Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

À qui profite la gentrification de Harlem ?

p. 91-111


Texte intégral

Mixité et réduction de la ségrégation : un bienfait pour Harlem ?

1Les débats – publics, politiques, médiatiques et scientifiques – au sujet des effets de la gentrification persistent. Qu’on le juge de manière positive ou négative, le phénomène reste complexe. Ses effets varient selon les échelles ou les groupes sociaux observés. À Harlem non plus, les bénéfices de la gentrification ne sont pas partagés par tous les habitants. Ainsi, l’augmentation de la mixité sociale et raciale ainsi que la réduction de la ségrégation – objectifs annoncés des politiques publiques – méritent d’être interrogées.

2Dans les années 1980, la double ségrégation sociale et raciale au cœur des villes a conduit à l’émergence de ce que certains chercheurs, à l’instar de William Julius Wilson, appellent l’underclass :

Le terme « underclass du ghetto » se réfère à un groupe hétérogène de familles et d’individus qui vivent au cœur des grandes villes de la nation. Le mot suggère que les quartiers-ghettos ont connu une transformation sociale fondamentale et que les groupes qui y vivent sont collectivement différents et beaucoup plus isolés socialement que ceux qui y vivaient les années précédentes (Wilson 1987 : 143).

3Dans son ouvrage The Truly Disadvantaged, consacré à cette nouvelle classe structurellement désavantagée, le sociologue présente le problème de l’isolement social et économique des Noirs vivant dans ces quartiers. Il attribue leurs difficultés à un manque structurel d’opportunités économiques et de réseaux socialement et culturellement influents, phénomène renforcé par l’exode de la classe moyenne noire de ces quartiers. L’avantage compétitif acquis par ces classes moyennes, comme des revenus plus importants, un niveau d’éducation plus élevé et autres talents (résultant souvent des programmes sociaux des années 1960 ciblant les minorités), ne bénéficiait donc pas au quartier. De ce constat sont nées deux approches. Pour Wilson, il faut une action orientée vers les populations qui mette à leur disposition plus d’outils pour se sortir de la pauvreté, tels que des formations, des emplois, une meilleure éducation… Selon lui, la mobilité sociale entraînera la mobilité géographique et réduira la ségrégation socio-spatiale et « les effets de quartier » qu’elle produit. Mais une deuxième voie émerge avec les politiques de gentrification. L’action ne vise plus les individus mais les quartiers. L’attraction de ménages aux revenus plus élevés est censée bénéficier à tous les habitants, même les plus pauvres, en réduisant leur concentration. C’est dans ce but, par exemple, qu’est développé dès 1992 le programme HOPE VI par le département fédéral du Logement et du Développement urbain (HUD) – programme qui détruit littéralement les grands ensembles devenus des poches de pauvreté et propose le relogement des populations dans des quartiers plus mixtes. De plus, l’augmentation du nombre de propriétaires dans les quartiers déshérités doit favoriser la stabilisation de la communauté. Toutefois, il s’agit toujours de faire venir des ménages plus aisés dans des quartiers pauvres et jamais l’inverse, à savoir installer des ménages pauvres dans des quartiers riches note Nellie Bailey, présidente du Harlem Tenants Council, association de défense des locataires1.

4Et en effet, à Harlem, les chiffres du recensement montrent, depuis 1980, des transformations démographiques nettes ainsi qu’une nouvelle échelle de salaires. Il faut remonter aux années 1920 pour trouver une si faible proportion de Noirs à Central Harlem, 63 % en 2010, 51,8 % en 2020, c’est-à-dire le taux le plus bas depuis que le quartier est devenu noir. Si les pouvoirs publics et les classes supérieures peuvent y voir un signe positif de déségrégation, du point de vue de la communauté noire, les classes populaires en particulier, il s’agit d’une défaite.

5Ainsi, le sociologue Lance Freeman, tout en encourageant des recherches supplémentaires dans ce sens, met en garde contre les coûts de ces politiques et rappelle que certains effets de quartier peuvent être positifs pour les uns et négatifs pour les autres, comme l’augmentation des contrôles de police (Freeman 2006 : 154-155). De plus, il rappelle que les effets positifs potentiels de l’arrivée d’une classe aisée dans le quartier restent limités car il existe très peu d’interactions entre les nouveaux habitants et les anciens. Et parmi les contacts qui existent, une part importante est conflictuelle.

6L’opinion publique est divisée et certaines personnes voient d’un œil positif ces transformations. Ainsi, Dwana Hughes, agent immobilier travaillant à Harlem, mais n’y vivant pas, se dit très favorable à la mixité sociale et raciale :

Il y a des bons côtés dans la gentrification. On parle toujours des mauvais mais la diversité des nouveaux arrivants est une bonne chose. Ils ont des enfants, et même si tous les enfants ne vont pas dans les mêmes écoles, il y a forcément des interactions dans la rue, au parc, au relais... Et c’est une bonne chose pour les jeunes enfants noirs qui peuvent s’identifier plus facilement. Ça aide aussi à combattre les préjugés. Donc je pense que c’est une bonne chose qu’on oublie trop souvent2.

7Lance Freeman dit pourtant qu’il y a peu d’interactions entre les anciens habitants et leurs nouveaux voisins, et le recensement atteste qu’un grand nombre d’habitants a tout simplement disparu. S’il y a des effets positifs à la déconcentration de la pauvreté et des minorités, ils ne sont, c’est certain, pas au bénéfice de tous. L’augmentation des valeurs immobilières et des taxes foncières l’atteste.

Augmentation des valeurs immobilières et des taxes foncières

8Les politiques de gentrification sont aussi un moyen de générer des revenus pour les villes. Ces revenus peuvent être indirects, issus de l’activité économique dynamisée ou du tourisme, par exemple, mais peuvent aussi être directs, par le biais des impôts payés par les habitants. Ainsi, la gentrification d’un quartier génère davantage de revenus à la fois en attirant des ménages plus riches, mais aussi en augmentant la valeur foncière des logements et des terrains non bâtis. De plus, tant que les prix de vente sont croissants, le quartier reste attractif, car les individus tout comme les promoteurs vont mettre en place des opérations de spéculation. La dynamisation du marché immobilier local permet au quartier d’intégrer des réseaux mondiaux par le biais de grandes entreprises et promoteurs dont les sociétés sont transnationales. Dans une ville globale comme New York, les politiques de gentrification sont dès lors un avantage compétitif perçu comme nécessaire par les pouvoirs publics.

9Les habitants, en revanche, subissent des augmentations d’impôts qui résultent de l’augmentation de la valeur de leur propriété. Pour les héritiers de maisons ou d’appartements acquis par leurs familles quand ils n’avaient que peu de valeur, et qui n’ont eux-mêmes que des revenus limités, les conséquences peuvent être lourdes. Cette situation peut s’avérer difficile pour les retraités dont les revenus sont fixes ou encore les propriétaires de longue date. Au cours d’un entretien en 2010, Donyale Isley, agente immobilière à Harlem, craignait même que la municipalité utilise cet instrument pour collecter plus de revenus. Elle constatait alors :

Il peut y avoir une maison assujettie à 2 000 $ d’impôts et celle d’à côté à 12 000 $. C’est courant. Cela dépend des travaux qui ont été effectués, de la fréquence des changements de propriétaires et du niveau d’information des personnes sur les dispositifs qui existent pour payer moins d’impôts, etc.
[...] Mais je crois que la ville veut vraiment augmenter les impôts fonciers à des niveaux équivalents au New Jersey, par exemple, et ils commencent à réévaluer les propriétés. Ils sont vraiment à la recherche d’argent et il n’y a aucun doute que cela va conduire au déplacement de nombreuses personnes sans en avoir l’air3.

10Le système des impôts locaux n’avait toujours pas été réformé en 2020. Mais même le maire de l’époque Bill de Blasio (2013-2021), trouvait le système « injuste » et pensait qu’il devait être réformé4. En effet, le système actuel conduit un nouvel acheteur à payer un impôt sur la base de la « valeur estimée » et non pas sur celle de la valeur du marché. Et donc parfois à payer moins d’impôts que des ménages voisins plus modestes. C’est une question complexe car adosser le taux d’imposition d’une propriété à sa valeur sur le marché pénaliserait énormément les ménages ayant des revenus faibles, moyens ou fixes – les retraités notamment – des quartiers en gentrification. Pour les minorités ethniques, les Noirs en particulier, la possibilité d’accumulation d’un patrimoine et d’une richesse intergénérationnelle – qu’une succession de lois et de dispositifs politiques ont empêchée – est un enjeu très politique.

Amélioration des services locaux ?

11« Pour moi, la gentrification équivaut à de meilleurs services, des meilleurs restaurants et plus de parcs», dit Terrence, 23 ans. C’est en effet une remarque que partagent de nombreux observateurs. Des taxis à la police, en passant par les transports et les écoles, les quartiers en gentrification connaissent des améliorations significatives. Cela s’explique par le fait que la municipalité cherche à attirer et à retenir ces classes moyennes et supérieures, et redouble donc d’efforts concernant la qualité de vie. Et d’autre part, l’émergence d’une nouvelle population, et donc d’un pouvoir d’achat fortement augmenté, conduit le secteur privé à proposer de nouveaux biens et services. Des supermarchés de meilleure qualité voient ainsi le jour, ainsi que des restaurants et des salons de thé correspondant plus au goût des nouveaux habitants. Le ramassage des poubelles est plus fréquent, les rues mieux entretenues par les services municipaux. Ces services attirent de plus en plus de nouveaux résidents et, en retour, l’élargissement de la clientèle attire plus d’investisseurs et de commerçants, créant ainsi un cercle prétendument vertueux. Dans les stades précoces de la gentrification, la réduction des violences et des incivilités encourage les chauffeurs de taxi à venir plus souvent dans les quartiers, même tard, ce qui, en retour, facilite la circulation des touristes et des visiteurs, favorise l’ouverture tardive des commerces, des lieux de rencontre, et dynamise la vie de quartier. Les places publiques et les parcs sont également mieux entretenus, les éclairages publics plus fréquents pour garantir la sécurité des riverains et des visiteurs. Les écoles publiques sont mieux dotées…

12La gentrification de Harlem a donc permis l’émergence de services locaux renouvelés, proposant une offre de meilleure qualité et plus diversifiée aux habitants. Mais, alors que l’arrivée de certains commerces est critiquée, c’est surtout la disparition d’autres qui pose problème. Les commerces de proximité constituent un élément important du sentiment d’appartenance à un territoire. Élément qui a d’autant plus d’importance dans les quartiers historiquement défavorisés où les habitants comptent sur cet entre-soi au quotidien. Parce que l’on connaît le patron du café du coin et parce qu’on y est connu, parce que l’on a l’habitude de s’arrêter acheter le journal et d’échanger quelques mots avec le vendeur, parce que l’épicier n’hésite pas à nous faire crédit, alors le quartier devient vraiment familier et l’on peut s’y sentir chez soi, y avoir des habitudes. Or, la fermeture de ces commerces, tenus depuis de longues années par des personnes qui connaissaient le quartier et ses habitants, le rend impersonnel et conduit à un sentiment de nostalgie et de perte. Des années après le combat perdu contre la requalification de la 125e Rue, Ndigo Washington, membre de la Coalition pour sauver Harlem (Coalition to Save Harlem) entre 2005 et 2008 et entrepreneuse dans la spiritualité et le bien-être, se souvient :

C’est un des aspects invisibles de la gentrification. On ne parle jamais de l’impact émotionnel et sur la santé mentale. On s’attend à des traumas en temps de guerre mais quand il n’y a pas de bombes, c’est plus subtil. Je me souviens que j’essayais d’expliquer aux gens que c’était douloureux pour moi de marcher le long de la 125e Rue quand je la voyais se transformer. Je devais littéralement emprunter les 124e et 126e Rues pour la contourner parce que je me sentais si impuissante face aux changements. J’avais l’impression de voir notre héritage, notre passé, être effacés juste sous nos yeux. C’est très triste. Et c’est inquiétant pour son futur. Dans une communauté noire qui n’a pas eu, dans sa majorité, l’opportunité d’accumuler et de transmettre un patrimoine financier entre générations, nous avions au moins un lieu de vie qui était à nous, et qui nous est arraché. Les gens ne voyaient pas cette dimension5.

13Après la vente en 2007 de plusieurs immeubles situés sur Frederick Douglass Boulevard, le nouveau propriétaire, Kimco Realty Group, a menacé d’expulser les commerces qui s’y trouvaient, suscitant de vifs désaccords avec la communauté.

14Nellie Bailey affirmait au Columbia Spectator (Jara 2007) : « Personne ne nie que nous avons besoin de développer le quartier, mais nous avons besoin […] qu’il intègre aussi les commerces existants. »

15L’attachement à ces commerces va donc au-delà des biens ou des services qu’ils peuvent proposer. Ils sont devenus des sites culturels à part entière, et sont des piliers de la vie et de la culture du quartier. C’était, par exemple, le cas du magasin de disques de Bobby Robinson, Bobby’s Happy House, ouvert en 1946, « avant que le R&B ne s’appelle comme ça » (Eligon 2007). Bien sûr, le commerce en lui-même n’était plus véritablement lucratif, mais ce qu’il représentait pour l’héritage culturel noir américain était immense. Incontournable pour les producteurs de musique, il est ensuite devenu une étape lorsqu’une visite guidée sur le thème de la culture hip-hop à Harlem a été créée. En effet, Bobby Robinson a lui-même aidé à produire plusieurs artistes de légende sur son label indépendant, tels Grandmaster Flash ou The Furious Five dans les années 1970. Debra Harris, directrice de ce tour, regrettait : « [Sans lui] ça va vraiment, vraiment faire du mal au quartier et à la préservation des racines du hip-hop car il est un peu le dernier des Mohicans ici » (ibid.).

16La fermeture de son magasin de disques en janvier 2008, plus de soixante ans après son ouverture, suite à la décision du propriétaire de raser l’immeuble, dépassait donc le cadre d’un débat sur la viabilité financière du commerce ou la rationalité économique pour le promoteur. C’est bien l’identité du quartier dans son ensemble qu’entame la disparition progressive des commerces historiques de Harlem. D’ailleurs, à quelques centaines de mètres, sur la 125e Rue, à peine quelques mois plus tard, un autre magasin de disques a aussi fermé ses portes après trente-six ans d’existence car le propriétaire, une église, souhaitait récupérer les locaux pour les utiliser de façon plus rentable. Sikhulu Shange, sexagénaire originaire d’Afrique du Sud et propriétaire du Harlem Record Shack (locataire de la boutique), n’en décolérait pas et soulignait, à juste titre :

Il fut un temps où tout le monde fuyait Harlem, mais nous on est restés, on a maintenu la culture vivante. […] Les touristes ne viennent pas pour voir des McDonald’s et des Burger Kings. Ils viennent pour voir la culture noire (Williams 2008a).

17Les développements de la 125e Rue, aussi bien privés que publics, quelle que soit leur ampleur, et même si la crise économique de 2008 a parfois offert un petit répit, ont déjà modifié le caractère de cette rue. De nombreux magasins ont fermé, remplacés par des boutiques plus en vogue ou des chaînes nationales et internationales comme Starbucks, H&M, Foot Locker, MAC, Old Navy, Body Shop, American Apparel, etc. – dont certaines ont déjà fermé d’ailleurs.

18Cette évolution s’est aussi traduite par la gentrification de la culture urbaine. En effet, la 125e Rue était un lieu de pélerinage pour les amateurs de sneakers et de streetwear. On y trouvait vêtements, baskets et casquettes dans toutes les gammes de prix, de la contrefaçon à la pièce en série limitée. C’est l’ouverture d’Atmos, une petite boutique de sneakers, qui a marqué un tournant en 2006. Plus proche du concept store, les paires proposées sont des modèles plus rares et des éditions limitées, nettement plus chères. Seules les grandes enseignes peuvent maintenant ouvrir sur la 125e Rue, à l’instar, en 2007, du magasin Foot Locker qui y a d’ailleurs installé son premier concept store dédié au basket-ball, sous le nouveau nom de House of Hoops by Foot Locker. C’est toujours l’univers du sport, mais plus haut de gamme. On y trouve des chaussures en séries limitées, des marques-sponsors ou des marques et collections créées par des sportifs tels que Michael Jordan, ainsi que des maillots d’équipes. Symboliquement, ces magasins témoignent de la transition opérée d’une clientèle masculine, jeune et noire vers une nouvelle clientèle, plus riche, plus diverse racialement, moins locale et plus internationale. Cela s’inscrit dans un mouvement d’appropriation des cultures underground et des classes dominées par les dominants. On le voit dans la mode, la musique, la danse… L’enseigne a d’ailleurs ouvert dans la foulée des boutiques à Londres, Montréal, Paris…, signe que la gentrification se déploie dans le contexte d’une économie néolibérale globalisées.

19La normalisation – c’est-à-dire la conformité croissante à des normes dominantes communes – et l’aseptisation extrême des espaces publics qui en découle, font perdre aux lieux leur charme et caractère propres. Tous les quartiers gentrifiés finissent par se ressembler… et les populations qui les habitent aussi. La sécurité, la qualité de vie et l’éducation sont des critères majeurs pour les classes moyennes. Les pouvoirs publics sont donc sensibles à ces demandes et plus prompts à y répondre quand elles sont formulées par des classes plus privilégiées. La plupart de ces changements sont réclamés par les populations locales depuis longtemps si bien qu’elles nourrissent une amertume – plutôt compréhensible – lorsque les nouveaux habitants ou commerces obtiennent ce qui leur a toujours été refusé.

20De plus, la gentrification se fait au prix de processus parfois violents qui, même s’ils touchent un nombre de personnes difficile à évaluer, sont très peu défendables.

Le harcèlement et les expulsions

21À Harlem, en 2000, soit aux prémices de la gentrification du quartier, l’extrême majorité des logements était occupée par des locataires (90 %), à l’instar de Manhattan (80 %) et même la ville de New York (70 %)6. Or, pour pouvoir augmenter les loyers de manière significative, la loi incite les propriétaires à renouveler les locataires de leurs appartements et à effectuer des travaux de modernisation qui permettent de déplafonner les augmentations. Partout dans les quartiers en gentrification, et donc à Harlem, a fortiori dans un contexte de très forte demande de logements à l’échelle de la ville, les habitants subissent une forte pression. Nombreux se sont même plaints d’actes de harcèlement ou de méthodes d’intimidation afin de les faire déménager. En 2010, la conseillère municipale d’East Harlem, Melissa Mark-Viverito, en attestait :

Tous les jours des gens rentrent dans ce bureau parce qu’ils sont victimes de harcèlement. [...] On leur suspend le chauffage, l’eau chaude, les réparations nécessaires ne sont pas effectuées, on les accuse de ne pas payer leur loyer à temps... [...] Et il y a peu de recours pour protéger ces locataires. Il faut aller au tribunal7.

22Ce genre de témoignages est suffisamment fréquent dans les réunions publiques pour mesurer l’étendue de ces pratiques. Une femme en explique le fonctionnement :

Ils viennent et ils nous disent, « vous n’êtes pas les locataires légaux », « vous n’êtes pas les titulaires de l’appartement », « vous ne vivez pas ici », « nous avons des détectives, nous savons »…, c’est très dur. Dans mon immeuble les nouveaux propriétaires ont repris quelques appartements car ils étaient sous-loués illégalement et maintenant ils sont loués entre 2 100 et 2 800 $ par mois alors que c’est un immeuble stabilisé8,9 !

23En effet, normalement, les locataires d’un appartement dont le loyer est régulé ont l’obligation d’en faire leur résidence principale, et ils ne peuvent donc pas le sous-louer ni avoir de colocataires. Or, il existe des personnes qui abusent du système et sous-louent leur appartement au prix du marché, alors même qu’ils ne paient qu’une petite portion de cette somme. Dans ce cas, ils peuvent être expulsés pour avoir enfreint la réglementation. Mais certains propriétaires prennent ce prétexte pour harceler leurs locataires en employant des détectives privés pour les observer et vérifier leur situation. Ils dépensent parfois beaucoup d’argent afin de s’octroyer une chance d’augmenter les loyers (Scott 2007 : 7). Ces méthodes peuvent s’avérer pénibles pour des locataires dans leur bon droit.

24Une autre locataire, en situation de handicap, raconte que son propriétaire est entré dans son appartement illégalement sous prétexte qu’il y avait une urgence. Ce genre d’événements est traumatisant et produit beaucoup de stress pour les locataires. Leurs conditions de vie sont parfois rendues difficiles, voire impossibles. Une femme en fauteuil roulant raconte :

Il y avait deux ascenseurs avant dans l’immeuble dont un que je pouvais utiliser. Mais afin de faire des économies, ils en ont supprimé un, celui que je pouvais utiliser seule. Maintenant, tous les jours, je suis obligée de demander de l’aide pour sortir de l’ascenseur. C’est dégradant. J’ai perdu mon autonomie (ibid.).

25Fréquemment, la qualité de vie est dégradée par des travaux et des réparations non effectués : des fuites, des ascenseurs en panne (contraignant les résidents, parfois âgés, à monter à pied de nombreux étages), des coupures d’eau ou d’électricité. Des locataires d’East Harlem, organisés au sein d’un groupe appelé Movement for Justice in El Barrio, racontent que leurs factures mensuelles étaient gonflées par des services qu’ils n’avaient jamais utilisés ou encore par des frais pour des retard de paiement inexistants. Ces quelques centaines de dollars supplémentaires pour ces personnes précaires vivant déjà dans des conditions difficiles sont un fardeau insupportable. Souvent, ces charges sont accompagnées d’une lettre leur commandant de quitter l’appartement sous peine de poursuites judiciaires (Chung 2007)10. La pression exercée sur les locataires peut prendre des formes bien différentes. Phyllis Adams, 61 ans, par exemple, a vécu comme du « harcèlement » et une « privation de liberté » la mise en place de badges magnétiques nominatifs pour accéder à l’immeuble dans lequel elle vit depuis sa construction11.

26Continuellement réclamer que les réparations soient effectuées ou devoir entreprendre des actions judiciaires très coûteuses financièrement et chronophages a pour effet de compliquer la vie de locataires intimidés et découragés. Comme l’explique un représentant du Pratt Area Community Council :

Le problème est que la plupart des gens ne savent pas quoi faire quand ils reçoivent ces avis. Il faut vraiment être vigilant avec le courrier. Les propriétaires utilisent maintenant des recours légaux très sophistiqués et ils vont poursuivre encore et encore. C’est très efficace. Le deuxième problème étant que les lois actuelles ne sont pas très efficaces pour protéger les locataires12.

27Au début des années 2000, quand le marché immobilier de Harlem devenait plus dynamique, le groupe Olnick, propriétaire du complexe Lenox Terrace entre la 132e et la 135e Rue, a été accusé de faire pression sur les locataires dont les loyers étaient protégés par les lois de stabilisation – parfois de façon agressive indiquent des documents juridiques datant de 2006 à 2008. Parmi leurs tactiques, Olnick Organization refusait d’encaisser des loyers pour ensuite poursuivre les locataires ou leur facturer des retards de paiement. Un locataire a subi des pressions pour signer un bail différent pour un appartement et sa place de parking. Un homme perdant la vue et ne pouvant plus faire de chèque a été menacé d’expulsion car le loyer était payé par un membre de sa famille depuis un compte joint. Les descendants d’un locataire décédé ont même reçu une facture pour les frais juridiques d’expulsion courant trois mois après sa mort13. En 2008, un groupe de locataires du 3333 Broadway (qui jouxte la zone d’expansion de l’université Columbia) entame une action collective auprès de la cour suprême de Manhattan contre leur propriétaire, Urban American Management Corporation. En plus des centaines de violations au code de l’habitat recensées cette année-là par les services municipaux (souris, rats, fuites, champignons), le groupe a envoyé 633 notifications d’expulsion (sur 1 192 appartements) en moins d’un an14. Le mal était fait puisque plusieurs centaines de locataires avaient déjà quitté l’immeuble au moment du recours.

28Malgré tout, des responsables associatifs se veulent optimistes et maintiennent que – et la condamnation15 en 2009 de Tishman Speyer dans le cadre de dérégulations illégales à Peter Cooper Village et Stuyvesant Town aurait pu le montrer – quand les locataires se regroupent et s’organisent, leurs chances de faire valoir leurs droits augmentent.

29Le bureau du procureur de New York, sur la base du nombre de plaintes enregistrées, publie même régulièrement une liste des pires propriétaires de la ville. La carte montre qu’ils se concentrent dans les quartiers les plus défavorisés de Brooklyn, du Bronx et, sans surprise pour les locataires, de Harlem16. Ces pratiques ne se sont pas dissipées avec l’avancée de la gentrification dans le quartier comme en témoigne l’exemple de deux immeubles d’East Harlem achetés en 2013 et 2014 par Ephraim Vashovsky. Dès l’achat en février 2013 de l’immeuble situé au 14 Est 125e Rue pour 1,85 million de dollars, les locataires ont commencé à se plaindre de la présence de rats et du manque de chauffage et, au bout de quelques mois, les locataires de cinq des six appartements à loyers régulés avaient déménagé, rapporte le New York Times17. Pire, dans un autre immeuble acheté en mai 2014 pour 3 millions de dollars et situé au 21 Est 115e Rue, des travaux de rénovation impliquant la démolition des murs intérieurs de l’immeuble ont débuté alors qu’une famille avec cinq enfants vivait encore sur place. Les risques d’effondrement étaient importants. Durant cet hiver très froid, l’eau chaude et le chauffage avaient été coupés, l’eau gelant même dans la chasse d’eau. La famille était obligée d’utiliser les toilettes des commerces voisins. Des représentants du propriétaire venaient également frapper le soir à la porte de cette famille mexicaine pour les menacer de les dénoncer aux services de l’immigration. Les autres familles avaient accepté de Vashovsky des sommes allant de 10 000 à 30 000 $ pour partir. Il fut arrêté en 2016 et plaida coupable de harcèlement et mise en danger en 2017, puis fut l’objet d’une condamnation criminelle inédite et historique. En 2019, un juge de Manhattan a rendu une décision permettant à une centaine de locataires du 326-338 Est 110e Rue de poursuivre collectivement (class action) leur propriétaire, Steve Croman, pour la dérégulation illégale de 70 % des 92 appartements stabilisés18. Ce dernier avait déjà été condamné pour fraude et d’autres infractions à l’encontre de ses locataires19.

30Il est difficile de mesurer l’impact véritable du harcèlement sur les déplacements de population. Même si toutes les situations ne mènent pas systématiquement au départ du locataire, l’opération reste rentable pour le propriétaire. Comme l’explique Charles Bagli, journaliste au New York Times :

Des entreprises comme Pinnacle envoient des notifications d’expulsion en masse à leurs locataires. Il y a eu une certaine mobilisation à leur sujet d’ailleurs [locataires, élus, presse] mais même si seulement 20 locataires partent d’un immeuble, c’est déjà bénéfique pour Pinnacle qui n’a presque rien dépensé pour cela. Ils raisonnent en termes d’économies d’échelles uniquement20.

31Même si tous les propriétaires n’agissent pas de la même manière, les témoignages sont légion et la somme de ces « anecdotes » de harcèlement et d’expulsions illégales produit beaucoup de stress et a un effet puissant dans les représentations et dans l’imaginaire collectif. L’amélioration et la rénovation du parc de logements se font donc clairement au détriment des classes populaires, des immigrés et des Noirs. Ceux qui restent doivent parfois s’épuiser dans de longues batailles juridiques, subir des intimidations ou vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Mais il y a aussi ceux qui partent. Quand les loyers deviennent trop élevés, que deviennent les habitants ? Combien d’entre eux peuvent résister à la pression exercée par la gentrification ? Ces questions sont au cœur des peurs et des conflits liés à la gentrification.

Les déplacements

32La question des déplacements est conflictuelle parce qu’elle est au carrefour de conceptions opposées du droit à la ville. D’un côté, une vision néolibérale défend le principe que les habitants peuvent vivre là où leurs moyens le leur permettent, et est réticente aux interventions publiques à caractère social ; de l’autre, une vision plus « libérale » (progressiste) considère que les quartiers appartiennent d’abord à ceux qui les font et les occupent, non seulement dans les périodes de désinvestissement et d’abandon, mais aussi dans les périodes de réinvestissement.

33On distingue trois types de déplacements. Les déplacements directs, indirects (ou secondaires) et les déplacements par exclusion. Lorsqu’un ménage est contraint de quitter un logement parce qu’il est rénové, par exemple, alors le déplacement est direct. Lorsqu’un ménage est contraint de quitter un logement parce que le coût de la vie dans le quartier a trop augmenté, alors le déplacement est indirect. De même, les déplacements sont indirects quand les loyers augmentent aux abords d’un projet de requalification ou de rénovation. Enfin, quand un ménage ne peut pas emménager dans le quartier qu’il aurait dû intégrer, alors on qualifie ce phénomène de déplacement par exclusion (Marcuse 1986). Un exemple représentatif est celui des jeunes adultes qui ont grandi à Harlem et qui, après quelques années d’études, ne peuvent plus y revenir. C’est en fait la traduction de la réduction du parc de logements disponibles pour une catégorie d’occupants potentiels.

34Alors que les déplacements directs sont les plus brutaux – nous venons d’en voir de multiples exemples –, ils se produisent le plus souvent de manière indirecte. C’est par le biais des logiques économiques néolibérales supposément « naturelles » que les habitants sont exclus du marché du logement local : les loyers augmentent, des rénovations sont effectuées, les appartements sont reconvertis… Les effets négatifs peuvent même aller plus loin. La seule « peur du déplacement » peut conduire certains résidents à accepter des conditions de vie inférieures, des loyers plus élevés, ou accepter toute autre situation afin de ne pas risquer de perdre leur logement. Au-delà des conditions matérielles, l’impact psychologique est fort et crée un stress important pour des personnes fragiles. Les personnes âgées, par exemple, sont très vulnérables car leurs revenus sont fixes et elles n’ont donc pas les ressources pour s’adapter aux nouvelles conditions économiques.

35Si les mouvements de population ne sont bien sûr pas uniquement liés à la gentrification (parcours de vie, catastrophes naturelles, programmes de renouvellement urbain, etc.), le terme gentrification est quasiment devenu synonyme de déplacements. Il est certes important de réussir à déterminer leur véritable ampleur, tant pour ceux qui défendent la gentrification que ceux qui s’y opposent. Mais, par définition, il est très difficile de compter les déplacés puisqu’ils quittent les territoires étudiés. C’est ce que le britannique Rowland Atkinson qualifie de « mesure de l’invisible » (Atkinson 2000 : 163). De plus, déterminer si un départ est volontaire ou non, lié à la gentrification ou non, est une tâche compliquée. David Maurrasse, dans son ouvrage sur la gentrification de Harlem, ajoute :

Il est difficile de déterminer dans quelle mesure une personne a quitté le quartier en raison de la gentrification grandissante ou non. […] Ce qui est certain c’est que de nombreux résidents connaissent ou ont entendu parler de personnes qui ont quitté le quartier récemment, ou qui ont été expulsées, ou qui n’avaient plus les moyens (Maurrasse 2006 : 102).

36Différents chercheurs ont essayé de produire des données pour répondre à cette question mais butent sur l’absence de données directes. Une enquête sur le logement à New York menée tous les trois ans par le Bureau du recensement fournit quelques informations. Elle a permis à Kathe Newman et Elvin Wyly (2006) de déterminer que les niveaux de déplacements à New York étaient plutôt bas, environ 10 000 personnes par an entre 1991 et 2002. En s’appuyant sur la même source de données, Lance Freeman et Frank Braconi (2004) ont conclu que les niveaux de déplacements des ménages pauvres étaient inférieurs dans les quartiers en gentrification par rapport aux autres quartiers. Il faut, certes, relativiser les résultats de ces deux enquêtes car les données ne concernent que les personnes restées à New York – toutes celles qui ont déménagé hors de la ville disparaissent de cette enquête, de même que toutes celles devenues sans-abri ou s’étant installées avec leur famille. Pourtant, ces résultats assez inattendus ont surpris et suscité de vifs débats, notamment parce qu’ils ont été instrumentalisés par les défenseurs de la gentrification qui y ont vu un moyen de se légitimer. En fait, les niveaux relativement faibles de déplacements à New York s’expliquent par les lois d’encadrement des loyers (régulation et stabilisation), qui continuent de protéger un certain nombre de ménages même si, nous l’avons vu, de nombreux propriétaires font pression pour sortir du système de régulation et emploient des méthodes parfois illégales pour contraindre les locataires à quitter les appartements ou leur imposent des augmentations abusives. Ces programmes sont souvent utilisés pour relativiser les inquiétudes de la population face aux transformations de leur quartier. Ainsi, Bill Carbine, directeur adjoint du Department of Housing Preservation and Development (HPD) expliquait en 2008 :

Un énorme pourcentage de logements à Harlem est financé et réservé pour des personnes en dessous d’un certain niveau de revenus, donc je trouve que le débat est faussé. […] Je ne veux pas minimiser les craintes des gens mais même les changements positifs sont critiqués. Les déplacements existent, mais sont exagérés21.

37Comment donc expliquer que les déplacements soient une thématique aussi conflictuelle et controversée ? Pour Lance Freeman, l’impact de ces déplacements s’étend au-delà du nombre de déplacés. Il attribue cette peur du déplacement à deux choses : la nature potentiellement catastrophique et choquante d’un déracinement pour les individus et, au-delà de l’impact personnel, la dimension globale de la déstabilisation de la communauté (Freeman 2006 : 163).

38En effet, les déplacements (résidentiels et commerciaux) n’affectent pas seulement ceux qui partent mais aussi ceux qui restent, en ce sens qu’ils provoquent la désagrégation de réseaux sociaux, de relations de voisinage et des repères des personnes qui se maintiennent dans le quartier. Quant à la personne qui est déplacée de force, cette expérience peut être tout à fait traumatisante, comme le montrent les travaux de la psychiatre Mindy Fullilove sur le choc du déracinement.

39Le choc du déracinement, à l’échelle de l’individu, est un profond bouleversement émotionnel qui détruit le modèle de fonctionnement du monde qui existait dans sa tête. Le choc du déracinement ébranle la confiance, augmente l’anxiété de laisser des êtres chers hors de vue, déstabilise les relations, détruit les ressources sociales, émotionnelles et financières, et augmente les risques pour toutes les maladies liées au stress, de la dépression à la crise cardiaque (Fullilove 2004 : 14). Ndigo Washington a été témoin de ce traumatisme, individuel et collectif, engendré par les transformations de Harlem. Elle explique :

Le traumatisme peut être si inscrit dans notre corps qu’on ne le réalise même pas. C’est à cela qu’on faisait face. Des gens étaient déprimés, ne voulaient plus sortir de chez eux ou aller au travail… Certains avaient peur et étaient inquiets de ce qui pouvait leur arriver. La peur, l’anxiété, le stress… c’est le trauma tout ça. Comment on le gère ? Avec quels outils on s’en sort ? Quand on ne reconnaît plus son quartier ou ses voisins, on n’est même plus en mesure de trouver de l’aide. La tension augmente encore. La suite, ce sont les enfants qui commencent à être turbulents à la maison parce qu’il y a des tensions entre les parents, à cause de la grand-mère qui doit vivre avec eux, ou de la menace de l’expulsion, la pression du loyer à payer… Le harcèlement des propriétaires ou les réparations non faites dans les logements ont des conséquences en cascade. Imaginez vivre sans eau chaude ou chauffage ! Donc oui, le traumatisme de la gentrification se traduit mentalement, physiquement, émotionnellement et même spirituellement. Mais souvent, à moins de se mobiliser collectivement, on souffre en silence22.

40On le comprend, le véritable coût social se situe dans la destruction des réseaux sociaux. Pour Neil Smith, la gentrification revient à « expulser [des personnes pauvres] de leur vie ; pas seulement de leur logement, mais de leur vie tout entière – réseaux de gardes d’enfants, emplois, entraide… » (cf. Goldberg 2007). De même, René Francisco Poitevin, professeur à l’université de New York, estime que « le coût réel de la gentrification n’est pas le coût des loyers ou le temps de trajet pour aller travailler, mais la destruction de réseaux sociaux qui ne sont jamais reconstitués23 » tandis que Peter Marcuse, professeur émérite à l’université Columbia, souligne que «les ménages pauvres qui restent à Harlem, même si leur loyer n’augmente pas, sont dépossédés de leurs voisins, de leurs réseaux sociaux, de leurs services, bref, de leur culture24 ».

41De plus, certaines familles sont désunies et les rapports distendus par la gentrification. « Les enfants ne peuvent plus vivre ici et ça rend les familles très tristes », confirme le révérend Kooperkamp, dont l’église se trouve sur la 124e Rue, à West Harlem.

42D’une façon générale, même si de nombreux habitants pensent que les nouveaux voisins ne sont pas aussi amicaux que les anciens, ils ne sont pas perçus comme individuellement responsables des évolutions négatives. Le plus souvent, il est admis un certain pragmatisme dans les choix résidentiels.

43Si l’on comprend les mécanismes et les effets des déplacements, la recherche peine à appréhender leur géographie. En clair, où vont les gens après avoir été contraints de quitter un quartier ? Parmi ceux qui ne retrouvent pas de logement, certains deviennent sans-abri – des individus seuls le plus souvent – tandis que d’autres intègrent le système municipal d’hébergement d’urgence, dont de nombreuses familles. Près de 40 000 personnes sont hébergées par la ville de New York toutes les nuits dont plus de 8 000 familles avec enfant(s)25. Une enquête a montré que, entre 1999 et 2003, 930 familles de Central Harlem ont intégré le système municipal d’hébergement, un des quartiers les plus fortement représentés26. Pour Sam Miller, militant dans une association d’aide aux sans-abri basée à East Harlem, Picture the Homeless, « la gentrification est un des multiples facteurs qui entraînent la perte de domicile. […] Cela dit, si la raison principale est la pauvreté, la raison pour laquelle les New-Yorkais pauvres ne peuvent pas retrouver un logement, c’est la gentrification27 ».

44D’autres personnes sont recueillies par de la famille ou des amis. Ainsi, des personnes âgées ne pouvant ni payer un loyer ni accéder à une maison de retraite sont parfois hébergées par leurs enfants. Dans les familles immigrées, il est fréquent que plusieurs familles se regroupent dans un appartement sous la pression économique. Cela se produit sur le marché du logement privé mais aussi dans les logements publics, où les autorités ferment les yeux le plus possible car la crise du logement est telle que ces gens se retrouveraient à la rue28. Earl Andrews, directeur adjoint de l’autorité municipale du logement public de New York (New York City Housing Authority, NYCHA) ne laisse aucune place à l’ambiguïté :

Nous savons qu’en raison de conditions économiques difficiles, plus de familles se regroupent et que tous les habitants ne sont pas déclarés. Oh oui nous le savons. Mais que voulez-vous que l’on fasse ? C’est leur seule solution. On ne va pas les mettre à la rue29.

45Il est difficile de mesurer précisément le nombre de ces situations qui sont liées à la gentrification ou à des déplacements conséquents à la gentrification. Néanmoins, des données concernant le niveau d’occupation des appartements et la composition des habitants peuvent nous donner quelques renseignements sur l’évolution de ces tendances. L’interprétation de ces données peut cependant être faussée du fait que les densités sont en général moins élevées à l’arrivée des gentrifieurs, ce qui pourrait affecter les moyennes et les médianes.

46Enfin, parmi les personnes déplacées par la gentrification, certaines retrouvent un logement, parfois de meilleure qualité, et déménagent. Leur destination est variable et dépend de multiples facteurs (situation familiale, professionnelle, économique…). Par exemple, un couple, qui après avoir eu un enfant ne pouvait plus couvrir tous ses frais, a quitté Harlem pour aller vivre près des parents de l’un d’eux en Virginie, économisant ainsi des frais de nourrice. Ce n’est donc pas à proprement parler la gentrification qui les a contraints à partir, mais c’est la gentrification du quartier qui les a empêchés de se reloger dans un appartement correspondant à leur nouvelle situation familiale. Le degré et l’ampleur de ce phénomène apparaissent avec plus de netteté encore quand on précise, ironie du sort, que ce couple était lui-même un couple de gentrifieurs ayant acheté un appartement dans un nouveau condominium sur Madison Avenue cinq ans plus tôt30. Les boroughs extérieurs offrent une alternative à Manhattan, en particulier les quartiers de Mott Haven, Co-Op City et Pelham Bay dans le Bronx, Fort Hamilton, Bay Ridge, Greenpoint, Williamsburg, Bushwick, Brownsville et East New York à Brooklyn, et Jamaica dans le Queens (Newman & Wyly 2006 : 41-42). D’autre part, de nombreuses personnes quittent New York pour aller vivre dans les comtés plus au nord ou dans les États voisins comme le New Jersey. Enfin, on assiste aussi à un retour vers le Sud, en référence à la Grande migration du début du xxe siècle. Des Africains-Américains retournent vers les États du Sud comme la Virginie, les Carolines, le Mississippi ou encore la Géorgie, à Atlanta notamment (Raulin 2022).

47Parmi la population déplacée, à la fois par la gentrification et par les politiques publiques, se trouvent un certain nombre de personnes jugées « indésirables » dans un quartier : dealers, toxicomanes, prostituées, délinquants… L’amélioration de la qualité de vie a « bénéficié » à de nombreux habitants, surtout ceux qui ont connu des temps difficiles et une partie d’entre eux a même parfois pu se réjouir de ces « pertes ». C’est le cas d’Isabela, une Dominicaine trentenaire arrivée à Harlem à huit ans, pour qui les déplacements sont un mal limité et nécessaire : « Certains avaient besoin d’être perdus ! Ce n’est vraiment pas une grosse perte, ils dégradaient le quartier. On est mieux sans eux31. »

48Cela pourrait partiellement expliquer pourquoi certains habitants relativisent les impacts négatifs de la gentrification. Il faut aussi dire que culturellement, aux États-Unis et surtout parmi les immigrés, la notion de « mérite » est très importante. Il faut avoir travaillé suffisamment dur et se plier à certains critères pour mériter de vivre dans un quartier, en particulier s’il est très convoité. C’est perçu comme « l’ordre des choses ». Et de fait, de nombreuses personnes acceptent comme un fait légitime et comme un cycle normal le déplacement de certains habitants.

49Cependant, la question des déplacements reste particulièrement contentieuse car les processus de gentrification touchent principalement des quartiers habités par des minorités qui ont historiquement subi plusieurs épisodes de déplacements. Ainsi, prendre en compte l’histoire des Africains-Américains sur le long terme permet de mieux comprendre le traumatisme et la violence du déplacement de la population noire au cours de la gentrification d’un quartier comme Harlem. Cette histoire, pas toujours bien transmise par les livres scolaires, vit notamment par le biais de la littérature.

50Dans Nobody Knows My Name (1961), James Baldwin décrit les détails familiers qui fondent l’attachement à Harlem, font sa singularité. Il dépeint ce qui change et ce qui perdure :

Une cité se trouve maintenant là où autrefois se tenait la maison où nous avons grandi, et l’un de ces arbres municipaux rabougris s’enracine à la place de notre porte d’entrée. C’est le côté réhabilité de la rue. L’autre côté – car le progrès prend du temps – n’a pas encore été réhabilité et ressemble exactement à ce qu’il était quand on s’asseyait le nez collé aux vitres, en rêvant d’être autorisé à aller « de l’autre côté de la rue ». L’épicerie qui nous faisait crédit est toujours là, et il ne peut y avoir aucun doute qu’elle fait toujours crédit. Les habitants de la cité en ont certainement besoin – bien plus, en effet, qu’ils n’ont jamais eu besoin de la cité. La dernière fois que je suis passé, le propriétaire juif était toujours debout au milieu de ses étagères, semblant plus triste et plus lourd, mais à peine plus vieux. Plus loin en bas du bloc, il y a la cordonnerie où on faisait réparer nos chaussures jusqu’à ce qu’il soit impossible de les réparer et où, alors, nous achetions toutes nos « nouvelles » chaussures. Le propriétaire noir est toujours derrière la vitrine, tête baissée, travaillant le cuir.
[...] La zone que je décris, qui, dans le langage de rue d’aujourd’hui, serait appelée « le quartier », est délimitée par Lenox Avenue à l’ouest, la Harlem River à l’est, la 135e Rue au nord et la 130e Rue au sud. Nous n’avons jamais vécu au-delà de ces frontières ; c’est ici que nous avons grandi. Marcher le long de la 145e Rue, par exemple, aussi familier et similaire que ce soit, n’a pas le même impact parce que je n’y connais personne. Mais quand je tourne à l’est de la 131e Rue et Lenox Avenue, il y a un marchand de soda, un poste de cireurs de chaussures, puis une épicerie, puis une teinturerie, puis les maisons. Tout le long de la rue il y a des gens qui m’ont regardé grandir, des gens que j’ai regardé grandir avec mes frères et sœurs ; et, parfois dans mes bras, parfois sous mes pieds, parfois à – ou sur – mon épaule, une armée, une ribambelle d’enfants, mes neveux et nièces compris.
Quand on atteint le bout de ce long bloc, on se retrouve sur l’hostile et crasseuse 5e Avenue, faisant face à cette cité suspendue au-dessus de l’avenue comme un monument à la bêtise, et la lâcheté, des bonnes intentions. Tout le long du bloc, pour quiconque le connaît, il y a d’immenses vides humains, comme des cratères. Ces vides ne sont pas seulement créés par ceux qui sont partis, inévitablement pour un autre ghetto ; ni par ceux qui se sont élevés, presque toujours dans une plus grande haine d’eux-mêmes et un plus grand aveuglement ; ni même par ceux qui, quel que soit le moyen – la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée, l’arme ou la matraque d’un policier, une guerre de gang, une bagarre, la folie, une overdose d’héroïne, ou tout simplement d’épuisement –, sont morts. Je parle de ceux qui restent, et principalement des jeunes.
[...] Les gens qui ont réussi à partir de ce bloc ne sont pas allés plus loin qu’un ghetto un peu plus respectable. Et ce ghetto respectable n’a même pas les avantages que celui de mauvaise réputation – des amis, des voisins, une église familière et des commerçants amicaux. [...] Chaque dimanche, des gens qui ont quitté le bloc font le chemin inverse, solitaires, traînant leurs enfants de plus en plus mécontents avec eux (Baldwin 1961).

51Bien qu’écrit en 1954, cet extrait saisit les cicatrices que laissent les opérations de rénovation dans les esprits et dans la vie des gens – et que les politiques de gentrification actuelles perpétuent.

52La gentrification de Harlem a des conséquences variées – visibles et invisibles – sur de nombreux aspects du quartier. Les fruits de ces évolutions bénéficient inégalement aux habitants et contribuent à la disparition de l’identité du quartier, du symbole qu’il représente bien au-delà de New York. L’uniformisation en cours (économiquement, socialement, culturellement) est critiquée, y compris par des personnes qui ne sont pas typiquement les plus défavorisées. Ainsi, Donyale Isley, noire, originaire du quartier, est agente immobilière et travaille à Harlem. Bien qu’elle n’y vive plus et que son mode de vie ressemble probablement plus à celui des nouveaux arrivants qu’à celui des locataires précaires, elle raconte cette sensation de perte :

Ma grand-mère est venue de Caroline du Nord s’installer à Harlem dans les années 1940. Elle m’a raconté qu’à l’époque le quartier était comme un village. Tout le monde connaissait tout le monde et les gens se faisaient confiance. Personne ne fermait sa porte à clé par exemple. [...] Mais dans les années 1950, l’héroïne a commencé à briser la communauté. Des gens mouraient d’overdose, des familles étaient déchirées, la violence est apparue. [...] Puis après, le crack a vraiment fini par décimer le quartier. [...]
Les gens viennent à Harlem à cause de sa population, de sa communauté. Les gens vous accueillent à bras ouverts ici. Très très chaleureusement. Et les nouveaux habitants aiment ça... les premières années. Mais après quelques années, ils commencent à se plaindre que la musique est trop forte ou que ceci ou que cela. Et c’est vrai, et je peux comprendre mais ils n’étaient pas ici les premiers. Et où étaient-ils pendant les temps difficiles32 ?

53Entre les regrets et l’enthousiasme face aux changements, l’identité raciale joue un rôle important. La présence croissante d’autres groupes raciaux comme les Asiatiques, les Blancs et les Hispaniques intensifie le sentiment de dépossession et de déplacement intérieur.

Notes de bas de page

1 Entretien avec Nellie Bailey, présidente du Harlem Tenants Council, en 2008 (et Lees et al. 2008 : 206).

2 Entretien avec Dwana Hughes, agent immobilier à Harlem, le 14 juillet 2010.

3 Entretien avec Donyale Isley, agente immobilière à Harlem, le 14 juillet 2010.

4 Voir <https://www.nytimes.com/2020/01/31/nyregion/property-tax-reform-nyc.html> [lien valide en juillet 2023].

5 Entretien avec Ndigo Washington, membre de la Coalition pour sauver Harlem, en mai 2023.

6 En 2000, 90,1  % des logements de West Harlem étaient occupés par des locataires, 93,5 % à Central Harlem, 93,6 % à East Harlem, 79,9% à Manhattan et 69,8 % à New York City. Source : Department of City Planning.

7 Entretien avec Melissa Mark-Viverito, conseillère municipale d’East Harlem, en juillet 2010.

8 Deux dispositifs d’encadrement des loyers sont en vigueur à New York. La loi de régulation – la plus favorable – et la loi de stabilisation. Dans les deux cas, les hausses de loyers sont limitées pour les parcs de logements concernés, sauf exception : dans le cas de rénovations, quand le loyer atteint un certain seuil…

9 Un représentant du PRATT Area Community Council, lors d’une réunion publique contre les déplacements, Brooklyn, le 3 octobre 2007.

10 Voir également « East Harlem tenants in battle with landlord », Harlem Chronicle, 14 décembre 2007.

11 Entretien avec Phyllis Adams, habitante de Harlem, en février 2012.

12 Un représentant du PRATT Area Community Council lors d’une réunion publique contre les déplacements, Brooklyn, le 3 octobre 2007.

13 Voir <https://www.nytimes.com/2008/07/17/nyregion/17rangel.html> [lien valide en juillet 2023].

14 Ibid.

15 Tishman Speyer et BlackRock avaient acheté le complexe immobilier de 56 immeubles qui s’étend de la 14e à la 23e Rue de Manhattan en 2006, et qui comptait 25 000 résidents, au plus fort du boom immobilier, pour la somme astronomique de 5,4 milliards de dollars. Ils espéraient le transformer rapidement en un grand ensemble de luxe alors que 72 % des appartements, soit 8 025 des 11 032 logements, bénéficiaient de loyers stabilisés – à moins de la moitié du prix du marché en moyenne. Ils ont été condamnés à rembourser 200 millions de dollars aux locataires dont les loyers avaient été ajustés au prix du marché illégalement. Finalement, c’est par le mécanisme de rénovations systématiques que les loyers ont presque tous rejoints les prix du marché. Voir <https://www.reuters.com/article/us-stuyvesant-lawsuit-impact/ny-court-rules-against-stuyvesant-town-owners-idUSTRE59L4W620091022> [lien valide en juillet 2023].

16 Voir  <https://www.landlordwatchlist.com/> [lien valide en juillet 2023].

17 Voir <https://www.nytimes.com/2016/07/27/nyregion/new-york-landlord-accused-of-harassing-tenants-is-arrested.html> [lien valide en juillet 2023].

18 Voir  <https: //www.crainsnewyork.com/real-estate/judge-allows-dozens-harlem-tenants-sue-citys-worst-landlord> [lien valide en juillet 2023].

19 Voir <https://www.nytimes.com/2016/05/10/nyregion/steven-croman-regular-on-new-yorks-worst-landlords-lists-is-charged.html> [lien valide en juillet 2023].

20 Entretien avec Charles Bagli, journaliste au New York Times, le 12 mai 2008.

21 Entretien avec Bill Carbine, directeur adjoint du Department of Housing Preservation and Development, le 16 mai 2008.

22 Entretien avec Ndigo Washington, membre de la Coalition pour sauver Harlem, en mai 2023.

23 Communication de René Francisco Poitevin au Left Forum, une conférence annuelle d’organisations politiques et militantes de gauche, le 16 mars 2008.

24 Peter Marcuse, lors d’une réunion du collectif Right to The City Alliance, le 23 mai 2008.

25 Source : The NYC Department of Homeless Services.

26 Voir < https://www.vera.org/downloads/publications/Understanding_family_homelessness.pdf> [lien valide en juillet 2023].

27 Entretien avec Sam Miller, militant à l’association Picture the Homeless, par email, le 19 mai 2008.

28 Entretien avec Anne-Marie Flatley, directrice adjointe de la recherche New York City Housing Authority, en mars 2005.

29 Entretien avec Earl Andrews, directeur adjoint de la New York City Housing Authority, en juin 2010.

30 Couple anonyme résidant près du parc Marcus Garvey, en juin 2008.

31 Entretien avec Isabela (prénom modifié), habitante de Harlem, en 2008.

32 Entretien avec Donyale Isley, agente immobilière à Harlem, le 14 juillet 2010.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.