Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Épistémologie

p. 21-39


Texte intégral

1Mars 2010. Japonica Brown-Saracino publie The Gentrification Debates (2010), un ouvrage consacré aux débats intellectuels sur la gentrification et conçu comme un manuel d’enseignement. Une semaine auparavant, Loretta Lees, Tom Slater et Elvin Wyly publiaient à destination d’étudiants The Gentrification Reader (2010), une collection de textes ayant influencé les débats sur la gentrification, sur sa définition, la façon dont elle est étudiée, et sur les points de dissension et d’accord existant dans la recherche. En 2008, les mêmes auteurs publiaient Gentrification, le premier ouvrage de synthèse sur l’histoire de la recherche sur la gentrification, état des lieux général sur l’avancement de la connaissance dans ce domaine. L’année suivante, la revue scientifique International Journal of Urban and Regional Research (2008) consacrait sa section « Débats et développements » à la gentrification, en réponse à un papier publié en 2006 par Tom Slater sur lequel nous reviendrons au cours de ce chapitre. En 2006, Gentrification of the City (1986), de Neil Smith et Peter Williams, un livre important dans l’histoire de la recherche sur ce sujet, était réédité. Ces quelques exemples, parmi une littérature abondante, témoignent de la résurgence d’intérêt dans les années 2000 pour le concept de gentrification, finalement toujours un peu contentieux.

2Au début de mes recherches – entamées en 2004 –, elle est une notion encore relativement confidentielle dans l’hexagone1 mais déjà très populaire côté anglo-saxon, tant chez les professionnels, les chercheurs, les responsables politiques que la société civile. L’observation et l’analyse du phénomène y ont alimenté d’ardents débats. Nous avons vu que la définition de la gentrification avait suscité des discussions, permettant au concept d’acquérir une acception plus large, au point que certains chercheurs ont commencé à en questionner la pertinence. Mais, de la fin des années 1970 au début des années 1980, c’est son explication qui a nourri le plus de querelles – révélant des positions opposées sur la production de l’espace. Comme Neil Smith l’explique lui-même en 1986 dans un article sur la gentrification de Harlem, « chacune de ces positions implique un engagement théorique plus conséquent sur la façon dont l’espace urbain est continuellement modelé ou remodelé » (Schaffer & Smith 1986 : 350).

3Deux discours concurrents ont émergé : l’un prônant la « ville revanchiste », l’autre la « ville émancipatrice ». Par ailleurs, tandis que les recherches sur la gentrification, et en particulier les études empiriques, avaient essentiellement porté sur la question des déplacements et sur ceux qui la subissaient, certains chercheurs ont commencé à se concentrer sur la classe moyenne et sur les gentrifieurs. Ces travaux ont connu un grand succès, à tel point que la recherche sur les déplacements s’est considérablement appauvrie avant d’être soudainement ravivée par un article de Lance Freeman et Frank Braconi (2004). Pourtant, les enjeux de la connaissance sur les véritables coûts (économiques, sociaux, politiques, culturels) de la gentrification étaient, et restent, considérables. Tom Slater (2006) estime qu’un retournement dans la recherche a conduit à l’éviction de perspectives critiques et invite alors ses collègues à un positionnement plus franc contre ce qu’il considère comme un problème urbain majeur. Et en effet, la recherche sur ce thème a traditionnellement été très engagée en faveur d’une politique de justice sociale conduisant à défendre les initiatives locales de résistance. Lees, Slater et Wyly, dans leur préface introductive à l’ouvrage Gentrification préviennent ainsi :

Nous soutenons une géographie critique de la gentrification. Une géographie qui suit un programme de justice sociale et qui se concentre sur la résistance à la gentrification [...] [Nous] nous méfions du capitalisme et défendons une démocratie sociale et économique (Lees et al. 2008 : xxiii).

Théorie de la production de l’espace : les cycles d’investissement et de désinvestissement selon Neil Smith

4Si décrire la transformation des quartiers n’a pas posé de difficulté particulière, expliquer la gentrification a suscité des désaccords fondamentaux. Neil Smith et David Ley ont apporté une contribution précieuse à ce débat épistémologique en développant des théories opposées, qui se sont finalement avérées complémentaires. L’approche de Neil Smith avait pour angle principal les relations entre les flux du capital et la production de l’espace dans un environnement urbain et politique néolibéral. Pour David Ley, l’attention devait plutôt se focaliser sur les consommateurs d’espace, en l’occurrence les classes moyennes gentrifiantes, et faisait de leurs choix de localisation et de leur culture le moteur premier du processus de gentrification. Chacune de ces approches nécessite d’y revenir plus en détail.

5En 1979, Neil Smith, le géographe le plus influent sur ce sujet, publie un article encore incontournable à ce jour. Dans cet article que l’on pourrait traduire par « Vers une théorie de la gentrification. Un mouvement de retour à la ville par le capital et non par les gens » (Smith 1979), il tente de résoudre ce qui, pour lui, est la véritable énigme de la gentrification : pourquoi certains quartiers sont-ils propices au redéveloppement quand d’autres ne le sont pas ?

6Il faut aussi rappeler que dans les années 1970, dans la tradition de l’École de Chicago, la théorie urbaine est dominée par les thèses néoclassiques qui comprennent la ville (dans sa forme et ses fonctions) comme le résultat de choix et de préférences exprimés par les individus. Or, les phénomènes de gentrification observés dans de nombreuses villes mettent à mal ce discours sur la souveraineté du consommateur et de ses choix de localisation rationnels. Et ce, d’autant plus que ce ne sont pas tant les habitants des suburbs qui retournent en ville que des habitants d’autres centres-villes (Lees et al. 2008). Comment expliquer le retournement dans les préférences des consommateurs, leur goût pour les centres-villes alors que la banlieue devait permettre d’assouvir le rêve américain ? Comment, donc, expliquer la gentrification ? Smith s’oppose aux économistes néoclassiques et postule que « les explications par la souveraineté du consommateur ont considéré comme acquise la disponibilité de territoires matures pour la gentrification alors que c’est précisément ce qui devait être expliqué » (Smith 1979 : 540-541).

7Smith développe alors une théorie novatrice appelée « théorie du différentiel de loyers », intégrée dans le contexte plus large d’une géographie du développement et de l’investissement/désinvestissement. Il explique que l’environnement bâti résulte des cycles d’investissement nécessaires à la création de profits dans une société capitaliste où la compétitivité dirige le développement urbain. Neil Smith fait un lien, nouveau, entre les dynamiques fondamentales du développement capitaliste et le destin de territoires urbains locaux en voie de gentrification. Pour lui, dans le contexte d’une économie capitaliste basée sur la compétitivité des marchés et la maximisation des profits, les territoires sont le produit d’une création collective. En effet, si la valeur d’une construction est initialement égale à la somme de travail investi, quand elle est revendue, le prix intègre alors d’autres éléments comme l’attractivité de sa localisation, son accessibilité ou encore les attentes futures sur son environnement. Lees, Slater et Wyly résument donc ainsi :

Cela signifie que la valeur d’un terrain urbain est essentiellement une création sociale collective : si un minuscule morceau de terrain situé au cœur d’une grande ville émergente, dynamique et vivante s’impose comme de première qualité sur le marché, c’est parce que (1) la centralité et l’accessibilité sont valorisées dans notre société, et (2) parce que les investissements sociaux collectifs produisent des villes grandes et vivantes avec le temps (Lees et al. 2008 : 51).

8De plus,

Les droits à la propriété privée permettent aux propriétaires de capter l’essentiel des fruits de cet investissement sous forme de rente foncière, ce qui équivaut simplement au montant qu’ils peuvent exiger en échange du droit d’usage de leur terrain (ibid.).

9Mais toutes ces conditions évoluent avec le temps, le développement urbain, les restructurations des espaces, l’avancement des technologies (dans les transports, la construction…), etc. Neil Smith insiste aussi beaucoup sur le fait que tous ces investissements sont cycliques : une phase d’investissements et de développement intense est nécessairement suivie d’une phase de dépréciation à mesure que les structures construites vieillissent et que les coûts de maintenance deviennent plus élevés, rendant alors ces quartiers moins compétitifs. Ce cycle se poursuit jusqu’à ce qu’il devienne rationnel pour le propriétaire de ne plus effectuer d’investissements dans ses propriétés. Dans les quartiers les plus pauvres, les frais de maintenance et de réparations peuvent excéder la rente foncière. Quand le désinvestissement commence, les ménages qui le peuvent financièrement quittent les lieux et les institutions financières sont de plus en plus réticentes à accorder des prêts pour ces zones jugées risquées. Le déclin du quartier s’accélère alors et les ménages et les commerces qui disparaissent sont remplacés par des résidents de plus en plus pauvres. Cependant, même si le quartier a décliné et que sa valeur d’usage actuelle est au plus bas, il conserve un potentiel de rente foncière élevé du fait de sa localisation et des différents usages qui pourraient en être fait, comme du logement de luxe, par exemple. Il faut donc, en théorie, changer l’usage du territoire pour maximiser les profits. Pour Neil Smith, c’est au cours de ce cycle que la gentrification est rendue possible :

La gentrification a lieu quand l’écart [entre la rente foncière actuelle et la rente potentielle] est assez grand pour permettre aux promoteurs d’acheter des coquilles vides bon marché, payer les coûts de construction et tirer profit des réhabilitations, payer les intérêts des emprunts, et ensuite vendre le produit fini à un prix leur laissant une marge de profit satisfaisante. La totalité, ou une grande partie, de la rente foncière est maintenant capitalisée : le quartier a été « recyclé » et un nouveau cycle d’usage commence. [...] Pour résumer la théorie, la gentrification est le résultat structurel des marchés foncier et immobilier (Smith 1979 : 545-546).

10La théorie du différentiel de loyers présentée en 1979 s’inscrit donc comme le moteur d’un processus plus large de restructuration et de production capitalistes de l’espace. Elle a alimenté les débats intellectuels pendant de nombreuses années.

11Plusieurs critiques ont été émises contre la théorie de Neil Smith. Tout d’abord, elle ne donnait finalement aucun renseignement sur les gentrifieurs eux-mêmes, toujours perçus par nombre de chercheurs comme les agents de la gentrification au travers de leurs choix de localisation. Par ailleurs, aucune véritable démonstration empirique de la théorie n’était présentée dans l’article et les difficultés méthodologiques semblaient trop grandes. Enfin, la dimension systématique de la théorie posait un problème dans la mesure où certaines observations locales menaient d’autres chercheurs à constater que la gentrification apparaissait très tôt dans le cycle de désinvestissement ou, au contraire, que certains quartiers présentant les conditions de profits favorables n’étaient pas gentrifiés (Hamnett 1996-1997 [1991]).

12D’autres critiques ont souligné que Smith ignorait le rôle des individus dans la gentrification. Cependant, cet argument ne tient pas puisque dans son article original, dès 1979 donc, Smith stipule :

Expliquer la gentrification seulement du point de vue de l’action des gentrifieurs, tout en ignorant le rôle des constructeurs, des promoteurs, des propriétaires, des banquiers, des agences gouvernementales, des agents immobiliers ou des locataires est excessivement réducteur. Une théorie plus large de la gentrification doit tenir compte du rôle des producteurs ainsi que des consommateurs, et cela fait, il apparaît que les besoins de la production – en particulier le besoin de faire des profits – sont plus décisifs dans les initiatives sous-jacentes à la gentrification que les préférences des consommateurs (Smith 1979 : 540).

13Et il insiste :

La relation entre production et consommation est symbiotique, mais au sein de cette symbiose, la production domine (ibid.).

14Si les critiques ont été exagérées à son égard, il reste indéniable que ses recherches ont nourri d’intenses et riches débats qui ont grandement contribué à faire avancer la connaissance sur la gentrification.

Théorie de la consommation de l’espace : David Ley et la prévalence des gentrifieurs

15Au contraire de l’approche de Smith, les recherches de David Ley se sont concentrées sur la production de gentrifieurs, et la rationalisation de leurs choix de localisation. La préférence du consommateur, dans la tradition néoclassique, continue de prévaloir. Ley veut répondre à cette double question : qui sont les gentrifieurs et pourquoi choisissent-ils de vivre sur un territoire plutôt qu’un autre ? Ley, et d’autres chercheurs avec lui, entreprennent un questionnement plus large sur l’analyse d’une fraction socialement privilégiée de la population urbaine, les classes moyennes, et sur l’émergence d’une nouvelle classe urbaine définie par une approche culturelle, la classe créative. Leur réflexion part du constat de l’augmentation du nombre de ménages appartenant à la classe moyenne et se place dans le contexte de la ville post-industrielle et des restructurations économiques, et notamment de la restructuration du marché de l’emploi et de la localisation des emplois qualifiés et hautement qualifiés. Comme le résument Lees, Slater et Wyly :

Ley soutenait que la gentrification représentait une nouvelle phase du développement urbain dans laquelle les facteurs de consommation, de goûts, et une perspective esthétique particulière sur la ville de la part d’une classe moyenne grandissante constituait un urbanisme alternatif à la suburbanisation, et que cela ne pouvait être saisi par les explications du processus privilégiant les forces structurelles de production et les dynamiques des marchés immobiliers (Lees et al. 2008 : 92).

16Pour ce courant de pensée, la réhabilitation/l’offre de logements ne pouvait suffire à revitaliser un quartier. Pour lui, la société post-industrielle a transformé la logique urbaine à mesure qu’une nouvelle classe moyenne a émergé. L’argument de Ley s’appuie largement sur les travaux de Daniel Bell pour qui la société post-industrielle revêt quatre caractéristiques : le passage d’une économie de biens à une économie de services ; la centralité de services de hautes technologies spécialisées dans l’information et la connaissance, avec des universités devenant des institutions majeures en remplacement des usines ; l’émergence rapide d’emplois qualifiés et hautement qualifiés ; enfin, une avant-garde artistique prétendument plus influente que les médias, les entreprises ou les gouvernements dans la culture de consommation. Dans un article sur la complémentarité des deux théories, Chris Hamnett observe :

La priorité causale est claire. Ley considère que l’activité immobilière est stimulée par la puissance de la croissance des cols blancs, résultant des changements dans les structures économiques et le marché de l’emploi. Il reprend ce point de vue dans un texte plus récent (1986) et pose que « la croissance de l’emploi dans le complexe des sièges sociaux situés dans les centres directionnels, les services aux entreprises, et indirectement dans les administrations publiques des centres nodaux contribue à la production de cadres moyens et supérieurs et à celle d’employés du secteur quaternaire travaillant dans les centres d’affaires. Ces actifs constituent ainsi la base de la demande de réinvestissement des logements des centres-villes. Cette population, lorsqu’elle exprime ses préférences pour les équipements centraux, sur les plans politique et économique, restructure l’environnement bâti et accélère le processus de gentrification » (Hamnett 1996-1997 [1991] citant Ley 1986 : 532).

17Cette classe professionnelle constitue donc le groupe des « gentrifieurs ». Et c’est ce qui conduit Hamnett à développer une thèse très proche de celle de Ley mais où il préfère parler de « professionnalisation » plutôt que de société post-industrielle, et ainsi selon lui :

Sans surprise dans une économie de marché, l’augmentation en taille et en pouvoir d’achat de la classe moyenne s’est accompagnée d’une intensification de la pression de la demande sur le marché du logement (Hamnett 2003 : 2424 cité dans Lees et al. 2008 : 93).

18Pour les tenants de cette explication, la recherche ne s’arrête pourtant pas là. Il s’agit de savoir qui sont ces gentrifieurs mais surtout ce qui les pousse à emménager dans des quartiers dégradés. La réponse est complexe car elle recouvre des réalités très différentes d’un lieu à un autre. En effet, s’il peut s’agir d’un choix pragmatique dans un marché du logement trop cher, certains groupes de gentrifieurs peuvent aussi rechercher un mode de vie alternatif. Ainsi, artistes et professionnels de la mode et du graphisme, par exemple, ont souvent été des précurseurs. En partie parce qu’ils avaient les compétences nécessaires à la réhabilitation des espaces mais aussi parce qu’ils étaient plus susceptibles que les autres de prendre le risque d’emménager dans des quartiers sensibles. D’autres explications insistent sur l’émergence d’une classe de jeunes professionnels (les enfants des baby-boomers constituant une réserve grandissante de 25-35 ans), riches, pour qui le choix du logement constitue une affirmation identitaire et sociale, ou encore dont le mode de vie nécessite de vivre en centre-ville, d’être proche d’un certain nombre d’activités et d’infrastructures.

19En fait, Ley et Hamnett ont d’abord permis de comprendre pourquoi la « nouvelle classe moyenne » grandissait, ouvrant la voie à d’autres travaux pour déterminer pourquoi les gentrifieurs opéraient ces choix de localisation. Dans toutes ces explications, on observe que l’argument culturel suit des logiques de classe et que ces comportements de classe (à travers l’architecture, le mode de vie...) visent à se différencier des classes ouvrières mais aussi des anciennes classes moyennes qui préféraient les suburbs, par exemple. « La ville centrale constitue une marque de distinction dans la constitution d’une identité distincte de la constellation de lieux et d’identité formée par les banlieues », résume ainsi David Ley (1996 : 211).

20Différents arguments sont avancés pour expliquer les choix de localisation des gentrifieurs. Les caractéristiques du marché immobilier sont certainement de première importance (taille, qualité, commodité, esthétique...), tout comme la proximité ou, tout au moins, l’accessibilité de l’emploi. La qualité des écoles constitue un autre facteur déterminant car il s’agit de la stratégie principale des classes moyennes pour assurer ainsi la reproduction sociale et culturelle (cf. Lees et al. 2008 : 98).

21D’autres chercheurs, à l’instar de Damaris Rose (1989), ont montré que l’augmentation du nombre de femmes célibataires avec emploi qualifié ainsi que celle de couples avec double salaire les avaient conduits à préférer le centre-ville aux banlieues dans le cadre de la division du travail domestique. Ann Markusen observe :

La gentrification est en grande partie le résultat de l’éclatement du modèle patriarcal. Les ménages homosexuels, les célibataires ou les couples de cadres supérieurs occupant des emplois dans le Central Business District trouvent de plus en plus attractives les positions centrales (Markusen 1980 :35).

22Dans le cas de la communauté homosexuelle, certains chercheurs ont avancé que les homosexuels avaient ressenti le besoin de se regrouper dans des quartiers spécifiques afin d’échapper aux discriminations et aux préjugés d’une part, et d’acquérir un poids politique d’autre part.

23Un argument central a consisté à expliquer la gentrification par l’émergence d’une culture urbaine spécifique. Gary Bridge, en documentant les phénomènes de constitution de classes et de gentrification, a noté l’importance de l’expérience et du vécu dans ce processus :

L’influence de l’éducation peut aider à expliquer l’existence d’une esthétique de la gentrification en termes d’acquisition de « bon goût » à travers le milieu ou l’éducation (supérieure) des classes moyennes. L’esthétique de la gentrification n’apparaît pas spontanément en réaction à un environnement ouvrier (Bridge 1995: 245).

24En outre, Sharon Zukin constate dans son étude sur la reconversion de quartiers industriels en quartiers résidentiels une forme particulière de gentrification :

Il y a probablement une composante esthétique dans la demande – un esprit du temps (zeitgeist) qui trouve son expression dans les espaces des anciennes usines et s’identifiant ainsi d’une manière existentielle à un passé archaïque ou à un style de vie artistique. Si cela est vrai, alors la question de la temporalité devient cruciale. Les ateliers ont existé de nombreuses années, et personne n’avait suggéré qu’emménager dans un atelier était chic. [...] Donc, si les gens ont trouvé les lofts attractifs dans les années 1970, des changements dans les valeurs ont dû se mettre en place dans les années 1960. Il doit y avoir une « conjoncture esthétique ». D’une part, les habitudes de vie des artistes deviennent un modèle culturel pour les classes moyennes. D’autre part, les anciennes usines sont devenues un moyen d’expression pour la civilisation post-industrielle (Zukin 1982 : 14-15).

25Cette nouvelle culture urbaine, conceptualisée par Richard Florida (2002) à travers son étude sur ce qu’il appelle les « classes créatives », est aussi largement relayée par les médias et les discours dominants valorisant certains styles de vie.

26Cependant, les critiques qui ont émergé contre les théories de la consommation lui ont particulièrement reproché d’invisibiliser les effets négatifs de la gentrification ainsi que ses victimes. La sémantique présentant les gentrifieurs comme des « pionniers urbains » est dénoncée avec virulence par Neil Smith :

L’idée de « pionniers urbains » appliquée aux villes contemporaines est aussi insultante que l’idée originale de « pionniers » dans l’Ouest des États-Unis. Aujourd’hui, comme à l’époque, cela implique que personne ne vivait dans ces zones « conquises », personne de notable tout du moins (Smith 1996 : 30).

27Par ailleurs, les théories sur la consommation comme moteur de la gentrification ignorent des aspects essentiels comme la production de l’espace, le rôle des promoteurs et des mécanismes capitalistes, tandis que les rôles de l’État et des municipalités sont évincés.

28Il faudra attendre le début des années 1990 pour que des efforts de synthèse entre théories de la consommation et de la production soient mis en œuvre. En 1991, Chris Hamnett tente de réconcilier les deux approches. Pour lui, les théories élaborées par Smith et Ley sont complémentaires :

[Ley] tenait pour acquise l’existence de quartiers potentiellement adéquats pour la gentrification et voyait le processus principalement en termes de demande sur le marché du logement. Smith, pour sa part, [...] tenait pour acquise l’existence d’une demande de gentrifieurs potentiels [...]. Mullins, Moore, Beauregard et Rose ont débattu de la production de gentrifieurs [...] (Hamnett 1996-1997 [1991] : 18).

29Synthétisant les travaux de ces chercheurs, Hamnett conclut que quatre conditions doivent être réunies pour qu’un quartier se gentrifie. Il doit exister :

30Une offre de logements situés dans des quartiers propices à la gentrification ;

31Une offre de gentrifieurs potentiels ;

32Des environnements attractifs dans les centres-villes ;

33Une préférence culturelle pour la résidence en centre-ville d’actifs travaillant dans certains segments du secteur tertiaire (ibid. : 18).

34Cependant, alors qu’au milieu des années 1980 un consensus conduisait de plus en plus à concilier les approches économiques et culturelles, la récession de 1989-1993 a relancé le débat sur les conditions de la gentrification, notamment lorsque certains commentateurs ont évoqué la « dégentrification » de certains quartiers.

Nouveaux thèmes concurrents de la gentrification : ville émancipatrice contre ville revanchiste

35La crise économique entraîne un ralentissement, voire un recul de la gentrification, ce que certains appellent dégentrification. Mais pour Neil Smith, du fait de la spéculation extrême dont elles avaient fait l’objet, seules les propriétés haut de gamme étaient affectées par le déclin de leur valeur. Et il prédisait en outre :

Le déclin des prix de l’immobilier depuis 1989 s’est accompagné par un désinvestissement des stocks de logements plus anciens – réparations et maintenance non réalisées, abandon – et ce sont précisément les conditions qui conduisent en premier lieu à la disponibilité de logements relativement bon marché en centre-ville. Loin de stopper la gentrification, la dépression de la fin des années 1980 et du début des années 1990 pourrait bien accroître les possibilités de réinvestissement (Smith 1996 : 229).

36Mise à l’épreuve, la théorie de Neil Smith se confirmera non seulement par un retour, mais aussi une accélération des opérations de gentrification dans le contexte d’une « ville revanchiste ». Éclairée par les débats passés, et prolongeant la compréhension de ses causes et de ses effets, la géographie de la gentrification s’est enrichie d’études empiriques, faisant la part belle aux contextes locaux. Les travaux de Neil Smith sur la ville revanchiste se sont alors développés en réponse au discours dominant sur la ville émancipatrice, dans lequel la gentrification est perçue de manière positive, comme un facteur de cohésion sociale, favorisant la mixité et la diversité culturelle.

La ville revanchiste

37Pour Smith, la gentrification est, au contraire, l’expression géographique d’une attitude revanchiste de la classe moyenne blanche qui veut reconquérir les espaces centraux, un avatar moderne de la lutte des classes. Il dresse un parallèle avec les événements européens de la fin du xixe siècle, et en particulier avec la Commune de Paris. À New York, des politiques très dures vis-à-vis des pauvres et notamment des sans-abri se mettent en place dans les années 1990. Des élites néolibérales décomplexées exercent une violence à la fois physique et morale de plus en plus ostensible. Surtout, après la violente récession des années 1980, les classes moyennes blanches développent un sentiment de rancœur et de colère à l’encontre de populations de plus en plus marginalisées qu’elles jugent responsables de tous les maux. Dans ce contexte, la reconquête des espaces publics devenus dangereux apparaît comme une nécessité. À New York, cette politique urbaine est mise en œuvre par Rudolph Giuliani, élu pour ses promesses d’amélioration de la qualité de vie. Il va s’appuyer sur les échecs des politiques « libérales » des années 1980, en particulier celles censées aider les pauvres pour rétablir l’ordre urbain. En vidant les rues de ses éléments « indésirables » tels que les prostituées, les toxicomanes, les sans-abris, les artistes de rue (graffiti)..., Giuliani a préparé la voie pour la gentrification. Cette idéologie urbaine s’est traduite dans la législation par la mise en place d’un corpus de lois stigmatisant les comportements jugés menaçant pour l’ordre social. Ainsi, les lois contre la mendicité, contre la petite délinquance comportementale, contre les sans-abri (Mitchell 1997, 2003), etc., se sont durcies afin d’aménager l’espace pour les touristes et pour les classes moyennes blanches qui avaient peur de certains quartiers.

38Le concept de ville revanchiste élaboré par Neil Smith a offert un angle fécond pour analyser les évolutions des espaces urbains dans un contexte capitaliste avancé. Une interprétation radicalement différente a cependant émergé.

La ville émancipatrice

39Pour Jon Caulfield, « la gentrification est une pratique sociale émancipatrice, une réaction aux institutions répressives des banlieues […], les gentrifieurs [étant] engagés dans une opération volontaire de résistance au modèle dominant de la vie en banlieue » (cf. Slater 2004b : 304). Caulfield voyait la gentrification comme une réponse critique aux politiques urbaines modernistes de l’après-guerre, « un processus de libération qui unit les classes moyennes dans le centre-ville créant ainsi des occasions d’interactions sociales positives et de tolérance » (ibid. : 304-305). Il ajoute que « la réimplantation dans d’anciens quartiers de la ville n’est pas réductible à une politique bourgeoise mais est plutôt un effort, par des gens, avec leurs voisins, de recherche de contrôle sur leurs vies » (Caulfield 1989 : 627).

40Cette vision romantique de la gentrification occulte ses conséquences négatives et passe sous silence ce qu’il advient des anciens résidents et commerces. D’autres chercheurs que Caulfield ont nourri ce discours en s’opposant ouvertement aux recherches critiques sur la gentrification (comme nous allons le voir dans la prochaine partie) et en n’en retenant que les aspects prétendument positifs. Certaines de leurs observations sont déconcertantes de naïveté si on les prend au premier degré, mais leur fonction est de servir un discours politique. Alors que de nombreuses études empiriques témoignent déjà des tensions entre les anciens et les nouveaux résidents, J. Peter Byrne, professeur de droit, feint d’ignorer l’inégalité des relations de pouvoir entre les classes sociales :

La gentrification crée un forum politique urbain dans lequel des citoyens riches et pauvres doivent négocier avec les priorités des uns et des autres dans un processus démocratique (Byrne 2003 : 421).

41L’étude de la gentrification de Harlem, loin de confirmer de telles affirmations, montre au contraire une éviction des populations pauvres des processus de décision. Leurs revendications ne furent évidemment pas écoutées avec la même attention par les pouvoirs publics que celles des nouveaux résidents.

42Pour Slater, cette lecture idéalise l’arrivée des gentrifieurs et les nouvelles interactions sociales et raciales qui en découlent, et sous-estime gravement la dureté des conséquences de la gentrification, comme la polarisation sociale et raciale, l’exclusion sociale et les déplacements (Slater 2006), même s’il reconnaît qu’il est aussi utile de ne pas diaboliser la gentrification systématiquement.

43Les théories de villes revanchiste et émancipatrice ont été élaborées dans le cadre de recherches sur une géographie de la gentrification. En effet, le « modèle » de ville revanchiste a été observé aux États-Unis, et principalement à New York, tandis que celui de ville émancipatrice est le produit des villes canadiennes. Ainsi, même si des points de convergence existent, notamment dans la formation ou les conséquences du processus, des différences importantes remettent en cause les discours sur un modèle de gentrification nord-américain.

44Toutes ces années de débat théorique sur les causes de la gentrification ont quelque peu occulté l’étude de ses résultats. Pour illustrer la diversification et la complexification des mécanismes de gentrification, les études de cas se sont multipliées dans les années 2000 et 2010. En 2016, Japonica Brown-Saracino (2016) propose quatre grandes directions pour les futures recherches sur la gentrification. Elle invite à combler les disparités méthodologiques, à s’orienter vers l’évaluation des politiques, à s’intéresser plus explicitement aux stades avancés de la gentrification – ou à la « supergentrification » – et, enfin, à faire des résistances à la gentrification un objet de recherche à part entière. Cette étude de Harlem répondait, avant qu’elle ne la formule, à cette invitation.

L’éviction de perspectives critiques de la recherche

45Depuis le début des années 2000, une série d’articles provocateurs ont remis en cause les discours négatifs sur la gentrification. En 2002, Jacob Vigdor publie un article intitulé « La gentrification nuit-elle aux pauvres ? » qu’il conclut ainsi :

La revitalisation d’un quartier n’est pas un échec du marché ; ainsi modélisée, c’est une conséquence efficace des changements dans les préférences ou dans la distribution des revenus dans l’économie locale. En fait, c’est une question d’équité ; toute réponse via une politique de redistribution améliorera nécessairement le bien-être de certains ménages en nuisant à d’autres (Vigdor 2002 : 172).

46Par ailleurs, il souligne les difficultés méthodologiques, et, après avoir passé en revue la littérature existante, il estime que les preuves empiriques sont insuffisantes pour conclure que la gentrification nuit aux pauvres, qu’il s’agit là d’une hypothèse à vérifier. Dans une section consacrée à la question des déplacements, Vigdor interroge même la faisabilité de telles analyses et se demande si des études empiriques peuvent véritablement démontrer que la gentrification nuit aux pauvres. Vigdor va plus loin que la simple relativisation des résultats de la recherche et souligne les effets positifs de la gentrification :

La gentrification peut créer des emplois pour les ménages précaires, ou relocaliser des opportunités existantes dans des lieux plus accessibles pour eux. Deuxièmement, les augmentations de valeur foncière donnent des ressources additionnelles aux municipalités dépendantes des impôts, ce qui peut se traduire par une amélioration des services ou diminuer le poids d’imposition des résidents pauvres. Enfin, le processus de gentrification peut améliorer la qualité du quartier pour les résidents pauvres, compensant ainsi les effets négatifs hypothétiques de l’abandon du centre-ville par les classes moyennes et supérieures (ibid. : 144-145).

47Douglass Massey, dans un commentaire publié avec l’article, exprime son embarras vis-à-vis des critiques sur la gentrification. En premier lieu, et au-delà des difficultés à véritablement définir le phénomène, il affirme : « La gentrification est relativement minime en comparaison de flux de population vers et hors des villes » (ibid. : 174) .

48De plus, il s’agit pour lui d’un résultat logique, cohérent avec les ambitions politiques libérales :

Les libéraux ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Si les classes moyennes et supérieures doivent rester en ville pour consolider la base d’imposition et jouer un rôle dominant dans les affaires civiques, alors ils doivent bien vivre quelque part (ibid. : 175).

49Il estime enfin que le fond du débat sur la gentrification porte en réalité sur un aspect peu évoqué, voire tabou, la question raciale :

Je présume que l’essentiel du débat sur la gentrification est en fait une référence codée à la contestation de l’espace urbain entre Noirs et Blancs [...], les Noirs étant implicitement dépeints comme victimes de processus du marché immobilier structurellement racialisés et qui sont hors de leur contrôle (ibid. : 175-176).

50D’ailleurs, Massey considère même qu’une gentrification des classes moyennes et supérieures noires ne serait pas critiquée et serait perçue positivement, la mixité sociale dans un quartier n’étant diabolisée selon lui que quand elle traverse les groupes ethniques.

51Dans son article de 2003, J. Peter Byrne conteste la vision négative de la gentrification. Concédant dès l’introduction qu’un certain nombre de personnes perdent des appartements bon marché qui étaient leur « chez eux » (home), il ne parle pas directement de déplacements. Byrne explique :

Pourtant, l’augmentation du nombre de personnes riches et éduquées est totalement bénéfique pour les villes, en fin de compte, en augmentant le nombre de résidents pouvant payer des impôts, acheter des biens et des services locaux, et en soutenant la ville dans les politiques des États et de l’État fédéral. Mon désaccord ici va plus loin : tout bien considéré, la gentrification est une bonne chose pour les pauvres et les minorités (Byrne 2003 : 406).

52Contestant les résultats négatifs des études menées par d’autres chercheurs, il expose ensuite tous les avantages qu’il croit repérer dans la gentrification en termes de démocratie, d’amélioration des services et de la qualité de vie, et la considère même comme un moteur de la construction d’appartements abordables par les revenus qu’elle génère. Il conclut son essai avec l’anecdote personnelle suivante, qui illustre parfaitement cette vision édulcorée de la ville gentrifiée : accompagné de sa femme et de sa fille adolescente, Byrne se rend à la brocante locale où il raconte avoir acheté des livres de poche (d’auteurs noirs) et une valise rose pour sa fille ; sa femme s’est mêlée aux brocanteurs et leur a donné des conseils sur la présentation de leurs marchandises ; il a mangé un sandwich préparé et vendu par une voisine. Après avoir conté sa visite, Byrne résume :

Un événement si modeste ne fait pas la une des journaux et n’annule certainement pas les injustices de nos aires métropolitaines. [...] Pourtant, c’était un moment d’échanges avec des voisins, de circulation monétaire et d’apprentissage commun. Réitéré à de nombreuses reprises, cela promet un futur meilleur pour nos communautés (ibid. : 431-432).

53Ces discours ne sont pas inédits et, déjà en 2001, Andres Duany, architecte et journaliste publiait un article ouvertement pro-gentrification :

La gentrification est en général une bonne nouvelle dans la mesure où rien n’est plus malsain pour une ville qu’une monoculture de la pauvreté. [...] La gentrification rééquilibre la concentration de la pauvreté [...], cela déteint sur l’éthique du travail, améliore l’efficacité politique de la classe moyenne et améliore la qualité de vie pour tous les résidents en cours de processus. C’est la voile montante tirant tous les bateaux (Duany 2001 : 36).

54Il ajoute que la force motrice de la gentrification est un urbanisme de grande qualité qui recherche des rues bien proportionnées, un mélange varié d’activités économiques et de services et une architecture de qualité. Ce qui le conduit à écrire que, pour protéger un habitat bon marché, en tous cas l’empêcher de se gentrifier, la seule solution est une architecture défaillante et laide. Il occulte totalement la question des déplacements, en stipulant que les seuls perdants dans le processus de gentrification sont les leaders communautaires parce qu’ils perdraient leur influence mais que les résidents, eux, se plaignent rarement car ils y seraient gagnants. Cependant, son argument se contredit puisque l’on peut émettre l’hypothèse que si les leaders perdent leur base, c’est en partie parce qu’elle est déplacée. En tout état de cause, Duany ne semble pas comprendre l’existence de tous ces débats autour de la gentrification, ni pourquoi le terme est si négativement connoté, il en fait un problème de liberté. En effet, selon lui, contrôler la gentrification revient à empêcher les gens de tirer un profit légitime de la valorisation « naturelle » de leur quartier. Ses propos sont très durs, voire méprisants, à l’égard des opposants à la gentrification :

Donc pourquoi ce remue-ménage à propos de la gentrification ? Ce ne sont souvent que les gloussements de chefs de quartier qui ne supportent pas l’autosuffisance des classes moyennes arrivant et qui n’acceptent pas la dilution de leur base électorale. Mais c’est un chant du cygne.
Les Américains des classes moyennes choisissent de vivre dans de nombreux quartiers de centres-villes parce que ces lieux possèdent des attributs qu’on ne trouve pas dans les nouvelles aires résidentielles, et ce flux ne peut pas être régulé (ibid. : 39).

55Partant de ces lectures et du constat que, désormais, le terme gentrification renvoyait souvent aux images de bars et de restaurants à la mode, de spectacles, de galeries d’art, de cafés et de salons de thé ou encore de diversité sociale et culturelle, plutôt qu’aux images de harcèlement, d’expulsions, de déplacements ou d’augmentations de loyers, Tom Slater (2006) commence à théoriser ce retournement. Pour lui, l’éviction de perspectives critiques dans la recherche sur la gentrification, loin d’être anodine, détourne totalement l’attention des observateurs des classes non gentrifiantes. Il se demande « comment a-t-on pu arriver à une situation où le concept de gentrification est devenu tabou pour des chercheurs publiant dans le pays même où il a été forgé et observé ? » (Slater 2006 : 745). Pour répondre à cette question, il émet trois hypothèses.

56La résurgence perpétuelle des anciens débats entre théories de la consommation et de la production constitue un premier problème. En effet, déjà exagérées depuis le début comme nous l’avons vu, les oppositions entre les deux chercheurs emblématiques étaient profondes mais leurs explications n’étaient pas exclusives et chacun reconnaissait le rôle de l’autre dans l’explication du phénomène. Cependant, certains chercheurs ont continué à essayer de défendre l’un ou l’autre aspect ou à ressasser les mêmes débats, ce qui, pour Slater, n’est pas seulement une question épistémologique :

[Le problème est que] cela empêche un consensus général sur le fait que la gentrification est un processus de transformation de classes à plusieurs facettes qui s’explique mieux d’un point de vue holistique ;
[le problème] est aussi politique car les perspectives critiques se perdent dans les chamailleries pour savoir si Smith ou Ley ont raison, ou en sont complètement absentes (ibid. : 747).

57En second lieu, Slater estime que le détournement d’attention des chercheurs de la question des déplacements – jusqu’en 2002, où la parution d’un article de Freeman et Braconi a ravivé les débats – est un problème majeur. Citant des travaux précoces qui, malgré leurs divergences sur le contenu, plaçaient tous les déplacements au cœur du concept de gentrification, Slater souligne que dans les années 1990 cette question a disparu, en partie pour des raisons méthodologiques. Et parce que dans le cadre des politiques publiques seules les recherches quantitatives sont considérées comme des preuves, même les recherches qualitatives ont été négligées. Pourtant il déclare :

Les déplacements sont, et ont toujours été, indispensables à une compréhension de la gentrification, tant pour maintenir une définition cohérente que pour conserver une perspective critique sur le processus. [...] Dans une vaste littérature sur la gentrification, il n’y a presque pas d’études qualitatives sur les déplacements. Il est crucial de changer ça si l’on veut réinstaurer des perspectives critiques (ibid. : 748-749).

58Enfin, Slater montre que les politiques urbaines néolibérales cherchant à promouvoir l’accès à la propriété, ainsi que la lutte contre la concentration de la pauvreté, ont utilisé les processus de gentrification pour faire la promotion de la diversité sociale et économique dans des quartiers anciennement désinvestis. Pourtant, les tensions apparues dans de nombreux quartiers contredisent cette lecture positive des interactions entre les classes sociales. En outre, maquiller la gentrification avec la sémantique de la mixité sociale détourne le débat et invisibilise les critiques et les résistances (Slater 2006: 751). Cet argument est déjà avancé par Neil Smith en 2002 :

La « régénération urbaine » ne représente pas seulement la prochaine vague de gentrification, planifiée et financée à une échelle inédite, mais la réussite de cette sémantique à anesthésier notre compréhension critique de la gentrification en Europe et une victoire idéologique considérable des visions néolibérales de la ville (Smith 2002 : 446).

59Tom Slater conclut que seul un retour des perspectives critiques dans la recherche permettra de résister plus efficacement aux processus de gentrification, et qu’il faut avant tout la considérer comme un problème plutôt que comme une solution à la pauvreté et au déclin des villes.

60Par ailleurs, cet article remet fondamentalement en question les rapports entre les chercheurs, les décideurs politiques et les acteurs de l’aménagement. Il soutient ainsi que le détournement critique des chercheurs pose une difficulté pour appréhender les changements sociaux, politiques et économiques à l’œuvre dans les villes. Il n’est d’ailleurs pas passé inaperçu. Deux ans après sa parution, la revue qui l’avait initialement publié, International Journal of Urban and Regional Research, y a consacré sa section « Débats et développements ». On y trouve les réponses – soutiens, compléments et critiques – de six chercheurs renommés (Chris Allen, Lance Freeman, Kate Shaw, Neil Smith, Loïc Wacquant et Paul Watt), ainsi qu’un complément de Slater lui-même. Compte tenu de la dimension idéologique et politique très forte du concept – et dont les chercheurs ne se sont pas départis, l’éviction de perspectives critiques notée par Slater reflétant simplement les changements intervenant à l’échelle mondiale dans le rapport de force politique entre gauche et droite –, certains chercheurs plaident pour un engagement plus fort de la recherche en faveur des « victimes » de la gentrification et pour en minimiser les coûts politiques et sociaux. Slater, parmi d’autres, plaide pour des recherches empiriques qualitatives plus nombreuses qui se focaliseraient sur les victimes de la gentrification. Ceci nécessite toutefois de réfléchir à la position nécessairement ambiguë du chercheur universitaire, qui appartient presque systématiquement à la classe moyenne ou supérieure. Pour Chris Allen (2008 : 180), le conflit de points de vue entre ces « notables universitaires » et les personnes subissant la gentrification doit être rendu plus visible. C’est un effort entrepris par John Joe Schlichtman, Jason Patch et Marc Lamont Hill en 2017 dans leur ouvrage commun Gentrifier.

61Finalement, tous ces débats sur le concept de gentrification et sur sa recherche renforcent l’idée que, d’une part, le concept doit être compris comme un processus large à la frontière de nombreux phénomènes (économiques, sociaux, politiques, culturels...) et que, d’autre part, une approche interdisciplinaire est la plus utile pour combiner des outils permettant de produire des analyses qualitatives et quantitatives plus efficaces. En outre, toute recherche sur la gentrification doit être mise dans une perspective plus globale de restructuration, celle de la société post-industrielle, mais également celle des classes sociales, ce qui aboutit notamment à la constitution d’un « prolétariat post-industriel » (Wacquant 2006 : 198). L’agenda de la recherche sur la gentrification est donc encouragé à considérer très attentivement le rôle de l’État dans la gentrification ainsi que les mouvements de résistance à la gentrification – auxquels peu d’attention a été portée jusqu’à présent.

Conclusion

62C’est dans le prolongement de cette abondante littérature que la présente étude prend place. En effet, essayant d’échapper aux débats épistémologiques et idéologiques qui ont encombré la recherche, ce travail empirique sur le quartier de Harlem cherche à expliquer la gentrification de ce quartier en s’intéressant au rôle des pouvoirs publics et des mobilisations citoyennes qui en ont émergé. À Harlem, le processus de gentrification a ainsi largement été initié et mené par une municipalité et des pouvoirs publics volontaristes, qui y ont déployé d’énormes efforts et moyens. La présentation de plusieurs conflits locaux met en évidence les frictions et les tensions qui émergent entre les habitants selon leur identité sociale et ethnique, leur ancienneté, leurs affinités politiques, etc. Enfin, l’analyse du mouvement local de résistance et le bilan de ses succès et de ses échecs recouvre plus largement des questions de démocratie et de droit à la ville.

63Par ailleurs, au-delà des points de vue, des aspirations, des opinions… des personnes qui subissent ou font la gentrification, ce sont les relations de pouvoir entre ces acteurs qui nous intéressent. Les spécificités locales de Harlem, qui sont à la fois raciales, culturelles et géographiques, sont étudiées en regard des restructurations plus globales de l’espace urbain métropolitain de New York. Enfin, si la question raciale était initialement assez discrète dans la littérature sur la gentrification, la priorité ayant été donnée au rôle de la classe, elle est pourtant incontestablement cruciale à Harlem. Ce livre contribue à documenter et à enrichir la compréhension des conflits sociaux et raciaux d’une part, et le renouvellement des modalités du racisme systémique d’autre part.

Notes de bas de page

1 La recherche sur ce sujet n’est bien sûr pas inexistante. Nous pouvons signaler les travaux de Sonia Lehman-Frisch, Anne Clerval, Marie Chabrol, Sophie Corbillé, Jean-Yves Authier, Catherine Bidou-Zachariasen… À ce propos, mes recherches de thèse, dont ce livre est issu, se sont essentiellement appuyées sur un corpus d’auteurs américains et anglais. La circulation des travaux est paradoxalement plus fluide entre les deux continents qu’au sein de la communauté scientifique française. Cet écueil m’a d’ailleurs conduite, bien des années après, en 2016, à cofonder, avec Sonia Lehman-Frisch et Pascale Nédélec, un réseau de chercheurs spécialistes des Études urbaines nord-américaines (EUNA) afin de faciliter cette interconnaissance et susciter des collaborations plus nombreuses.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.