Version classiqueVersion mobile

S’apparenter

 | 
Agnès Martial

Annexes

Biographies et schémas de parenté

Texte intégral

Légende des schémas de parenté

1 - Nicole

1Nicole est née en 1946 dans une petite ville où son père exerçait la profession d’ingénieur. Elle grandit auprès de lui, avec sa mère et sa sœur cadette, jusqu’à l’âge de sept ans. En 1952, son père quitte brutalement la famille et disparaît durant huit années. Sans profession, sans ressources, la mère de Nicole retourne vivre chez ses propres parents... en emmenant avec elle sa sœur cadette. Nicole est confiée à ses grands-parents paternels, qui vont l’élever comme leur fille, envisageant même de l’adopter. Au bout de cinq ans, la mort du grand-père paternel met fin à ce projet. Sa grand-mère ne pouvant prendre soin d’elle, la petite fille revient auprès de sa mère, chez ses grands-parents maternels, pour trois années, qui se déroulent entre pensions et colonies de vacances. En 1961, Nicole a quinze ans. Son père réapparaît, nanti d’une nouvelle compagne, et de deux autres filles. Elle les rejoint alors, et vivra quelque temps chez son père et sa belle-mère avant de prendre son indépendance.

2 - David

2L’histoire de David pourrait fournir la matière d’un rocambolesque conte familial où le dernier mot, l’ultime secret ne serait jamais dit. Né en 1947, David Page grandit auprès de sa mère, Mme E., de son frère, Jacques E., et de son oncle maternel. Jusqu’à l’âge de neuf ans, il vit dans les faubourgs d’une ville méditerranéenne, où sa mère élève seule ses enfants en exerçant de petits métiers. Il ne sait rien ou presque de ses origines paternelles : son nom de famille, s’il diffère de celui de sa mère, le rattache à l’ancien époux de celle-ci, Célestin Page, puisque David est né très peu de temps après leur divorce. David est donc le fils légitime d’un homme qu’il ne connaît pas. En 1956, tout change : la mère de David déménage, quittant la ville de N. avec frère et enfants pour aller s’installer à C. chez un nouveau compagnon. Cet homme est un petit industriel. Les conditions de vie de la famille sont considérablement embellies par cette union. Mais le nouveau conjoint de la mère de David porte surtout, chose étonnante, le même nom de famille que ce dernier : un second M. Page, prénommé Gaston, entre ainsi dans sa vie. La mère de David, qui ne se mariera que beaucoup plus tard avec son conjoint, se fait malgré tout appeler Mme Page. Jacques, enfant naturel, est reconnu comme un fils par Gaston Page. Il en ira différemment de David qui porte déjà le patronyme « familial ».

3Des demi frères et sœurs vont naître de cette nouvelle union, et porteront bien entendu le nom de leur père et de leurs « frères ». Rien ne leur sera dit, ni de l’histoire de leur mère, ni des liens véritables unissant David et son frère à M. Page. En 1967, David est jeune professeur. Il se marie. La vérité sur ses origines lui est alors entièrement livrée : sur son acte de naissance, présenté en vue de l’union civile, est inscrit le nom de Célestin Page, premier mari de sa mère. Mais cet acte mentionne aussi que l’intéressé refuse d’assumer cette paternité... David découvre alors qu’il est le fils d’un autre inconnu : à la suite d’une liaison adultérine, sa mère, chassée par son mari, s’est retrouvée seule. David a donc trois « pères » : le premier l’a conçu. Le second l’a reconnu et lui a donné son nom, sans pour autant souhaiter assumer ses devoirs légaux... et le troisième l’a élevé, sans être ni son père légitime, ni son père biologique, sous l’apparence d’un patronyme commun.

3 - Dominique

4Dominique est née en 1948. Alors qu’elle est âgée de quelques mois, ses parents, commerçants, se séparent, et sa mère débute une nouvelle relation conjugale. L’enfant grandit auprès de sa mère et d’un beau-père qui tiendra tout au long de sa vie une place importante. Ce dernier est percepteur. Jusqu’à à l’adolescence, Dominique vit près de Paris chez sa mère, et rencontre régulièrement son père. N’allant jamais au domicile paternel, elle ne connaît pas la nouvelle épouse de son père, mais elle apprend de manière indirecte que le couple a adopté un garçon, Paul, puis une petite fille du même âge qu’elle. Alors qu’elle a douze ans, la mère et le beau-père de Dominique quittent Paris pour s’installer au bord de la mer. Pendant deux années, elle n’a de relations qu’épistolaires avec son père. Lorsqu’il quitte Paris, alors qu’elle a quatorze ans, il lui propose de venir passer des vacances chez lui. Des rencontres familiales s’organisent alors, et des liens s’établissent entre Dominique et sa belle-mère, ainsi qu’avec l’enfant adoptée, née la même année qu’elle, qu’elle appelle sa « sœur ». Paul son demi-frère aîné, est alors âgé de dix-huit ans. Il s’engage dans la Marine nationale, et quitte ses parents. Dominique ne le rencontre qu’une seule fois à l’occasion de l’un de ses séjours chez son père. Mais Paul est incorporé non loin de la ville où sont installés la mère et le beau-père de Dominique : il est donc décidé, chose étonnante pour l’époque, que le jeune homme pourra se rendre chez la mère de Dominique lors de ses jours de congé. A l’âge de quatorze ans, Dominique rencontre ainsi véritablement son demi-frère adoptif... mais les relations qui se nouent entre les deux adolescents n’ont rien de fraternel : au bout de six mois, Paul annonce à son père qu’il est amoureux de Dominique. Il doit cependant quitter la région de Dominique, ce qui met fin à cette idylle adolescente très mal perçue par la famille. Durant plusieurs dizaines d’années, la sœur et le frère adoptifs ne se verront qu’à deux ou trois reprises. Chacun fonde ailleurs une famille. En 1989, le père de Dominique tombe gravement malade. Frère et sœur se retrouvent au chevet du mourant et décident, après le décès de leur père, de ne plus se séparer. Lorsque nous avons rencontré Dominique, elle vivait avec Paul depuis deux années.

4 - Marc

5Marc est psychologue. Né en 1946, il a passé toute son enfance en Algérie, où ses parents divorcent en 1953. Sa mère obtient le droit de garde, et s’installe avec un nouveau compagnon, lui même divorcé et père de deux enfants. Marc n’aura jamais l’occasion de les rencontrer pendant son enfance. Le droit de visite accordé au père de Marc à la suite du divorce n’est pas longtemps respecté, et ce dernier disparaît rapidement de la vie de son fils. Marc et sa sœur seront donc élevés et nourris par leur beau-père, qui est militaire, leur mère n’exerçant aucune activité salariée. Parvenu à l’âge adulte, Marc retrouve son père, se découvrant par la même occasion une belle-mère. Ils renouent des relations régulières, qui se poursuivront – non sans difficultés – jusqu’aux décès du père et de la belle-mère de Marc.

5 - Valérie

6Valérie est née en 1959. Elle est enseignante. Ses parents travaillaient tous deux dans le secteur sanitaire et social. Valérie est l’aînée d’une fratrie de trois. Elle grandit avec Brigitte, sa sœur, Benoît, son frère, et leurs parents, jusqu’à l’âge de dix ans. Ses parents se séparent alors, et les enfants demeurent tous les trois avec leur mère pendant quatre années. Pendant ce temps, le père de Valérie, qu’elle voit très régulièrement, se remarie avec Chantai, une jeune femme qui a seulement quatorze ans de plus qu’elle, et qui devient la mère d’Eisa, demi-sœur de Valérie, en 1975. A l’âge de quatorze ans, Valérie quitte le foyer maternel en raison de ses mauvaises relations avec André, son « nouveau » beau-père. Un an après, à cause de l’attitude violente de celui-ci envers son frère, Valérie se brouille avec sa mère, et cesse complètement de la voir. Elle ne la retrouvera que quinze ans plus tard, lors de la naissance de son fils. Le frère et la sœur de Valérie quitteront eux aussi le foyer maternel et la sévérité de leur beau-père pour la maison paternelle. Valérie connaît à peine Fabien, son demi-frère, né en 1977. Aujourd’hui la famille est divisée en deux, aucun des enfants n’acceptant la présence d’André dans la vie familiale, alors que Chantai semble parfaitement intégrée.

6 - Marc et Valérie

7Valérie est aujourd’hui mariée avec Marc, qui est né la même année que sa belle-mère. D’un premier mariage, Marc a eu deux enfants, Yann, en 1971, et... Valérie, née en 1973. Il ne voit Yann que très rarement : son fils ne vit plus chez ses parents. De plus, des relations difficiles se sont instaurées entre père et fils après le divorce. Valérie a un appartement indépendant, et « navigue » à son gré entre les maisons paternelles et maternelles. Elle s’entend bien avec l’autre Valérie, sa belle-mère, d’autant plus que la naissance de deux demi frère et sœur, Luc, en 1986, et Manon, en 1991, les a rapprochées.

7 - Sébastien

8Sébastien, qui est archiviste, est né en 1967. Il est le benjamin d’une fratrie de trois garçons. En 1988, alors qu’il avait vingt ans et vivait toujours chez ses parents, près d’une petite ville de province, son père, militaire à la retraite, a quitté sa mère. Tandis que ses frères aînés, partis travailler dans le nord de la France, avaient quitté la maison parentale, Sébastien s’est trouvé aux « premières loges » de cette séparation. Suite à cet événement, il est demeuré avec sa mère, et vivait toujours avec elle en 1997. Il n’a presque plus de contacts avec son père, et refuse de rencontrer la nouvelle compagne de celui-ci, même s’il la connaît par divers intermédiaires.

8 - Véronique

9Véronique est née en 1965. Elle a un frère cadet, né en 1967. Leurs parents se sont mariés très jeunes parce que la mère de Véronique était enceinte. Le père de Véronique est ingénieur, et sa mère travaillait dans l’armée. Le père de Véronique est issu d’une grande famille de « pieds-noirs », très soucieuse du devenir de chacun de ses membres, et sa grand-mère paternelle n’a jamais accepté sa mère. La famille vit tout d’abord dans la région parisienne. Puis, lorsque Véronique a neuf ans, ses parents se séparent, sans toutefois divorcer : son père obtient une mutation pour Tahiti. Les enfants demeurent avec leur mère jusqu’à la fin de l’année scolaire. Sa mère a rencontré un autre homme, avec qui elle entretient une relation non cohabitante qui ne se poursuivra pas longtemps. L’été suivant, Véronique et son frère partent voir leur père... et leur mère les accompagne. La couple se réconcilie, et les enfants sont inscrits à l’école à Tahiti, où la famille est de nouveau réunie durant deux années. Mais le couple se sépare à nouveau. La mère de Véronique rentre donc en France, seule, car les enfants préfèrent rester sur l’île. Il viennent passer un ou deux mois de vacances en France chaque année, et ne voient leur mère qu’à cette occasion. Au bout de deux ans, la frère de Véronique, qui est en conflit avec son père, décide de partir vivre avec leur mère. Véronique est alors âgée de quatorze ans, et restera trois ans encore à Tahiti, seule avec son père. Lorsqu’elle a dix-sept ans, son père est muté sur une autre île, où il ne peut l’emmener. Véronique doit donc rentrer en France pour passer son bac : elle retrouve sa mère et son frère à Toulouse. La nouvelle vie commune se passe très mal. Au bout de deux années de conflits, la mère de Véronique la met dehors. Celle-ci s’installe d’abord chez un ami, puis elle rencontre son futur mari et s’installe avec lui. Entre-temps, elle a rompu tous contacts avec sa mère, dont elle a occasionnellement des nouvelles par l’intermédiaire de son frère. En 1989, le père de Véronique revient en France. Progressivement, le couple reprend contact... et se forme à nouveau... Devant cette réconciliation inattendue, Véronique fait la paix avec sa mère.

9 - Stéphanie

10Stéphanie est née en 1968. Son père est plombier dans un petit village du Sud-Ouest. Sa mère, « malade des nerfs », renonce très tôt à l’élever. Dès l’âge de neuf mois, l’enfant est confiée à ses grands-parents paternels, qui vivent à quelques kilomètres, et prendront soin d’elle pendant quatre années. De l’âge de cinq ans à dix ans, Stéphanie est placée en pension, ne revenant chez ses parents que le samedi et le dimanche. Lorsqu’elle revient au domicile parental, son père et sa mère ont fait construire une maison attenante à celle de ses grands-parents maternels, avec lesquels s’organise presque une vie commune. Stéphanie reprend une scolarité classique à l’école du village, mais doit assurer une charge considérable de travail domestique, en raison de l’état de santé de sa mère et de l’âge avancé de ses grands-parents maternels. Elle n’a que très peu de loisirs. Lorsque Stéphanie atteint sa dix-huitième année, son père lui annonce qu’il a rencontré une autre femme, et qu’il a pris la décision de divorcer. Cette nouvelle compagne, institutrice, est également divorcée et mère de deux enfants qui ont quelques années de plus que Stéphanie. Cette dernière, majeure, décide elle aussi de quitter le foyer parental. Avec l’aide de sa marraine, qui l’accueille d’abord chez elle, dans un village proche, elle trouve un petit emploi et un logement. L’année suivante, elle rencontre son futur époux, se marie et devient rapidement mère de deux petites filles. A l’heure actuelle, Stéphanie ne travaille plus. Son mari est intermittent du spectacle. Toujours installée dans sa région d’origine, elle ne voit quasiment plus sa mère, avec laquelle les relations sont demeurées très difficiles. Elle entretient en revanche d’excellentes relations avec son père, sa belle-mère et les enfants de celle-ci, qu’elle rencontre très régulièrement.

10 - Françoise

11Françoise est née en 1969, d’un père d’origine vietnamienne et d’une mère française, travaillant tous deux dans l’armée. Ses parents entretiennent avec leurs familles respectives des relations difficiles et de rares contacts. Leur couple est marqué par d’importantes difficultés relationnelles et se rompt dans la quatrième année de Françoise. Sa mère obtient le droit de garde, mais l’enfant continue de voir très régulièrement son père lors des week-ends et des vacances scolaires. En 1978, la mère de Françoise obtient une mutation pour Toulouse. Les visites de l’enfant à son père n’ont alors plus lieu que pendant les vacances. Mis en retraite de ses fonctions militaires, celui-ci déménage aussi, rejoignant sa famille à Marseille, où il ouvre un restaurant. Il y rencontre une nouvelle compagne, séparée et mère d’un jeune garçon et d’une petite fille. Françoise entretient de bonnes relations avec eux. Mais au cours de son adolescence, la qualité de ses liens avec son père se dégrade progressivement.

12Sa mère rencontre elle aussi un nouveau compagnon, Pascal. Françoise est alors âgée de quinze ans, et se dit très heureuse de cette union. L’année suivante, ses relations avec son père s’enveniment au point qu’elle « rompt tous les ponts » avec lui, et par la même occasion avec l’ensemble de sa famille vietnamienne.

13Sa mère et son beau-père se marient alors qu’elle a vingt ans. Deux ans plus tard, le couple achète une maison où la jeune femme aménage sa chambre, alors qu’elle est elle-même engagée dans une histoire amoureuse, et dans un projet de vie conjugale. Françoise a noué d’excellentes relations avec les parents de son beau-père, qu’elle appelle ses grands-parents, et qu’elle côtoie beaucoup plus assidûment que ses grands-parents de sang. Elle n’a toujours pas revu son père, quoiqu’elle ait eu de ses nouvelles par le biais de sa belle-mère qui lui a annoncé leur séparation. Elle souffre de cette absence de relations, car elle a perdu tout contact avec ses origine vietnamiennes.

11 - Stéphane

14Stéphane est né en 1969. Il a un frère et une sœur, nés en 1971 et 1973. Son père est avocat, maire d’une ville moyenne du nord de la France, et sa mère est psychologue. En 1983, le couple se sépare : la mère de Stéphane a rencontré Arnaud, entrepreneur, marié lui aussi et père de deux enfants, Sylvain, né en 1969, et Emma, née en 1973. Arnaud divorce également pour s’installer avec la mère de Stéphane. Pendant une année, le nouveau couple demeurant tout près des domiciles de leurs ex-conjoints, chaque fratrie réside de façon quotidienne au domicile maternel. Puis la mère de Stéphane et Arnaud partent s’installer à Paris, et se marient. Cyril et Salomé, les frère et sœur de Stéphane, suivent leur mère. Sylvain part avec son père, tandis qu’Emma demeure avec sa mère. Stéphane choisit quant à lui de rester avec son père. Il se rendra chez sa mère de façon très régulière, passant les fins de semaine et les vacances avec elle, tandis que Cyril et Salomé viennent aussi fréquemment voir leur père. Les deux fratries se rencontrent donc au domicile de la mère de Stéphane lors de certains week-ends ou pendant les vacances scolaires. Lorsque Stéphane est âgé de quatorze ans, son père rencontre une nouvelle compagne, Barbara, qui est mère d’un petit garçon de huit ans, et s’installe chez elle avec Stéphane, toujours dans la même ville. Pendant trois ans, Stéphane vivra le plus souvent avec elle, lorsqu’il n’est pas chez sa mère, car son père est fréquemment en déplacement. Lorsqu’il a dix-sept ans, le couple se sépare. Le père et le fils reviennent habiter la maison familiale, mise en location après la séparation. En 1989, Stéphane vient à Toulouse pour y poursuivre ses études d’ingénieur. Son frère, puis sa sœur reviennent quant à eux chez leur père pour terminer leurs études en province. En 1990, le père de Stéphane rencontre Marthe. Beaucoup plus jeune que lui, elle est mère d’un petit garçon de deux ans, et enceinte d’une petite fille qui naîtra chez le nouveau couple. Marthe conserve de bonnes relations avec son premier compagnon, et ses enfants le voient régulièrement. Marthe et le père de Stéphane se sont mariés. Ils ont donné naissance à Baptiste en 1993. Stéphane vit actuellement à Toulouse avec sa compagne. Il voit régulièrement tous les membres de sa famille, mais entretient des relations distantes avec les enfants d’Arnaud, son beau-père.

12 - Laurence

15Laurence est née en 1970, suivie en 1972 et 1975 de deux petites sœurs. Son père est commerçant, et sa mère est secrétaire. Ils divorcent en 1982, à l’initiative de sa mère. Les enfants demeurent auprès de celle-ci, le droit de visite et d’hébergement du père se répartissant sur les fins de semaine et les vacances scolaires. Ce droit est respecté, et les enfants continuent d’entretenir des relations régulières et sereines avec leurs deux parents, en dépit du fait que ceux-ci ne se voient pas pendant plusieurs années.

16Trois ans après le divorce, la mère de Laurence débute une nouvelle histoire amoureuse quelque peu singulière avec un homme qui, marié par ailleurs, s’installe avec elle dans une relation qui durera cinq années : ce compagnon est présent dans la maison maternelle quatre jours tous les quinze jours, ce rythme étant scandé par ses déplacements professionnels. Cette relation cessera en même temps que lesdits déplacements... Laurence n’a conservé aucun contact avec cet homme, qui semble néanmoins tenir un rôle important dans ses souvenirs d’adolescence. Sa mère est à l’heure actuelle demeurée célibataire.

17Après quelques aventures éphémères, le père de Laurence reprend lui aussi une relation conjugale stable : il s’installe chez sa compagne, Carole, qui est elle aussi séparée et mère de deux garçons un peu plus âgés que Laurence. Celle-ci les côtoie peu : poursuivant ses études loin du domicile paternel, elle ne se rend que rarement chez sa belle-mère. L’un des garçons a déjà quitté le foyer maternel, et Laurence ne le connaît quasiment pas, l’ayant simplement croisé à de rares occasions. Le second vit en revanche chez sa mère. Laurence l’évoque comme un « demi-frère », décrivant positivement leur relation. Suite à sa remise en couple, le père de Laurence a consenti à revoir plus souvent son ex-femme, et la constellation recomposée dans son ensemble se réunit assez fréquemment autour des grands-parents maternels de Laurence, qui tiennent apparemment une place importante dans l’univers familial de la jeune femme.

13 - Daniel

18Daniel est né en 1971 et sa sœur « entière » en 1975. Son père est psychologue, et sa mère est institutrice. La famille vit en Catalogne. Les parents de Daniel divorcent en 1981, suite à la rencontre de sa mère avec un autre homme. Lorsqu’elle s’installe avec son nouveau conjoint, les enfants la suivent dans le Tarn-et-Garonne. Daniel et sa sœur continuent de voir leur père très régulièrement, en fonction d’un droit de visite et d’hébergement classique et respecté de part et d’autre, malgré les relations conflictuelles des parents. Le beau-père de Daniel est musicien. Il est également divorcé, et père non gardien de Bertrand, un garçon de l’âge de Daniel. Les deux enfants se rencontrent régulièrement, lors des visites de Bertrand à son père, jusqu’à la fin de l’adolescence. En 1986, la mère et le beau-père de Daniel donnent naissance à une petite fille, Flora. Le père de Daniel rencontre une première compagne avec qui il vit durant trois années. Mais le couple se sépare, la jeune femme désirant un enfant alors que le père de Daniel ne se sent pas près à assumer une nouvelle paternité. Il rencontre ensuite une autre femme, et le couple donne finalement naissance à un petit garçon nommé Denis en 1991. Lors de l’entretien, Daniel vivait en couple à Toulouse. Il rendait visite régulièrement à chacun de ses parents pour voir ses petits « frère et sœur », malgré des relations assez difficiles avec sa mère. En revanche, ses relations avec Bertrand ne perduraient qu’à l’état de rencontres épisodiques.

14 - Anna

19Anna est née en Normandie, en 1971. Son père était enseignant, et sa mère est conseillère d’orientation. Son petit frère naît en 1975. Leurs parents se séparent en 1981. Avec son jeune frère, elle suit sa mère à Toulouse, continuant par ailleurs à rendre visite à son père selon l’organisation classique. Après leur séparation, les parents d’Anna conservent d’assez bonnes relations, se voyant peu mais se téléphonant beaucoup au sujet des enfants. Chacun d’eux poursuit ailleurs une nouvelle vie sentimentale. De 1982 à 1985, la mère d’Anna vit avec Antoine, séparé de sa première compagne et père d’une petite fille qui vient s’installer avec lui dans le nouveau foyer recomposé. Anna conserve un bon souvenir de cette vie collective, entretenant de très bonnes relations avec Antoine et sa fille. Mais au bout d’une année, Antoine perd la garde de sa fille. C’est, selon Anna, l’une des raisons principales de la séparation d’Antoine et de sa mère – qui n’adviendra cependant que deux ans plus tard -, Antoine ne supportant pas de n’être plus parent, face à sa compagne qui vit avec ses deux enfants. En 1986, le père d’Anna inaugure lui aussi une nouvelle vie de couple avec Rachel après trois années de relation non cohabitante. Rachel est veuve et mère d’une jeune fille âgée de deux ans de plus qu’Anna. D’emblée, Anna et son frère, Jérôme, rejettent cette belle-mère. Leurs relations commencent et perdurent dans l’hostilité et le conflit. En revanche, les rapports d’Anna et de Béatrice, la fille de Rachel, sont tout à faits bons. Lorsqu’il entre dans l’adolescence, il est décidé que le frère d’Anna ira vivre avec son père afin de bénéficier quotidiennement de l’autorité paternelle. Mais en 1990, le père d’Anna tombe gravement malade. Il décède un an plus tard. Suite à ce drame, la famille recomposée « éclate » autour de conflits liés à l’héritage des biens du père. En 1991, Anna quitte le foyer maternel pour aller vivre avec son compagnon. Elle a vingt et un ans. Lors de l’entretien Anna n’avait presque plus aucune relation avec sa belle-mère et sa « quasi-sœur ».

15 - Fanny

20Fanny est née en 1971 à peine plus d’un an avant sa sœur cadette. Leurs parents, qui vivent dans une ville moyenne du sud-ouest de la France, et travaillent tous deux dans le secteur sanitaire et social, ont divorcé en 1985. Leur père obtient alors la « garde » des enfants, la mère ne souhaitant conserver qu’un simple droit de visite et d’hébergement qui sera d’ailleurs très peu respecté. Le père de Fanny ne tarde pas à rencontrer une nouvelle amie : veuve et mère d’un garçon de deux ans plus âgé que Fanny. Aline a de surcroît perdu un enfant, une fille du même âge que Fanny. Progressivement, le père de Fanny va s’installer chez sa compagne, à G. Mais il travaille à M. où sont aussi scolarisées ses filles, qui demeurent dans la maison familiale : il partage donc sa vie entre les deux foyers pendant plus d’une année. A la rentrée suivante, la sœur de Fanny entre au lycée de G. et part s’installer chez sa belle-mère. Fanny s’y refuse, mais elle va faire ses études à Toulouse, où elle se trouve obligée de prendre un appartement avec le fils de sa belle-mère. Elle décide de passer ses week-ends et ses vacances à M., dans la maison familiale, et ne rend que très rarement visite à son père chez sa belle-mère. Elle ne voit par ailleurs sa mère que de façon épisodique, entretenant avec elle et sa famille des relations difficiles. L’année de ses vingt ans, Fanny rencontre un jeune homme et se réinstalle complètement dans la maison familiale de M., avec son compagnon. Elle reprend parallèlement contact avec sa mère, et leurs relations s’améliorent. Celle-ci vit aussi en couple, avec un homme divorcé et sa fille adolescente. Lors de l’entretien, Fanny était âgée de vingt-deux ans. Elle terminait ses études à Toulouse et vivait toujours dans la maison de M., avec son ami et sa sœur. Elle avait finalement noué des liens assez forts avec Guillaume, le fils d’Aline, qu’elle appelait « mon frère ». Elle entretenait par ailleurs des relations « correctes » avec sa belle-mère chez qui elle n’a jamais voulu vivre et qu’elle peinait à reconnaître comme un membre de « sa » famille.

16 - Mathilde

21Mathilde est née en 1971, et sa sœur, Estelle, en 1972. Leurs parents, enseignants, vivaient alors à Toulouse. Ils divorcent en 1975, le père de Mathilde ayant rencontré une autre femme. Les enfants demeurent chez leur mère et se rendent très régulièrement chez leur père, dans un contexte relationnel relativement harmonieux. Le père de Mathilde se remarie très rapidement. Mathilde et sa sœur se trouvent donc confrontées dès la séparation au nouveau couple « paternel ». Elles entretiendront dès le départ des relations étroites avec leur belle-mère, qui assume quand elles sont là les soins et l’attention quotidienne dont elles ont besoin. La mère de Mathilde se remarie avec Lionel quatre années après la séparation. De cette union naissent deux enfants : Boris, en 1981, et Emilie, en 1985.

22Mathilde entretient à l’heure actuelle des relations fréquentes avec ce qu’elle considère comme des « couples parentaux ». Elle se sent intégrée à la famille de son beau-père, où elle a des « grands-parents » et une « tante », ce qui est un peu moins vrai dans la famille de sa belle-mère.

17 - Souhad

23Souhad est née en 1976. Son père, marocain, vit entre son pays d’origine et la France, où il exerce de petits emplois. Sa mère n’exerce pas de profession fixe. Le couple, d’abord installé dans le nord de la France, se sépare au bout d’une année, Souhad demeurant avec sa mère. Celle-ci rencontre ensuite un nouveau conjoint avec qui elle s’installe en Aveyron pour y faire de l’agriculture. Le couple se marie afin que ce nouveau compagnon puisse adopter Souhad, alors âgée de deux ans. A la suite de douloureuses négociations, le père de Souhad donne son consentement à cette adoption plénière. Il disparaît ensuite de sa vie pendant cinq années. En 1982, la mère et le père adoptif de Souhad donnent naissance à une petite fille, Virginie. Souhad prend alors conscience de son statut d’enfant adoptée. L’année suivante, elle revoit son père d’origine pour la première fois, inaugurant des relations espacées mais suivies. Le père de Souhad s’est remarié au Maroc. L’enfant n’a rencontré que rarement sa belle-mère, qui n’apprécie pas ses visites, et ses demi frères et sœurs, qu’elle ne connaît pas tous. Souhad vit de plus en plus difficilement sa relation avec son père adoptif. A l’adolescence, elle cesse de l’appeler « papa », utilisant désormais son prénom pour s’adresser à lui, et le désignant comme son « beau-père ». L’année de ses quinze ans, sa mère et ce « beau-père – père adoptif » divorcent. Les deux filles du couple sont alors séparées, Souhad demeurant avec sa mère, tandis que sa petite sœur va vivre auprès de son père. Souhad rompt toute relation avec ce dernier. Lors de l’entretien, elle continuait d’entretenir des liens avec son père d’origine. Elle s’apprêtait à passer son bac et souhaitait voyager, espérant un jour se rendre au Maroc.

18 - Pauline, Louise, Gilles et Martine

24Louise est née en 1977. Son père, Gilles, qui est kinésithérapeute, et sa mère se sont séparés deux ans après sa naissance. Pendant trois années, la petite fille a ensuite vécu avec sa mère, continuant de voir son père régulièrement. La mère de Louise rencontre alors Jean-Luc, instituteur, et s’installe avec lui. En 1989, Louise vit avec le couple lorsqu’elle perd sa mère, atteinte d’une grave maladie. L’enfant quitte alors son beau-père pour vivre seule avec son père.

25Pauline est née en 1976. Elle a une sœur aînée, Corinne, née en 1975, et un frère cadet, Christophe, né en 1982. Sa mère, Martine, est psychomotricienne. Son père, après avoir exercé divers emplois, travaille dans l’édition. Le couple vit dans le même village que Louise et son père, et les enfants se côtoient. Les parents de Pauline se séparent en 1990. Les enfants vivent d’abord avec Martine, qui s’est installée dans une ville proche du domicile paternel, et continuent à voir leur père régulièrement. Le père de Pauline s’installe ensuite à Toulouse, et Corinne part vivre avec lui, car les relations qu’elle entretient avec Martine sont assez difficiles.

26En 1991, Gilles et Martine, qui se connaissent depuis fort longtemps, débutent une relation amoureuse. Ils prennent rapidement la décision de vivre ensemble. L’année suivante, ils s’installent à Toulouse, avec Pauline, Christophe et Louise, dans un grand appartement. Corinne, qui a préféré rester chez son père, dispose d’une chambre chez eux et leur rend visite régulièrement. En 1994, Gilles et Martine achètent une maison où ils s’installent avec les trois enfants qui vivent toujours avec eux. Corinne s’est installée avec son ami. Gilles et Martine se marient en 1995. Deux mois après leur mariage, Louise prend un appartement avec son compagnon. Lors du dernier entretien réalisé dans cette famille, au mois de juin 1996, Pauline s’apprêtait elle aussi à quitter la maison familiale.

21 - Georges et Fabienne

27Georges est ingénieur à Toulouse. Sa femme et lui se sont séparés en 1982, alors que les enfants commençaient à quitter le foyer parental pour aller poursuivre leurs études. A la suite de cette séparation, Georges s’est installé dans une ville proche, accueillant son fils cadet, qui venait y faire ses études. Après le départ de ce dernier, il est demeuré seul.

28Fabienne est divorcée officellement depuis 1992, mais sa relation avec son mari était terminée depuis longtemps auparavant. Après la séparation, le fils aîné de Fabienne est resté avec son père, et ses deux autres enfants sont venus s’installer avec elle. Fabienne, qui ne travaillait pas, a repris une activité de professeur de peinture à Toulouse, et habite un appartement avec sa fille et son fils cadet, âgés de vingt-quatre et dix-huit ans lors de l’entretien.

29Georges et Fabienne se connaissaient bien avant leurs séparations respectives. Ils ont débuté une relation amoureuse en 1986, mais ils n’ont jamais vécu ensemble. Georges est néanmoins revenu s’installer à Toulouse, et s’est acheté un appartement situé juste en face de celui de Fabienne. Le couple se voit peu la semaine, mais Georges et Fabienne passent ensemble leurs fins de semaine et leurs vacances. Du fait de l’âge des enfants de Georges, qui sont aujourd’hui indépendants et vivent loin de Toulouse, Fabienne les côtoie peu. Georges connaît mieux Adeline et Thibault, qu’il est amené à rencontrer lorsqu’il vient voir Fabienne. Il passe avec eux des week-ends ou de courts séjours de vacances. Les enfants n’ont ainsi que peu de place dans l’histoire de ce couple. Georges et Fabienne ne forment pas le projet de vivre ensemble, mais ils l’envisageront peut-être pour leur retraite. Leur maison pourra alors accueillir leurs divers petits-enfants...

22 - Pierre et Christine

30Christine est enseignante à Toulouse. Divorcée depuis 1984, elle a deux enfants, nés en 1977 et 1982 de son premier mariage. A la suite de la séparation, elle a vécu seule deux années avec ses enfants. Agathe et Fabrice voient très régulièrement leur père, avec lequel Christine a conservé de bonnes relations.

31Pierre est ingénieur. Il est séparé de sa femme depuis 1979. Il est père de deux enfants, Patrick et Nina, qui sont nés en 1972 et 1973. Depuis le divorce, les enfants vivent la moitié du temps chez leur mère et l’autre moitié chez leur père, changeant de domicile tous les quinze jours. Ce système fonctionne en dépit des relations très conflictuelles qui opposent continuellement les parents.

32En 1986, Pierre et Christine débutent une relation amoureuse. Ici encore, les nouveaux conjoints se connaissaient depuis fort longtemps. Ils s’installent ensemble dans une nouvelle et vaste maison, avec les deux enfants de Christine. Les enfants de Pierre continuent de venir au foyer paternel selon le principe de la résidence alternée : ils sont là la moitié du temps. Dès le début de la cohabitation, les relations de Christine avec ses beaux-enfants, et notamment avec Nina, sont difficiles. Au bout d’une année, Nina quitte définitivement la maison paternelle pour ne vivre que chez sa mère. Patrick s’intègre plus facilement à la nouvelle configuration, créant des liens forts avec les enfants de Christine, dont il devient le « grand frère ». Pierre et Christine se sont mariés en 1991. Actuellement, les enfants de Pierre ont tous deux quitté le foyer parental. Ceux de Christine, plus jeunes, y vivent toujours, et rendent régulièrement visite à leur père.

23 - Ghislaine et Gérard

33Ghislaine est infirmière à Toulouse. Elle a quitté son mari après dix années de mariage, au cours d’un divorce très conflictuel, avec ses deux enfants, Marius, né en 1980, et Valentine, née en 1982. A la suite de la séparation, elle a vécu seule six mois avant de débuter une nouvelle histoire conjugale. Gérard, son nouveau conjoint, est un peu plus âgé qu’elle. Il était jusqu’ici célibataire. Ghislaine est venue s’installer chez lui en 1991, avec ses deux enfants, qui continuaient à voir régulièrement leur père. Rapidement, les relations de Gérard avec ses beaux-enfants se sont révélées difficiles, Gérard essayant d’exercer un rôle paternel non reconnu par ces derniers. Au bout de quelques mois, Marius, qui entrait en cinquième, a demandé à partir en pension, passant désormais un week-end, en alternance, avec chacun de ses parents. A la fin de la première année scolaire, il a finalement souhaité vivre chez son père. Ses relations avec sa mère et son beau-père sont très difficiles, des conflits divers occasionnant un éloignement croissant de l’enfant. Lors de l’entretien, Marius refusait de se rendre au foyer maternel, même lors de week-ends. Valentine vit toujours avec sa mère et son beau-père, et se rend régulièrement chez son père.

24 - Lucie et Armand

34Lucie a rencontré Armand à Toulouse en 1987. Armand est ingénieur. Il était séparé et père d’un petit garçon, Maxime, né en 1979. L’enfant vivait alors entre le foyer paternel et le foyer maternel selon une organisation très irrégulière. Lucie et Armand se sont mariés en 1988, année de la naissance de leur premier enfant, Jules. Maxime, qui vivait alors chez sa mère, est venu résider quotidiennement au foyer paternel. Il y est demeuré presque deux ans. Puis sa mère a souhaité reprendre l’enfant : Maxime est donc reparti, malgré les réticences de son père, au moment de la naissance de sa seconde demi-sœur, Mila. Il n’est plus venu qu’en visite au foyer paternel. Mais un an plus tard, la mère de Maxime ne voulant plus en assumer la charge quotidiennement, Maxime est revenu. Ce retour au foyer paternel, désormais composé d’un couple et de deux petits enfants, n’a pas été facile, d’autant plus que la mère de Maxime, investie dans une nouvelle histoire conjugale et familiale, se montrait peu présente. Lucie a vécu comme un poids considérable la présence et la demande affective de cet enfant perturbé par ses allers et retours entre les foyers parentaux. Devant les difficultés psychologiques et scolaires de Maxime, il a été décidé, avec l’aide d’un psychologue, que l’enfant irait en pension. Maxime vit donc chez son père le week-end et les vacances scolaires, et voit de temps en temps sa mère, qui a une petite fille depuis 1992.

25 - Maurice et Danièle

35Maurice est architecte à Pau. Divorcé depuis 1986, il est père de deux enfants, Arthur, né en 1981, et Myriam, née en 1983. Après la séparation, très conflictuelle, les enfants sont restés avec leur mère, Maurice bénéficiant d’un droit de visite et d’hébergement classique. Ses relations avec sa première épouse sont demeurées très difficiles, et Maurice estime n’intervenir que très superficiellement dans l’éducation des enfants.

36En 1989, il rencontre Danièle. Psychologue de profession, celle-ci est célibataire. Au bout d’un an, la jeune femme s’installe avec Maurice dans une nouvelle maison. Danièle rencontre tout d’abord ses beaux-enfants au cours de quelques week-ends, puis lors d’un été où elle les garde pendant que Maurice travaille. Les premières relations sont difficiles et conflictuelles, notamment avec Myriam, qui subit fortement l’influence maternelle. L’atmosphère familiale s’améliore cependant progressivement. Le mariage de Maurice et Danièle, et la naissance de leur fille, Lola, en 1991, marquent deux étapes essentielles de l’évolution des relations. Aujourd’hui, Danièle pense avoir trouvé une place convenable auprès de ses beaux-enfants, qui vivent toujours chez leur mère et rendent régulièrement visite à leur père. Les enfants passent aussi des journées ou des vacances avec les parents de Danièle, qu’ils considèrent comme des grands-parents.

26 - Anne et Jean-Pierre

37Jean-Pierre, cadre dans une petite entreprise, est divorcé depuis 1982. Il n’a pas la garde de son fils, Bruno, né en 1973, mais le reçoit très régulièrement. Il entretient d’assez bonnes relations avec son ex-épouse.

38Anne a quitté son mari en 1986, après vint années de mariage. Ses trois filles avaient alors dix-huit, dix-sept et quinze ans. L’aînée a souhaité demeurer avec son père, tandis que les deux cadettes suivaient leur mère. Anne a retrouvé un emploi de secrétaire, et a loué un appartement où elle s’est installée avec ses deux filles. Après la période critique de la séparation, les relations d’Anne et de son ex-mari se sont apaisées. Celui-ci a fondé un nouveau couple, dont est né un petit garçon en 1990. Anne et son ex-mari ont conservé des contacts suivis et réguliers, centrés autour de l’éducation des enfants, qui visitaient régulièrement leur parent non gardien, selon un rythme qu’elles choisissaient elles-mêmes.

39Anne et Jean-Pierre se sont rencontrés en 1989. Assez rapidement, Jean-Pierre est venu s’installer chez Anne. Il a dû trouver sa place dans l’univers féminin qu’elle avait constitué avec ses deux filles. Bruno est désormais venu lui rendre visite le week-end, au domicile d’Anne, rencontrant celle-ci ainsi que ses deux filles. Des relations décrites positivement par les parents se sont instaurées de part et d’autre, entre des enfants presque sortis de l’adolescence et leurs beaux-parents respectifs.

29 - Thérèse et François

40Thérèse est enseignante à Toulouse. Mariée très jeune, elle a eu trois enfants, dont une petite fille disparue peu de temps après sa naissance. Ce décès a joué un rôle essentiel dans sa séparation d’avec son mari, enseignant lui aussi, le couple ne parvenant pas à surmonter ce drame malgré la naissance d’un petit garçon, Valentin, en 1988. La séparation, très progressive, se déroule cependant dans une atmosphère consensuelle. L’ex-mari de Thérèse conserve une place très importante dans sa vie, et leurs relations sont fréquentes et cordiales. Il vit avec une nouvelle compagne que Thérèse connaît et apprécie.

41Après le départ de son mari, en 1991, Thérèse demeure seule avec ses deux enfants, qui rendent régulièrement visite à leur père. Au bout de deux années, sa vie de mère célibataire lui paraît insatisfaisante. Se sentant socialement et affectivement très isolée, elle fait appel aux services d’une agence matrimoniale. C’est ainsi qu’elle rencontre François, en 1994. Ce dernier sort également d’une histoire conjugale avec une femme mère de deux petites filles qu’il estime avoir élevées pendant cinq ans, mais avec qui il a perdu tout contact après la rupture. François s’installe rapidement chez Thérèse, ce que les enfants vivent plus ou moins facilement. Les relations et les rôles s’instaurent progressivement entre François, Sabine et Valentin. Lors de l’entretien, Thérèse et François envisageaient de se marier et de faire un enfant.

30 - Christian

42Christian est éducateur à Toulouse. Il s’est séparé de sa compagne en 1990. Leur fille, Lisa, avait alors deux ans. Christian s’est installé dans un appartement, et le couple s’est organisé de manière à ce que l’enfant passe un temps équivalent dans les deux domiciles. Ses relations avec la mère de l’enfant sont demeurées très bonnes, et Lisa voit souvent ses parents ensemble. Christian élève donc seul sa fille la moitié de la semaine ainsi qu’un week-end sur deux. Cette relation monoparentale lui paraît parfois difficile à assumer, et il souhaiterait retrouver une compagne. La mère de Lisa a de son côté repris une relation conjugale, envisageant de quitter Toulouse pour s’installer à une centaine de kilomètres. Cela inquiète Christian, qui craint de perdre contact avec une importante partie de la vie de Lisa.

43d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende au lieu de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende lorsqu’elles sont commises par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime ou par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions.

  • Les atteintes sexuelles sans violence, contrainte, menace ni surprise sur un mineur âgé de plus de quinze ans et non émancipé par le mariage sont punies de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende lorsqu’elles sont commises par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime ou par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions.

44(Données issues du Code pénal, Éditions Dalloz, 2002)

Caractéristiques socio-démographiques et configurations familiales des situations rencontrées

1. Tableau récapitulatif – Situations des enfants

1. Tableau récapitulatif – Situations des enfants

2. Tableau récapitulatif – Situations des parents et beaux-parents

2. Tableau récapitulatif – Situations des parents et beaux-parents

L’adoption de l’enfant du conjoint

Évolution des demandes d’adoption simple et plénière réalisées auprès des tribunaux de grande instance 1988-1998

Évolution des demandes d’adoption simple et plénière réalisées auprès des tribunaux de grande instance 1988-1998

45Sources : Annuaire statistique de la justice, 1989-1990 ; 1990-1994 ; 1991-1992 ; 1991-1995 ; 1992-1996 ; 1993-1997 ; 1994-1998.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre 1. Tableau récapitulatif – Situations des enfants
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre 2. Tableau récapitulatif – Situations des parents et beaux-parents
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Évolution des demandes d’adoption simple et plénière réalisées auprès des tribunaux de grande instance 1988-1998
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/594/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search