrégation du quartier n’était dès le départ pas une situation souhaitable, d’autres considèrent au contraire que Harlem appartient aux Noirs (et aux Hispaniques si on parle du Grand Harlem) et que tout Blanc est un intrus, voire un colon. Kareem Abdul Muhammad (CSH) évoque cette difficulté au sein de la coalition :

En général, dans les mouvements noirs, la question du racisme reste présente. Et par exemple, les groupes nationalistes et panafricanistes en particulier sont extrêmement hostiles et ne veulent travailler qu’avec des Noirs. Le Nouveau parti Black Panther (NBPP) n’accepte pas de membre blanc mais fait partie de la Coalition pour sauver Harlem. Ça peut vraiment être une question conflictuelle11.

54Certains ont des stratégies si douteuses qu’elles ne peuvent pas engendrer d’adhésion massive. On peut prendre pour exemple le révérend Manning, d’une église appelée ATLAH, qui considère que le quartier a été victime d’un patronage blanc depuis très longtemps, que son destin doit être pris en main uniquement par les Noirs et que, pour ce faire, il est nécessaire de revenir en arrière, à un point de désinvestissement et de marginalisation tel que seuls les habitants du quartier pourraient décider de son avenir. Pour cela, il prône le boycott de tous les magasins du quartier, y compris ceux tenus par des Noirs, jusqu’à ce qu’ils fassent faillite et évacuent le quartier. La rhétorique d’une occupation étrangère est extrême et son réel impact est heureusement limité. Cependant, on comprend bien qu’avec des organisations et des individus comme celui-ci, il est difficile de construire une lutte sur le long terme. Par conséquent, l’action de la coalition est restée circonscrite à l’opposition à la requalification de la 125e Rue. Elle a ainsi organisé quelques actions collectives comme « Hands Across Harlem », une manifestation formant une chaîne humaine tout le long de la 125e Rue.

55Un autre problème au sein de la coalition, classique, concerne les concurrences individuelles. Il est difficile pour des leaders d’être noyés dans une plus grande organisation où ils ne sont plus les meneurs, et surtout de travailler avec des gens avec qui ils peuvent éventuellement avoir des divergences. La coalition est ainsi entrée en concurrence avec une autre organisation créée en octobre 2007 en opposition au projet de requalification, VOTE People. Cette association, emmenée par Craig Schley, qui nourrissait par ailleurs des ambitions électorales (candidat démocrate au poste de sénateur des États-Unis pour succéder à Charles Rangel12), a tenté de se présenter comme le seul recours contre la requalification. Utilisant les médias systématiquement et se présentant comme l’association la plus efficace, VOTE People s’est placée sur le devant de la scène, notamment grâce à une plainte pour inconstitutionnalité. Pour se construire une identité politique, Craig Schley a essayé de devenir la figure centrale de la résistance en attirant l’attention des médias mais aussi des officiels de City Planning. Edwin Marshall, de l’agence d’urbanisme, les a notamment qualifiés de « perturbateurs, bruyants et insultants13 ». Lors d’une manifestation organisée par le Harlem Tenants Council, Craig Schley osait alors se présenter comme « le premier à s’opposer au projet avec son association active depuis le premier jour, à l’automne 200714 ». En réalité, le projet était discuté depuis cinq ans déjà. Le même jour, un autre incident s’est produit avec l’historien Michael Henry Adams, figure du mouvement préservationniste. Par une chaleur étouffante, tiré à quatre épingles avec nœud papillon, costume et canotier, Adams est arrivé en milieu de rassemblement pour prendre la parole. Les autres intervenants qui, eux, avaient participé à la marche, se succédaient au micro. S’impatientant de plus en plus, Adams répondait aux questions de journalistes sur le côté. Mais après un court moment, estimant qu’il en avait assez d’attendre et qu’on lui faisait perdre son temps, Adams est parti. Des militants de l’association ont tenté de le rattraper et de le raisonner, lui demandant de revenir et d’attendre patiemment son tour mais il refusa. Nellie Bailey, organisatrice de l’événement, pestait et elle refusa de céder à ce qu’elle percevait comme du chantage et des pressions. Sans gravité, ce petit esclandre est révélateur des difficultés à travailler ensemble pour des organisations et des leaders qui, pourtant, se connaissent bien.

56Ajoutées au manque systématique de moyens, les divisions traversant le mouvement de résistance à la gentrification de Harlem se sont montrées tenaces. Malgré ses efforts, la mobilisation et la couverture médiatique, le mouvement n’a pas eu suffisamment de pouvoir pour empêcher les conseillers municipaux d’approuver le projet le 30 avril 2008. Il leur a quand même fallu faire évacuer le public qui protestait bruyamment. C’est en la seule présence des journalistes qu’ils ont voté le projet de requalification. Cette issue est le résultat de l’action d’une personne en particulier, Inez Dickens, la conseillère municipale de Central Harlem. Dans les dernières semaines, elle est devenue une protagoniste majeure et a assuré le vote au prix d’une négociation très serrée.

Inez Dickens, une négociatrice redoutable

57Les élus de Harlem avaient pourtant exprimé leur désaccord avec le plan dans les premières phases et leur discours politique était largement anti-gentrification. Melissa Mark-Viverito, élue pour East Harlem, a elle-même mis en place une commission de travail anti-déplacements à East Harlem conjointement avec des associations de quartier. Robert Jackson s’est investi dans la bataille contre l’université Columbia – pas assez – fermement toutefois selon certains opposants – et s’est beaucoup intéressé aux questions de logement et à ces firmes qui expulsent les locataires jugés trop pauvres ou pas assez distingués. Inez Dickens n’a pas exactement le même parcours. Elle est réputée pour appartenir à l’establishment de Harlem et détenir plusieurs immeubles. Malgré cela, elle avait exprimé son désaccord, initialement.

58Après avoir connu de longues périodes de désinvestissement et des problèmes de violence, les élus voulaient améliorer les services, le commerce et le logement. Dans leur esprit, de nouvelles classes sociales plus aisées étaient bienvenues à Harlem et ils encourageaient la mixité créée par l’arrivée des Blancs. Les déplacements de populations noires précaires et de commerces locaux pouvaient éventuellement les navrer mais les récents développements sont conformes à leur vision du progrès pour le quartier qui, enfin, regagne un statut important dans Manhattan. L’attraction de visiteurs ne peut que valoriser le quartier et générer des revenus supplémentaires, nécessaires à la renaissance.

59C’est dans ce contexte qu’Inez Dickens a joué un rôle absolument fondamental dans les dernières semaines avant l’adoption du plan. En effet, elle a négocié son vote contre un certain nombre d’engagements et de promesses de financement de la part de la ville. Sa position était particulièrement importante car elle représente Central Harlem, le quartier noir, le cœur historique et symbolique de Harlem, le district le plus concerné par la requalification et où siège un conseil de quartier qui s’était fermement opposé au projet. Sa voix comptait d’autant plus qu’à New York une règle tacite du conseil municipal veut que les élus de la ville votent comme l’élu concerné par le projet. Melissa Mark-Viverito, conseillère municipale d’East Harlem, explique :

Nous sommes 51 conseillers municipaux représentant chacun un district distinct. Nous devons nous montrer respectueux du travail de chacun. Cela demande énormément de travail et d’énergie pour bien connaître votre circonscription. J’y consacre moi-même tout mon temps et je n’attends pas des autres élus qu’ils connaissent mon quartier aussi bien que moi. On doit donc se faire confiance les uns les autres et présumer que l’élu concerné prend la meilleure décision15.

60Cependant, d’autres enjeux entrent en ligne de compte et les marchandages et négociations politiques constituent aussi un motif de vote important.

Je peux personnellement ne pas être d’accord avec le projet, mais je dois respecter la décision de mon collègue et les compromis qu’ils ont négociés. Et c’est avant tout une question de « camaraderie » et de collaboration. Si je les désavoue sur un projet, comment attendre qu’ils me suivent sur celui que je défends. C’est de la négociation16.

61Inez Dickens a négocié son vote d’une main de fer. « C’est une négociatrice coriace ! », disait d’elle Edwin Marshall, chef du projet de requalification, avant d’ajouter : « Elle a saisi l’occasion pour marchander son vote auprès de la ville et faire avancer tous ses dossiers extérieurs à la requalification17. »

62Ainsi, l’élue a obtenu de la part du DCP certains aménagements sur le projet lui-même : la réduction de la hauteur maximale des immeubles à 19 étages au lieu de 29 initialement – loin, cela dit, des 13 étages maximum demandés par le conseil de quartier de Central Harlem (Community Board 10) –, le versement d’une indemnité de 5 000 dollars aux commerçants déplacés, l’augmentation du nombre de logements à loyer abordable – toujours extrêmement moins nombreux que les résidences de luxe au final – ou encore l’attribution de bonus aux promoteurs (sous la forme d’étages supplémentaires) pour la réservation de locaux à des associations culturelles. Mais elle a surtout fait avancer des dossiers extérieurs. La rénovation du parc Marcus Garvey, la construction d’un centre de traitement pour l’asthme ou l’aménagement d’aires de stationnement pour les bus de touristes sont autant de concessions obtenues lors de négociations. La ville a ainsi concédé (par le biais de ses divers services) plus de 650 millions de dollars sur tous ces projets18. Ainsi, Inez Dickens a pu voter favorablement pour la requalification de la 125e Rue tout en pouvant se prévaloir d’avoir défendu son quartier.

63Il faut toutefois souligner que certains élus se sont opposés jusqu’au bout au projet. Ce fut le cas de Bill Perkins, prédécesseur d’Inez Dickens au poste de conseiller municipal de Central Harlem, alors sénateur de New York, ayant vécu à Harlem jusqu’à sa mort en 2023, et qui avait commencé sa carrière en tant qu’activiste spécialiste des questions de logement. Il apparaît d’ailleurs dans des documents d’archives d’associations anti-gentrification des années 1980. Charles Barron et Tony Avella, conseillers municipaux à Brooklyn et dans le Queens, se sont également opposés à la requalification, en partie pour se démarquer politiquement et incarner une rupture avec les méthodes traditionnelles.

Conclusion

64Alors que le retentissement médiatique de ce conflit s’est éteint au lendemain de l’adoption du projet par le conseil municipal, quelques associations ont continué leur combat notamment par le biais juridique. Tandis que la frustration et le sentiment d’impuissance étaient palpables, le ressentiment envers les élus a augmenté, puis s’est à son tour éteint. Finalement, aucun des recours n’a abouti et les forces se sont à nouveau dispersées dans leurs activités quotidiennes de défense des locataires, etc.

65Plus de quinze ans après le vote de la requalification, les développements annoncés se font, pour certains, toujours attendre. La crise économique mondiale de 2008 a eu un impact important et explique partiellement que des blocs entiers soient restés vacants pendant plusieurs années. En effet, parmi les immeubles et les locaux qui étaient déjà vacants ou dégradés en 2008 au moment du vote, beaucoup le restèrent plusieurs années. Mais à ceux-ci se sont ajoutés de nouveaux locaux vacants, ceux qui avaient été évacués en prévision des développements. La crise du Covid a eu des conséquences particulièrement délétères à New York. À Harlem, et notamment la nuit, sur la 125e Rue, l’insécurité est redevenue un enjeu. Un grand nombre d’usagers de drogues dures et de sans-abri arpentaient la rue. Quelques boutiques ont cependant ouvert, à l’instar de la chaîne American Apparel, originaire de Californie et plutôt associée aux identités downtown (jeunes gens à la pointe de la mode, fréquentant des night-clubs, blancs en général) mais qui a fermé depuis, ou un nouveau Starbucks. En fait, tout au long des années 2010, les espaces revitalisés de la 125e Rue restèrent interstitiels et sporadiques. L’ouverture d’un immense supermarché Whole Foods en 2017 symbolise toutefois un tournant définitif dans la gentrification achevée du quartier. Nike a ouvert un concept store – Nike Unite – sur la 125e Rue en octobre 2022, sa boutique la plus au nord de Manhattan. L’ouverture d’une boutique Sephora, d’un supermarché Trader Joe’s ou encore celle d’une bijouterie Pandora sont annoncées pour la fin de l’année 2023.

66Quant à la renaissance culturelle et artistique annoncée, elle est presque invisible. Le célèbre Studio Museum in Harlem et l’Apollo restent bien seuls et leur identité change peu à peu puisque l’Apollo est de plus en plus fréquenté par des touristes (alors qu’il a historiquement toujours été plébiscité par le public local), et le musée attire des foules de plus en plus chics et huppées. Le théâtre Victoria attend toujours sa rénovation. Cecilia Kushner, de l’agence d’urbanisme de New York, reconnaissait en 2012 que « le problème de la 125e Rue c’est l’horrible timing de la crise ! Mais ceci dit, ajoutait-t-elle aussitôt, il ne faut pas voir les projets d’urbanisme à court terme19 ».

Notes de bas de page

1 Entretien avec Charles Bagli, journaliste au New York Times, le 12 mai 2008.

2 Entretien avec Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York et directrice des projets spéciaux de City Planning, en février 2012.

3 Entretien avec une habitante de Manhattan, en mai 2008.

4 Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York, lors du colloque « New York City, la règle et la qualité urbaine », organisé le 20 décembre 2011 à l’agence d’urbanisme de New York.

5 Entretien avec Edwin Marshall, responsable du projet de requalification de la 125e rue au département d’urbanisme de New York, le 13 mai 2008.

6 Entretien avec Edwin Marshall, responsable du projet de requalification de la 125e rue au département d’urbanisme de New York, en février 2012.

7 Entretien avec Robert Jackson, conseiller municipal, en mars 2005.

8 Entretien avec Edwin Marshall, responsable du projet de requalification de la 125e Rue au département d’urbanisme de la ville de New York, le 13 mai 2008.

9 Pour les besoins d’expansion de son campus, l’université privée a demandé à la ville, et obtenu en dépit de l’opposition des habitants, la requalification du quartier de Manhattanville, à West Harlem, et l’expropriation de ses derniers occupants.

10 Entretien avec Kareem Abdul Muhammad, membre de la Coalition pour sauver Harlem, le 29 mai 2008.

11 Entretien avec Kareem Abdul Muhammad, membre de la Coalition pour sauver Harlem, le 29 mai 2008.

12 Il a finalement abandonné la course avant la primaire parce qu’il avait levé des fonds pour sa campagne sans s’enregistrer auprès de l’autorité fiscale compétente.

13 Entretien avec Edwin Marshall, responsable du projet de requalification de la 125e rue, le 13 mai 2008.

14 Manifestation « We Are the Heart of Harlem », le 24 juin 2008.

15 Entretien avec Melissa Mark-Viverito, conseillère municipale d’East Harlem,
en juillet 2010.

16 Ibid.

17 Entretien avec Edwin Marshall, responsable du projet de requalification de la 125e rue, le 13 mai 2010.

18 Ibid..

19 Entretien avec Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York et directrice des projets spéciaux de City Planning, en février 2012

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.