Version classiqueVersion mobile

La condition de l’exilé

 | 
Alexis Nouss

Exil et migration

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ulysse qui jamais ne revint sur ses pas.
Georges Moustaki, « Grand-père »

Dans un poème écrit à Paris en 1937 alors qu’il avait fui l’Allemagne nazie, Bertolt Brecht remarquait l’importance des mots relatifs au déplacement des personnes :

J’ai toujours trouvé faux le nom qu’on nous donnait :
                                                         émigrants [Emigranten]
Le mot veut dire expatriés [Auswandrer] ; mais nous
Ne sommes pas partis de notre gré
Pour librement choisir une autre terre ;
Nous n’avons pas quitté notre pays pour vivre ailleurs,
                                                            toujours s’il se pouvait.

Au contraire nous avons fui [wir flohen]. Nous sommes
                                                               expulsés [Vertriebene],
nous sommes des proscrits [Verbannte]
Et le pays qui nous reçut ne sera pas un foyer [Heim] mais
                                                  l’exil [Exil]. (Brecht, 1966 : 131)

Hannah Arendt, réfugiée aux États-Unis, écriva...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search