Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La seconde « Renaissance » de Harlem

p. 70-89


Texte intégral

Fig. 2 : Harlem : des lieux historiques, des lieux nouveaux

Image

Sources : OpenStreetMap ; NYC Open Data

En marchant un peu plus bas dans Morningside, on arrive à un parc qui démarre en terrain plat mais qui grimpe ensuite sur une colline imposante. Ce parc, cette colline, c’est le début d’une ligne qui sépare deux univers. En haut de cette colline se dresse un des hauts lieux d’un univers, le complexe universitaire de Columbia, qui, avec d’autres institutions en contrefort pour l’amortir – le Barnard College, le Teacher’s College, le Jewish Theoretical Seminary – reste un rappel constant des privilèges et des espoirs qu’un monde agite au nez et à la barbe de l’autre, auquel il finit par les refuser.
Eddy Harris (2000 [1996] : 150).

Harlems

1C’est une erreur de parler de Harlem au singulier. Le « Grand Harlem » est, en fait, composé d’espaces différenciés fonctionnant de façon relativement autonome les uns des autres. Pour se faire une idée de sa diversité, il suffit de le traverser d’ouest en est et de faire l’expérience sensible de West Harlem, Central Harlem et East Harlem – correspondant respectivement aux community districts 9, 10 et 11. Car si les représentations se réfèrent le plus souvent à Central Harlem – le cœur noir du quartier et son berceau culturel –, East Harlem et West Harlem représentent deux autres pôles importants. Tandis qu’El Barrio (surnom d’East Harlem) est une véritable capitale culturelle pour les Portoricains et les Hispaniques de New York – comme en attestent la présence d’un musée dédié aux arts portoricains et latinos, des festivals et des manifestations culturelles fréquentes… –, West Harlem abrite une des universités les plus attractives et renommées du monde.

2West Harlem se compose de l’université Columbia, sur la colline, surplombant le quartier noir, et d’une zone encore récemment à caractère industriel et fraîchement reconvertie, plus au nord, où l’université a commencé son expansion. C’est autour de l’université, elle-même située dans le prolongement de l’Upper West Side, que se trouve la plus forte concentration de Blancs, tandis que le nord du quartier est occupé par des Hispaniques et des Noirs. Les Hispaniques présents sont principalement des Dominicains, du fait de la continuité directe avec le quartier dominicain de Washington Heights.

3Les trois quartiers comptaient 366 669 habitants en 20201, soit environ 30 000 habitants supplémentaires par rapport à 2000, mais avec des dynamiques locales très différentes. C’est Central Harlem, le territoire où les processus de gentrification ont été les plus agressifs, qui a connu la croissance la plus importante (+ 21 %) tandis que la population n’a pas augmenté à West Harlem et que le nombre d’habitants a augmenté de manière relativement stable et modérée à East Harlem depuis 2000 (l’arrivée d’une nouvelle ligne de métro, la spéculation qui l’a accompagnée et des aménagements promettent d’accélérer la gentrification de cette partie du quartier).

Nombre d’habitants à Harlem, entre 1980 et 2020.

19801990200020102020
West Harlem103 037106 978111 724110 193110 458
Central Harlem105 64299 519107 109115 723130 440
East Harlem114 569110 508117 743120 511125 771

Source : Bureau du recensement, Department of City Planning, données des recensements de 1980, 1990, 2000, 2010 et 2020.

4Globalement, dès la décennie 1990-2000, Harlem se détache comme un territoire dynamique au sein de New York et Manhattan, avec des taux de croissance démographique nettement supérieurs aux moyennes de 2,1 % et 3,2 % que connaît l’île en 2000 et 2010 respectivement2. À l’échelle de New York, entre 2000 et 2010, un autre élément remarquable est le déclin de la population africaine-américaine, avec une diminution de 100  859 individus, soit une baisse de 5,1 %. À Manhattan, cette dynamique est encore plus marquée et, après des décennies de croissance, on compte 29 358 Noirs non hispaniques de moins en 2010 qu’en 2000, soit une baisse de 12,5 %, – ce qui constitue la plus forte baisse à Manhattan –, et une baisse de 14 % dans la partie sud de Central Harlem. Car, en effet, le déclin de la population noire est particulièrement visible dans les territoires où ils étaient fortement concentrés, comme Harlem ou le nord de Brooklyn.

Nombre d’habitants à Harlem, entre 1980 et 2022, par race et par quartier.

19801990200020102022
West
Harlem
Blancs non hispaniques20876198372538527288
Noirs non hispaniques5060041849349242710920845
Asiatiques non hispaniques349848045751757411348
Hispaniques38666482334710242585
Central
Harlem
Blancs non hispaniques151121891105020005
Noirs non hispaniques11325387149827507285863631
Asiatiques non hispaniques23738293828336294
Hispaniques10055180192569239170
East HarlemBlancs non hispaniques785978591444213889
Noirs non hispaniques5334043022420623759038393
Asiatiques non hispaniques121515833185671811480
Hispaniques57386613435929058553

Source : Bureau du recensement, Department of City Planning, données compilées par l’autrice.

5La topographie vallonnée de Harlem, qui fait aussi son charme, constitue une contrainte majeure dans les déplacements ouest-est au sein du quartier. Ainsi, il n’est possible de traverser le quartier d’ouest en est que sur un seul axe : la 125e Rue. D’autre part, à ces barrages « naturels » s’ajoutent des aménagements qui fracturent l’espace. Ainsi, plusieurs parcs séparent nettement West et Central Harlem, « protégeant » l’un de l’autre. Le passage est difficile autant pour les piétons que pour les véhicules, sans même parler des questions de sécurité et donc des sentiments d’appartenance et de légitimité – à appréhender différemment en fonction des identités de genre, d’âge, de classe, de race... Cependant, ces mêmes parcs sont aussi des atouts importants. Harlem est, en effet, le quartier de Manhattan comprenant le plus de parcs, élément synonyme de qualité de vie et d’attractivité. Les usages sont différents selon les classes sociales mais, en général, les familles s’y retrouvent le week-end pour des grands barbecues et pique-niques durant les beaux jours.

6À Central Harlem, les rues sont longées de magnifiques brownstones et townhouses souvent rénovées récemment et bordées d’arbres. Les avenues très larges sont inondées de lumière grâce à des immeubles de taille moyenne, 4 à 6 étages en général. Souvent, les façades sont ornées de moulures, de frises ou de balcons en fer forgé, symboles de la grandeur ambitionnée pour le quartier. Néanmoins quelques indices nous rappellent que Harlem revient de loin. Des immeubles et maisons murés ou très dégradés s’intercalent entre de belles demeures bien soignées. Fréquemment, des chantiers se cachent derrière des panneaux de bois ou des échafaudages qui grimpent aux façades. Tandis que les publicités d’agences immobilières et les panneaux « à vendre » parsèment le quartier.

7East Harlem offre un panorama différent. De grands ensembles de logements perforent le quartier en formant des îlots géants qui le rendent inhospitalier pour les piétons. Les immeubles des rues adjacentes sont un peu plus hauts qu’à Central Harlem, 6 ou 8 étages. Certains sont très beaux mais ils sont moins nombreux à avoir été rénovés et leurs façades sont, en général, moins sophistiquées. Des balcons et escaliers de secours en fer forgé – vestiges des quelques efforts de régulation et de sécurisation d’immeubles surpeuplés et dangereux – qui ornent certaines façades par ailleurs assez banales constituent toutefois un atout pour des gentrifieurs à la recherche d’« authenticité » et de « cachet ». La gentrification y reste plus difficile, du fait de la grande pauvreté d’une portion significative de la population, minimisant leurs possibilités de déplacements. De surcroît, seuls les plus téméraires s’installent aux abords de ces habitations qu’ils perçoivent comme dangereuses. L’éloignement du métro – quelques blocs semblent insurmontables à de nombreux new-yorkais pressés – constituait un autre frein. À ce titre, le prolongement de la ligne Q du métro jusqu’à la 96e Rue a contribué à un regain d’attractivité et une augmentation des prix de l’immobilier, qui devrait se poursuivre avec la poursuite des travaux jusqu’à la 125e Rue. Quelques artistes et étudiants furent parmi les premiers à s’être aventurés dans cette partie du quartier. Les jeunes couples avec des enfants manquent de structures adaptées. Les rues y sont plus fréquemment mal entretenues notamment avec des détritus sur le sol. Et les travaux sont source de pollutions et d’insécurité. Mais East Harlem a des atouts et peut compter sur un riche patrimoine artistique dont témoignent les murales, des fresques gigantesques peintes sur les façades d’immeubles par des artistes locaux et représentant des scènes de vie locale ou évoquant les cultures natives des Portoricains ou, parfois, des Cubains et des Mexicains. Ces peintures sont considérées par certaines personnes comme des trésors à préserver. Elles embellissent le paysage mais contribuent aussi à l’éducation culturelle et politique des habitants. Les espaces assez vastes d’East Harlem, les multiples projects et la voie aérienne du train régional sectionnant le quartier le long de Lexington Avenue contribuent au manque de cohésion apparent dans le quartier.

8West Harlem, dans sa partie sud, est un quartier très coquet, dominé par l’université Columbia, son campus principal au niveau de la 116e Rue, Broadway et ses multiples annexes alentour. Le paysage urbain ressemble beaucoup à l’Upper West Side : des immeubles chics, assez élevés, des portiers postés à leur entrée. Le long de l’Hudson River une promenade très agréable est aménagée. Le métro construit sous Broadway sort de terre autour de la 118e Rue, s’arrête à la station aérienne de la 125e Rue et rentre sous terre après celle-ci, vers la 130e Rue. Au-delà de la 125e Rue, le caractère du quartier change beaucoup et devient industriel. Il y subsiste quelques activités, comme un élevage de poules, quelques garages et stations-services, mais la plupart des entrepôts et bâtiments sont vides, désaffectés, en cours de reconversion. Depuis 2010, de grands chantiers de démolition et de construction à l’ouest de Broadway ont profondément transformé la zone, où plusieurs nouveaux bâtiments de l’université sont déjà en service. Dans les années précédant les travaux, quelques immeubles d’habitation adjacents se sont vidés de leurs locataires, l’université attendant de pouvoir les convertir. On trouve aussi dans cette zone et vers le nord de grandes cités de tours, et ce, sur une bonne portion de Broadway. Ensuite, au-delà de la 135e Rue, le paysage change de nouveau et l’on retrouve un urbanisme proche de celui d’East Harlem, avec des immeubles de rapport de 9-10 étages, peuplés par une population hispanique et noire importante. Dans ce quartier aussi des transformations y sont en cours, même si le niveau de dévastation n’atteignait pas celui de Central Harlem.

9Au début des années 1980 le quartier traversait une phase de désinvestissement, avec de nombreux terrains vacants et des bâtiments abandonnés ou négligés, des habitants pauvres, isolés, et des rues dangereuses. Quelques maisons demeurent aujourd’hui condamnées, mais la plupart de celles-ci sont rénovées ou en cours de rénovation. La plupart des terrains vacants sont maintenant bâtis et des façades rafraîchies contiennent des appartements entièrement refaits à neuf. Les loyers ont augmenté. Les commerces ont changé. Des hôtels de luxe se construisent. Une salle de cinéma ouverte en 2000 suscitait « un nouvel espoir » aux yeux du New York Times (Pristin 2000a) tandis que la scène artistique inspirait au magazine Esquire un article intitulé « Un nouveau jour à Harlem » (Warren 2000 : 112). La population a changé. La mixité sociale et raciale typique des quartiers en transition fait la part de plus en plus belle aux catégories les plus favorisées, tandis que les classes populaires, surtout noires, sont évincées. Toutes ces transformations sont désignées par certains observateurs comme une seconde « Renaissance ». Avant de discuter la dimension problématique de cette terminologie, examinons le plus concrètement possible les évolutions de Harlem sur le plan commercial, résidentiel et démographique.

Fig. 3 : Le déclin de la population noire à Harlem

Image

Source : Bureau du recensement

Fig. 4 : Des ménages de plus en plus riches

Image

Source : Bureau du recensement

Évolution du marché immobilier

10C’est probablement par le prisme du marché immobilier, résidentiel d’abord, puis commercial, que la gentrification d’un quartier est la plus visible. D’une part, le paysage bâti est rénové, transformé et littéralement « mis en valeur », d’autre part les prix augmentent du fait de ces travaux et des mécanismes de spéculation. L’observation de la hausse des loyers, de l’augmentation du taux de propriétaires ou des prix du mètre carré concordent et mettent en évidence la gentrification de Harlem, et son accélération depuis le milieu des années 2000. Si on ne devait retenir qu’une seule donnée pour saisir l’intensité de ce processus, ce serait l’indice de valorisation de l’immobilier. Ainsi, en 2016, Morningside Heights, Central Harlem et East Harlem se plaçaient respectivement en première, troisième et quatrième position parmi les cinq quartiers de New York où les propriétés résidentielles avaient pris le plus de valeur entre 2000 et 2016, tous types d’immeubles confondus, mais particulièrement les maisons individuelles3.

11À Central Harlem, le nombre de transactions immobilières fut nettement plus élevé que dans les deux territoires voisins de façon répétée entre 2000 et 2016, bien que les prix n’y soient pas les plus élevés. Ainsi, dans le cas des immeubles de 5 logements et plus (le cas le plus courant), en 2010, 428 transactions avaient eu lieu, pour un prix médian par appartement de 101 499 $, tandis qu’à l’échelle de Manhattan ce montant atteint 173 630 $. À West Harlem, c’est quatre fois moins de transactions (93) pour un prix médian de 91 826 $. Comparés à l’année 2000, ces chiffres montrent que quatre fois plus d’appartements ont été vendus ou achetés à Central Harlem, et trois fois plus à West Harlem.

12Dans le même temps, le prix des loyers a explosé. Bien sûr, cela reflète un phénomène connu dans la plupart des grandes villes du monde dans les années 2000, et Harlem n’y a pas échappé. Le montant du loyer médian a doublé entre 2000 et 2010 (il avait déjà doublé entre 1990 et 2000). Et même si cette médiane n’atteint pas encore celle de Manhattan, elle recouvre d’importantes disparités qui créent de l’inflation et étouffent, voire déplacent, les locataires vulnérables financièrement. En 2010, le loyer médian est de 1 337 $ à Manhattan (plus élevé que pour l’ensemble de la ville, 1 142 $), et atteint 1 070 $ à West Harlem, 823 $ à Central Harlem et 802 $ à East Harlem. On comprend que la gentrification fait pression sur l’ensemble du marché quand on regarde ce chiffre pour les personnes qui ont emménagé récemment et qui font grimper, en général, cette médiane de 200 $ à Harlem (West Harlem : 1 296 $ ; Central Harlem : 1 070 $ ; East Harlem : 946 $ et Manhattan : 1 862 $).

13Enfin, au cours de cette décennie de gentrification intensive, le taux de propriétaires a également beaucoup augmenté à Central Harlem, passant de 6,6 % en 2000 à 11,7 % en 2015, West Harlem connaissant une tendance similaire en passant de 10,9 % à 15,4 % sur la même période, tandis que l’inertie de East Harlem se manifestait par la stagnation de ce taux resté à 6,1 % en 2015, tout près des 6,3 % de 2000. À l’échelle de Manhattan, la part – beaucoup plus élevée – des propriétaires a légèrement augmenté passant de 20,2 % en 2000 à 23,5 % en 2015.

14Un taux de propriétaires élevé – il est traditionnellement faible à Manhattan et à New York (environ un tiers) en comparaison du reste des États-Unis – est un signe de stabilité pour un quartier et constitue un marqueur des valeurs de la classe moyenne. Les propriétaires sont perçus comme prenant mieux soin de leur logement, de leur quartier, de leurs voisins, des espaces publics avoisinants… Aussi, le turn-over dans la population est moins fréquent. Des politiques spécifiques ont été mises en place à Harlem depuis les années 1980 pour encourager l’accession à la propriété dans le but de résister à la gentrification et de transférer aux Noirs le capital bâti. Certaines personnes ont perçu ces programmes comme une façon de résister, tandis que d’autres n’y voient qu’une gentrification noire qui, de la même façon, dépossède les classes populaires et les petits commerces. Quoi qu’il en soit, c’est un changement important. Harlem connaît donc des bouleversements profonds. Il faut aussi souligner qu’une part significative des nouveaux propriétaires est noire. À Manhattan, là où il a le plus augmenté, le taux de propriétaires noirs a progressé de 28 % entre 2000 et 2010. Il reste, toutefois, le borough où ce taux est le plus faible.

Boom commercial

15La désirabilité et l’attractivité d’un quartier sont également largement corrélées à la qualité de ses commerces et services. Les quartiers en cours de gentrification, ou gentrifiés, se caractérisent souvent par un réseau de commerces densifié répondant à des besoins et des goûts plus typiques des classes moyennes et supérieures, comme en attestent la multiplication des franchises nationales et internationales, ainsi que la standardisation relative du paysage commercial.

16Depuis mes premières observations en 2005, le paysage commercial de Harlem a connu des transformations fréquentes et importantes. Auparavant frileuses mais attirées par des dispositifs fiscaux avantageux ou des initiatives politiques séduisantes, de plus en plus d’enseignes de chaînes se sont implantées dans le quartier. Résultat d’un partenariat public-privé, l’ouverture en 2000 du premier centre commercial dans le quartier a marqué un tournant. Le New York Times notait ainsi à l’occasion de l’ouverture de la première boutique :

Le nouveau centre commercial et de loisirs devrait être suivi de près par les autres entreprises. Ses résultats auront certainement un impact important sur le futur développement économique de la 125e Rue et les corridors commerciaux similaires (Pristin 2000b).

17Et en effet, en quelques années, près d’une vingtaine ont suivi à l’instar de Body Shop, MAC, H&M… Ils ont remplacé les petits commerces comme Bobby’s Happy House, dont le vieux propriétaire déplore dans les colonnes du New York Times en 2003 : « Les grands magasins ont pris la place. Il y a des années, il n’y avait que des petites boutiques. Maintenant il n’y en a presque plus » (Feuer 2003). En 1999, l’ouverture du premier Starbucks sur la 125e Rue signalait une étape précoce de la gentrification et un appel aux autres commerces ou entrepreneurs. En 2017, l’ouverture d’un Whole Foods (supermarché haut de gamme) suggérait que l’opération de gentrification était achevée. Une librairie indépendante, ouverte en 2002 dans le petit centre commercial Harlem USA, illustrait quant à elle l’arrivée de classes supérieures noires. Hue-Man Bookstore, un des rares commerces détenus par une Africaine-Américaine, proposait une sélection d’ouvrages portant principalement sur les thèmes de l’histoire, de l’émancipation des Africains-Américains ou les thématiques sociales les concernant, ainsi que des ouvrages littéraires écrits par des auteurs noirs. La librairie, qui voyait pourtant son activité progresser, a dû mettre la clé sous la porte en 2012 à l’annonce d’une augmentation de loyer. Bien que Marva Allen, la patronne, reconnaisse que ce commerce ne serait « jamais capable de subvenir aux conditions financières de Harlem », ce sont « les difficultés de l’industrie du livre » qui, selon elle, sont responsables de la fermeture (Mays 2012). Le local est resté vide pendant trois années avant que la librairie ne soit remplacée par un restaurant de la chaîne Buffalo Wild Wing.

18Dans l’ensemble, depuis le début de la gentrification, les restaurants ont changé, laissant place, par exemple, à des pâtisseries et petits salons de thé, très chics et très coquets. Ils rompent avec le style soul food4 qui faisait la réputation de Harlem, cette cuisine importée du Sud par les migrants du début du xxe siècle. Les laveries disparaissent car de plus en plus d’immeubles sont équipés de leurs propres machines à laver. Les épiceries et les bazars locaux, les 99 Cents Stores ferment. Il est vrai que ces commerces n’étaient pas réputés pour la qualité du service mais ils représentaient un certain type d’entrepreunariat, familial. Les supermarchés se font toujours assez rares mais sont plus nombreux, mieux approvisionnés. Pas encore moins cher toutefois. En 2005, un des précurseurs, la petite chaîne de supermarchés gourmets Citarella, ouvre un magasin juste en face du grand ensemble Grant Houses sur la 125e Rue. Il a depuis fermé, après avoir perdu son bail pour n’avoir pas honoré des engagements de développement du site pour la production alimentaire. La ville en a donc repris la propriété5. Le magasin était propre et bien approvisionné avec des produits frais et de belle qualité. On pouvait y trouver des fromages et des produits importés, par exemple. Citarella n’attirait pas que des gentrifieurs et des gens fortunés. D’une part, parce que deux ans après l’ouverture, le supermarché a commencé à accepter les bons alimentaires comme moyen de paiement. Pour le gérant de l’époque, Charles Schillaci, il s’agissait d’un ajustement pragmatique au quartier environnant : « Si les gens entrent et n’ont pas les moyens, ils ressortent. Qu’est-ce que ça nous rapporte à nous, ou à eux ? » (Jackson 2007 : 13). D’autre part, les prix pratiqués par Citarella étaient relativement comparables à ceux des autres supermarchés du quartier. Souvent, dans les quartiers pauvres, les prix de l’alimentation restent élevés – pour des produits qui sont souvent de qualité inférieure, voire médiocres. Par conséquent, les gens pouvaient s’y rendre sans que cela constitue une dépense plus lourde. Dans les supermarchés les plus populaires, les gens font leurs courses avec les prospectus de publicité et de promotion en main – signe que la vie est chère et que leurs ressources sont limitées. D’autres supermarchés ont ouvert ces dernières années, sur Frederick Douglass Boulevard notamment. Les prix souvent plus élevés dans ces supermarchés témoignent de l’élévation du niveau de revenus de la population locale, nettement plus aisée.

19Dans certains cas, les marques implantées rénovent leurs infrastructures ou ouvrent des enseignes de gamme supérieure. C’est le cas de Foot Locker, qui a ouvert sur la 125e Rue un concept store consacré au basket-ball en 2007, House of Hoops, une nouvelle boutique en partenariat avec Jordan, la filiale de Nike consacrée à ce sport. Chaque espace de la boutique est consacré à une marque ou à un aspect propre au basket-ball (entraînements, matchs …), le mobilier est beau, les vendeurs – pointus sur le sujet – sont nombreux et disponibles, et de grandes toiles représentant des joueurs emblématiques tapissent les murs. Fin 2022, Nike ouvrait une grande boutique déclinant son concept « Nike Unite » sur l’engagement de la communauté.

20La gentrification des commerces s’est aussi manifestée dans les magasins d’alcool. En effet, aux États-Unis, l’alcool est vendu dans des magasins particuliers, des liquor stores. Dans les banlieues ou dans les villes disposant de plus grands espaces, ces boutiques peuvent avoir la taille d’hypermarchés français où l’on se déplace avec un caddie. À New York, ces boutiques sont plus petites et, dans les quartiers les plus défavorisés, les alcools forts et les liqueurs sont exposés derrière des vitres blindées. En effet, ces établissements ont souvent été des lieux de violences, non seulement parce que la consommation d’alcool augmente les comportements agressifs, mais aussi parce que ces commerces sont ouverts tard le soir et sont également fréquentés par des personnes plus ou moins marginales. Ils deviennent ainsi source de nuisances (bruit, détritus, insécurité) et sont parfois les cibles de braquages. Ils n’ont, par conséquent, pas très bonne réputation, surtout aux yeux des nouveaux habitants. Alors que les débits de boisson à consommer sur place (bars, restaurants…) sont plutôt localisés dans les quartiers centraux, les vendeurs d’alcool à emporter sont concentrés dans les quartiers défavorisés, en particulier africains-américains (LaVeist & Wallace Jr. 2000 ; Dawkins et al. 1979), et Harlem en comptait beaucoup. Depuis quelques années, les liquor stores qui disparaissent laissent la place à des marchands de vin – boisson perçue comme plus distinguée et sophistiquée, plus chère également. Ce glissement du liquor store au winery traduit l’évolution des mœurs, en tout cas de la présence d’une population aux goûts et aux pratiques caractéristiques des classes supérieures. Ce n’est pas la même population qui consomme dans l’un ou dans l’autre. La consommation de vins et de champagnes est plutôt le fait de classes moyennes et supérieures, ou de jeunes diplômés et professionnels, tandis que la consommation d’alcools forts est plutôt celui de populations plus précaires. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’un certain nombre d’artistes noirs influents se sont positionnés dans l’industrie d’alcools forts : le producteur P. Diddy avec une marque de vodka (Cîroc), le rappeur Drake avec un whiskey (Virginia Black), quand Jay Z a lancé sa marque de Cognac (D’Ussé) et Pharrell Williams une vodka crémeuse à la fraise (Q Qream). La multiplication des bars et des restaurants sur les avenues de Harlem accompagne ces évolutions en accueillant des personnes ayant une consommation d’alcool plus festive et collective.

21Depuis les années 2000, de nombreuses agences bancaires ont ouvert, là où elles étaient presque inexistantes. Edwin Marshall, responsable de Harlem auprès du département d’urbanisme de la ville, se rappelle que :

Au début des années 2000, il semblait y avoir une prolifération de banques… et les banques c’était positif car Harlem était sous-doté. On est donc passé de quasiment aucune banque à, littéralement, une banque à tous les coins de rue6.

22Ces établissements ont répondu à l’afflux de capital dans le quartier d’une part, mais agissent aussi en tant qu’investisseurs directs du secteur de l’immobilier, ils sont partenaires de projets de développement et intensifient donc la gentrification. Cependant, ces symboles de la revitalisation se sont avérés avoir des effets pervers, conduisant la municipalité à réglementer leur emplacement. Le premier problème avec les banques, selon Edwin Marshall, est qu’elles ne génèrent qu’une faible activité piétonnière mais qu’elles peuvent payer des loyers très élevés (d’autant que pour les propriétaires, elles sont un bon locataire, au contraire de restaurants qui créent des nuisances par exemple), engendrant ainsi une inflation très forte sur les loyers. Pour autant, elles se sont montrées vulnérables lors de la crise économique de 2007-2008 et se sont retirées, laissant derrière elles de grands espaces vacants et ralentissant cette inflation7. La réglementation contraint désormais les banques à n’avoir que leurs entrées sur la rue et leurs bureaux dans les étages, de façon à conserver une activité plus dynamique au niveau de la rue.

23À la fin des années 2000 et au début des années 2010, les établissements symbolisant la gentrification se multipliaient. L’ouverture d’un grand hôtel en 2011, A-Loft (après que plusieurs projets ont avorté), en est un exemple. L’inauguration en 2010 du restaurant du célèbre chef Marcus Samuelsson, le Red Rooster – empruntant son nom à un ancien bar clandestin de la Harlem Renaissance jusqu’aux années 1970, célèbre pour avoir accueilli de nombreuses personnalités – en est un autre.

24Le rythme de cette seconde « Renaissance » a pourtant ralenti dans la première moitié des années 2010. La crise économique a entraîné la suspension de nombreux projets et, dans ces années-là, marcher sur la 125e Rue revenait à longer beaucoup de magasins vides ou d’immeubles dont la construction était suspendue. En effet, anticipant le redéveloppement économique que devait entraîner la requalification de la rue en 2008, de nombreux propriétaires avaient vidé leurs locaux et les commerçants, dont la majorité sont locataires, ont dû partir. Certains immeubles ont dû être démolis puis remplacés par des bâtiments plus hauts, et plus rentables, d’autres ont dû être rénovés et accueillir de nouveaux locataires. D’autres types de commerce ont déjà fermés ou sont condamnés par la gentrification. C’est le cas des salons de coiffure afros et autres barbershops, les multiples stands de tressage, les petites boutiques et épiceries familiales (bodegas), etc. Il n’y a plus de magasins de disques non plus. Même le célèbre Lenox Lounge a succombé à la hausse des loyers et a fermé en janvier 2012, après avoir accueilli pendant presque soixante-dix ans les amateurs de jazz. Edwin Marshall observe :

En 2008, tout s’est arrêté à cause de la crise financière. C’était une très mauvaise chose du point de vue de l’économie, des gens ont perdu leurs emplois, leurs maisons… Mais dans le cas de Harlem, ça a arrêté les travaux de construction et ça a permis au quartier de reprendre son souffle. Globalement de 2008 à 2012, 2013, on n’a pas vu beaucoup de construction. Ça a repris vers 2013-20148.

25Beaucoup de choses ont donc changé dans le panorama économique de Harlem, certaines pour le meilleur, d’autres non. Les résidents qui sont privés de laverie automatique et doivent parcourir des chemins plus longs ou aller dans des boutiques plus encombrées sont lésés. De même que ceux qui ont perdu leur emploi à la fermeture d’un magasin, les clients dont les habitudes ont été bouleversées ou les commerçants qui subissent la concurrence de grandes chaînes de distribution. Mais de nombreux services – demandés par les habitants de longue date – ont amélioré la qualité de vie dans le quartier. Il est désormais possible de se restaurer avec de la nourriture plus saine et de meilleure qualité, de faire du shopping ou d’aller au cinéma sans sortir de son quartier. Les réserves émises à l’égard des transformations concernent surtout leur accessibilité. Si les prix sont trop élevés ou si les locaux sont déplacés par les hausses de loyers, alors ces nouveaux services et équipements ne leur profitent pas. De plus, les habitants attendent aussi que ces nouveaux commerces embauchent localement. En dépit des protestations occasionnelles, du côté de la mairie on se dit que, de toute façon, « […] les gens votent avec leurs dollars. S’ils n’aiment pas un magasin, ils n’y vont pas. Et Harlem USA [le petit centre commercial déjà évoqué] était très critiqué quand il a ouvert, mais Modell’s et Old Navy y sont pleins à craquer9 ».

Nouveaux habitants

26Le renouvellement des habitants est à la fois un moteur et un enjeu dans un quartier en gentrification. Nous reviendrons longuement sur les conflits générés par ces transitions démographiques et les questions qu’elles posent en termes de justice spatiale, mais, dans un premier temps, attachons-nous à les décrire.

27Le recensement de 1980 fait apparaître une baisse de la population significative par rapport à 1970 – surtout à Central Harlem –, tendance qui a été amorcée dans les années 1960 (Beveridge 2008). Depuis 1980, la population croît régulièrement, en particulier les classes aux revenus élevés. Dans les années 1980 et 1990, contrairement aux schémas mieux connus selon lesquels des Blancs remplacent et expulsent les membres des minorités présents avant eux, c’est d’abord un processus de gentrification noire (Schaffer & Smith 1986) qui s’est produit à Harlem, complexifiant légèrement les conflits inter et intra-raciaux. Les recherches de Sabiyha Prince sur le sentiment d’appartenance à Harlem éclairent les motivations de ces nouveaux habitants. D’une part, Harlem est associé à un goût d’authenticité qui relève parfois du folklore. Les personnes âgées qui jouent au domino dans la rue, les toxicomanes, les voisins amicaux… sont autant de raisons mentionnées pour justifier le choix de Harlem. De plus, « pour ces résidents, Harlem était un refuge contre les regards suspicieux et insistants, et un soulagement vis-à-vis des tensions raciales qui infusaient le lieu de travail » (Prince 2002 : 21). En ce sens, Harlem s’est bien inscrit comme un lieu propice à l’épanouissement identitaire de ces classes moyennes et supérieures africaines-américaines.

28Ces changements se sont d’abord produits de façon relativement lente, avant de connaître une accélération très forte dans les années 2000. Cela s’explique par le grand nombre de terrains vacants ou d’immeubles abandonnés par leurs propriétaires dans les années 1970 et 1980, qui considéraient qu’il n’était plus rentable pour eux d’entretenir ces immeubles ou de payer des impôts. La municipalité a ainsi acquis de nombreux terrains et immeubles qu’elle a rénovés ou fait rénover, permettant ainsi à de nouveaux habitants de s’installer tout en limitant les déplacements directs de population. Une fois ces interstices comblés et des classes sociales plus favorisées solidement installées, la pression sur les habitants s’est intensifiée. Les logements disponibles dans le reste de Manhattan se faisant de plus en plus rares, et leurs prix étant de plus en plus élevés, les Blancs, auparavant intimidés par leurs préjugés racistes sur la violence et sur la mixité raciale, ont commencé à s’installer de plus en plus massivement dans le quartier. Ainsi, entre 2000 et 2010, « alors que New York a toujours connu un afflux de jeunes personnes cherchant à lancer leur carrière ou poursuivre leurs études, ces derniers cherchent des logements en dehors des zones habituelles de Manhattan et ils sont nombreux à s’installer au nord de l’île (à Washington Heights, Harlem, Inwood)10  ». Au cours de cette décennie, on observe alors une diminution de la population noire dans toute la partie nord de l’île tandis que les taux de progression de la population blanche dans le sud de Central Harlem et dans le sud d’East Harlem sont parmi les plus élevés de la ville. À grand renfort de marketing et d’articles de presse, les préjugés négatifs sur le quartier ont très rapidement évolué. Alors qu’à la fin des années 2000 il n’était pas rare de rencontrer des New-Yorkais vous déconseillant de vous y rendre – n’y ayant bien souvent jamais mis les pieds eux-mêmes –, Harlem est désormais devenu un quartier branché incontournable.

29Les choses changent, donc, et les Blancs s’installent à Harlem en plus grand nombre. Tout comme les Asiatiques et les Hispaniques qui continuent de progresser. C’est le cas de Yoko, par exemple, installée à Harlem depuis 2015, et qui trois ans après témoigne :

Je viens du Japon et je vis à New York depuis treize ans, j’ai vécu un peu partout dans la ville. Je suis partie de l’Upper West Side parce que c’était devenu trop cher et j’avais besoin d’être proche du Metro North car je vais dans le Connecticut plusieurs fois par semaine. Donc j’ai commencé à chercher à Harlem. Je vis dans un nouvel appartement sur la 125e Rue, juste à côté de l’Apollo11.

30Plus tard, à l’image de nombreux nouveaux venus, la jeune femme, danseuse, raconte qu’elle aime la diversité du quartier :

J’aime Harlem car c’est vraiment mixte. Il y a des Blancs, des Noirs, des Hispaniques, des Asiatiques… J’aime cela car c’est difficile d’être la seule Asiatique de son bloc [dans d’autres quartiers]. Et le quartier est sûr. Et j’aime que les gens aiment Harlem. Les gens qui vivent ici aiment réellement leur quartier et il y a un vrai sentiment d’appartenance12.

31En ce sens elle rejoint la démarche des premiers gentrifieurs noirs du quartier qui, ainsi que le note Sabiyha Prince au sujet d’une centaines d’enquêtés entre 1993 et 1996, comme « la plupart des femmes et des hommes avec qui je me suis entretenue, avaient les moyens financiers de vivre n’importe où ailleurs dans la région métropolitaine de New York » (Prince 2002 : 19).

32Les nouveaux habitants de Harlem ont des profils variés et sont, nous l’avons vu, blancs, asiatiques, noirs, mais aussi jeunes, diplômés, avec des revenus élevés. Pas assez élevés toutefois pour pouvoir louer un logement seuls, à l’instar de ces trois jeunes Africains-Américains travaillant dans la finance et partageant une colocation sur la 133e Rue. En juin 2010, pour fêter l’anniversaire de l’un d’entre eux, environ 200 personnes se sont amassées dans le duplex et sur le rooftop de ce petit immeuble nouvellement construit. À quelques exceptions près, tous les invités étaient noirs, travaillaient dans la finance, dans la mode, dans les médias, ils étaient originaires d’un autre État du pays (Michigan, Seattle, Californie, Maine, Virginie, Utah...) et habitaient à Harlem seulement depuis la fin de leurs études. Terrence, un des invités ce soir-là, témoigne, mais évite la dimension conflictuelle de la gentrification et contourne une question sur les dimensions sociale et raciale de ces transformations :

Beaucoup d’entre nous ici viennent d’ailleurs. Nous sommes allés à l’université ensemble à Washington D. C. [Howard University] et donc oui, nous avons emménagé à Harlem et nous y vivons. Donc je pense que la gentrification n’est pas une question de Noirs et Blancs mais de jeunes adultes emménageant dans un quartier13.

33Paul Blanchette, agent immobilier à Halstead Property à Harlem, originaire de Martinique, minimise lui aussi cette dimension de la gentrification et insiste sur la dynamique de classes :

Il y a beaucoup de bruit sur cette question. Mais vous savez, beaucoup de Noirs ont envoyé leurs enfants dans de bonnes écoles. Ce sont des « petits Obama » comme je les appelle, et même si leurs parents n’ont pas beaucoup d’argent, eux en ont grâce à des grandes écoles comme Stanford... Et ils viennent s’installer à Harlem, parce qu’ils aiment le quartier, comme les jeunes Blancs14 ».

34Même si les nouveaux habitants appartiennent à différentes catégories ethniques et raciales, les trois jeunes colocataires noirs évoqués dans l’exemple ci-dessus, alors qu’ils payaient un loyer avoisinant les 3 800 $ par mois, étaient relativement protégés de la stigmatisation et des accusations de dépossession, d’invasion, d’appropriation et de déplacements. Ironiquement, l’appartement voisin, jumeau, était occupé par quatre jeunes Blanches, enseignantes dans des écoles publiques ou étudiantes, aux revenus très inférieurs. Ils n’avaient pas beaucoup plus en commun que de vivre dans le même immeuble tant leur expérience du quartier variait. Ces exemples attestent de la nécessité de prendre en compte les identités de classe, de race, mais aussi de genre, dans une approche intersectionnelle, pour saisir la complexité du processus de gentrification qui a transformé Harlem.

Notes de bas de page

1 Précisément 110 458 à West Harlem, 130 440 à Central Harlem et 125 771 à East Harlem, en 2020, selon le Bureau du recensement. En ligne : <https://popfactfinder.planning.nyc.gov/#13.08/40.80221/-73.94417> [lien valide en juillet 2023].

2 Department of City Planning, données des recensements de 1980, 1990, 2000, 2010 et 2020.

3 « State of New York City’s housing and neighborhoods in 2016 », NYU Furman Center, p. 115. En ligne : <https://furmancenter.org/research/sonychan/2016-report> [lien valide en juillet 2023].

4 La soul food est une cuisine traditionnelle des Africains-Américains du Sud des États-Unis. Elle est en partie héritée du régime alimentaire des esclaves qui était composé de riz, de choux, de navets, par exemple, ainsi que des abats et bas-morceaux pour la viande. Les aliments sont souvent frits.

5 Entretien avec Edwin Marshall, responsable de Harlem auprès du département d’urbanisme de la ville, en février 2012.

6 Entretien avec Edwin Marshall, responsable de Harlem auprès du département d’urbanisme de la ville, en juin 2018.

7 Entretien avec Edwin Marshall, responsable de Harlem auprès du département d’urbanisme de la ville, en février 2012.

8 Entretien avec Edwin Marshall, responsable de Harlem auprès du département d’urbanisme de la ville, en juin 2008.

9 Ibid.

10 « Dynamics of population change, New York City, 2000-2010 », Department of City Planning. En ligne : <https://www.nyc.gov/assets/planning/download/pdf/planning-level/nyc-population/dynamics_pop.pdf> [lien valide en juillet 2023].

11 Entretien avec Yoko, nouvelle habitante de Harlem, le 7 juin 2018.

12 Ibid.

13 Entretien avec Terrence, habitant de Harlem, le 19 juin 2010.

14 Entretien avec Paul Blanchette, agent immobilier à Harlem, les 12 et 14 juillet 2010.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.