Version classiqueVersion mobile

Socialismes en Afrique

 | 
Françoise Blum
, 
Héloïse Kiriakou
, 
Martin Mourre
, 
et al.

Deuxième partie : socialismes en actes. 1 : socialisme des ville, socialismes des champs

Du shengo au ferd shengo

Mobilisation d’un petit tribunal du peuple et devenir du socialisme en Éthiopie

Sabine Planel

Texte intégral

1Attentif aux conditions et au contexte de la remobilisation du projet socialiste en Éthiopie, ce texte réfléchit à un avènement, en écho, du projet révolutionnaire, sur un temps plus long que celui du seul moment révolutionnaire et au-delà de la période de gouvernement socialiste. Il expose les contingences matérielles et les conditions d’une deuxième entrée des idées dans le réel, dans le but de comprendre comment ces idées connaissent « l’étonnant destin de se matérialiser peu à peu dans la trame de nos vies » (Gauchet 1998 : 82). Parce qu’il procède d’une démarche entièrement inductive, ce texte s’attache à une restitution très empirique de la réalisation du projet socialiste – là où la question est souvent traitée de façon historiographique. Outre les modalités propres à cette remobilisation contemporaine, il s’intéresse aux situations – contextes et conjonctures – favorables à un rejeu institutionnel du socialisme.

  • 1 Entretien avec un administrateur de la commune, Zamine Kolbaye, Damot Sore, février 2015. Tous les (...)

2Le socialisme est bien présent en Éthiopie. Il émerge ici et là dans les conversations, et dans les entretiens. Alors que j’interrogeais le responsable (manager) d’une commune (qebelé) du Wolayta sur la manière dont les autorités publiques amenaient les paysans à rembourser une dette contractée dans le cadre des programmes de modernisation agricole (Planel 2014), ce dernier me répondit ceci : « D’abord on demande à ce que les paysans remboursent de leur plein gré, puis s’ils ne payent pas on les envoie à la mehaberawi ferd bét (tribunal communautaire), la social court du qebelé (commune) pour qu’ils forcent les gens à payer ». À ma question sur la nature de ce tribunal, le responsable répondit : « La social court, c’est le ferd shengo. Le shengo du Derg »1. Ainsi surgissait dans l’entretien une institution aujourd’hui utilisée avec parcimonie dans l’encadrement des paysanneries par l’administration d’État mais qui fut jadis un pilier de la révolution éthiopienne.

  • 2 En réalité il s’agit de deux gouvernements distincts, un régime de transition puis la République dé (...)
  • 3 Certaines de ces modalités d’exercice du pouvoir, toutefois, ne sont pas nées avec le Derg mais rég (...)

3En 1974, arrive au pouvoir en Éthiopie un gouvernement qui se revendique explicitement marxiste-léniniste, le Derg. À sa tête un officier, Haïlé Mariam Menguistu, met un terme à l’empire pluriséculaire des rois des rois et au règne d’Haïlé Sélassié. Il s’approprie le projet socialiste jusque-là porté par des groupes estudiantins et instaure un régime coercitif (Donham 1999). Le Derg est renversé à son tour en 1991, par des fronts de libération armés en partie issus de groupes estudiantins se réclamant toujours du socialisme et de revendications nationalistes. Coalisés, ces mouvements armés instaurent un régime2 d’obédience plus libérale qui proclame à grand renfort de propagande sa rupture avec la période socialiste. En dépit d’une condamnation officielle récurrente de l’héritage socialiste, l’empreinte du socialisme d’État instauré par le Derg demeure et gagne en efficacité dans l’exercice quotidien du pouvoir d’État. Bureaucratie, centralisation, finesse de l’encadrement des territoires et des populations, dualisme de l’État-Parti et absence de contre-pouvoirs constituent aujourd’hui encore un héritage de la période socialiste bien vivant3. La permanence de cet héritage et les mobilisations dont il continue de faire l’objet disent le devenir du projet socialiste en Éthiopie.

  • 4 L’Ethiopian People’s Republic Democratic Front (EPRDF) est une coalition de partis régionaux qui té (...)
  • 5 Voir particulièrement l’analyse que propose Donald L. Donham (1999) sur l’incorporation et les rési (...)

4Le socialisme éthiopien s’est nourri – et plus ou moins réclamé – d’une grande diversité d’influences : traditions indigènes, pratiques maquisardes, théories marxistes-léninistes, maoïsme et pensées de ses grands hommes, particulièrement du précédent Premier ministre, Meles Zenawi. Tous ont contribué à alimenter une matrice idéologique combinant le développement des masses paysannes, la lutte armée, l’élitisme intellectuel et la reconnaissance des peuples opprimés (Lefort 1981 ; Bahru Zewde 2014 ; Young 1997). Du Derg à l’administration du Tigray People’s Liberation Front (TPLF), au gouvernement de transition, puis au régime actuel de la République fédérale démocratique d’Éthiopie, dirigée par un parti hégémonique, l’EPRDF4, tous ces gouvernements se sont nourris – en le revendiquant plus ou moins – à cette même source idéologique, se pensant soit dans une filiation au socialisme, soit en opposition. À ces formes diverses de légitimation, il faut ajouter des expériences variables du socialisme. La première mise en acte de la pensée socialiste, celle de la période révolutionnaire, s’est déclinée diversement selon les périodes du Derg et les lieux de sa mise en œuvre (villes/campagnes, régions centrales ou périphériques). Et finalement, quand la Révolution est advenue, elle s’est adaptée ici et là à des contingences matérielles et à des identités culturelles diverses5. L’héritage socialiste en a donc été démultiplié.

5Il est aujourd’hui plus ou moins bien préservé. Si l’idéal égalitaire a dans un premier temps fortement orienté l’action publique vers la planification et la mise en œuvre de pro-poors policies, ce legs est aujourd’hui remis en cause par un réajustement néolibéral (Lavers 2013) et n’assure plus de ce point de vue le devenir du projet socialiste. À l’inverse, la formation et la formalisation opérées par le Derg d’un socialisme d’État se renforcent et informent toujours plus les pratiques de l’administration publique – et au-delà de toute autre organisation collective. Une forte tutelle étatique et/ou partidaire dans l’action publique, un « centralisme démocratique » dans la gestion des affaires publiques et une bureaucratisation des procédures en constituent les principales composantes.

  • 6 Voir entre autres, Clapham (2002) sur les transformations de l’appareil d’État et la remobilisation (...)
  • 7 Voir particulièrement Clapham (2002), sur le projet d’encadrement mis en œuvre à travers la remobil (...)

6Il est vrai toutefois que la production institutionnelle ne caractérise pas seulement les périodes socialistes et postsocialistes mais jalonne l’histoire éthiopienne6. Les correspondances et emprunts multiples aux gouvernements passés comme aux institutions coutumières sont fréquents. Nombreux sont les auteurs à observer aujourd’hui encore ces remobilisations dans la mise en œuvre d’un nouveau modèle de développement, le democratic developmental state7. Enfin, si la période socialiste a représenté une période majeure dans la production d’institutions publiques et parapubliques, ces dernières bénéficient aujourd’hui d’un regain manifeste du fait d’injonctions démocratico-développementales en faveur du renforcement de la structuration des sociétés civiles, de l’efficacité de l’État ou de sa décentralisation. Quelle que soit la portée de chacun de ces facteurs, la multiplication des associations, cellules, bureaux, comités et autres structures administrativo-politiques constitue également une technique de gouvernement au service de la politisation de l’action publique et de la surveillance des populations dont le gouvernement actuel sait faire usage (Vaughan 2015).

  • 8 Voir Emmenegger, Sibilo Keno et Hagmann (2012) pour les transformations du qebelé, et Chinigò et Fa (...)
  • 9 Promus à la suite du Growth and Transformation Plan I, les « 1 to 5 » constituent la plus petite un (...)

7Continuellement remobilisées dans un appareil d’État en transformation, les institutions locales mises en place par le Derg sont ainsi toujours en usage. Les institutions emblématiques de la période révolutionnaire que sont le qebelé (commune, littéralement association paysanne communale) et la coopérative ont connu des remaniements importants encourageant la participation des communautés locales tout en renforçant leur capacité d’encadrement8. De même, on observe de nouveaux usages des associations de jeunes dans le contrôle politique (Di Nunzio 2014) ; l’évolution des associations professionnelles dans l’accès au foncier urbain et son contrôle par la puissance publique (Ficquet, Planel 2017), ou encore le renforcement des cellules d’encadrement local à travers la promotion des groupes du « 1 to 59 » (Chinigò, Fantini 2015). Tous participent de l’évolution du contact quotidien entre l’État et ses administrés.

  • 10 Au niveau national, la Constitution de 1987 met en place un parlement révolutionnaire, le national (...)

8Jusque-là laissé dans l’ombre, le tribunal populaire, shengo, réapparaît sur le devant scène administrative locale10. Institué par le gouvernement actuel, le ferd bét shengo s’inspire du tribunal populaire mis en place pendant la période du Derg, le shengo. Ancien bras exécutif de la terreur rouge, ce tribunal populaire s’est vu dépossédé par le régime actuel de ses principales compétences judiciaires et confié à de petites notabilités rurales. Il est principalement en charge de l’enregistrement de petits actes de l’État civil. Avec la coopérative, la milice et le qebelé – mais dans une certaine mesure également avec l’école, le centre de santé et le bureau agricole –, il compose un dispositif d’encadrement politico-administratif placé au cœur des paysanneries. À la différence de ces institutions sœurs cependant, il est beaucoup moins stigmatisé par les paysans et assure avec davantage de discrétion une présence routinière de l’État dans les campagnes. C’est sans doute pour ces raisons de proximité, pour son caractère populaire, qu’il constitue pour l’EPRDF une ressource institutionnelle précieuse dans un contexte marqué par des tensions grandissantes entre les paysanneries et les petits représentants de l’État. Des tensions qui se manifestent entre autres autour du problème de la « dette de l’engrais ».

  • 11 Dans le cadre du programme « Économie de la peine et de la prison en Afrique (ECOPPAF) » dirigé par (...)

9Manifestation d’une crise agraire, rupture potentielle de l’alliance entre l’État et les paysanneries ou au contraire moyen d’une réaffirmation autoritaire de ce lien, la « dette de l’engrais » constitue la situation de remobilisation du shengo. Elle est appréhendée ici à travers un travail qualitatif en cours qui observe les modalités de gestion publique de la dette paysanne dans le cadre des politiques de modernisation agricole distribuant l’engrais à crédit. Cette recherche est conduite depuis 2015 dans le Sud éthiopien dans la région (zone) du Wolayta, wereda (district) de Damot Sore11, mais elle s’appuie sur une connaissance plus ancienne des paysanneries éthiopiennes. En travaillant à mettre à jour l’économie morale et politique dans laquelle s’inscrivent les politiques de développement rural en Éthiopie (Villanucci, Fantini 2016), les enquêtes ont révélé un nouvel usage du shengo. Par l’analyse des modalités et conditions de remobilisation de cette institution, ce chapitre observe les situations contemporaines qui font le devenir du projet socialiste. Il cherche à comprendre les contextes et conjonctures qui informent l’exercice du pouvoir dans sa pratique et légitiment le recours à certaines techniques de gouvernement. Il identifie ainsi différents avatars institutionnels nommés shengo (tribunal/parlement populaire de la période du Derg), shengo ferde bét ou mehaberawi ferde bét (tribunal communautaire promu par le régime actuel) et ferd shengo (déclinaison locale du précédent), et il observe leur généalogie partagée.

Le shengo du Derg, entre justice populaire et Terreur rouge

  • 12 Pour des analyses de la période et de ses emprunts idéologiques, voir entre autres Young (1997) et (...)
  • 13 Sur ce point les analyses de Gebru Tareke (2009) sont plus nuancées et témoignent d’une plus grande (...)

10La compréhension du socialisme en Éthiopie, la production d’un discours national et sa diffusion constituent des phénomènes complexes qui ont donné lieu à une littérature abondante12. Loin de chercher à démêler les fils de cet écheveau idéologique complexe nous nous contenterons d’en rappeler certains points. Principalement pensé comme un socialisme agraire en référence au maoïsme, le socialisme éthiopien s’est nourri d’un fort sentiment antiféodal13 (Young 1997 ; Gebru Tareke 2009). Il doit répondre à la demande paysanne et faire suite aux insurrections rurales spontanées ayant contribué à la chute de l’empire (Gebru Tareke 2009). Abordant les questions de la gouvernance rurale, de la sécurité foncière ou de la lutte contre le banditisme, les protestations sont comprises comme une demande d’institutions – du moins sont-elles mises en œuvre comme telles. Le Derg se caractérise ainsi par une production institutionnelle importante, et René Lefort (1981) rapporte qu’un an après la mise en œuvre du socialisme, en 1975-1976, le premier bilan officiel du Derg faisait état de la création de 19 314 associations paysannes (qebelé), 63 500 tribunaux (shengo) et 55 000 milices (comité de défense).

  • 14 Le baïto désigne une assemblée villageoise coutumière du Tigray. Perçue comme une institution centr (...)

11Bien que le socialisme ait été rapidement confisqué au profit d’une élite intellectuelle urbaine peu désireuse pour elle-même de se rééduquer au contact de la paysannerie (Lefort 2016 ; Bahru Zewde 2014), il a ainsi promu une transformation radicale des campagnes et de leur organisation productive. Avec le qebelé, la milice, les fermes d’État ou la coopérative, le shengo représente l’une de ces principales « institutions révolutionnaires » mises en place à l’occasion de la réforme agraire de 1974-1975 (Dessalegn Rahmato 1984). Présent dans les villes comme dans les campagnes, le shengo ne constitue pas une institution proprement agrarienne mais un tribunal populaire dont l’usage semble avoir considérablement varié d’une région à une autre, mais également d’une période à une autre. Il a particulièrement évolué sous l’emprise du TPLF (Young 1997) vers un usage similaire à celui du baïto, une assemblée villageoise tigréenne14.

  • 15 Ces tensions se structurent autour de l’opposition entre deux courants de pensée, deux factions pol (...)
  • 16 Voir Lefort (1981 : 281-282), et le cas de Salomon Wada, figure emblématique de la contestation étu (...)

12Le projet socialiste incarné dans chacune de ces institutions révolutionnaires se caractérise par deux dimensions intimement liées : un projet de transformation politique visant particulièrement les sociétés rurales et un projet d’encadrement devant permettre la juste réalisation de ce premier objectif. Avant même 1974, il affirme le primat de la paysannerie dans l’avènement d’une société nouvelle. Mais à mesure que la révolution se met en œuvre et qu’apparaissent diverses tensions, au sein des mouvements étudiants comme dans les maquis du Tigray, le consensus autour de la question paysanne se relâche. La nécessité de faire entrer le socialisme dans l’histoire éthiopienne s’impose par la persuasion, par l’éducation et au moyen d’une campagne d’alphabétisation (zamacha). Peu à peu toutefois, la contrainte, l’encadrement, le contrôle et la surveillance des populations prennent le pas sur les objectifs révolutionnaires devant conduire à la transformation des paysanneries, des rapports de production et de la société dans son ensemble (Lefort 2016). À cette entrée contingente de l’idéal socialiste dans l’Histoire, il faut ajouter d’autres effets plus idéologiques ; ceux d’une influence maoïste associant la primauté paysanne à sa militarisation. Cette dernière a renforcé le caractère coercitif de l’encadrement et explique les tensions majeures de l’époque15 sur la nature des gouvernements locaux – civils ou militaires. Rapidement toutefois, la militarisation paysanne fut réduite à sa plus simple expression et ne s’accompagna que très modestement de l’armement et de la formation des milices rurales. Les étudiants chargés d’alphabétiser les paysans et de porter l’idéologie socialiste dans les campagnes (les zamach), plus portés vers l’établissement de « démocraties rurales » que vers celui d’un gouvernement militaire (Lefort 1981), furent contrôlés, rappelés dans la capitale pour y être jugés et bien souvent exécutés16. Seuls le shengo et la milice témoignèrent durablement d’une justice populaire armée, la milice arrêtant et exécutant les condamnations – souvent sommaires et toujours politisées – du shengo.

  • 17 Voir la situation en pays gurage présentée par Haile Muluken (2007).
  • 18 Désignés lors des assemblées des associations paysannes de la commune.

13Dans le dispositif révolutionnaire, le shengo apparaît comme le véhicule d’une justice d’État rendue par le peuple et pour le peuple. Le terme shengo n’est pas propre au Derg, il désigne un conseil ou une assemblée locale existant sous diverses formes avant la période révolutionnaire17. Standardisé et intégré à l’administration publique par le Derg, il correspond alors à un tribunal local et communautaire, tenu par des juges choisis au sein des communautés rurales18. Adossé au qebelé, ce tribunal populaire remplace les tribunaux corrompus de l’ancien régime qui servaient les intérêts des notables ruraux propriétaires fonciers. Il doit rapprocher la justice du peuple. Véhicule de l’idéal révolutionnaire et instrument du projet d’encadrement, le shengo joue un rôle clé dans la mise en œuvre du projet socialiste. Il intervient en première instance sur tous les conflits fonciers et permet ainsi de surveiller la transformation des campagnes, laquelle s’incarne principalement dans la mise en œuvre de la réforme agraire entre 1974 et 1975 (Dessalegn Rahmato 1984). De même, il possède des compétences étendues à l’ensemble des affaires locales et dispose d’un pouvoir exécutif. Il rend des jugements et exécute des sanctions, notamment des peines d’emprisonnement (Young 1997). Peu à peu, et principalement dans les villes, la réponse gouvernementale à l’apparition de contestations « contre-révolutionnaires » produit une justice de plus en plus expéditive. À partir de 1977 et durant toute la période dite de la « Terreur rouge », les milices paysannes débarquent en ville et le shengo devient une institution très coercitive au service de purges politiques. En dépit des différences régionales liées principalement à son degré de mise en œuvre et sans exploiter totalement une historiographie assez confidentielle sur le tribunal proprement dit, l’on signalera pour finir des dérives clientélistes, autoritaires et discrétionnaires qui permettent la surveillance et l’exploitation matérielle des paysanneries dans l’exercice de la justice.

  • 19 Du moins dans ce qu’il en transparaît lors des très nombreux entretiens régulièrement réalisés aupr (...)

14Dans le Wolayta, l’égalitarisme agraire du projet socialiste vient compenser un nombre croissant d’atteintes faites à la paysannerie par le régime impérial et reçoit un accueil plutôt favorable. La dépossession économique, particulièrement foncière, qui accompagna leur intégration dans l’Empire éthiopien toucha l’ensemble des Wolayta, les élites comme les paysans. Elle marqua leur relégation économique, certes, mais inaugura surtout une subalternité politique nouvelle – et durable (Guidi 2013). Par ailleurs, la région présentait à la fin des années 1960 un très bon niveau d’encadrement rural paraétatique du fait de la présence d’un programme international de développement agricole et de son dispositif d’encadrement technique (magasins, minoteries) fonctionnel. Pour toutes ces raisons, Dessalegn Rahmato (1984) observe combien les paysans wolayta témoignèrent d’un zèle notoire dans la mise en œuvre de la révolution et plus spécifiquement de son principal substrat pour les paysanneries, la réforme agraire. Qu’il s’agisse pour certains clans de se (re)positionner dans l’appareil d’État, ou pour la majorité paysanne (artisans sans terre, esclaves ou, plus largement, métayers) d’améliorer son accès au sol – bien davantage d’ailleurs que d’en sécuriser la tenure –, la réforme agraire bénéficie d’un véritable soutien dans le Wolayta. Ne serait-ce que pour ces quelques raisons, le Derg est encore perçu dans l’imaginaire paysan19 comme une période de relative prospérité, et le shengo – au même titre que la ferme d’État – est encore bien présent dans les mémoires.

Le shengo ferd bét de l’EPRDF, entre formalisme institutionnel et administration du quotidien

  • 20 D’après Ayke Asfaw et Mekonnen Feleke (2008 : 204) les kebele social courts peuvent donner des amen (...)
  • 21 Ailleurs en région Amhara (Mequanent Getachew 2016), mais dans le Tigray également (enquêtes 2017), (...)
  • 22 Entretien collectif, ferd shengo, Wadja Chawo, Soddo Zuria, Wolayta, octobre 2015.

15Maintenues dans l’appareil d’État par le régime actuel, les compétences juridiques et exécutives du shengo sont redéfinies par les constitutions des régions-États (Killil). En général, le tribunal ne gère plus les cas criminels et ses fonctions exécutives sont très réduites20. Dans le Wolayta il est également dépossédé de ses compétences sur la régulation foncière21 et s’apparente pour l’essentiel de ses activités à un tribunal d’enregistrement. « Pendant le Derg, il n’y avait pas de documents écrits, mais aujourd’hui il y a des documents écrits, c’est la démocratie. Pendant le Derg, on utilisait la force pour donner des jugements. Aujourd’hui les jugements se font selon la loi22 ». Selon la terminologie officielle, il constitue un mehaberawi ferd bét, littéralement un tribunal communautaire, ou social court, une institution judiciaire de niveau inférieur. Mais les paysans le désignent sous des noms divers : ferd shengo, dans le Wolayta, ou Shimagele shengo (tribunal des Anciens) en région Amhara. Par ces appellations, ils semblent insister sur son hybridation avec des conseils coutumiers (les Anciens) et sa fonction de relais du pouvoir d’État.

16Le mehaberawi ferd bét est une institution standardisée, codifiée par la Constitution fédérale. Il occupe une catégorie juridique d’entredeux, les judicial administration commissions, qui relève à la fois de la justice d’État et du tribunal administratif et vise principalement à renforcer la contractualisation des arrangements privés, essentiellement familiaux ou de voisinage (Pankhurst, Getachew Assefa 2008).

  • 23 Il s’agit d’un terme amharique qui se dit shimata en wolaitigna.

17Dans le système judiciaire, le mehaberawi ferd bét occupe l’échelon le plus bas, directement au contact des justiciables et d’autres institutions juridiques coutumières. Vers le haut, ce tribunal rapporte et envoie en appel aux juridictions supérieures de district (wereda), il certifie également pour d’autres institutions publiques (rédaction d’attestation de pauvreté, certificats de décès) mais parfois aussi pour des associations ou pour des tribunaux administratifs (particulièrement dans le cas des conflits fonciers). Dans l’autre sens, c’est une institution de recours pour les populations locales, quand les intercessions communautaires (Shimagele [Anciens]23, ou privatives) ont échoué. D’après Tadesse Wolde (1999), cette collaboration et l’intégration des mécanismes coutumiers dans les procédures du shengo semblent attestées dès le Derg.

  • 24 Ici nous adoptons une terminologie différente, plus pragmatique, pour traduire l’incorporation de l (...)
  • 25 Entretien collectif, ferd shengo, Shamba Kelena, Damot Sore, Wolayta, février 2015.

18Dans l’appareil d’État, le shengo ferd bét24 constitue une institution à l’échelon communal, elle est physiquement présente dans les lieux de pouvoir. Si ses membres peuvent se réunir dans des espaces privés, souvent d’ailleurs dans les demeures de l’un d’entre eux ou chez des élus locaux, une permanence est assurée dans les petits centres administratifs de la commune que constituent les bureaux de la police municipale, de l’agriculture, de la santé et du qebelé. Localement, le maillage et l’organisation des tribunaux s’opèrent sur un critère administratif. Les découpages territoriaux, y compris ceux des circonscriptions électorales, entraînent mécaniquement des modifications dans la composition du tribunal25.

  • 26 Haile Muluken (2007) signale toutefois que des conseils similaires existaient avant 1974 en pays gu (...)
  • 27 Deux jours par semaine, les juges du ferd shengo doivent siéger dans des bureaux qu’ils partagent a (...)

19Si le mehaberawi ferd bét s’inspire d’une pratique coutumière bien répandue en Éthiopie, l’intercession des Anciens, elle s’en distingue toutefois et constitue plutôt l’équivalent institutionnalisé de cette procédure judiciaire non codifiée. Un tel conseil n’a pas d’équivalent coutumier dans le Wolayta, où l’intercession des Anciens demeure régulièrement utilisée26. De fait le mehaberawi ferd bét n’est pas tant informé par les coutumes locales que par les pratiques standardisées de la bureaucratie d’État. Présence de témoins, production d’écrits signés et tamponnés, permanence (avec des horaires bien spécifiques) dans les bureaux27, délais, convocations… guident les pratiques des juges.

  • 28 Il arrive également que les candidats soient désignés sans en être informés au préalable. Qu’ils so (...)
  • 29 Entretien avec un membre du ferd shengo, Zamine Kolbaye, Damot Sore, Wolayta, février 2015.

20Enfin comme toutes les institutions paraétatiques, le shengo ferd bét est sous contrôle du parti. D’après nos enquêtes, les juges du shengo ferd bét sont en contact direct et régulier avec le tribunal du district, les autorités communales, la milice et la police municipale, dont on connaît par ailleurs la politisation. Ils sont nommés à vie mais révocables selon des procédures qui semblent expéditives. Dans la commune de Shamba Kelena, deux membres sont ainsi « partis » en période préélectorale, ayant à la fois été invités par le responsable (chairman) de la commune à libérer leur poste et ayant préféré éviter l’inconfort d’une campagne électorale. En théorie ils peuvent démissionner, mais en pratique cela semble peu se faire. De même, ils sont désignés par des pratiques de « nomination élective » utilisées dans toutes les institutions locales. Les bons candidats sont publiquement désignés par les petits représentants de l’État lors de réunions auxquelles est convié l’ensemble des paysans – mais auxquelles n’assistent que les plus encadrés ou les plus intéressés à collaborer. Un vote à mains levées suit cette présentation et les élus sont désignés à la majorité ; la nomination est alors enregistrée28. « Au début, ils nommaient les gens impliqués dans la politique, les membres du parti, et ils appelaient 200 personnes et leur demandaient d’évaluer ces gens. Les paysans faisaient une réunion et les élisaient. Comme ils étaient les politiques, les gens les acceptaient et les élisaient. C’est toujours comme ça que ça marche29 ».

21Une fois élus, ces juges reçoivent une formation annuelle délivrée par leurs confrères du district. Ces formations regroupent les juges de trois ou quatre communes et durent environ une semaine. En plus des éléments de propagande, on leur demande surtout de ne pas intervenir dans les affaires criminelles (à la différence des Shimagele).

  • 30 À Addis-Abeba ces tribunaux peuvent traiter des affaires engageant des dettes jusqu’à 5 000 ETB.

22Au quotidien, le ferd shengo opère comme un petit tribunal des affaires sociales et gère des affaires mineures : les affaires familiales surtout maritales (insultes, coups, querelles entre époux ou entre parents et enfants) ; les petits désaccords fonciers (essentiellement de marquage) ; l’endettement entre privés pour des sommes inférieures à 500 birrs éthiopiens (ETB), soit 25 euros30 ; l’entraide communautaire lors de cérémonies, particulièrement quand la réciprocité des échanges de nourriture attendue lors des funérailles fait défaut.

23S’il peut encore délivrer quelques amendes, il se contente surtout de produire des actes administratifs (certificats de décès, de naissance, de résidence et attestations diverses) et de prodiguer des conseils. Il ne participe que faiblement au processus judiciaire proprement dit, lequel relève encore largement des justices coutumières (Shimagele) ou de la justice d’État. Toutefois, c’est à lui que revient de trouver des témoins ou des garants dans les contrats privatifs souscrits à l’intérieur de la communauté. De fait, dans le Wolayta, il semble traiter un volume d’affaires assez réduit. Dans la commune de Zamine Kolbaye, les dettes privées traitées par le ferd shengo étaient de 5 à 6 par an, ce qui est faible dans un contexte marqué par un fort endettement infracommunautaire.

  • 31 Voir pour exemple la catégorie des fermiers méritants (Lefort 2012).
  • 32 Entretien collectif, ferd shengo, Wadja Chowa, Soddo Zuria, Wolayta, octobre 2015.

24Enfin, le ferd shengo se compose de paysanneries moyennes. Il ne s’agit ni des Anciens (Shimagele), qui bénéficient d’une autorité et d’une reconnaissance importante, ni des fermiers sélectionnés/intégrés dans l’appareil de l’État-Parti31, qui développent des stratégies d’accumulation ascensionnelles, particulièrement par l’accumulation foncière, et représentent des élites incontournables dans les paysanneries éthiopiennes. Il ne s’agit pas non plus de paysans vulnérables, généralement discrets, mais de paysans sans véritable critère distinctif, plus ou moins conciliants avec les autorités selon leur intérêt à collaborer. « Le chef du ferd shengo est un vieux fermier très renommé qui est là depuis huit ans. C’est un bon fermier mais il n’est pas riche32 ».

Les conditions de mobilisation du ferd shengo

  • 33 Southern Nations and Nationalities People’s Region, région-État (Killil) méridionale.

25C’est cette institution grise, assez conformiste, sans grand pouvoir, que les autorités régionales (SNNPR33) décident de sélectionner en 2015 pour solutionner le problème du remboursement de la dette paysanne auprès du ministère de l’Agriculture. Un problème qui constitue dans toute l’Éthiopie une question très sensible engageant le budget des exploitations paysannes mais surtout celui des gouvernements locaux et régionaux. Ce faisant, les autorités régionales promettent de réactiver les fonctions exécutives et coercitives du shengo, et les paysans ne s’y trompent pas.

  • 34 Voir le chapitre « Differenciation, Inequalities and Social Inclusion in Rural Communities » (ibid. (...)

26Ce que l’on désigne couramment comme la « dette de l’engrais » structure en partie le devenir politique et économique des paysanneries pauvres et organise, pour l’essentiel de la population rurale, les conditions de l’échange quotidien entre les représentants locaux de l’État-Parti, ses nombreux relais et le reste des paysanneries. Depuis le début des années 2000-2005, le democratic developmental state initie et pilote un tournant libéral qui s’accuse en 2010-2011 avec la promulgation d’un plan de développement résolument orienté vers le marché. En promouvant des politiques publiques de plus en plus sélectives, il renforce la polarisation sociale au sein des campagnes (Pankhurst 201734). Si les paysans méritants/entrepreneurs sont invités à participer toujours davantage au développement national, les pauvres ne sont pas non plus laissés pour compte. Ils sont également sélectionnés/mobilisés par les fonctionnaires locaux soucieux d’atteindre leurs objectifs chiffrés (Planel 2016). À cette participation politique de tous, la libéralisation de l’économie nationale associe une inclusion financière qui opère pour les plus pauvres par un mécanisme d’endettement auprès de la puissance publique (Planel 2014). Enfin, du fait d’une gestion partiellement décentralisée des politiques de modernisation agricole, le poids de la dette paysanne pèse sur les administrations locales et grève leur budget de fonctionnement. Pour l’ensemble de ces raisons, la dette paysanne constitue un problème public – dont on ne discute pourtant plus publiquement depuis 2005 et l’échec de l’opposition aux élections législatives.

  • 35 Entretien collectif, ferd shengo, Shamba Kelena, Damot Sore, Wolayta, février 2015.

27C’est dans ce contexte que les gouvernements régionaux (Killil) mettent en place de nouvelles procédures pour accélérer le remboursement de la dette, mieux utiliser l’épargne paysanne et, plus que tout, éviter la faillite des administrations locales. Ce nouveau dispositif intègre les organismes régionaux de microfinance, organismes bancaires décentralisés de création récente et sous contrôle des partis locaux membres de la coalition EPRDF (Chinigò, Fantini 2015), Omo micro-finance dans le Wolayta. Ces organismes s’avèrent ainsi plus efficaces dans le processus de remboursement de la dette paysanne que les coopératives ne l’étaient jadis. De fait, ils ont mis au point un dispositif nouveau qui se distingue par le recours à des pratiques plus coercitives : aux menaces régulièrement brandies par tous les agents de l’État, ils ajoutent des extorsions opérées par les petits agents du ministère de l’Agriculture distribuant l’engrais ; des arrestations conduites par les miliciens ; des détentions abusives exécutées par la police du district ; jusqu’en 2010, des peines de prisons pour les paysans endettés, et enfin une saisie des biens méthodiquement organisée – de tous les biens, y compris et surtout, de ceux sans grande valeur marchande. Le recours à de telles pratiques détériore le contact entre l’État et les populations locales. Il favorise également la paupérisation des paysans les plus vulnérables qui s’adaptent par l’émigration (temporaire ou définitive), l’hypothèque des récoltes, les ventes illégales de terre… ou d’engrais. Enfin et surtout, ces pratiques impliquent toujours plus les communautés rurales et confèrent ainsi à la polarisation grandissante des sociétés paysannes une dimension plus politique en incorporant un nombre croissant d’individus dans les relais démultipliés de l’État-Parti. Le recours à une institution de proximité, le ferd shengo, doit ainsi garantir une meilleure mobilisation des paysans. Plus efficace quand il s’agira d’exiger le remboursement des paysans endettés, son intervention dans la régulation publique d’un tel sujet promet également d’étendre et d’affiner le contrôle opéré par l’État-Parti sur les paysanneries. Distribué par la puissance publique, parfois sous la contrainte, et à des paysans dont le degré de consentement varie, l’engrais est bien une affaire politique. La dette qu’il occasionne n’est pas assimilée aux formes plus routinières de l’endettement paysan, ni par les représentants de l’État, ni par les paysans. De fait, les Wolayta ne veulent pas s’y impliquer, ils ne veulent pas avoir à la gérer35. Dans la SNNPR, le projet de réforme du dispositif de remboursement prévoit d’étendre les compétences du ferd shengo au-delà des strictes affaires privées et de relever le seuil de gestion des dettes à un plafond 1 000 ETB dans le but affiché de pouvoir statuer sur les dettes de l’engrais comme c’est le cas ailleurs – dans le Tigray notamment. De ce point de vue, la dimension « populaire » du tribunal, directement héritée du socialisme, demeure. Elle est toutefois réinterprétée par l’idéal démocratique révolutionnaire du régime actuel et traduite en des termes de participation/mobilisation.

  • 36 Entretien collectif, ferd shengo, Shamba Kelena, Damot Sore, Wolayta, février 2015.
  • 37 La procédure se solde par la vente effective de l’animal et le versement de la somme due, en tout o (...)
  • 38 Entretien collectif, ferd shengo, Wadja Chowa, Soddo Zuria, Wolayta, octobre 2015.

28Pour exploiter le potentiel de cette institution de proximité, le projet prévoit une plus grande implication morale et budgétaire de l’ensemble des paysanneries, au-delà des seuls juges. Il envisage la désignation de garants – et non plus simplement de témoins – dans les arbitrages du ferd shengo. Les témoins devant lesquels s’engageaient les paysans endettés dans la négociation des conditions de remboursement (délais et montants des versements) se portent désormais garants devant Omo micro-finance et mettent ainsi en gage leur propre épargne en cas de faillite du débiteur. Comme l’explique un juge du ferd shengo : « Les emprunteurs ne veulent pas rembourser à temps et respecter les délais que nous leur avons donnés. Alors on doit faire nous-mêmes l’estimation de leurs biens. Et c’est difficile à faire. Et il y en a qui abandonnent [qui s’enfuient], alors on est responsables de trouver l’argent et c’est difficile. On prend alors les arbres, le maïs, l’enset (pas souvent). Mais on va jusqu’au bout pour trouver l’argent36 ». Jusqu’à présent, parmi les paysanneries, seuls les miliciens s’impliquaient à ce point dans le remboursement des dettes de leurs voisins. Après confiscation du bétail des endettés, ils le « gardaient » plusieurs semaines moyennant de substantiels frais de gardiennage37. La mobilisation du ferd shengo doit désormais améliorer la participation des paysanneries au projet politique que constitue le développement rural. Elle transforme la dépendance juridique et administrative non opérante pour le remboursement de la dette, en une dépendance morale et sociale vis-à-vis des petits notables locaux – Shimagele et assimilés – qui participent quotidiennement à la régulation de l’entraide locale dans les campagnes. Les juges du ferd shengo s’expriment peu sur ce projet mais quand ils le font, ils disent leurs réserves : « On ne veut pas être impliqué dans la dette de l’engrais. C’est notre peuple, on les connaît […]. Mais si on reçoit la lettre, on le fera38 ».

29En octobre 2015, le décret de la Région-État donnant autorité aux ferd shengo du Wolayta pour intervenir dans le remboursement de la dette contractée envers l’État n’était pas encore arrivé dans les bureaux du district. Et les juges locaux comptaient bien ne pas faire de zèle en anticipant sa mise en application. Au contraire, ils utilisaient le formalisme administratif pour résister aux pressions étatiques exercées par les échelons administratifs supérieurs. Le formalisme institutionnel, la bureaucratisation des procédures, la multiplication des écrits, leur banalisation dans l’administration du quotidien constituent bien une pratique routinière dans la régulation des sociétés et des économies rurales. Ce formalisme bureaucratique, surtout quand il caractérise l’exercice du pouvoir d’État, est un héritage de la période socialiste. Aujourd’hui toutefois, il véhicule autant la domination d’État que la résistance des populations locales.

Conclusion

30Au-delà des effets de régimes et des legs doctrinaires sur la vie politique éthiopienne, ce chapitre interroge le devenir du projet socialiste dans son ensemble à l’heure où les régimes socialistes, et l’Éthiopie particulièrement, ont engagé une transition « thermidorienne » marquée par l’ouverture à l’économie de marché et par une certaine mise aux normes démocratiques (Bayart 2008). Loin de ne constituer qu’une référence du temps passé, le Derg et sa construction d’un socialisme d’État continuent d’exister et d’orienter l’exercice quotidien du pouvoir d’État, pour tous les Éthiopiens – pour ceux qui l’ont connu comme pour les autres.

31Pour les plus âgés, la référence au Derg représente une forme discrète de contestation politique – et c’est d’ailleurs à ce titre qu’elle est bannie de tout discours officiel. Dire le bon vieux temps du Derg, c’est donner à voir les manquements du temps présent. Mais rappeler les bienfaits du Derg – et notamment la subvention des prix de l’engrais – tout en évoquant la violence de ses pratiques, et relativiser par là l’opprobre assigné au régime passé dans l’espace public éthiopien, c’est suggérer une indicible comparaison avec les pratiques contemporaines du régime. C’est critiquer le gouvernement. C’est s’opposer.

32Les paysans ne s’y trompent pas et désignent avec subtilité la qualité politique dont ils veulent parler. Jamais ainsi ils ne parlent du mehaberawi ferd bèt, de cette cour de justice qui n’existe que dans les textes législatifs, dans le discours des bailleurs – et à l’occasion dans le discours que les fonctionnaires locaux réservent à l’étranger de passage. Jamais non plus, ils ne confondent le shengo et le ferd shengo, car s’ils reconnaissent la politisation des deux – qu’ils associent d’ailleurs assez spontanément à tout l’appareil d’État –, ils n’oublient pas la violence et les exactions du plus ancien. Et puis, faut-il le rappeler, il peut apparaître suspect d’émailler son discours de références au Derg. À l’inverse, le terme usager de ferd shengo désigne clairement une combinatoire politique banale dans les campagnes éthiopiennes mais qu’expérimentent particulièrement les Wolayta. Au-delà de la filiation institutionnelle et de l’apparente continuité de l’exercice de la domination d’État, l’ombre du shengo sur le ferd bét évoque également dans les expériences paysannes la menace constante d’un recours à l’arbitraire et à la violence d’État.

Bibliographie

Ayke Asfaw, Mekonnen Feleke, 2008. « Customary Dispute Resolution in the SNNPRS: The Case of Sidama », in Alula Pankhurst, Getachew Assefa (dir.), Grass-roots Justice in Ethiopia. The Contribution of Customary Dispute Resolution, Addis-Abeba, Centre français d’études éthiopiennes (Études éthiopiennes ; 4) : 201-216.

Bach Jean-Nicolas, 2011. « Abyotawi Democracy: Neither Revolutionary nor Democratic, a Critical Review of EPRDF’s Conception of Revolutionary Democracy in post-1991 Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, no 4 : 641-663.

Bahru Zewde, 2008. Society, State and History. Selected Essays, Addis-Abeba, Addis Ababa University Press.

Bahru Zewde, 2014. The Quest for Socialist Utopia. The Ethiopian Student Movement (1960–1974), Oxford, James Currey.

Bayart Jean-François, 2008. Le concept de situation thermidorienne : régimes néo-révolutionnaires et libéralisation économique, Paris, Centre d’études et de recherches internationales –Sciences Po (Questions de recherches ; 24).

Chinigò Davide, Fantini Emanuele, 2015. « Thermidor in Ethiopia? Agrarian Transformation between Economic Liberalization and the Developmental State », EchoGéo, no 31, en ligne, URL : https://journals.openedition.org/echogeo/14141, dernière consultation mai 2020.

Clapham Christopher, 2002. « Controlling Space in Ethiopia », in Wendy James, Donald L. Donham, Eisei Kurimoto, Alessandro Triulzi (dir.), Remapping Ethiopia: Socialism and After, Oxford, James Currey : 9-32.

Dessalegn Rahmato, 1984. Agrarian Reform in Ethiopia, Uppsala, Nordiska Afrikaninstitutet.

Di Nunzio Marco, 2014. « “Do not cross the red line”. The 2010 General Elections, Dissent, and Political Mobilization in Urban Ethiopia », African Affairs, vol. 113, no 452 : 409-430.

Donham Donald L., 1999. Marxist Modern: An Ethnographic History of the Ethiopian Revolution, Berkeley (Calif.) – Oxford, University of California Press – James Currey.

Emmenegger Rony, Sibilo Keno, Hagmann Tobias, 2011. « Decentralization to the Household: Expansion and Limits of State Power in Rural Oromiya », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, no 4 : 733-754.

Ficquet Éloi, Planel Sabine, 2017. « Le foncier urbain en Éthiopie : simplifier pour mieux contrôler ? », Métropolitiques, 20 avril, en ligne, URL : http ://www.metropolitiques.eu/Le-foncier-urbain-en-Ethiopie.html, dernière consultation mai 2020.

Gauchet Marcel, 1998. La religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Paris, Gallimard.

Gebru Tareke, 2009. The Ethiopian Revolution: War in the Horn of Africa, New Heaven (Conn.), Yale University Press.

Guidi Pierre, 2013. « Wolaita Memories of Gärmame Neway Governorship (1958–1959): Radical Reforms and Political Consciousness », Northeast African Studies, vol. 13, no 2 : 1-24.

Haile Muluken, 2007. A History of Traditional and Modern Legal and Justice Systems of Ethiopia, c. 1900–1974, MA Thesis, Addis-Abeba, Addis Ababa University.

Justice For All – Prison Fellowship Ethiopia, 2013. The place of Traditional Justice in the Ethiopian Formal Justice System. The Case of Afar and Amhara Regions, Addis-Abeba, Shama Books – CFEE.

Lavers Tom, 2013. The Political Economy of Social Policy and Agrarian Transformation in Ethiopia, PhD Dissertation, Bath, University of Bath.

Lefort René, 1981. Éthiopie, la révolution hérétique, Paris, François Maspero.

Lefort René, 2010. « Powers –Mengist – and Peasants in Rural Ethiopia: The Post-2005 Interlude », The Journal of Modern African Studies, vol. 48, no 3 : 435-460.

Lefort René, 2012. « Free Market Economy, “Developmental State” and Party-State Hegemony in Ethiopia: The Case of “Model Farmers” », Journal of Modern African Studies, vol. 50, no 4 : 681-706.

Lefort René, 2016. « La crise de l’EPRDF : “devenir inclusif !” », Politique africaine, no 142 : 121-144.

Mequanent Getachew, 2016. « The Application of Traditional Dispute Resolution in Land Administration in Lay Armacho Woreda (District), Northern Ethiopia », World Developpement, vol. 87 : 171-179.

Pankhurst Alula (dir.), 2017. Change and Transformation in Twenty Rural Communities in Ethiopia. Selected Aspects and Implications for Policy, Addis-Abeba, Pankhurst Development Research and Consulting – Ethiopia WIDE.

Pankhurst Alula, Getachew Assefa (dir.), 2008. Grass-roots Justice in Ethiopia. The Contribution of Customary Dispute Resolution, Addis-Abeba, Centre français d’études éthiopiennes (Études éthiopiennes ; 4).

Pausewang Siegfried, 2002. « No Environmental Protection without Local Democracy? Why Peasants Distrust Their Agricultural Advisers », in Siegfried Pausewang, Kjetil Tronvoll, Lovise Aalen (dir.), Ethiopia Since the Derg: A Decade of Democratic Pretension and Performance, Londres, Zed Book : 87-102.

Planel Sabine, 2014. « A View of a Bureaucratic Developmental State. Local Governance and Agricultural Extension in Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, vol. 8, no 3 : 420-437.

Planel Sabine, 2016. « Le developmental state éthiopien et les paysans pauvres. Économie politique du développement rural par le bas », Politique africaine, no 142 : 57-76.

Prunier Gérard, 2015. « The Ethiopian Revolution and the Derg Regime », in Gérard Prunier, Éloi Ficquet (dir.), Understanding Contemporary Ethiopia. Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, Londres, Hurst : 209-231.

Saleh Abdulkader, Hirt Nicole, Smidt Wolbert G. C., Tetzlaff Rainer (dir.), 2008. Friedensräume in Eritrea und Tigray unter Druck. Identitäts konstruktion, soziale Kohäsion und politische Stabilität, Berlin, Lit Verlag.

Schwab Peter, 1972. Decision-Making in Ethiopia: A study of the Political Process, Londres, Hurst.

Tadesse Wolde, 1999. Fertility and Warfare. A Study of the Hor (Arbore) of Southern Ethiopia, PhD thesis en anthropologie, The London School of Economics and Political Science, Londres, University of London.

Vaughan Sarah, 2015. « Federalism, Revolutionary Democracy and the Developmental State, 1991–2012 », in Gérard Prunier, Éloi Ficquet (dir.), Understanding Contemporary Ethiopia. Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, Londres, Hurst : 283-312.

Villanucci Alessia, Fantini Emanuele, 2016. « Santé publique, participation communautaire et mobilisation politique en Éthiopie : la Woman Development Army », Politique africaine, no 142 : 77-99.

Young John, 1997. Peasant Revolution in Ethiopia: The Tigray People’s Liberation Front, 1975–1991, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Entretien avec un administrateur de la commune, Zamine Kolbaye, Damot Sore, février 2015. Tous les entretiens sont traduits du wolaitigna et de l’anglais.

2 En réalité il s’agit de deux gouvernements distincts, un régime de transition puis la République démocratique fédérale d’Éthiopie instaurée en 1993.

3 Certaines de ces modalités d’exercice du pouvoir, toutefois, ne sont pas nées avec le Derg mais régissent depuis l’empire, et parfois même avant, l’exercice du pouvoir d’État en Éthiopie. Ainsi la bureaucratisation et la centralisation sont anciennes, voir Schwab (1972).

4 L’Ethiopian People’s Republic Democratic Front (EPRDF) est une coalition de partis régionaux qui témoignent de filiations diverses avec des fronts de libération armés ayant participés au renversement du Derg. Elle est au pouvoir depuis 1991.

5 Voir particulièrement l’analyse que propose Donald L. Donham (1999) sur l’incorporation et les résistances à la révolution par la société maale.

6 Voir entre autres, Clapham (2002) sur les transformations de l’appareil d’État et la remobilisation des institutions du Derg ; Schwab (1972) sur le fonctionnement de la bureaucratie impériale et ses emprunts ; Prunier (2015 : 211) sur la constitution d’un « jacobinisme impérial » instauré dès la fin du xixe siècle par l’empereur Tewodros ; Pausewang (2002) sur l’évolution du ministère de l’Agriculture et la permanence des représentations paysannes à son sujet. Voir également, sur l’incorporation des institutions coutumières, les travaux de Saleh Abdulkader et al. (2008) pour les institutions locales tigréennes (particulièrement le baïto), ou les ouvrages de Pankhurst et Getachew Assefa (2008) et du collectif de Justice for All – Prison Fellowship Ethiopia (2013) sur l’incorporation des institutions coutumières de justice.

7 Voir particulièrement Clapham (2002), sur le projet d’encadrement mis en œuvre à travers la remobilisation des institutions du Derg ; Bach (2011) sur les contradictions et compromis idéologiques de l’abiotawi democracy (démocratie révolutionnaire) ; voir également Lefort (2010) sur la continuité de la culture politique du mengist (gouvernement) ; ou, dans un autre registre, Lavers (2013) sur la néolibéralisation des politiques publiques et la transformation de l’idéal égalitaire.

8 Voir Emmenegger, Sibilo Keno et Hagmann (2012) pour les transformations du qebelé, et Chinigò et Fantini (2015) pour celles de la coopérative. Voire la notion d’encadrement telle que présentée par Clapham (2002).

9 Promus à la suite du Growth and Transformation Plan I, les « 1 to 5 » constituent la plus petite unité des « groupes de développement » (lemaat budin) mis en place à l’occasion de la réforme agraire et toujours en activité dans les campagnes. Par la réalisation de travaux collectifs, ils organisent la mobilisation routinière (pluri-hebdomadaire bien souvent) des paysanneries.

10 Au niveau national, la Constitution de 1987 met en place un parlement révolutionnaire, le national shengo.

11 Dans le cadre du programme « Économie de la peine et de la prison en Afrique (ECOPPAF) » dirigé par Frédéric Le Marcis, ENS Lyon, et Marie Morelle, université Paris 1.

12 Pour des analyses de la période et de ses emprunts idéologiques, voir entre autres Young (1997) et Lefort (1981) ; et pour des lectures plus situées socialement, culturellement ou géographiquement : Bahru Zewde (2014), Donham (1999), Clapham (2002), ou Dessalegn Rahmato (1984), pour la réforme agraire de 1974-1975.

13 Sur ce point les analyses de Gebru Tareke (2009) sont plus nuancées et témoignent d’une plus grande conscience politique dans les paysanneries prérévolutionnaires, à tout le moins d’un désir de justice qui atteste d’une structuration sociale plus complexe que « simplement » féodale.

14 Le baïto désigne une assemblée villageoise coutumière du Tigray. Perçue comme une institution centrale de la vie politique coutumière tigréenne, elle est régulièrement présentée par la littérature comme étant particulièrement démocratique, qu’elle cherche à atteindre le consensus (Saleh Abdulkader et al. 2008) ou qu’elle promeuve une participation directe – bien que hiérarchisée – à la décision politique (Young 1997 ; Lefort 1981). À partir de 1980 dans les territoires sous administration du TPLF, le baïto évolua vraisemblablement vers une cour multi-juridictionnelle (Young 1997 : 189-190). Aujourd’hui, il est toujours en usage dans les campagnes du Tigray, mais à nouveau comme une assemblée paysanne – plus ou moins associée à des célébrations religieuses (enquêtes 2017).

15 Ces tensions se structurent autour de l’opposition entre deux courants de pensée, deux factions politiques, le All-Ethiopia Socialist Movement (MEISON) et l’EPRP, qui débattent principalement sur la question nationale, sur leurs positionnements classistes et sur la question « ethnique » (Young 1997 ; Bahru Zewde 2014).

16 Voir Lefort (1981 : 281-282), et le cas de Salomon Wada, figure emblématique de la contestation étudiante wolayta (ibid. : 162).

17 Voir la situation en pays gurage présentée par Haile Muluken (2007).

18 Désignés lors des assemblées des associations paysannes de la commune.

19 Du moins dans ce qu’il en transparaît lors des très nombreux entretiens régulièrement réalisés auprès des paysanneries depuis 1998.

20 D’après Ayke Asfaw et Mekonnen Feleke (2008 : 204) les kebele social courts peuvent donner des amendes jusqu’à un montant de 500 euros et des peines de prison d’une durée d’un mois. Selon nos enquêtes, les amendes sont toujours possibles mais pas les emprisonnements.

21 Ailleurs en région Amhara (Mequanent Getachew 2016), mais dans le Tigray également (enquêtes 2017), il conserve un rôle de médiation dans les conflits fonciers n’ayant pu être arbitrés par les autorités coutumières et précède les appels devant les juridictions de district (wereda).

22 Entretien collectif, ferd shengo, Wadja Chawo, Soddo Zuria, Wolayta, octobre 2015.

23 Il s’agit d’un terme amharique qui se dit shimata en wolaitigna.

24 Ici nous adoptons une terminologie différente, plus pragmatique, pour traduire l’incorporation de l’institution judiciaire dans un appareil d’État plus familier des paysanneries.

25 Entretien collectif, ferd shengo, Shamba Kelena, Damot Sore, Wolayta, février 2015.

26 Haile Muluken (2007) signale toutefois que des conseils similaires existaient avant 1974 en pays gurage.

27 Deux jours par semaine, les juges du ferd shengo doivent siéger dans des bureaux qu’ils partagent avec une autre administration. Les juges se plaignent de cette présence obligatoire et les bureaux sont ainsi souvent fermés aux horaires d’ouverture. Ce qui n’empêche d’ailleurs pas les juges de se réunir dans des lieux privés. De ce point de vue la bureaucratisation de cette institution est moins importante que celle du qebelé ou des bureaux de l’agriculture, par exemple.

28 Il arrive également que les candidats soient désignés sans en être informés au préalable. Qu’ils soient intéressés ou non par la fonction, il est délicat de la refuser.

29 Entretien avec un membre du ferd shengo, Zamine Kolbaye, Damot Sore, Wolayta, février 2015.

30 À Addis-Abeba ces tribunaux peuvent traiter des affaires engageant des dettes jusqu’à 5 000 ETB.

31 Voir pour exemple la catégorie des fermiers méritants (Lefort 2012).

32 Entretien collectif, ferd shengo, Wadja Chowa, Soddo Zuria, Wolayta, octobre 2015.

33 Southern Nations and Nationalities People’s Region, région-État (Killil) méridionale.

34 Voir le chapitre « Differenciation, Inequalities and Social Inclusion in Rural Communities » (ibid. : 121-162).

35 Entretien collectif, ferd shengo, Shamba Kelena, Damot Sore, Wolayta, février 2015.

36 Entretien collectif, ferd shengo, Shamba Kelena, Damot Sore, Wolayta, février 2015.

37 La procédure se solde par la vente effective de l’animal et le versement de la somme due, en tout ou partie, à l’organisme de microfinance et non plus à un simple engagement des paysans auprès de l’institution bancaire.

38 Entretien collectif, ferd shengo, Wadja Chowa, Soddo Zuria, Wolayta, octobre 2015.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search