Version classiqueVersion mobile

Bijoux à secrets

 | 
Patrizia Ciambelli

Épigraphe

Texte intégral

Et qui sait ce qu’un bijou peut avoir dans l’âme ?
[…] lorsque la bouche et le bijou d’une femme se contredisent,
lequel croire ?
Diderot, Les bijoux indiscrets (1968 [1748] : 41,53)

La femme aux secrets et, pour ainsi dire, secrétaire,
si l’on pense à ces palais en miniature, avec leurs colonnades
qui se perdent dans des perspectives impénétrables
et leurs minuscules tiroirs étagés,
ces cabinets que l’ébénisterie italienne et flamande
a inventés pour qu’ils gardent des secrets
à l’abri de leurs paysages et bouquets marquetés.
Giulia Sissa & Charles Baladier, « Cosi san tutte »,
Sigila (2000, 6 : 12)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search