Version classiqueVersion mobile

S’apparenter

 | 
Agnès Martial

I. L'incertitude généalogique

1. La variation des statuts générationnels

Texte intégral

1Le temps familial marquait autrefois les grandes étapes du devenir de l’homme et de la femme : naissance, mariage, décès représentaient autant de passages vécus dans et par le groupe des parents, attribuant à chacun, en fonction de son sexe et de son âge, son identité, son statut et son devenir social. Le mariage, étape fondamentale de ces destinées personnelles inscrites au cœur de l’univers collectif, signifiait ainsi l’accès à l’autonomie par la transmission, de père à fils et de mère à fille, de statuts définis et reconnus par tous, inscrits dans un enchaînement idéalement pensé comme immuable. Si la mort venait souvent briser les couples et les familles, elle ne pouvait rompre un lien matrimonial indissoluble, dont elle transformait simplement le sens et la forme : le veuvage entrait de plein droit dans la litanie des statuts et des rôles qu’égrenait le cours de la vie familiale. « Le mariage accompli, la fille et le garçon sont entrés dans la catégorie des femmes et des hommes adultes socialement et rien ne saurait les faire rétrograder, ni d’autre part, les veufs et les veuves » (Van Gennep, 1981 : 205). État désignant à lui seul une position, voire une catégorie sociale à part entière, il était inscrit dans les parcours individuels tout comme dans les représentations communautaires.

2Aujourd’hui, séparés ou divorcés portent moins intensément l’empreinte sociale d’une histoire familiale qui se révèle à la fois plus diverse et plus répandue. Leur situation personnelle n’est plus réductible à une désignation sociale, pas plus qu’à un cap défini, une étape précise des parcours de chacun. Un homme ou une femme qui entame une nouvelle union est bien sûr toujours chargé d’une histoire, d’un passé familial, dont la seule existence d’une progéniture suffit à témoigner. Mais les frontières qui délimitent les âges et les temps de la vie, attribuant ainsi à chacun son rôle et son statut, s’opacifient, semblent chaque jour plus souples, moins contraignantes. Ainsi, le passage de l’état de célibataire à l’état matrimonial ou simplement conjugal a perdu son caractère définitif. Là où une seule histoire conjugale assurait l’enchaînement des âges de la vie, de l’entrée dans l’âge adulte au statut d’ancêtre, les « allées et venues » et les « redoublements d’état » sont désormais possibles, entre les différents stades qu’instituait la vie de famille. Or, le « retour en arrière » qu’induit la rupture en cas de célibat momentané, ou la nouvelle histoire amoureuse qu’inaugure(nt) le ou les parent(s) s’accomplit, cette fois, en présence d’un ou plusieurs enfants nés de la première union, qui poursuivent eux-mêmes le cours d’une vie d’adultes en devenir. C’est alors que se joue la redéfinition des relations entre générations.

Seul à seul : la relation parent-enfant

3Une fois détaché du contexte conjugal, existant désormais hors de l’entité familiale nucléaire, le lien parent-enfant paraît adopter une résonance nouvelle, un sens différent. Lors de la recomposition, la séparation renvoie en effet l’enfant et son parent face à face, et la place de chacun est à redéfinir.

Quand le parent redevient enfant

4Nicole (n° 1) naît en 1946, dans une petite ville de province. Son père est ingénieur, sa mère ne travaille pas. Nicole grandit auprès d’eux et de sa sœur, née quatre ans plus tard, jusqu’à l’âge de sept ans. En 1952, son père quitte la famille en disparaissant soudainement.

5En ces années pas si lointaines, être femme et mère, seule et séparée représente une situation marginale, source de désarroi et d’exclusion sociale. C’est peut-être la raison pour laquelle la mère de Nicole choisit alors de retourner vivre chez ses parents. Mais, chose curieuse, elle n’emmène avec elle que Sylviane, sa fille cadette. Nicole se voit confiée à ses grands-parents paternels. En l’absence de son père, ceux-ci vont l’élever comme leur fille pendant cinq années. Ils envisageront même de l’adopter. Mais ce projet n’aboutit pas en raison du décès du grand-père paternel de Nicole, alors qu’elle a douze ans. A la suite de cet événement, Nicole est renvoyée à sa mère, chez les parents de celle-ci. Mais en fait, elle n’y réside pas réellement, et vit surtout en pension et en colonie de vacances, jusqu’à sa quinzième année. Son père réapparaît alors, nanti d’une nouvelle compagne et de deux filles. Divorce et remariage viennent légaliser la nouvelle situation familiale. Nicole s’installe au foyer paternel pour quelques années, et quitte précocement le giron familial. Cette étrange et douloureuse histoire d’enfance, jalonnée de ruptures, marquée par l’abandon, la séparation et l’exclusion, dessine une nette séparation entre deux « clans », constitués de chacun des parents de Nicole, tous deux enfants uniques, de leurs propres parents, et de chacune des filles du couple :

6Le clan paternel

7Les grands-parents paternels

8(Le père)

9Nicole

10Le clan maternel

11Les grands-parents maternels

12La mère

13La sœur de Nicole

14Selon Nicole, cette division s’expliquerait par un fait tenu secret : la sœur cadette de Nicole serait le fruit d’une union adultère de leur mère. Au moment de la séparation, chaque partie aurait alors récupéré « son » héritière. Nicole, étant la seule fille de son père, est retournée dans le clan paternel.

Je pense qu’ils savaient que j’étais la fille de mon père, c’est aussi bête que ça. Ils savaient pertinemment que le deuxième enfant qui avait été reconnu n’était pas... Moi j’étais très proche de mon père, j’étais la fille aînée, j’ai beaucoup suivi mon père quand j’étais gamine et ils ont demandé à ma mère de... Je sais pas très bien comment ça s’est passé. Je pense qu’ils ont demandé parce qu’ils voulaient m’adopter en fait, légalement. [...] Ils voulaient que je devienne leur fille. [...] Ils n’avaient aucune nouvelle de mon père, ils l’avaient fait rechercher partout. Et je ne sais pas, j’étais peut-être un enfant de substitution, c’était assez curieux (n° 1).

15Les conséquences de ce « partage » des enfants dans la famille sont très importantes pour les positions de chacun dans l’ordre des générations. En retournant vivre chez ses parents, la mère de Nicole a repris sa place de fille. Nicole, au contraire, est partie chez ses grands-parents, où l’attendait, d’une certaine façon, la place laissée vacante par son père disparu. En l’adoptant, ses grands-parents auraient provoqué un « saut » générationnel, faisant passer Nicole de la position de petite-fille à celle de fille de ses grands-parents. Opérant simultanément un saut générationnel inversé, la mère et la fille se retrouvent donc à une place identique. Le récit de Nicole est d’ailleurs émaillé d’allusions à la place singulière qu’elle occupe à l’égard de ses ascendantes féminines. Elle évoque d’abord sa grand-mère paternelle, âgée de quatre-vingt-seize ans lors de l’entretien.

Je suis sa fille, elle me considère comme sa fille. J’ai beaucoup plus de relations avec cette grand-mère-là qu’avec ma mère. Ma mère elle cherche toujours à réparer, c’est-à-dire, comme on a pas beaucoup de relations entre nous, parce que... c’est pas possible quoi. Elle m’offre des cadeaux, elle m’envoie des chèques, enfin c’est dur. [...] On a toujours eu des rapports de sœurs en fait. [...] Je n’ai jamais considéré ma mère comme une mère. Bon maintenant ça va je l’ai accepté, mais en fait ça a toujours été des rapports de rivalité. [...] Bon, c’est une petite fille ma mère. Elle est toujours restée la fille de ses parents, elle n’a jamais su être mère à son tour.

16L’impossible relation filiale de Nicole et de sa mère est ainsi rapportée à l’« immobilité » de cette dernière dans la succession ordonnée des âges et des statuts de la vie familiale. Ce parcours singulier doit toutefois être replacé dans le contexte d’une époque où les « recompositions familiales » telles que les appréhende la société contemporaine n’existaient pas encore.

17Le récit de Fanny (n° 15) illustre cependant un déplacement comparable des statuts de mère et de fille. Fanny et sa sœur étaient âgées de quatorze et treize ans lorsque leurs parents se sont séparés, en 1985. Comme la mère de Nicole, celle de Fanny s’est alors réinstallée chez ses parents, laissant à son mari la garde de leurs deux enfants. Au cours des dix années suivantes, les deux filles ont très peu vu leur mère.

Mon père a demandé la garde et ma mère ne l’a pas demandée parce qu’on avait des rapports très... Ma mère n’était pas très... maternelle, c’est pas qu’elle m’ait mal élevée ou quoi que ce soit mais elle était pas du tout maternelle. [...] Elle disait toujours à mon père : « Si jamais on doit se séparer ou quoi que ce soit, de toute façon les gosses j’en veux pas, tu les prendras puisqu’ils t’aiment à toi. » Ma mère elle avait le droit de visite. C’était tous les quinze jours, le week-end, et pour les vacances. Le problème c’est que... Au début on y est allées, on a respecté le jugement quoi, parce que c’est obligatoire. Ça a posé des problèmes parce que ma mère nous parlait tout le temps de mon père, elle critiquait et moi ça m’énervait, ça énervait ma sœur. [...] Et puis bon c’est vrai qu’on n’a jamais eu trop d’affinités, ni ma sœur ni moi avec elle. Ça passait pas. [...] En plus elle habitait chez sa mère, elle a une grande famille, ils sont dix frères et sœurs, ils ont tous voulu s’en mêler de ce divorce. Ce qui fait que bon, moi je voulais pas aller chez ma grand-mère, parce qu’ils habitent tous ensemble en fait. Il y a ma grand-mère, je ne sais pas combien d’enfants qui vivent autour... Ce qui fait que petit à petit on a commencé à moins y aller, et puis on y est plus allées du tout. Et ma mère après, pendant trois-quatre ans presque, on ne l’a pratiquement plus revue (n° 15).

18Fanny n’a pu renouer avec sa mère qu’à l’âge de vingt ans, de façon progressive. Celle-ci avait entre-temps quitté le giron familial et vivait avec un nouveau compagnon, père gardien d’une adolescente dont l’attitude la heurtait souvent. Fanny raconte ainsi :

Combien de fois j’ai discuté avec ma mère, je lui ai dit : « Mais maman tu agis comme une gamine de treize ans. Comment tu veux que ça s’arrange avec Delphine, elle a treize ou quatorze ans, elle agit comme une gamine parce que c’est son âge et toi tu fais exactement comme elle, tu te mets au même rapport qu’elle. » [...] Ma mère elle n’a aucune maturité. Elle a quarante-trois ans et c’est une gamine de treize ans. Quand elle a un problème, elle me demande « qu’est-ce que je fais ? » Si ça ne va pas, elle me téléphone. Je lui dis : « Ça ne va pas, tu veux que je vienne ? »

19La jeune femme joue ainsi le rôle de conseillère et de confidente auprès d’une mère qu’elle compare à une adolescente. « Mère de sa mère », elle a mené jusqu’au bout la logique induite par le divorce de ses parents dans la redéfinition du lien mère-fille.

20Dans les deux récits que nous venons d’évoquer, une mère est « redevenue fille » en retournant vivre chez ses propres parents après la séparation. Les contractions générationnelles alors observées correspondent toutes deux à la négation du statut d’un parent qui, après la dissociation du couple, s’est trouvé dans l’incapacité d’assumer son rôle. Initiées par le divorce et le retour de l’adulte à sa position « d’enfant de », elles mènent, dans le discours de l’enfant, à une véritable inversion des rôles et des statuts, entre la mère demeurée fille, et sa fille devenue femme.

21Aujourd’hui, si les ruptures conjugales sont plus nombreuses, et les nouvelles unions mieux acceptées qu’autrefois, on peut encore s’interroger sur le rôle que peuvent jouer les grands-parents dans les circonstances que créent parfois divorce ou séparation. De nombreux travaux de sociologie ont mis en évidence l’ambiguïté des rôles qui s’entrecroisent entre grands-parents, parent et enfant dans les familles recomposées. La sociologie américaine a très tôt remarqué l’évolution possible de l’attitude adoptée par les grands-parents, facilement conduits à l’accomplissement d’actes parentaux assumés auparavant par l’ex-époux à l’égard de l’enfant (Henry et al., 1993 : 31). Dans une enquête également menée aux États-Unis, où sont comparées les relations grand-parentales d’enfants de familles « intactes », de familles monoparentales et d’enfants de familles recomposées, ces derniers estiment passer plus de temps que les autres avec leurs grands-parents. Outre cela, plus que les enfants de familles monoparentales, les enfants de familles recomposées disent avoir été « élevés » par leurs grands-parents, avoir vécu avec eux, le thème « mes grands-parents ont pris la place de mes parents après le divorce » revenant plus fortement chez les enfants de familles recomposées que chez les enfants de familles monoparentales (Kennedy & Kennedy, 1993). Ces diverses études dénotent une commune attention aux transferts générationnels qui semblent se produire au cours du processus de recomposition familiale. Claudine Attias-Donfut et Martine Segalen (1998) établissent en France un constat comparable : les séparations advenant dans la vie de très jeunes individus conduisent fréquemment ceux-ci, et particulièrement les femmes, à retourner chez leurs parents. La présence d’un petit-enfant qu’il faut parfois prendre en charge quotidiennement ramène alors les grands-parents à leurs propres expériences de père et de mère. Ainsi, à certains moments-clefs de la recomposition, en particulier celui de la rupture et de la phase de célibat qui lui succède, les rôles se mêlent et se confondent parfois entre les trois générations qui composent une des lignées familiales, conduisant à un véritable « télescopage des générations ». Cependant, « l’observation des lignées permet de relativiser ces formes familiales, le plus souvent temporaires, et correspondant à une période de transition avant le remariage ou le “redépart” du jeune parent du domicile grand-parental » (Attias-Donfut & Segalen, 1998 : 155).

22Si les grands-parents maternels paraissent plus fréquemment sollicités, du fait de la plus grande proximité que permet l’attribution majoritaire de la garde de l’enfant à sa mère (Cherlin & Furstenberg, 1986), les témoignages et les récits de vie que nous avons recueillis font également une large place aux grands-parents paternels, que ce soit dans une logique de substitution au père défaillant de l’enfant, ou, tout simplement, à travers une aide, un soutien apporté au père célibataire. Christian (n° 30), âgé de trente-sept ans, vit séparé de sa compagne depuis cinq ans ; il élève sa fille, âgée de sept ans, en fonction d’une organisation alternée de la résidence de l’enfant. Décrivant sa vie avec elle, il reconnaît les difficultés de cette paternité solitaire :

Ça m’a obligé, à un moment où elle était encore jeune, à lui proposer une relation en tant que père, dans laquelle elle devait nécessairement se sentir bien, sans quoi je ne pourrais pas bénéficier de sa présence. [...] Et ça quand même c’est quelque chose, hein, parce que la nuit par exemple, au coucher, tout ça, il y a des moments je... Je sais pas moi, par rapport à l’endormissement, elle a du mal à s’endormir parce qu’elle est pas bien, elle va flipper, sa mère va lui manquer, elle va pas se sentir bien avec toi... Alors jusqu’à ce qu’elle soit endormie, j’attendais... Enfin ça crée des... Moi je sais que j’avais des appréhensions qui ont duré... [...] Avec sa mère, je suis sûr que c’est différent. C’est plus évident. Et par rapport à ça j’aimerais être avec sa mère. Ou avec une femme. Parce que ça me pacifierait beaucoup.

23Lorsque sa fille est avec lui le week-end, Christian l’emmène souvent chez sa propre mère. Ils y retrouvent une atmosphère familiale traditionnelle, où sa relation avec sa fille lui semble plus facile à vivre.

Ma mère a une très grande maison où j’ai mon espace, donc ça pose aucun problème, je me sens chez moi. Et donc Lisa, quand elle vient le week-end avec moi, a l’occasion d’être avec moi, avec ma mère, on mange ensemble, les bons petits repas... Elle la garde quand moi je vais faire un truc...

24Dans cette relation père-fille la présence de la grand-mère est devenue plus importante qu’auparavant, fournissant à chacun des repères ainsi qu’un cadre familial rassurant. Le foyer grand-parental peut donc revêtir une grande importance pour la relation père/enfant, même si celle-ci se déroule dans les meilleures conditions possibles après une séparation. Dans un autre cas, le père de l’enfant semble au contraire fort réticent à assumer sa paternité, tout en craignant d’être détrôné par un beau-père très investi dans la nouvelle vie familiale. Marine vit avec sa fille, Coline, âgée de trois ans, et son nouveau compagnon, Alexis (n° 28). Le père de Coline a quitté Marine alors que celle-ci était enceinte, et n’a vu sa fille que de manière très irrégulière depuis lors. Pendant ces années, les grands-parents paternels de Coline se sont montrés très présents auprès de leur petite-fille et de sa mère.

Même quand j’étais enceinte et tout, j’avais quand même des rapports avec les parents. La petite elle l’appelle Mamie Chouchou. Et elle m’a appelée la semaine dernière, elle m’a dit « qu’est-ce que tu veux », de suite, bon je lui ai dit « j’ai besoin d’habits, de choses pour sa chambre » et tout quoi. Je lui ai dit « faites comme vous voulez », c’est gênant aussi de demander. [...] Je sais que la petite elle a toujours son cadeau pour Noël, l’anniversaire. Elle est même plus gâtée que leurs propres petits-enfants. Enfin elle en fait partie, mais enfin les autres ils ont rien pour les anniversaires et tout tandis que elle... Bon je pense que c’est un peu pour racheter la faute du père.

25Ainsi, les grands-parents viennent parfois pallier affectivement et matériellement les défaillances d’un père absent de la vie de l’enfant. Leur rôle peut s’étendre à l’accueil de l’enfant... et de son père, lorsque ce dernier exerce son droit de visite et d’hébergement. Réagissant à l’installation de Marine avec un nouveau compagnon, le père de Coline est allé reconnaître sa fille à la mairie, obtenant ensuite un droit de visite et d’hébergement limité à deux samedis par mois. Toutefois, les visites se déroulent chez les grands-parents paternels : « Le samedi, il l’amène chez sa mère, pour manger, parce que lui, il ne fait rien. »

26Cet homme qui tente d’assumer un rôle paternel à l’égard de sa fille reste bien cependant le fils de sa mère lorsqu’il reçoit sa fille chez ses propres parents, et qu’il « ne fait rien ». A travers le « retour » temporaire, occasionnel ou permanent du parent seul dans le giron familial, et le rôle que jouent les grands-parents à l’égard de l’enfant, les statuts de chacun tendent à se rapprocher, évoluant vers une relative confusion des positions générationnelles.

Une relation « égalitaire »

27A la suite de la séparation, une phase plus ou moins longue de monoparentalité succède couramment à la vie familiale nucléaire, au cours de laquelle l’enfant se trouve pour la première fois face à la solitude de son père ou de sa mère. Qu’elle soit ou non vécue au quotidien, une cellule affective nouvelle se met en place, qui s’illustre à travers les termes employés, les gestes et les attitudes de chacun.

28Sabine Chalvon-Demersay, considérant la question des modèles familiaux contemporains à travers leur transcription télévisée, analyse ainsi les scénarios qui dépeignent l’aventure de la dissociation familiale :

Le fait que l’enfant soit généralement seul avec un de ses parents le conduit généralement à adopter des positions d’adulte. On voit de nombreux exemples de parentification des enfants. Cela peut aller de la simple contribution aux tâches matérielles à la prise en charge complète de la maison, en passant par un soutien moral et affectif qui fait de l’enfant un véritable partenaire sentimental. D’autant plus que, dans les films, l’enfant et le parent qui le garde sont souvent de sexe opposé. Tout se passe alors comme s’il occupait la place du conjoint absent (1996 : 91).

29Sylvie Cadolle établit un constat similaire lorsqu’elle analyse la place de l’enfant dans les ouvrages de littérature pour la jeunesse (1998 et 2000).

  • 1 La probabilité statistique de vivre seul avec l’un de ses parents séparés au cours de son adolesce (...)

30A ces fictions répondent les paroles de nos interlocuteurs, pour la plupart adolescents lorsqu’ils ont partagé des relations particulières avec l’un de leurs parents1.

31Les termes employés dans les récits de vie, par exemple, ne distinguent plus le parent des enfants qui vivent avec lui. Laurence, née en 1970, avait douze ans lorsque ses parents ont divorcé (n° 12). Demeurée auprès de sa mère avec ses deux sœurs, elle justifie ainsi les conflits qui éclataient parfois au foyer maternel : « Quatre filles à la maison, c’est super dur à vivre, on a mauvais caractère toutes les quatre, alors on était souvent en train de s’engueuler. »

32Cette fusion de tous les statuts générationnels en une seule désignation générique (« les filles », ou « les femmes ») est d’autant plus aisée que parent et enfants sont de même sexe. Lorsque parent et enfants sont de sexe différent, ce nivellement des générations se traduit par d’autres formes de désignation, qui concourent toujours à placer enfant et parent sur un même niveau générationnel. Le fils adolescent vivant seul avec sa mère est ainsi désigné comme « le chef de famille », tandis qu’une jeune fille partageant le quotidien de son père et de son frère devient la « femme de la maison ». Dès lors, le fils ou la fille du parent seul n’est plus associé à l’enfance mais à l’âge adulte, dont il manque justement un représentant au sein de la cellule familiale.

33Cette logique souterraine, implicite, qui tend à confondre les places et les rôles, apparaît enfin dans certains récits à travers l’emploi, par l’enfant, du simple prénom pour appeler et désigner son parent. Ce prénom n’annule pas la parenté, le lien de filiation, mais gomme la distance qui sépare l’enfant de son père ou de sa mère. Celui-ci n’est plus pour lui « papa » ou « maman », mais devient « Pierre, Paul ou Jean »... Un pair, plutôt qu’un père. Dans le jeu de l’adresse et de la dénomination se dessine donc un lien singulier où semble s’opérer une dilution, un effacement des distinctions générationnelles qui déterminaient le rôle et la place de chacun dans le duo parent-enfant.

Une relation affective intense

Les complices

34Lorsque le parent se retrouve seul, les liens qui l’unissent à son enfant paraissent marqués par une très forte complicité, et sont souvent décrits comme exclusifs, hors du commun. L’enfant, surtout s’il est le premier de sa fratrie, aime par exemple à se présenter comme le confident privilégié de son père ou de sa mère. « Je suis l’aînée, donc j’avais une place relativement privilégiée de confidente avec ma mère », raconte Mathilde (n° 16), qui vécut seule avec sa mère de l’âge de quatre à... huit ans ! Si ce type de relation se révèle d’autant plus forte et plus visible au fur et à mesure que l’enfant grandit, elle peut, semble-t-il, apparaître très tôt dans la représentation que se fait l’enfant de son rôle auprès de son père ou de sa mère. Daniel, unique fils et fils aîné de surcroît, décrit ainsi les relations qu’il entretient avec son père, dont il a déjà conté les frasques amoureuses : « C’est mon ami mon père, mon confident, c’est tout quoi. Je pourrais passer des nuits entières à parler avec lui » (n° 13).

35De cette relation père-fils, décrite dans des termes qui sont plutôt ceux de l’amitié, on peut rapprocher celle que décrit Thérèse, au sujet de la relation qui l’unissait à sa fille aînée, alors adolescente : « Elle était un peu ma complice. Elle savait ce qui se passait, par rapport à la séparation, et elle a vécu tout ça un peu comme une adulte. [...] On a une relation très fraternelle toutes les deux » (n° 29).

36L’enfant « adulte » devenue « sœur de sa mère » ne constitue pas, loin s’en faut, une figure exceptionnelle dans les familles recomposées. On prête aussi facilement à la relation père-fille, dans un récit empreint de nostalgie, une dimension quelque peu idyllique.

37Fanny se souvient par exemple du temps où elle et sa sœur vivaient seules avec leur père.

Juste après la séparation, on vivaient seules avec mon père. Et mon père était très jeune, il avait trente-cinq ans. En plus très jeune d’aspect, très mince, assez grand... On allait en ville, faire les courses, on était ses deux filles, on avait quinze ans. [...] Maintenant, quand il vient à la maison, il dit : « J’aime bien me retrouver rien qu’avec vous, rien qu’avec mes deux filles » (n° 15).

38Ces paroles, qui dépeignent l’image idéale d’une famille unie... sans figure féminine adulte, sont explicites quant à la description de ce père séduisant, si jeune qu’on aurait pu confondre les deux générations qui composaient l’entité familiale. Véronique est elle aussi demeurée seule avec son père durant son adolescence, voyant très peu sa mère et son frère. Elle conserve de cette période le souvenir inaltérable d’une relation très privilégiée.

39A quatorze ans, j’étais complètement autonome. Mon père me faisait confiance. En même temps on avait de grandes discussions ; des fois on se disputait aussi, il me traitait de tous les noms, et moi aussi. On fonctionnait vraiment comme un couple, c’est ça qui est dingue. Sans avoir, évidemment... Bon (n° 8).

40Ici encore s’affirme l’illusion d’une égalité des rôles et des statuts du parent et de l’enfant. Dans ce cas, toutefois, nulle « fraternité » possible... L’équivalence des statuts générationnels induit une « quasi-conjugalité » dont il paraît fort plaisant de jouer. Est-ce cette dernière limite, cette ultime frontière « frôlée » dans une quotidienne ambiguïté qui donne à la relation père-fille son caractère unique, impartageable ? Les récits s’accordent, en effet, dans la description d’un lien totalement exclusif, incompréhensible pour l’entourage. Une relation parfaitement close, fermée à l’intrusion et à l’entendement de ceux qui lui sont étrangers, comme l’explique Véronique : « Je n’avais pas besoin de parler avec mon père pour qu’on se comprenne. C’était vraiment particulier. Tout le monde était impressionné, d’ailleurs, par la relation qu’on avait. »

41Louise, la fille de Gilles, a pareillement vécu seule avec son père durant quelques années, après l’avoir en outre connu célibataire durant la majeure partie de son enfance. « Depuis que j’ai quitté la maison pour vivre avec mon copain, mon père me téléphone tous les jours. On est obligés de s’appeler tous les jours. Il faut... un lien. Ma belle-mère, ça la rend furax, mon copain ne comprend pas non plus, il me demande : “Mais qu’est-ce que tu trouves à lui dire” ? » (n° 18).

42La singularité du lien parent-enfant, qui doit affronter la jalousie et l’incompréhension des conjoints de chacun, s’affirme ici après la recomposition du « duo » que formaient le parent et l’enfant. Car si la monoparentalité ne constitue qu’une étape de la recomposition familiale, l’indistinction des statuts générationnels qui a pu s’y dessiner laisse sa marque.

Le conflit

43La relation parent-enfant peut également devenir le lieu de la déchirure, de la douleur et du ressentiment. A travers les silences de la rupture ou dans la lutte ouverte et parfois violente que mènent parent et enfant s’instaure alors, sur un mode différent, la même contraction des statuts générationnels. Nous avons déjà évoqué les parcours singuliers de Nicole et Fanny, toutes deux en butte à une mère délaissante, ramenée par l’histoire familiale à une position d’enfant (nos 1 et 15). « C’est une petite fille ma mère », disent-elles toutes deux. Valérie est née en 1959 : chronologiquement, son histoire (n° 5) prend exactement place entre celle de Nicole et celle de Fanny. Elle s’en distingue quelque peu, puisque la mère de Valérie n’est pas retournée chez ses parents après la séparation, mais s’est installée seule avec ses trois enfants (Valérie avait alors onze ans). A l’âge de quatorze ans, Valérie a quitté le foyer maternel, désormais occupé par un beau-père avec qui elle ne s’entendait pas. Vivant quotidiennement chez son père, elle a continué de voir sa mère pendant une année, puis un conflit sérieux, lié à l’attitude violente de son beau-père envers son frère, a provoqué une longue rupture des relations.

J’ai continué à voir ma mère et mon beau-père pendant un an. A partir de quinze ans il y a eu une histoire avec mon frère, une histoire apocalyptique... On s’est fâchées avec ma mère, il y a eu un coup de téléphone sanglant, et je lui ai dit je veux plus venir chez toi, je veux plus te voir, je ne veux plus voir André, et puis voilà. Et quand je suis rentrée... aux environs de la seconde je n’ai plus vu ma mère. Je n’ai plus vu ma mère pendant quinze ans (n° 5).

44Commentant sa ressemblance physique avec sa mère, Valérie remarque :

Tout le monde dit que je ressemble beaucoup à ma mère. [...] et puis j’ai exactement la même voix qu’elle. Au téléphone on nous confond toujours. On sait jamais qui est qui... C’est bien quelque chose qui m’agace souverainement. Ce que je déteste, chez ma mère, c’est son côté femme-enfant. C’est le genre de chose à laquelle j’espère surtout ne pas ressembler.

45Il n’est pas anodin que Valérie ait renoué avec sa mère le jour de la naissance de son premier enfant. Dans ces relations marquées par la rupture et le conflit, les jeux de déplacement générationnels semblent encore inévitables.

46Cette confusion des places peut également se jouer dans une relation conflictuelle opposant l’enfant à son parent de l’autre sexe. Les parents de Françoise (n° 10) se sont séparés alors qu’elle avait une dizaine d’années, mettant fin à une relation conjugale depuis longtemps conflictuelle, voire violente. Vivant seule avec sa mère, Françoise a cependant continué jusqu’à l’âge de dix-sept ans à rendre régulièrement visite à son père, qu’elle décrit comme un homme brutal, caractériel, qui a tout au long de sa vie accumulé les échecs professionnels et affectifs. Rejeté par sa famille, il a fait fuir la mère de Françoise, puis sa belle-mère, que Françoise décrit comme deux femmes unies par une commune expérience : « Elles se sont raconté leur vie, toutes les deux. » Elle-même a rompu toute relation avec son père, à la suite de graves conflits survenus au cours de son adolescence.

Mon père, ça a été un papa gâteau jusqu’à mon adolescence. Il me gâtait trop. [...] A seize ans, il a bloqué. Il voyait que je commençais à devenir une femme et il a projeté tous les problèmes qu’il a eus avec ma mère sur moi, il voyait en moi l’incarnation de ma mère. [...] C’était au moment où il tenait son restaurant. Il était toujours exécrable, il disait « Reste pas dans mes jambes »... Alors moi j’allais à l’épicerie à côté où ils étaient tous très gentils, il y avait une fille de mon âge, et le frère de cette famille m’a emmenée une fois à la plage. Et mon père s’est fait un cinéma, il s’est dit que j’avais couché avec lui. [...] J’ai été surprise de l’attitude qu’il avait, parce que je me souviens, il avait les yeux rouges de colère, comme s’il allait me battre à mort. Je lui ai dit : « Puisque c’est comme ça, on va faire une expertise chez le gynéco. » Parce que de toute façon il ne me croyait pas. Il avait déjà fait un truc comme ça à ma mère. Je suis allée chez le gynéco, et il a eu son attestation dans l’assiette, le soir. Il m’a demandé pardon, tout penaud. Et bon moi j’étais décidée à oublier le truc mais quand même, c’était dur. L’année d’après, j’y suis retournée [...] j’avais pas du tout envie de faire des efforts, et il a pris le moindre prétexte pour me foncer dedans. Alors j’ai dit « ben si c’est comme ça tant pis, t’as plus de fille, tant pis pour toi ». Et j’ai rompu tous les ponts. Depuis, les seules nouvelles que j’ai, ce sont les chèques de pension alimentaire. [...] [Ma mère] ne m’a pas forcée du tout. Elle m’a dit : « Fais comme tu veux. » Elle a compris que c’était une histoire de femmes qui était arrivée (n° 10).

47Françoise se place ainsi du côté des « femmes » en butte à la jalousie tyrannique du père, dans une complète indistinction des statuts de parent et d’enfant.

48Ce type de relation « brouillée » peut exister dans toute famille. Il semble cependant qu’elle trouve, à certains moments de la recomposition, un contexte propice à son amplification, et qu’elle s’y montre également plus aisément observable : la contraction des statuts générationnels est ainsi particulièrement éloquente lorsque parent et enfant se retrouvent seuls. Mais la monoparentalité ne peut constituer une raison suffisante au désordre que semble provoquer la recomposition dans l’agencement des positions générationnelles. C’est au-delà de cette phase de vie familiale bien souvent temporaire qu’il faut tenter de comprendre ces variations. La nouvelle union du parent est un autre moment de l’histoire de la famille recomposée, où se lisent mieux encore la confusion ou l’inversion des places générationnelles.

Les amours parentales

L’enfant témoin

Autour du sexe, on se tait. Le couple, légitime et procréateur, fait la loi. Il s’impose comme modèle, fait valoir la norme, détient la vérité, garde le droit de parler en se réservant le principe du secret. Dans l’espace social comme au cœur de chaque maison, un seul lieu de sexualité reconnue, mais utilitaire et fécond : la chambre des parents. (Michel Foucault, Histoire de la sexualité, t. 1, « La volonté de savoir », Paris, Gallimard, 1976, pp. 9-10.)

49Ainsi Michel Foucault définit-il les attitudes à l’égard de l’amour et de la sexualité dans les relations parent-enfant, à l’aube de l’époque contemporaine. Enclose dans le secret de la chambre parentale, la sexualité des parents est demeurée bien au-delà du xixe siècle un domaine interdit aux enfants, délimitant ainsi les territoires de deux mondes distincts dans les relations entre générations. Aujourd’hui pourtant, les récits de vie sont riches d’allusions à la vie amoureuse des pères ou des mères séparés. « Je me souviens d’être entrée dans leur chambre et de les avoir trouvés tous les deux dans le même lit, et je me suis dit “tiens, ils sont copain-copine”. » Anna (n° 14) commente ici la rencontre de son père avec l’une de ses « belles-mères », entrevue lors d’une des visites de la jeune fille alors adolescente au domicile paternel. Cette phrase, qui paraît relativement anodine, pourrait être énoncée par un grand nombre d’adolescents dont le parent séparé entame une nouvelle vie sentimentale. « Il a joué le play-boy pendant de nombreuses années, mon père », se souvient ainsi Véronique (n° 8).

50Laurence retrace également le parcours amoureux de son père après le divorce de ses parents :

Il a eu plein de petites copines, et deux sérieuses, et la deuxième, c’était la plus sérieuse [...]. J’ai jamais trop accroché avec les copines de mon père, y en a eu des jeunes, des vieilles, je les ai pratiquement toutes connues, enfin celles de deux mois, parce qu’un week-end sur deux on allait chez mon père, donc au bout d’un moment il nous les présentait (n° 12).

51On notera au passage l’étrange récurrence d’un personnage singulier : le père devenu séducteur, « play-boy », qui collectionne les « copines » sous le regard désabusé de sa fille...

52Quelle que soit la manière dont il choisit de les conter, ces aventures sentimentales font accéder l’enfant à un savoir auparavant réservé au monde des adultes. Entrant comme « observateur » dans un univers autrefois interdit, il paraît adopter quelquefois une relative neutralité devant les amours parentales, qui s’accompagne néanmoins d’une attentive bienveillance : l’enfant devient le témoin de l’histoire affective et sentimentale de son parent. Distant, il se garde souvent de s’investir dans une relation qui ne le concerne pas, mais ne s’interdit pas de décrire et de commenter longuement ce choix et son objet. Anna enchaîne :

Depuis Antoine, ma mère a eu des copains comme ça, personne qui est revenu s’installer à la maison. Ça s’est limité à des copains qui dormaient quand ils venaient quelques jours à la maison et puis qui repartaient. Après Antoine, elle a été avec le frère d’Antoine. Et puis il y a eu un copain qui était aussi un copain d’Antoine, et puis il y a eu un mec qui venait de Bretagne, celui-là, je sais pas où elle l’avait pêché... Il était beaucoup plus jeune qu’elle et assez égoïste donc entre eux, ça ne s’est pas très bien passé... [...] Il faut dire qu’à mon avis le mec qui est capable de vivre avec ma mère, je ne sais pas s’il existe mais... disons qu’elle n’est pas facile à vivre au quotidien (n° 14).

53Énumération dite sur le ton de l’indifférence relative, tout au moins de la distance conservée, mais qui traduit aussi des préoccupations que l’on attribuerait plutôt, justement, à la fonction parentale. Il arrive d’ailleurs que l’enfant prête une oreille attentive à son parent malheureux en amour, et se présente, à certaines occasions, comme son soutien ou son confident. Les parents de Stéphane se sont séparés alors qu’il avait douze ans, sa mère quittant son père pour vivre avec un autre homme. Au bout d’un an, Stéphane choisit de vivre avec son père, alors que son frère et sa sœur restent au foyer maternel.

Toute cette période mon père il était « à la rue » [...] Il venait crier son désespoir à la fenêtre et tout donc c’était chaud pour les gosses [...]. Quand les batailles se cristallisaient, quand mon père venait et que... C’est plusieurs fois moi qui allais le voir, je lui disais « bon je pars avec toi » et puis... Jusqu’à ce qu’il commence à réaliser ce qu’il était en train de faire et à dire « non toi tu restes là et je m’en vais, j’étais en train de faire des conneries »... Bon moi je me sentais plus proche de lui que de l’association ma mère – mon beau-père. Je suis resté avec lui pour l’aider quelque part à... Bon, je vais pas essayer de comprendre le pourquoi maintenant, mais... [...] Pourquoi je suis resté avec lui, c’est parce qu’il avait besoin d’aide. C’est maintenant que je le dis (n° 11).

54Les parents de Daniel, né en 1971, se sont séparés lorsqu’il avait dix ans, sa mère ayant noué une autre relation amoureuse. Le père de Daniel s’est donc retrouvé seul, avant de partager une histoire relativement houleuse avec une très jeune femme, puis de rencontrer sa dernière compagne, avec qui il a eu un enfant. Daniel décrit ainsi les amours de son père et le rôle qu’il a joué auprès de lui lorsque celui-ci s’est séparé de sa seconde compagne – il était alors âgé de dix-sept ans :

Il a eu un passage à vide pendant deux ans. Au bout de deux-trois ans après le divorce, il a eu pas mal de copines qui ont défilé. Je crois que c’est quand j’avais quatorze ans, il a rencontré une fille avec qui il a vécu pendant trois ans. C’était la totale, l’amour fou. Elle avait douze ans de moins que lui, douze ans de plus que moi. Elle était très jeune quoi [...]. Pépette, elle s’appelait ! Une pêche ! Un nénette super bien et très sympa. Elle était folle de mon père, et réciproquement. Et puis elle voulait un gosse, et lui il n’en voulait pas, il n’en voulait plus. Donc elle est partie à cause de ça, elle avait vingt-huit ans. Quand ils se sont séparés, ça a été très dur. Pendant un an, pour mon père, ça a été le trou noir complet. La déprime totale, il s’est remis à fumer... Là, j’étais tout le temps avec lui. Je l’ai beaucoup aidé. [...] Et là il a rencontré, il y a trois ans, une toubib. Quiqui, elle s’appelle. Après Pépette... Il est tombé amoureux d’elle, et un an et demi après, ils ont fait un gosse. Il a craqué (n° 13).

55Comme en écho aux fictions télévisées qui mettent en scène « la capacité nouvelle qu’a l’enfant de juger et gérer la vie sentimentale de ses parents » (Chalvon-Demersay, 1996 : 90), les enfants décrivent, commentent les amours parentales, ils aident et écoutent leurs père et mère.

56Cette attitude ne paraît cependant concerner que les relations des parents avec un nouveau conjoint. En effet, l’histoire du couple parental demeure plus souvent du côté du secret, et n’est pas commentée avec la même neutralité. Daniel, qui a décrit en détail les tribulations amoureuses de son père et de sa belle-mère, s’étend moins longuement lorsqu’il évoque le divorce de ses parents. « Ça a été très dur, ça s’est très mal passé. On a vécu des choses très graves, ma sœur et moi. Mais je me suis volontairement voilé la face » (n° 13).

57Stéphane, qui fut le témoin privilégié des amours paternelles, constate en revanche, à l’âge de trente ans, son ignorance persistante des raisons de la séparation de ses parents.

Quand ils ont annoncé qu’ils divorçaient [...] j’y ai pas cru, je croyais à une blague. [...] Après, je les avais en direct et là je voyais que ça se passait pas bien. Mais par le fait que je ne savais rien, avant, moi, j’idéalisais. [...] En fait comme je n’ai jamais su pourquoi ils divorçaient, il y avait toujours cette question que je ruminais. Donc j’ai toujours eu envie de le demander, mais envie sans aller jusqu’au bout, de demander à ma mère pourquoi elle est partie. Pourquoi elle a quitté mon père. [...] Ça revient, parce que cette année j’ai dormi là-bas, je me suis souvent dit bon allez, là je vais aller le lui demander, et puis en fait je l’ai pas fait. Et à un moment je me suis dit, mais de toute façon ça changera quoi ? Et puis c’est leur histoire (n° 11).

58L’intronisation de l’enfant adolescent comme témoin des amours parentales semble donc bien s’inscrire dans le contexte relationnel lié à la restructuration du jeu parental qu’induit la recomposition familiale.

L’enfant acteur

59L’enfant ne demeure cependant pas toujours dans les limites de la « neutralité » qu’impose le rôle de témoin, adoptant parfois des comportements moins empreints de diplomatie. Dès lors, il prend parti, protestant ouvertement contre l’entrée dans sa vie d’un beau-parent, surtout lorsque la nouvelle union vient troubler une relation parent-enfant relativement exclusive. Le père d’Anna, demeuré célibataire pendant deux années à la suite de son divorce, finit par se marier avec Rachel. Anna, adolescente, vivait alors chez sa mère. « Quand tu habites avec ton père et ta belle-mère, il y a toujours des moments en tête à tête avec ton père, donc tu peux avoir des relations exclusives avec lui. En général, le week-end les gens ne travaillent pas. Donc elle [la belle-mère] était tout le temps là, quoi. Et c’était infernal, insupportable » (n° 14).

60La nouvelle union attribue ainsi au nouveau conjoint une position menaçante de rival de l’enfant, qui se sent délaissé. « Il y a des choses qui m’ont été très douloureuses, dit Louise. Gilles et Martine, ils ont... C’est pas péjoratif mais à partir du moment où ils se sont rencontrés, ils ont mis complètement leurs enfants de côté et c’était leur vie à eux qui comptait, plus que nous » (n° 18).

61Des situations parfois très conflictuelles peuvent résulter de cette difficulté à « redistribuer » les places de chacun. Elles n’ont finalement qu’une issue : le départ de l’un ou l’autre des « rivaux », du beau-parent ou de son bel-enfant. L’enfant parvient parfois à mettre en échec la relation amoureuse de son père ou de sa mère. Anna décrit ainsi les réponses de son jeune frère aux tentatives « diplomatiques » de sa mère, lorsque celle-ci rencontrait un nouveau compagnon : « Mon frère, c’était pas la peine, il lui a mené une vie d’enfer, et puis ça s’est terminé. Et après, plus récemment, elle a eu un autre copain, et là pareil, elle est partie en vacances avec lui et mon frère, et ça a été la Bérézina. Et ça s’est fini aussi, parce que mon frère ne supportait pas son copain » (n° 14).

62Dans d’autres cas, l’enfant doit accepter l’existence du conjoint choisi par son père ou sa mère. Dans les situations de conflit trop douloureuses, c’est alors lui qui laisse sa place en quittant la maison. Ce départ peut se traduire, surtout lorsqu’il est encore jeune, par un changement de foyer gardien. Pierre raconte par exemple comment sa fille Nina partit vivre uniquement chez sa mère après l’arrivée de sa belle-mère, mettant fin à un système de résidence alternée qui fonctionnait depuis dix ans. « Quelles que soient les personnes, il y avait forcément une certaine concurrence, et puis deux caractères assez entiers. Bon, c’était mieux qu’elle parte » (n° 22).

  • 2 Les chercheurs français, comme leurs homologues anglo-saxons, ont noté que les enfants de famille (...)

63Lorsqu’il est en âge de prendre son indépendance, l’enfant quitte définitivement le foyer parental, un peu plus tôt que prévu... Refusant d’aller vivre avec son père chez sa nouvelle compagne, Fanny est d’abord demeurée seule, dès l’âge de seize ans, dans la maison paternelle, puis a très vite rencontré un compagnon avec lequel elle vit aujourd’hui... en dépit de la désapprobation de son père. Les statistiques confirment de façon générale la précocité avec laquelle les enfants de familles recomposées quittent le foyer parental2, inaugurant parfois en même temps une relation conjugale cohabitante. Même lorsque les relations beau-parentales sont harmonieuses, l’enfant répond ainsi à la nouvelle union du parent, en créant une cellule affective dont il maîtrise enfin l’évolution. Louise, qui entretient depuis l’adolescence une relation amoureuse très stable avec le même garçon, a quitté la maison de Gilles et Martine un an après l’installation de la famille. Elle était alors âgée de dix-neuf ans.

C’est vrai que je n’aurais pas habité vingt mille ans avec eux, parce que mon père refait sa vie et que je n’ai pas à être là tout le temps. [...] Il y a eu un moment où lui commençait une nouvelle vie, ils étaient aux anges, les petits oiseaux, tant mieux pour eux. Moi je commençais autre chose aussi (la vie en couple), c’était normal qu’il y ait séparation (n° 18).

64L’enfant comme « acteur » du jeu sentimental et affectif recomposé ne s’interpose pas forcément entre son père, sa mère et le nouvel arrivant. Dans certaines situations, qui correspondent à des histoires de vie particulières, il encourage même la nouvelle union et s’y investit de façon active. Françoise, âgée de quinze ans lorsque sa mère rencontra son beau-père, avait vécu dix années seule avec elle, et laissait peu à peu se dissoudre dans des relations très conflictuelles les liens qui l’unissaient à son père. Racontant la rencontre de sa mère et de son nouveau compagnon, elle se présente comme l’initiatrice de cette histoire.

En fait je veux pas le dire mais c’est grâce à moi qu’elle l’a rencontré. On avait des amis qui habitaient à côté : ils avaient organisé un week-end dans les Pyrénées. Moi, j’avais vraiment envie d’y aller. Bon, on avait quelques petits problèmes d’argent et ma mère me dit : « Je suis désolée mais on ne pourra pas y aller. » Alors je suis allée pleurer dans les jupes de la voisine qui a convaincu ma mère d’y aller quand même, et puis on y est finalement allées et là-bas elle a rencontré Pascal. Ils ont échangé leurs numéros de téléphone dans le bus, en revenant, et puis je suis partie chez mon père en vacances et ils ont fait le reste (n° 10).

65Même si l’intervention de Françoise n’a pesé que de façon très indirecte dans le processus de la rencontre amoureuse, la jeune fille se plaît à occuper dans le récit un rôle qu’elle présente comme essentiel. Dans la suite de son récit, lorsque sa mère décide de vivre avec son ami, elle en demande d’ailleurs « l’autorisation » à sa fille. Une telle attitude s’inscrit généralement, quel que soit l’âge de l’enfant, dans un contexte familial où le lien qui l’unissait à l’un de ses parents biologiques s’est trouvé brisé, par la mort ou par un conflit. Le beau-parent vient alors combler un manque, une absence, et sa présence permet de reconstruire une cellule familiale entière. Au moment de la nouvelle union de sa mère, Françoise avait par exemple rompu toutes relations avec son père dans un contexte de violente discorde. Son rôle dynamique et positif à l’égard de cette rencontre se comprend ainsi différemment : Françoise explique qu’elle attendit très vite de Pascal, dès lors qu’il fut installé chez sa mère, qu’« il joue le rôle du père, de celui qui tape sur la table », alors même qu’elle était majeure, étudiante, et presque autonome. Heureusement peut-être, étant donné l’âge de Françoise, Pascal n’éprouva jamais la nécessité d’affirmer ainsi une autorité « paternelle ». Il fallait cependant, pour la jeune fille, que le conjugal retrouve le parental dans l’identification du nouveau conjoint à un parent potentiel.

66Le comportement de Laurent, le plus jeune fils de Julien (n° 19), est une illustration plus évidente encore de cette attente, de cette exigence tout simplement affective. Lorsque commence une relation amoureuse entre Julien et Florence, Laurent a six ans et vient de perdre sa mère. Plutôt que de rejeter Florence, le petit garçon l’accueille, au contraire, à travers une demande explicite de substitution des rôles.

Laurent un jour il avait dit à son papa : « Je veux une nouvelle maman. » Alors Julien lui avait dit : « Tu sais, c’est difficile », et puis il nous a vus ensemble, alors après il m’avait écrit un mot : « Florence, veux-tu épouser Papa ? » Et puis il disait à tout le monde : « Papa va se remarier avec Florence », alors les gens, tu vois... Nous on disait : « Non, pas encore, peut-être, on sait pas » [...] mais je pense qu’il a dû le sentir aussi que son père allait mieux. Il s’est dit ça y est, on recommence à vivre normalement (n° 19).

67Cinq ans plus tard, Laurent parle de « sa mère », pour désigner sa belle-mère (même s’il continue à l’appeler par son prénom). Son « intervention » enfantine dans la relation amoureuse de son père et de sa belle-mère correspondait bien sûr au désir de voir se reconstituer autour de lui une cellule familiale où tous les rôles seraient remplis, compensant un peu la perte de sa mère.

68Si elle s’inscrit dans des situations familiales particulières, la figure de l’enfant positivement investi dans les aventures amoureuses de son père ou de sa mère est aussi l’un des thèmes privilégiés des ouvrages de littérature de jeunesse (Cadolle, 2000), des fictions télévisées (Chalvon-Demersay, 1996), ou de la publicité. En témoigne un spot télévisé diffusé sur nos écrans au début de l’année 2000, et vantant une marque de voiture. On y on voit un petit garçon observer discrètement le défilé des prétendants de sa mère, et souligner dans une liste de beaux-pères potentiels le prénom de l’élu, qui possède évidemment le véhicule le plus performant. Dans la réalité, la célébration institutionnelle et rituelle des amours parentales est un autre moment où se lit l’évolution de la place de l’enfant.

Remarier ses parents

A un moment je me suis dit c’est plus notre mariage. C’est le mariage de je ne sais pas qui mais organisé par Louise (la belle-fille), et un peu organisé par Pauline (la fille), mais principalement organisé par Louise. [...] Les invitations, elle faisait des invitations [...], elle pensait aux tenues, à sa tenue, à la tenue de tout le monde, de moi... C’était très gentil hein, ça partait de bonnes intentions, et puis « est-ce que vous allez vous marier à l’église », enfin bon. Et moi je me suis dit mais qui se marie ? Enfin, mon premier mariage, c’était il y a vingt ans et dans des circonstances tout à fait différentes mais j’ai eu l’impression de pas avoir choisi grand-chose, j’étais enceinte, j’avais fauté... (rires), alors j’ai rien décidé, et c’est ma sœur qui était plus âgée qui a tout fait, elle m’a choisi la robe ou presque, enfin... Et bon là j’avais quand même entre-temps un peu mûri, alors non ! J’ai vingt ans de plus et j’aimerais bien, quand même, avoir mon mot à dire. Et j’ai dit non, moi c’est trop. Là je peux pas. Effectivement j’ai peut-être utilisé le prétexte du déménagement pour dire non, je suis pas prête, j’ai envie d’être disponible pour mon mariage, d’être bien, d’avoir le temps d’y penser, de l’organiser... Donc on a reporté. Alors c’est vrai que ça a mis beaucoup d’émoi, parce que Gilles s’est dit peut-être qu’elle veut pas se marier finalement, bon, c’était vraiment pas ça, mais en tout cas, moi, je me sentais complètement dépossédée du mariage (n° 18).

69Martine, divorcée, est la mère de Corinne, vingt et un ans, Pauline, vingt ans, et Christophe, quatorze ans. A l’automne 1995, elle a épousé Gilles, dont la fille, Louise, était alors âgée de dix-neuf ans. Le mariage de Martine et Gilles aurait dû avoir lieu en 1994. Mais devant l’enthousiasme et la fièvre organisatrice de sa belle-fille, Martine s’est arrangée pour reporter un événement dont elle se sentait « dépossédée » pour la deuxième fois de sa vie, non plus par ses parents et sa sœur, mais par ses fille et belle-fille ! Dans les familles recomposées, les remariages représentent un moment clef, où la famille s’affirme et se représente, hors de l’intimité des relations privées. Au cours de l’organisation et du déroulement de ce « passage » que constitue tout mariage, chacun doit trouver sa place. Pour mieux en comprendre les enjeux, invitons-nous à ces secondes noces contemporaines.

Des noces singulières

Cortège nuptial hors de l’ordre courant,
La foule nous couvait d’un œil protubérant.
Nous allions contemplés par le monde futile,
Qui n’avait jamais vu de noces de ce style.
(Georges Brassens, La marche nuptiale, 1975.)

70C’est un simple mariage, celui de ses parents, que décrit l’enfant de La Marche nuptiale. Mais ces premières noces, dont il est à la fois le témoin et le narrateur, sont l’objet d’un regard lourd de jugement et de réprobation, comme ont pu l’être les remariages qui se déroulent aussi, bien souvent, en présence des enfants des mariés.

71Longtemps, les sociétés paysannes d’Europe ont considéré le remariage comme un mariage de second ordre, que l’on ne gagnait pas à célébrer trop vivement. Martine Segalen, décrivant les rituels anciens du remariage, évoque par exemple les « noces réchauffées » de Picardie, qui « se faisaient la nuit, sans appareil et sans cortège » (Segalen, 1981 : 73). Aujourd’hui, la pression sociale n’oblige heureusement plus les couples qui convolent en secondes noces à dissimuler la célébration de leur union, et la mauvaise réputation des remariages n’est plus qu’un souvenir. A la diversité des manières de vivre en couple répond la variété des rites matrimoniaux (Segalen, 1998), au sein de laquelle peuvent se fondre les célébrations des secondes unions. Ainsi, dans les remariages comme dans un nombre important de premières unions, les noces viennent rarement bouleverser la vie des couples qu’elles unissent. Les conjoints n’ont généralement pas attendu le jour du mariage pour vivre ensemble, celui-ci venant simplement officialiser une union préalablement éprouvée par un temps plus ou moins long de cohabitation. Le remariage, comme le mariage, s’inscrit dans une histoire tissée de choix individuels et doit en refléter la dimension personnelle, singulière. C’est pourquoi l’organisation de la célébration rituelle des premières comme des secondes noces est aujourd’hui l’œuvre des époux eux-mêmes, et non de leurs parents.

72Aux remariages que l’on nous a décrits, ces parents ne sont toutefois pas systématiquement invités, fait qui serait sans doute exceptionnel lors d’un premier mariage. Françoise se souvient ainsi du remariage de sa mère, célébré en l’absence des parents de son beau-père :

Ils se sont mariés en 1990. J’avais vingt ans. J’étais très contente, parce que ma mère était rayonnante. Mais là où on en garde tous une image un peu mitigée c’est que lui n’a pas tenu au courant ses parents. [...] Ils l’ont mal pris, pas le fait qu’ils se marient, mais le fait de n’avoir pas été invités, de n’avoir pas été tenus au courant de la cérémonie (n° 10).

73Il peut aussi arriver que la famille refuse de venir célébrer le mariage, comme ce fut le cas lors de l’union de Martine et Gilles. Les parents et le frère de Martine, la sœur de Gilles prétextèrent divers empêchements, signifiant ainsi le peu de valeur accordé à ces noces tardives et répétées. En effet, si le remariage est d’abord un mariage, c’est-à-dire la consécration légale et publique de l’union de deux individus, il en est aussi et surtout un second, pour l’un au moins des deux conjoints, et dans de nombreux cas, pour chacun des promis. Lorsque l’on se re-marie, on n’inaugure pas l’état matrimonial, on y entre à nouveau. Le remariage n’a pas le caractère fondateur, initiateur des premières noces : l’idée de répétition, de « seconde fois » continue de singulariser ce temps de passage. Est-ce pour cette raison qu’il conserve parfois l’allure d’un mariage qui se cache ? A travers une volonté persistante de discrétion, d’intimité, la tentation de la clandestinité affleure dans de nombreux témoignages : « Le mariage, c’est vrai qu’à moins de partir, et vraiment de le faire en secret et de le dire après... Moi j’y ai pensé, on l’a envisagé ça. De se marier à la mairie uniquement avec les enfants et puis après de dire à la famille : voilà, on s’est mariés... », raconte Martine (n° 18).

74Cette discrétion rompt avec les motivations qui président ordinairement à l’organisation des noces contemporaines dont Martine Segalen souligne le caractère « spectaculaire » (1998). Le redoublement qui caractérise les secondes unions « déprécie » quelque peu la noce, et contribue à transformer sa célébration. « C’est vrai que quand c’est un second mariage et qu’on a plus vingt ans, on fait... Enfin on ne voulait pas faire un gros tralala, on n’avait pas envie... », explique encore Martine. « Mon père c’était son troisième mariage, c’est vrai qu’il n’y avait pas de quoi ameuter une foule », constate Louise, moins enthousiaste, a posteriori, que ne le laissaient penser les dires de sa belle-mère.

  • 3 M. Biarnay, Étude sur le dialecte de Ouargla, Paris, 1909, cité par Van Gennep, 1981, p. 252.

75« On a vu à plusieurs reprises que les rites de passage ne se présentent sous leur forme complète, ou ne s’accusent davantage, ou même n’existent que lors du premier passage d’une catégorie sociale ou d’une situation à l’autre », écrit Arnold Van Gennep en 1909. Il cite en exemple les travaux de M. Biarnay décrivant quatre « catégories de mariages » à Ouargla : « 1) Le mariage entre deux jeunes gens n’ayant, l’un et l’autre, jamais été mariés [...] 2) Le mariage entre un homme veuf, divorcé ou déjà marié à une ou plusieurs autres femmes et une jeune fille vierge [...] 3) Le mariage du jeune homme qui n’a jamais été marié avec une femme veuve ou divorcée [...] 4) Le mariage de deux personnes ayant chacune été mariées. » Or, commente l’auteur, « les réjouissances et les fêtes auxquelles le mariage donne lieu vont en diminuant en nombre et en importance depuis les mariages de la première catégorie, que l’on peut appeler mariages complets, jusqu’à ceux de la quatrième catégorie, ces derniers n’étant plus considérés que comme une banale formalité n’intéressant que les futurs conjoints »3. Souvent, dans notre société contemporaine, la célébration du remariage paraît également fort différente de celle qu’aurait occasionnée un premier mariage. L’acte légal du mariage se déroule presque toujours uniquement à la mairie, puisque l’Église ne remarie pas les divorcés. On invite peu de convives : la famille, qui n’est pas forcément présente au complet, quelques amis très proches qui sont aussi souvent les témoins des mariés. Le désir de discrétion est ainsi préservé. La fête qui succède traditionnellement à la cérémonie consiste parfois en un simple repas à la maison ou au restaurant, réunissant les très proches parents et amis. Françoise raconte ainsi le remariage de sa mère : « Ils se sont mariés très simplement. Il y avait mes parents [la mère et le beau-père], il y avait les deux témoins et c’est tout. On est allés au restaurant, on est restés là à papoter, on a bu du Champagne et puis voilà » (n° 10).

76Martine décrit quant à elle son remariage tel qu’elle l’avait imaginé :

On avait organisé un truc très simple, c’est-à-dire un mariage à la mairie, et puis on avait loué un gîte à trente-cinq kilomètres où on pensait aller avec seulement les enfants, la mère de Gilles, ma sœur et mon beau-frère, y dormir et puis le lendemain passer la journée à la campagne, et puis voilà (n° 18).

77La « simplicité » caractérise donc ces deux remariages, qui ont d’autres points communs : un nombre restreint de participants, une célébration rapide (un repas au restaurant pour l’un, une journée à la campagne pour l’autre), banalisée, réduite au strict minimum : un repas, une journée, « et puis voilà » disent toutes deux Françoise et Martine. Ces descriptions font écho aux analyses de Michel Bozon qui évoque des remariages « déritualisés » : « Plus modeste, la célébration est centrée autour des conjoints et de leurs amis et se déroule sans cérémonie religieuse, dans la commune du domicile des deux conjoints. Ce type de mariage se caractérise par une plus certaine austérité, une moins grande profusion rituelle » (Bozon, 1992 : 429). Parfois s’organise quand même une fête. Mais celle-ci peut avoir lieu plusieurs semaines après la cérémonie du mariage et le passage à la mairie, effectué seulement en présence des enfants, des témoins et de leur famille : le temps de l’institutionnalisation légale et officielle et celui de la célébration privée du mariage sont ainsi nettement séparés, au point qu’une jeune femme, décrivant la fête organisée à l’occasion du remariage de sa mère, commente ainsi l’événement : « Il y avait toute la famille, mais on n’a pas trop l’habitude de les voir, et plein d’amis. La fête a duré toute la journée. Mais un étranger n’aurait pas pu dire si c’était un mariage, un anniversaire ou juste une réunion d’amis. »

78Ces récits évoquent en effet l’idée d’un mariage délesté de ses attributs distinctifs. Il n’en va cependant pas ainsi de tous les remariages. Celui de Florence et Julien, célébré durant l’été 1993, paraît revêtir un sens quelque peu différent du fait du contexte particulier dans lequel il s’inscrit (n° 19). Florence est divorcée et mère de trois enfants, qui étaient âgés de dix-neuf à vingt-trois ans au moment du mariage. Julien est veuf et père de cinq enfants qui avaient entre sept et vingt-cinq ans en 1993. Florence a vécu son divorce comme un drame affectif et moral : « Moi il faut dire que dans ma famille personne n’a divorcé. Donc c’est... je dis pas que c’est mal vu mais quand même, il y avait une connotation... Et donc moi je n’arrive pas à dire que je suis divorcée, je n’aime pas du tout le dire », explique-t-elle.

79Julien, quant à lui, devait sa solitude au décès de son épouse, advenu en 1990. Julien vivant en Belgique, le couple a patienté deux années avant de pouvoir débuter en France une vie commune. Leur remariage, auquel nous avons eu l’occasion d’assister, a donc suivi de très près l’installation du couple dans un appartement commun. Pour toutes ces raisons, Julien et Florence semblent avoir vécu leur remariage comme une renaissance marquant pour chacun d’eux le dénouement d’une histoire douloureuse, et représentant pour Florence une véritable réhabilitation sociale et morale dans son statut d’épouse. Dans ces conditions, le déroulement de leur remariage était évidemment très différent de ceux que nous venons de décrire : réunissant une centaine d’invités, venus de France et de Belgique, parmi lesquels l’entourage familial se trouvait fort nombreux, l’organisation de la fête a collé « au plus près » de celle d’un mariage classique. Après le passage à la mairie, le matin, en présence d’une partie des invités, Florence et Julien, tous deux chrétiens pratiquants, avaient préparé avec l’accord de leur curé une cérémonie religieuse à l’occasion de la noce : paroles et chants (religieux et laïques) ont ainsi marqué dans l’église la célébration de l’événement. La noce s’est poursuivie jusqu’au lendemain par un repas et une fête à la campagne, dans la maison du père de Florence. Danse, chants et jeux ont scandé ce mariage, ritualisé, mis en scène, jalonné aussi de moments d’émotions intenses. Même dans ce cas, le remariage a cependant montré sa spécificité : le passage à l’église n’était qu’une « cérémonie », puisque le remariage est interdit aux divorcés ; la « répétition » que sous-entend le remariage apparaissait aussi dans le choix de vêtements discrets pour la mariée, à la différence des « robes de rêve » choisies dans certains premiers mariages contemporains (Segalen, 1998 : 112). Mais ce qui caractérisait par-dessus tout ces noces comme un second mariage tenait, évidemment, dans la présence des huit enfants du couple : cinq pour Julien, trois pour Florence, sans compter les épouse, compagne et compagnon des plus âgés. Quand deux adultes d’un certain âge, pourvus chacun d’une histoire, d’un passé conjugal et familial, se remarient, il n’est en rien surprenant que leurs enfants soient présents à leurs noces. Ce détail mérite pourtant attention, car avec lui la dimension conjugale peut être dépassée pour envisager ce qui, classiquement, succède au premier mariage : la famille tout entière, apparaissant ici à travers une progéniture d’ores et déjà fabriquée, souvent grandie et élevée, parfois même mariée.

80Un second mariage a donc toujours beaucoup plus de chances que le premier de se faire en présence des enfants des promis. Il s’insère dans une histoire qui déborde largement celle du couple pour dérouler le fil de la recomposition et relier entre eux les nouveaux apparentés. Ainsi le remariage peut-il être pensé comme « une façon de constituer officiellement une famille » (Martine, n° 18), ou signifie encore « le début de la fondation d’une famille » (Françoise, n° 10). Gilles estime que les enfants peuvent y être particulièrement sensibles : « C’est une sécurité pour eux, que ça devienne une situation stable. Parce que quand on n’est pas marié, on peut partir du jour au lendemain » (n° 18).

81Le remariage inscrit les relations familiales recomposées dans la durée, la stabilité. Il les officialise, leur donne forme et peut contribuer, par exemple, à faciliter l’usage de certains termes de dénomination : « l’ami de ma mère » peut ainsi devenir « mon beau-père » suite à un remariage. Louise, la fille de Gilles, décrit les sentiments des enfants lors du remariage des parents :

En fait, on étaient très contents qu’ils se marient, je crois. Et les uns et les autres. Parce que je crois que c’était... C’est bête peut-être, mais parce que ça, c’était clair, c’était sûr, ils étaient mariés. Comme les noms, la place des gens était difficile à dire, à donner, là ça a clarifié un peu les choses. Alors nous on les a poussés allègrement, ça faisait un moment déjà qu’on les embêtait pour qu’ils se marient, et quand ils nous ont annoncé ça je pense qu’on a été très contents les uns et les autres.

82Le remariage représente donc un événement qui concerne chacun des membres de la famille recomposée. Dans cette logique, il doit intégrer la présence, l’existence des enfants dans le déroulement même de la cérémonie. Comment, par quels moyens ? Que font finalement ces « enfants », qui sont fréquemment eux-mêmes en âge de convoler, le jour du remariage ?

Le rôle des enfants dans le remariage

83Dans certains cas, ils ne font rien. Occupant simplement leur place d’enfant, et prenant garde à n’en pas sortir, ils se contentent d’être présents. A chacun ses amours, celles des parents demeurant un domaine tenu prudemment à distance et caractérisé par une règle d’or : la non-intervention. A entendre les récits et les commentaires qui gravitent autour des remariages, il semble cependant que ce choix ne soit pas le plus répandu. L’une des jeunes femmes que nous avons rencontrées décrit même sa déception et sa colère lorsqu’elle a appris que son père s’était remarié sans même l’en informer.

Ils se sont mariés le 17 avril 1986, ça je me souviens, et on n’en a rien su, mon frère et moi. Mais vraiment rien, quoi ! Mais rien ! C’est ma mère qui me l’a dit, le lendemain, ou le jour même, elle m’a dit : « Ben vous savez, votre père il s’est marié avec Rachel. » Alors moi je suis allée voir mon père pour qu’il me donne des explications. « Ouais, c’est quoi ce bordel ? Tu t’es marié, tu me l’as même pas dit ! » Enfin je sais pas moi, j’aurais eu envie d’y assister. Alors il m’a dit que non, que de toute façon c’était pas important un mariage, qu’ils s’étaient mariés pour avoir les soixante points au barême, que vraiment c’était que la signature sur le papier, et tout ça. Mais enfin, quand tu vois les photos du mariage, bon c’est sûr elle était pas en grande robe longue, blanche et tout. Mais enfin ils étaient hyper bien sapés tous les deux, et Béatrice [la fille de Rachel] qui était majeure à l’époque, était le témoin, quoi. Donc moi je l’ai assez mal pris [...] mais je pense qu’il me l’a pas dit parce qu’au début ça n’a pas collé du tout avec Rachel (n° 14).

84Le reproche d’Anna, alors âgée de dix-sept ans, à son père : « Tu t’es marié sans même me le dire » souligne encore l’étrange inversion des rôles et des âges qui semble décidément accompagner le déroulement des recompositions familiales.

85Dans d’autres situations, que nous avons rencontrées en plus grand nombre, les enfants des époux étaient présents et ont souhaité célébrer activement le remariage... avec ou sans l’accord préalable des principaux intéressés. Martine raconte comment ses noces reportées, imaginées, préparées par elle et par Gilles pour qu’elles soient enfin véritablement les leurs, se sont finalement déroulées. Après la cérémonie à la mairie, les mariés, accompagnés de leurs témoins (la cousine de Martine et la mère de Gilles), des enfants (et des « copains » respectifs des filles), de la sœur et du beau-frère de Martine, se sont rendus comme prévu dans un gîte loué pour y passer la soirée et la journée du lendemain.

Le samedi soir on est allés dans ce gîte, et puis le dimanche matin on devait aller se balader, et puis à un moment, sur le coup de 11 heures, les enfants nous disent : « Bon, on rentre. » Je me suis dit bon, ils ont autre chose à faire. Et puis mon beau-frère qui était malade ne se sentait vraiment pas bien, et il nous a dit « il faudrait que j’aille me reposer ». Bon, on plie bagage et puis on y va. Comme il n’était vraiment pas bien je comprenais très bien. Et puis on arrive ici [la maison familiale], et il y avait un grand panneau sur la porte « Just married », et les enfants avaient tout organisé, une grande fête pour le dimanche midi, et tout était installé, il y avait plein d’amis et... quand on ne veut pas entendre, quand on ne veut pas savoir, je te jure... après me sont revenues les choses que j’ai vues. J’ai vu Christophe la veille au soir avec une bouteille de Champagne, je n’ai pas sourcillé. Il y avait des choses, mais plein d’indices... des coups de téléphone. On n’a pas voulu voir avec Gilles [...] C’était de connivence aussi avec la mère de Gilles, au niveau du Champagne, tout ça, par rapport à la nourriture, aux boissons, aux décorations, ils avaient tout fait, c’était vraiment... Il n’y avait rien à redire, c’était parfait. La musique, les parasols, tout le jardin était installé avec de petites tables, plein de gens, c’est vrai que c’était très émouvant, et ça nous a énormément touchés. Et je me suis dit que pour eux c’était vraiment très important. Je crois que ça a été une fête qui était à la fois en notre honneur, pour nous fêter nous mais pour fêter la famille, la nouvelle famille, quoi (n° 18).

86Les enfants se placent ainsi en véritables initiateurs de la fête, rappelant qu’ils sont partie prenante de celle-ci, comme de l’événement qu’elle célèbre.

87Analysons à présent dans le détail les diverses initiatives qui ponctuent leur participation au remariage. Les enfants participent tout d’abord à la préparation de la fête.

Moi je me souviens [...] qu’on a fabulé pendant des mois. On a beaucoup ri, on s’est beaucoup amusés dans la préparation matérielle du mariage. Tous les six. Enfin tous... je sais pas si c’était cinq ou six, mais on a fait ça. Ah, ça c’était une grosse partie de plaisir (Christine, n° 22).

88Christine, mère divorcée de deux jeunes enfants, Fabrice et Agathe, a épousé en secondes noces Pierre, lui-même père de Nina et Patrick, alors adolescents. Les débuts de leur vie commune ont été marqués par de graves difficultés relationnelles entre Christine et sa belle-fille. Elle conserve pourtant un souvenir agréable des mois qui ont précédé le remariage : la présence et la participation de tous les enfants sont convoquées dans son récit, afin de recréer, autour de l’événement que constitue le remariage, une relative harmonie familiale. Christine se souvient même finalement que Nina s’est investie personnellement dans la préparation du remariage, en trouvant elle-même un « disc-jockey » chargé de l’animation. On notera l’importance de ces souvenirs : le rôle et l’attitude de chacun des membres de la famille lors du remariage peuvent en dire long sur la teneur des relations nées de la recomposition.

  • 4 J.L. Austin (1962), Quand dire, c’est faire, Paris, Le Seuil, 1991. Cité par Stéphane Do Van, 1998

89A travers l’invitation, étape fondamentale des préparatifs du mariage, se fait traditionnellement son « annonce », qui ne constitue pas, loin s’en faut, un procédé anodin. Elle mérite au contraire que l’on s’arrête sur le sens qu’elle peut revêtir, comme l’a fait Stéphane Do Van en travaillant sur la réalisation du faire-part de mariage dans les familles recomposées, véritable « mise en ordre graphique d’une parenté reformulée » (Do Van, 1998 : 33). Reprenant Austin4, il relève la portée symbolique de la réalisation et de l’envoi du faire-part. « Alors que l’annonce de la naissance ou de la mort sont des actes constatatifs, le faire-part de mariage est au contraire performatif : en l’annonçant, à l’avance, il contribue à faire le mariage » (ibid. : 13). C’est donc à cette première étape que sont parfois conviés les enfants respectifs des époux, participant ainsi au choix des invités et à l’envoi des invitations. Leur concours peut être plus grand encore, comme dans le cas d’Élise, la fille aînée de Florence, qui a rédigé elle-même le texte du faire-part de mariage de sa mère et de son beau-père (n° 19).

90L’enfant est ici véritablement celui qui annonce le remariage. Le texte s’accompagne d’une illustration, recherchée et choisie par le fils adolescent de Julien. « C’est Grégoire qui a choisi le dessin de l’arbre qui refleurit. Il a trouvé que ça illustrait bien la renaissance qu’était notre mariage », commentent les parents.

91Ainsi, la réalisation du faire-part est une œuvre littéraire et graphique véritablement collective, où intervient un enfant issu de chaque « côté » de la famille recomposée (cf. fig.1).

Fig. 1. Faire-part du mariage de Florence et Julien.

92On notera de plus la singularité de ce faire-part, qui, justement, ne comporte pas d’annonceurs explicites : contrairement à ses équivalents traditionnels il ne présente pas de liste de parents – qui énumère classiquement les grands-parents puis les parents des mariés – annonçant le mariage de leurs enfants. Il est vrai que dans le cas d’un remariage, la plus ancienne de ces générations a souvent disparu. Celle des parents n’est pas, nous l’avons vu, mobilisée de la même façon. C’est, au contraire, aux enfants adultes que l’on peut faire appel, comme dans le cas de Florence et Julien. Mais ces faire-part, en fait, sont rares, autour de remariages qui se passent fort bien de publicité. Comme le note Stéphane Do Van à partir de la consultation des manuels de savoir-vivre de la fin du xixe siècle à nos jours, « il est de bon goût de se remarier sans éclat » (Do Van, 1998). « On n’a pas envoyé de faire-part [...]. On avait prévenu les amis les plus proches, les amis qu’on voyait le plus. Ils savaient qu’on allait se marier [...] », raconte ainsi Martine (n° 18).

93Dans le cas de Martine et Gilles, l’annonce, réduite au minimum, concernait en outre fort peu d’invités puisque certains membres de la famille avaient, on s’en souvient, refusé de venir. Mais les enfants des époux en ont finalement décidé autrement, comme le raconte Louise.

Il y avait eu des problèmes familiaux plus ou moins avant, ce qui fait qu’il y a les parents de Martine qui sont pas venus, il y a son frère qui n’est pas venu, et il y a la sœur de mon père qui n’est pas venue. Donc nous ça nous a touchés, on trouvait que c’était pas bien et qu’il fallait leur faire un truc. On s’est dit il faut inviter les amis les plus proches, ceux qu’on connaissait le plus. Et on avait invité tout le monde, les copains de Martine, enfin...

94En décidant d’organiser en secret un rassemblement amical pour le mariage de leurs parents, les enfants de Gilles et Martine veulent en rétablir le caractère festif, et gommer l’impression négative laissée par l’absence d’une partie de la famille. Ce faisant, ils ont annoncé le mariage en lieu et place de leur parents. Martine explique :

Alors ils [les enfants] avaient invités des amis : ils sont allés rechercher une amie à moi que je n’avais pas vue depuis un certain temps, qu’ils ont recontactée. [...] Les copains qui étaient là, qui étaient invités ne savaient pas qu’on se mariait. Ils l’ont appris parce que les enfants leur ont appris et leur ont dit : on fait une fête.

95Stéphane Do Van, reprenant Van Gennep, rappelle la nécessaire présence d’un médiateur dans le procédé de l’annonce : « Toute annonce se construit selon une figure de communication triangulaire composée de l’annonceur-médiateur, l’annoncé et le destinataire. » Généralement, « dans le faire-part, les parents font office de médiateurs-annonceurs » (Do Van, 1998 : 8). Ici, l’annonce est finalement faite par les enfants, qui se préoccupent aussi du déroulement concret de la fête.

96Dans un mariage traditionnel, le repas de noce est un moment essentiel. L’abondance et la qualité des mets sont de mise, pour que la rencontre des familles qui s’unissent par le mariage puisse harmonieusement se dérouler (Verdier, 1979 ; Segalen, 1998). Dans les remariages contemporains que nous avons rencontrés, les dépenses occasionnées pour la nourriture sont moindres, et la famille organise souvent le repas elle-même, plutôt que de se rendre au restaurant ou de faire appel à un traiteur. Ce qui nous importe ici, c’est le caractère « familial » de la préparation et du choix des mets que l’on dégustera.

97Ainsi Pierre et Christine racontent-ils comment la famille a collectivement choisi le menu de la fête :

  • On a organisé nous-mêmes le buffet, tout ça, alors on goûtait des trucs. On allait au supermarché, et on ramenait des trucs pour les goûter.
  • Ah oui, on mettait des points ! (n° 22).

98Pour le mariage de Julien et Florence (n° 19), un repas chaud et un repas froid étaient prévus, dont une partie fut commandée à un traiteur tandis que les enfants de Florence s’occupaient de se procurer le reste : fromage, vin, charcuterie de pays ont ainsi été recherchés et achetés par les uns et les autres, chacun contribuant à sa manière à la garniture de la table du banquet. La fille aînée de Florence avait par ailleurs appelé les invités à participer à un concours de pâtisserie afin que la table soit pourvue en desserts. Lors du mariage de Martine et Gilles, les enfants ont organisé avec l’aide de leur grand-mère et des amis des parents l’achat et la préparation du Champagne, des petits fours, etc.

99De façon plus ténue, le rôle des enfants dans le remariage des parents transparaît aussi le jour des noces à travers diverses inventions, dans de petits gestes ou de grandes démonstrations, grâce à certaines attitudes, qui transforment les noces « réchauffées » en un « vrai mariage », comme celui de Gilles et Martine :

Et alors ils sont entrés dans la maison en short, et il y avait tout le monde dans le jardin. La tête qu’ils ont faite ! Et en fait, ils ont été très contents, je crois. Et ça leur a fait une grosse surprise. Alors ils se sont rhabillés en mariés. C’était très sympa, très agréable [...]. On a bu le Champagne, il y avait des petits fours, on a pris l’apéro, [...] ils ont dansé. C’était une manière de faire un fête qui soit pas tapageuse, et puis c’était pas le jour du mariage, et puis c’était pas eux qui l’avaient décidé (n° 18).

100L’intervention de la descendance des époux dans le remariage prend ainsi la forme d’une réintroduction de la fête et du rite dans un mariage jugé trop « hésitant ». Ce jeu de re-ritualisation, qui rappelle aux nouveaux époux leur condition, consiste aussi dans de plus discrètes incursions dans le déroulement de la fête : telle la pancarte « Just married » apposée sur la porte de la maison de Gilles et Martine, ou accrochée à l’arrière d’une « deux-chevaux » dûment décorée et lestée de casseroles par les enfants et beaux-enfants de Florence et Julien, conduits de la sortie de l’église au lieu de la fête familiale par un chauffeur qui n’est autre que... le compagnon de la fille de la mariée. Anodins en apparence, ces jeux qui empruntent à des références traditionnelles très diverses donnent sens à la célébration, la ponctuent de moments forts et ritualisés, tout en inscrivant les enfants des mariés dans un rôle précis qui rappelle celui des « garçons et des filles d’honneur ». Dans les mariages traditionnels décrits par Arnold Van Gennep, ceux-ci sont choisis parmi les membres de la jeunesse du village, en tant qu’« amie intime » ou proche parente encore fille de la fiancée, ou encore comme « compagnons préférés » du promis. Accompagnant les fiancés tout au long des préparatifs du mariage, ils participent à la tournée des invitations, « à l’achat des costumes, bijoux, meubles, cadeaux de toute sorte » (Van Gennep, 1998 : 299). Dans certaines régions, ils précèdent le cortège, portant une hallebarde, une canne, un arbuste, une branche ou un mai devant la mariée. Leur rôle consiste aussi à accompagner et garder celle-ci jusqu’à l’église, et se poursuit tout au long de l’événement : leur « activité traditionnelle est importante dès la période des fiançailles et jusqu’à la terminaison des noces » (ibid.). En revêtant à nouveau la fête de ses rituels, les enfants adoptent le rôle qu’occupaient dans les noces traditionnelles les représentants de la jeunesse non encore mariée. Dans les mariages contemporains, Martine Segalen (1998) remarque le rôle actif qu’occupent les amis des époux dans l’organisation et le déroulement de la fête. Les enfants de nos remariés agissent ainsi en pairs, en compagnons de leurs parents, se plaçant avec eux sur une même ligne générationnelle.

101Cet effacement de l’écart entre générations s’illustre enfin dans la désignation de l’enfant comme témoin légal de son parent ou de son beau-parent lors de la cérémonie publique du mariage. C’est le cas de Françoise, dont on a déjà décrit la participation enthousiaste lors de la nouvelle union de sa mère. « Moi j’étais le témoin de mon beau-père et ma mère avait pris pour témoin une voisine avec qui on avait de très bons rapports », raconte-t-elle (n° 10).

102Désigner l’enfant comme témoin au mariage du parent, c’est d’abord l’intégrer à la cellule parentale qui s’institutionnalise à travers une cérémonie publique, légale et formalisée. Le rôle occupé par Françoise s’illustre dans sa description du remariage, où le « nous » remplace le « ils ». « Nous leur avons envoyé un petit mot, [...] Nous avons été très surpris de leur réaction », raconte-t-elle en évoquant l’annonce de ce mariage aux proches et aux parents, comme si elle en était l’un des protagonistes. Françoise, en rupture avec son père, voulait alors voir se reconstruire autour d’elle une cellule familiale entière. Dans un autre cas, l’enfant, témoin de sa mère le jour du remariage de celle-ci, était par ailleurs orpheline de père. Traditionnellement, le choix du témoin se fait cependant au sein des collatéraux, qu’ils soient des apparentés – frère, sœur, cousin, beau-frère ou belle-sœur – ou des amis très proches. Le choix de l’enfant de l’un des mariés comme témoin le place donc au même niveau générationnel que ces derniers.

103Témoins et metteurs en scène du remariage de leurs parents, les enfants le sont aussi à travers la photographie dont ils sont responsables avec leur conjoint, à la mairie et pendant la fête. « Corinne a pris toutes les photos qu’elle avait faites et elle en a fait un album, qu’elle a offert à Gilles et Martine. Elle l’avait très bien fait d’ailleurs. Et c’était des jolies photos » (n° 18).

104A travers l’acte de photographier comme dans celui d’offrir un album, l’enfant devient encore le témoin privilégié de l’union de ses parents. Dans le domaine des albums et cahiers « de mariage », Florence et Julien se distinguent du fait de l’initiative de leurs enfants. Lors du mariage, Élise avait fait remplir un cahier dans lequel les convives étaient invités à célébrer les mariés par écrit. Le nom de chaque enfant s’y trouve, signant quelques phrases parfois pleines d’émotion. Les époux ont reçu ce cahier en présent, ajoutant à la suite des petits mots et des grandes déclarations rédigées le jour de la fête tous les souvenirs écrits du remariage : faire-part, plan d’accès à la maison familiale où s’est déroulée la fête, bulletin de convocation à la mairie et certificat de célébration civile du mariage, texte de l’homélie prononcée à l’église, textes des chansons choisies par les mariés pour la célébration religieuse, et de celles qu’avaient écrites à leur intention les invités et la famille... Viennent enfin toutes les lettres reçues par le couple à l’occasion de ces noces. Ce cahier, précieusement conservé, s’ajoute aux photographies pour entretenir le souvenir du mariage. Une fois de plus, les enfants en sont à l’origine et y tiennent une place essentielle.

105Les cadeaux marquant traditionnellement l’entrée du jeune couple dans la vie familiale et conjugale occupent une place importante dans le mariage traditionnel. Depuis les années 1970, un nombre croissant de jeunes et moins jeunes époux convolent cependant après quelques années de vie commune. « Cela n’empêche nullement les cadeaux, dons en argent, en fleurs, en objets qui sont étroitement associés au mariage », note Martine Segalen (1998 : 107). Il en va de même dans le cas du remariage. Les cadeaux ne font plus partie, ici, des obligations rituelles, et l’on n’établit généralement pas de « liste de mariage ». Ces cadeaux viendraient en effet consacrer une union redoublée et souvent ancienne, réunissant deux individus déjà riches d’histoires passées et de biens de tous ordres. Cependant, des présents sont faits aux époux qui se remarient. En l’absence de liste et sans qu’existe aucune obligation explicite, la surprise et l’initiative de chacun sont de mise. Pourtant, d’un remariage à l’autre, les présents se ressemblent. En effet, si l’on ne peut offrir les objets traditionnels qui marquent l’installation du couple dans une nouvelle maison et permettent que débute une vie familiale, la nature des cadeaux dénote toujours le caractère « domestique » du mariage : les présents sont destinés à la maison des mariés, le nécessaire offert lors d’un premier mariage étant remplacé par des objets plus fréquemment superflus : éléments décoratifs divers, vaisselle, œuvres d’art, matériel hi-fi, etc. Ces présents sont offerts par les amis ou la famille, souvent sous une forme « collective ».

106Mais il est d’autres convives qui font aussi des cadeaux aux époux. Leurs enfants, encore eux, se dispensent rarement de célébrer ainsi les noces de leurs parents. Situation doublement inédite que celle où se déroule ce don : des époux déjà pourvus de biens de toute sorte se voient offrir leurs cadeaux de mariage par leurs propres enfants. La nature de ces cadeaux nous paraît ici spécialement intéressante. Car en dépit de l’originalité des circonstances, les choix des enfants se révèlent tout à fait traditionnels : objets décoratifs et domestiques – lampes, couverts, mais aussi draps et parures de lit -viennent compléter un trousseau déjà ancien, et vont meubler ou décorer l’intérieur de la maison. Ces présents traditionnels contribuent à « brouiller les pistes » qui dessinent la trame générationnelle.

Fig. 2. Lettre écrite par Élise, la fille aînée de Florence, aux parents et amis de Florence et Julien pour les inviter à participer au cadeau de mariage.

Fig. 3. Lettre écrite par Franck, le fils aîné de Julien, aux parents et amis de Florence et Julien pour les inviter à participer au cadeau de mariage.

107Lors du remariage de Florence et Julien, très proche dans son déroulement d’un premier mariage traditionnel, la question des cadeaux s’est évidemment posée, suscitant deux problèmes particuliers. Tout d’abord, Florence avait trois enfants résidant à Toulouse, dont deux vivaient en couple. Julien, quant à lui, avait amené ses deux plus jeunes garçons en France, mais son fils aîné, marié, sa fille, qui vivait en couple, et son fils cadet, résidant en Belgique, voulaient aussi participer au choix ainsi qu’à l’achat des cadeaux. Huit enfants, quatre conjoints, douze personnes en tout se trouvaient finalement concernées par ce cadeau de mariage des enfants aux parents. Douze personnes se connaissant au demeurant fort peu au moment du mariage. Deux questions se posaient donc. Ce cadeau devait-il être fait par tous les enfants réunis, marquant ainsi la fondation d’une nouvelle famille ? Dans ce cas, comment décider de sa nature ? Le couple venait en effet d’emménager dans un nouvel appartement, y serrant à grand-peine de nombreux tableaux, meubles, bibelots, services de table hérités de deux mariages et de deux histoires conjugales déjà longues. L’heure n’était donc pas à l’équipement mobilier, pas plus qu’à la décoration d’intérieur. Qu’offrir, dès lors, pour célébrer l’union, sachant que les époux n’avaient besoin de rien, et que tous leurs enfants devaient cependant s’accorder sur le choix d’un présent ? On voit ici la difficulté que peut revêtir la démarche du cadeau de mariage, et l’importance de ses implications dans l’ensemble de la famille recomposée. En fait, de part et d’autre de la famille, chacun des aînés prit la direction de l’opération, proposant, organisant, négociant le choix du cadeau. Élise, la fille de Florence, soumit à l’appréciation du groupe l’idée d’un voyage de noces, que l’on organiserait en recueillant les fonds nécessaires auprès des nombreux invités du mariage. Les enfants offriraient ainsi à leurs parent et beau-parent une « lune de miel » dans le pays de leur choix, en ouvrant un « compte-voyage » dans une agence de tourisme. Les enfants de Julien se montrèrent réticents ; le couple s’était offert un grand voyage quelques mois plus tôt, et ce cadeau leur semblait constituer une répétition. La « quasi-fratrie » ne s’unit donc finalement pas, ou pas tout à fait, dans un cadeau commun aux parents remariés. Les enfants de Florence conservèrent leur projet de voyage tandis que ceux de Julien réunissaient en Belgique des fonds en argent, pour que les mariés choisissent eux-mêmes ce qu’ils souhaiteraient s’offrir. Peinant à gommer la division qui existait encore entre les deux groupes d’enfants, appartenant à deux pays, deux histoires, deux familles différentes, les cadeaux dont ils étaient initiateurs n’en signèrent pas moins symboliquement le rôle singulier qu’ils occupaient alors. Le voyage de noces offert au nouveau couple, comme une lune de miel proposée aux parents par leurs enfants et beaux-enfants, fut assorti de dons en argent réunis dans un compte bancaire : nouvelle « dot » constituée par la génération des héritiers à l’intention de leurs ascendants ?

108Dans le déroulement du remariage s’illustre donc la singularité des situations familiales recomposées et des relations qu’elles induisent entre parents et enfants. La famille continue bien d’entourer le rituel du mariage et son déroulement, mais elle est ici représentée par la descendance des futurs époux, témoignant d’une nouvelle ordonnance des relations entre générations. Or, cette redéfinition des relations entre parents et enfants s’explique aussi par les mutations qui affectent la succession des âges et des statuts de la vie familiale.

La succession troublée des statuts générationnels

« La vie individuelle, quel que soit le type de société, consiste à passer successivement d’un âge à un autre et d’une occupation à une autre. »
(Van Gennep, 1981 : 3)

  • 5 Isabelle Lefèvre–Yhuel, « Papa aime une fille de mon âge », Marie Claire, novembre 1998.

109Depuis quelques années, la question du « télescopage des générations » dans les familles recomposées occupe de façon récurrente les pages de la presse féminine : relevons par exemple un article paru en novembre 1998 dans Marie Claire, intitulé « Papa aime une fille de mon âge »5. Il restitue trois témoignages, où des jeunes filles racontent comment elles ont vécu ou vivent encore la relation amoureuse de leur père avec une très jeune femme.

110La jalousie, la rivalité sont d’abord ressenties unanimement par les narratrices, voyant leur père séduit par l’une de leurs consœurs. L’hostilité domine face à celle qui semble avoir littéralement « ensorcelé » un homme dont la faiblesse et l’aveuglement se révèlent soudain. « Elle m’a volé mon père », se plaignent les belles-filles, reprenant dans la description de cette rivalité un motif traditionnel des situations d’alliance liées au remariage, simplement accentué par l’équivalence des âges.

111Le deuxième élément présent dans les trois témoignages révèle le trouble de la narratrice qui voit s’emmêler les liens intergénérationnels à travers la relation amoureuse de son père et d’une fille de son âge. « On aurait dit qu’il venait d’adopter une seconde fille [...]. Ça m’affolait complètement ! » dit l’une. « Mes filles. Voilà comment il a commencé à nous appeler toutes les trois, comme si on ne formait qu’un seul groupe ! » raconte la seconde. Pour finir, le père donne naissance à un enfant en même temps que sa propre fille : « Nous avons accouché à quinze jours de différence, moi avant elle. Mon père a donc été grand-père avant d’être père pour la deuxième fois de sa vie », raconte la jeune femme.

112En fin d’article, une psychologue est interviewée afin de commenter ces situations d’un point de vue scientifique : le père de ces jeunes femmes aurait « brouillé les repères, transgressant un ordre générationnel au principe duquel se trouve l’interdit de l’inceste, et montrant qu’il a lui-même échoué à délimiter sa place dans l’ensemble des générations ». En dépit d’une volonté affirmée par la psychologue de ne pas «juger » ces situations, l’image globale que renvoie l’article est plutôt négative, presque cruelle dans le dernier témoignage, où la colère de la jeune fille se transforme en indulgence, voire en pitié :

Aujourd’hui c’est avec apitoiement que je regarde mon père. Il a fait une erreur avec cette histoire, on le prend régulièrement pour le grand-père de sa fille, et par contre, il ne sera pas pour ma fille le grand-père disponible qu’il aurait pu être. Il a mélangé les rôles et c’est dommage pour lui, pour moi, pour nous tous [...] Mon père est en bonne santé mais parfois ça me préoccupe, cet homme un peu fatigué, ridé, qui doit affronter la vie matérielle avec la même énergie qu’un homme de quarante ans. Ce n’est pas un cadeau qu’il s’est fait de vouloir vivre comme un jeune.

113Ainsi, ce père semble « puni » pour avoir troublé l’ordre de la succession des âges de la vie et des générations, en renouant une histoire amoureuse et familiale hors des limites que son âge lui imposait.

  • 6 « Dans les unions masculines tardives, note Michel Bozon, il existe [...] un mécanisme qui produit (...)
  • 7 D’après l’enquête ined sur les situations familiales, « seulement 19 % des femmes de plus de trent (...)

114Au regard de la réalité vécue par la majorité des familles recomposées, ce type de situation relève de la caricature. Les démographes en soulignent d’ailleurs la marginalité statistique. De telles situations ont cependant le mérite de concentrer autour d’elles les doutes et les incertitudes que soulèvent bien d’autres histoires familiales recomposées moins « sensationnelles », mais traversées par de plus subtiles perturbations générationnelles. On sait ainsi que les pères séparés ou divorcés ont plus de chances que les mères de rencontrer une nouvelle compagne plus jeune qu’eux6. L’écart d’âge moyen entre époux au second mariage des hommes est de soixante-trois mois, soit un peu plus de cinq ans (Bozon, 1990). Ceux que nous avons pu rencontrer dans nos enquêtes oscillent entre cinq et quinze ans. De plus, les hommes ont des enfants de leur secondes unions plus souvent et plus tard que les femmes7. Dans les récits de vie que nous avons pu recueillir, les pères remariés avec des femmes plus jeunes qu’eux ont souvent donné naissance à des enfants de dix à vingt ans plus jeunes que leur demi-frère ou leur demi-sœur du premier lit.

  • 8 « Agnatique » : relation établie par les hommes.
  • 9 « Utérine » : relation établie par les femmes.

115La filiation agnatique8, dans son fondement biologique, n’est en effet pas soumise aux mêmes étapes, aux mêmes passages que la filiation utérine9 : un père peut avoir en même temps deux enfants de deux femmes différentes, alors que les enfants communs d’une femme ne pourront jamais que se succéder. Un homme peut de même procréer plus tard qu’une femme. La plus grande indépendance du lien paternel aux critères qui ordonnent la fraternité biologique crée ainsi une relation « distante » : « Mes sœurs ne me connaissent pas, je ne les vois qu’une fois par an. Pour elles, je suis la grande sœur inconnue, un peu mythique. Je vis loin, j’ai un copain, je conduis une voiture... C’est bien, mais c’est bizarre... », remarque ainsi une jeune femme.

116Stéphane, qui a vingt-trois ans de plus que son dernier petit frère, ne sait pas toujours comment vivre leur relations : « Quand on nous le confie une semaine, je trouve ça super mais je suis plus dans un rôle, pas de père parce que je suis pas le père, mais à mettre des limites plutôt que dans un rôle de grand frère » (n° 11).

117Ces écarts d’âge ne constituent pas en eux-mêmes une spécificité des familles recomposées. La figure du grand frère ou de la grande sœur prenant en charge les cadets est en effet ancienne et tient une place significative dans nos représentations du lien fraternel. Dans le contexte démographique des sociétés passées, les écarts d’âge étaient, du reste, aussi fréquents qu’importants. « Dans le régime ancien, on passe continûment d’une génération à l’autre. Impossible de séparer les deux distributions, certains oncles étant plus jeunes que des frères aînés, certaines sœurs plus âgées que leurs tantes » (Le Bras, 1982 : 32). Dans les familles recomposées contemporaines cependant, la distance d’âge qui sépare les demi frères et sœurs ne s’inscrit pas dans un contexte traditionnel. Elle résulte de l’évolution d’une temporalité biographique et familiale où chacun peine à trouver sa place d’enfant, de frère et de parent. La distance générationnelle traduit alors un processus d’effacement des repères, exprimé par les plus âgés des enfants, qui évoquent souvent un malaise indéfinissable face à la nouvelle paternité de leur propre père. Les jeunes adultes qui se trouvent dotés, à vingt ou vingt-cinq ans, d’un nouveau « frère », d’une « sœur » qu’ils n’attendaient pas ont parfois du mal à se défaire d’un sentiment confus, plus proche du trouble que de la joie que provoque habituellement l’annonce d’une naissance : « Ma première réaction a été : "Mais c’était à mon tour maintenant ! Lui, il recommence." Même si cette naissance m’a fait plaisir, quelque part, c’est un peu bizarre », dit ainsi une jeune femme de vingt-quatre ans en évoquant la nouvelle paternité de son père.

118La naissance d’un nouvel enfant inaugure en effet pour le parent remarié un nouveau cycle familial, la répétition d’une expérience déjà vécue, alors que l’enfant du premier lit est parfois lui-même en âge de procréer. La signification symbolique de ce passage est d’autant plus forte qu’en cette période de désaffection à l’égard du mariage, la conception et la naissance d’un enfant ont acquis une valeur croissante dans le processus de reconnaissance et d’institutionnalisation des couples. C’est aussi à travers l’accès à la parentalité qu’en l’absence de mariage, les individus parachèvent leur devenir d’hommes et de femmes : « Pour la majorité, l’enfant [...] représente encore une garantie d’accès aux statuts d’homme et de femme adultes, dans les représentations et dans les pratiques » (Ouellette & Seguin, 1994 : 16). Le télescopage des temps et des âges que provoque l’accès redoublé du parent à la parentalité fait justement osciller le statut de son fils ou de sa fille de vingt ans entre l’enfance et l’âge adulte, face à son tout jeune frère ou sœur. « Toi, tu n’es pas une dame comme maman, tu es une fille comme moi », explique ainsi à sa demi-sœur de vingt-quatre ans une petite fille de trois ans. Sous une photo d’elle tenant dans ses bras sa jeune demi-sœur, âgée de un an, une jeune femme de vingt-cinq ans, enceinte, inscrit au contraire ces quelques mots : « On joue à la maman. » Entre l’âge de sœur et l’âge de mère, il demeure difficile de situer le nouveau lien. Dès lors s’exprime le sentiment confus d’une succession désordonnée des temps de passage, qui brouille l’attribution claire des statuts de parent et d’enfant.

119Essayons à présent de mieux définir cet « ordre » qui préside à la succession des âges et des générations.

  • 10 L’article d’Yvonne Verdier, « Le Petit Chaperon rouge dans la tradition orale », a d’abord été pub (...)

120Il trouve tout d’abord ses fondements enfouis au plus profond des représentations de nos sociétés européennes traditionnelles. Pour en retrouver la trace et la logique, un détour par les contes et la littérature orale s’impose, à travers l’analyse qu’Yvonne Verdier proposa en 1980 d’une histoire on ne peut plus célèbre, celle du Petit Chaperon rouge10. En s’intéressant aux variantes orales délaissées de ce conte au moment de sa transcription, Yvonne Verdier sélectionna deux épisodes oubliés : au début de l’histoire, le loup demande à la petite fille de choisir entre « le chemin des épingles et celui des aiguilles » pour se rendre chez la grand-mère. Dans certains récits, à la fin du conte, le loup fait cuisiner et manger les restes de sa grand-mère à la petite-fille.

121Considérés, l’un comme « puéril », le second comme « cruel et primitif » par les commentateurs antérieurs du conte, ces deux motifs en révèlent pourtant, sous la plume d’Yvonne Verdier, la dimension initiatique associée au destin biologique et social des femmes dans les sociétés traditionnelles d’Europe (1995 : 175). L’auteur rappelle que l’épingle est le symbole de la vie de jeune fille dans les sociétés paysannes européennes de la fin du xixe siècle, alors que l’aiguille est l’instrument des femmes, associée à un symbolisme sexuel évident (Verdier, 1979). C’est donc du côté des femmes que nous nous trouvons maintenant, c’est au long des destins féminins, scandés par le rythme biologique de la fécondité, que s’ordonne la passation des statuts familiaux.

122Dans le conte, celle-ci se réalise à travers le « repas d’Atrée » fait par l’enfant, qui cuisine et mange sans le savoir certaines parties du corps de sa grand-mère (en particulier son sang et ses organes génésiques). Le conte rappelle ainsi la loi de la succession des statuts féminins, faisant en sorte que la fille ne puisse devenir femme qu’en « éliminant » et même en « absorbant » celles qui la précèdent, mère et grand-mère dont les positions généalogiques sont parfois confondues.

Le cycle de la reproduction se trouve en effet, du point de vue de la société, bouclé quand, du fait qu’une femme devient mère, sa mère devient grand-mère : le jeu se joue donc à trois. La petite fille élimine déjà un peu sa mère le jour de sa puberté, encore un peu plus le jour où elle connaît l’acte sexuel, et définitivement si celui-ci est procréatif, en d’autres mots au fur et à mesure que ses fonctions génésiques s’affirment [...] quand le sang afflue chez la fille, il doit quitter la mère qui va se trouver dépossédée de son pouvoir de faire des enfants (1995 : 184).

123Apparaît ainsi l’idée d’une impossible simultanéité de la capacité à procréer chez deux femmes de génération différente, impossibilité répandue aussi dans les consciences de ceux qui le contaient et l’écoutaient. Yvonne Verdier rappelle cependant que les versions sur lesquelles elle appuie son analyse sont les variantes oubliées du Petit Chaperon rouge. « Nous nous trouvons dans une société qui est autre que celle où les petites filles doivent suivre le chemin des épingles et manger leur grand-mère », conclut-elle, constatant l’évolution d’un monde qui accorde moins de valeur qu’auparavant aux étapes traditionnelles du devenir féminin. Faut-il en déduire pour autant que l’ordonnance précise qui préside à la succession des statuts féminins (fille, mère et grand-mère) n’influence plus nos façons contemporaines de vivre et de penser l’entrecroisement des trajectoires individuelles et familiales ? Cela reviendrait à oublier bien vite, trop vite peut-être, la nécessité symbolique de cette succession.

124Pour s’en convaincre, un nouveau détour paraît nécessaire, qui nous ramène cependant au monde contemporain. Les travaux de Véronique Moulinié (1998), réalisés dans le milieu paysan et ouvrier aquitain, ont en effet révélé la vitalité d’un discours populaire persistant sur les temps et les âges de la vie, à travers le commentaire de l’évolution des corps et de leur physiologie. Elle y analyse en particulier les manifestations du corps des femmes et les discours qu’il suscite au moment de la ménopause.

125Interrogeant celles-ci sur la datation de l’événement, Véronique Moulinié s’aperçoit tout d’abord que sa venue, dans l’histoire de chacune, apparaît tout aussi étroitement liée aux histoires de ces femmes qu’aux faits physiologiques : ainsi le début de la ménopause est-il dans le récit concomitant à l’arrivée d’un petit-enfant, qui fait de la mère une grand-mère, même si la réalité des troubles physiques ressentis par l’interlocutrice est bien antérieure à cette naissance. Réapparaît ainsi une logique sous-jacente aux événements de la vie personnelle et familiale des femmes, le respect d’un ordre de succession selon lequel la femme doit cesser d’être mère le jour où sa fille accède à ce statut.

126Lorsque les débuts de la ménopause provoquent d’importants retards menstruels, revient ainsi de façon récurrente dans le discours des femmes la peur et le refus d’une éventuelle grossesse.

On explique ce refus par le nombre d’enfants, l’âge de la future mère ou encore la différence d’âge entre les enfants. Et c’est cela qui fonde la honte. On n’apprécie guère que des membres de générations successives aient le même âge ou, pire, que l’ordre normal soit inversé. Ce brouillage des générations renvoie à bien plus grave : le flou qui règne alors dans la génération des géniteurs. En effet, la plus élémentaire des logiques suppose que ce soit « aux jeunes d’avoir des enfants et pas aux vieux ». La fécondité circule : chaque génération, après en avoir joui, doit obligatoirement et totalement s’en dessaisir au profit de la suivante lorsque celle-ci a atteint l’âge de la procréation (1998 : 160 ; c’est moi qui souligne).

127Véronique Mouliné évoque à titre d’exemple le destin douloureux de deux jeunes femmes dont la mère a eu tardivement un enfant : la première n’a qu’un seul enfant et n’est devenue mère qu’à quarante ans, grâce à la procréation médicalement assistée. La seconde n’en a aucun, après quinze ans de mariage.

L’aînée s’est mariée avant la grossesse, sa fécondité s’est trouvée comme hypothéquée, retardée du fait que sa mère était encore apte à procréer. Quant au destin de la cadette, il s’est trouvé scellé de manière irréversible par cette grossesse, symboliquement apparue le jour où la sienne aurait dû s’affirmer lorsque, au mariage de l’une, on apprit la grossesse de l’autre (ibid. : 162).

128L’auteur dissocie cependant les parcours masculins des destins féminins affectés par ces perturbations générationnelles : le frère de ces deux femmes « s’est marié bien après la grossesse maternelle mais sa capacité à procréer, dissociée de celle de sa mère, est restée intacte, elle n’a pas subi l’influence maligne de la fécondité tardive de sa génitrice » (ibid. : 162). Si les femmes, à travers la transmission de leur fécondité, sont les gardiennes privilégiées de cet ordre générationnel qui doit voir se succéder les âges et les statuts, les hommes n’échappent cependant pas complètement au risque de sortir de leur âge et de leur condition. Véronique Moulinié, décrivant ce que, par analogie, on nomme aussi « le retour d’âge » chez les hommes, évoque le regain soudain de désir sexuel qui le caractérise parfois, le réveil tardif des sens et des passions oubliées dont on rend responsable « le démon de midi ». Or, ce démon se cantonne fort rarement aux strictes relations conjugales. Ainsi, les hommes sont-ils « plus généralement épris d’une jeune fille dont on fait remarquer, pour mieux mettre en évidence l’anomalie en brandissant le sceptre de l’inceste, qu’“elle pourrait être leur fille” » (ibid. : 230-231). Ne retrouve-t-on pas ici l’écho de témoignages, pourtant recueillis dans un tout autre contexte, par le magazine de presse féminine que nous avons évoqué précédemment ?

129Dans les familles recomposées, le « télescopage des générations » provoqué par une naissance tardive se joue le plus souvent entre le père et son enfant. « C’était mon tour », regrettent néanmoins les fils et filles du premier lit, comme si leur père, en refaisant un enfant alors qu’ils sont eux-mêmes en âge de procréer, leur avait en quelque sorte dérobé pour un temps leur droit à la fécondité, à la procréation, le reprenant à son compte et le conservant pour lui-même. « Le cycle de la vie fait passer l’être humain d’un point généalogique à un autre, de la place de fils à celle de père, de celle de fille à celle de mère, successivement donc et sans télescopage des places », rappelle Pierre Legendre (1985 : 39). Aussi l’enfant se sent-il « doublé » par son parent dans la répétition d’un acte dont il pressent la nécessaire passation d’une génération à l’autre.

130Il semble ainsi que dans les familles recomposées contemporaines, un individu puisse désormais revivre plusieurs fois, au cours de son histoire, le parcours qui intronisait l’homme en tant qu’adulte, créait la famille en tant qu’unité de reproduction et codifiait finalement les rapports entre générations. Il en résulte une relative confusion, le statut de l’enfant à l’égard de ses parents paraissant évoluer dans une progressive dilution des places et des distinctions générationnelles, exprimée notamment dans la célébration du remariage. La redéfinition des liens qui entrecroisent parcours individuel et vie familiale redessine l’ordonnance des temps de passage et la passation des statuts familiaux. Le doute qui en résulte témoigne de l’importance des changements en cours dans nos façons contemporaines de vivre et de penser la famille. Il relève d’un contexte familial inédit, qui voit se reformuler les relations entre générations, dans une négociation permanente entre l’existence d’un ordre symbolique incontournable et la nouveauté des parcours familiaux. Cette incertitude ne se limite pas aux liens intergénérationnels. Une comparable hésitation caractérise, dans les familles recomposées, les relations entre les sexes.

Notes

1 La probabilité statistique de vivre seul avec l’un de ses parents séparés au cours de son adolescence est importante. « Les enfants des familles monoparentales sont plus âgés que ceux des couples : 50 % des premiers ont de 15 à 24 ans, contre 36 % des seconds. [...] La monoparentalité intervient le plus souvent après une séquence de vie en couple et les recompositions familiales sont moins rapides lorsque les enfants sont plus âgés. » (Les familles monoparentales, Contours et caractères, Portrait social, ined, septembre 1994, p. 44.)

2 Les chercheurs français, comme leurs homologues anglo-saxons, ont noté que les enfants de famille recomposée en âge de prendre leur indépendance demeuraient moins longtemps que les autres chez leur parent. « Tandis que 47 % des enfants de 23 ans dont les parents vivent ensemble ont quitté le logement parental, 56 % des enfants dont la mère vit seule ont fait de même. Cette proportion est encore plus élevée pour les enfants dont la mère s’est remise en couple : 68 %. La différence entre les enfants de famille monoparentale et recomposée suggère que certains enfants choisissent de partir quand un nouveau conjoint s’installe » (Desplanques, 1993 : 88). Guy Desplanques précise cependant que certains de ces enfants peuvent être simplement partis chez leur père, et vivent encore au sein de leur famille. Sylvie Cadolle retrouve toutefois cette tendance dans son enquête (Cadolle, 2000). Des recherches britanniques (Ferri, 1995) et américaines confirment également le fait que les enfants de famille recomposée, et notamment les filles, quitteraient plus tôt que les autres le foyer parental, ce que certains auteurs expliquent par les tensions relationnelles potentiellement contenues dans les situations nées d’une seconde union.

3 M. Biarnay, Étude sur le dialecte de Ouargla, Paris, 1909, cité par Van Gennep, 1981, p. 252.

4 J.L. Austin (1962), Quand dire, c’est faire, Paris, Le Seuil, 1991. Cité par Stéphane Do Van, 1998.

5 Isabelle Lefèvre–Yhuel, « Papa aime une fille de mon âge », Marie Claire, novembre 1998.

6 « Dans les unions masculines tardives, note Michel Bozon, il existe [...] un mécanisme qui produit de grandes différences d’âge en faveur des hommes. On en retrouve les manifestations dans les secondes unions » (1990 : 333-334).

7 D’après l’enquête ined sur les situations familiales, « seulement 19 % des femmes de plus de trente ans à la séparation avaient un enfant de leur deuxième union, contre 43 % des hommes. Ces femmes ont moins souvent un enfant parce qu’elles rencontrent plus souvent des hommes plus âgés qu’elles et que ceux-ci ont déjà des enfants, tandis que les hommes rencontrent plus souvent des femmes plus jeunes et sans enfants » (Villeneuve–Gokalp, 1994 b : 160).

8 « Agnatique » : relation établie par les hommes.

9 « Utérine » : relation établie par les femmes.

10 L’article d’Yvonne Verdier, « Le Petit Chaperon rouge dans la tradition orale », a d’abord été publié en 1980 dans Le Débat, n° 3, pp. 31-61. Les extraits que nous citons, et les numéros de page qui leur correspondent, proviennent cependant de sa deuxième publication dans Coutume et destins. Thomas Hardy et autres essais (Verdier, 1995).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Faire-part du mariage de Florence et Julien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/586/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 2. Lettre écrite par Élise, la fille aînée de Florence, aux parents et amis de Florence et Julien pour les inviter à participer au cadeau de mariage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/586/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 3. Lettre écrite par Franck, le fils aîné de Julien, aux parents et amis de Florence et Julien pour les inviter à participer au cadeau de mariage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/586/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search