Version classiqueVersion mobile

Socialismes en Afrique

 | 
Françoise Blum
, 
Héloïse Kiriakou
, 
Martin Mourre
, 
et al.

Deuxième partie : socialismes en actes. 2 : pratiques esthétiques et propagande

Implanter le socialisme par le cinéma ?

La diffusion des films soviétiques en Afrique au début des années 1960

Gabrielle Chomentowski

Texte intégral

  • 1 Sauf autre indication, toutes les traductions du russe sont de l’auteure du chapitre.

1Au début des années 1960 « la majorité de la population africaine n’avait aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler l’Union soviétique. Il fallait donc rectifier cette situation sur le plan à la fois culturel et idéologique. Au début, on choisit trois pays où Nikita Khrouchtchev voulait construire le socialisme et où les actions anticoloniales étaient les plus spectaculaires : le Ghana, la Guinée et le Mali. C’est dans ces pays que furent ouvertes les premières ambassades soviétiques en Afrique de l’Ouest, à qui l’on confia la mission de diffuser le message soviétique. Et le plus simple, c’était de commencer par le cinéma » (Tarelin 2014 : 75)1. C’est ainsi qu’Andreï Tarelin explique dans ses mémoires les raisons pour lesquelles lui et deux projectionnistes sont envoyés par le ministère soviétique des Affaires étrangères en Guinée en 1960. L’Union soviétique, peu présente sur le marché cinématographique en Afrique jusqu’à la fin des années 1950 – du fait de la censure dont les films soviétiques furent l’objet par de nombreux gouvernements –, se présente aux pays indépendants comme un nouvel acteur de la diffusion des films et un partenaire privilégié pour aider au développement des infrastructures cinématographiques encore embryonnaires. Il s’agit là, de la part de l’URSS, d’élargir à de nouveaux territoires sa diplomatie culturelle, dont le cinéma est un pilier, et ainsi de tenter d’implanter, par le biais des films, le socialisme dans « le cœur et les esprits » des populations africaines.

  • 2 Le journal Horoya, organe quotidien du Parti démocratique de Guinée, publie de manière irrégulière (...)
  • 3 Ce chapitre est le fruit d’un projet de recherche en cours sur les circulations cinématographiques (...)

2L’histoire de la diffusion des films soviétiques en Afrique au début des années 1960 s’inscrit dans un panorama de luttes politiques tridimensionnelles : luttes pour l’indépendance et contre le néocolonialisme, confrontations entre rivaux de la guerre froide, luttes à l’intérieur des blocs défendant une même idéologie. Tout en rappelant le climat politique de la fin des années 1950 et du début des années 1960, période en pleine ébullition créative, nous nous interrogerons sur la manière dont cette politique de diffusion des films soviétiques s’est structurée. Quels ont été les moyens utilisés par l’Union soviétique pour s’insérer dans ce marché cinématographique très prisé au début des années 1960 ? Ce nouvel acteur de la vie cinématographique des pays d’Afrique n’a-t-il pas été le bienvenu, surtout en Guinée, au Ghana, en Éthiopie ou au Mali, pays qui prirent le chemin du socialisme ? Peut-on mesurer le succès de cette politique de diffusion et de la réception des films auprès des populations ? S’il est encore trop tôt pour répondre à toutes ces questions, le dépouillement partiel de plusieurs sources permet déjà de confirmer ou d’infirmer les ambitions soviétiques. Parmi les sources utilisées ici, citons les documents d’archives relatives à l’organisme d’importation et d’exportation des films soviétiques, Sovexportfilm, les journaux africains publiant la programmation des films diffusés en salles, comme le journal guinéen Horoya2, les mémoires du fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères Andreï Tarelin, ainsi que la réalisation d’entretiens. De plus, l’entrée par la diffusion des films soviétiques permet de voir sous un jour nouveau comment les gouvernements, au lendemain des indépendances, se sont positionnés sur le développement culturel de leur pays3.

Contexte politique et cinématographique au lendemain des indépendances

Le rapprochement diplomatique entre l’URSS et l’Afrique

  • 4 Les relations entre l’Empire de Russie puis l’Union soviétique et l’Afrique dans les années 1920 et (...)
  • 5 Pour rappel, la conférence qui se tient en Indonésie dans la ville de Bandung en avril 1955 réunit (...)

3Les relations d’État à État qui se nouent entre l’Union soviétique d’un côté et plusieurs pays d’Afrique de l’autre à partir de la fin des années 1950 doivent être lues à la lumière des transformations qui secouent la scène politique à une échelle à la fois nationale et internationale, les deux étant intrinsèquement liées4. La dislocation des empires, d’abord en Asie puis au Proche et Moyen-Orient et en Afrique, et les déclarations de non-alignement de ces États indépendants lors de la conférence de Bandung de 19555 poussent Nikita Khrouchtchev, nouveau premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS), inspiré des thèses léninistes, à s’engager dans le soutien inconditionnel aux luttes anti-impérialistes. Ce soutien, qui relève d’une valeur géopolitique stratégique, se manifeste à la fois par une assistance militaire aux organisations politiques en lutte dans des pays encore colonisés et par la reconnaissance diplomatique et la signature d’accords militaires, commerciaux, éducatifs et culturels avec les pays devenus indépendants (Bartenev 2007). Membre de l’UNESCO depuis 1954, le gouvernement soviétique occupe avec zèle sa mission d’aide au développement, se positionnant comme un allié privilégié et un interlocuteur alternatif face aux Américains ou aux anciennes puissances coloniales. Il s’agit pour les Soviétiques, alors que la guerre froide est entrée dans une phase de coexistence pacifique, de convaincre de jeunes États se revendiquant comme « non-alignés » des bienfaits du modèle politique et économique soviétique et d’élargir ainsi le camp socialiste.

  • 6 Archives d’État d’art et de littérature de la Fédération de Russie (Rossijskij gosudarstvennyj Arhi (...)

4Du côté des pays nouvellement indépendants, l’assistance de la part de l’Union soviétique, mais plus largement de la part des différents pays du bloc socialiste, est souvent bienvenue car elle permet de multiplier et diversifier les partenaires économiques. L’Égypte signe un premier accord militaire avec la Tchécoslovaquie en 1954, la Tunisie un accord commercial avec l’Union soviétique en 1956, suivie par le Ghana en 1957 et la Guinée en 1959. Après les domaines militaires et/ou commerciaux, c’est au tour des échanges éducatifs et culturels de faire l’objet d’accords bilatéraux. Ainsi pour l’année 1961-1962, des échanges culturels avec l’Union soviétique ont été établis avec seize pays d’Afrique, parmi lesquels la Lybie, la Tunisie, le Maroc, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Sénégal, le Cameroun, le Nigeria, le Liberia, l’Ouganda, l’Éthiopie, la Somalie, le Soudan, le Togo, et enfin la République malgache. Le responsable soviétique des liens culturels avec l’Afrique note en 1961 que « les échanges culturels les plus heureux se font avec les pays comme la Guinée, l’Éthiopie, le Ghana, la République du Mali et le Maroc6 », soit cinq pays qui ont choisi à cette date de s’inspirer du modèle politique et économique de l’URSS.

Infrastructures et professionnels du cinéma en Afrique à la fin des années 1950

  • 7 De même, la pratique d’enregistrer par « l’œil » de la caméra toutes les manifestations politiques (...)

5Ces accords culturels, qui s’inscrivent dans une conception d’échanges mutuels de savoir-faire, intéressent aussi bien la littérature, la danse, la musique, la radio, que la télévision et le cinéma. Concernant ces trois derniers domaines, l’échange est biaisé par le fossé quantitatif et qualitatif entre les partenaires : ainsi à la fin des années 1950, les pays d’Afrique présentent des infrastructures bien plus modestes que celles de l’Union soviétique et que l’on ne peut qualifier d’industrie7. Si « le cinéma se diffuse dès son invention à des rythmes et selon des ampleurs variables » (Goerg 2015 : 10) partout en Afrique, il reste jusqu’aux indépendances majoritairement l’affaire des Européens ou de ressortissants des diasporas syro-libanaise, arménienne et indienne. Ceux-ci développent des réseaux de salles de cinéma destinées aux colons comme aux colonisés dans lesquelles sont diffusés des films distribués par des entreprises européennes et américaines. Les studios de production en Afrique sont rares. On observe néanmoins l’instauration de plusieurs structures dès le début du siècle, surtout dans les pays d’Afrique anglophone ou sous domination britannique : le Killarney Film Studios est créé en 1915 à Johannesbourg par un juif new-yorkais, quand le studio Misr est fondé en 1935 au Caire par un entrepreneur égyptien ; conçue également en 1939, la Colonial Film Unit sème des antennes locales au Soudan, au Nigeria et en Gold Coast, produisant essentiellement des films éducatifs et documentaires. Au Congo belge, ce sont des missionnaires qui, à la fin des années 1940 et 1950, établissent trois structures de production quand dans les colonies françaises, les réalisateurs – contrôlés par l’administration coloniale – viennent tourner les extérieurs, mais reviennent en métropole tourner les intérieurs et faire produire leurs films (Nkay 2013).

  • 8 « The School of Instruction, Accra, Gold Coast », Colonial Cinema, décembre 1948 : 78-80, cité in T (...)

6La présence ou non de structures de production dans les colonies a une répercussion directe sur la formation aux différents métiers du cinéma : la réalisation de films sur place est l’occasion d’embaucher localement des acteurs ou des figurants, et des assistants de techniciens. Après la seconde guerre mondiale, le pouvoir colonial britannique manifeste sa volonté de former du personnel local pour ses différentes structures de la Colonial Film Unit. Dans cette perspective, celle-ci organise plusieurs formations : à Accra en septembre 1948 pour six travailleurs locaux8, puis à Chypre en 1951 pour neuf étudiants dont des Soudanais. Plusieurs ressortissants des colonies britanniques sont envoyés à Londres pour être formés aux métiers de caméraman, ingénieur du son, scénariste ou monteur, puis ils sont renvoyés dans leur pays d’origine pour être intégrés dans les antennes locales de la Colonial Film Unit (Smyth 1992). En France, en 1934, le ministre des Colonies de l’époque, Pierre Laval, convaincu que la caméra pourrait devenir un outil de subversion, publie un décret imposant des mesures des plus contraignantes à toute personne souhaitant enregistrer des prises de vue cinématographiques dans les colonies. Il faut attendre 1946, deux ans après la création à Paris de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC), pour que les premiers Africains soient intégrés à des formations aux métiers du cinéma.

7Après les décolonisations, les infrastructures du cinéma, les réseaux de distribution et les salles restent largement la propriété d’acteurs privés européens, comme dans les ex-colonies françaises où la Compagnie africaine cinématographique industrielle et commerciale (COMACICO) et la Société d’exploitation cinématographique africaine (SECMA) se partagent le secteur. En 1960, d’après Jean-René Débrix, alors responsable du Bureau cinéma du ministère de la Coopération française, sur les 180 salles de cinéma pourvues d’un projecteur 35 mm en Afrique francophone, 85 étaient propriétés de la COMACICO et 65 de la SECMA. Les 30 salles restantes étaient gérées par des familles syro-libanaises, tunisiennes ou indiennes, mais qui faisaient également appel au service des deux sociétés françaises pour l’obtention des films (Débrix 1968).

8Dans les pays qui ont fait le choix de la voie socialiste, les leaders politiques cherchent à se défaire de cette dépendance envers l’ancienne puissance coloniale dans le domaine cinématographique et ambitionnent de nationaliser progressivement les différentes structures de distribution, les salles et les antennes de production quand elles existent. C’est le cas au Ghana en 1957, où la Gold Coast Film Unit est nationalisée et renommée Ghana Film Industry Corporation ; en Guinée, où Sékou Touré instaure dès décembre 1958 un Comité national de censure des films cinématographiques et programme la création d’une institution nationale du cinéma ; au Mali, où Modibo Keïta créé l’Office du cinéma en 1963, ou encore en Tanzanie, où l’entreprise nationale de cinéma exerce à partir de 1968 un contrôle sur l’importation et la distribution des films étrangers dans le pays. L’URSS est sollicitée par plusieurs responsables politiques pour aider à mettre en place ces différentes structures cinématographiques.

La politique de distribution des films soviétiques en Afrique

Une ouverture du marché du film pour les Soviétiques

  • 9 Les réseaux de distribution de films dans les colonies africaines françaises étant tributaires de c (...)

9La fin de la domination coloniale implique, sur le plan tant économique que politique, la levée des mesures restrictives à l’encontre de la circulation de biens culturels soviétiques. En effet, jusqu’aux indépendances, les films soviétiques faisaient l’objet d’une censure dans les réseaux de distribution largement régulés par les autorités coloniales, et seuls les films soviétiques circulant dans des réseaux d’exploitation non commerciale, c’est-à-dire des ciné-clubs ou des associations d’amitié soviétique, pouvaient échapper à ce contrôle9 (Gallinari 2010). La diffusion des films en dehors de l’URSS a toujours suscité l’attention des responsables soviétiques de la propagande dès le début des années 1920, et ce pour des raisons non seulement idéologiques mais également économiques. L’ouverture des frontières du marché du film dans les années 1950, du fait des décolonisations, conduit le Conseil des ministres de l’URSS – une des plus hautes instances politiques du pays – à enclencher en mai 1959 un plan d’amélioration et d’intensification de l’exportation des films. Le transfert de Sovexportfilm, organisme étatique soviétique d’exportation et d’importation des films, du ministère de la Culture au ministère du Commerce témoigne des visées aussi bien économiques que politiques de cette structure. Alors que les premières représentations diplomatiques de l’URSS se constituent en Afrique, des émissaires établissent d’ores et déjà un état des lieux de la vie politique, économique, démographique et culturelle de chaque pays avec lequel le gouvernement soviétique pourrait créer des liens privilégiés. La rédaction de ces rapports devient à partir de 1961 une activité régulière de toutes les ambassades soviétiques à l’étranger, qui doivent rendre compte au ministère des Affaires étrangères d’URSS de l’évolution des conditions locales, des avancées en termes de coopération culturelle, et des mesures qui ont pu être proposées par les institutions soviétiques sur place dans le domaine de la culture. Ces rapports servent d’outils de travail aux institutions soviétiques et aux responsables en charge des relations politiques, culturelles et commerciales avec l’étranger, leur permettant de mieux comprendre la spécificité culturelle de chacun des pays et de cerner les instituts et acteurs locaux avec lesquels il faudra entrer en contact, puis les mesures concrètes à entreprendre pour mieux diffuser les idées socialistes.

  • 10 RGALI, Fonds 2918/5/133/24, Matériel informatif, rapports des représentants sur le Ghana, la Guinée (...)
  • 11 RGALI, Fonds 2918/5/77/25-26, Rapports des représentants au Ghana, Guinée, Somali, Togo, Tunisie, É (...)

10Concernant le cinéma, les chargés de mission au commerce des ambassades soviétiques ainsi que les fonctionnaires de Sovexportfilm décrivent la situation du cinéma dans chaque pays en termes d’infrastructures, de pratiques spectatorielles et de contrôle étatique. Leurs rapports sont émaillés de nombreux détails sur l’organisation de la distribution des films, le nombre de salles de cinéma et le public auquel elles sont réservées, le prix des tickets en fonction de la région, la programmation par genre et par pays de production, le goût du public et le niveau de compréhension des films, etc. Ils permettent d’établir un panorama de la situation économique du cinéma dans le pays, de comprendre comment sont structurées les différentes entreprises et quels seront les éventuels interlocuteurs. À titre d’exemple, en février 1961, le rapport sur l’Éthiopie stipule que « le gouvernement éthiopien tout comme les hommes d’affaire éthiopiens ne se sont pas encore investis dans le domaine du cinéma », ce qui ne préjuge en rien, d’après l’auteur, du dynamisme de cette branche d’activité. En effet, le rapport fait état de vingt salles de cinéma dans le pays, dans lesquelles seuls des films étrangers – à 70 % américains – sont diffusés. Des films anglais ou italiens sont diffusés sur les écrans d’Addis-Abeba une fois par mois, des films français plus rarement. Les tickets de cinéma coûtent entre 2 et 2,5 dollars éthiopiens10. D’après une note sur le Maroc en 1960, trente-cinq entreprises de distribution de films seraient en fonctionnement dont vingt-six implantées localement, lesquelles seraient presque toutes des filiales d’entreprises françaises ou américaines. Par exemple, l’entreprise Maghreb Uni-film avec laquelle commence à travailler l’URSS est liée à la firme française Les Films-Régence11. Les Soviétiques signalent qu’il existe déjà un studio de production à Rabat qui réalise des films d’actualités et des documentaires. Les films américains occuperaient, selon eux, 50 à 55 % des projections dans les salles de cinéma marocaines. De telles informations sont également réunies en 1960 pour le Ghana, la Guinée, la Somalie, le Togo, la Tunisie ou encore l’Union sud-africaine, constituant un riche matériau pour appréhender le fonctionnement cinématographique de ces pays à ce moment charnière. Pour les observateurs soviétiques de l’époque, ces données servent à mieux élaborer une stratégie de diffusion des films soviétiques.

Implanter en Afrique des antennes de Sovexportfilm

  • 12 RGALI, Fonds 2918/5/25/8-9, correspondance entre Sovexportfilm et le ministère du Commerce extérieu (...)

11Une fois ces informations réunies pour chaque pays, et en fonction des demandes des gouvernements locaux en termes d’assistance cinématographique, une antenne de Sovexportfilm est créée sur place. Constituées souvent de deux personnes, un Soviétique et un interprète, ces représentations sont implantées dans la capitale et doivent couvrir les territoires nationaux frontaliers du pays. C’est en Guinée, à Conakry, que Sovexportfilm installe sa première antenne, en janvier 1960. Ce choix, qui n’a rien d’anodin, répond aux mesures économiques et politiques que met en place Sékou Touré et qui s’inspirent directement du modèle socialiste. D’ailleurs, Sovexportfilm motive cette décision auprès de son ministère de tutelle, le ministère du Commerce extérieur, par le fait que « le nouveau gouvernement guinéen [restreignant] les entreprises privées de distribution des films sur le territoire », la présence sur place d’une entreprise étatique comme Sovexportfilm serait la bienvenue « [permettant] non seulement d’entrer sur le marché du cinéma en Guinée, mais également d’élargir la diffusion des films soviétiques dans les territoires limitrophes et les pays les plus proches comme le Liberia, le Ghana, le Cameroun et les territoires qui en 1960 s’apprêtent à devenir indépendants comme le Togo et le Nigeria »12. À travers ces propos, on comprend que Sovexportfilm endosse une mission de prospection pour le compte de son ministère, présageant l’accession à l’indépendance d’autres pays d’Afrique et organisant à l’avance les actions à mener avec ces pays. L’Éthiopie sera le second avant-poste de Sovexportfilm au vu de l’accueil positif, selon sa direction, qui est fait par les autorités éthiopiennes aux films soviétiques, suivie du Maroc en octobre 1960. L’agence d’Addis-Abeba est chargée de couvrir l’activité de distribution des films soviétiques au Soudan, en Somalie (anglaise et italienne), au Kenya et en Ouganda.

Établir des liens avec les acteurs locaux de la distribution et de la diffusion

12Une fois installés, les représentants de Sovexportfilm ont pour tâche de s’insérer dans le réseau de distribution des films. Leur stratégie diffère en fonction de la politique culturelle élaborée par les gouvernements : soit les autorités locales ont décidé, comme en Guinée, de nationaliser les infrastructures du cinéma et Sovexportfilm doit s’inscrire comme un des interlocuteurs privilégiés du ministère de l’Information sur place, soit le marché du cinéma reste ouvert à l’entreprenariat privé et Sovexportfilm doit négocier avec les exploitants et les propriétaires de salles de cinéma, qui sont parfois une seule et même personne.

  • 13 « Les accords culturels guinéo-soviétiques portant sur l’exploitation des films soviétiques en Guin (...)
  • 14 RGALI, Fonds 2918/5/77/76, rapport du 26 août 1961. Ces velléités de nationalisation des infrastruc (...)
  • 15 Alice Jolin, entretien réalisé à Bamako en 2001 avec Falaba Issa Traoré, exploitant de salles de ci (...)

13Dans le premier cas, c’est souvent une initiative conjointe des deux parties qui aboutit à des accords de coopération, mais il peut s’agir aussi de demandes spécifiques des gouvernements. Ainsi, en février 1960, à la demande de la Guinée, Andreï Tarelin, un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, accompagné de deux projectionnistes, arrivent à Conakry avec du matériel mobile de projection pour former une dizaine d’hommes et de femmes au métier de projectionniste et diffuser des films soviétiques en Guinée (Tarelin 2014). Deux ans plus tard sont signés à Conakry des accords portant sur l’exploitation des films soviétiques en Guinée dans lesquels Sovexportfilm s’engage à livrer 120 films dont des longs-métrages de fiction, des documentaires, des dessins animés et des courts-métrages de vulgarisation scientifique doublés en français. Parmi ces films, le ministère de l’Information guinéen tient à ce que figurent Dingo chien sauvage et L’Enfance d’Ivan13, primés lors de la Mostra de Venise l’année précédente. Quant à l’ambassadeur de la République du Mali en URSS, Mamadou Keïta Fediala, profitant des accords soviéto-maliens signés en 1961 dans le domaine économique et technique, il sollicite auprès de Sovexportfilm une assistance pour la construction et l’approvisionnement en films d’un cinéma à Bamako ainsi que l’envoi de projecteurs de cinéma mobiles. Cette assistance permettrait, selon lui, au gouvernement malien d’être propriétaire d’une salle de cinéma et de concurrencer ainsi par la diffusion de films soviétiques et de pays socialistes « les films de gangsters qui ont une mauvaise influence sur la jeunesse malienne » diffusés majoritairement dans les salles détenues par des Français et se trouvant dans le réseau de distribution de la COMACIO et de la SECMA14. Cette critique des films américains n’est pas nouvelle et était déjà utilisée à l’époque coloniale à la fois par des responsables africains et par l’administration française (Goerg 2012). Une partie de la demande de Mamadou Keïta Fediala fut exaucée puisque des cinébus soviétiques sillonnèrent le Mali durant toutes les années 1960, projetant sur des draps tendus entre deux maisons des images de l’Union soviétique15. On voit donc ici, dans les cas de la Guinée et du Mali, deux pays à l’orientation socialiste à cette époque, combien les gouvernements sont en demande de l’assistance soviétique et sont actifs dans la sélection des films soviétiques.

  • 16 Omar Captan appartenait à une famille d’origine libanaise qui développa le réseau de salles de ciné (...)
  • 17 RGALI, Fonds 2918/5/77/69, lettre du 28 juillet 1961 du directeur de Sovexportfilm A. N. Davydov à (...)

14Dans le cas où l’entreprenariat privé reste en vigueur, les autorités soviétiques accordent une grande attention aux acteurs de la vie économique cinématographique. Ainsi, en 1960, Sovexportfilm invite à Moscou – en prenant en charge son voyage – Artin Avakian, directeur de l’entreprise éthiopienne de distribution de film du même nom, ainsi qu’Omar Captan de l’entreprise Captan Cinema16 du Ghana, pour signer un contrat de vente de projecteurs ambulants à des conditions très avantageuses. En contrepartie, les deux entrepreneurs s’engagent à projeter régulièrement des films soviétiques dans les campagnes d’Éthiopie et du Ghana. En mars 1961, Sovexportfilm signe un contrat avec Crawford Koffi Anthony, exploitant de la salle de cinéma de Lomé Opéra-ciné, pour que quatre films de fiction soviétiques y soient diffusés chaque mois. Pour « discuter des moyens d’augmenter la distribution des films soviétiques au Togo17 », Crawford Koffi Anthony est invité en juillet 1961 à Moscou. À l’issue de cette rencontre, soixante-cinq films de fiction choisis par Sovexportfilm devraient lui être confiés et un plan est initié pour la construction d’un cinéma de 800 places à Lomé, l’octroi d’un cinéma ambulant, ainsi que la fourniture d’appareils de projection Ukraïna-16 mm et sept groupes électrogènes mobiles. S’il semble peu probable que ce plan très ambitieux ait été réalisé, les Soviétiques ont bien pourvu l’Opéra-ciné d’un nouveau projecteur 35 mm et les films ont bien été diffusés dans sa salle (Zimmerman 2008 : 102).

  • 18 Horoya, 13 mai 1966 : 3.
  • 19 RGALI, Fonds 2918/5/77/58-68, rapport de juin 1961 de V. Bogatyrev, responsable du département Afri (...)

15Enfin, les ambassades et centres culturels soviétiques qui s’ouvrent progressivement en Afrique dans les années 1960 constituent des lieux privilégiés de diffusion des films soviétiques. Les ciné-clubs y proposent régulièrement des projections gratuites, comme en témoigne le journal Horoya décrivant la soirée organisée le 10 mai 1966 au Club soviétique Conakry avec la projection de deux films documentaires : Le XXe anniversaire de la victoire sur le fascisme et L’Homme est sorti dans l’espace18. Au Togo, au début de l’année 1961, le responsable du département Afrique du comité d’État pour les relations culturelles avec les pays étrangers note dans un rapport à l’attention du ministère des Affaires étrangères qu’en l’absence d’accords signés avec des acteurs locaux de la diffusion du film, le ciné-club de l’ambassade à Lomé doit servir de lieu principal pour la promotion des films soviétiques19. Ces ciné-clubs cherchent à attirer le plus large public possible, militants socialistes ou non, et pour ce faire ils programment à la fois des films documentaires didactiques sur la vie en URSS et des films de fiction primés dans les festivals de cinéma internationaux.

La sélection des films soviétiques pour l’Afrique

Les films de genre documentaire

  • 20 RGALI, Fonds 2487/1/1067/5-7, accords de décembre 1960 et octobre 1961 avec le Soudan sur l’échange (...)
  • 21 Pour rappel, le Soudan avait hérité d’une des structures de la Colonial Film Unit.
  • 22 RGALI, Fonds 2487/1/1065/18, lettre du 30 avril 1959 de l’ambassadeur soviétique au Maroc au comité (...)

16Quels sont les films que Moscou envoie dans ces pays d’Afrique ? Sont-ils choisis avec soin, voire, comme nous l’avons vu dans le cas des accords signés avec la Guinée en 1961, l’objet d’une demande spécifique de la part des institutions des pays partenaires ? Signalons tout d’abord que ce sont les actualités cinématographiques qui font l’objet des premiers contrats de diffusion, voire d’échange lorsque les deux pays peuvent se prévaloir d’une production d’actualités cinématographiques. Ainsi en octobre 1961, le responsable soudanais de l’Information s’adresse à l’ambassade soviétique à Khartoum pour mettre en place l’échange « régulier » d’actualités filmées en 35 mm « dans un but non commercial ». La demande est très précise, signe qu’une pratique est déjà instituée avec d’autres pays, les États-Unis notamment, comme le fait remarquer le représentant de Sovexportfilm dans un de ses rapports. Les Soudanais demandent à recevoir les copies négatives en anglais de Novosti dnia [Les Nouvelles du jour] accompagnées d’un descriptif, pour pouvoir, selon leurs besoins, découper des extraits, les transformer en copies positives, les sonoriser en arabe et les intégrer ainsi à leurs « Actualités étrangères »20. Les Soviétiques acceptent et un contrat est établi en décembre 1961 pour un an, renouvelable automatiquement. Les parties signataires s’engagent à envoyer chaque semaine un sommaire des dernières actualités cinématographiques en anglais dans lequel chacune pourra puiser les images nécessaires21. Les Soviétiques insistent dans le contrat pour que le remaniement de ces images « n’altère en aucun cas leur contenu (ni le matériel filmé, ni le sens du texte) et pour que ces films ne puissent jamais être utilisés au détriment du pays producteur […] », c’est-à-dire à des fins de contre-propagande. Cette close est récurrente dans tous ces contrats et révèle ainsi à la fois la défiance que les autorités éprouvent alors pour ces pays qui n’ont pas choisi officiellement leur camp idéologique et leur volonté de conserver un droit de regard sur l’usage des images produites par l’URSS. Le même type de contrat est signé avec le Maroc, à la différence que la demande concerne des copies en russe et en français22.

  • 23 RGALI, Fonds 2487/1/798/1, registre sur le matériel cinématographique envoyé à l’étranger pour l’an (...)
  • 24 RGALI, Fonds 2487/2/239/4, correspondance sur les accords d’échanges d’actualités cinématographique (...)

17Les actualités soviétiques sont soigneusement sélectionnées par un comité composé de personnalités influentes des ministères de la Culture et du Commerce extérieur. À titre d’exemple, en 1960, les actualités envoyées en Tunisie couvrent des thèmes aussi variés que l’exposition des peuples des pays d’Afrique qui a eu lieu à Moscou, une conférence de presse de Khrouchtchev, des images des événements à Cuba, un film sur les pêcheurs, ou encore un autre sur la venue d’une délégation égyptienne au Centre des expositions à Moscou23. Ces choix thématiques ne sont pas anodins et correspondent chacun à un objectif politique : montrer combien le pouvoir soviétique s’implique dans la valorisation des cultures africaines en Union soviétique ; populariser l’image du premier secrétaire du PCUS ; montrer que le processus révolutionnaire s’étend au-delà du bloc de l’Est, etc. Après le succès du vol de Youri Gagarine dans l’espace en 1961, le catalogue soviétique s’étoffe de nombreux films sur les cosmonautes soviétiques24, devant ainsi rappeler les exploits technologiques dont l’URSS est capable. De son côté l’Union soviétique demande régulièrement à ses partenaires africains des images filmées traitant des indépendances, des fêtes et défilés du 1er mai. Le corpus de films que les Soviétiques distribuent en Afrique compte également des films documentaires réalisés par des cinéastes soviétiques sur les relations entre l’URSS et les pays d’Afrique ou bien sur les événements qui se déroulent en Afrique. C’est ainsi que la direction de Sovexportfilm suggère d’envoyer à Conakry le film de la rencontre entre Nikita Khrouchtchev et Sékou Touré en Crimée en 1959, ou encore le film La République de Guinée tourné par des Soviétiques. Mais vu l’impossibilité pour le gouvernement guinéen d’envoyer des films du même acabit – dans le cadre d’un échange – ou bien de les acheter, le ministère des Affaires étrangères soviétique décide de se porter acquéreur de plusieurs copies du film La République de Guinée pour les offrir au gouvernement de Sékou Touré. On voit ici les limites de la mise en pratique de ces « échanges ».

Les films de fiction

  • 25 Alexandre Nevski et Ivan le Terrible de Sergueï Eisenstein (respectivement 1938 et 1943-1944), Bogd (...)
  • 26 Le Don paisible [Tihij don] de Sergueï Guerassimov (1957), le triptyque L’Enfance de Gorki (1938), (...)
  • 27 Dans l’entretien qu’Amadou Traoré m’a accordé quelques mois avant sa mort, en juin 2016, il se souv (...)

18S’agissant de rendre le cinéma soviétique accessible à des populations qui ne parlent pas russe, et dans un souci d’efficacité, le ministère du Commerce extérieur sélectionne dans un premier temps des films qui se trouvent déjà dans le circuit de distribution pour les pays francophones ou anglophones et sont donc déjà traduits en français et en anglais. De fait, cette sélection n’a pas été pensée pour des publics africains. On y trouve des films historiques en costumes vantant les révoltes nationales25 ou d’autres sur les premières années de la révolution russe26 : ces films ont pour objectif de faire prendre conscience au spectateur de l’analogie qui existe entre les luttes anti-impérialistes quels que soient le pays et la période où elles apparaissent. Mais la majorité des films distribués traitent surtout de la seconde guerre mondiale. Cette prédominance s’explique par la récurrence de ce thème dans la production soviétique des années 1950 et par la volonté des autorités soviétiques de rappeler à tous le rôle à la fois de victime et de vainqueur de l’Union soviétique dans la victoire face aux Nazis. Parmi ces films, certains, primés au festival de Cannes, font l’objet d’une attention particulière dans cette diffusion vers l’étranger, comme Le Destin d’un homme de Sergueï Bondartchouk (1959), Quand passent les cigognes (1957) de Mikhaïl Kalatozov ou La Ballade du soldat de Grigori Tchoukhraï (1959). Ces films de guerre sont sans aucun doute les films soviétiques qui connaissent le plus grand succès, ce dont témoignent à la fois les souvenirs des spectateurs27 d’alors et les publicités comme celle qui suit, parue dans le journal guinéen Horoya :

  • 28 Horoya, 15 juin 1966. Et l’acier fut trempé (1942) de Mark Donskoï est adapté du roman éponyme de N (...)

Un des chefs d’œuvre du cinéma soviétique qu’il faut absolument voir : Et l’acier fut trempé, mieux encore que La Ballade du soldat, plus dramatique que Le Destin d’un homme. Pavel Korchaguine vous trempera comme l’acier, dans le drame, l’héroïsme et la noblesse de caractère qui forge l’homme véritable. Et l’acier fut trempé au Syli Cinéma – salle climatisée. Ceux qui verront ce film vous feront regretter de ne l’avoir pas vu28.

19Des films des studios de Transcaucasie et d’Asie centrale, certainement choisis pour l’écho culturel local qu’ils pourraient rencontrer, font également partie de cette sélection : le film géorgien Fatima (1958) de Vladimir Valiev, d’après un conte ossète du xixe siècle, ou La Dent de requin (1960) de Chalva Gedevanichvili sur deux garçons pauvres dans un pays d’Orient (non défini) qui font vivre leur famille par leur pêche. Certains des films à destination de la Lybie sont traduits en arabe comme le drame historique du xviiie siècle Mamliouk (1958) du Géorgien David Rondeli, ou Le Destin d’un poète (1959), de Boris Kimiagarov, produit au Tadjikistan, biographie de Roudaki, poète du ixe siècle qui fut à l’origine de la poésie en farsi. Le film reçut l’Aigle d’or au Festival des films d’Asie et d’Afrique au Caire en 1960. Des copies de ces films, en très petit nombre, sont achetées par l’entreprise Maghreb Uni-Films de Rabat qui, avec l’autorisation de Sovexportfilm, les diffuse également en Tunisie et en Algérie.

Les difficultés rencontrées par les Soviétiques dans la diffusion de leurs films

Un marché du film très concurrentiel

20Le 5 mars 1965, Fodé Bereté, militant du Parti démocratique de Guinée écrit dans Horoya :

  • 29 Fodé Bereté, « Le cinéma au service de la révolution », Horoya, 5 mars 1965 : 1

Le militant qui sort d’une salle de réunion, devrait trouver au cinéma le complément nécessaire à sa culture révolutionnaire. Mais, malheureusement au lieu de cela, ce sont Dracula, les vampires, des momies qui se réveillent, les hydres, des visages brûlés et édentés […]. Mais le militant va voir pire que tout cela : des films policiers de gangsters, des films qui flattent la puissance du colonialiste […]. La Guinée nouvelle a besoin d’un cinéma nouveau […]29.

  • 30 RGALI, Fonds 2918/5/77/47, lettre du 27 mai 1961 de Sovexportfilm au vice-ministre des Affaires étr (...)
  • 31 RGALI, Fonds 2918/5/77/108, lettre du 6 février 1961 du représentant de Sovexportfilm au Maroc au d (...)

21Cette charge contre les films américains ou français témoigne de la domination de ces productions dans les salles de cinéma de Guinée – pays qui a pourtant choisi six ans plut tôt la voie du socialisme. Le succès auprès des populations des films américains, français, mais également indiens ou égyptiens, concerne presque tous les pays. En Tunisie, lors du premier semestre de l’année 1963, 41,7 % des films diffusés étaient américains, 25,6 % français, 8,3 % égyptiens, 6,7 % italiens, contre seulement 0,3 % de films soviétiques (Cheriaa 1963). Le directeur de Sovexportfilm rapporte qu’une des principales salles de cinéma à Lomé diffusant presque exclusivement des films américains et quelques films français arrive à proposer des films différents tous les jours30. Au Maroc, les films américains occuperaient 50 à 55 % des écrans dans les salles de cinéma31. Quant au Mali, ce sont également les films américains qui, au grand dam des autorités maliennes, raflent le succès du public.

  • 32 Horoya, 9 février 1963 : 7.
  • 33 RGALI, Fonds 2918/5/133/24, rapport du 14 février 1961 sur la diffusion et l’export des films sovié (...)

22En plus des films américains, français, égyptiens ou indiens, l’Union soviétique doit également compter dans le paysage cinématographique les films produits par les autres pays du bloc communiste. Ainsi, en Guinée un des tout premiers films de la République démocratique de Chine, La Fille aux cheveux blancs, semble rencontrer en février 1963 un certain succès. Le film raconte le mariage forcé d’une jeune paysanne sauvée par celui qu’elle aime, un militant de l’Armée populaire de libération. Dans une critique parue dans Horoya, Louis Akin, un des promoteurs d’un nouveau cinéma en Guinée, souligne l’universalité du thème traité dans ce film ainsi que l’effort de traduction, très apprécié, fourni par les Chinois : « […] le film La Fille aux cheveux blancs aurait pu être un film africain ou de tout autre pays colonisé, spolié, c’est par là qu’il atteint à l’universel. […] Il faut souligner que tous les artistes parlent malinké et c’est Ibrahima Sakho qui est l’auteur de la traduction. Pour la première fois, un film étranger a été doublé intégralement dans une langue négro-africaine32 ». Toujours en Guinée, d’autres pays signataires d’accords de coopération culturelle distribuent également leurs films : la Corée du Nord diffuse à Conakry en janvier 1966 un film sur la lutte antijaponaise ; les Bulgares projettent la même année plusieurs films consacrés à la construction du socialisme en Bulgarie. Quelle fut la réception de ces films ? En l’absence de sources témoignant de l’enthousiasme qu’ils auraient pu procurer, et face au contraire au succès des productions américaines par exemple, on peut émettre l’hypothèse que ces films ne rencontrèrent pas le succès attendu. Un rapport de Sovexportfilm de 1961 note le peu de succès des films yougoslaves et tchèques en Éthiopie33, mais cette source est à prendre avec précaution tant la compétition pour l’hégémonie des biens culturels et donc symboliques était parfois vive avec la Yougoslavie depuis la rupture de 1948.

La compétition politique dans le domaine cinématographique

  • 34 RGALI, Fonds 2918/5/77/93, enregistrement de la discussion entre le conseiller commercial de l’amba (...)

23En plus des difficultés qu’ils rencontrent pour s’insérer dans un marché largement dominé par d’autres puissances cinématographiques, les films soviétiques sont l’objet, de par l’idéologie qu’ils sont censés véhiculer, de stratégies de boycott par différentes puissances non communistes ainsi que par les entreprises qui leur sont affiliées. Ainsi, en 1961 la projection en Somalie du film La Ballade du soldat de Grigori Tchoukhraï, pourtant primé deux ans plus tôt au Festival de Cannes, est suspendue temporairement. L’exploitant du cinéma Missione, Mohamed Saïd, qui dirige l’entreprise Cinematografica Italo-Somali, et avec lequel Sovexportfilm a signé un contrat de diffusion, entre en conflit avec les représentants de l’Église, propriétaires de la salle de cinéma, qui lui demandent de changer sa programmation. En effet, ceux-ci voient d’un mauvais œil la diffusion dans leur salle de films prônant l’idéologie communiste. Selon, Mohamed Saïd, le chef de la mission catholique aurait même proposé de payer 1 000 somalo pour chaque film soviétique déprogrammé du cinéma. Or, La Ballade du soldat témoigne du dégel culturel qui accompagne la déstalinisation de l’URSS à la fin des années 1950 : le film est bien plus un récit intime et tragique de la guerre visant à l’universel qu’une épopée célébrant le socialisme. En fait, la mission catholique aurait été elle-même poussée par les ambassadeurs américain et allemand à Mogadiscio à réagir à cette programmation : l’ambassadeur de la République fédérale allemande aurait souligné que le film La Ballade du soldat était une insulte pour les Allemands puisque les régiments hitlériens y étaient qualifiés de « porcs »34. Cette remarque consignée dans les archives soviétiques rappelle qu’au début des années 1960, le processus de judiciarisation des criminels nazis vient tout juste de débuter en RFA et que les élites ayant connu des positions importantes sous le Troisième Reich sont encore à des postes politiques et diplomatiques importants à cette date. Certains d’entre eux n’ont rien renié de leurs convictions (Camarade 2011). Quant au soutien de l’ambassade américaine, il révèle avant tout un engagement contre la diffusion des biens culturels des pays communistes. Menaçant à son tour le chef de la mission catholique de représailles économiques de la part des autorités soudanaises, Mohamed Saïd réussit finalement à diffuser La Ballade du soldat au cinéma Missione.

  • 35 RGALI, Fonds 2918/5/133/56, lettre du 11 avril 1962 de la représentation soviétique de Bamako à Sov (...)

24Outre les représentants diplomatiques, les entreprises cinématographiques locales entravent régulièrement la distribution des films soviétiques dans plusieurs pays. Ainsi au Togo, la COMACICO refuse de renouveler le contrat de distribution de films avec la salle Opéra-ciné de Crawford Koffi Anthony après que celui-ci a reçu un projecteur 35 mm des Soviétiques (Zimmermann 2008 : 102). Au Mali, en 1962, le chargé de mission au commerce de l’ambassade de Bamako se plaint à la direction de Sovexportfilm de ce que la Semaine du cinéma soviétique organisée en mars de la même année aurait été « sabotée » par les Occidentaux et surtout par la COMACICO. L’entreprise aurait fait circuler des rumeurs sur le faible niveau artistique des films soviétiques et sur le coût élevé du ticket de cinéma vendu lors du festival. Les affiches soviétiques annonçant l’événement auraient été arrachées et les propriétaires de cinéma auraient refusé de louer leurs salles les samedi et dimanche, jours d’affluence des cinémas en ville. Enfin, différentes représentations diplomatiques « des pays de l’Ouest » auraient demandé à ce que soient enlevés de la programmation certains films soviétiques comme L’Île étincelante de Roman Karmen sur le débarquement des Américains dans la baie des cochons35.

Les échecs inhérents à la politique soviétique de distribution des films

25Andreï Tarelin raconte dans ses mémoires qu’« avant lui, personne au ministère des Affaires étrangères d’Union soviétique ne s’était occupé d’étudier la situation de la vie culturelle de l’Afrique noire » (Tarelin 2014 : 85). De fait, au début des années 1960, malgré tout l’intérêt que les institutions soviétiques manifestent à l’égard de l’Afrique dans la mise en place d’échanges culturels, un manque de préparation patent et une certaine anarchie transparaissent des différents documents d’archives. Surtout, la répartition des missions entre les différentes institutions soviétiques ne semble pas encore avoir été bien définie : le ministère du Commerce extérieur et l’entreprise Sovexportfilm se renvoient régulièrement la responsabilité des échecs de cette politique cinématographique.

  • 36 RGALI, Fonds 2918/5/133/61, courrier (non daté) de Sovexportfilm au conseiller commercial de l’amba (...)
  • 37 RGALI, Fonds 2918/5/77/93, enregistrement de la discussion entre le conseiller commercial de l’amba (...)

26L’accusation de boycott de la part des « puissances occidentales » sert à camoufler les malfaçons des fonctionnaires soviétiques sur place. Ainsi dans le même rapport sur la Semaine du cinéma soviétique à Bamako en 1963, le chargé de mission au commerce critique le travail de Sovexportfilm : son représentant serait arrivé à Bamako alors que l’événement avait déjà commencé ; le matériel publicitaire n’aurait pas été suffisant et certaines affiches de films manquaient. Sur les boîtes de bobines de films, les titres avaient été traduits différemment et les projectionnistes maliens étaient obligés d’interrompre la projection pour venir s’assurer auprès du chargé de mission qu’il s’agissait bien du même film. Comble de la mauvaise organisation en amont, les acteurs soviétiques venus participer à la semaine du cinéma à Bamako ne jouaient dans aucun des films qui y étaient programmés. La réponse de la direction de Sovexportfilm ne se fit pas attendre : aucune demande de matériel de promotion des films n’avait été faite au préalable par l’ambassade et celle-ci n’avait qu’à s’en prendre à son manque de préparation36. Néanmoins, un an auparavant, la même critique avait été faite par un distributeur local à propos du manque d’affiches et de matériel publicitaire en Somalie37, ce qui peut confirmer les lacunes du travail accompli par Sovexportfilm pour promouvoir la diffusion des films soviétiques.

  • 38 RGALI, Fonds 2918/5/77/29, lettre du 27 mai 1961 au vice-ministre des Affaires étrangères d’URSS.
  • 39 RGALI, Fonds 2918/5/133,98, lettre du 9 novembre 1962 du représentant de Sovexportfilm en Guinée à (...)
  • 40 RGALI, Fonds 2918/5/133/71, audition de Barmenkov par l’organisation professionnelle de l’ambassade (...)

27Surtout, les Soviétiques se rendent vite à l’évidence qu’en Afrique comme ailleurs leurs films n’ont pas les faveurs du public : quel que soit leur genre, ils sont trop exigeants dans la forme comme dans le contenu pour un public qui n’est pas habitué à cela. Les fonctionnaires qui assistent aux projections observent que les films sélectionnés à Moscou ne sont pas compris par les populations citadines et encore moins par les populations rurales, qui ont des connaissances très faibles voire inexistantes sur l’Union soviétique. Même parmi les spectateurs les mieux formés, on demande à lire un résumé du film avant la projection. Sovexportfilm propose à partir de 1962 qu’une meilleure sélection des films soit réalisée en amont ainsi qu’un travail promotionnel et pédagogique dans les radios locales. Surtout, face au succès des films américains, égyptiens ou indiens, l’entreprise conseille à sa tutelle à Moscou d’envoyer des films « riches en action, les films psychologiques ayant moins de succès parmi les spectateurs [d’Afrique]38 ». Le représentant de Sovexportfilm en Guinée écrit en 1962 qu’à côté des films d’action et d’espionnage tels que Les Sept Mercenaires (1960) de l’Américain John Sturges, Crime au musée des horreurs (1959) du Britannique Arthur Crabtree ou encore Le Gorille vous salue bien du Français Bernard Borderie (1958) avec Lino Ventura, des films soviétiques, pourtant primés à l’international, tels que Lénine en 1918, Le Quarante et unième, Le Destin d’un homme ou La Ballade du soldat ennuient ou ne sont pas compris39. L’entreprise Captan Cinema au Ghana, qui a signé un accord de diffusion des films soviétiques, reconnaît que ceux-ci rencontrent peu de succès (McFeely 2015 : 229). Face à ce constat d’échec dans les différents pays d’Afrique au début des années 1960, un représentant de l’ambassade soviétique à Addis-Abeba propose de concurrencer les films policiers américains en diffusant des films policiers soviétiques : « cette démarche, écrit-il, doit-être conçue dans une perspective communiste et non commerciale ». À quoi un représentant de Sovexportfilm rétorque que les films policiers soviétiques ne pourront jamais rivaliser avec les films de ce même genre produits par les Américains40. À travers ce dialogue transparaît la difficulté pour les responsables soviétiques à s’approprier un genre cinématographique, le film d’action, longtemps décrié par les élites pour sa soi-disant incapacité à élever l’esprit du spectateur et qui pourtant est le plus plébiscité par celui-ci.

Conclusion

28Alors que le carcan de la domination culturelle coloniale semble se fissurer au début des années 1960, le gouvernement soviétique lance un plan d’envergure en Afrique pour la distribution des biens culturels de masse soviétique. Le film, à l’instar de ce qui s’était passé après la révolution de 1917 en Russie, est appelé à servir d’outil de diffusion des idées du socialisme au plus grand nombre comme en attestent les différentes sources déployées ici. Mais les pratiques cinématographiques et les goûts des citadins des capitales africaines sont déjà bien établis lorsque les Soviétiques cherchent à s’insérer dans les réseaux de distribution : ce sont les films américains, français, égyptiens et indiens qui ont les faveurs du public et les entreprises déjà présentes à l’époque coloniale, telles les françaises COMACICO ou SECMA, conservent jalousement leur pré carré. Cette préférence pour les films américains ne diffère pas de la situation en URSS dans les années 1920, quand Douglas Fairbanks en Zorro tenait l’affiche pendant plusieurs semaines à Moscou. Mais l’URSS n’a pas le monopole de la distribution, de l’exploitation et de la production des films en Afrique comme ce fut le cas en URSS à partir du début des années 1930 : ainsi que nous l’avons montré, elle doit compter non seulement avec des acteurs déjà bien établis mais aussi avec de nouveaux concurrents appartenant à son propre camp idéologique, qui cherchent à élargir leur marché du film.

  • 41 Alice Jolin, entretien réalisé à Bamako en 2001 avec Falaba Issa Traoré, exploitant de salles de ci (...)

29Aux considérations idéologiques, viennent se greffer des enjeux commerciaux et esthétiques. Pour implanter le socialisme, faut-il d’abord faire œuvre de pédagogie à la fois sur le socialisme et sur le pays qui, selon le point de vue soviétique, est le plus avancé dans sa réalisation, à savoir l’Union soviétique. Si dans les campagnes du Mali par exemple, les films documentaires sur les ballets soviétiques diffusés par les cinébus plaisent au public41, sans doute parce qu’aucun autre film ne vient les concurrencer, en ville les films soviétiques ont de grandes difficultés à attirer les spectateurs friands de divertissement et d’émotions fortes. Selon les sources que nous avons mobilisées, deux thèmes des films soviétiques semblent rencontrer un véritable intérêt de la part des publics africains – et d’ailleurs aussi des spectateurs d’autres continents : la conquête de l’espace et la seconde guerre mondiale. Deux thèmes qui, au-delà de leur inscription dans l’espace territorial soviétique, rejoignent des préoccupations universelles et non seulement socialistes, à savoir l’innovation technologique et la tragédie de la guerre. À ce titre, si l’Union soviétique a été un acteur actif de la vie cinématographique dans plusieurs pays d’Afrique à partir des années 1960 et a participé à alimenter l’imaginaire des Africains sur la vie en Union soviétique, on ne peut que mettre en doute la capacité de ses films à implanter le socialisme dans « le cœur et les esprits » des populations d’Afrique.

Bibliographie

Akyeampong Emmanuel, 2014. « “Diasporas,” Mobility and the Social Imaginary: Getting Ahead in West Africa », in Toyin Falola, Emmanuel M. Mbah (dir.), Intellectual Agent, Mediator and Interlocutor: A. B. Assensoh and African Politics in Transition, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing : 228-245.

Bartenev Vladimir, 2007. « L’URSS et l’Afrique noire sous Khrouchtchev : la mise à jour des mythes de la coopération », Outre-mers, revue d’histoire, no 354-355 : 63-82.

Blakely Allison, 1986. Russia and the Negro: Blacks in Russian History and Thought, Washington (D.C.), Howard University Press.

Camarade Hélène, 2011. « Le passé national-socialiste dans la société ouest-allemande entre 1958 et 1968. Modalités d’un changement de paradigme mémoriel », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 110 : 83-95.

Cheriaa Tahar (rapporteur), 1963. Cinéma et culture en Tunisie, Paris, Unesco.

Débrix Jean-René. 1968. « Le cinéma africain », Afrique contemporaine, no 40 : 2-6.

Gallinari Pauline, 2010. « Le cinéma soviétique en France à l’heure de la guerre froide », in Anne Dulphy, Robert Frank, Marie-Anne Matard-Bonucci, Pascal Ory (dir.), Les relations culturelles internationales au xxe siècle : de la diplomatie culturelle à l’acculturation, Bruxelles, Peter Lang (Enjeux internationaux ; 10) : 163-171.

Goerg Odile, 2012. « Entre infantilisation et répression coloniale. Censure cinématographique en AOF, “grands enfants” et protection de la jeunesse », Cahiers d’études africaines, no 205 : 165-198.

Goerg Odile, 2015. Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale, Paris, Vendémiaire.

McFeely Gareth, 2015. “Gone are the days”: A Social and Business History of Cinema-going in Gold Coast/Ghana, 1910–1982, PhD Dissertation, Boston University.

Nkay Flavien, 2013. « Le cinéma au service de l’évangélisation : les Scheutistes au Congo Belge », in Émilie Gangnat, Annie Lenoble-Bart, Jean-François Zorn (dir.), Mission et cinéma. Films missionnaires et missionnaires au cinéma, Paris, Karthala : 111-128.

Smyth Rosaleen, 1992. « The Post-War Career of the Colonial Film Unit in Africa, 1946–1955 », Historical Journal of Film, Radio and Television, vol. 12, no 2 : 163-177.

Tarelin Andreï, 2014. Zapiski diplomata-zatejnika [Notes d’un diplomate-amuseur], Strasbourg, ouvrage publié à compte d’auteur.

Zimmerman Sophie, 2008. Le développement du cinéma comme lieu de loisir et de sociabilité au Togo (années 1910-2007), mémoire de master 2 en histoire des sociétés du Sud, sous la direction d’Odile Goerg, Paris, université Paris-Diderot.

Notes

1 Sauf autre indication, toutes les traductions du russe sont de l’auteure du chapitre.

2 Le journal Horoya, organe quotidien du Parti démocratique de Guinée, publie de manière irrégulière cette programmation des films : ainsi celle de la salle COMACICO à Conakry est publiée du 1er au 27 janvier 1966, et s’interrompt entre le 27 janvier et le 29 avril 1966. Est-ce à dire que plus aucun film n’est diffusé dans cette salle à cette date ou bien que Horoya ne fait plus circuler l’information ? Les programmes des salles de cinéma de Conakry Le Palace, Le Rialto ou Le Triomphe sont aussi plus rares en cette année 1966. Précisons que les fonds d’Horoya consultés à la Bibliothèque nationale de France étaient incomplets.

3 Ce chapitre est le fruit d’un projet de recherche en cours sur les circulations cinématographiques entre l’Union soviétique et l’Afrique au xxe siècle. L’auteure tient à remercier Odile Goerg et Céline Pauthier pour leur relecture attentive et leurs commentaires qui ont permis de l’enrichir.

4 Les relations entre l’Empire de Russie puis l’Union soviétique et l’Afrique dans les années 1920 et 1930 étaient loin d’être inexistantes, en particulier avec certains pays comme l’Éthiopie. Voir à ce propos Blakely (1986). Précisions également que des liens avaient déjà été établis entre militants politiques ou syndicalistes africains et institutions soviétiques depuis les années 1920.

5 Pour rappel, la conférence qui se tient en Indonésie dans la ville de Bandung en avril 1955 réunit les chefs d’États des pays indépendants d’Afrique et d’Asie ainsi que des leaders d’opposition de pays colonisés ; elle se conclut par la décision des participants de s’unir pour donner une voix aux pays pauvres, de combattre le colonialisme et de refuser de s’aligner sur les positions politiques des puissances américaine et soviétique.

6 Archives d’État d’art et de littérature de la Fédération de Russie (Rossijskij gosudarstvennyj Arhiv Literatury i Iskussva, RGALI), Fonds 2918/5/77/32, Sur la coopération culturelle dans le domaine du cinéma avec les pays d’Afrique, 20 mars 1961.

7 De même, la pratique d’enregistrer par « l’œil » de la caméra toutes les manifestations politiques et culturelles organisées par l’État soviétique ne faisait pas partie des habitudes des pays africains. Ainsi, quand le Studio du film documentaire de Moscou s’adresse au Centre cinématographique marocain pour que celui-ci lui fasse parvenir les actualités filmées des manifestations du 1er mai, le directeur marocain répond : « Nous avons bien reçu votre lettre du 17 avril 1965 nous demandant de vous adresser le reportage de la célébration au Maroc du 1er mai. À notre regret il ne nous est pas possible de vous le faire parvenir, ce sujet n’ayant pas été filmé. […] » (RGALI, Fonds 2487/2/610/11, Correspondances sur l’échange d’actualités filmées avec les pays africains).

8 « The School of Instruction, Accra, Gold Coast », Colonial Cinema, décembre 1948 : 78-80, cité in Tom Rice, « The Colonial Film Unit in Gold Coast », juin 2010, document en ligne, URL : http://www.colonialfilm.org.uk/production-company/gold-coast-film-unit, consulté le 14 mai 2018.

9 Les réseaux de distribution de films dans les colonies africaines françaises étant tributaires de ceux de la métropole et, à ce titre, l’étude de Pauline Gallinari (2010) sur le relais de distribution cinématographique que constitue l’Association France-URSS peut également s’appliquer à notre cas.

10 RGALI, Fonds 2918/5/133/24, Matériel informatif, rapports des représentants sur le Ghana, la Guinée, la Libye, le Maroc, la Tunisie, l’Éthiopie et l’Union de l’Afrique du Sud, et correspondance entre le ministère du Commerce extérieur, le ministère des Affaires étrangères et les représentants sur place sur la diffusion et l’exportation des films soviétiques, 14 février 1961.

11 RGALI, Fonds 2918/5/77/25-26, Rapports des représentants au Ghana, Guinée, Somali, Togo, Tunisie, Éthiopie, Afrique du Sud sur le travail en 1960 et correspondance avec le ministère du Commerce extérieur d’URSS, avec le comité du Conseil des ministres d’URSS pour les liens culturels avec les pays étrangers et sur la coopération culturelle avec les pays d’Afrique dans le domaine du cinéma, 6 février 1961. Pour information, le comité du Conseil des ministres d’URSS pour les liens culturels avec les pays étrangers, créé en 1957, a pour but de diriger et de coordonner les activités des organisations sous sa tutelle, à savoir entre autres Sovexportfilm. Ce comité est sous la supervision directe du Secrétariat du comité central du PCUS, la plus haute instance de décision de l’Union soviétique.

12 RGALI, Fonds 2918/5/25/8-9, correspondance entre Sovexportfilm et le ministère du Commerce extérieur d’URSS, les représentants du commerce d’URSS au Ghana, en Lybie, au Maroc, en Tunisie, en Éthiopie, en Afrique du Sud sur la diffusion des films soviétiques et l’export-import de films, mars 1960.

13 « Les accords culturels guinéo-soviétiques portant sur l’exploitation des films soviétiques en Guinée », Horoya (organe quotidien du Parti démocratique de Guinée), 9 mars 1963 : 4. L’Enfance d’Ivan, premier long-métrage d’Andreï Tarkovski, qui se passe pendant la seconde guerre mondiale, reçoit le lion d’or à la Mostra de Venise en 1962. Quant à Dingo, chien sauvage, qui s’attache aux aventures d’une petite fille tourmentée par les retrouvailles avec son père et par son premier amour, c’est son réalisateur Youli Karassik qui est récompensé lors du même festival.

14 RGALI, Fonds 2918/5/77/76, rapport du 26 août 1961. Ces velléités de nationalisation des infrastructures cinématographiques ne signifient pas qu’elles aient été effectives. Il faudra par exemple des années pour que le gouvernement malien de Modibo Keïta réduise le monopole de la COMACICO en rachetant progressivement les salles de cinéma ; après le coup d’État de 1968, le nouveau gouvernement se désintéressera de la question. Informations d’après l’entretien réalisé en mai 2016 avec Amadou Traoré, responsable de l’Office du cinéma du Mali dans les années 1960.

15 Alice Jolin, entretien réalisé à Bamako en 2001 avec Falaba Issa Traoré, exploitant de salles de cinéma et de cinémas ambulants au Mali, publié le 2 décembre 2005 sur http://africultures.com/histoire-du-cinema-ambulant-au-mali-4236/ (consulté le 14 mai 2018).

16 Omar Captan appartenait à une famille d’origine libanaise qui développa le réseau de salles de cinéma au Ghana à partir de la fin des années 1930 et surtout après 1945. Sur le cinéma ghanéen, voir McFeely (2015).

17 RGALI, Fonds 2918/5/77/69, lettre du 28 juillet 1961 du directeur de Sovexportfilm A. N. Davydov à V. I. Kočemasov, président du comité d’État pour les relations culturelles avec les pays étrangers.

18 Horoya, 13 mai 1966 : 3.

19 RGALI, Fonds 2918/5/77/58-68, rapport de juin 1961 de V. Bogatyrev, responsable du département Afrique du comité d’État pour les relations culturelles avec les pays étrangers.

20 RGALI, Fonds 2487/1/1067/5-7, accords de décembre 1960 et octobre 1961 avec le Soudan sur l’échange d’actualités cinématographiques et de matériel.

21 Pour rappel, le Soudan avait hérité d’une des structures de la Colonial Film Unit.

22 RGALI, Fonds 2487/1/1065/18, lettre du 30 avril 1959 de l’ambassadeur soviétique au Maroc au comité d’État pour les relations culturelles avec les pays étrangers.

23 RGALI, Fonds 2487/1/798/1, registre sur le matériel cinématographique envoyé à l’étranger pour l’année 1960.

24 RGALI, Fonds 2487/2/239/4, correspondance sur les accords d’échanges d’actualités cinématographiques avec les pays d’Afrique pour l’année 1963.

25 Alexandre Nevski et Ivan le Terrible de Sergueï Eisenstein (respectivement 1938 et 1943-1944), Bogdan Khmelnitski d’Igor Savtchenko (1941) sur un soulèvement populaire au xviie siècle, Skanderbeg de Sergueï Youtkévitch (1954) sur le soulèvement des Albanais contre les Turcs au xve siècle, L’Idiot d’Ivan Pyriev (1958) d’après l’œuvre de Dostoïevski, L’Amiral Tempête de Mikhaïl Romm (1953) sur un amiral russe à la fin du xviiie siècle ou encore Ilya Mouromets d’Alexandre Ptouchko (1956), récit d’un des personnages des contes populaires russes.

26 Le Don paisible [Tihij don] de Sergueï Guerassimov (1957), le triptyque L’Enfance de Gorki (1938), En gagnant mon pain (1939), Mes Universités (1939) de Mark Donskoï, Les Marins de Kronstadt [My iz Kronshdat] (Efim Dzigan, 1936), Le Lutteur et le Clown [Borec i kloun] de Boris Barnet (1957), La Maison où je vis [Dom v kotorom ja jivu] de Lev Koulidjanov et Yakov Segel (1957).

27 Dans l’entretien qu’Amadou Traoré m’a accordé quelques mois avant sa mort, en juin 2016, il se souvenait que La Ballade du soldat était un des films soviétiques qui l’avaient le plus marqué au moment de sa sortie en salle au Mali.

28 Horoya, 15 juin 1966. Et l’acier fut trempé (1942) de Mark Donskoï est adapté du roman éponyme de Nicolas Ostrovski. Si le roman décrit les aventures d’un jeune révolutionnaire en 1917, le film est imprégné du contexte de sa production pendant les années de la seconde guerre mondiale.

29 Fodé Bereté, « Le cinéma au service de la révolution », Horoya, 5 mars 1965 : 1

30 RGALI, Fonds 2918/5/77/47, lettre du 27 mai 1961 de Sovexportfilm au vice-ministre des Affaires étrangères d’URSS.

31 RGALI, Fonds 2918/5/77/108, lettre du 6 février 1961 du représentant de Sovexportfilm au Maroc au directeur de Sovexportfilm.

32 Horoya, 9 février 1963 : 7.

33 RGALI, Fonds 2918/5/133/24, rapport du 14 février 1961 sur la diffusion et l’export des films soviétiques en Afrique.

34 RGALI, Fonds 2918/5/77/93, enregistrement de la discussion entre le conseiller commercial de l’ambassade soviétique à Mogadiscio et le directeur de l’entreprise Cinematografica Italo-Somali, 1961.

35 RGALI, Fonds 2918/5/133/56, lettre du 11 avril 1962 de la représentation soviétique de Bamako à Sovexportfilm sur la Semaine du cinéma soviétique au Mali.

36 RGALI, Fonds 2918/5/133/61, courrier (non daté) de Sovexportfilm au conseiller commercial de l’ambassade soviétique à Bamako.

37 RGALI, Fonds 2918/5/77/93, enregistrement de la discussion entre le conseiller commercial de l’ambassade soviétique à Mogadiscio et le directeur de l’entreprise Cinematografica Italo-Somali, 1961.

38 RGALI, Fonds 2918/5/77/29, lettre du 27 mai 1961 au vice-ministre des Affaires étrangères d’URSS.

39 RGALI, Fonds 2918/5/133,98, lettre du 9 novembre 1962 du représentant de Sovexportfilm en Guinée à la direction de Sovexportfilm à Moscou.

40 RGALI, Fonds 2918/5/133/71, audition de Barmenkov par l’organisation professionnelle de l’ambassade d’Addis-Abeba, Éthiopie, le 24 janvier 1962.

41 Alice Jolin, entretien réalisé à Bamako en 2001 avec Falaba Issa Traoré, exploitant de salles de cinéma et de cinémas ambulants au Mali, publié le 2 décembre 2005 sur http://africultures.com/histoire-du-cinema-ambulant-au-mali-4236/ (consulté le 14 mai 2018).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search