Version classiqueVersion mobile

Socialismes en Afrique

 | 
Françoise Blum
, 
Héloïse Kiriakou
, 
Martin Mourre
, 
et al.

Deuxième partie : socialismes en actes. 1 : socialisme des ville, socialismes des champs

Développement socialiste et mise au travail rural : les politiques d’investissement humain dans le Sénégal de Senghor et Dia1

Romain Tiquet

Texte intégral

  • 1 L’écriture de ce chapitre a été rendue possible grâce au soutien financier du projet FNS « Decoloni (...)

1Le programme de développement prôné par le Sénégal après l’indépendance du pays en août 1960 implique à la fois la construction de la nation et du citoyen et la reconstruction économique et sociale du territoire, et ce en rupture nette avec la période coloniale. Un premier plan quadriennal est adopté (1961-1964), centré sur un programme de promotion des masses rurales, abandonnées, selon les autorités sénégalaises, par l’ancien système colonial. Cependant le passif est lourd. Les paysans sont habitués à l’arbitraire et sont suspicieux et rétifs à toute initiative venant des autorités. Ben Mady Cissé, ancien directeur de l’animation rurale au Sénégal, évoque de cette manière l’héritage profond qu’a laissé le colonisateur dans les relations entre populations rurales et pouvoir politique :

À force d’être soumis à l’autorité arbitraire des chefferies, aux abus et détournements commis par les fonctionnaires coloniaux au sein des organismes pseudo-coopératifs mis en place par l’administration coloniale, et à la pression d’une économie de traite envahissante et incontrôlable à son niveau, le monde rural s’était replié sur lui-même et se méfiait comme par réflexe, de toute initiative ou intervention venues de l’extérieur. (Cissé 1963 : 117)

2L’animation rurale, instrument essentiel du socialisme participatif et autogestionnaire revendiqué par le président de la République Léopold Sédar Senghor et son président du Conseil Mamadou Dia, constitue alors la matrice du projet de développement. L’État devient l’agent d’impulsion et de contrôle de l’économie à destination des terroirs. Au-delà de cette finalité, le projet d’animation rurale a aussi un objectif politique. En restaurant la confiance entre les populations et l’État, les autorités sénégalaises comptent entamer un nouveau dialogue et pousser les masses rurales à participer au projet de construction nationale.

  • 2 L’investissement humain n’est qu’un outil parmi d’autres de mobilisation des populations. On peut c (...)

3Senghor et Dia développent alors un discours volontariste et productiviste, insistant sur la dimension libératrice et émancipatrice du travail, contrairement à la période passée qui s’appuyait sur la coercition et la contrainte pour « mettre en valeur » le territoire sénégalais, alors partie intégrante de l’ancienne Afrique occidentale française (AOF). Traduction concrète sur le terrain de ce discours, les autorités lancent une grande politique d’investissement humain qui mise sur l’apport volontaire et bénévole de main-d’œuvre pour la réalisation de projets d’infrastructures locales et rurales2.

4Pour un pays qui souhaite réaliser les travaux économiques indispensables pour son développement, la politique d’investissement humain est alors toute trouvée. L’investissement humain rencontre d’ailleurs un fort écho en Afrique de l’Ouest, en particulier dans la Guinée de Sékou Touré ou dans le Mali de Modibo Keïta. Cependant contrairement à ces deux pays, le parti politique unique n’est pas le levier d’un développement révolutionnaire au Sénégal (Pauthier 2013 ; Gary-Tounkara 2003).

5Bien qu’un nouvel élan soit perceptible dans les études sur l’histoire des constructions nationales africaines après les indépendances – cet ouvrage en est le témoin –, rares sont les analyses qui se sont intéressées aux formes de mobilisation de la main-d’œuvre pour le développement au-delà des années 1960, alors même que cette problématique constitue la clé de voûte de la politique économique des élites postcoloniales. Dans ce cadre, ce chapitre propose d’analyser l’application du socialisme sénégalais dans les campagnes et la mise en place concrète du plan de développement à travers l’étude de projets de mobilisation de main-d’œuvre dans les terroirs.

  • 3 Plus de la moitié du budget était prévue pour la construction d’écoles et 500 millions de francs CF (...)

6Ce chapitre s’intéresse à une période courte, de la proclamation de la Communauté française en 1958, à la crise politique sénégalaise de 1962 qui voit l’éviction et l’emprisonnement de Mamadou Dia pour « tentative de coup d’État », en passant par l’éphémère Fédération du Mali (1959-1960). Ces quelques années constituent une période charnière marquée par un dynamisme important tant dans la formulation de la doctrine politique et économique du jeune État que dans la mise en place d’actions concrètes en faveur du développement. Bien que le premier plan quadriennal (1961-1964) n’ait prévu qu’un apport en travail des populations de 1,3 milliard de francs CFA, soit un taux de 1,4 % des investissements totaux de cette période3, l’investissement humain apparaît comme un concept clé que l’on retrouve constamment mobilisé par les autorités sénégalaises, que ce soit dans la presse, dans les discours publics ou dans les notes gouvernementales.

7Après avoir analysé l’articulation entre le projet de développement socialiste sénégalais et les politiques d’investissement humain dans les campagnes, on se focalisera sur des exemples de chantiers de travail afin d’analyser le fonctionnement concret et les limites de l’investissement humain. Ce concept reste au final relativement vague dans sa définition et laisse une large marge d’interprétation et une possibilité d’abus dans sa réalisation. Il faut nuancer cette forme de participation des masses à la construction nationale en en soulignant les limites dans l’encadrement et l’entretien des ouvrages, la politique du chiffre et l’excès de zèle de certains acteurs locaux, et parfois même des formes autoritaires de recrutement des populations. Toutes ces dérives ont détourné l’investissement humain de son objectif principal : le développement économique et social du pays. Alors que le socialisme sénégalais insiste sur la nécessaire autonomisation des populations rurales et l’importance du développement participatif pour la construction nationale, les limites rencontrées dans la mise en place des chantiers d’investissement humain soulignent plus largement les difficultés des autorités sénégalaises à instaurer de nouvelles relations entre l’État et les populations rurales.

Socialisme sénégalais et mobilisation nationale

Planification et promotion des masses rurales

  • 4 Léopold Sédar Senghor s’inspire de l’explication par Marx du colonialisme mais il jugeait ses autre (...)
  • 5 Archives nationales du Sénégal (ANS), fonds de la Fédération du Mali (FM), « Déclaration d’investit (...)
  • 6 Cité par Colin (2007 : 224).

8Au Sénégal, la voie du socialisme tracée par Léopold Sédar Senghor dès la fin des années 1950 est à plusieurs égards originale, mêlant une variété de sources d’inspirations, d’éléments de la tradition marxiste ou de réflexions sur la spiritualité empruntées aux travaux de Teilhard de Chardin4. En s’appuyant sur plusieurs éléments, cette doctrine politique constitue alors le fondement idéologique de la politique économique du pays. Dans un premier temps, le socialisme sénégalais souligne l’importance de la prise en compte d’une communauté, d’une nation, dans l’optique du « développement de tout l’homme et de tous les hommes », selon la formule de l’économiste François Perroux, ancien professeur de Mamadou Dia, et qui inspira grandement ce dernier dans la théorisation de l’économie politique sénégalaise au lendemain de l’indépendance5. De là découle la libération des aliénations anciennes qui empêchent l’épanouissement de cette communauté d’hommes dans leur vie quotidienne : le socialisme est une voie véritable vers la liberté, martèle Mamadou Dia6. Dans ce cadre, l’État est amené à jouer un rôle central, volontariste, dans la création de nouveaux rapports avec la population. L’État sénégalais apparaît alors comme le seul agent viable pour appuyer cette véritable politique de « destruction créatrice » (Dia 1960b : 84) et gérer l’économie nationale dans l’intérêt de toutes et tous, en particulier des masses rurales. Ces dernières sont en effet considérées comme les laissées-pour-compte de l’ancien système colonial alors même qu’elles représentent près de 3 millions d’habitants au lendemain de l’indépendance, soit près de 80 % de la population. Un État fort à destination des masses rurales et soutenu, animé par les masses rurales : telle est la clé de voûte du socialisme africain prôné par Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia.

  • 7 La littérature sur l’animation rurale est pléthorique pour le Sénégal et plus largement pour l’Afri (...)

9La planification du développement entreprise par les autorités sénégalaises dès 1960 doit alors constituer l’instrument essentiel d’un socialisme participatif et autogestionnaire au service de la construction nationale. En effet, il est indispensable pour les autorités de refondre profondément les structures économiques et administratives tout en obtenant l’adhésion et la participation active des masses paysannes, appelées à être les agents et les premiers bénéficiaires du développement. Pour mobiliser les terroirs, le Sénégal met en place une grande politique d’animation rurale. L’animation apparaît comme un vaste outil pédagogique au service des structures de développement. Elle a pour but premier de former, rendre responsable, animer les populations rurales, techniquement et moralement, afin de les entraîner, par une action éducative clairement définie, à prendre en charge leur propre développement. La population est alors encadrée par un noyau d’animateurs qui ont pour mission de former les cadres administratifs et techniques de l’animation au niveau local. Chaque village représente le cadre local de l’activité économique, politique, sociale et culturelle des populations, et l’ensemble des villages constitue, pour chaque région, la cellule de base du développement. Un centre d’animation y est installé. À travers ce réseau de cellules de base se met en place un programme d’actions locales de développement, exprimé en théorie par les populations, et négocié avec les animateurs et l’encadrement administratif. L’originalité de l’animation rurale réside dans la présence d’un seul et unique partenaire administratif, contrairement à la prépondérance de la chefferie pendant la période coloniale. L’objectif est clair : il faut faire remonter les aspirations des villages par le biais des centres d’animation rurale au plus haut niveau de l’État, afin qu’il oriente ses actions en fonction des besoins des paysans7. Mamadou Dia résume en ces termes l’objectif de l’animation :

  • 8 Mamadou Dia, déclaration devant l’Assemblée nationale et les délégations invitées aux fêtes de l’in (...)

Ce réseau de nouveaux paysans nous permettra d’établir solidement un quadrillage coopératif étroitement lié avec un mouvement communal moderne et progressiste, instaurant par là même et en profondeur les fondements du socialisme que nous avons choisi, et réalisant la jonction des cellules de base économiques et politiques8.

Développement participatif et devoir de travail

10Une véritable réflexion est engagée par le pouvoir sénégalais pour créer les conditions d’une participation spontanée et volontaire des populations à la construction nationale. La tâche est dévolue à l’animation, qui doit motiver une prise de responsabilité globale par les masses en vue du développement. C’est dans les communautés animées que le développement participatif, levier central du socialisme autogestionnaire prôné par Senghor et Dia, pourra alors s’épanouir. L’animation rurale ambitionne un changement décisif dans les rapports entre autorités politiques et paysans : faire passer le monde rural du statut d’objet à celui de sujet, en le plaçant au cœur de la politique agraire et du développement participatif :

Il faut enfin, et c’est capital, mobiliser totalement le potentiel humain du pays – provoquer dans nos masses, dans toutes les couches sociales, chez tous nos cadres, à tous les niveaux, l’élan d’enthousiasme qui fera que chacun se mettra corps et âme au service de la nation en voie de se faire. (Dia 1960b : 137)

  • 9 Les « fléaux sociaux » et autres « encombrements humains » (vagabonds, alcooliques, fous, prostitué (...)

11Corollaire de cette dialectique insistant sur la participation volontaire et massive des populations au chantier national, les autorités engagent un discours sur les vertus du travail, décrit comme désaliénant et libérateur. La notion de travail est érigée en symbole d’intégration sociale par le pouvoir, mais exige aussi des sacrifices pour le bien de la nation. Le discours des autorités sénégalaises se structure sur un effet d’inclusion/exclusion en construisant le concept de travail comme bonheur social mais aussi comme « baromètre » où se mesure le degré de participation à la construction nationale et l’adhésion au projet politique. Ce discours inclut toutes les personnes prêtes à s’investir pour la construction nationale, mais il exclut dans le même temps, en mettant les « hors la loi » ou en dehors de la norme « travail », toutes les populations jugées inactives ou marginales, dont la grande majorité réside en ville9. On retrouve dans le discours des autorités une dénonciation constante de la paresse et de l’oisiveté, considérées comme frein à la construction nationale. Un article de Paris-Dakar, journal proche du pouvoir, appelle par exemple à « éliminer la paresse connue chez l’Africain – celle de ne rien faire et vouloir gagner de l’or » (Diallo 1960). Cette dialectique n’est pas sans rappeler la rhétorique coloniale qui fonda son argumentation sur la dénonciation de la paresse, décrite comme quasi inhérente à la nature même de « l’indigène », et qui servit à justifier la mise en place de formes de travail forcé dans les colonies afin d’inculquer aux populations l’ethos du travail.

  • 10 Les coopératives, implantées et gérées localement par les paysans producteurs d’arachides, sont les (...)
  • 11 ANS, 11D1/181, bulletin de liaison publié par le ministère du Développement et du Plan, début des a (...)

12Dans un bulletin de liaison édité par le gouvernement sénégalais et promouvant le mouvement coopératif dans les zones rurales du territoire10, le message à faire passer est clair : « Il faut amener doucement mais fermement à la nette conscience qu’on n’atteint pas ce que l’on désire dans l’oisiveté11 ». Plus loin, le document indique qu’il faut « montrer à ceux qui nous ont guidés jusqu’à présent que nous ne sommes plus des enfants ignorants sans initiative […] ». Cette dernière phrase est révélatrice, car elle fait référence au vocable colonial, celui de la métaphore d’un peuple-enfant qu’il convient d’orienter. En utilisant cette formulation, l’auteur souhaite exprimer la capacité des nouvelles autorités à prendre en main le pays mais il avalise par là même, de manière détournée, la théorie de la « mission civilisatrice » sur laquelle s’appuya l’ancien colonisateur.

  • 12 Selon Babacar Fall, une chanson en son nom est encore chantée de nos jours dans le Kajoor et le Baw (...)

13Ce document est par ailleurs intéressant, car il traduit à la fois un discours volontariste de modernité, tourné vers l’avenir, invitant les masses rurales à participer en travaillant au développement local et national, tout en mobilisant un vocabulaire empreint de tradition. En effet le bulletin s’intitule Niakh Tedd en wolof, que l’on pourrait traduire par « qui sue s’honore ». Ce célèbre adage est une ode au travail rural, en référence directe à la figure populaire du « héros des champs » incarné chez les Wolof par le personnage de Baay Demba Waar Njaay, stakhanoviste d’un autre lieu et d’un autre temps, symbole de labeur et de zèle au travail. Le mythe veut que ce personnage ait labouré son champ des jours et nuits entières sans relâche et ne se soit arrêté que devant l’océan où il se noya (Fall 2011 : 25-26)12.

  • 13 John Lonsdale parle d’ailleurs de « new civilising mission of “development” » (Lonsdale 1986 : 153)

14Ainsi, les élites postcoloniales sénégalaises façonnent un discours de mobilisation générale qui révèle une certaine ambiguïté. D’un côté, le travail est défini comme libérateur et émancipateur, vecteur d’intégration sociale pour le développement du pays, et ce dans une voie socialiste en rupture nette avec la période coloniale. De l’autre, une dialectique de la paresse, de l’oisiveté, y est développée, stigmatisant certaines catégories de la population et rappelant la rhétorique coloniale justifiant la contrainte au travail. Dès lors, à travers ce discours volontariste et productiviste instituant un « devoir de travail », l’État sénégalais se positionne en autorité civilisatrice, non plus pour la « mise en valeur des colonies » mais au nom du développement national13.

« Compter sur ses propres forces » : investissement humain et mobilisation des terroirs

L’investissement humain dans les campagnes, capital du pauvre ?

  • 14 La notion est quelques fois utilisée dès le début années 1950 pour l’organisation des projets locau (...)

15Ce discours se traduit sur le terrain par l’organisation de chantiers de travail dénommés « investissement humain ». Cette notion apparaît dès la fin des années 1950 et devient rapidement un concept clé de la mobilisation des populations rurales pour le chantier national14. L’investissement humain se définit comme un travail collectif bénévole pour la réalisation de certains travaux sur le plan local – du fait de l’insuffisance de capitaux et de l’incapacité de l’État à assurer toutes les charges – et dans le but d’occuper une grande masse de populations paysannes sous-employées. Ce « capital du pauvre » (Guichaoua 1991 : 491) est pensé et théorisé par les autorités comme une véritable politique de mobilisation civique des populations pour la transformation des terroirs avec la prise en charge des coûts d’infrastructures ou d’équipements collectifs – pistes, écoles, dispensaires, préparation de terrain agricoles, agriculture, etc. (Présidence du conseil du Sénégal 1962 : 24).

  • 15 ANS, VP269, note sur l’investissement humain, début des années 1960.

16Les autorités évoquent deux facteurs essentiels au Sénégal qui nécessitent l’organisation de telles actions de développement. Premièrement, le vaste programme de transformation des campagnes lancé par le plan quadriennal a besoin d’une mobilisation humaine d’importance pour soutenir les actions rurales de développement et ainsi « maintenir sur la brousse d’Afrique ses bras actuels en enrayant l’exode du rural vers les villes15 ». Deuxièmement, l’obligation d’aller vite dans la transformation du pays demande un apport en bras sans précédent, que les programmes d’investissement humain sont à même de proposer. L’importance du sous-emploi de la population – chômage en milieu urbain, taux de productivité du travail annuel moyen faible en milieu rural par manque d’outillage – fait que le Sénégal se retrouve avec une force de travail considérable, disponible, et donc mobilisable (Présidence du conseil du Sénégal 1962 : 23).

17Pour le gouvernement sénégalais, l’investissement humain apparaît alors comme la traduction concrète de la doctrine politique et économique prônant un socialisme autogestionnaire et le développement participatif des campagnes. L’adhésion à cette doctrine et l’engagement bénévole dans ces chantiers sont centraux pour les autorités. L’investissement humain, en tant que forme de mobilisation de la main-d’œuvre, se doit d’être volontaire, et ce dans une logique de rupture nette avec la période coloniale qui avait fait du travail forcé la pierre angulaire de l’économie politique. Les populations, appuyées par l’animation rurale, doivent librement décider des actions de développement à mener et apprécier elles-mêmes la quantité de travail à fournir. L’investissement humain ne peut être obtenu et relayé

  • 16 ANS, VP269, note sur l’investissement humain, début des années 1960.

par le fait du Prince ou le diktat jeté du haut vers le bas, par la contrainte ou la peur, mais bien plutôt, selon ce qui devrait représenter en l’occurrence la clef de voûte de tout le système, par l’adhésion totale et librement consentie des élites et des masses, non seulement dans l’élaboration mais surtout dans la mise en œuvre des Plans de développement16.

  • 17 Dans un rapport de 1962, la commission d’experts pour l’application des conventions et recommandati (...)

18À ce titre, il est intéressant de noter que les autorités, craignant que les populations et les observateurs extérieurs assimilent investissement humain et travail forcé colonial17, ancrent l’esprit de ces chantiers dans une certaine « tradition africaine ». Senghor et Dia voient dans l’investissement humain une réminiscence de formes de travail collectif héritées de périodes très anciennes :

  • 18 ANS, VP269, note sur l’investissement humain, début des années 1960.

Il ne s’agit pas là d’un apport des ex-nations colonisatrices, mais bien plutôt d’un héritage très lointain qui vient des traditions, des sources profondes de tous ces vieux pays et doit obligatoirement marquer profondément leur conception de l’investissent humain18.

Connecter les campagnes à l’économie nationale : le train routier

  • 19 Ibid.

19Les politiques d’investissement humain sur le territoire commencent dès janvier 1960 avec la mise en place d’un système original au Sénégal : les trains routiers. Le train routier se veut être un pôle mobile visant le désenclavement des territoires ruraux : aménagement de terrains en vue de l’extension des cultures, ouverture de pistes de brousse et d’artères, et rénovation d’emplacements publics des villages. Le train routier se compose d’un élément mécanique nécessaire à la rénovation des routes (tracteurs et remorques) et d’un élément humain. Initialement, le plan de développement envisage 6 000 journées de travail par an, par train routier, à raison de 30 travailleurs et de 200 journées par travailleur19.

20Les trains routiers, installés dans dix-huit circonscriptions dès leur mise en place, résument l’ambition alors affichée des politiques d’investissement humain : utilisation de la force de travail des paysans à des opérations d’accumulation de capital (rénovation de routes importantes pour l’économie) en combinant le facteur humain et la machine. L’avantage envisagé est triple : combler le fossé entre brousse et ville en désenclavant les territoires ; jumeler l’usage de la machine avec le capital travail ; compenser l’investissement financier coûteux de l’outillage par la mobilisation des travailleurs.

  • 20 ANS, 11D1/207, rapport sur l’emploi du train routier dans le cercle de Bignona, 2 septembre 1960.

21Une des premières routes rénovées par ce type d’investissement humain est la route Bignona-Tendimane-Balingore en Casamance, dans le Sud du pays, rendue inutilisable depuis des années et abandonnée à la suite de la rupture des ponts et du ravinement. Cette piste est utile pour les populations de la région, car elle raccourcit le trajet entre Bignona, les villages des Djougouttes-Sud et l’important point de traite de Balingore. Sa rénovation a pour objectif de faciliter les échanges internes et l’écoulement des produits à l’extérieur de la région. Il est alors fait appel « à l’esprit communautaire et à l’intérêt des villageois intéressés directement par sa remise en circulation20 ». Les habitants des villages de Diourou, Tendimane, Balingore y travaillent volontairement avec le train routier « Tigre » mis à la disposition du cercle. Un rapport sur les travaux insiste particulièrement sur la mobilisation des populations, signe de la réussite du projet :

  • 21 Ibid.

Répondant à l’appel du commandant de cercle, conscients de l’intérêt général et de leur propre intérêt, convaincus par l’action psychologique menée par le centre d’animation rurale, faisant preuve d’esprit communautaire, les habitants des villages de Diourou, Tendimane, Balingore ont consacré plusieurs milliers d’heures de travail à la réfection de la route21.

22Ce passage résume à lui seul toute la valeur et l’esprit que souhaitent donner les autorités sénégalaises à l’investissement humain dans le projet de construction nationale : conscience des besoins en développement local, mobilisation collective, volontaire et gratuite des populations qui ressentent concrètement l’intérêt des opérations qui leur sont proposées.

23Bien que les autorités communiquent dans la presse sur la réussite de ce chantier, plusieurs limites sont néanmoins perceptibles et résument les difficultés auxquelles se heurte l’application de la politique d’investissement humain dans les campagnes. On apprend par exemple que 25 kilomètres de piste, par ailleurs rondement menés par le train routier, sont considérés par les travaux publics comme sans intérêt. D’autre part, bien que le chantier ait été conduit jusqu’à son terme, le manque de suivi et d’entretien après la fin des travaux a entraîné la détérioration rapide de la piste, la brousse reprenant le dessus après seulement quelques mois (Serreau 1966 : 154). De plus, bien que l’exemple de la route de Bignona souligne la participation spontanée des populations, cela n’a pas toujours été le cas. Dans un reportage diffusé en janvier 1960 sur la Fédération du Mali dans la célèbre émission Cinq Colonnes à la une, un échange surprenant a lieu entre le journaliste et un homme sénégalais qui est en charge de l’organisation locale d’un train routier dans une région non déterminée du Sénégal :

Journaliste : Je suis passé dans un village où les gens n’avaient pas l’air très emballé. Est-ce que vous trouvez ça normal ?

Intervenant : Ah non, ce n’est pas du tout normal. Parce qu’ils ont donné leur parole d’honneur, qu’il fallait respecter.

Journaliste : Vous, vous leur avez fait donner leur parole ?

Intervenant : Oui.

Journaliste : Et généralement, quand un village collectivement donne sa parole, il la respecte ?

Intervenant : Oui, il doit la respecter22.

24Devoir respecter sa parole ne veut pas forcément dire vouloir respecter sa parole. Et c’est bien ce qui semble transparaître du désarroi qu’affiche l’homme en charge de ces opérations.

Une vitrine en trompe-l’œil du socialisme autogestionnaire sénégalais ?

Les « ratés » de l’investissement humain : autoritarisme et excès de zèle

25En 1961, une autre opération d’investissement humain, elle aussi très médiatisée par les autorités, est entreprise : la construction de cuvettes rizicoles à Saldé (2 900 hectares) dans la vallée du fleuve Sénégal (région de Dagana et Podor), soutenue par l’Organisation autonome de la vallée (Présidence du conseil du Sénégal 1962 : 10). Les travaux d’investissement humain consistent essentiellement en opérations de débroussaillage des terrains et de terrassement de la zone pour accueillir la riziculture. Avant le début des travaux, les cinq villages concernés par les chantiers sont invités par les autorités à se regrouper en coopératives pour organiser le travail. Les populations des villages sont quant à elles informées du projet et de la nécessité de participer à ces opérations bénévolement. En contrepartie, les autorités leur promettent l’attribution de parcelles rizicoles. De son côté, l’animation rurale locale prend en charge l’organisation d’un stage de formation d’encadrement pour superviser les opérations de terrassement, plus techniques. Dans les faits, bien que près de 350 villageois se mettent activement au travail pendant deux mois de l’année 1961, seulement 10 % des travaux de terrassement sont réalisés. Sur ces terrassement effectués, 10 % s’effondrent à la première crue d’hivernage du fait de « malfaçons » dans les travaux d’endiguement (Présidence du conseil du Sénégal 1962 : 10).

26Ces résultats limités s’expliquent tant par l’improvisation dans l’organisation des chantiers que par l’absence d’information et de concertation avec les paysans, pourtant premiers bénéficiaires et acteurs de cette action d’investissement humain. En effet, le projet de riziculture fut validé sans l’accord des populations concernées et les villageois ne furent « animés » que quelques semaines avant le début des travaux. Certains paysans furent même payés par l’animation rurale locale par crainte qu’ils désertent le chantier : « […] des démarches contradictoires au niveau de l’encadrement aboutirent à des versements d’argent aux villageois par l’intermédiaire des coopératives. On peut regretter le caractère de “cadeau” que prit cette distribution » (Présidence du conseil du Sénégal 1962 : 11). Alors même que l’investissement humain devait répondre à la volonté de la base villageoise, cet exemple souligne l’échec de l’autonomisation des populations rurales dans les projets de développement et le centralisme de l’État dans la conduite des travaux.

  • 23 ANS, VP253, procès-verbal de la réunion de l’Organisation autonome du Delta (OAD), 15 juin 1960.

27Un autre exemple de chantier illustre quant à lui l’excès de zèle de certains notables locaux, qui utilisent l’investissement humain comme vitrine de leur volontarisme et de leur autorité pour « sortir du lot », et ce au détriment de l’opération elle-même et des populations rurales. Une grande part des actions d’investissement humain dans les zones rurales sont consacrées à la mise en place de bois de villages et à la plantation d’arbres d’alignement. Les réalisations dans plusieurs régions du Sénégal sont relativement importantes. Rien que dans le Sine-Saloum, plus de 104 bois de villages sont sortis de terre, représentant plusieurs centaines d’hectares. Malgré ces belles réalisations, après quelques mois, 90 % des bois de villages ont disparu, les arbres plantés n’ayant pas survécu. Même constat pour les plantations d’alignement, dont ne subsistent que 20 kilomètres sur les 100 plantés23. On remarque au final qu’un certain nombre de responsables administratifs locaux (commandant de cercle, chef d’arrondissement) en charge de ces opérations ont privilégié la « politique du nombre » pour montrer leur productivité et leur faculté à mobiliser au service du chantier national à leur hiérarchie, sans pour autant s’intéresser au suivi, à l’entretien sur le long terme de ces réalisations. En résulte une mobilisation non motivée et inutile des populations et une plus-value quasi nulle pour ces opérations de développement.

Mythe de l’adhésion et main-d’œuvre involontaire

28Ces diverses limites dans la conduite des projets d’investissement humain permettent alors de mettre en doute l’adhésion totale supposée des populations lors de ces mobilisations de travail. Un point central n’est d’ailleurs jamais évoqué dans la définition de l’investissement humain : la question du recrutement des travailleurs. Une des ambiguïtés de ce concept réside dans le fait que le travailleur, en tant qu’individu, s’efface derrière la notion d’investissement qui prend un caractère collectif. Dans cette acception, il est alors difficile de juger des conditions de mise au travail du travailleur puisqu’il se fond dans un collectif indistinct. D’autre part, dans le discours des autorités, parce que le travail est libérateur ou décrit comme tel, les projets d’investissement humain ne sont envisagés que comme le fruit d’un engagement volontaire de la part des populations pour le bien de la construction nationale et du socialisme africain. Bien que les autorités aient insisté sur le caractère bénévole de cette forme de mobilisation de la main-d’œuvre, il est difficile de juger du caractère véritablement volontaire du recrutement. Ce qui prévaut pour les autorités n’est pas tant les conditions de recrutement et de travail que la réalisation du projet, symbole de l’élan collectif pour le développement du pays.

  • 24 ANS, VP253, procès-verbal de la réunion à Ross-Bethio de l’équipe polyvalente de l’OAD et de tous l (...)
  • 25 Ibid.

29À y regarder de plus près, la réalisation de certains projets suggère certaines formes de mobilisation autoritaire. Dans le cadre de l’Organisation autonome du Delta (OAD), des travaux sont lancés en 1962 par les coopératives en faisant appel à l’investissement humain24. Un procès-verbal de réunion faisant état des travaux déplore « la difficulté de prévoir sur un même chantier des tâches payées – très rondement menées – et gratuites – toujours à la traîne25 ». Ainsi, les populations non payées montrent une certaine réticence à réaliser les travaux qui leur sont assignés, contrairement aux travailleurs payés. L’argument d’une mobilisation désintéressée pour le développement national chère aux autorités sénégalaises n’est donc pas toujours au rendez-vous. De plus, on peut lire dans le procès-verbal que les présidents des coopératives en charge du recrutement sont « instamment invités à ne pas y inclure, comme l’année dernière, des vieillards tremblotants et des enfants imberbes ». Il est peu probable que des vieillards ou de jeunes enfants se soient mobilisés d’eux-mêmes pour ce type de travaux, qui demande un certain effort physique. Tout porte à croire que le recrutement local s’est fait de manière contrainte. Les autorités locales, ne trouvant pas assez d’hommes valides, ont alors ciblé des populations plus vulnérables pour grossir le rang des manœuvres.

  • 26 Au même titre que d’autres formes de participation des populations comme le mouvement coopératif.

30La mise sur pied d’un projet politique socialiste au Sénégal au lendemain de l’indépendance témoigne de la volonté des autorités postcoloniales de construire de nouvelles relations entre les populations et l’État dans le cadre de la construction nationale. En rupture avec la période coloniale, les autorités sénégalaises ont ainsi fait de la promotion des masses rurales le fer de lance de la doctrine politique et économique du pays. Dans l’esprit des autorités, les politiques d’investissement humain constituent alors un outil d’application concret et local de l’idéal socialiste centré sur la participation et l’autogestion de communautés rurales prenant en charge le développement local26.

  • 27 Cité par De Decker (1968 : 275).

31Cependant, alors qu’elles furent décrites comme la matrice du projet de construction socialiste du Sénégal, les actions d’investissement humain se sont soldées dans bien des cas par un échec, faute d’organisation, de suivi et d’adhésion des populations, entraînant parfois même des formes de mobilisation autoritaire. Très utilisés et médiatisés au tournant de l’année 1960, les chantiers d’investissement humain s’essoufflent peu à peu dans les années qui suivent, les services du Plan estimant dès 1962 que « la contribution de l’investissement humain [au Sénégal] a été nulle27 ». L’obligation d’aller vite, chère aux autorités sénégalaises, s’est muée en volonté d’aller trop vite, détournant l’investissement humain de son objectif initial de développement économique pour servir de vitrine en trompe-l’œil de l’action gouvernementale.

 

32L’organisation des chantiers par l’animation rurale locale, souvent improvisée, n’a au final que peu intégré les populations au projet. Malgré l’enthousiasme affiché par les autorités dans la presse, les populations se sont très rapidement montrées réticentes à participer à ces chantiers. Alors même que les autorités sénégalaises prônaient un renouvellement des relations avec le monde rural, force est de constater que dans bien des cas, les agents de l’État restent à l’initiative dans l’organisation des projets d’investissement humain. De plus, les services techniques ou les représentants locaux de l’État ont trop souvent envisagé ces actions comme un simple moyen de recruter de la main-d’œuvre, s’éloignant ainsi de l’idéal de conscientisation et d’animation des masses rurales.

  • 28 Voir à ce titre l’analyse de Chauveau (1994).

33Ainsi, la lourdeur des structures de développement, la relative inefficacité des agents sur le terrain, incapables d’assumer la polyvalence des dispositifs, et la forte charge politique et idéologique qui entourait la politique d’investissement humain soulignent les difficultés rencontrées par les autorités pour instituer de nouvelles relations avec les populations rurales. Plus largement, les autorités sénégalaises ont eu tendance à invoquer l’intérêt des populations et la nécessité de développement comme slogan gouvernemental sans pour autant s’interroger réellement sur les intérêts particuliers des populations et les besoins du « collectif à développer ». On peut alors suggérer que la doctrine politique et économique des autorités sénégalaises après l’indépendance s’est construite autour d’une imagine réifiée du monde rural fantasmant dans bien des cas l’idée d’un collectivisme inné de la paysannerie « traditionnelle », sans prendre en compte les particularismes locaux ni les dynamiques individuelles (rapports d’âge, de genre, influence des hiérarchies au sein des villages, etc.)28.

34Ce chapitre ne saurait se réduire à une simple « analytique de l’échec » (Wilder 2005 : 78), tendant à opposer les projets politiques portées par les élites au pouvoir aux réalisations effectives sur le terrain. Il faut l’envisager comme un appel à continuer de tracer le sillon fertile de nouvelles recherches permettant d’éclairer l’histoire sociale des constructions nationales en Afrique, au lendemain des indépendances.

Bibliographie

Boey Conrad, 1963. « Confiance et méfiance de L. S. Senghor à l’égard de K. Marx », in Journées africaines de Louvain, 1963 : voies africaines du socialisme, Léopoldville, Bibliothèque de l’étoile : 49-62.

Chauveau Jean-Pierre, 1994. « Participation paysanne et populisme bureaucratique. Essai d’histoire et de sociologie de la culture du développement », in Jean-Pierre Jacob, Philippe Lavigne Delville (dir.), Les associations paysannes en Afrique : organisation et dynamiques, Marseille – Paris, Apad – Karthala : 25-60.

Cissé Ben Mady, 1963. « L’animation rurale base essentielle de tout développement. Où en est l’expérience sénégalaise ? », Afrique-documents, no 68-69 : 115-128.

Colin Roland, 2007. Sénégal notre pirogue : au soleil de la liberté. Journal de bord, 1955-1980, Paris, Présence africaine.

De Decker Henry, 1968. Nation et développement communautaire en Guinée et au Sénégal, Paris, Mouton and Cie.

Dia Mamadou, 1960a. Nations africaines et solidarité mondiale, Paris, Presses universitaires de France.

Dia Mamadou, 1960b. Réflexions sur l’économie de l’Afrique noire, Paris, Présence africaine.

Diallo Bineta, 1960. « Travaillez, prenez de la peine… », Paris-Dakar, 9 mai.

Fall Babacar, 2011. Le travail au Sénégal au xxe siècle, Paris, Karthala.

Faye Ousseynou, Thioub Ibrahima, 2003. « Les marginaux et l’État à Dakar », Le Mouvement social, no 204 : 93-108.

Gary-Tounkara Daouda, 2003. « Quand les migrants demandent la route, Modibo Keïta rétorque : “retournez à la terre !” Les baragnini et la désertion du “chantier national” (1958-1968) », Mande Studies, no 5 : 49-64.

Gentil Dominique, 1986. Les mouvements coopératifs en Afrique de l’Ouest : interventions de l’État ou organisations paysannes ? Paris, L’Harmattan.

Guichaoua André, 1991. « L’“investissement-travail”, le renouveau d’un concept ? », Revue Tiers Monde, vol. 32, no 127 : 485-498.

Lonsdale John, 1986. « Political accountability in African history », in Patrick Chabal (dir.), Political Domination in Africa. Reflections on the Limits of Power, Cambridge, Cambridge University Press : 126-157.

Maul Daniel Roger, 2007. « The International Labour Organization and the Struggle Against Forced Labour from 1919 to the Present », Labor History, vol. 48, no 4 : 477-500.

Pauthier Céline, 2013. « L’héritage controversé de Sékou Touré, “héros” de l’indépendance », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 118 : 31-44.

Présidence du conseil du Sénégal, 1962. L’investissement humain dans le développement socialiste, Dakar, Direction de l’animation, Bureau d’études.

Serreau Jean, 1966. Le développement à la base au Dahomey et au Sénégal, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Tiquet Romain, 2016. « Service civique et développement au Sénégal. Une utopie au cœur des relations entre armée et pouvoir politique (1960-1968) », Afrique contemporaine, no 260 : 45-59.

Wilder Gary, 2005. The French Imperial Nation-State: Negritude and Colonial Humanism Between the Two World Wars, Chicago, The University of Chicago Press.

Notes

1 L’écriture de ce chapitre a été rendue possible grâce au soutien financier du projet FNS « Decolonisation as Regional Experience and Global Trend ». Nous remercions les lecteurs anonymes qui ont suggéré un ensemble de remarques pour améliorer la première version de ce texte.

2 L’investissement humain n’est qu’un outil parmi d’autres de mobilisation des populations. On peut citer le mouvement coopératif ou la tentative d’instauration d’un service civique au Sénégal (Tiquet 2016).

3 Plus de la moitié du budget était prévue pour la construction d’écoles et 500 millions de francs CFA pour le secteur agricole (Cissé 1963 : 121).

4 Léopold Sédar Senghor s’inspire de l’explication par Marx du colonialisme mais il jugeait ses autres concepts, la lutte des classes par exemple, inadaptés au contexte africain. La pensée de Teilhard de Chardin était là pour contrebalancer les apories du marxisme. Pour plus de détails voir Boey (1963).

5 Archives nationales du Sénégal (ANS), fonds de la Fédération du Mali (FM), « Déclaration d’investiture faite par M. Mamadou Dia devant l’Assemblée législative du Sénégal », 4 avril 1959. La politique économique du Sénégal s’inspira aussi grandement des réflexions de Louis-Joseph Lebret, père dominicain et fondateur du mouvement « Économie et Humanisme », dont François Perroux organisa la rencontre avec Mamadou Dia.

6 Cité par Colin (2007 : 224).

7 La littérature sur l’animation rurale est pléthorique pour le Sénégal et plus largement pour l’Afrique de l’Ouest. Voir à ce titre l’ouvrage de Roland Colin, qui fut le directeur de cabinet de Mamadou Dia (Colin 2007). Plus largement, cet ouvrage analyse la culture politique et morale des élites sénégalaises en l’insérant dans la nébuleuse institutionnelle et gouvernementale des premières années de l’indépendance. Voir pour une comparaison en Afrique de l’Ouest, Gentil (1986 : 272).

8 Mamadou Dia, déclaration devant l’Assemblée nationale et les délégations invitées aux fêtes de l’indépendance du Sénégal, Dakar, 1961.

9 Les « fléaux sociaux » et autres « encombrements humains » (vagabonds, alcooliques, fous, prostituées, lépreux ou jeunes inactifs), déjà tant décriés sous la période coloniale, continuent de faire l’objet d’une stigmatisation et d’une répression de la part des élites postcoloniales qui les désignent comme de véritables « classes dangereuses » pour la construction du socialisme sénégalais (voir Faye, Thioub 2003).

10 Les coopératives, implantées et gérées localement par les paysans producteurs d’arachides, sont les relais directs de l’État dans le monde rural, dans l’optique de libérer les paysans des intermédiaires privés qui symbolisent l’économie de traite coloniale.

11 ANS, 11D1/181, bulletin de liaison publié par le ministère du Développement et du Plan, début des années 1960.

12 Selon Babacar Fall, une chanson en son nom est encore chantée de nos jours dans le Kajoor et le Bawool, régions wolof du Sénégal (ibid .).

13 John Lonsdale parle d’ailleurs de « new civilising mission of “development” » (Lonsdale 1986 : 153).

14 La notion est quelques fois utilisée dès le début années 1950 pour l’organisation des projets locaux du Fonds d’équipement rural et de développement économique et social (FERDES). Le FERDES est créé en AOF en 1949 et il est destiné à financer un « grand programme de petits travaux » dans les colonies.

15 ANS, VP269, note sur l’investissement humain, début des années 1960.

16 ANS, VP269, note sur l’investissement humain, début des années 1960.

17 Dans un rapport de 1962, la commission d’experts pour l’application des conventions et recommandations de l’Organisation internationale du travail (OIT) relate des cas de violation de la convention numéro 105 sur l’abolition du travail forcé de 1957, qui stipule en son article premier que les signataires s’engagent à ne pas recourir au travail obligatoire ou forcé « en tant que méthode de mobilisation et d’utilisation de la main-d’œuvre à des fins de développement économique ». Le Sénégal, comme d’autres pays ouest-africains ayant signé la convention de 1957, est alors directement visé. Voir Maul 2007 : 490.

18 ANS, VP269, note sur l’investissement humain, début des années 1960.

19 Ibid.

20 ANS, 11D1/207, rapport sur l’emploi du train routier dans le cercle de Bignona, 2 septembre 1960.

21 Ibid.

22 Voir la vidéo complète à l’adresse suivante : http://fresques.ina.fr/independances/fiche-media/Indepe00101/la-federation-du-mali-un-projet-politique-original.html (consultée le 28 août 2017).

23 ANS, VP253, procès-verbal de la réunion de l’Organisation autonome du Delta (OAD), 15 juin 1960.

24 ANS, VP253, procès-verbal de la réunion à Ross-Bethio de l’équipe polyvalente de l’OAD et de tous les présidents des coopératives et aires rizicoles du ressort de cet organisme, 23 novembre 1962.

25 Ibid.

26 Au même titre que d’autres formes de participation des populations comme le mouvement coopératif.

27 Cité par De Decker (1968 : 275).

28 Voir à ce titre l’analyse de Chauveau (1994).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search