Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Michael Bloomberg : fusion du pouvoir politique et des élites économiques

p. 171-179


Texte intégral

L’homme le plus riche de la ville

1Berceau de politiques sociales progressistes et innovantes – avant de développer des politiques néolibérales agressives depuis les années 1980–, New York n’en reste pas moins le cœur du capitalisme mondialisé. Une des villes les plus riches du monde certes, mais où près de la moitié de la population vit autour ou sous le seuil de pauvreté. Si les nombreux intellectuels progressistes trouvent à New York un espace favorable à l’élaboration et à la diffusion de leur pensée, les sièges sociaux des entreprises y trouvent également une oreille attentive à leurs besoins et à leur confort. De 2001 à 2013, cette oreille fut Michael Bloomberg, patron et cofondateur de la géante entreprise de médias Bloomberg LP – dont il détient 88 % –, milliardaire dont la fortune était estimée à 55,5 milliards de dollars en 2019. Il était, selon le magazine Forbes, la 10fortune des États-Unis en 2018 et la 9e fortune mondiale en 2019, juste derrière Mark Zuckerberg. Démocrate pendant de nombreuses années, c’est sous l’étiquette républicaine que Michael Bloomberg s’est fait élire en 2001 – échappant ainsi à des primaires difficiles dans un parti démocrate divisé –, parti qu’il a ensuite quitté en 2007. Réélu en 2005, il effectue enfin un troisième et dernier mandat de 2009 à 2013 sous l’étiquette du parti indépendant, après avoir fait modifier la loi qui limitait le nombre de mandats à deux.

2Lorsqu’il était maire de New York, Michael Bloomberg était le milliardaire le plus puissant du monde, devant Silvio Berlusconi selon Forbes1. Et malgré son statut, certains, comme son ancien adjoint Daniel Doctoroff (2017 : 247-248), ne cessent de vanter sa prétendue simplicité –  « quand vous êtes à bord de son avion privé, il vous proposera un snack » –, voire même sa modération supposée – « les choses matérielles ne semblaient pas compter pour lui, à moins qu’elles n’aient une fonction précise ». Cependant, en tant qu’homme le plus riche de New York, le fait que Bloomberg ait injecté plus de 50 millions de dollars dans sa propre campagne faisait dire à certains observateurs qu’il avait acheté l’élection. Loin de s’en détourner, Bloomberg en faisait un argument pour justifier la pertinence et la solidité de sa candidature. Julian Brash résume ainsi :

Cela assurait que Bloomberg prendrait ses fonctions sans être entravé par des obligations dues à des contributeurs. Son énorme richesse signifiait que la corruption ne serait pas un problème. […] Son attention s’attacherait à ce que les choses soient faites, pas à se conformer à la ligne idéologique du parti ou à faire plaisir à ses dirigeants (Brash 2011 : 69).

3Doctoroff dit en substance la même chose : cette fortune faisait de Bloomberg un politicien atypique, « clairement au-dessus des jeux d’influence, de corruption ou d’inconvenance » (Doctoroff 2017 : 247-249).

4Bloomberg appartient à la classe capitaliste transnationale dont il tire un énorme pouvoir d’influence. Il fut donc un maire exceptionnel dans son envergure, mais aussi par son style de gouvernance. « Je suis un bon manager, en conséquence je devrais gouverner la ville », suggérait-il à un journaliste en 2001 (cf. Brash 2011 : 67). Son programme, ses intérêts, ses amitiés, ses réseaux et ses pratiques politiques étaient éminemment liés au monde des affaires, et sa richesse lui a permis de siéger dans les comités de nombreuses institutions et fondations prestigieuses. Pour Brash, la philanthropie de Bloomberg sert les intérêts de classe des élites capitalistes transnationales qui se positionnent comme « stewards des institutions culturelles, éducatives et médicales les plus importantes de la ville » (ibid. : 45). Et en effet, en plus du bénéfice symbolique tiré de l’image d’un homme généreux, qui se soucie des autres, Bloomberg a bien utilisé sa fortune à des fins politiques en finançant de nombreuses associations et organisations locales (Moody 2007 : 157-195). Pour donner une idée de sa fortune colossale, David Callahan la compare à celle du célèbre philanthrope David Rockefeller et calcule que, « si Bloomberg donnait autant annuellement que la légendaire Fondation Rockefeller, il lui faudrait trois cents ans pour distribuer sa fortune » (Callahan 2017 : 12). Il aurait ainsi déboursé quelque 600 millions de dollars durant son premier mandat auprès d’organisations culturelles ou liées aux questions d’aménagement « pour influencer les leaders communautaires et les faiseurs d’opinion » (ibid. : 163) (Forbes estimait le montant des donations de Bloomberg à 800 millions de dollars entre 2004 et 2009). Il aurait donné 450 millions de dollars rien qu’en 2013, sa dernière année au pouvoir (ibid. : 13). Pour lui, politique et charité sont intimement liées et en tout cas nécessaires l’une à l’autre. En 2015, Bloomberg explicitait ainsi ce qui avait été sa logique depuis des décennies :

Certains voient encore la philanthropie comme une alternative au système politique. Je la vois comme une façon de dynamiser les gouvernements. […] Ils ont l’autorité pour piloter les changements que les organisations philanthropiques n’ont pas. En utilisant nos ressources comme leviers, et en formant des partenariats avec les gouvernements, les organisations philanthropiques peuvent faire avancer ces changements (cf. ibid : 14-15).

5Bloomberg n’est donc pas un homme politique traditionnel : il n’avait aucune expérience politique et n’avait jamais détenu aucun mandat avant de devenir maire. Il est un homme d’affaires, et c’est en tant que tel qu’il a administré la ville.

6Kim Moody estimait dans son livre sur les transformations politiques de New York depuis 1974 :

Ce que Bloomberg construisait n’était pas tant une coalition qu’un appareil administratif – quelque chose qu’il comprenait bien en tant qu’homme d’affaires efficace. Et en magnat de l’information, il allait, bien sûr, utiliser les médias pour promouvoir son administration (Moody 2007 : 161).

7Bloomberg a composé son administration de professionnels et d’hommes et de femmes d’affaires ayant travaillé pour lui dans son entreprise, ainsi que de personnes des administrations Giuliani et Koch – « deux des administrations les plus polarisantes » (ibid.) et qui ont le plus favorisé le développement prôné par les élites. Il a nommé à des postes importants et à la tête de commissions clés des dirigeants et des cadres des grandes entreprises de la finance, sans expérience politique. De l’aveu même de Daniel Doctoroff :

Un groupe de personnes officielles est arrivé contre toute attente, dont la plupart n’avait aucune expérience gouvernementale ni expertise en politique publique. Je suis arrivé avec zéro expérience gouvernementale pour ressusciter New York de sa plus grande crise financière, émotionnelle et existentielle de l’histoire moderne. […] sur le papier, nous étions probablement l’administration la moins préparée de l’histoire (Doctoroff 2017 : xii).

8Il a témoigné d’une grande constance vis-à-vis de ses collaborateurs dont beaucoup sont restés en fonction pendant l’ensemble de ses trois mandats – comme sa première adjointe Patricia Harris, Amanda Burden à la tête du département d’urbanisme ou Ray Kelly comme chef de la police –, et recrutés par la suite pour piloter son entreprise – Patricia Harris deviendra la présidente de l’organisme de charité Bloomberg Philanthropies, et Daniel Doctoroff deviendra le président et directeur général de Bloomberg LP, par exemple. En s’adressant régulièrement à la presse, en publiant de nombreux communiqués et en disséminant ses idées et ses décisions auprès du public via une émission de radio hebdomadaire, Bloomberg a mis en œuvre une communication régulière et maîtrisée.

Une approche développementaliste

9Si les maires précédents avaient aussi promu une idéologie favorable au monde des affaires et à la privatisation des espaces publics et des services municipaux, la politique menée par Michael Bloomberg fut exceptionnelle. Sa politique urbaine fut d’ailleurs qualifiée de « nouveau renouvellement urbain » et fut comparée à l’immensité des chantiers de Robert Moses dans les années 1950. Avec Bloomberg, il ne s’agissait plus de projets d’aménagement – fussent-ils gigantesques – isolés les uns des autres, mais, au contraire, d’une vision d’ensemble pour la ville de New York, qui ne visait pas seulement le développement des quartiers centraux mais aussi celui des boroughs extérieurs, et s’inscrivait dans une planification à long terme.

10Au lendemain des attaques terroristes du 11 septembre, dans un climat économique incertain, il s’est donné pour mission de reconstruire New York à la fois financièrement et symboliquement, pour en faire un produit compétitif et attractif pour les entreprises, les investisseurs, les classes créatives… S’inscrivant dans une approche totalement néolibérale, Bloomberg a développé un ensemble de mesures économiques et politiques pour concurrencer les autres villes mondiales : ouverture des marchés, mise en concurrence, dérégulation, privatisation du secteur public… Le développement économique des quartiers s’est avéré être la stratégie de prédilection de Bloomberg (Buettner & Rivera 2009). Il a ainsi choisi de placer le département d’urbanisme sous la tutelle du maire adjoint au développement économique. Les deux pilotes privilégiés de cette stratégie étaient le maire adjoint au développement économique et à la reconstruction, Daniel Doctoroff, et Amanda Burden, nommée à la tête du service et de la commission City Planning. Ainsi que l’explique Doctoroff, ayant auparavant travaillé pour une banque d’investissement, leurs actions étaient basées sur « une confiance suprême dans l’avenir de New York… qui demande une vision ambitieuse et à long terme. C’est pourquoi nous parlons parfois en milliards, et non en millions […] et que notre horizon s’étend en décennies et non en mois » (cf. Fainstein 2005).

11La feuille de route de Bloomberg se structurait autour de trois axes principaux : améliorer la qualité de vie, rendre New York plus favorable aux affaires et diversifier son économie2.

Améliorer la qualité de vie

12L’amélioration de la qualité de vie et de l’environnement urbain était cruciale à la production d’une image positive de la ville. Ainsi, « fournir des logements adaptés à tous les New-Yorkais de tous revenus » (ibid.) devait permettre aux classes moyennes et supérieures de bénéficier d’un cadre de vie privilégié. Il ne s’agissait pas uniquement de répondre à la crise mais également d’anticiper la croissance de la population de New York de plus d’un million d’habitants sur vingt ans. En parallèle, l’embellissement de la ville devait passer par la « revitalisation des rives au travers des cinq boroughs pour créer des logements et des parcs » (ibid.). Véritable réappropriation des espaces industriels de la ville, ces fronts de rivière sont devenus les quartiers les plus convoités et les nouvelles tours d’appartements luxueux rivalisent de piscines, salles de sport, panoramas et autres commodités. Des promenades et esplanades sont destinées à développer l’activité commerciale dans ces zones. Dumbo, le petit quartier de Brooklyn situé entre les ponts de Brooklyn et de Manhattan, offre un parfait exemple pour comprendre comment la municipalité a régulièrement servi de catalyseur pour servir les intérêts et les profits d’acteurs privés. David Walentas, un développeur privé, avait commencé à racheter les friches industrielles de ce quartier. Il avait néanmoins besoin que ce quartier soit « requalifié », c’est-à-dire que la mairie autorise des usages résidentiels et commerciaux. Et alors que les bénéfices de cette opération étaient entièrement au profit du développeur privé, la municipalité a non seulement accordé le zonage convoité, mais a également investi dans la rénovation du parc public adjacent. La gentrification du quartier fut spectaculaire. En quelques années, Dumbo est devenu un des quartiers les plus chers et touristiques de Brooklyn. La rénovation, l’embellissement et la sécurisation des parcs faisaient partie des priorités de Bloomberg qui souhaitait que chaque New-Yorkais vive à dix minutes de marche maximum d’un parc ou d’un square. Parmi les autres mesures qui ont permis à Bloomberg d’améliorer l’image de la ville et sa qualité de vie, on peut citer diverses mesures destinées à améliorer le trafic routier saturé ainsi que la cohabitation des piétons, cyclistes et automobilistes, ou encore l’embellissement des rues en uniformisant et en stylisant le mobilier urbain. Times Square a, par exemple, été rendu non fumeur et partiellement fermé à la circulation automobile pour en faire une zone piétonne aménagée de tables et de chaises. Le département de City Planning a aussi permis la multiplication des terrasses de restaurants et de cafés sur les trottoirs, y compris à Harlem.

13L’amélioration de la qualité de vie fut certainement une étape importante, centrale dans le projet de Bloomberg de faire de New York un produit de luxe, une ville mondiale exceptionnelle – afin d’attirer classes supérieures et touristes –, mais ce volet fut adossé à un autre objectif, tout aussi central, rendre New York attractif au commerce, aux entreprises et autres investisseurs.

Favoriser le commerce

14Alors que ses prédécesseurs avaient toujours concentré leurs efforts sur le sud de Manhattan et/ou sur quelques mégaprojets flottants dans la ville, Bloomberg s’est distingué en soutenant l’idée d’une ville réellement polycentrique, avec plusieurs quartiers d’affaires répartis dans les différents boroughs. Pour y parvenir, Bloomberg pouvait compter sur les Business Improvement Districts (BID), ces associations qui permettent d’améliorer le climat économique des quartiers en fournissant des services tels que propreté et entretien, sécurité, information, rénovation, marketing, événementiel… Les BID sont créés à l’initiative des commerçants d’un territoire plus ou moins grand, et approuvés par la ville qui, de fait, transfère une partie de ses prérogatives et privatise la gestion de certains services publics. Leurs actions sont financées par une taxe obligatoire à tous les commerçants du territoire concerné. C’est la ville qui la collecte (à ses frais) et qui la redistribue intégralement au BID. En 2018, plus de 90 000 commerces étaient organisés dans 75 BID. Leur taille varie avec des budgets allant de quelques dizaines de milliers de dollars à 20 millions de dollars pour le Downtown Alliance (dont 16 millions issus de la taxe) ou 18 millions de dollars pour le Times Square Alliance (dont 12,6 issus de la taxe)3. Des petits BID comme le 180th Street ou White Plains Road ne disposent pas d’autres sources de revenus que cette taxe, soit 60 000 et 110 000 dollars respectivement. Leur efficacité est également très variable mais certains d’entre eux se sont avérés très puissants dans la reconversion de plusieurs quartiers. D’un quartier résidentiel plutôt dégradé, Times Square est ainsi devenu le quartier touristique et de divertissement renommé qu’il est, grâce au rôle actif du BID Downtown Alliance (Berg 2007). Sharon Greenberger, son ancienne directrice du développement économique, a d’ailleurs été recrutée comme cheffe de cabinet par Daniel Doctoroff. Tous les maires n’ont pas promu les BID comme Bloomberg l’a fait. « Dans ces temps difficiles, nous devons renforcer les BID et les corporations de développement économique local à travers la ville », déclarait-il ainsi dès 2002 dans son discours sur « l’état de la ville4 ». Il a, pour cela, assoupli les procédures de candidatures, contribuant ainsi au doublement de leur nombre au cours de son mandat. Giuliani avait, au contraire, limité leur capacité d’emprunt – et donc d’action, même si c’est sous son mandat, en 1993, que fut créé le BID de la 125e Rue. Cela fut les prémices de la revitalisation de cette rue mais c’est après la requalification en 2008 que les transformations se sont accélérées et ont pris de l’ampleur (Busà 2014).

15Michael Bloomberg a également soutenu le développement économique par des travaux importants sur les infrastructures et les transports. La ligne de métro n° 7 a ainsi été prolongée dans le West Side, dans un contexte de très forte spéculation sur ce quartier, qui devait accueillir le nouveau stade de l’équipe de football américain des Jets. Le projet de stade, très contesté, a finalement été refusé par l’État de New York mais les travaux d’extension du métro ont débuté en 2007. L’ouverture au public a été retardée une dizaine de fois jusqu’à septembre 2015. Il s’agissait de la première extension financée par la ville depuis près de soixante ans. Un projet de liaison entre Manhattan et l’aéroport John-F.-Kennedy par un chemin de fer plus rapide que l’actuel métro – qui nécessite deux heures – fut également envisagé. Mais le projet paraissait davantage servir les intérêts des promoteurs de Downtown Manhattan que ceux de la population générale. Finalement, le projet de prolongement du métro sur la 2Avenue a emporté les faveurs de l’État, dont le porte-parole de l’Assemblée, Sheldon Silver, représentait la circonscription desservie. De plus, dans un contexte de périurbanisation où de plus en plus de pauvres, ouvriers et employés vivent dans les banlieues de la première ceinture de la ville, New York ne peut pas se soustraire à des investissements colossaux nécessaires pour lutter contre la vétusté de son réseau de transports en commun. La ville, même entièrement gentrifiée, devra rénover son système de transport public qui sert aussi une partie de sa main-d’œuvre.

Diversifier l’économie de New York

16Pour Bloomberg, la diversification de l’économie new-yorkaise, jusque-là très dépendante de Wall Street, consisterait principalement à développer et à étendre géographiquement des secteurs déjà dynamiques, comme le tourisme. Pour la première fois, il nomme un chef de marketing à la ville afin de coordonner la communication, la promotion et la publicité sur la ville de New York. Il développe aussi dans ce domaine des partenariats avec des acteurs privés afin de partager les coûts et les revenus de ces activités et commande une étude sur la possibilité d’étendre le tourisme aux cinq boroughs. Ces initiatives devaient être soutenues par la modernisation des infrastructures pour attirer des événements majeurs, comme les Jeux olympiques de 2012 (finalement obtenus par la ville de Londres).

17Les industries du cinéma et de la télévision ont longtemps fait à New York une place de choix mais, depuis quelques années, la concurrence de la côte ouest est très forte et les coûts de production dans les immenses studios hollywoodiens plus attractifs. C’est pour cette raison, et parce qu’il est important pour l’image de New York de rester le théâtre de ces fictions, que Michael Bloomberg souhaitait favoriser cette industrie et attirer les producteurs grâce à des exemptions et des incitations fiscales, mais aussi en facilitant les autorisations de tournage, etc. Pour la même raison, il souhaitait encourager la concentration de médias internationaux à New York pour en renforcer la dimension « globale » et développer les infrastructures scientifiques (laboratoires, centres de biotechnologie…) afin que la ville devienne plus compétitive à l’avenir dans ce secteur.

18Au terme de ses trois mandats, Bloomberg avait avancé sur un grand nombre d’objectifs mais surtout sur la transformation néolibérale fondamentale des relations entre le gouvernement local et le secteur privé. En effet, la politique menée par Michael Bloomberg témoigne, d’une part, d’une forte convergence entre les intérêts et les objectifs municipaux et ceux des acteurs privés en général, et surtout, d’autre part, d’un recours systématique à leur intervention pour opérer le développement de la ville, quel qu’en soit le domaine (logement, technologie, commerce, tourisme…). Dans les quartiers en gentrification, cela signifie le remplacement des petits commerces familiaux peu rentables pour les propriétaires et chers pour les consommateurs par des magasins de marques, fortement aidés par la municipalité (abattements, exemptions, subventions), et très concurrentiels donc, a priori, plus favorables pour les consommateurs. Mais cela signifie aussi la construction et la gestion privée de nouveaux logements, l’aménagement urbain (voirie, zonage…) pour faciliter leur développement, etc.

19Cette approche, surnommée « la méthode Bloomberg » par Julian Brash dans sa thèse (2006) sur l’idéologie politique urbaine et les politiques de développement dans le New York contemporain, constitue une nouveauté, sinon une rupture, avec les modes de gouvernance précédents :

La méthode Bloomberg constitue aussi une innovation idéologique et organisationnelle dans la mesure où le gouvernement municipal est ouvertement conçu comme une société, les entreprises comme des clientes, la ville elle-même comme un produit qu’il faut étiqueter et commercialiser [...] et le maire comme un chef d’entreprise (Brash 2006 : 18, 25).

20Michael Bloomberg, grâce à une image séduisante – moins brutal que Giuliani, efficace, brillant, calme – a fait de la gentrification sa doctrine politique. Il a déployé cette stratégie sur l’ensemble du territoire new-yorkais et investi des niveaux de ressources inédits pour favoriser les développements privés dans les quartiers concernés. Le paysage urbain a d’ailleurs connu des transformations spectaculaires et rapides. Comme le rappelle Julian Brash, jusque dans les années 1990, la gentrification consistait en divers projets, limités en nombre et en portée, même s’il devenait de plus en plus évident qu’il s’agissait de la partie visible de processus de régénération urbaine plus profonds qui visaient à reconquérir la ville pour et par les classes supérieures (ibid. : 147). Au nom de la compétitivité de leur ville (particulièrement dans une ville globale comme New York) et alors que les économies dépendaient de plus en plus des secteurs financiers, médiatiques et immobiliers, et que les investissements privés dans les opérations de redéveloppement urbain augmentaient, les pouvoirs publics ont généralisé, coordonné et encouragé les processus de gentrification (ibid. : 148). À New York, Michael Bloomberg a personnifié ce tournant et porté avec détermination des projets tels que la requalification de la 125e Rue ou l’expansion du campus de l’université Columbia, alors même qu’ils suscitaient de vives contestations.

Notes de bas de page

1 Voir Forbes, « The 400 Richest Americans » (2018) ; « The World’s Billionaires » (2019) et Forbes TV Network, « The Most Powerful Billionaires » : <http://www.forbes.com/lists/>.

2 Michael Bloomberg, « Bloomberg Administration: Major Economic Development Initiatives  City of New York », non daté.

3 « NYC Business Improvement District Trends Report, FY 2017 », NYC Small Business Services, 2018.

4 Michael Bloomberg, « State of the City Address », le 30 janvier 2002.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.