Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Sur les traces de l’art gravé paléolithique : analyses et lectures

p. 221-228


Texte intégral

1Les auteurs de l’art paléolithique ont utilisé une large palette de techniques. La gravure, souvent fine, quasiment invisible à l’œil nu, se dévoile grâce au travail du relevé. Celui-ci, du fait du temps passé à explorer les surfaces, est source d’interrogations qui sont partiellement résolues par des techniques d’examen en laboratoire. Ainsi se révèlent des éléments de lecture mettant en lumière l’histoire des supports et des images.

Fragments d’histoire

2L’art paléolithique, reconnu depuis le xixe siècle, regroupe des expressions graphiques s’étendant sur plus de 40 000 ans et sur un vaste territoire dont l’ancienneté et l’étendue se sont notablement accrues avec les découvertes archéologiques récentes.

3La diversité de l’art paléolithique s’exprime dans la localisation et les supports de ces expressions graphiques : les images se trouvent aussi bien sur des supports mobiles que sur des falaises ou encore dans les espaces les plus étroits et profonds des grottes (Fritz 2017).

4Enfin, c’est l’éventail des techniques utilisées qui montre la grande amplitude et complexité qu’avait atteintes l’expression artistique à ces époques fort anciennes de l’histoire : la peinture, parfois avec des préparations élaborées de pigments et de liants, le dessin au fusain, la gravure, parfois une combinaison de toutes ces techniques, ainsi que le modelage. Les techniques des Paléolithiques nous livrent une image d’artistes expérimentés, parfois au talent extraordinaire, ainsi surtout qu’une iconographie et des moyens d’expression graphique très aboutis.

5Avant d’évoquer le travail d’étude et d’interprétation, il convient de signaler le quasi-miracle que représente la conservation de l’art paléolithique, pourtant si fragile, notamment en ce qui concerne les grottes ornées. La probabilité que se conservent des réalisations pariétales ou des traces au sol est très faible compte tenu de la dynamique des processus naturels dans les milieux souterrains. La bonne préservation de certaines grottes célèbres, par exemple la grotte Chauvet-Pont d’Arc, la grotte de Lascaux ou encore celle de Cussac, laisserait presque oublier leur fragilité et leur ancienneté. Toutefois il faut se rendre à l’évidence : une très grande partie des sites ornés ont disparu et certains n’ont pas encore été découverts (Fritz 2017).

6Comme pour tout champ d’étude archéologique, nous avons affaire à des fragments de l’histoire ne révélant leur secret que partiellement.

L’artefact : une source codée

7Non seulement les lieux d’occupation ou de fréquentation ont été transformés par le temps, mais il en va de même pour l’ensemble des artefacts qui s’y trouvent. Chaque objet archéologique porte à la fois des informations sur son façonnage (depuis le choix et le prélèvement de la matière première jusqu’au produit fini), sur son utilisation (usure, fracturation, réparation, recyclage, transformation) et sur l’ensemble des traces laissées par les processus post-dépositionnels.

8Étudier un artefact équivaut à la consultation d’un ouvrage codé qu’il s’agit de lire, de comprendre et de contextualiser afin de tirer parti de toutes les informations enregistrées. L’analyse technologique et la tracéologie pratiquées depuis le milieu du xxe siècle sont les démarches archéologiques issues de cette volonté de prendre en considération ces traces, en plus d’une approche purement stylistique ou typologique (Semenov 1964). Autant la notion de chaîne opératoire est devenue un modèle classique dans la recherche en archéologie pour l’équipement en pierre et en matière osseuse, autant son application au domaine des arts paléolithiques est plus récente. Pourtant, les objets décorés ou les pièces d’art mobilier paléolithiques permettent une lecture similaire à celle de tout autre artefact.

9Une telle approche technique conduit à une pratique de recherche faisant appel aux sciences appliquées : celles mises en œuvre par les experts en sciences des matériaux et aussi par des spécialistes en imagerie. L’utilisation de ces techniques d’analyse s’inscrit dans le protocole de nombreuses recherches archéologiques consacrées à l’art des périodes anciennes, qu’il soit rupestre ou mobilier.

Lire les images : examen d’un objet d’art paléolithique

10Faute de sources écrites, les objets fabriqués et utilisés par les populations du paléolithique sont les seuls témoins matériels de ces cultures anciennes. À travers les expressions graphiques inscrites sur des supports immobiles ou des objets, nous disposons d’informations étroitement liées à la façon de percevoir, d’appréhender et d’habiter le monde. L’étude iconographique ainsi que la prise en compte de l’ensemble des éléments pouvant contribuer à la lecture et à l’interprétation des images sont de première importance.

11Relever, décrire, analyser et interpréter l’art paléolithique revient à lire l’histoire. Le questionnement initial, l’approche méthodologique et le choix des techniques d’analyse qui en résultent sont des éléments clés de l’approche contemporaine de l’art paléolithique. Une gamme conséquente de techniques d’analyse s’offre en effet aujourd’hui aux chercheurs, même si leur efficacité dépend de la pertinence des questions formulées.

12Une observation approfondie des objets et un relevé minutieux constituent généralement les phases fondamentales d’une approche scientifique susceptible de formuler de pertinentes questions sur les objets. Elles portent à la fois sur la lecture des traces et leur caractérisation : dessins, gravures, fractures, stigmates d’utilisation ou naturels.

13L’application des techniques d’analyse issues des sciences naturelles, physico-chimiques et optiques ouvre de nombreuses possibilités pour trouver des clés de lecture et de compréhension. Pour l’art paléolithique gravé, ce sont notamment l’imagerie scientifique, la photographie, le dessin assisté par ordinateur, la microscopie et l’imagerie 3D qui ont largement contribué à la précision de lecture des objets.

14La photographie et la numérisation 3D, et avant tout le traitement numérique des données, offrent de multiples outils de modification des images, permettant une lecture améliorée des représentations et traces. Le fait que ces techniques travaillent sans contact, et de façon non invasive, rend leur application particulièrement adaptée aux objets les plus fragiles. Une fois l’acquisition des données réalisée, il est possible d’explorer d’une façon inédite les objets jusqu’à l’échelle micronique. Que ce soit par des filtres sélectifs de couleur, des variations sélectives ou globales de contraste, ou des suppressions de couleurs naturelles, les outils numériques offrent des visions nouvelles et augmentées.

15La numérisation d’une petite sculpture en ivoire, connue sous le nom de la « Dame de Brassempouy », a révélé de nouveaux aspects iconographiques. Les images haute résolution ont permis de mettre en évidence la réalisation de deux microcavités à l’emplacement des narines de seulement 0,3 mm de diamètre. Quasiment invisible à l’œil nu, ce détail très naturaliste contraste avec le caractère certes très harmonieux et esthétique, mais très épuré, de la réalisation de cette tête. Tout semble indiquer que ce détail est d’ordre symbolique plus que d’ordre esthétique (Schwab et al. 2021) (fig. 1).

Fig. 1 

Image

En haut : « Dame de Brassempouy », sculpture en ivoire de mammouth, 3,65 cm (Brassempouy, Landes), Gravettien moyen : 32 000 et 30 500 ans avant le présent. (© Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye.)

16L’échelle micronique, notamment en 3D, permet d’identifier des signatures d’outils ou de gestes, témoignant ainsi des techniques artistiques. Pour ce qui est de la reconstitution des chaînes opératoires en cas de superpositions, les analyses permettent bien souvent d’établir l’ordre de composition d’une image ou la chronologie relative des représentations s’il y en a plusieurs. Il apparaît en effet que, pour certaines pièces d’art mobilier, les successions d’images suivent une logique narrative. Tel est le cas pour la représentation d’une femme enceinte, sur laquelle une même main et le même outil ont gravé un nouveau-né (Airvaux 2001 ; Mélard 2008) (fig. 2).

Fig. 2 – Pierre gravée du site magdalénien de la Marche (Lussac-les-Châteaux, Vienne), Magdalénien moyen : 14 500 ans BP (collections musée de l’Homme, MH-50-7-42).

Image

En haut : © Photographie et relevé : Fred Delangle, 2021. En bas : Reconstitution de la succession des gravures et image microtopographique du recoupement des tracés de la femme et du nouveau-né.

© Relevé : Nicolas Mélard, 2004.

17Un tel constat amène directement à poser la question de la fonction qu’ont pu avoir les représentations. La superposition gêne en effet l’appréciation des images individuelles. Les images semblent avoir été éphémères, suggérant qu’il s’agissait d’illustrations accompagnées de paroles.

18En plus de la caractérisation des aspects techniques, l’analyse permet d’identifier toutes sortes de traces d’usure pouvant être localisées sur les objets. Leur étude détaillée permet d’acquérir des informations concernant l’intensité d’utilisation de l’objet, sa manipulation, les éventuels changements de fonction ou les conditions de son abandon.
C’est le cas pour les pierres gravées de certains sites magdaléniens tels que les grottes d’Enlène (Ariège) ou encore de la Marche (Vienne). Nombre d’entre elles témoignent, à travers des superpositions de gravures et d’autres traces, d’une succession d’usages variés : tantôt support de gravures, tantôt plan de travail ou encore élément d’aménagement de l’habitat (Bégouën et al. 2019 ; Mélard 2008).

Arts préhistoriques : « l’intégration de la langue […] au visible »

19Avec cette expression d’Anne-Marie Christin (1999) destinée à définir l’écriture, apparaît une des fonctions qu’ont sans doute eue certaines images du Paléolithique. Aux yeux de celui qui sait décoder les détails, une narration, un récit ou même un mythe peut se dégager (Le Quellec 2021). La lecture technologique approfondie de l’art paléolithique permet d’appréhender des fragments matériels de pratiques orales très anciennes.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Airvaux Jean, 2001. L’art préhistorique du Poitou-Charentes, sculptures et gravures des temps glaciaires, Paris, La maison des roches éditeur.

Begouën Robert, Pastoors Andreas & Clottes Jean, 2019. 
La grotte d’Enlène : immersion dans un habitat magdalénien, Montesquieu-Avantès/Paris, Association Louis Bégouën – In Fine ­éditions d’art.

Christin Anne-Marie, 1999. « Les origines de l’écriture. Image, signe, trace », Le Débat, 106(4), p. 28-36.

10.3917/deba.106.0028 :

Fritz Carole, 2017. L’art de la préhistoire, Paris, Citadelles & Mazenod.

Le Quellec Jean-Loïc, 2021. Avant nous le déluge ! L’humanité et ses mythes, Bordeaux, Éditions du détour.

Mélard Nicolas, 2008. « Pierres gravées de la Marche à Lussac-les-­Châteaux (Vienne) : techniques, technologie et interprétations », Gallia Préhistoire, 50, p. 143-268.

Schwab Catherine, Mélard Nicolas & Catro Philippe, 2021. « Coup de projecteur sur la Dame de Brassempouy, de la fouille ancienne à l’étude par imagerie 3D », Antiquités nationales, 50/51, p.  88-99.

Semenov Sergeï Aristarkhovich, 1964. Prehistoric Technology: An Experimental Study of the Oldest Tools and Artefacts from Traces of Manufacture and Wear, Londres, Cory, Adams & Mackay.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.