Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Annexes

Mythe VIII. L’enfant de Bofu

Full text

1Voici l’histoire racontée par une femme Managlasi.

2Le mari et la femme partirent au jardin. Ils mirent leur enfant dans un filet en corde et partirent au jardin. L’ayant mis dans le sac en corde, ils lui dirent qu’ils allaient ramasser des noix torepa et qu’ils l’emmenaient avec eux. Comme la pluie se rapprochait, ils prirent l’enfant et le suspendirent à un bâton qu’ils avaient planté à l’abri de la racine d’un très grand arbre. Ils le laissèrent là et rentrèrent chez eux. La pluie venant, ils avaient oublié leur enfant là-bas. L’enfant était auprès de la racine de l’arbre et il pleurait beaucoup. Comme il était dans le sac en corde, les fruits mûrs de l’arbuste hoe se détachaient et tombaient ; dans son filet, il mangeait les fruits mûrs de l’arbuste hoe et il pleurait. Il buvait la pluie qui ruisselait. Il grandit beaucoup et devint très grand. La ficelle du sac cassa ; il tomba au pied de l’arbre où il resta. Il continua à manger les fruits mûrs de la liane hoe et resta là longtemps. Il devint encore et encore plus grand. Alors, il descendit auprès de la rivière et y resta. Il mangeait les petites choses qui descendaient au fil de l’eau, les tout petits poissons kina kina, par exemple. Il fit ainsi et resta là. Puis il se fabriqua une lance à partir du bois du palmier sagahe et une autre à partir du bois du palmier boguha. Il transperçait les poissons, les faisait sécher sur une pierre et ensuite les mangeait. Cela continua longtemps de la sorte, l’enfant tirait les poissons de l’eau et devint grand. Comme il y avait un arbre qui barrait la rivière, celle-ci n’avait pas d’issue : les taros étaient arrêtés et il se mit à les percer de sa lance. Les hommes qui se trouvaient en amont de la rivière n’avaient point d’orifices, ni bouche, ni anus, et ils jetaient à l’eau leurs taros après les avoir bouillis. L’enfant les prenait, les faisait griller sur le feu et les mangeait. Il trouva cela très bon. Il mangeait ainsi du taro tout noirci et des poissons qu’il chassait ; puis, quand la nuit venait, il se couchait sur une pierre. Et ainsi de suite. Les hommes faisaient bouillir le taro et la viande et ils les jetaient à la rivière ; cette nourriture parvenait de cette manière à l’endroit où se trouvait l’enfant. Celui-ci eut envie de connaître l’origine de ce taro qu’il mangeait. Dans le village, les femmes allaient au jardin et les hommes allaient chasser, les femmes ramassaient le taro et le cuisaient, les hommes attendaient que la viande soit cuite, finalement les femmes versaient toute la nourriture dans la rivière. Une première femme alla verser sa nourriture et elle vit l’enfant en train de manger du taro et de la viande. Elle le vit manger et elle se pencha encore pour mieux voir. Elle ne pouvait pas parler, elle n’avait pas de bouche, pas d’anus non plus. Elle alla et elle fit : « Hmmmmmmm ! Hmmmmmmm ! » Elle essaya de produire ce son pour faire venir tous les hommes et toutes les femmes afin qu’ils voient ce qu’elle avait vu : il faut prendre cet enfant et lui donner le taro que nous cuisons. Tous l’entourèrent et s’en saisirent ; ils lui présentèrent sur un lit de feuilles tous les taros et toutes les viandes qu’ils avaient cuits. Eh bien, ils lui donnaient toutes les choses qu’il y avait à manger et l’enfant mangeait, puis dormait, puis mangeait à nouveau... Il resta ainsi et se dit : « Les femmes et les hommes n’ont pas de bouche et pas d’anus, comment vais-je faire ? » Il partit chercher des fourmis rouges, des guêpes, des chenilles qui piquent et un tas d’autres choses en pagaille. Il revint et ferma une maison de manière à ce qu’elle soit bien étanche ; il y enferma les hommes et les femmes avec les fourmis, les guêpes et toutes les choses qu’il avait rassemblées. Bien que les guêpes les mordissent, les hommes·ne faisaient pas : « Aïe ! Ouille ! », mais ils faisaient : « Hmmmmmmm ! Hmmmmmmm ! » Il fit un feu sous la maison et puis rapidement Téteignit, ainsi la fumée monta et ils la respirèrent en faisant : « Uhu pahu ! » Leurs yeux commencèrent à pleurer : « Kohu Kohu ! » Alors il glissa un morceau de bambou dans le feu et, quand celui-ci commença à brûler, il explosa : « Bu ! » Alors, tous les hommes et les femmes firent : « Maman, Papa ! » Leur anus était creusé, leur bouche était creusée, ils saignaient, et on les enduisit de sel pour arrêter le saignement. « Tu es venu et tu nous as creusé une bouche, tu es venu chez nous et maintenant tu vas épouser cette fille. » Ils lui donnèrent une fille en mariage et il resta là-bas dans leur village. Il resta et se demanda : « Les enfants comment font-ils, les Managlasi comment font-ils avec leurs enfants ? Je suis marié et j’ai eu un enfant, mais est-ce que ce village est le village de mon enfant ? Ma mère et mon père m’ont oublié au pied d’un arbre, j’ai fait mon corps chez vous, je suis marié ici et j’ai eu un enfant. Je vais aller voir ma mère et mon père. » Il attrapa un porc qu’il cuisit avec du taro. Ses beaux-parents allèrent chercher du porc, des taros, des noix d’arec et du bétel, puis ils partirent au village de son père. Celui-ci le croyait mort et il était resté tout ce temps reclus dans sa maison en signe de deuil. « On m’a dit que vous étiez mon père et ma mère et que vous habitiez dans ce village, alors, comme j’habite dans le village de ma femme, je suis venu vous voir. » Alors les parents descendirent et pleurèrent. Ils s’installèrent avec les beaux-parents de leur fils et ils mangèrent de la nourriture et machèrent la noix d’arec. Quand on eut raconté toute l’histoire au père du garçon, il se leva, alla chercher un porc, des plumes et des parures et il paya le prix de la fiancée de la fille.

3Je viens de vous raconter l’histoire des hommes dont on a creusé la bouche, une histoire Managlasi (David Turenga, Jajao, 5 août 1981).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Terms of use: http://www.openedition.org/6540