Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le droit à la ville au centre des luttes

p. 183-193


Texte intégral

1En janvier 2007, une trentaine d’associations et d’organisations de tous les États-Unis se retrouvent à Los Angeles pour former The Right to the City Alliance, un réseau national d’organisations ayant pour thématiques communes les questions urbaines, et, en particulier, les problèmes d’exclusion/déplacements des pauvres et des minorités des centres-villes du fait de leur gentrification. Leur objectif est alors « d’urbaniser » les droits humains. Ce réseau est constitué d’associations, d’activistes et d’intellectuels de gauche et d’extrême gauche qui voient la classe ouvrière comme centrale dans la société urbaine qu’ils veulent défendre. Plusieurs organisations et habitants de New York et de Harlem participent à ce réseau et s’appuient sur le concept de « droit à la ville » pour lutter contre la gentrification de Harlem.

« Le droit à la ville » selon Henri Lefebvre

2Le « droit à la ville » est un concept du philosophe et sociologue marxiste français Henri Lefebvre qu’il développe dans son ouvrage éponyme (2009 [1968]). Il l’écrit en 1968, dans un contexte social agité et alors que l’université où il enseigne, celle de Nanterre, est construite à proximité d’un grand bidonville (Hess et al. 2009). Pour Lefebvre, l’urbanisation résulte de l’industrialisation (Lefebvre 2009 : 1). Pour lui, ces deux processus sont à la fois complémentaires, nécessaires et conflictuels (ibid. : 6-7).

3La réalité sociale qui naît de cette relation forme la société urbaine dont le cœur est constitué de ceux qui y vivent, y travaillent, y exercent des pratiques sociales et culturelles. Les processus de mondialisation de l’économie ont profondément transformé une ville comme New York, dont les activités et les fonctions se sont redéfinies. Mais cette transition crée des conflits entre la société urbaine précédente et la nouvelle. Pour Lefebvre, la question urbaine est une question politique car les projets d’urbanisation1 permettent l’émergence d’une stratégie globale « pour une domination parfaite, pour une exploitation raffinée des gens à la fois comme producteurs, comme consommateurs de produits [et] comme consommateurs d’espace » (ibid. : 21-23).

4Donc, si l’urbanisme est la théorie et « habiter » la pratique, il devient nécessaire pour Lefebvre de refonder les pratiques urbaines et la société urbaine dans un nouvel humanisme.

Le développement de la société ne peut se concevoir que dans la vie urbaine, par la réalisation de la société urbaine (ibid. : 101).

5Le droit à la ville formulé par le philosophe dépasse le simple droit à ne pas être exclu de la ville ou d’un quartier. Il s’agit d’un « droit à la vie urbaine » (ibid. : 108), c’est-à-dire « à la centralité rénovée, aux lieux de rencontres et d’échanges, aux rythmes de vie et emplois du temps permettant l’usage plein et entier de ces moments et lieux » (ibid. : 133). Il s’agit aussi d’un droit d’intervenir sur le destin des territoires. Il y a une dimension participative. Et pour lui, cette réforme « ne peut pas ne pas s’appuyer sur la présence et l’action de la classe ouvrière, seule capable de mettre fin à une ségrégation dirigée essentiellement contre elle » (ibid. : 103).

6Le « droit à la ville » porte donc en lui le droit à modeler la ville, la transformer et en contrôler le développement.

David Harvey, le droit à la ville comme droit collectif

7David Harvey est un géographe marxiste anglais ayant exercé la majeure partie de sa carrière aux États-Unis, qui depuis longtemps a pensé les questions urbaines et notamment la place de la ville dans le système capitaliste, son rôle dans la chaîne de production et d’accumulation. Pour Harvey, la ville est un ensemble complexe d’infrastructures et de transports permettant la création et l’accumulation de richesse(s) pour répondre aux besoins du système de production. Elle est aussi le lieu de consommation et d’échange de ces biens et services. De plus, comme le système capitaliste tend à la surproduction et à la création de valeur sans autre but, la ville devient le moyen d’absorber les surplus du capital. C’est donc la valeur d’échange et non la valeur d’usage des territoires qui prime en ville. Harvey insiste sur les contradictions du système capitaliste qui conduisent nécessairement à la surproduction et à la lutte de classes en opposant les facteurs « capital » et « travail ». Il ajoute, concernant le processus urbain en particulier :

Le développement capitaliste doit donc négocier un équilibre très précaire entre la préservation des valeurs d’échange des investissements passés de capitaux dans l’environnement bâti, et la destruction de la valeur de ces investissements afin de créer un nouvel espace d’accumulation (Harvey 1978 : 124).

8Harvey, comme Lefebvre, voit en la classe ouvrière un acteur fondamental du rapport de force qui construit et constitue la ville. À ses yeux, les soulèvements urbains et les révoltes des années 1960 sont l’expression du potentiel révolutionnaire des fortes concentrations de « classes dangereuses » dans les ghettos. Il interprète les politiques d’exclusion urbaine mises en place – notamment l’accès aux banlieues et à la propriété pour les Noirs et les pauvres via des mesures fiscales et l’amélioration des infrastructures – comme des stratégies de dispersion de ces classes. Cela a permis du même coup d’absorber les surplus du capital et de stabiliser le capitalisme d’après-guerre. Tout comme dans les années 1990, après l’éclatement de la bulle financière des nouvelles technologies, le secteur immobilier a permis de relancer la consommation et d’absorber les surplus (Harvey 2008c : 29). Pour Harvey, la gentrification des quartiers, ce qu’il appelle alors « redorer le ghetto », n’est qu’une stratégie alternative de la bourgeoisie au problème structurel de lutte des classes (Harvey 1978 : 127).

9Ce cadre théorique permet d’appréhender les processus de gentrification en cours à New York et dans les grandes mégapoles mondiales, de Mumbai à Pékin en passant pas Mexico, etc. En effet, l’échelle de ces rapports de force a changé, elle est devenue globale. Cela rend la résistance, l’action et le pouvoir d’influence des mouvements sociaux plus complexes. Les villes sont de plus en plus duelles et fragmentées. Harvey voit néanmoins l’« accumulation par la dépossession » comme la base historique et continue des processus d’urbanisation. Les saisies immobilières liées à la crise des crédits subprimes en 2008 en sont une illustration. La pression pour récupérer les espaces occupés par les pauvres augmente sans cesse, masquée sous des discours environnementalistes, sociaux ou prônant la rationalité économique (Harvey 2008c : 35). Le droit à la ville, dans ces conditions, signifie pour Harvey un droit à « un contrôle démocratique plus important de la production et de l’utilisation des excédents » (ibid. :  37). Ce droit à la ville, ce droit de contrôler la ville, est actuellement détenu par une petite élite politique et économique, comme à New York, où le maire milliardaire Michael Bloomberg « transforme Manhattan en vaste gated community pour les riches » (ibid. : 38). Michael Bloomberg ne s’en cache d’ailleurs pas puisqu’il déclarait en 2009 à la radio vouloir attirer tous les riches du pays à New York.

10Le droit à la ville selon Henri Lefebvre ou David Harvey est donc une forme particulière de citoyenneté.

11Harvey insiste sur le fait que ce droit, dans une approche humaniste, doit être un droit collectif et non pas individuel d’appropriation. Cela permettrait de protéger et de stabiliser les communautés (Harvey 2008a). En effet, les pauvres, par manque d’argent, sont plus susceptibles de vendre leur propriété et, de ce fait, leur communauté s’en trouve plus vulnérable. La propriété collective offre donc un rempart, une protection à ce phénomène. Harvey insiste aussi sur la dimension humaine et fondamentale de ce droit. En effet, selon lui, la ville structure nos interactions sociales et notre développement individuel. La ville fait de nous ce que nous sommes et conditionne (en grande partie) nos destins. Par conséquent, la question de sa structuration pose « la question du type d’individus que nous voulons être, du type de relations sociales que nous poursuivons » (Harvey 2008b). Un certain déterminisme s’exerce, surtout dans les quartiers enclavés, pauvres, ségrégés, et/ou ghettoïsés. Par conséquent, il est légitime que chaque individu ait une emprise sur la ville, cela devient une liberté et un droit inaliénables (ibid.).

12Certains groupes ont mobilisé la notion de droit à la ville de manière concrète pour lutter contre la gentrification à Harlem et tenter de reconquérir ces espaces urbains.

Les représentations contradictoires du « droit à la ville »

13Pour Lefebvre, le droit à la ville est corrélé à une participation à la vie quotidienne, une intervention concrète dans la ville qui ouvrirait la voie au contrôle des processus de décisions. Néanmoins, la question de la définition de la participation reste ouverte. En effet, cette contribution à la ville peut prendre différentes formes. Ainsi, les habitants de Harlem, Noirs, pauvres ou riches – qui sont restés vivre dans le quartier pendant de longues années quand celui-ci était abandonné et évité, qui ont contribué à en faire un lieu riche culturellement et socialement –, se pensent les plus légitimes pour non seulement accéder au quartier mais aussi pour en définir les orientations. Cependant, les ménages gagnant plus de 500 000 dollars par an, qui constituent 1 % des contribuables mais 50 % des impôts sur le revenu collectés par la ville, pensent qu’une certaine légitimité en découle (Haberman 2009). Ces deux visions s’opposent dans les quartiers en gentrification. Le maire de New York Michael Bloomberg, promoteur de la gentrification comme politique urbaine systématique, expliquait dans son émission radio2 que la contribution des riches à l’économie de la ville était trop importante pour que l’on puisse se passer d’eux ou prendre le risque de les faire fuir :

Ils [les riches] sont ceux qui achètent dans les boutiques et qui font que ceux qui y travaillent ont un emploi, qui génèrent des revenus sur les ventes… Les riches sont ceux qui vont dans les restaurants chics où, à vrai dire j’ai regardé la liste l’autre jour, les employés sont syndiqués. Et ils le sont dans les restaurant chics, pas dans les restaurants de qualité inférieure. […] Vous savez, j’entends les cris et hurlements à propos des riches, mais nous voulons que tous les riches du pays emménagent ici. Nous aimons les riches (cf. Chung 2009).

14Il évoque aussi – sans la nommer – la question de la justice sociale et spatiale, question qui sera au cœur du mouvement Occupy Wall Street deux ans plus tard :

Les gens disent, « oh vous savez, si les revenus étaient redistribués plus équitablement à travers le système », je ne sais pas ce que veut dire équitable. On peut très bien penser que si on gagne plus d’argent, on mérite plus d’argent (cf. Lisberg 2009).

15Ses propos ont suscité de nombreuses réactions. Au moment où d’importantes transformations urbaines pèsent sur les populations précaires – souvent appartenant à des minorités ethniques –, il est en effet problématique de suggérer que les contributions financières des plus riches leur ouvriraient des droits particuliers sur les territoires. Or, c’est exactement la question posée par Nellie Bailey, directrice de Harlem Tenants Council, association de défense des locataires : « Est-ce que les pauvres ont le droit de vivre dans des quartiers à forte valeur foncière3 ? »

16Comme Michael Bloomberg, de nombreux résidents pensent qu’il y a une certaine logique économique à respecter et que « si on n’a plus les moyens de vivre quelque part, on doit partir, c’est la vie4 ». Pour d’autres, cela relève de la dépossession. Ainsi, Brenda Stockley, une militante noire de Harlem membre de la Coalition pour Sauver Harlem (formée pour s’opposer à la requalification de la 125e Rue) et d’une association new-yorkaise d’aide aux victimes de Katrina à la Nouvelle-Orléans, évoque la continuité historique de cette forme de violence :

L’héritage de ce pays est le déplacement meurtrier des peuples indigènes selon l’idée qu’ils n’avaient pas le droit de vivre là où ils vivaient depuis toujours. C’est la même logique aujourd’hui5.

17Parmi les organisations new-yorkaises membres du réseau Right To The City Alliance figure une association de sans-abri de Harlem, Picture the Homeless (PTH). Cette organisation mène une campagne depuis plusieurs années au sujet des immeubles et des logements laissés vacants par leur(s) propriétaire(s) et réclament le droit de les utiliser pour loger de façon permanente les sans-abri et éradiquer définitivement ce problème. Au-delà du fait qu’ils alertent sur le coût entraîné par les abandons d’immeubles (interventions policières plus fréquentes, insécurité, baisse de la valeur des propriétés alentour…) pour la société, PTH dénonce les choix politiques qui favorisent la gentrification, et souligne que les 709 millions de dollars dépensés annuellement par la ville dans le système de refuges et hôtels pourraient être investis dans une politique du logement permanent (Picture the Homeless 2006). La thématique du droit à la ville, à la fois dans sa dimension spatiale (droit d’accès) et dans sa dimension politique (droit à l’intervention), transparaît dans les témoignages de sans-abri. Ainsi, William Burnett, un sans-abri, s’insurge :

Pourquoi ces immeubles sont-ils vides ? C’est un scandale que les propriétaires puissent garder leurs immeubles vides dans l’espoir de maximiser leurs profits sans même contribuer au bien public, au bien des gens qui vivent dans ces quartiers. Nous voulons que nos élus et les propriétaires fassent passer nos intérêts avant ceux de l’avidité privée (ibid. : 14).

18Leroy Parker se plaint quant à lui que la ville ne leur demande pas leur avis :

Les sans-abri n’ont pas leur mot à dire dans l’élaboration des programmes de logement de la ville, alors comment peuvent-ils espérer qu’ils fonctionnent alors que nous sommes ceux qui allons y vivre (ibid. : 13) ?

19En plus des campagnes d’information et de lobbying, PTH a organisé une opération d’occupation d’un immeuble abandonné en mars 2009 pour attirer l’attention de l’opinion publique et des élus (Murphy 2009). L’immeuble était si dégradé qu’il a été évacué pour des raisons de sécurité et la manifestation s’est déroulée à l’extérieur. Mais il révélait les ambivalences de la ville. Cette ancienne banque avait été vendue à une église en 1978 pour 35 000 dollars. Bien qu’elle fût fermée depuis une vingtaine d’années, elle restait exemptée de taxes foncières (en tant qu’église). Pourtant, elle constitue une nuisance (paysage dégradé, insécurité, sous-développement, dévaluation du quartier…). Un internaute, Gregory Butler, fait remarquer que le recours à l’expropriation pour un usage public (principe juridique appelé eminent domain) est à géométrie variable :

Quand les Mets et les Yankees ont décidé qu’il leur fallait de nouveaux stades, le gouvernement est intervenu et a SAISI les terrains pour eux ! […]
Quand Columbia a décidé d’annexer une partie du Harlem industriel pour construire des laboratoires et des logements pour les scientifiques blancs influents, le gouvernement est intervenu et a SAISI les terrains pour eux !
Alors pourquoi le gouvernement ne peut-il pas utiliser les mêmes pouvoirs d’eminent domain pour saisir les terres en jachère, les restituer aux services de l’habitat, et construire ces 24 000 logements tellement nécessaires (ibid.) ?

20Rogers, un membre de PTH, concorde :

La ville peut contraindre un propriétaire à modifier l’usage d’un immeuble s’il est utilisé pour des activités liées à la drogue. Nous affirmons que la ville a le pouvoir de contraindre les propriétaires à modifier l’usage d’un immeuble s’il est vacant6.

21Les discours comme les actions mises en œuvre par Picture the Homeless, pour qui la politique de la ville doit être décidée par ses habitants, en particulier ceux qui en subissent les conséquences négatives, s’inscrivent bien dans la logique du droit à la ville.

22Ces appels à une démocratie urbaine plus ouverte sont, comme nous allons le voir, souvent au cœur de la résistance aux projets facteurs de gentrification. Ainsi, dans le cas de l’expansion de l’université Columbia, la préemption des terrains et des bâtiments pour un usage en direction de populations extérieures au quartier est un point de désaccord central. Face au désir de participation, l’opacité des négociations et le sentiment d’exclusion de la population locale des processus de décision ont engendré un fort mécontentement. Brenda Stockley, pointant l’existence de gated communities (quartiers et résidences fermés, parfois littéralement clôturés) se demande ainsi pourquoi la mixité sociale et ethnique n’est pas imposée aux quartiers affluents mais seulement aux quartiers pauvres. Elle pense qu’il s’agit d’un racisme persistant :

Je ne vois pas les gated communities se dire « tiens, soyons plus intégrés et amenons des pauvres pour devenir un quartier mixte et intégré ! », mais par contre, quand on en vient aux Noirs, il faut soudain être intégrés ! Le racisme n’a pas disparu7.

23Il nous faut donc analyser et comprendre les politiques de gentrification menées par la ville d’une part, et les résistances engagées contre la gentrification d’autre part, dans le cadre de représentations contradictoires de la démocratie urbaine et du droit à la ville en particulier.

Le droit au retour et la question des réparations

24La rhétorique du droit à la ville et du droit à l’espace conduit, dans le champ des revendications, à la question du droit au retour et à celle des réparations. En effet, la gentrification – qu’elle conduise au déplacement ou non – étant vécue comme un phénomène de dépossession/destruction (espace, réseaux sociaux, emplois…), se pose alors la question de la relocalisation ou de la reconstruction tant des espaces que des individus. Ainsi, s’appuyant sur un champ lexical très symbolique, voire belligérant (« les villes américaines sont attaquées », « les nouvelles populations sont une sorte de force d’occupation »8 ), certains habitants et déplacés ont commencé à réclamer leur « droit au retour » à Harlem, estimant que c’était une question de justice. D’ailleurs, le discours officiel de Right to the City Alliance est celui de la reconquête des territoires dont les minorités et les classes populaires ont été dépossédées. Ce droit au retour fut aussi débattu au sein du groupe d’intellectuels constitué autour de Peter Marcuse et David Harvey sur la question du droit à la ville9.

25Cependant, la possibilité d’un retour est très peu vraisemblable et celle de retrouver une communauté solidaire est faible. Par conséquent, l’idée de réparations est avancée et commence à surgir dans les réunions publiques, à l’instar d’un résident au cours d’une conférence dans le cadre du Left Forum : « La gentrification de Harlem, c’est la migration forcée des Noirs. Il faut des réparations10. »

26Cette rhétorique n’est pas sans rappeler la philosophie du dispositif d’affirmative action qui fut conçu comme une compensation et un rattrapage pour les désavantages structurels et systématiques subis par les Noirs pendant plusieurs siècles. C’est aussi dans ce contexte que la recherche sur la gentrification est lourde d’implications. Si la communauté scientifique venait à démontrer que la gentrification est l’expression ou l’exercice d’une discrimination persistante et singulière contre les minorités et les classes populaires, et que celle-ci constitue un handicap social, alors les recours légaux deviendraient possibles afin de défendre les droits constitutionnels des individus. Dès lors, les politiques urbaines des municipalités seraient scrutées avec la plus grande attention.

27Cependant, ces thématiques de droit au retour et de réparations étaient encore émergentes. L’idée de réparations économiques, pour les individus comme pour les commerces ayant souffert de la gentrification, serait probablement très difficile à mettre en œuvre d’une part, mais surtout elle n’atténuerait pas les changements démographiques, urbains et culturels qui ont déjà transformé (défiguré parfois) les quartiers gentrifiés. Ces thémathiques sont, surtout, contradictoires avec les dynamiques réelles des politiques publiques actuellement. Les chapitres suivants montrent ainsi que la requalification de la 125e Rue et l’expansion de l’université Columbia, deux projets contribuant fortement à la gentrification de Harlem, n'ont été rendues possibles que par la volonté tenace des pouvoirs publics.

Notes de bas de page

1 Lefebvre distingue l’urbanisme « des hommes de bonne volonté » (architectes, écrivains), l’urbanisme public et étatique, et enfin l’urbanisme des promoteurs.

2 Émission hebdomadaire, tous les vendredis sur WOR pendant son mandat, de 2001 à 2013.

3 Conférence « Harlem is seized! Gentrification, race, class and Obama's post-race America », dans le cadre du Left Forum, le 16 mars 2008.

4 Un passant dans une rue de Harlem, en mars 2005.

5 Intervention de Brenda Stockley au Housing Not Warehousing Forum, organisé par Picture the Homeless et le Graduate Center à l’université de la ville de New York (CUNY), le 8 mai 2008.

6 Roger, lors du Housing Not Warehousing Forum, organisé par Picture the Homeless et le Graduate Center à l'université de la ville de New York (CUNY), le 8 mai 2009.

7 Ibid.

8 Brochure de Right To The City Alliance, une publication de TIDES Foundation, 2007, p. 8 et 16.

9 Rencontres au Graduate Center du 15 novembre 2007, 8 février 2008, 23 mai 2008, par exemple.

10 Conférence « Harlem is seized! Gentrification, race, class and Obama’s post-race America », dans le cadre du Left Forum, le 16 mars 2008.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.