Version classiqueVersion mobile

Les débris épars du progrès

 | 
Jean-François Gossiaux

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’anthropologie se donne à voir comme la science de la comparaison par excellence. Cette prétention est pour elle fondatrice et identitaire, à l’encontre de sa sœur aînée (et quelque peu ennemie) qu’est l’histoire. « L’anthropologie revendique [en ses débuts] contre l’histoire le statut de science comparative et généralisante sur le modèle des sciences de la nature » (Lenclud 2000 : 334). Si le modèle apparaît aujourd’hui daté, l’ambition demeure. Le statut a même obtenu la reconnaissance des définitions usuelles. Une navigation sur le web permet ainsi d’apprendre, avec l’efficacité mnémonique des lectures vingt fois répétées, que « l’anthropologie s’appuie notamment sur l’étude comparative des différentes sociétés et ethnies décrites par l’ethnologie et envisage l’unicité de l’esprit humain à travers la diversité culturelle1 ». Dans le champ scientifique et académique, le rôle dévolu à la comparaison est resté au centre de la rivalité persistante entre l’anthropologie et l’histoire...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search