Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 9-20


Texte intégral

1« Les Noirs seront-ils capables de se maintenir à Harlem ?1 », se demandait déjà James Weldon Johnson (1925) dans son remarquable essai sur la formation de Harlem. Ce livre offre, près d’un siècle plus tard, une réponse à sa question. Voici le récit de ce quartier mythique de New York, de son début à sa fin en tant que capitale noire.

2Harlem n’était pas un quartier ordinaire. Avant de devenir un emblème des politiques urbaines de gentrification qui tendent à uniformiser les villes – et leurs habitants – à travers le monde, Harlem fut une capitale, celle de l’Amérique noire. Construit à la fin du xixe siècle pour accueillir les classes supérieures blanches, Harlem a acquis sa renommée mondiale en devenant, tout au long du xxsiècle, une capitale culturelle, politique et symbolique pour les Noirs américains. Lorsque paraît l’essai de James Weldon Johnson (1925) – que l’on peut traduire par « Harlem, capitale de la culture » – dans un recueil de l’écrivain Alain Locke, la « Harlem Renaissance » bat son plein. En effet, en ce début de xxe siècle, une effervescence artistique et intellectuelle sans précédent propulse le quartier sur le devant de la scène. Mais plusieurs décennies de déclin et de ghettoïsation organisés produisent pauvreté, crime, violence, usage de drogues (particulièrement le crack, si dévastateur) et marquent les imaginaires, surtout celui des Blancs. Dans les années 1950 et 1960, Harlem reste un haut lieu du militantisme politique et intellectuel noir du Black Power, et accueille les discours de Martin Luther King, Malcolm X ou Louis Farrakhan, les œuvres de W. E. B. Du Bois ou celles de James Baldwin. C’est un lieu chargé d’histoire, mythique dans les représentations que les Noirs se font d’eux-mêmes et dans celles qu’une partie du monde se fait des Noirs. La renommée du quartier est si grande qu’elle traverse les frontières. Tafa, par exemple, un artiste ghanéen installé à East Harlem depuis 1992, raconte que « Harlem est venu à [s]a rencontre au Ghana, bien avant [qu’il] ne vienne à New York2 ».

3Mais Harlem ne sera bientôt plus un quartier noir. Peut-être ne l’est-il déjà plus. Sa reconquête par les élites blanches de Manhattan, entamée dans les années 1980, s’est accélérée à la fin des années 2000, soutenue qu’elle était par les gouvernements municipaux successifs. Alors que la population totale de Central Harlem, le cœur du quartier noir, est plus nombreuse qu’avant3, les enquêtes du Bureau du recensement confirment le déclin continu de la population noire. En 2020, on n’y comptait plus que 51,8 % de Noirs non hispaniques4, bien loin des 63 % de 20105 et, surtout, des 87,6 % de 1990, ou 94,1 % de 1980 (Beveridge 2008). Parmi les familles noires qui ont pu rester et celles qui se sont installées, nombreuses sont celles qui appartiennent à des classes économiquement privilégiées, contribuant à la relégation des catégories les plus populaires.

4Face à cette hémorragie, la colère et le ressentiment des habitants de Harlem sont devenus les moteurs d’un mouvement de résistance à la gentrification. Ce mouvement était toutefois disparate, peu coordonné, composé de stratégies et d’intérêts politiques très divers. D’autant que, à l’inverse, certains membres de la communauté voyaient d’un bon œil les transformations, illustrant ainsi les désaccords et les rivalités qui traversaient le quartier. En 2008, la double défaite des habitants qui essayaient d’empêcher l’expansion de l’université Columbia et le rezoning (ou requalificiation urbaine) de la 125e Rue symbolise l’échec de cette résistance. Et bien que la crise financière de cette même année ait momentanément ralenti le processus, les dés étaient alors jetés. Les transformations sont désormais si importantes que le quartier est méconnaissable : la gentrification de Harlem est achevée.

5Avant d’exposer les débats théoriques et épistémologiques qui ont accompagné les recherches sur la gentrification, posons d’emblée les enjeux et l’intérêt de la présente étude. Harlem est un lieu singulier, mais aussi symbolique. Alors que Harlem incarnait auparavant la ségrégation raciale et le délabrement des centres-villes, sa gentrification est lourde de sens pour les autres ghettos du pays et fournit, en outre, une feuille de route pour les pouvoirs publics et les acteurs pro-gentrification. L’originalité de cette étude de cas réside en ce qu’elle éclaire le rôle central des pouvoirs publics. C’est une politique municipale planifiée, coordonnée et volontariste qui a conduit à la gentrification de Harlem. Ce qui pose des questions en termes de droit à la ville, de justice spatiale et de démocratie bien sûr, mais aussi en termes d’égalité raciale. En effet, la gentrification et la reconquête de ce quartier symbolique pour les Africains-Américains, grâce à l’intervention des pouvoirs publics de surcroît, nourrissent les débats sur le racisme structurel – réactualisés par le mouvement Black Lives Matter depuis 2013. Le fait que la gentrification de Harlem ait débuté par une vague de gentrification noire et que des classes supérieures noires fassent encore partie des gentrifieurs permet cependant de complexifier et de nuancer un discours racial parfois simpliste. Ce sont souvent des Blancs qui s’installent dans les quartiers en gentrification et qui contribuent au déplacement ou à l’invisibilisation des minorités qui y résident, mais pas toujours. Il faut également prendre en considération le facteur social et les luttes de classes qui se jouent. À travers l’exemple de Harlem, on observe la pluralité des positions sociales et politiques parmi les Africains-Américains. On constate, en outre, comment la culture noire locale est fétichisée et artificialisée. Les habitants noirs sont déplacés ou mis à l’écart alors que, dans le même temps, leur patrimoine culturel sert d’appât pour les nouveaux habitants, les touristes et les investisseurs.

6À travers Harlem, une histoire américaine se dessine, celle de la colonisation et de l’esclavage, celle de politiques économiques et urbaines néolibérales qui se mêlent aux lois et aux pratiques de ségrégation raciale. Bien que l’échelle de cette étude soit locale, voire micro-locale, elle ne s’insère pas moins dans des dynamiques sociales et urbaines plus vastes, et dans un processus de subjugation des espaces et des populations noires. Ainsi, pour comprendre le regain d’intérêt dont Harlem et les autres centres-villes des États-Unis ont fait l’objet, il faut revenir aux premières causes de leur déclin.

Revitalisation des villes-centres et néolibéralisation

7Une nouvelle ère de l’histoire des villes états-uniennes s’est ouverte lorsque l’idéal de la maison individuelle a repoussé les classes moyennes des villes-centres vers les banlieues dès les années 1950. Les années 1960 marquent un autre tournant dans les politiques urbaines. De généreuses subventions des administrations Kennedy et Johnson financent des programmes destinés à lutter contre la pauvreté urbaine (Douzet 2006 : 271). C’est ce que l’on appelle la Great Society. Mais quand ces flux monétaires cessent brutalement à l’arrivée de Ronald Reagan, les villes se retrouvent submergées par les dépenses sociales et ne peuvent plus financer les programmes sociaux alors que, en outre, leurs revenus baissent, du fait notamment du white flight (l’exode des familles de classe moyenne blanche). Dans les années 1970, on assiste à une reconfiguration de l’organisation territoriale et les villes deviennent des métropoles, des régions ou des aires urbaines. Cet étalement urbain (urban sprawl) n’est pas véritablement encadré ni cohérent mais « résulte de la convergence d’actions menées par les autorités publiques (niveau fédéral et local), le secteur privé (entreprises) et la société civile (ménages et individus) » (Ghorra-Gobin 2004 : 158). Il répond à la fois à l’idéal de vie en banlieue et à la réorganisation du fonctionnement du marché du travail à l’échelle suburbaine. En parallèle, la désindustrialisation des villes du Nord – qui avaient fourni des emplois à des centaines de milliers de travailleurs venus du Sud post-esclavagiste et rural – modifie en profondeur leur structure économique en orientant ces populations de plus en plus vers les services. La ville de New York perd ainsi près de 460 000 emplois manufacturiers entre 1967 et 1987 (Ghorra-Gobin 1998 : 104). Les dynamiques démographiques reflètent la reconfiguration du marché de l’emploi ainsi que la préférence des Américains pour les banlieues et c’est pourquoi, de 1985 à 2000, les centres urbains voient leur population diminuer alors qu’elle augmente en banlieue (Storper & Manville 2006 : 1248).

8En parallèle, l’isolement politique des villes, né du désengagement de l’État fédéral et de l’affaiblissement du réseau d’aides aux villes (État fédéral, États, comtés, municipalités), conduit ces dernières à adopter un rôle d’entrepreneur (Wacquant 2006 : 92). Depuis les années 1980, les villes sont « devenues de plus en plus centrales dans la reproduction, la mutation et la reconstitution continuelles du néolibéralisme » (Brenner & Theodore 2002 : 375).

9Ce virage est d’autant plus marqué à New York que, en 1975, une crise fiscale6 permet aux élites politiques et financières de s’engager dans une stratégie de renouvellement urbain offensive destinée à séduire les classes supérieures. La crise justifiait, dans le même temps, de diminuer les dépenses des services publics dont la population pauvre était la principale bénéficiaire. En 19777, Edward Koch est élu maire de New York (1977-1989) sur la promesse de relancer l’économie. Il réduit en effet les effectifs municipaux et institutionnalise des rapports étroits avec les milieux d’affaires qui, désormais, ont un droit de regard sur les orientations des politiques publiques, instaurant ainsi, par ce soutien réciproque, un climat favorable aux affaires. Il initie aussi une campagne efficace de marketing urbain autour du slogan « I love New York » (Greenberg 2008). L’accès à l’université publique devient payant, des services publics sont privatisés, des mesures de déréglementation du marché du travail entrent en vigueur, faisant pour premières victimes les employés municipaux et les syndiqués. C’est un moment crucial. Désormais, la santé des institutions financières prévaudra sur le bien-être de la population (Harvey 2007 : 8). Ces nouveaux rapports de force politiques et sociaux se déploient aux échelles locale, métropolitaine et globale.

10New York est donc emblématique de la néolibéralisation des politiques urbaines que la compétition économique et culturelle à l’échelle internationale intensifie et justifie. Ce paradigme s’observe dans les processus de production de l’espace (le recours de plus en plus systématique à la gentrification pour aménager les villes, la dérégulation et la mise en concurrence des marchés, les partenariats publics-privés…) ainsi que dans les résultats produits : un développement urbain qui ne se mesure qu’en termes économiques. En outre, une analyse locale de l’expansion de l’université Columbia montre comment un puissant acteur privé a pu, grâce au soutien du gouvernement municipal et de l’État, étendre son emprise et acquérir une parcelle de territoire en échange de contreparties financières. La procédure de consultation publique mise en place – censée être démocratique – n’a pas permis de concilier les intérêts des habitants, de l’université et de la ville. Elle a même permis d’évacuer certaines préoccupations et certains protagonistes.

11Ces politiques dites de « revitalisation » – aussi conçues pour stimuler les investisseurs privés (Bailey & Robertson 1997) – sont présentées comme salvatrices et indispensables pour des villes en déclin. Quelques récits emblématiques, comme celui de la transformation de Times Square, qui draine aujourd’hui des millions de touristes par an, servent de justification à cette stratégie. Mais le discours sur la rénovation se révèle parfois simplement un alibi pour conquérir les « dernières frontières urbaines8 », ou pour les reconquérir dans le cas de Harlem, dont nous verrons que les élites n’avaient pas prévu qu’il devienne un quartier noir.

12Ces évolutions néolibérales sont corrélées avec la croissance d’une classe de cadres supérieurs et de professionnels très diplômés et à hauts revenus, elle-même entraînée par la restructuration économique de la ville désindustrialisée et globalisée. À New York, c’est le milliardaire Michael Bloomberg, maire milliardaire de 2001 à 2013, qui incarne le mieux ce nouveau mode de gouvernance. Il a géré la ville comme s’il en avait été le PDG, les habitants ses clients, et la ville elle-même comme un produit de luxe à vendre (Brash 2011).

13Dans ce contexte, les politiques de gentrification sont une incarnation néolibérale des politiques urbaines et témoignent des rapports de domination qui reconfigurent les espaces urbains à l’échelle locale, sous l’influence, aussi, de logiques globales. Si le terme de gentrification est aujourd’hui très répandu, au point de recouvrir des acceptions très diverses, l’émergence de ce concept en sociologie et en géographie a fait couler beaucoup d’encre.

Qu’est-ce que la gentrification ?

14Terme construit à partir du mot gentry, désignant les notables, la petite noblesse et la haute bourgeoisie en Angleterre, le processus qualifié de « gentrification » désigne le remplacement d’une population – présumée de classe inférieure – par une gentry. C’est en 1964 que la sociologue urbaine Ruth Glass décrit, pour la première fois, les changements urbains qu’elle observe à Londres par le concept de « gentrification » :

Un par un, de nombreux quartiers ouvriers de Londres ont été envahis par les classes moyennes – supérieures et inférieures. Des maisonnettes miteuses – deux pièces en haut et deux en bas – ont été acquises quand leur bail a expiré, et sont devenues des résidences élégantes et chères. […] Une fois que ce processus de gentrification commence quelque part, il se propage rapidement jusqu’à ce que la classe ouvrière d’origine soit, toute ou presque, déplacée et le caractère social du district changé
(Glass 1964 : xvii-xix).

15Le terme « gentrification » a rencontré un vif succès parmi les chercheurs anglo-saxons et s’est rapidement propagé, notamment dans les études urbaines sur les villes post-industrielles nord-américaines. Les études de cas utilisant le terme de gentrification pour décrire des situations très variées se multiplient. Ainsi, on commence à parler de « gentrification rurale » quand le phénomène est observé en dehors des centres-villes ; de gentrification de « nouvelles constructions » (New-Build gentrification) quand il ne s’agit plus seulement de rénover le parc de logements anciens mais d’en construire de nouveaux à destination d’une population aisée ; ou encore de « super-gentrification » (Lees 2003 ; Stuber 2021) quand un afflux de personnes très riches vient remplacer une population un peu moins riche qui avait elle-même remplacé une population plus précaire. Ici, cette étude de Harlem permet de décrire un processus de gentrification municipale – phénomène trop peu mis en avant par la recherche alors que, en pratique, les villes optent de plus en plus pour ces stratégies de développement économique et urbain privatisé. Ce ne sont, en effet, pas seulement les acteurs privés qui ont initié le processus, comme à Dumbo, par exemple. Dans cette petite friche industrielle située à Brooklyn, entre le pont de Brooklyn et le pont de Manhattan, un promoteur immobilier a racheté tous les immeubles, galeries, ateliers et locaux, et a ensuite demandé à la ville de modifier le zonage du quartier en zone résidentielle. Y voyant une opportunité de développement à moindre effort et, surtout, à moindre coût, la municipalité a accepté et David Walentas a construit des tours de logements luxueux en lieu et place des studios et ateliers d’artistes, ces derniers ayant été déplacés. À Dumbo, l’opération était rentable du point de vue des pouvoirs publics, qui n’avaient pas d’investissements à faire mais allaient recevoir les revenus issus des impôts. À Harlem, au contraire, les promoteurs ont été attirés par les pouvoirs publics, et à force d’incitations nombreuses et répétées, ils ont vaincu leurs fortes réticences.

16La rénovation « physique » du quartier via le parc du logement et le « remplacement » de ses « occupants originaux » ne suffisent plus à saisir l’évolution d’un quartier qui se gentrifie. Il faut maintenant compter avec les transformations urbaines, économiques, démographiques et culturelles qui accompagnent la désindustrialisation et la restructuration des villes dès les années 1980. Ainsi, le redéveloppement des fronts d’eau, la construction de grandes infrastructures de loisirs ou de tourisme comme par exemple des stades, la construction de complexes hôteliers pour accueillir des congrès, la création de quartiers commerçants et de restaurants participent à la « construction délibérée de la ville centrale comme espace pour les classes moyennes » (Lees et al. 2008 : 9). La gentrification est donc bien ici un outil de restructuration et de production de la ville centrale comme un espace réservé aux classes moyennes.

17L’élaboration de cette définition prend racine dans un contexte politique qui remodèle les espaces urbains en fonction d’agendas politiques libéraux, à l’instar de Margaret Thatcher au Royaume-Uni ou de Ronald Reagan aux États-Unis. Ainsi, l’usage même du terme de gentrification devient un marqueur idéologique. Neil Smith, géographe pionnier des études sur la gentrification, notait dès 1982 qu’« un éventail de termes alternatifs est souvent utilisé pour référer au processus de gentrification, et chacun d’entre eux traduit une position particulière par rapport au phénomène » (Smith 1982 : 1399). Le terme souffre d’ailleurs toujours d’une connotation négative parmi les professionnels de l’urbanisme, de l’immobilier et certains acteurs politiques notamment. À titre d’exemples, Earl Andrews, alors directeur adjoint de l’autorité municipale du logement public de New York (New York City Housing Authority, NYCHA), menaçait d’interrompre notre entretien en 2010 si j’utilisais encore le terme « gentrification » tandis qu’en 2012, Cecilia Kushner, responsable du département d’urbanisme, précisait dès le début de l’interview qu’elle n’aimait pas la connotation négative de ce mot qui désigne selon elle « des gens qui font du bien et sous-entend que certains quartiers seraient réservés à des groupes particuliers »10. En conséquence, le terme « gentrification » est introuvable dans les documents officiels et les plans d’urbanisme, remplacé par une palette d’euphémismes masquant la dimension politique et la stratification sociale et raciale du processus. Comme l’explique Peter Williams dès 1986 dans son ouvrage codirigé avec Neil Smith :

De nombreux analystes américains sont embarrassés avec le terme « gentrification » (et son évidente connotation de classe), et préfèrent des étiquettes comme « mouvement de retour en ville », « revitalisation de quartier » ou « brownstoning », traduisant toutes des divergences fondamentales dans ce qui est perçu comme central dans le processus (Williams 1986 : 65).

18Un des aspects contentieux porte notamment sur la question des déplacements de population et l’importance accordée à ce « dommage collatéral » qu’une « variété de politiques publiques, particulièrement celles liées à la gentrification, semble accélérer » (Marcuse 1985 : 931).

19Ainsi donc ce livre décrit-il la gentrification de Harlem, que l’on peut définir comme la transformation physique, culturelle, économique, ethnique et politique dans le cadre d’un processus dynamique de reconquête territoriale (après une phase de désinvestissement) par des classes supérieures qui, de par leur statut et leurs ressources, exercent une pression financière (en particulier sur le secteur immobilier) et culturelle.

20La gentrification de Harlem illustre « la restauration du pouvoir de classe et, en particulier, du pouvoir de classe d’une élite très privilégiée » (Harvey 2007 : 12) ainsi que d’un ordre racial dans lequel les Blancs ont historiquement dominé les Noirs, ajoutera-t-on.

21En effet, au-delà de la dimension politique de la gentrification de Harlem, ce quartier est intéressant car la question raciale s’y pose de façon nuancée mais explicite. Aux États-Unis, les études classiques sur la gentrification et sur les quartiers en transition montrent généralement une succession raciale de la population. Souvent, des Blancs remplacent des Noirs, ce qui nourrit la dimension fortement controversée et conflictuelle de ces processus de « régénération ». Or, à Harlem, les premiers gentrifieurs étaient africains-américains. Ils ont contribué à initier le processus de rénovation et à faire pression sur les plus pauvres, ouvrant ainsi la possibilité à des Blancs de venir s’installer dans le quartier. Et d’ailleurs, des classes supérieures noires continuent d’investir à Harlem. Cette particularité a sans doute été un facteur de l’échec des résistances à la gentrification. Les résidents n’ont sans doute pas vu dans ces nouveaux habitants une menace et Harlem restait un quartier noir tout en n’étant plus un ghetto paupérisé, symbole de la crise urbaine. À cela s’est ajoutée la participation active d’une partie des élites et des institutions noires locales.

Une analyse géopolitique de la production de l’espace urbain

22Tandis qu’il existe déjà une multitude d’ouvrages et de travaux sur le thème de la gentrification, une particularité de cette étude est son approche géopolitique, qu’Yves Lacoste, fondateur de l’école française de géopolitique, définit comme l’analyse de « toutes rivalités de pouvoirs et d’influences sur du territoire, quelles que soient leurs formes – plus ou moins violentes – et quelles que soient les dimensions des espaces concernés » (Lacoste 2001 : 3). Sa méthodologie se nourrit des « représentations contradictoires des protagonistes », c’est-à-dire, « la façon dont chacun d’eux se raconte l’histoire et se représente à tort ou à raison ses adversaires et les enjeux de la situation » (Lacoste 2003 : 192-193). À Harlem, le territoire était d’un côté convoité par les autorités municipales qui souhaitaient le réintégrer à Manhattan, et lui donner un statut jugé digne de son rang de ville mondiale, alors que, de l’autre côté, une partie de la communauté noire11 – et dans une moindre mesure la communauté hispanique –, fière de son histoire et de sa culture, s’est mobilisée pour le défendre. Plus que le lieu, il s’agissait de protéger l’identité sociale et raciale de Harlem dans le contexte d’une longue histoire des politiques publiques de subjugation de la population noire aux États-Unis (Rothstein 2017). En effet, la migration forcée et la mise en esclavage des Africains du xviie au xixe siècles, suivies d’un siècle de lois ségrégationnistes et discriminatoires, les ont empêchés d’accumuler du patrimoine et d’accéder à la propriété. Redlining12, concentration et ségrégation des logements publics, prêts bancaires restrictifs et onéreux…, les institutions publiques et les acteurs bancaires et immobiliers ont travaillé de concert pour maintenir la population noire dans une position économique défavorable (Rothstein 2017 ; Taylor 2019). Dans ce contexte, les politiques de gentrification conduisant au déplacement des minorités et des pauvres sont le prolongement de ces dynamiques anciennes. Pour en augmenter l’acceptabilité sociale et politique, le « redéveloppement » de Harlem s’est paré d’un vernis culturel, instrumentalisant l’histoire et le patrimoine locaux pour en faire un argument de vente et attirer les touristes. Analyser la gentrification de Harlem, c’est donc analyser le rapport de force entre des représentations concurrentes de ce territoire, et donc le processus de production de cet espace.

23Ces enjeux locaux ont fait l’objet de rivalités et d’oppositions fortes, une lutte qui s’est jouée parfois dans les urnes, souvent dans les rues, et plus souvent encore dans des tractations discrètes entre quelques acteurs. Pour voir le jour, les grands projets de Harlem ont tous, à différents stades du processus, nécessité l’intervention de protagonistes influents : l’obtention du statut d’empowerment zone (zone franche), la requalification de la 125e Rue ou l’expansion du campus de l’université Columbia en sont, en particulier, des illustrations. Ces interventions ont permis de vaincre les désirs et les revendications qu’une partie de la population a exprimé dans le cadre de consultations publiques.

24Cet ouvrage débute par une enquête de terrain en 2004, dans le cadre d’un mémoire, qui se prolongera par une thèse récompensée par le prix de l’innovation de la Société de géographie en 2011. Entre 2004 et 2018, j’ai passé environ deux ans à parcourir les rues de Harlem, constatant leur transformation rapide. À chaque voyage, de nouveaux commerces, de nouveaux immeubles, de nouveaux cafés et restaurants apparaissaient, repoussant toujours un peu plus vers le nord ce front de gentrification. Je mesurais l’ampleur de la métamorphose que les habitants me rapportaient. De façon récurrente, on m’invitait à imaginer l’« avant ». Car, en effet, en 2004, la gentrification était déjà bien avancée. J’ai assisté à des dizaines de réunions publiques, de manifestations, de forums… J’ai mené de nombreux entretiens avec des habitants, des leaders associatifs et religieux, des élus et les membres de leurs cabinets, des agents municipaux, des policiers, des commerçants, des universitaires et des journalistes. En complément de la littérature scientifique, une multitude d’articles de presse ont alimenté ces recherches, non seulement en corroborant mes observations, mais aussi en constituant des objets d’analyse. Ma position d’étudiante française blanche a d’abord constitué un avantage sur le terrain. J’avais 21 ans, j’étais très jeune et mon séjour devait être temporaire. Il était encore rare que des observateurs étrangers viennent enquêter dans le quartier, les habitants étaient donc fiers d’en parler, de le montrer, d’alerter. A fortiori parce que je m’intéressais à leur expérience. Au fur et à mesure de l’intensification du phénomène de gentrification, de la multiplication des visiteurs, les réticences sont apparues. De nombreux étudiants des universités voisines, à commencer par celle de Columbia, écrivaient des mémoires sur les évolutions du quartier, et les habitants se sentaient dépossédés de leur histoire, instrumentalisés et exploités. On ne leur envoyait jamais les résultats de nos travaux et de nos publications – moi y compris, en partie parce que je publiais en français –, et ils ne savaient donc pas ce que l’on faisait de leur parole. Ils lisaient, en revanche, les articles de magazine qui célébraient la renaissance du quartier, comme si ce qui existait avant n’avait pas de valeur, qui louaient ces nouveaux cafés et restaurants tendances remplis de « hipsters » que les habitants ne pouvaient pas s’offrir, et qui surtout encourageaient à venir investir et se divertir dans ce quartier tendance mais avec sa touche d’exotisme. L’agacement montait. Et les tensions raciales se sont faites plus franches. À la fin de mes recherches, j’étais toujours une jeune chercheuse, toujours blanche, mais beaucoup plus semblable à tous les nouveaux habitants qui s’étaient installés dans le quartier, ceux-là mêmes qui contribuaient à faire monter les prix et à transformer la culture locale. Et, bien sûr, j’étais consciente de ce paradoxe. Tout en ayant un regard plutôt critique sur la gentrification et les injustices qu’elle provoque, j’en étais un agent. Les lieux où je consommais étaient souvent ces nouvelles boutiques, les chambres que je louais contribuaient à l’inflation du marché immobilier. Je participais ainsi à la déstabilisation de la composition économique, sociale, culturelle et raciale du quartier. C’est un dilemme et une contradiction que je ne suis d’ailleurs pas la seule à avoir expérimentés. John Joe Schlichtman, Jason Patch et Marc Lamont Hill en ont tiré un livre, Gentrifier (2017), dans lequel ils interrogent ce biais méthodologique et situent les choix individuels de ces différents acteurs dans un contexte macro-économique influencé par des facteurs structurels qui les dépassent. La méthodologie géopolitique a constitué un outil pertinent pour me positionner dans ce contexte : la prise en compte des représentations, les miennes et celles de mes interlocuteurs, m’a permis de situer mon propos et de mieux entendre les différents points de vue.

25Ce livre propose donc une analyse géopolitique de la gentrification de Harlem. Nous y examinons les rapports de force et les rivalités qui permettent de développer des politiques de gentrification, et les conflits et les résistances générés en retour.

26Il est organisé en trois parties. La première s’attachera à replacer la phase de la gentrification actuelle dans une perspective historique. Elle présentera Harlem historiquement en soulignant ce qui le rend si célèbre, si emblématique, et donc si convoité aujourd’hui, puis en décrira les transformations contemporaines. Nous pourrons à ce titre nous interroger sur l’efficacité de la gentrification comme réponse à la crise urbaine, notamment du fait des tensions et des injustices qu’elle engendre, puis analyser les relations interraciales ainsi que les discordes que la gentrification provoque.

27La deuxième partie du livre s’intéresse aux politiques publiques qui ont été déployées de manière volontariste. Nous reviendrons en outre sur les politiques de logement développées dans un premier temps, suivies par les interventions brutales en matière de police, de sécurité et de qualité de vie. Nous consacrerons un chapitre à Michael Bloomberg et à sa politique néolibérale offensive, parachèvement de ce que les administrations précédentes avaient entamé.

28Dans la troisième partie, nous analysons la résistance des habitants à la gentrification à travers deux conflits locaux importants. En s’appuyant sur le concept de droit à la ville, les habitants se sont ainsi mobilisés contre la requalification de la 125Rue et contre l’expansion de l’université Columbia. Cette partie explore la question de la participation citoyenne et de la démocratie, ainsi que leurs limites.

Notes de bas de page

1 Sauf lorsque la référence bibliographique d’une citation renvoie à une édition française, les traductions sont de l’autrice.

2 Entretien avec Tafa, artiste, en février 2012.

3 130 440 habitants en 2020 contre 99 519 en 1990.

4 2020 Census data, Community District MN10. En ligne : <https://popfactfinder.planning.nyc.gov/explorer/cdtas/MN10> [lien valide en juillet 2023].

5 2010 Census data, Community District MN10. En ligne : <https://popfactfinder.planning.nyc.gov/explorer/cdtas/MN10> [lien valide en juillet 2023].

6 La politique de New York est minutieusement analysée dans l’ouvrage de Catherine Pouzoulet (2000).

7 Nous avons décidé d’utiliser comme date de début de mandat non pas celle de prise effective de fonction, mais plutôt celle d’élection, qui est bien souvent plus siginificative pour les Américains (comme la date d’élection d’Obama, en 2008, restée un symbole aux États-Unis).

8 On doit la notion de « nouvelle frontière urbaine » à Neil Smith (1996) qui voit la gentrification comme le dernier (le plus récent) outil de conquête spatiale dans une société où s’opposent classes dominantes et dominées.

9 Cité également dans Lees et al. (2008).

10 Entretien avec Earl Andrews, directeur adjoint de la New York City Housing Authority, en juin 2010 ; entretien avec Cecilia Kushner, responsable du département d’urbanisme de la ville de New York, en février 2012.

11 Nous verrons au cours de cette analyse qu’en réalité le terme « communauté noire » désigne de nombreux groupes souvent concurrents et que des divisions profondes les traversent.

12 Pratique qui consiste à refuser des prêts bancaires dans des zones géographiques prédéterminées et cartographiées.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.