Version classiqueVersion mobile

S’apparenter

 | 
Agnès Martial

Qu’est-ce qu’un parent dans les familles recomposées ?

Texte intégral

Alors c’est très compliqué. J’ai une mère, j’ai un père, comme tout le monde. Seulement, moi, je n’ai jamais vécu avec eux ensemble.
(Dominique)

Ma famille... L’ancienne ou la recomposée, les deux ?
(Fanny)

N’importe laquelle ? Parce qu’en fait je considère que j’en ai deux... Bon il y a la vraie, ma mère et mon père, avec Corinne et Christophe, et puis l’autre, que je considère aussi comme une famille, avec ma mère et Gilles, et Louise.
(Pauline)

J’ai combien de minutes, parce que c’est grand hein... Décrire ma famille... C’est un peu comme l’oignon, avec des couches. Donc il y a la famille, on va dire... génétique, enfin je sais pas comment on l’appelle, et puis... Oh, je sais pas par quel bout le prendre hein, c’est pas facile. Donc il y a les parents, divorcés, remariés, avec le noyau central des frère et sœur, Cyril et Salomé, et il y a Baptiste, un peu en périphérie parce qu’on vit pas avec... Qui est le fils de mon père et de ma belle-mère. Donc ça c’est le premier noyau, après il y a les enfants de Marthe, ma belle-mère, qui a donc Matteo et Chloé, qui sont plus jeunes, qui ont onze ans et neuf ans, je pense. Et de l’autre côté il y a les enfants d’Arnaud, mon beau-père, qui sont plus âgés, donc c’est trente et vingt-six ans, qui sont issus d’un premier mariage d’Arnaud.
(Stéphane)

  • 1 « quasi-frères », « quasi-sœurs » : ce terme est apparu dans les travaux sociologiques traitant des (...)

1Ces quelques phrases sont issues de la transcription des toutes premières lignes d’entretiens réalisés au cours d’une enquête ethnographique, auprès d’individus ayant vécu, enfants, dans une de ces familles que l’on dit « recomposées ». Tous répondent ici à une question ouverte et volontairement imprécise : « Décrivez-moi votre famille. » A chaque inventaire correspond alors une configuration relationnelle singulière. Pour Dominique, comme pour Daniel, c’est tout d’abord une dimension « bi-polaire », conséquence première de la séparation du couple parental, qui paraît caractériser de la façon la plus juste l’univers familial. Les « familles recomposées » sont en effet issues de la dissociation d’un noyau parental originel - le père, la mère, et les enfants - séparé en deux entités affectives distinctes. Les familles de Dominique et Daniel sont ainsi scindées, « partagées en deux blocs » entre lesquels ils ont dû trouver leur place de fille et de fils. Mais une famille « recomposée » se définit également par l’existence, pour l’enfant d’un couple séparé ou divorcé, d’une relation induite par la venue d’un nouveau conjoint dans la vie de l’un au moins de ses parents biologiques. Un beau-parent, qui est parfois lui-même parent d’enfants nés d’une précédente union. Ceux-ci deviendront pour l’enfant des « quasi frères ou sœurs »1 réunis avec lui au sein d’une « fratrie » recomposée, qui peut aussi comprendre des demi-frères et demi-sœurs, lorsque que le parent biologique et le beau-parent donnent ensemble naissance à de nouveaux enfants. Dans cet entrelacs de relations, le singulier du mot « famille » paraît parfois insuffisant à la traduction d’une réalité perçue comme une pluralité de systèmes d’appartenance. La famille « ancienne » ou la « vraie » famille, fondées sur les liens d’origine de l’enfant à ses père et mère, à ses éventuels frères et sœurs, coexiste avec une autre configuration intégrant de nouveaux personnages. Stéphane superpose enfin les différents niveaux de sa « parenté » recomposée en l’épluchant comme un oignon. Trois termes viennent en ordonner l’énumération : le sang, qui fonde entre Stéphane, ses parents et ses frères et sœurs des liens qu’il désigne comme « génétiques » ; l’espace concret des relations, inscrit dans la vie commune ; le temps, qui détermine l’ordre d’entrée des différents personnages et la teneur des liens qui les unissent à travers les âges, composant notamment la « fratrie » recomposée. Le sang, l’espace et le temps partagés : autant d’éléments qui justifient tout à la fois l’existence des liens de familles recomposées et leur grande diversité. Il faut cependant en évoquer un quatrième, implicitement présent dans tous les énoncés relevés ci-dessus : le choix, effectué par chacun de nos interlocuteurs au sein de son univers parental, de ceux qu’il considère comme les siens. Face à cette pluralité de liens et de significations, il n’est pas surprenant que notre première interlocutrice ait répondu à la question de l’ethnologue par une autre interrogation : qu’est-ce donc, en définitive, qu’une famille ?

2L’apparition et l’augmentation des familles recomposées est indissociable d’un ensemble de mutations récentes, survenues dans une société qui voit se développer un nombre croissant de configurations fondées sur d’autres liens que ceux qu’assuraient autrefois conjointement le mariage d’un couple, la naissance de ses enfants légitimes, et leur éducation commune par des parents unis. Le nombre croissant de familles « monoparentales » dans les pays occidentaux, l’attention grandissante portée aux familles adoptives et aux diverses revendications qu’elles entraînent – à travers notamment la question du droit des adoptés à connaître leurs origines, ou celle de l’accès des couples homosexuels à l’adoption –, les interrogations qu’occasionnent les recherches et les expériences menées dans le domaine des procréations médicalement assistées : autant de signes d’une profonde évolution des usages et des aspirations de nos contemporains en matière de famille, de parenté et de filiation. Les familles recomposées incarnent l’une des expressions les plus répandues de ces changements, à travers une expérience éprouvée par un nombre croissant d’individus. L’existence en leur sein de configurations curieuses, de relations insolites, non réductibles aux définitions traditionnelles de la famille et de la parenté, questionne et fragilise les définitions les plus assurées de notre univers culturel. C’est pourquoi elles offrent un extraordinaire lieu d’observation et d’analyse, où se dessinent les enjeux relatifs aux évolutions des formes familiales contemporaines. Les familles recomposées représentent un champ largement exploré par de riches et profuses études, et notamment par la sociologie. Renouveler sous l’angle de l’ethnologie de la parenté l’étude de ces modèles familiaux est un des objectifs de cet ouvrage. Un tel projet relève cependant d’une démarche théorique et méthodologique particulière.

Destins recomposés

  • 2 Chaque témoignage a par la suite fait l’objet d’une transcription intégrale.

3Cette étude repose sur une centaine d’heures d’entretiens réalisés auprès de quarante-quatre personnes, vivant ou ayant vécu au sein de trente familles recomposées. Le recueil des témoignages s’est fait au cours de plusieurs années, au sein du milieu étudiant où je me trouvais alors, et grâce à l’aide d’un entourage prompt à répandre au sein de divers réseaux professionnels ou amicaux des propositions d’entretiens. Ceux-ci avaient pour thème les événements relatifs à la séparation d’un couple parental et à la nouvelle union de l’un au moins des membres de ce couple : il s’agissait pour chacun de décrire la famille recomposée et d’en raconter l’histoire2.

  • 3 Dans les recherches sur les familles recomposées, l’enfant n’a longtemps été consulté que dans le c (...)

4Une partie de ces récits provient de personnes ayant été élevées au sein d’une famille recomposée. Le point de vue de l’enfant n’avait auparavant jamais été envisagé de manière aussi systématique3, en dépit de son importance : comme l’ont montré la plupart des études sociologiques en ce domaine, la configuration familiale recomposée n’est envisageable dans sa totalité qu’à partir de cette unique perspective. Les dix-huit « beaux-enfants » que j’ai rencontrés se trouvaient par ailleurs à différentes étapes de leurs parcours biographiques, puisque leurs dates de naissance s’échelonnent de 1946 à 1977. Divers moments apparaissent alors au fil de leurs récits : temps de l’enfance et de la dynamique constitutive des liens de famille, temps de la construction de l’individu dans son chemin vers l’âge adulte, temps de la formation d’une autre famille avec la venue de nouvelles générations, temps déroulé du souvenir... Les histoires de familles dont je poursuivais la trace sont parfois devenues de véritables récits de vie. Se déroulent ainsi en perspective l’expérience de l’adulte et les souvenirs de l’enfance, retraçant autour de l’individu l’ensemble des liens qui tissent au long de sa vie la trame de l’histoire familiale.

5Rapidement, la nécessité s’est imposée de mettre en relation ces témoignages avec des récits de parents et de beaux-parents. Les adultes conçoivent l’histoire de la recomposition comme celle de leur nouveau couple : ils offrent un regard plus étroit sur celle-ci, plus souvent limité à la vie conjugale et familiale construite au sein de leur nouveau foyer. L’histoire de la recomposition est cependant aussi celle d’une séparation, d’un réaménagement des relations avec l’enfant, avec l’ex-conjoint, dont seuls les « adultes » peuvent témoigner. Grâce à ces entretiens, j’ai pu confronter le regard des « parents » aux situations décrites par les « enfants », tout en découvrant la manière dont la répartition des rôles parentaux et beau-parentaux s’effectue dans la configuration familiale recomposée.

  • 4 L’histoire et la configuration particulières des trente situations familiales rencontrées sont expo (...)

6En restituant l’histoire, les récits s’attachent à décrire les relations, les mots et les gestes qui traduisent l’existence des liens de famille et leur donnent sens. Les actes les plus quotidiens, les événements les plus insignifiants côtoient ainsi au fil des souvenirs les temps forts du déroulement de parcours familiaux marqués par les ruptures et les recommencements : drames et conflits, réunions et retrouvailles, naissances et disparitions. Chaque chronique familiale offre ainsi la matière de minutieuses études de cas, où l’ensemble des relations, déployé dans toute sa complexité, peut être analysé autour de quelques individus. Cette étude ne saurait donc prétendre à la représentativité du nombre. Les cas que ce travail étudie ne constituent pas un échantillon sociologiquement homogène. Ils ne sont pas comparables. Chaque famille, chaque histoire4 est unique, parfois insolite, comme l’illustrent le récit de David (n° 2), où se construit autour du nom patronymique un invraisemblable embroglio, l’aventure de Dominique (n° 3), qui vit maritalement avec son demi-frère adoptif, ou le parcours de Souhad (n° 17), qui renoue aujourd’hui avec son père de sang, devenu pour elle un « étranger » à la suite de son adoption par un beau-père qu’elle ne voit plus. Véritables romans que le hasard seul m’a permis de rencontrer, ces témoignages suscitent un discours tout à fait passionnant sur la parenté et ses fondements dans les familles recomposées. Au lieu de tendre vers une unité formelle qui pourrait être réductrice, la diversité et l’éventuelle hétérogénéité des situations rencontrées offrent donc un éventail de parcours biographiques où replacer la signification des liens de familles recomposées. A partir de ces récits émergent des éléments récurrents, des thèmes cristallisant les questions relatives à la façon dont chacun se vit et se représente ou non comme « parent », de sang ou de fait, dans les familles recomposées.

7Il m’est arrivé d’appuyer ma réflexion sur d’autres témoignages, recueillis ailleurs que dans le cadre d’un entretien formel, à travers quelques phrases entendues au fil d’une conversation, ou dans l’attention portée aux détails quotidiens d’une vie familiale qu’il est aisé d’observer au sein d’un entourage plus ou moins proche. L’« observation flottante », telle que l’a définie Colette Petonnet (1982), y trouvait toujours matière à s’exercer. Citons enfin un dernier support d’analyse, prolixe en caricatures, récits et jugements de tous ordres sur le thème des recompositions familiales : les écrits journalistiques, relevés notamment dans divers magazines féminins ou les émissions de télévision en offraient un intéressant écho médiatique. Approfondis, analysés comme des manifestations de nos représentations de la parenté et de la filiation, les matériaux ainsi recueillis peuvent contribuer à la compréhension des logiques en jeu dans les familles recomposées contemporaines, non pas dans l’étendue statistique de leur éventuelle généralisation, mais à travers le sens qui leur est donné, dans la relation qui s’établit entre les discours recueillis, les gestes observés, et l’univers social, culturel et symbolique des liens de famille contemporains.

8Comment, cependant, ces récits nourris d’expériences individuelles et d’intuitions personnelles peuvent-ils rejoindre l’univers des significations collectives de la parenté dans les sociétés occidentales ? Si le « souci du détail » cher à l’ethnologue peut légitimement s’accompagner du projet de « remonter des propriétés de phénomènes fortement individualisés aux caractéristiques générales des ensembles où ils s’inscrivent », comme le rappelle Alban Bensa, il faut se garder de supposer qu’une « correspondance immédiate puisse s’établir entre l’individuel et le collectif, le circonstanciel et le permanent », en négligeant l’existence, dans toute approche d’un fait social et culturel, de plusieurs « niveaux d’interprétation : celui de la situation vécue par les acteurs, celui des images et symboles qu’ils mobilisent, consciemment ou non, pour s’expliquer et se justifier, celui des conditions historiques d’existence de ces personnes à l’époque où leurs paroles et leurs comportements ont été notés » (Bensa 1996 : 40 et 59). Le sens des discours originaux, des actes et des usages singuliers que recèle chacune de nos histoires de familles recomposées ne peut ainsi se comprendre qu’au regard des divers contextes biographiques, historiques et sociaux, culturels et symboliques auxquels ils se rapportent et qu’ils contribuent à façonner. Il importe ainsi de re-situer précisément et patiemment chaque élément de définition des relations décrites au sein d’une plus ample trame, elle-même constituée de supports, d’échelles et d’espaces multiples.

9Traiter les faits ethnographiques « comme des faits historiques, c’est-à-dire des paroles et des comportements inscrits dans une période donnée » (ibid. : 51), se justifie amplement dans le cas des recompositions familiales. En effet, les configurations relationnelles nées de l’union renouvelée d’un père ou d’une mère ne constituent pas dans nos sociétés un modèle entièrement neuf. A chaque époque, les unions successives des individus, qu’elles suppléent à la disparition d’un conjoint ou à une séparation, ont donné lieu à des relations entre personnes, à des statuts plus ou moins nommés et définis, en fonction de normes et de modèles différents. On ne peut donc penser entièrement les questions relatives à ces familles sans questionner l’histoire, témoin de l’évolution des représentations relatives aux relations nées du remariage, creuset d’une possible mémoire, d’un éventuel héritage.

Le temps de la lignée dominante : des relations occultées

  • 5 Selon les historiens et les démographes des sociétés d’Ancien Régime, « le remariage est, au même t (...)
  • 6 Dans son étude de la tutelle des orphelins sous l’Ancien Régime, Sylvie Perrier a mis en lumière pl (...)

10Dans l’Antiquité, qui reconnaissait et pratiquait le divorce (Corbier, 1991 ; Gaudemet, 1985), comme dans l’Europe du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, confrontée à des taux élevés de mortalité, la plus grande instabilité caractérise les itinéraires familiaux, veuvage et remariage brisant et reformant les couples et les alliances5. De ces unions disloquées par la mort et renouées sans cesse naissent des enfants : lorsqu’ils ne sont pas placés dans la parenté, les petits orphelins sont fréquemment élevés par un parâtre ou une marâtre, nouveau conjoint de leur père ou mère, avec des demi et (ou) des « quasi » frères et sœurs (Flandrin, 1984 ; Burguière, 1993). Les foyers se succèdent, un conjoint remplaçant l’autre auprès du parent et des enfants survivants : les « recompositions familiales » du passé se déroulent comme une suite de familles nucléaires, dans un temps familial jalonné de ruptures et de recommencements6.

  • 7 L’ethnologie historique a bien montré l’importance des modes de dévolution de la terre et des biens (...)

11Bien peu de traces subsistent aujourd’hui de l’existence de telles configurations : beaux-parents et beaux-enfants, demi ou quasi frères et sœurs semblent les personnages d’un univers nouveau, que l’on a dit « anomique », et qui paraît sans repère et sans passé, comme l’ont montré nombre de recherches en sociologie (Cherlin, 1987). Jusqu’à une date extrêmement récente, aucun mot n’existait ainsi pour nommer et singulariser les familles issues du remariage. Le terme « famille recomposée » fut justement forgé par la recherche pour désigner des « familles sans nom » (Théry, 1991). Dans la vie courante, nous ne disposons pas plus de mots simples, « donnés », pour désigner ou appeler les beaux-parents, ou pour énoncer le lien existant entre des enfants issus de lits différents mais élevés ensemble au sein d’un foyer commun. Concernant la beau-parenté, les termes anciens existent pourtant, mais leur usage est aujourd’hui restreint à la lecture de contes séculaires dans lesquels le beau-parent, et plus particulièrement la marâtre, incarne la face la plus noire de la parentalité. A cette connotation négative s’ajoute la condamnation sociale et religieuse des secondes unions dans les sociétés anciennes (Dupâquier et al., 1981 ; Le Goff & Schmitt, 1981), et la multiplication, au cours des siècles, de décrets et de lois qui tendent à réduire les liens nés des secondes noces à des relations juridiques nulles ou de second ordre (Rondeau-Rivier, 1987 ; Rubbelin-Devichi, 1987), car menaçant toujours l’intégrité et la continuité de la lignée patrimoniale. Constamment montrées comme mauvaises et dangereuses, les relations nées du remariage menacent le socle de la famille ancienne, le principe dominant la constitution des alliances et la cohésion des lignées. La logique patrimoniale, l’attachement à la terre et aux biens qui fonde la dynamique des alliances et des relations familiales dans les sociétés anciennes7, interdit la reconnaissance et la valorisation de relations nouées hors des liens légitimes par lesquels transitent les fortunes familiales. La reconnaissance de liens pluriels au sein des configurations nées du remariage ne peut donc exister dans les sociétés anciennes : beaux-parents et beaux-enfants, quasi et demi frères et sœurs, dès lors qu’ils ne partagent pas les mêmes droits patrimoniaux, demeurent étrangers les uns aux autres.

L’ère du secret : des relations dissimulées

  • 8 D’excellentes synthèses ont analysé les études scientifiques apparues dans les pays occidentaux dès (...)

12Tout au long du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, les fondements des liens entre parents évoluent, au sein de structures économiques et sociales en profonde mutation. Le groupe familial, centré autour d’un bien qu’il importe de conserver, d’accroître et de transmettre, abandonne progressivement son rôle d’encadrement de la vie sociale, concédant en ce domaine une part croissante à l’autonomie individuelle : la cellule nucléaire indépendante et autonome, de plus en plus centrée sur les relations affectives et éducatives entre parents et enfants, devient ainsi la norme dominante en matière de vie familiale (Ariès, 1960 ; de Singly, 1993). La mort brise moins fréquemment les unions matrimoniales. Mais l’image du veuvage continue de gouverner les séparations. En témoigne, en France, le divorce pour faute instauré en 1884 par la loi Naquet : de ces ruptures légales ne subsiste souvent qu’une cellule familiale « incomplète » – le parent désigné comme « coupable » par la loi disparaissant de la vie des enfants (Théry, 1991) – et suspecte, dans un monde qui ne laisse aucune place aux familles non nucléaires, et rejette dans l’anormalité, la déviance, les foyers de parents seuls ou remariés8. Il importe avant tout de refonder l’unité familiale selon la norme nucléaire : le nouveau conjoint vient « remplacer » le parent disparu dans une logique de rupture et d’effacement des liens d’origine de l’enfant, et dans un temps familial pensé comme une série discontinue de séquences nucléaires. « Culturellement, l’issue est cherchée dans l’éviction du passé, et le recommencement », résume Irène Théry (1995b : 19). Père ou mère de substitution, le beau-parent est un « parent social »... et mensonger. Les récits de nos interlocuteurs les plus âgés s’inscrivent dans ce contexte particulier : la nécessaire conformité sociale de l’image de la famille « recomposée », le relatif secret qui l’accompagnait inévitablement teintent certains témoignages d’une dimension historique et morale particulière.

La naissance des familles « recomposées »

13Le milieu des années 1960 marque, en France comme dans l’ensemble des pays occidentaux, une évolution sans précédent des comportements familiaux. La baisse conjuguée des naissances et des mariages, l’augmentation très rapide des ruptures d’unions signent l’apparition d’attitudes inédites, au principe desquelles se trouve la redéfinition des rôles des sexes, qui s’opère notamment dans l’accès légalisé à la limitation des naissance et dans l’augmentation du salariat féminin. En cessant d’être pour les femmes une nécessité sociale, le mariage perd son caractère indissoluble en même temps qu’il devient un choix dans l’éventail des devenirs possibles (Théry, 1996a). Il change de sens. La désaffection qui frappe la sanction légale du lien conjugal amenait Louis Roussel à évoquer, en 1989, la « désinstitutionnalisation » d’une famille devenue « incertaine » (Roussel, 1989). Les relations de personne à personne sont désormais privilégiées, aux dépens de l’institution du mariage, qui impose à tous un cadre identique et des statuts figés (Kaufmann, 1993 et 1996). La famille devient « relationnelle » : « Dès la fin des années 1960, l’amour reprend ses droits et ses exigences : dès lors que les partenaires ne tirent plus les satisfactions attendues, ils peuvent se séparer et tenter de nouvelles aventures afin de redécouvrir les émotions merveilleuses du choc amoureux. [...] Le divorce est inscrit dans le mariage amoureux » (de Singly, 1996 : 57).

  • 9 En terme de flux, Henry Léridon estimait en 1995 à 120 000 « le nombre d’enfants connaissant en une (...)
  • 10 Pour un état des recherches anglo-saxonnes et françaises concernant les familles recomposées, voit (...)

14Dès le milieu des années 1980, on estime en France que 30 % des unions matrimoniales prennent fin à la suite d’un divorce (Festy, 1994, d’après l’enquête ined « Divorce » 1986), ruptures auxquelles il faut ajouter le nombre croissant de séparations succédant à des unions libres. Dès lors, à l’âge de seize ans, d’après l’enquête ined sur les situations familiales réalisée en 1985, près d’un enfant sur cinq né à la fin des années 1960 et un enfant sur quatre né dans les années 1970 ne vit plus avec ses deux parents (Villeneuve-Gokalp, 1994a)9. A la suite de ces ruptures, « 85 % des enfants de divorcés voient soit leur père, soit leur mère (ou les deux) contracter une nouvelle union » (Festy & Valetas, 1998). Les séparations survenant de plus en plus tôt dans la vie des couples, les jeunes parents célibataires peuvent encore prétendre à une longue vie conjugale et familiale. Ainsi les enfants ont-ils à l’heure actuelle de plus en plus de chances de vivre une ou plusieurs remises en couple de leurs parents avant de parvenir à l’âge adulte, les secondes unions étant également fragiles, et d’autant plus soumises au risque de la rupture qu’elles adviennent tôt dans l’histoire de l’enfant et de son parent : « 10 % des enfants nés entre 1976 et 1980 et séparés d’un parent ont déjà vécu une seconde rupture cinq ans après la première » (Villeneuve-Gokalp, 1994a : 229). En 1990, d’après l’enquête « Famille » de l’insee, on recensait déjà 660 000 familles « avec beau-parent », au sein desquelles vivaient près d’un million d’enfants (ces chiffres sous-estiment l’importance du phénomène en excluant les cas où le parent non gardien a renoué une union, créant ainsi une situation de recomposition « invisible ») (Desplanques, 1993). Des tendances identiques ont été mises en évidence dans l’ensemble des pays d’Europe du Nord (Frank, 1995 ; Ferry, 1995) ainsi qu’aux États-Unis ou au Canada (Cherlin & Furstenberg, 1995 ; Le Bourdais & Desrosiers, 1995). Les séparations qui sont à l’origine des recompositions sont devenues trop nombreuses pour demeurer confinées aux marges du modèle encore dominant de la famille nucléaire. Aux Etats-Unis, puis en France, de nombreux travaux développent et construisent progressivement les notions de « recompositions familiales » et de « familles recomposées »10, qui tendent à les désigner comme un « type » particulier de famille, puis comme le produit et l’étape d’une histoire complexe, définie comme une succession de transitions familiales, où chaque relation conserve son importance (Théry, 1993a).

  • 11 Cette évolution s’est poursuivie jusqu’à la promulgation récente, le 4 mars 2002, de la loi relativ (...)

15A partir des années 1970 s’accomplit, à travers le droit, la traduction institutionnelle de la pluralité des parcours et des choix conjugaux et familiaux, à travers la réforme du divorce qui instaure, aux côtés du divorce pour faute, d’autres modes de séparation légale préservant notamment les liens de l’enfant à ses deux parents (Théry, 1993b)11.

Un beau-parent parent en plus

16La loi cherche en effet à préserver, par-delà les ruptures et les nouvelles rencontres amoureuses qui leur succèdent, des liens de filiation particulièrement fragilisés. On veut désormais tenir compte de l’existence de deux parents dans la vie de l’enfant, même après le divorce ou la séparation du couple parental. De plus en plus fréquemment, le parent non gardien demeure donc parent, ou doit le demeurer selon un principe de « pérennité » prônant la continuation et la réordonnance des liens de l’enfant à ses deux parents séparés et à leurs nouveaux conjoints (Théry, 1991). Ce nouveau principe comporte plusieurs conséquences.

17L’espace concret des relations familiales se trouve tout d’abord redéfini. Dès lors que le père et la mère d’un enfant demeurent ses parents tout en cessant de vivre ensemble, celui-ci doit théoriquement partager son temps entre deux foyers qui existent en même temps dans son univers : les enfants des recompositions familiales contemporaines sont la première génération, dans notre société, à expérimenter la pluralité simultanée des lieux de la vie familiale, pluralité entérinée récemment par la loi du 4 mars 2002, qui autorise le juge à prononcer, en cas de divorce ou de séparation, « la résidence alternée de l’enfant au domicile de chacun des parents ». Les études de sociologie ont d’ores et déjà constaté que la définition même de la famille est en jeu dans cette évolution, comme l’ont d’ailleurs éprouvé les premiers travaux de démographie en essayant de dénombrer ces formes familiales singulières (Léridon, 1993). Dans les familles recomposées, l’» unité » de résidence ne suffit plus à définir la famille et ses diverses composantes, puisque les liens de l’enfant aux individus reconnus comme ses parents ne peuvent tous s’incarner dans l’unicité spatiale d’un seul « foyer ». Dans les familles recomposées, il n’y a plus coïncidence entre corésidence, lien de fratrie et lien de filiation. Cette situation relève pour nous du domaine du non connu ou du non reconnu.

18Le temps familial se voit également transformé par ce principe de pérennité, qui permet de penser les relations familiales non plus dans l’instant quotidien d’un partage toujours identique, ou dans la fragile durée d’une relation conjugale, mais dans l’histoire longue d’une vie d’enfant, entouré d’un certain nombre d’adultes : père, mère et beaux-parents (Bartlett, 1984). Ce temps familial doit idéalement « contenir » tous les liens de famille « recomposés » : on pourrait ainsi, en le remontant, retracer leur existence depuis leur naissance et tout au long de leur lente construction. Ce faisant, il additionne les figures parentales et beau-parentales autour de l’enfant, quand il ne faisait autrefois que les substituer l’une à l’autre. « Il ne s’agit plus de faire table rase du passé, mais de l’intégrer ; il ne s’agit plus de substituer une parentalité à une autre mais d’ajouter aux deux parents une figure familiale inédite » (Théry, 1995a : 91).

  • 12 Voir en annexe (p. 284-287) l’appartenance socio-culturelle des personnes rencontrées.

19Le beau-parent devient ainsi un parent « additionnel » (Théry, 1991). Ce principe dominant varie cependant en fonction du milieu social où naissent et se construisent les liens de familles recomposées. Didier Le Gall et Claude Martin ont ainsi mis en lumière l’hétérogénéité socioculturelle des familles recomposées, en révélant la persistance d’une logique de substitution du personnage beau-parental à l’un des parents disparu de la vie de l’enfant, à la suite de séparations plus conflictuelles, au sein des milieux modestes, tandis que le principe de la pérennité des rôles parentaux caractérisait les couches sociales favorisées (Le Gall & Martin, 1993). Les témoignages que nous avons recueillis, au sein d’une population appartenant majoritairement aux classes moyennes12, reflètent l’existence des deux types de logiques, parfois présentes au sein d’une même configuration familiale.

20Ce temps « historique » de la famille recomposée donne également toute son importance au parcours de chacun de ceux qui la composent. Le lien beau-parental ne peut ainsi se définir qu’en fonction d’une histoire, d’un temps partagé, dans une relation construite au fil des jours entre l’enfant et ses nouveaux apparentés : « On n’est pas beau-parent, on le devient» (Théry & Dhavernas, 1993 : 171). « Devenir » beau-parent revêt de plus un sens différent selon que l’on est déjà nanti d’une histoire conjugale et familiale, dont les enfants déjà nés suffisent à signer l’existence, ou que l’on débute, libre de tout autre engagement, une aventure conjugale et parentale auprès d’un conjoint nanti d’enfants. Thierry Blöss (1996) et Sylvie Cadolle (2000) ont ainsi montré que différentes attitudes beau-parentales se déclinaient en fonction d’une dimension « sociobiographique » essentielle : beaux-pères et belles-mères déjà parents s’engagent avant tout dans une histoire conjugale lors de la recomposition, demeurant en retrait à l’égard de leurs beaux-enfants, tandis que les beaux-parents sans enfants tendent plutôt à investir auprès d’eux une attitude « parentale ». Dans le contexte de cette redéfinition fondamentale du temps et de l’espace du familial, les familles recomposées apparaissent ainsi comme des modèles de vie familiale spécifiques où s’inventent, fait inédit, des relations et des statuts valorisés.

Un « bon » parent électif...

21« L’image du bon beau-parent apparaît avec tant de force qu’elle semble chercher à s’imposer et à mettre en forme le réel », écrit ainsi Sylvie Cadolle, dans son étude des représentations contemporaines des familles recomposées (2000 : 25). Dans les ouvrages de littérature pour la jeunesse qu’elle analyse, les figures de la belle-mère apparaissent toutes ou presque assez valorisantes. Il en va de même pour son homologue masculin : le beau-parent, qui ne vient plus usurper la place du parent d’origine, est discret, attentif, attentionné. Sa venue est vécue comme une issue heureuse à la solitude qu’affrontaient l’enfant et son parent seul, et c’est parfois grâce à l’enfant et du fait de sa volonté que se produit la rencontre ou la seconde union qui fondera la famille recomposée. Les recompositions familiales sont ainsi présentées comme un milieu éducatif chaleureux, où les figures parentales se côtoient en harmonie. « Presque tous les reportages qui présentent à la télévision des familles recomposées expriment un véritable triomphalisme. On voit des familles où résident ensemble, dans la gaieté et l’affection, des enfants de trois filiations différentes » (Cadolle, 2000 : 30). Aux côtés des relations beau-parentales, les relations fraternelles sont particulièrement valorisées, qu’elles unissent des frères, des demi-frères ou des enfants liés par le remariage de leurs parents respectifs (des quasi frères ou sœurs), dans une nouvelle et commune appartenance familiale. « C’est bien parce que le lien fraternel relève aussi bien au plus haut point de la parenté que de l’amitié qu’il porte les espoirs d’une réconciliation des deux univers, au sein même des familles issues du démariage », écrit Irène Théry, définissant le lien fraternel comme l’incarnation d’une « parenté élective » accomplie (Théry, 1996b : 173). Dans les médias, dans la littérature pour la jeunesse ou dans les ouvrages de vulgarisation psychologique cités par Sylvie Cadolle, les liens de famille recomposée apparaissent ainsi comme éminemment électifs, au sens où les choix de chacun y détermineraient plus et mieux qu’ailleurs la nature et l’expérience des liens entre parents. Également éclairé par l’ethnologie contemporaine, notamment à travers l’adoption, « le principe de l’élection » est, de façon plus générale, « au cœur de l’évolution récente de la parenté dans les sociétés occidentales » (Fine, 1998a : 1). Dans les familles recomposées, la « dynamique élective » s’incarne dans l’image d’un univers parental délesté de contraintes et de règles collectives. Être beau-parent dans un univers électif, c’est en effet « n’être assigné à rien que parce qu’on l’a choisi, n’avoir que les droits que l’enfant vous a reconnus et ceux qu’on se fixe à soi-même, sans autre contrainte que celles qu’impose la morale des sentiments » (Théry, 1995a : 109). Se dessine dès lors un monde idéal où chacun choisirait ses parents, décrit par Sabine Chalvon-Demersay (1996) à travers l’analyse de fictions télévisées portant sur la famille contemporaine comme une utopie propre à la fin du xxe siècle. Mais cet idéal électif trouve rapidement ses limites dans la réalité, et sert avant tout à masquer l’incertitude qui pèse sur des liens peu définis et difficiles à vivre (Cadolle, 2000). La valorisation nouvelle de la figure beau-parentale paraît ainsi vouloir apaiser l’inquiétude et les difficultés qui accompagnent, au sein même des familles recomposées, l’indéfinition juridique des rôles beau-parentaux et la fragilisation des statuts parentaux.

... mais un « non-parent » en droit

22La non-reconnaissance juridique des relations nées des recompositions familiales est un des constats essentiels des études récentes. La majorité des systèmes juridiques européens et américains demeurent, face aux familles recomposées, dans une logique de préservation des liens de filiation d’origine, au détriment des relations créées par la recomposition, qui ne sont globalement que peu ou pas reconnues (Fine & Fine, 1992 ; Cretney, 1995 ; Franck, 1995 ; Stettler, 1995 ; Sosson, 1993). En France, beau-parent et bel-enfant ne sont liés par aucun « droit ni aucun devoir d’autorité parentale » (Fulchiron, 1995 : 126), ni par aucune obligation légale, d’entretien ou de soutien, d’une part comme de l’autre. En cas de décès du parent de l’enfant, ou après une séparation, le beau-parent, considéré comme un « tiers étranger à la famille », n’a aucun droit particulier à l’égard de ce dernier. Hugues Fulchiron conclut en ce domaine à « un véritable besoin de droit » (1995 : 136), comme certains chercheurs américains, qui appellent de leurs vœux la création d’un statut de fait (de facto parent) pour le beau-parent qui élève l’enfant de son conjoint (Mason & Simon, 1995 ; Mason & Mauldon, 1996 ; Mason, 2000).

23Au-delà de ces lacunes, ce sont aussi la définition normative des rôles et des statuts, les repères symboliques auxquels référer les places et les relations qui trouvent leur expression dans le discours juridique. « Le droit est à l’intersection de la représentation et de l’action. Il imagine et fabrique du réel » (Elbaz, 1989 : 4). Le droit et ses lois constituent un support essentiel pour qui veut connaître le système et les représentations de la parenté au sein d’une société donnée. En premier lieu, le droit autorise ou prohibe les alliances. Il en définit la possible étendue dans le champ de la parenté, et prévoit éventuellement la punition des unions qui transgressent ses règles, celles-ci pouvant alors être définies comme incestueuses. Dans les familles recomposées, fort peu de règles, nous le verrons, organisent et prohibent les relations sexuelles ou les mariages entre proches. Le droit spécifie également les voies privilégiées par lesquelles peut s’effectuer la transmission des biens : la question de la succession est indissociable de celle de la filiation et de sa définition, des sociétés anciennes jusqu’au monde contemporain. Or, en cas de décès du beau-parent, aucun aménagement fiscal n’est prévu pour une éventuelle transmission, censée se réaliser entre des personnes considérées comme étrangères. Le droit actuel de notre société permet enfin, à travers l’adoption, que se créent entre des individus non liés par le sang des relations de parenté légales. Mais l’adoption est-elle adaptée aux situations familiales recomposées ? Inceste, adoption, succession : ces diverses questions se posent d’une manière centrale dans les familles recomposées. La façon dont le droit y répond constitue un véritable discours sur la parenté, la filiation et leur fondements dans les familles recomposées, que nous nous attacherons à élucider tout au long de notre réflexion.

Des relations fragiles

  • 13 La grande majorité des enfants résident avec leur mère. Selon les statistiques du ministère de la J (...)
  • 14 La durée de vie commune entre le père et l’enfant avant la rupture du couple est une donnée d’impor (...)
  • 15 « Les enfants dont le père vit seul ont deux à trois fois moins de chances de le voir plusieurs foi (...)
  • 16 « Plus la situation professionnelle du père lui permet de participer à l’éducation de ses enfants, (...)

24A l’incertitude des statuts et des rôles que révèlent les silences et les évitements du droit s’ajoute le constat de la vulnérabilité des liens familiaux recomposés, qui s’illustre principalement dans l’évolution contemporaine des relations père/enfant. A l’heure actuelle, en France, « un enfant sur trois ne voit jamais le parent dont il est séparé et un sur quatre n’a que des relations espacées avec lui » (Villeneuve-Gokalp, 1994a : 226), ce parent étant le père dans une immense majorité de cas13. Cette tendance à la dissolution des liens paternels interroge la définition du rôle paternel et sa capacité à s’exercer dans la succession de séquences différenciées de vie familiale. Ainsi, la durée, la teneur et la qualité des liens père/enfant avant la séparation déterminent en grande partie la suite de leurs relations14. Si la présence d’un beau-père dans la vie de la mère n’a que peu d’incidence sur les relations de l’enfant à son père, la nouvelle union de ce dernier et la naissance de nouveaux rejetons paraissent conduire plus sûrement à son désinvestissement15. « Pour les pères, les responsabilités à l’égard des enfants s’exercent au sein du couple. Le divorce désengage l’homme vis-à-vis de ses enfants. Quand les hommes revivent en couple, ils peuvent acquérir de nouveaux enfants, à l’entretien desquels ils pourvoient », commente Sylvie Cadolle. L’entretien de l’enfant est un élément-clef de la relation au père, majoritairement non gardien, à travers le paiement de la pension alimentaire. L’absence de versement de celle-ci est fortement associée à la rupture des liens (Festy & Valetas, 1998 ; Martin, 1997) et provient le plus souvent de l’incapacité économique du père, même si l’on peut également rapporter aux conditions d’une rupture plus ou moins conflictuelle les variations observées. Ainsi, la fragilité des liens père-enfant s’aggrave-t-elle au fur et à mesure que l’on descend dans l’échelle sociale16.

25D’autres éléments entrent cependant en ligne de compte, qui tiennent à la définition des rôles paternel et maternel, dans l’ensemble des milieux sociaux. Même lorsque rien ne les empêche d’exercer leur droit de visite, « un certain nombre de pères s’excluent d’eux-mêmes et s’accommodent rapidement d’une situation où ils peuvent avoir le plaisir de la relation aux enfants sans les contraintes de l’éducation au quotidien ». Sylvie Cadolle (2000 : 188) rappelle ici l’importance essentielle de la question du genre dans l’analyse des rôles familiaux contemporains. La répartition sexuelle des rôles au sein du couple parental attribue aux femmes, au fur et à mesure que se déroulent les différentes séquences de la recomposition, la majorité des contraintes et des prérogatives parentales. L’affaiblissement du rôle paternel n’est en outre pas compensé par la présence d’un beau-père qui veille le plus souvent à ne pas déborder les limites de son rôle « additionnel », occupant un rôle « périphérique » à la mère. Les auteurs concluent ainsi à l’apparition d’une tendance dominante à la « monoparentalité éducative » au sein de familles que l’on peut définir comme « matricentrées » (Blöss, 1996 ; Cadolle, 2000).

26Ainsi l’idéal électif censé se réaliser à travers la pluriparentalité recomposée rencontre-t-il bien des obstacles. Car se dessine ici le risque de voir les enfants « désaffiliés » d’une partie de leurs origines et de leur identité familiale (Cadolle, 2000). C’est alors le groupe social tout entier, à travers l’institution de la filiation, qui se trouve fragilisé et mis en cause par l’apparente liberté offerte aux individus de « choisir » leur famille, tout en la recomposant. Certains rappellent alors la nécessaire existence, au sein de toute société, d’un ordre généalogique inconditionnel, qui assure à chacun « une place dans l’univers symbolique de la parenté », assortie « d’un ensemble de droits, de devoirs et d’interdits » (Théry, 1995a : 104).

27De cette évolution et de ces analyses se dégagent un certain nombre d’éclairages essentiels sur les familles recomposées, qui révèlent à chaque époque une difficulté persistante à leur attribuer une place et à leur donner sens sans mettre en danger les repères collectifs qui assurent et protègent l’institution de la filiation. Surgit alors une autre interrogation, qui concerne, au sein de notre univers culturel, la possible existence de configurations relationnelles non réductibles aux seuls éléments constitutifs de la filiation, tels que les énonce notre système de parenté.

L’approche ethnologique

28Comment le regard ethnologique peut-il éclairer et renouveler ces questionnements ?

29Pour analyser ces situations, le seul usage du mot « famille » paraît d’abord insuffisant à la description précise des faits culturels et sociaux qu’il recouvre. L’anthropologie de la parenté fournit à l’analyse des concepts tout à fait opératoires dans l’appréhension des mutations familiales contemporaines : l’alliance et la filiation, l’inceste, l’unité de résidence sont autant d’éléments mis en doute au sein des familles recomposées.

30Encore faut-il, cependant, les penser dans le contexte particulier que représente un univers urbain, mouvant, où naissent de nouveaux modes de sociabilité tandis que d’autres tendent à disparaître. L’ethnologie de la parenté se trouve ici face à des familles dont les traits apparemment les plus frappants sont ceux du changement et de la nouveauté, quand cette discipline s’appliquait justement, jusqu’à une date relativement récente, à n’en décrire que les aspects traditionnels.

  • 17 Signalons l’excellente synthèse réalisée par Françoise Romaine Ouellette et Renée B. Dandurand (200 (...)
  • 18 Dans nos sociétés, la structure complexe de l’alliance se borne à définir négativement les catégori (...)

31A partir de la fin des années 196017, les premières études d’ethnologie française s’intéressent à de petites communautés villageoises et rurales (Zonabend, 1987 ; Segalen, 1992 et 1993), parce que celles-ci constituent des lieux où « le principe de la parenté continue de structurer les relations sociales » au sein d’un « groupe humain de petite dimension, partageant une culture et une histoire, relativement isolé du monde extérieur, structuré autour de relations interpersonnelles qui sont plus facilement observables que dans l’univers complexe du monde urbain » (Segalen, 1993 : 70). Au fil des analyses, c’est autour de l’alliance matrimoniale, de l’unité de résidence et de la dévolution des biens que la spécificité des sociétés paysannes européennes va notamment susciter l’intérêt des études d’ethnologie, tout au long des années 1970 et 1980, rejoignant les interrogations de l’ethnologie historique. Les travaux fondateurs de Claude Lévi-Strauss puis de Françoise Héritier (1981) orientent l’étude de l’alliance, dans les sociétés européennes, vers la recherche d’une solution de continuité entre les systèmes d’alliance mis au jour dans les sociétés élémentaires et semi-complexes et ceux de nos sociétés complexes18. L’ethnologie des sociétés rurales européennes (à travers notamment les travaux de Augustins, 1990 ; Claverie & Lamaison, 1982 ; Jolas et al., 1990 ; Segalen, 1985 ; Zonabend, 1980, entre autres) a de plus permis de faire émerger des thèmes qui demeurent essentiels pour l’étude de la parenté contemporaine : « Les relations entre germains, la centralité des femmes dans les échanges au sein des parentèles, la nomination et la transmission symbolique des identités, la mémoire, les rituels de naissance et de mariage » (Ouellette & Dandurand, 2000 : 5).

  • 19 Pour les références et le contenu de ces études, nous renvoyons le lecteur à la synthèse de Françoi (...)
  • 20 Voir à ce sujet les bilans réalisés par Salitot, Segalen & Zonabend, 1989 ; Segalen, 1992, Ouellett (...)

32Dans les années 1950, dans les pays anglo-saxons, plusieurs recherches de type ethnographique ou microsociologique19 sont également menées au sein de différentes communautés en milieux urbains, s’intéressant aux relations de parenté en contexte d’urbanisation, d’industrialisation et de migration. Depuis lors, de nombreux travaux de sociologie et d’ethnologie ont montré la force de la parenté, demeurée active et signifiante dans le monde moderne, et continuant d’assurer, autour de l’individu, aux côtés ou au sein même de nouveaux réseaux professionnels ou amicaux, une cohésion sociale et un support identitaire essentiel20.

  • 21 En témoigne le double numéro de L’Homme consacré à la parenté, paru en 2000, où seulement deux arti (...)
  • 22 Professeur d’anthropologie à l’université de New York.

33Cependant, rares sont en France les études d’ethnologie traitant des thèmes de la famille et de la parenté dans leur dimension véritablement contemporaine21 : « A quelques exceptions près - notamment les travaux sur les parentés fictives ou rituelles (Cadoret, 1995 ; Fine, 1994, 1998) généralement négligées par les sociologues de la famille -, la parenté a été écartée du champ de l’ethnologie de la France », remarque Susan Rogers22 dans un stimulant tableau de la recherche française en anthropologie. Notant l’absence quasi totale des ethnologues de la France dans le débat public et scientifique suscité par les changements familiaux en cours, elle souligne, dans le domaine de la parenté, « la résistance persistante de la discipline à reconnaître la France contemporaine comme un terrain légitime de recherche ethnologique » (2002 : 155).

  • 23 « Par filiation, nous entendons l’ensemble des processus sociaux définissant les liens de parenté d (...)
  • 24 Voir la synthèse de Chantai Collard (2000) sur l’anthropologie de la parenté en Grande-Bretagne et (...)
  • 25 Dans les systèmes unilinéaires, la filiation se définit en fonction de l’appartenance à une seule l (...)
  • 26 Une inflexion patrilatérale et patrilinéaire se dessine cependant dans nos sociétés à travers les r (...)

34L’étude des formes contemporaines de la parenté en Occident fut pourtant impulsée aux États-Unis dès la fin des années 1960 par les travaux de David Schneider (1968), qui s’attachaient à cerner les représentations symboliques et la définition culturelle des liens entre parents dans les sociétés occidentales, autour de la notion de filiation23, peu envisagée jusqu’alors24. Notre système de filiation, rappelons-le, se caractérise par sa dimension bilatérale. Il correspond également, du point de vue des représentations qui lui sont associées, à l’idée d’une « naturalité » des liens parents-enfants. Contrairement à la définition de l’identité et de l’appartenance familiales telles qu’elles existent dans les systèmes unilinéaires25, chaque individu peut chez nous référer ses origines de façon théoriquement égale à deux lignes de filiation, qui l’unissent à son père et à sa mère26, c’est-à-dire aux deux individus qui lui ont donné la vie : notre système culturel de représentation des liens de parenté s’appuie sur une véritable idéologie, centrée sur l’acte de la reproduction sexuée biologique. David Schneider et d’autres auteurs à sa suite ont ainsi montré que les cultures occidentales interprètent les liens familiaux comme relevant fondamentalement d’un ordre naturel qui justifie tout à la fois l’existence des liens de parenté et leur traduction sociale et affective (Schneider, 1968 ; Strathern, 1992a ; Modell, 1986). Dès lors, les relations nées de la consanguinité constituent un modèle idéal marqué par l’évidence et l’irréversibilité. Cette naturalité donnée à la signification des liens de famille permet également de justifier les interdits sexuels entre parents et enfants. La valeur essentielle attribuée à la dimension biologique de la parenté et, surtout, de la filiation, fait enfin de cette dernière un lien fondamentalement exclusif : « chaque individu », dans notre société, « n’est en position de fils ou de fille que par rapport à un seul homme ou à une seule femme, i.e. chaque enfant n’a qu’un seul père et qu’une seule mère » (Ouellette, 1998 : 157).

  • 27 Françoise Romaine Ouellette cite à titre d’exemples les études réalisées en Mélanésie : Herdt, 1981 (...)
  • 28 Le terme anglais de fosterage provient d’un vieux nom normand. Il traduit l’idée d’un déplacement i (...)
  • 29 Esther Goody (1982) décompose par exemple la parentalité en cinq éléments distincts : mettre au mon (...)

35Cet effort de définition des conceptions occidentales de la parenté a joué un rôle essentiel, transformant le regard porté sur l’ensemble des manières de vivre et de penser les liens entre parents. La poursuite des travaux de David Schneider (1984), en révélant l’influence de nos représentations sur la construction et l’analyse anthropologiques des catégories de la parenté dans le monde, a tout d’abord amené les anthropologues des sociétés non occidentales27 à reconsidérer les faits relatifs à la sexualité, à la procréation et à la filiation, accordant toute leur importance aux théories indigènes (Ouellette & Dandurand, 2000 ; Kuper, 1999). Dès lors, de nouveaux savoirs ont éclos sur la parenté et ses possibles interprétations, ouvrant la voie d’un comparatisme qui inclut dans l’analyse nos propres usages et représentations. Dans certaines sociétés, en Afrique (Goody, 1982 ; Lallemand, 1993a), en Océanie (Jeudy-Ballini, 1992), en Malaisie (Massard, 1983), ou chez les peuples Inuit (Saladin d’Anglure, 1988 et 1998), on observe en effet une circulation généralisée des enfants, à travers des pratiques telles que l’adoption et le fosterage28. Inscrits dans un cadre souple et informel, et majoritairement circonscrits aux réseaux de la parenté et de l’alliance, ces transferts d’enfants attribuent aux donneurs un prestige social inconcevable dans nos propres sociétés, et se font le plus souvent vers des tuteurs eux-mêmes capables d’enfanter des rejetons qui seront à leur tour donnés ailleurs. L’analyse de ces pratiques, fort répandues dans le monde, renvoie de nos schémas culturels une image littéralement inversée, en révélant ainsi le caractère singulier. Elle démontre également la possible multiplication des figures « parentales » autour de l’élevage et de l’éducation de l’enfant et l’existence de liens fondés sur d’autres attributs que la seule consanguinité29, tels que l’acte nourricier, ou les gestes et comportements relatifs à l’éducation d’un enfant (Jeudy-Ballini, 1998). Cette pluralité de liens s’accompagne enfin de la coexistence, au sein d’une même société, de représentations multiples et différentes des liens parents-enfants (Massard, 1988).

  • 30 L’ouvrage collectif dirigé par Didier Le Gall et Yamina Bettahar (2001), qui réunit des analyses so (...)

36Comme par un jeu de miroir, ces analyses ont inspiré en Occident un renouvellement des perspectives. Ainsi, c’est dans l’étude de la circulation des enfants en sociétés traditionnelles qu’ont été forgées les notions de « multiparentalités, pluriparentalités, parentés additionnelles » (Lallemand, 1993), que l’on retrouve aujourd’hui dans la description sociologique ou ethnologique des mutations contemporaines de la famille30. Aux États-Unis, au Québec, en France, en Grande-Bretagne, l’ethnologie récente s’est ainsi distinguée par l’attention portée à l’existence, à différentes époques et dans diverses aires, de relations non réductibles à la norme exclusive et biologisante censée présider à la détermination des liens entre parents.

  • 31 Sur la parenté spirituelle, voir Fine, 1994 ; Héritier-Augé & Coppet Rougier, 1995. Sur l’adoption (...)

37La parenté spirituelle et l’adoption constituent à cet égard des thèmes privilégiés31, dont l’étude a permis à l’anthropologie de la parenté occidentale d’ouvrir de nouvelles perspectives, en révélant l’existence de multiples modes d’affiliation, de plusieurs formes de parenté coexistant à travers différentes définitions des liens entre parents. D’autres relations ont été décrites et analysées, telles que les relations nourricières dans le monde antique (Nielsen, 1987 et 1993 ; Corbier, 1999), le placement des enfants en famille d’accueil (Pontault, 1996 et 2001 ; Cadoret, 1995 et 2001), ou les liens résultant de la circulation des enfants dans les bidonvilles brésiliens (Fonseca, 1985 et 2000). De ces études ressort la possibilité, dans nos sociétés, que des individus se reconnaissent des liens « familiaux » avec d’autres personnes que leurs seuls père et mère de sang. Dès lors, notre définition de la filiation oscille entre deux pôles, la valorisation biologique des liens entre parents coexistant avec une définition « sociale » des même relations (Ouellette, 1998). Cela signifie qu’il n’existe pas, au sein de nos sociétés, « une idéologie unique, cohérente de la parenté [...]. En fonction des circonstances, les mêmes individus utiliseront les arguments qui les arrangent le mieux, qui du reste peuvent être en parfaite contradiction avec d’autres dont ils ont fait état ailleurs, en d’autres occasions » (Collard, 1996 : 53).

38La pluralité ainsi révélée des formes et des représentations occidentales des liens entre parents trouve dans l’évolution contemporaine des modes de vie familiale un écho renouvelé : l’augmentation et la valorisation des relations adoptives légales (Modell, 1993 ; Ouellette, 1996 et 1998 ; Fine & Neirinck, 2000), le développement des nouvelles techniques de reproduction (Héritier, 1985 ; Strathern, 19926), la visibilité nouvelle des parentalités homosexuelles et les revendications qu’elles occasionnent (Cadoret, 2000 et 2001), les recompositions familiales (Martial, 1997, 1998, 2000) imposent de poursuivre une réflexion ethnologique dynamisée par les changements qui surviennent au sein de son plus proche environnement, l’obligeant plus que jamais à porter attention au contexte historique, économique et social dont ils sont issus.

39Ce contexte peut être saisi de diverses manières. Aux États-Unis, les recherches marxistes et féministes des années 1970 et 1980 ont mis en avant l’importance des différences de classes et des inégalités de sexes dans l’étude des mutations familiales, qui s’accompagnent de l’égalitarisation des droits des personnes, homme, femme et enfant. Les transformations contemporaines de la famille s’inscrivent ainsi dans la poursuite d’un mouvement « dominé par les valeurs dites démocratiques d’égalité, d’autonomie et de liberté individuelle » (Ouellette & Dandurand, 2000 : 10), mis en lumière par la sociologie de la famille comme par l’ethnologie.

40Ainsi, l’analyse des relations dites « électives » ou des parentés « choisies » (Fine, 1998a), replacée dans le temps long de l’histoire ou dans la diversité des cultures, révèle-t-elle une évolution fondamentale du contenu des liens entre parents. Dans les sociétés traditionnelles, les affiliations électives telles que l’adoption, par exemple, sont mises au service d’un groupe incarné par la lignée, entité collective constituée à la fois des vivants et des morts de la parenté. Dans le monde moderne, « où tout ce qui reliait la descendance vivante à l’autre monde a disparu », les liens électifs sont mis au service de l’individu « comme autant d’expressions singulières permettant l’expression de soi », dans sa parenté et au-delà. Les travaux québécois de Françoise Romaine Ouellette révèlent à travers les usages de l’adoption la valorisation de liens volontaires et choisis qui renvoient de la filiation une définition « individualisante et instrumentale » (1995 : 68), dissociée de l’institution généalogique de la parenté (2000). Ces analyses font écho aux travaux de Marilyn Strathern (1992 a et b), qui a décrypté les conceptions anglaises de la parenté à partir de l’étude des nouvelles techniques de procréation, dans une perspective comparatiste puisant à la connaissance de la culture et des usages mélanésiens. Elles révèlent au sein de nos sociétés un « processus d’individualisation croissante selon lequel chacun ne représenterait plus que lui-même, et non des relations incorporées, de sorte que notre modèle culturel de reproduction suppose des individus reproduisant des individus » (Ouellette & Dandurand, 2000 : 9).

41Devant la multiplication des manières de vivre et de penser les liens familiaux, émergeant d’autant de choix et de parcours individuels, l’ethnologie interroge le contenu même des actes, des usages, des représentations qui définissent aujourd’hui un parent. « Est-ce celui qui a donné naissance et qui a reconnu son enfant comme son fils ou sa fille ? Celui qui a une obligation d’entretien à son égard ? Celui qui transmet son nom et ses biens ? Celui que la société a défini comme tel par un acte juridique ? Celui qui élève, aime, prodigue les soins ? » (Fine, 2000 : 17).

42Dans les familles recomposées - comme dans les familles constituées grâce à l’adoption ou par les nouvelles techniques de procréation - aucune de ces questions ne relève de l’évidence, alors qu’elles représentent une expérience beaucoup plus répandue parmi nos contemporains. Au regard des problématiques forgées par l’ethnologie récente des parentés euro-américaine, elles apparaissent comme un extraordinaire lieu d’observation, un miroir où se dévoilent les modes de constitution et de reconnaissance des parentalités et de la filiation contemporaines.

43Dans ces familles, les composantes « biologique » et « sociale » de la relation parentale sont nécessairement dissociées. En leur sein, les enfants circulent, et sont éventuellement nourris, élevés, éduqués par des beaux-parents qui ne sont pas leurs parents biologiques mais partagent avec ces derniers, à des degrés divers, certaines fonctions de nourrissage et d’éducation. Révélant, tout en la contredisant, la dimension exclusive du lien de filiation, les actes relatifs à la parentalité y sont l’objet de partages, de divisions et de redoublements dans le temps et dans l’espace du familial, alors que se multiplient les figures susceptibles de devenir pour l’enfant des « parents », ou que s’additionnent des liens réunis sous le vocable de « fraternité ». L’ethnologue peut poser sur ces configurations familiales singulières un regard spécifique, moins attaché à l’évaluation de l’intégration sociale de ces familles qu’à la description minutieuse de leurs pratiques, de leurs discours et de ceux qu’elles suscitent dans notre système culturel et juridique. Comment les liens s’y fondent-ils, comment se défont-ils et qui amènent-ils à désigner parmi les père et mère, beau-père et belle-mère, demi, quasi et frères et sœurs de sang, comme apparentés à l’enfant ? Dans l’exploration de la trame familiale recomposée, nous espérons ainsi rejoindre une interrogation plus générale sur la manière dont les individus construisent et perçoivent aujourd’hui les divers liens qui les unissent.

44Interroger les relations familiales recomposées sous l’angle de la définition des liens entre parents conduit à décliner selon diverses perspectives l’analyse des discours, des actes et des représentations qui leur sont attachés.

45Le premier axe de notre réflexion explore, autour de deux questions centrales, l’ordonnance généalogique des relations familiales recomposées. Qu’en est-il, au sein de configurations nées de parcours conjugaux et familiaux plusieurs fois recommencés, de l’agencement des statuts générationnels ? Existe-t-il par ailleurs une définition de l’inceste et de sa prohibition, entre des individus qui ne sont pas toujours apparentés par le sang ? En décrivant l’incertitude qui règne en ces domaines au sein de ces familles, nous tenterons de mettre au jour la redéfinition profonde des relations entre générations, ainsi qu’une interprétation singulière de la notion d’inceste, révélatrice d’une évolution plus générale de la perception des liens entre parents.

46Afin de mieux la saisir, nous poursuivrons notre exploration des relations familiales recomposées en privilégiant le déroulement historique et l’ordonnance biographique des parcours recomposés. Nous pourrons observer comment, entre le temps spécifique de l’enfance, de l’éducation, et celui de la transmission, des liens parfois scellés par l’adoption naissent et évoluent aux côtés des relations de sang. Qu’en est-il, alors, d’une possible pluriparentalité, et de la définition des divers liens qui la composent ?

Notes

1 « quasi-frères », « quasi-sœurs » : ce terme est apparu dans les travaux sociologiques traitant des familles recomposées, pour désigner les relations unissant les enfants issus des unions antérieures de chacun des conjoints au sein d’une famille recomposée (Théry, 1991).

2 Chaque témoignage a par la suite fait l’objet d’une transcription intégrale.

3 Dans les recherches sur les familles recomposées, l’enfant n’a longtemps été consulté que dans le cadre de travaux de psychologie clinique (voir par exemple Hurstel & Carré, 1993). Quelques travaux de sociologie se sont cependant intéressés au point de vue des « enfants » de familles recomposées. Un article de Didier Le Gall (1999) présente ainsi une analyse de la manière dont les beaux-enfants perçoivent leur beau-parent. L’enquête de Sylvie Cadolle (2000) repose sur l’analyse de dyades relationnelles incluant toujours un beau-parent et un bel-enfant, mais ce dernier n’a pas été systématiquement rencontré. Citons en dernier lieu le récent travail réalisé au Québec par Marie-Christine Saint-Jacques et Claire Chamberland (Saint-Jacques, 2000) auprès d’adolescents vivant en familles recomposées.

4 L’histoire et la configuration particulières des trente situations familiales rencontrées sont exposées en annexe p. 251.

5 Selon les historiens et les démographes des sociétés d’Ancien Régime, « le remariage est, au même titre que le retard de l’âge au mariage, la forte mortalité et l’absence de contraception, l’un des éléments du système démographique bien connu sous le nom de European pattern », Philippe Ariès, « Introduction », in Dupâquier et al., 1981 : 35-41. Sur cette question, voir dans ce même ouvrage les contributions de Guy Cabourdin, Martine Segalen, Carlo Cossini, Sune Akerman, etc. Voir également Micheline Baulant (1972 : 959-968) ; Peter Laslett, Family Life and illicit Love in Earlier Generations, Londres, Cambridge University Press, 1977.

6 Dans son étude de la tutelle des orphelins sous l’Ancien Régime, Sylvie Perrier a mis en lumière plusieurs « types » de recomposition : dans le premier, « simple », un veuf avec enfant se remarie avec une célibataire. Dans le second, « double », deux veufs avec enfants se remarient et mettent en commun leur progéniture. Il existe enfin des recompositions « en chaînes », qui comprennent des remariages successifs : « On observe alors deux parcours possibles : le survivant des père et mère de la première union se remarie, a des enfants de la seconde union, perd son conjoint et se remarie à nouveau pour fonder un troisième foyer familial ; ou bien, le survivant des père et mère de la première union se remarie, a des enfants de la seconde union, meurt, et son conjoint (beau-parent des enfants de la première union) se remarie » (Perrier, 1996 : 67).

7 L’ethnologie historique a bien montré l’importance des modes de dévolution de la terre et des biens, combinés aux systèmes résidentiels, dans la détermination des stratégies d’alliance au sein des sociétés traditionnelles d’Europe. Voir par exemple Lamaison, 1987 ; Augustins, 1990.

8 D’excellentes synthèses ont analysé les études scientifiques apparues dans les pays occidentaux dès la fin du xixe siècle, démontrant l’incidence néfaste du divorce et du remariage sur le développement psychologique et social des enfants. Voir par exemple Lefaucheur, 1987 et 1993 ; Théry, 1987 ; Martin, 1997.

9 En terme de flux, Henry Léridon estimait en 1995 à 120 000 « le nombre d’enfants connaissant en une année le divorce de leurs parents, auxquels s’ajoutent 40 000 vivant la rupture du couple parental non marié » (Léridon, 1995 : 91).

10 Pour un état des recherches anglo-saxonnes et françaises concernant les familles recomposées, voit les travaux d’Irène Théry (1987 et 1991) et les récentes synthèses de Sylvie Cadolle (2000 et 2001).

11 Cette évolution s’est poursuivie jusqu’à la promulgation récente, le 4 mars 2002, de la loi relative à l’autorité parentale.

12 Voir en annexe (p. 284-287) l’appartenance socio-culturelle des personnes rencontrées.

13 La grande majorité des enfants résident avec leur mère. Selon les statistiques du ministère de la Justice, 85 % des jugements de divorce attribuent la garde des enfants à leur mère, 9 % au père, 5 % aux deux parents et moins de 1 % à un tiers. Dans l’enquête ined sur les situations familiales, « au lendemain de la séparation, 81 % [des enfants] vivent avec leur mère, 11 % avec leur père, et 8 % sont confiés à une autre famille » (Villeneuve-Gokalp, 1994a : 206).

14 La durée de vie commune entre le père et l’enfant avant la rupture du couple est une donnée d’importance : que les couples soient mariés ou non, si l’enfant avait moins d’un an à la séparation, il a plus d’une chance sur deux de ne plus voir son père du tout au bout de quelques années. Quand le père a vécu moins de six ans avec un enfant, trois ans après la séparation, le quart des enfants a perdu tout contact avec lui et ils ne sont plus que 30 % à le voir plus d’une fois par mois (Villeneuve-Gokalp, 1994a).

15 « Les enfants dont le père vit seul ont deux à trois fois moins de chances de le voir plusieurs fois par mois, et risquent trois fois moins une rupture totale que les enfants dont le père a eu d’autres enfants » (Villeneuve-Gokalp, 1999).

16 « Plus la situation professionnelle du père lui permet de participer à l’éducation de ses enfants, plus les contacts restent fréquents : ce sont les enfants des classes moyennes qui vivent le plus souvent avec leur père (23 % lorsque le père exerce une profession intermédiaire), et lorsque les enfants résident avec leur mère, ce sont les enfants de cadre qui le voient le plus souvent (la moitié des enfants de cadre le voient au moins une fois tous les quinze jours et seulement 13 % jamais) » (Villeneuve-Gokalp, 1994a : 228).

17 Signalons l’excellente synthèse réalisée par Françoise Romaine Ouellette et Renée B. Dandurand (2000) sur l’évolution de la recherche en anthropologie dans les sociétés américaines et européennes, que nous utiliserons largement pour cet état des lieux.

18 Dans nos sociétés, la structure complexe de l’alliance se borne à définir négativement les catégories de parents qui ne peuvent être épousés sans pour autant déterminer les personnes qui doivent l’être, ce qui les distingue des sociétés où les structures élémentaire ou semi-complexe définissent directement ou indirectement les catégories de parents épousables (Barry, Bonte et al., 2000 : 722).

19 Pour les références et le contenu de ces études, nous renvoyons le lecteur à la synthèse de Françoise Romaine Ouellette et Renée B. Dandurand, « L’anthropologie des parentés euro-américaines », in Anthropologie et Sociétés, vol. 24, n° 3, 2000, pp. 5-20.

20 Voir à ce sujet les bilans réalisés par Salitot, Segalen & Zonabend, 1989 ; Segalen, 1992, Ouellette & Dandurand, 2000.

21 En témoigne le double numéro de L’Homme consacré à la parenté, paru en 2000, où seulement deux articles sur trente-cinq abordent la question des formes familiales « nouvelles » apparues dans les sociétés occidentales : celui d’Éric Fassin, sociologue, à propos des familles homoparentales, et la synthèse de Chantai Collard qui traite des recherches sur la parenté... dans les pays anglo-saxons.

22 Professeur d’anthropologie à l’université de New York.

23 « Par filiation, nous entendons l’ensemble des processus sociaux définissant les liens de parenté d’un individu (en ligne directe et collatérale), notamment son statut de fils ou de fille qui l’intègre à une lignée et à une communauté (qui fait passer ses parents dans les positions de père et mère, et leurs propres parents dans les positions de grands-pères et grands-mères). La parenté désigne l’ensemble des personnes ayant entre elles des liens de consanguinité ou d’alliance ainsi que le mode de structuration du groupe. Le groupe de parenté déborde la famille nucléaire et il est structuré en référence à un système particulier de classification, d’appellation et de référence, le système de parenté » (Ouellette, 1994, p. 21).

24 Voir la synthèse de Chantai Collard (2000) sur l’anthropologie de la parenté en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

25 Dans les systèmes unilinéaires, la filiation se définit en fonction de l’appartenance à une seule ligne de parents : les parents de la mère, en système de filiation matrilinéaire, ou les parents du père, en système de filiation patrilinéaire.

26 Une inflexion patrilatérale et patrilinéaire se dessine cependant dans nos sociétés à travers les règles relatives à la transmission du nom et des biens.

27 Françoise Romaine Ouellette cite à titre d’exemples les études réalisées en Mélanésie : Herdt, 1981 ; Godelier, 1982 ; Weiner, 1983 ; Strathern, 1988.

28 Le terme anglais de fosterage provient d’un vieux nom normand. Il traduit l’idée d’un déplacement informel, momentané et réversible de l’enfant. « Le fosterage est la prise en charge temporaire d’un enfant par des personnes autres que ses géniteurs, ce transfert n’ayant pas d’incidences sur le statut ou l’identité de l’enfant » (Jeudy-Ballini, 1998 : 20).

29 Esther Goody (1982) décompose par exemple la parentalité en cinq éléments distincts : mettre au monde, nourrir, éduquer, donner une identité à la naissance, et garantir l’accès de l’enfant au statut d’adulte. Les attributs de la fonction parentale, ainsi divisés, peuvent être dispersés entre plusieurs lieux et divers individus.

30 L’ouvrage collectif dirigé par Didier Le Gall et Yamina Bettahar (2001), qui réunit des analyses sociologiques, ethnologiques et psychanalytiques sur les formes contemporaines du lien familial autour du thème de La pluriparentalité, en est un des plus récents exemples.

31 Sur la parenté spirituelle, voir Fine, 1994 ; Héritier-Augé & Coppet Rougier, 1995. Sur l’adoption dans le monde antique, voir entre autres Moreau, 1992 ; Leduc, 1998 ; au Moyen Âge, Médiévales, 1998, et pour la période contemporaine, Modell, 1993 ; Collard, 1996 ; Fine, 1998 et 2001 ; Fine & Neirinck, 2000 ; Ouellette, 1996 et 1998.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search