Version classiqueVersion mobile

Socialismes en Afrique

 | 
Françoise Blum
, 
Héloïse Kiriakou
, 
Martin Mourre
, 
et al.

Première partie : doctrines et corpus. 2 : en marge du pouvoir : contestations

Participer, fusionner, s’opposer ?

Les communistes algériens et le socialisme d’État dans l’Algérie des années 1960 (1962-1971)

Malika Rahal et Pierre-Jean Le Foll-Luciani

Texte intégral

Préambule. 1962 : la sortie de guerre du Parti communiste algérien

1En 1962, la « période transitoire » qui court du cessez-le-feu (19 mars) au référendum d’autodétermination (1er juillet) est paradoxale, puisque la guerre est théoriquement terminée, mais la violence de l’Organisation armée secrète (OAS) se déchaîne sous la forme d’assassinats, de bombes et de fusillades, tandis que les factions rivales du Front de libération nationale (FLN) se préparent à l’affrontement pour le pouvoir. C’est dans ce contexte que le Parti communiste algérien (PCA) sort progressivement de la clandestinité, et que ses militants, libérés des prisons, des camps, de leurs planques ou de leur bannissement à l’étranger, reprennent peu à peu des activités visibles. Alger républicain, quotidien tenu par des communistes et interdit par le gouvernement français en septembre 1955, reparaît ainsi le 17 juillet 1962, et un premier grand meeting public est organisé à Alger à la fin de l’été.

  • 1 Sur l’histoire du PCA, voir notamment Sivan (1976) ; Drew (2014) ; Le Foll-Luciani (2019).

2Parmi les partis politiques qui représentaient avant la guerre d’indépendance la population colonisée et défendaient l’idée d’indépendance, le PCA est le seul à être parvenu à se maintenir durant la guerre. Au terme de négociations entre les directions du PCA et du FLN, un accord était en effet trouvé en juillet 1956, qui permettait au PCA de conserver une existence politique autonome sans s’opposer au FLN et tout en soutenant l’insurrection (Khatib 1991). Après son interdiction par les autorités françaises en septembre 1955, et malgré plusieurs vagues de répression contre ses militants, le parti se maintenait donc dans la clandestinité et contribuait non sans difficultés à la lutte politique et armée jusqu’à cette sortie progressive de la clandestinité. Durant ces sept ans et demi de guerre, ses rapports avec le FLN ont été variables selon les moments et les lieux : bénéficiant localement de l’aide logistique du PCA et de l’engagement de communistes dans ses groupes armés, la direction du FLN a aussi dénigré le PCA dans des textes publics, tandis que les maquisards issus du PCA étaient souvent traités comme des concurrents voire des adversaires, relégués à des tâches subalternes, soupçonnés de noyautage, voire assassinés1.

3Daté du 31 juillet 1962, le numéro 49 de l’organe créé par le PCA durant la guerre, Al Houriyya [Liberté], est représentatif de la position complexe des communistes dans les premières semaines de l’indépendance, et plus généralement dans l’Algérie des années 1960. On y lit avant tout une volonté d’unité avec le FLN, qui a mené l’insurrection et se présente comme « socialiste ». Les dirigeants du parti se sentent suffisamment en confiance pour affirmer ouvertement leur volonté d’influencer la société, en encourageant leurs militants à jouer un rôle moteur dans les organisations dites « de masse » mises en place par le FLN. Toutefois, la rédaction précise dans un encadré qu’elle ne parvient pas à obtenir d’autorisation d’impression de la part des autorités algériennes. Et de fait, ce bulletin ronéotypé et agrafé présente la même apparence que les bulletins clandestins parus durant la guerre d’indépendance. Dans ce contexte de l’été 1962 où des factions rivales du FLN s’affrontent militairement pour le pouvoir, le PCA est donc pris entre son désir d’union avec le FLN et son traitement comme un rival par le nouveau pouvoir.

1962-1971 : trois moments, entre fluidité et verrouillage politiques

4En nous focalisant sur la première décennie de l’Algérie indépendante et sur le devenir du principal courant politique algérien se revendiquant du socialisme en dehors du FLN – celui incarné par le PCA puis par le Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS) –, nous entendons rouvrir à partir des débats et des postures concrètes de militants sur le terrain la question du ou des socialismes telle qu’elle est posée et expérimentée après l’indépendance. Nous voudrions examiner les premières années de l’indépendance de l’Algérie comme des années où les options sont encore en discussion, en négociation et en cours de définition, malgré un verrouillage croissant des possibles politiques par le FLN devenu parti-État. Des années d’imagination et de fluidité politiques, à l’échelle individuelle des militants comme à l’échelle collective des structures, liées au contexte révolutionnaire de 1962 et aux possibilités ouvertes par la fondation d’un nouveau régime. Dans ce contexte, les questions du parti unique, du socialisme, des frontières entre les partis et de l’attitude à avoir vis-à-vis du FLN ne sont jamais définitivement déterminées pour les militants communistes. Et si le coup d’État mené par le colonel Boumediene le 19 juin 1965 marque clairement un seuil dans le verrouillage, ces questions restent ouvertes et ne semblent se régler qu’en 1971, année de la nationalisation des hydrocarbures et de la « révolution » agraire : ces grandes mesures « socialistes » modifient et stabilisent le rapport des communistes au pouvoir. C’est donc durant cette période 1962-1971 que nous explorerons les choix des communistes face à un État qui s’affirme socialiste.

5Travailler sur l’Algérie indépendante, c’est souvent travailler avec peu d’archives, ou des archives que l’on constitue soi-même à mesure de rencontres avec des personnes qui les ont conservées (Rahal 2012). Nos principales sources seront donc, outre les mémoires publiées, des entretiens réalisés avec d’anciens militants du PCA, mais aussi du FLN, ainsi que les documents qu’ils ont pu nous fournir, en particulier la presse militante. À partir de ces sources, nous distinguerons trois attitudes au sommet comme à la base des organisations : participer, fusionner, s’opposer. Jamais exclusives les unes des autres et ne correspondant pas toujours à des moments chronologiques distincts, elles cohabitent ou se confrontent parfois, reflétant la créativité, la complexité et la fluidité de cette période. Pour la clarté de l’exposé, nous proposons d’abord de survoler la période, en distinguant trois séquences distinctes.

  • 2 Ces chiffres sont donnés par Alger républicain du 30 novembre 1962, qui n’a aucun intérêt à les gon (...)
  • 3 Entretien de Malika Rahal avec Sadek Hadjerès, Porto Rafti (Grèce), 27 août 2011.

6La première séquence court de l’été 1962 à juin 1965. Malgré les difficultés rencontrées dans la guerre, le PCA connaît à l’été et à l’automne 1962 des succès dont témoignent l’affluence lors de ses réunions publiques, le recrutement de nouveaux membres et la forte diffusion du quotidien Alger républicain. Le PCA, qui revendique alors 8 000 à 10 000 membres ou sympathisants2, est néanmoins interdit le 29 novembre 1962 par décision du Bureau politique du FLN et du président Ahmed Ben Bella. Si l’interdiction ne vise pas le PCA en tant que tel mais l’ensemble des partis politiques, le PCA est de fait le plus grand parti touché par cette mesure, et celui qui est évoqué directement dans les déclarations publiques (Alger républicain des 30 novembre 1962, 13 décembre 1962 et 11 janvier 1963). S’il ne subit pas à ce moment la répression et si ses membres ne basculent pas dans une clandestinité totale, il est néanmoins contraint une nouvelle fois de se réunir et de fonctionner secrètement. Les communistes n’en apportent pas moins un soutien au régime et, pour certains, y participent effectivement. Durant cette période, le régime de parti unique se définit progressivement autour d’un FLN dont le rôle n’est établi clairement qu’à l’occasion du congrès du parti du Front de libération nationale : celui-ci se déroule du 16 au 21 avril 1964 et produit la Charte d’Alger et les statuts du FLN (Charte d’Alger 1964). Durant ces premières années, outre le PCA, les organisations de masse définissent elles aussi progressivement leur rapport avec le « parti du FLN » : en janvier 1963 a lieu le premier congrès de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), qui aboutit à la mise sous contrôle de la centrale syndicale par le FLN, en partie remise en cause lors du deuxième congrès de mars 1965 où les communistes obtiennent des responsabilités (Djabi 2005 ; Medjaoui 2007 ; UGTA 1965)3 ; en août 1963, lors de son cinquième congrès, l’Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA) devient l’Union nationale des étudiants algériens (UNEA) et tente d’affirmer son autonomie vis-à-vis du FLN, sous l’impulsion notamment d’étudiants communistes (Abrous 2002 ; Rahal 2016). Par ailleurs, le congrès du FLN de 1964 semble s’accompagner d’un accord plus ou moins formalisé entre le FLN et le PCA, prévoyant l’intégration des communistes au sein de cellules du FLN. Durant cette période, les questions du socialisme, du parti unique et de l’existence même d’un parti communiste sont encore en discussion au sein du PCA, bien souvent de façon explicite.

7La donne change après le coup d’État du 19 juin 1965, qui ouvre une seconde séquence, plus brève que la précédente. La direction du PCA s’oppose en effet au coup d’État et plonge dans une clandestinité totale en fondant l’Organisation de la résistance populaire (ORP) avec des membres de ce qu’il est convenu d’appeler la « gauche du FLN », partisans du président déchu Ben Bella. Des membres de l’ORP sont arrêtés dès l’été 1965, souvent torturés et détenus sans jugement. Parmi eux, les membres du PCA Bachir Hadj Ali et William Sportisse et les membres du FLN Hocine Zahouane et Mohammed Harbi (Hadj Ali 1966 ; Torturés 1966).

  • 4 Entretien de Malika Rahal avec Sadek Hadjerès, Porto Rafti (Grèce), 27 août 2011.
  • 5 « L’Algérie six ans après l’indépendance. Le Parti de l’Avant-Garde Socialiste répond à 5 questions (...)

8La troisième séquence débute dans ce contexte répressif, fin 1965-début 1966, lorsque les discussions entre les dirigeants de l’ORP demeurés en clandestinité et les prisonniers – qui font sortir de prison leurs avis écrits sur du papier toilette4 – aboutissent à la dissolution effective du PCA et de l’ORP et à la création du Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS). Le PAGS se maintiendra dans la clandestinité jusqu’en 1989. Renouant avec une politique de « front », les dirigeants du PAGS, qui ouvrent leurs rangs à des non-communistes, ne se présentent pas comme des opposants au régime, auquel ils s’adressent dans un esprit de dialogue à partir de 19685. À l’image du PCA de 1962-1965, ils soutiennent les mesures gouvernementales qu’ils jugent positives car conformes au projet « socialiste », dont les plus emblématiques sont la nationalisation des hydrocarbures et la réforme agraire, toutes deux lancées en 1971. Cette politique, qui sera qualifiée – souvent pour la dénigrer – de « soutien critique » du PAGS envers le gouvernement algérien, s’affirme nettement en 1971 et se prolonge sous la présidence de Boumediene pour perdurer plus difficilement dans les années 1980.

Participer ?

9Lorsque l’on consulte les documents produits par le PCA comme par le FLN en 1962, ce qui frappe avant tout, c’est à quel point la référence au socialisme se généralise. Elle devient centrale dans la plateforme de Tripoli adoptée par le FLN lors du congrès de mai et juin :

  • 6 Programme adopté par le congrès du Conseil national de la révolution algérienne (FLN) tenu à Tripol (...)

La Révolution a pour tâches de consolider la nation devenue indépendante en lui restituant toutes ses valeurs frustrées ou détruites par le colonialisme : un État souverain, une économie et une culture nationales. Ces valeurs seront nécessairement conçues et organisées dans une perspective moderne. Ceci implique l’abolition des structures économiques et sociales du féodalisme et de ses survivances et l’établissement de nouvelles structures et institutions susceptibles de favoriser et garantir l’émancipation de l’homme et la jouissance pleine et entière de ses libertés. Les conditions économiques du pays déterminent sa situation sociale et culturelle. Le développement de l’Algérie, pour qu’il soit rapide, harmonisé et dirigé vers la satisfaction des besoins de tous dans le cadre de la collectivisation, doit être nécessairement conçu dans une perspective socialiste6.

  • 7 Voir les documents produits par la direction de ce qui se nomme encore l’ORP au moment de la créati (...)

10Ce qui frappe également, dans ce texte comme dans de nombreux autres, c’est le fait que le « socialisme » comme référent est pris dans un ensemble idéologique dont il n’est pas dissociable. Dans une acception algérienne, partagée dans de nombreux pays, le socialisme « va avec » l’indépendance nationale et l’anti-impérialisme. La grille de lecture forgée par le PCA en 1962, reprise par le PAGS après 1966, et que les témoins présentent encore aujourd’hui au cours des entretiens, distingue deux grands courants en Algérie. Ces courants seraient présents à la fois dans la société et à l’intérieur du FLN et du pouvoir : les « progressistes », également qualifiés de « patriotes » et d’« anti-impérialistes », avec qui les communistes cherchent l’unité ; et les « réactionnaires », dont il s’agit de réduire l’influence7. Conscients de leur poids limité dans la société et convaincus que les courants « anti-impérialistes » et favorables au « socialisme » peuvent l’emporter, les communistes cherchent donc à renforcer ces courants et à les orienter vers leur propre conception du « socialisme ».

11Cela pose la question complexe de ce que recouvre le mot « socialisme » dans cette période, non pas seulement dans les débats théoriques, mais également dans le langage courant. Si l’on écoute les sources, le socialisme est associé au climat révolutionnaire et utopique de l’indépendance, indissociablement lié à l’anti-impérialisme, à la revendication de souveraineté politique et économique, et à la volonté de construire une société nouvelle fondée sur le partage des richesses. Lorsque d’anciens militants ou sympathisants du PCA sont interrogés pour savoir s’ils se sentaient dans l’opposition au FLN durant les années 1962-1965, ils tentent de se définir. Jacques Choukroun, qui avait 16 ans à l’indépendance, raconte l’atmosphère de cette époque où il est sympathisant du PCA et militant de l’UNEA :

  • 8 Entretien de Malika Rahal avec Jacques Choukroun, Montpellier (France), 7 décembre 2011.

J’étais ben belliste, évidemment, toute la jeunesse était ben belliste. Ben Bella faisait des discours incroyables : « le train de la révolution sur les rails du socialisme » […] C’était l’effervescence constante. On a vécu trois vies en une vie, on ne dormait pas beaucoup. C’était une période d’excitation incroyable : on était persuadés qu’on allait construire un truc, qu’on avait un pays à construire. Notre modèle c’était Cuba. […] On avait l’impression qu’on allait vers une fusion des révolutionnaires. Quelqu’un comme [Mohammed] Harbi (qui était quand même le responsable idéologique du FLN, ce n’est pas rien !), on ne pouvait pas le voir comme un adversaire8 !

12Les parcours de beaucoup de ces militants du PCA ou du PAGS ne sont pas linéaires. Certains ont fait durant la guerre un passage par le FLN, ou viennent du FLN. Né en 1944 dans une famille émigrée à Marseille, Smain Bessaci rejoindra l’ORP et le PAGS après le coup d’État de 1965. Il a milité aux Jeunesses communistes avant de rejoindre en 1956 une organisation de jeunes du FLN de Marseille animée notamment par Djelloul Naceur. C’est là qu’il fête l’indépendance en juillet 1962. À l’automne, il prend le bateau pour Alger. À son arrivée, il dit avoir été frappé par le fort sentiment qu’il « avait toujours vécu en Algérie » et insiste sur l’état d’esprit qui dominait durant ces journées :

  • 9 Entretien de Malika Rahal avec Smain Bessaci, Zemmouri (Algérie), 12 juillet 2012.

La joie, […] cette gentillesse générale, le comportement fraternel des gens, la simplicité, c’est ce dont je rêve, tu sais, dans nos utopies. La société qu’on recherche, elle est là9.

  • 10 « L’Algérie six ans après l’indépendance. Le Parti de l’Avant-Garde Socialiste répond à 5 questions (...)
  • 11 Voir notamment la lettre de William Sportisse au président Boumediene, prison de Oued Rhiou, 7 juin (...)
  • 12 Archives personnelles de William Sportisse.

13L’adhésion du PCA à ce qu’on pourrait qualifier de « socialisme du Sud », qui passe par une volonté de participer à la construction de cette société nouvelle en s’unissant à ceux des membres du FLN et du régime qu’il estime aller dans son sens, se manifeste de plusieurs manières entre 1962 et 1965 puis à partir de la fin des années 1960. Elle passe d’abord par des proclamations publiques, des articles de presse et de la propagande partisane, qui apportent ce « soutien critique » au régime algérien : les directions du PCA puis du PAGS encouragent verbalement les mesures « progressistes » qu’ils estiment aller dans le sens de l’« anti-impérialisme » et du « socialisme ». Avant son interdiction en 1965, le quotidien Alger républicain, dirigé par des communistes et qui tire à 70 000 exemplaires environ (il est le journal le plus lu d’Algérie), s’enthousiasme ainsi pour les décrets de mars 1963 sur l’autogestion et pour les premières nationalisations, tout en apportant quelques conseils et critiques au pouvoir (par exemple Alger républicain du 1er avril 1963). À partir de 1968, le PAGS, dans des adresses publiques au pouvoir et dans son journal clandestin Saout Ech-Chaab [La voix du peuple], exprime de même son souhait de soutenir les mesures « progressistes » du gouvernement, notamment sur le plan économique et en matière de politique internationale, tout en revendiquant l’instauration de libertés dites démocratiques, la réduction de l’autoritarisme, et la lutte contre les « réactionnaires » à l’intérieur du pouvoir10. Cette ligne, qui se manifeste déjà à l’époque de la répression contre le PAGS et entraîne notamment d’étonnantes lettres de soutien au régime écrites par des prisonniers communistes – notamment lors de la guerre de 196711 –, s’affirme surtout fortement à partir de 1971, année de la nationalisation des hydrocarbures et de la réforme agraire, dont le PAGS se félicite tout en mettant en garde le régime contre les oppositions que ces mesures risquent de rencontrer dans le FLN et dans l’administration (Saout Ech-Chaab no 24, 28 mai 1970, no 46, 18 août 1971 et no 50, 26 décembre 1971)12.

  • 13 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Lucien Hanoun, Vitry-sur-Seine (France), 12 janvier 2 (...)

14Parallèlement à ce volet discursif, le PCA et le PAGS tentent d’influencer plusieurs secteurs de la société à travers l’action concrète de leurs quelques milliers de militants. Leur instrument principal est la participation aux organisations de masse créées par le FLN : mouvement syndical, mouvement de femmes, mouvements de jeunesse et d’étudiants, dans lesquels les communistes sont invités à jouer le rôle d’une avant-garde. Les décisions prises à la base par les militants sont alors déterminantes : choix d’adhérer à ces organisations, et choix d’y mener telle ou telle type d’action en se dévoilant plus ou moins ouvertement comme communiste. Des militants du PCA puis du PAGS jouent ainsi un rôle moteur au sein du mouvement étudiant (jusqu’à la dissolution de l’UNEA en 1971), et un rôle relativement important au sein de l’UGTA puis des comités de volontariat de la révolution agraire mis en place après 1971. Même s’ils y bénéficient de soutiens à la base, les communistes connus comme tels peuvent toutefois rencontrer des difficultés au sein de ces organisations, à l’image de Lucien Hanoun, élu représentant syndical enseignant en 1963 mais rapidement confronté à une opposition qui le vise en tant que communiste et non-musulman13.

  • 14 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec André Beckouche, Ciez (France), 29 mars 2007.

15Enfin, des membres ou sympathisants du PCA et du PAGS connus comme tels participent plus directement à ce qu’ils perçoivent comme la construction du socialisme en intégrant des positions au sein de l’administration. C’est particulièrement net dans l’immédiat après-indépendance : dans ce contexte de sortie de situation coloniale, des communistes, notamment d’origine européenne ou juive, apparaissent indispensables à la mise en place du nouvel appareil d’État, du fait d’un niveau de scolarisation élevé et de savoir-faire militants considérés comme performants par des dirigeants du FLN. On trouve ainsi des communistes puis des « pagsistes » dans nombre de ministères et entreprises publiques, et particulièrement dans les secteurs clés de l’économie où l’État revendique un projet socialiste (industrie, agriculture, hydrocarbures). À titre d’exemple, André Beckouche, âgé de 31 ans en 1962 et diplômé de physique, est nommé chef de la division de l’industrialisation au ministère de l’Industrie, où il se voit chargé de diriger les nouvelles implantations industrielles. S’il ne milite plus au PCA, il est connu comme communiste au ministère et rencontre régulièrement des amis et des camarades communistes avec qui il discute de son travail. Interrogé en 2007, il affirme avoir « eu l’impression de construire le socialisme », et parle d’années « exaltantes » durant lesquelles il bénéficie d’une grande confiance de ses collègues14.

16Analysant l’action du PCA en Algérie coloniale, Allison Drew affirme qu’à la différence de communistes dans d’autres contextes, les communistes algériens ont eu pour objectif principal de « repousser les frontières de l’espace politique public » en luttant pour « une société civile dynamique et une démocratie pluraliste » (Drew 2014 : 270, 8). Si la tâche s’avérait difficile en contexte colonial, elle l’est tout autant, sinon davantage, en Algérie indépendante, et on peut sans doute affirmer que la volonté des directions du PCA puis du PAGS de participer à ce qu’ils percevaient comme la marche du régime algérien vers le socialisme leur a fait privilégier le soutien aux mesures économiques dites « progressistes » par rapport à la lutte pour la « démocratie pluraliste ». En 1963-1964 par exemple, les communistes ne protestent pas contre la dissolution du Front des forces socialistes (FFS) de Hocine Aït Ahmed, et Alger républicain se félicite de la répression violente que le FFS et le « traître Aït Ahmed » subissent après leur passage à la lutte armée (Alger républicain des 18 au 21 octobre 1964). Cet alignement sur le régime a pu s’accompagner chez certains communistes du désir de passer de la participation à la fusion.

Fusionner ?

  • 15 Propos de Hocine Aït Ahmed à l’Assemblée nationale constituante après l’interdiction du PCA, 7 déce (...)
  • 16 Daniel Timsit l’Algérien, film documentaire de Nasredine Guenifi, 2009, 126 minutes, couleur.

17Dans le contexte des années 1960 où une concordance s’affirme entre les objectifs, les idées et les pratiques de communistes et de membres du FLN, l’idée d’une fusion est avancée dans les rangs communistes comme nationalistes. D’autres, comme Hocine Aït Ahmed, affirment plutôt fin 1962 la nécessité d’un pluripartisme unitaire permettant à diverses organisations « révolutionnaires » de jouer le rôle de « stimulant » dans la marche du régime vers le « socialisme »15. Par fusion, il faut entendre ici une dissolution volontaire du PCA dans le FLN à la condition d’une redéfinition du FLN. Durant la guerre d’indépendance, la même question avait été tranchée par la négative lors des accords PCA-FLN de 1956, après lesquels des communistes et des nationalistes continuaient toutefois à reprocher à la direction du PCA de n’avoir pas dissous le parti dans le Front16. La question se pose de nouveau au moment de l’indépendance et jusqu’en 1964-1965, et elle fait l’objet de plusieurs réflexions théoriques et de discussions plus ou moins formalisées entre PCA et FLN. Comme durant la guerre, les militants et dirigeants du PCA ne sont pas unanimes sur la réponse à apporter.

  • 17 Sadek Hadjerès, Essai sur les problèmes de la démocratie dans l’Algérie indépendante, Alger, Éditio (...)
  • 18 Bachir Hadj Ali, « Tout faire pour renforcer l’union entre nationalistes et communistes », Al Houri (...)
  • 19 Déclaration du Comité central du PCA sur les accords d’Évian (27 mars 1962) et programme du PCA pou (...)

18La difficulté principale lorsqu’on évoque la question du multipartisme et du parti unique dans les premières années de l’indépendance tient à la fluidité des positions et des attitudes. Avec l’indépendance s’ouvre un temps de l’expérimentation politique ; la cartographie des organisations et des idéologies existantes, notamment en Europe, n’indique jamais précisément la voie. C’est aussi le temps de l’urgence : il faut prémunir le pays contre le risque de famine, relancer l’économie, définir une politique étrangère qui pare au risque de néocolonialisme, tout en fondant l’État et en définissant le régime. Ce que les uns et les autres entendent par « parti unique », « front » ou « multipartisme » n’est pas toujours clair. Au printemps 1962, les dirigeants du PCA Bachir Hadj Ali et Sadek Hadjerès publient des textes, adressés à leurs militants et à ceux du FLN, dans lesquels ils s’expriment sur l’opportunité de l’existence d’un parti unique de manière générale et sur l’hypothèse d’une dissolution du PCA dans le FLN en particulier. Pour eux, les communistes ne sauraient rejoindre un parti unique fondé sur « l’idéologie de la bourgeoisie », même s’il se dit « anti-impérialiste » : seul un parti unique reposant « sur la base de l’idéologie la plus révolutionnaire, celle de la classe ouvrière » pourrait entraîner la dissolution du PCA17. Ces affirmations sont une manière de répondre à ceux qui prônent en Algérie un processus à la cubaine, avec un parti communiste fusionnant dans le parti au pouvoir : pour les dirigeants du PCA, une fusion de ce type est souhaitable mais elle n’est possible que si le parti unique est « marxiste-léniniste » et vise à instaurer « le socialisme véritable »18, ce qui implique qu’il s’affirme comme parti du prolétariat et reconnaisse l’existence d’une lutte de classes. Ils affirment donc vouloir construire une politique de « front » pluripartiste afin d’« ouvrir la voie au socialisme19 » en maintenant une autonomie organisationnelle et idéologique. Dans les entretiens réalisés aujourd’hui, la même idée est exprimée de façon plus sommaire mais peut-être plus proche de « l’idéologie de tous les jours » des militants : un « front révolutionnaire » était selon nombre d’entre eux envisageable et souhaitable, à condition qu’il ne consiste pas à écraser le PCA ni les autres tendances au sein du FLN.

  • 20 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 18 novembre 2009.

19Au même moment cependant, des (ex-)membres du PCA, qui étaient généralement déjà favorables à une dissolution dans le FLN durant la guerre, ne font pas du marxisme du parti unique une condition de la fusion : d’après Sadek Hadjerès, alors dirigeant du PCA, des communistes algériens et égyptiens encouragent le PCA à se dissoudre immédiatement dans le FLN, en prenant comme modèle l’attitude d’une partie des communistes égyptiens vis-à-vis de Nasser20. Ces discussions s’inscrivent dans le contexte du mouvement communiste international, qui valorise, surtout après 1956 et plus encore après la conférence de Moscou de novembre 1960, les « bourgeoisies nationales » des pays décolonisés dans la mesure où elles sont « anti-impérialistes » et influencées par des idées socialistes : les partis communistes de ces pays sont alors encouragés à rechercher l’unité avec les nationalistes, tandis que le mouvement communiste international et les États dits « socialistes » proposent leur soutien à ces États dits de « démocratie nationale ». Sans préjuger de la réponse à la question de savoir s’il existe une bourgeoisie nationale dans l’Algérie de 1962, ou si le FLN est ou non un parti bourgeois, ces idées ouvrent pour les partis communistes des pays nouvellement indépendants des possibilités tactiques et stratégiques inédites.

  • 21 « Importance révolutionnaire de la Charte », document interne du PCA clandestin, sans date, sans au (...)
  • 22 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 1er décembre 2011.
  • 23 El Moudjahid était le nom du journal historique du FLN durant la guerre ; en 1965, il paraissait en (...)

20Entre 1962 et 1965, les divergences de point de vue parmi les militants et au sein même de la direction du PCA témoignent en creux de l’attractivité aux yeux de certains des propositions de fusion faites par des cadres du FLN, voire des pressions exercées sur le PCA dans les années de présidence de Ben Bella, et particulièrement au moment du congrès du FLN d’avril 1964. Très attendu par les militants car il se promet de fixer une ligne restée jusqu’ici incertaine, le congrès adopte des résolutions publiées dans la Charte d’Alger, qui donne une définition d’un socialisme algérien et est fortement imprégnée d’une phraséologie marxiste. Dans ce contexte, Ben Bella aurait invité les dirigeants du PCA à adhérer au FLN, leur promettant que cela leur « ouvrirait des portes » (Sportisse 2012 : 249-253). Ces propositions rencontrent un écho certain. Un document interne du PCA qui résume et commente la Charte d’Alger en 1964 témoigne ainsi d’un grand enthousiasme. Il affirme notamment que le « parti d’avant-garde » unique tel qu’il est défini dans la charte d’Alger est « révolutionnaire », car il se fixe pour objectif « l’édification d’une société d’où sera bannie toute forme d’exploitation de l’homme par l’homme, d’une société socialiste », repose sur les principes du « centralisme démocratique », et « tire sa force des masses paysannes et ouvrières, des intellectuels révolutionnaires » qui doivent former l’essentiel de ses membres. Pour les auteurs, les « révolutionnaires », terme désignant implicitement les communistes, doivent donc rejoindre le FLN ainsi défini21. L’idée qu’un processus à la cubaine est réalisable en Algérie s’impose donc dans une partie du PCA, d’autant plus que pour nombre de communistes algériens, ce qui est visible dans les sources de l’époque et dans les entretiens, Cuba tient une place particulière à la fois comme référence théorique, mais peut-être surtout comme lieu mythique. Il semblerait par ailleurs que des membres du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) aient encouragé cette analyse et l’orientation qui en découle22 : après le congrès d’avril 1964, la direction du PCA encourage ses militants à adhérer au FLN. S’agit-il d’un accord entre le FLN et le PCA, d’une orientation informelle décidée entre certains dirigeants des deux partis, ou de pressions du FLN sur le PCA ? En l’absence de sources autres que mémorielles, il est difficile de répondre à ces questions. Il est toutefois certain que le FLN met parfois les communistes au pied du mur. Ainsi, Ben Bella aurait déclaré publiquement lors du congrès d’avril 1964 qu’Alger républicain était un organe du FLN, sans concertation préalable avec l’équipe du journal et semble-t-il pour neutraliser les membres du FLN qui critiquaient l’existence d’un organe de presse indépendant du parti unique. Sachant que son opposition entraînerait l’interdiction du quotidien, la direction d’Alger républicain, dont une partie est par ailleurs convaincue de la justesse de la voie « socialiste » prise par le FLN, accepte alors de devenir un organe du FLN. Au printemps 1965, des accords sont même signés pour fusionner les deux grands quotidiens Alger républicain et Al Chaâb [Le Peuple], le quotidien du FLN, afin d’en former un nouveau, El Moudjahid23. Le coup d’État de 1965 met fin à ce processus (Khalfa, Alleg, Benzine 1987 : 197-250).

21Dans ces années 1964-1965, les choix individuels des militants sont essentiels. Certains communistes refusent en effet d’adhérer au FLN, par conviction ou car ils pensent que leur demande d’adhésion sera rejetée. D’autres tentent d’y adhérer mais se voient opposer un refus. D’autres encore s’y font accepter et décident soit de quitter le PCA, soit de conserver une double appartenance au FLN et au PCA clandestin (bien que cela soit théoriquement proscrit par la Charte d’Alger). Noureddine Abdelmoumène, né en 1938 à Constantine, interrompt ses études au moment de la grève des étudiants de 1956 et part pour la France où il rejoint la Fédération de France du FLN. Insatisfait par les discussions qu’il a en France durant la crise du FLN de l’été 1962, notamment autour de la question du programme du FLN, il claque la porte et rencontre des militants du PCA à la Fête de L’Humanité. Revenu en Algérie en 1962 pour travailler à Alger républicain, il demeure militant du PCA. Niant puis reconnaissant durant notre entretien l’existence d’un accord FLN-PCA en 1964, il affirme :

Moi je n’ai eu aucun mal à rentrer dans une cellule du FLN, puisque je venais du FLN. Je suis rentré à la cellule Plateau Saulière. Moi je suis resté au PCA, j’avais ma cellule clandestine du PCA.

MR : Est-ce que ça vous a fait mal au cœur de devoir rentrer dans le FLN ?

  • 24 Entretien de Malika Rahal avec Noureddine Abdelmoumène, Alger (Algérie), 9 mars 2011.

Non, pour moi c’était une formalité tout simplement. Ça m’aurait rendu malade de ne plus être dans une cellule du PCA24.

22Au final, il ne semble pas y avoir eu de fusion ni d’autodissolution du PCA dans le FLN en 1964-1965, mais plutôt un modèle hybride – et sans doute assez difficilement cernable pour les militants de base – entre le maintien du parti et la fusion. Une véritable autodissolution n’aurait visiblement dû intervenir que si l’ensemble des militants du PCA avaient été acceptés dans le FLN. Ne s’embarrassant pas de ces nuances, les auteurs du coup d’État de juin 1965 affirmeront pour leur part que leur putsch a sauvé le pays d’une prise de pouvoir communiste, qui aurait été permise par le congrès du FLN d’avril 1964 (El Moudjahid des 25 et 28 septembre 1965) – ce qui ne les empêchera d’ailleurs pas de tenter de rallier à leur tour les communistes au coup d’État.

  • 25 Voir l’essai « autocritique » sur l’activité du PCA de mars 1965 cité dans Jurquet (1997 : 375-384)

23Reste à se demander à quels intérêts et motivations répond, de chaque côté, cette quasi-fusion du PCA dans le FLN. Pour les membres du FLN qui le souhaitent, ce processus permet une double opération : la neutralisation du PCA en tant que potentiel parti d’opposition, et l’intégration dans le parti-État de cadres particulièrement motivés par l’édification du « socialisme ». Plusieurs communistes témoignent d’ailleurs du fait que des nationalistes de leur entourage leur faisaient particulièrement confiance, au sein des organisations de masse ou des entreprises publiques, parce qu’ils les percevaient comme des militants sincères et désintéressés. Au sein du PCA, la volonté de fusionner avec le FLN s’explique par plusieurs facteurs. Certains pensent qu’ils pourront davantage influencer le régime et la société en rejoignant le FLN, tandis que d’autres espèrent peut-être obtenir à titre individuel des positions sociales ou de pouvoir avantageuses. Mais il est aussi probable que cette volonté s’explique chez certains par une forme de complexe d’infériorité vis-à-vis du FLN. Un complexe alimenté par les reproches nationalistes de n’en avoir pas fait assez dans la lutte anticolonialiste, de n’avoir pas été à l’avant-garde du combat insurrectionnel, de n’avoir pas bien analysé la question nationale, ou encore d’avoir été freiné ou trompé par ses liens avec le Parti communiste français (PCF) et par la présence en son sein de militants européens ou juifs. Certaines autocritiques rédigées après l’indépendance témoignent de cette intériorisation des critiques nationalistes25, et la décision prise après l’indépendance d’organiser séparément au sein du PCA les militants musulmans et non musulmans ou de faire signer les journalistes non musulmans d’Alger républicain d’un pseudonyme arabe sont des signes de cette volonté de donner des gages de « nationalisme » (Le Foll-Luciani 2015 : 471-472).

24Après le coup d’État du 19 juin 1965 qui met fin à cette quasi-fusion entre le PCA et le FLN au pouvoir, la question de la fusion se posera très différemment au sein de l’ORP puis du PAGS : à l’origine, l’ORP et le PAGS qui lui succède se présentent comme des organisations rassemblant les communistes et les militants du FLN opposés au coup d’État de juin 1965 et partisans du « socialisme ». L’ORP revendique même jusqu’au début 1966 le sigle « FLN » afin de capter la légitimité historique du mouvement et de se présenter comme un « front ». Cependant, si des militants venus de la « gauche » du FLN entrent progressivement dans la direction du parti (à l’image de Hachemi Cherif et Abderrahmane Chergou), plusieurs cadres non communistes quittent rapidement le PAGS, qui apparaît aux yeux de tous comme la nouvelle mouture du PCA.

S’opposer ?

  • 26 Archives personnelles de William Sportisse.

25Dès l’été 1962, dans la continuité de la guerre d’indépendance, des communistes sont parfois traités comme des opposants par le FLN alors qu’ils ne le sont pas et ne souhaitent pas l’être. Certains subissent des arrestations – et sont parfois enfermés plusieurs semaines (Al Houriyya no 49, 31 juillet 1962)26 – et les archives des services de renseignements, si elles étaient ouvertes, révéleraient sans aucun doute une surveillance étroite du PCA. Ces tensions de 1962 sont relatées dans la presse communiste avec un effort manifeste pour les minimiser en les présentant comme de malheureuses initiatives locales. Par ailleurs, entre 1962 et 1965, Alger républicain subit des pressions et la censure, et ses journalistes prennent l’habitude de s’autocensurer. Surtout, le parti est interdit moins de cinq mois après l’indépendance. Mais cette interdiction ne s’accompagne pas d’une répression ni d’une dissolution du parti, et le régime laisse tacitement fonctionner un PCA clandestin, même s’il l’a publiquement « marqué », comme le raconte Hocine Zahouane, ancien militant du FLN puis de l’ORP (mais non du PCA ni du PAGS) :

  • 27 Entretien de Malika Rahal avec Hocine Zahouane, Alger (Algérie), 10 décembre 2013.

L’indépendance arrive, 1962. L’Algérie rentre dans une ébullition nouvelle, la construction des institutions. La place des communistes était à situer. Beaucoup avaient fait la prison, avaient fait la guerre. Il faut noter que dès la fin de 1962, la première mesure prise par le gouvernement naissant a été l’interdiction du PCA annoncée par le porte-parole du nouveau gouvernement algérien. Ça a été une erreur sémantique monumentale qui n’était pas rattrapable d’ailleurs : au lieu de dire tous les partis sont interdits à l’exception du FLN, ils ont dit le PCA est interdit. Il y avait déjà une focalisation, un ciblage sur le PCA, et n’y avait pas besoin de ça. Après ils ont essayé de corriger, mais la marque était faite27.

  • 28 Voir les articles critiquant les mesures anticommunistes en Algérie et dans le monde (Alger républi (...)
  • 29 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 1er décembre 2011.

26Entre 1962 et 1965, il est clair que ce PCA clandestin refuse de se penser comme un parti d’opposition. En 1962-1963, plusieurs événements auraient pourtant pu soulever son opposition : les affrontements entre factions du FLN qui aboutissent à un coup d’État de la faction victorieuse en septembre 1962, l’absence de pluralité partisane des élections législatives, l’adoption d’un code de la nationalité consacrant une identité nationale exclusive, l’inscription de l’islam comme religion d’État dans la constitution, et, bien sûr, l’interdiction du PCA. Si des communistes – ne s’exprimant pas comme tels – prennent la parole pour s’opposer plus ou moins directement à certaines de ces mesures, notamment à travers Alger républicain28, la direction du PCA refuse toute opposition ouverte et frontale, en mettant en avant la nécessité d’une unité avec le FLN et d’une pacification de la vie politique dans ce contexte de sortie de guerre. Bien plus, après l’interdiction du PCA, la direction choisit de ne pas proclamer son existence clandestine et n’édite plus de journal en son nom (Alger républicain étant organiquement indépendant du parti). Cette attitude est encouragée par le PCUS, qui entretient de bonnes relations avec le FLN29, et Ben Bella prend d’ailleurs soin de préciser que l’interdiction du PCA n’est pas anticommuniste et ne saurait remettre en cause les relations entre l’Algérie et l’URSS (Alger républicain du 11 janvier 1963).

  • 30 Entretien de Malika Rahal avec Hocine Zahouane, Alger (Algérie), 10 décembre 2013 ; entretiens de P (...)
  • 31 Proclamation du Conseil national de la révolution, 19 juin 1965, publiée dans le Journal officiel d (...)
  • 32 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 1er décembre 2011.
  • 33 « Les hommes du 19 juin livrent l’Algérie aux néo-colonialistes américains et ouest-allemands », tr (...)

27L’entrée des communistes dans l’opposition se fait donc après le coup d’État du 19 juin 1965, lorsqu’est créée l’Organisation de la résistance populaire (ORP). Des incertitudes demeurent sur la création, la composition, les objectifs et les actions de cette organisation, qui regroupe le PCA clandestin et, derrière Hocine Zahouane et Mohammed Harbi, des membres de la « gauche du FLN » partisans du président renversé Ben Bella. Seule une partie de la direction du PCA clandestin aurait décidé d’engager le parti dans cette nouvelle organisation, et il semble que ce sont précisément ceux qui étaient le plus partisans de la fusion avec le FLN de Ben Bella, et peut-être aussi ceux qui nourrissaient un complexe d’infériorité au regard de la lutte d’indépendance, qui ont souhaité entrer en opposition frontale30. Au sommet comme à la base du parti, les communistes, s’ils s’entendent pour désapprouver le coup d’État, divergent en effet quant à leur analyse de ce putsch et quant aux formes que doit prendre leur désapprobation. Les militants s’interrogent : ce coup d’État témoigne-t-il d’une simple lutte de pouvoir, ou de véritables divergences idéologiques entre les proches de Boumediene et ceux de Ben Bella (Sportisse 2012 : 263) ? À en croire les putschistes, le coup d’État s’est fait contre le pouvoir personnel de Ben Bella, « pour l’édification d’une société véritablement socialiste », et il vise le « renforcement de [l’]indépendance nationale et le développement de [l’]économie au profit en premier lieu, des couches déshéritées de la population31 ». Incrédule face à cette profession de foi « socialiste » du nouveau pouvoir, la première déclaration de l’ORP, datée du 28 juillet 1965, appelle les Algériens à « préparer et entreprendre la lutte sous toutes les formes contre les étrangleurs de la République, pour la sauvegarde de l’indépendance nationale menacée et pour le triomphe de la révolution socialiste » (L’Humanité du 22 septembre 1965). La terminologie de l’opposition est donc identique à celle du pouvoir, et dans les semaines qui suivent le coup d’État, des putschistes tentent de rallier des communistes – y compris ceux qu’ils torturent – au nom du « socialisme ». Les témoignages comme celui de Houari Mouffok indiquent combien l’analyse du coup d’État faite par l’ORP ne faisait pas l’unanimité dans les rangs du PCA (Mouffok 1999), et de nombreux militants de base du PCA clandestin ne rejoignent pas l’organisation. D’après Sadek Hadjerès, des divergences existaient également au sein du PCUS, et des fonctionnaires de l’ambassade soviétique à Alger auraient poussé les communistes à ne pas s’opposer au putsch et à rallier le nouveau pouvoir32. L’ORP semble ainsi s’être lancée dans une opposition frontale sans disposer de troupes nombreuses, convaincues ni solidement organisées. Ce caractère frontal se manifeste dans le langage radical de plusieurs textes de l’ORP diffusés en août-septembre 1965, qui accusent Boumediene d’être un agent de l’« impérialisme » et du « néo-colonialisme33 », discours que relaie un temps en France le PCF dans L’Humanité (voir L’Humanité des 1er, 6, 16, 17, 18, 22, 23 et 25 septembre 1965).

28Après la répression brutale contre ses militants supposés ou réels, l’action de l’ORP s’arrête fin 1965-début 1966. La création du Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS), qui en est issu, en janvier 1966, tend à rompre avec les expériences du PCA clandestin (1962-1965) et de l’ORP (été 1965). D’une part, à la différence du PCA de 1962-1965, le PAGS clandestin proclame ouvertement son existence. D’autre part, à la différence de l’ORP, et même s’il fait face au même régime – celui issu du coup d’État de Boumediene –, le PAGS ne se présente pas comme un mouvement d’opposition, bien qu’il soit acculé à la clandestinité et visé par la répression. Du fait de ce climat répressif, il est toutefois probable qu’au niveau des militants, l’appartenance au PAGS soit vécue comme une forme d’opposition au régime, même si les partisans d’une opposition frontale quittent rapidement le parti, en invoquant eux aussi la défense du « socialisme ». Le fait de vivre ou de se vivre ou non comme un « opposant » dépend toutefois de la position de ces militants au sein du PAGS et de la forme de leur militance. La structure du PAGS est en effet complexe. À sa tête se trouve un noyau de militants qui vivent en clandestinité profonde, logent dans des planques et ne sortent que s’ils ne sont pas reconnaissables. Un second cercle de militants, qui ont une vie légale, participent à la direction nationale ou régionale en encadrant d’autres militants mais en n’ayant aucune activité militante visible. Un troisième cercle participe à l’activité militante visible au sein des organisations de masse, et si l’on devine parfois qu’ils sont pagsistes, il y a en réalité beaucoup de confusion entre eux et les militants les plus à gauche du FLN. On a donc une structure clandestine faite pour l’opposition mais avec un contenu favorable aux mesures « progressistes » du gouvernement, particulièrement après 1971, date à laquelle le caractère oppositionnel du PAGS devient très réduit en même temps que la répression se relâche.

  • 34 Entretien de Malika Rahal avec Sadek Hadjerès, Porto Rafti (Grèce), 27 août 2011

29La situation du PAGS eu égard à son caractère oppositionnel ou non est encore complexifiée par le regard qui est porté sur lui à l’échelle internationale. Le PAGS rencontre en effet des difficultés à se faire reconnaître auprès de partis communistes internationaux, dont le PCUS et le PCF. Il semble même y avoir eu depuis l’extérieur de fortes pressions pour laisser entendre que le PAGS n’existait pas véritablement à l’intérieur du pays. Sadek Hadjerès, premier secrétaire du PAGS, dit de ces partis communistes qu’« ils confondaient les relations de parti à parti et les relations de parti à État34 » : en d’autres termes, souhaitant préserver leurs relations avec le FLN et l’État algérien, des partis communistes ont préféré délaisser voire rompre les liens avec les communistes algériens, craignant de braquer le FLN contre eux. Les putschistes, de leur côté, s’ils critiquent avec virulence le PCA et le PCF, prennent soin de les distinguer des « pays socialistes amis » (dont l’URSS) afin de conserver le soutien de ces derniers (El Moudjahid du 24 septembre 1965). Cette situation n’est pas sans évoquer l’expérience de la délégation extérieure du PCA clandestin mise en place à Prague durant la guerre d’indépendance, qui peinait parfois à se faire accueillir et entendre par les « démocraties populaires » européennes. Ces dernières estimaient sans doute qu’une proximité affichée avec le PCA risquait de compromettre leurs relations avec le futur État algérien dirigé par le FLN (Bismuth, Taubert 2014).

Conclusion : de l’usage du terme « socialisme » en Algérie indépendante

30La situation des communistes algériens face au pouvoir dans l’Algérie des années 1960 est donc pour le moins complexe, si ce n’est confuse. Cette complexité est à la fois organisationnelle et décisionnelle, et elle témoigne sans doute des conditions précaires et de l’urgence imposées par la clandestinité : le parti se trouve visiblement confronté à une difficulté à réunir ses militants, à théoriser, à débattre et à prendre des décisions collectives. Mais elle s’explique aussi, au-delà de la fluidité et de l’ouverture des possibles que nous évoquions en introduction, par la confusion générale de la situation politique et des orientations idéologiques du pouvoir et des opposants à ce pouvoir, ce dont témoigne en dernière analyse les usages du terme « socialisme ». L’emploi de ce terme est en effet l’un des traits majeurs du discours politique algérien après l’indépendance. Dans les années 1960, le socialisme est même revendiqué de toute part : par le FLN au pouvoir dans les régimes successifs de Ben Bella et de Boumediene, par les principaux partis d’opposition (le Parti de la révolution socialiste de Mohammed Boudiaf, le Front des forces socialistes de Hocine Aït Ahmed), ainsi que par de nombreux groupes ou individus sans attache partisane, qu’ils soient Algériens ou « pieds rouges ». Il est significatif que les communistes algériens, qui étaient les seuls à revendiquer le terme « socialisme » bien avant la guerre d’indépendance, aient choisi eux-mêmes d’évacuer le terme « communisme » et de le remplacer par « socialisme » dans le nom de leur nouveau parti créé en 1966, le Parti de l’avant-garde socialiste. Dans un contexte où, revendiqué par tous, le terme « socialisme » perdait nécessairement de sa clarté, on peut se demander pourquoi les communistes ont choisi de l’utiliser. Sans doute parce qu’il leur apparaissait difficile de faire autrement, à un moment où l’enthousiasme qui animait de nombreux Algériens en avait fait un terme aussi indispensable que ceux d’« indépendance » ou de « révolution ». Mais aussi parce qu’il était difficile de se dire « communiste ». D’une part, en raison du dénigrement systématique opéré par le FLN envers le PCA et ses supposés « retards » ou « incompréhensions » envers la lutte anticolonialiste à l’époque coloniale ; d’autre part, en raison des attaques portées par des courants conservateurs, notamment à coloration islamique, envers les communistes et, bientôt, envers le « socialisme » lui-même.

Bibliographie

Abrous Mansour, 2002. Contribution à l’histoire du mouvement étudiant algérien (1962-1982), Paris, L’Harmattan.

Bismuth Hervé, Taubert Fritz (dir.), 2014. La guerre d’Algérie et le monde communiste, Dijon, Éditions universitaires de Dijon.

Charte d’Alger (La). Ensemble des textes adoptés par le premier congrès du parti du Front de libération nationale (du 16 au 21 avril 1964), 1964. Alger, Imprimerie nationale.

Djabi Nasser, 2005. Kaidi Lakhdar, une histoire du syndicalisme algérien. Entretiens, Alger, Chihab.

Drew Allison, 2014. We are no longer in France: Communists in colonial Algeria, Manchester, Manchester University Press.

Hadj Ali Bachir, 1966. L’arbitraire, Paris, Éditions de Minuit.

Jurquet Jacques, 1997. Années de feu. Algérie 1954-1956, Paris, L’Harmattan.

Khalfa Boualem, Alleg Henri, Benzine Abdelhamid, 1987. La grande aventure d’« Alger républicain », Paris, Messidor.

Khatib Hafid, 1991. 1er juillet 1956 : l’accord FLN-PCA et l’intégration des « Combattants de la libération » dans l’Armée de libération nationale en Algérie, Alger, Office des publications universitaires.

Le Foll-Luciani Pierre-Jean, 2015. Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Le Foll-Luciani Pierre-Jean, 2019. « The Communists in Algeria (1920–93) », in Laura Feliu, Ferran Izquierdo-Brichs (dir.), Communist Parties in the Middle East. 100 Years of History, Londres, Routledge : 199-215.

Medjaoui Abdel’Alim, 2007. Le géant aux yeux bleus. Novembre, où en est ta victoire, Alger, Casbah.

Mouffok Houari, 1999. Parcours d’un étudiant algérien, de l’UGEMA à l’UNEA, Paris, Bouchène.

Rahal Malika, 2012. « Comment faire l’histoire de l’Algérie indépendante ? », La Vie des idées, 13 mars, en ligne.

Rahal Malika, 2016. « 1965-1971 en Algérie. Contestation étudiante, parti unique et enthousiasme révolutionnaire », in Françoise Blum, Pierre Guidi, Ophélie Rillon (dir.), Étudiants africains en mouvements. Contribution à une histoire des années 1968, Paris, Publications de la Sorbonne : 99-110.

Sivan Emmanuel, 1976. Communisme et nationalisme en Algérie, 1920-1962, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Sportisse William, 2012. Le camp des oliviers. Parcours d’un communiste algérien. Entretiens avec Pierre-Jean le Foll-Luciani, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Torturés d’El Harrach (Les), 1966. Paris, Éditions de Minuit.

UGTA, 1965. Ensemble des textes adoptés par le IIe congrès national, Alger, Maison du peuple, 23-28 mars 1965, Alger, UGTA.

Notes

1 Sur l’histoire du PCA, voir notamment Sivan (1976) ; Drew (2014) ; Le Foll-Luciani (2019).

2 Ces chiffres sont donnés par Alger républicain du 30 novembre 1962, qui n’a aucun intérêt à les gonfler dans le contexte de l’interdiction du PCA. Ils sont relativement importants si l’on a en tête que le PCA comptait 12 000 adhérents en 1954 (dont une courte majorité d’Algériens « musulmans ») et qu’il a connu de lourdes pertes durant la guerre (désengagements, passages au FLN, exode de militants européens et juifs vers la France).

3 Entretien de Malika Rahal avec Sadek Hadjerès, Porto Rafti (Grèce), 27 août 2011.

4 Entretien de Malika Rahal avec Sadek Hadjerès, Porto Rafti (Grèce), 27 août 2011.

5 « L’Algérie six ans après l’indépendance. Le Parti de l’Avant-Garde Socialiste répond à 5 questions d’actualité », Alger, 7 juin 1968, 30 pages ; lettre de la direction nationale du PAGS au président Boumediene, 14 septembre 1968 (archives personnelles de Sadek Hadjerès).

6 Programme adopté par le congrès du Conseil national de la révolution algérienne (FLN) tenu à Tripoli du 27 mai au 7 juin 1962. Le texte était disponible sur le site de la présidence de la République jusqu’en 2019.

7 Voir les documents produits par la direction de ce qui se nomme encore l’ORP au moment de la création du PAGS : « Pour une issue démocratique et pacifique à la crise ouverte le 19 juin », plateforme de l’ORP, 26 janvier 1966 ; résolution intérieure de l’ORP, 1er février 1966 (archives personnelles de Sadek Hadjerès).

8 Entretien de Malika Rahal avec Jacques Choukroun, Montpellier (France), 7 décembre 2011.

9 Entretien de Malika Rahal avec Smain Bessaci, Zemmouri (Algérie), 12 juillet 2012.

10 « L’Algérie six ans après l’indépendance. Le Parti de l’Avant-Garde Socialiste répond à 5 questions d’actualité », Alger, 7 juin 1968, 30 pages ; lettre de la direction nationale du PAGS au président Boumediene, 14 septembre 1968 (archives personnelles de Sadek Hadjerès).

11 Voir notamment la lettre de William Sportisse au président Boumediene, prison de Oued Rhiou, 7 juin 1967, citée dans Sportisse (2012 : 286-287).

12 Archives personnelles de William Sportisse.

13 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Lucien Hanoun, Vitry-sur-Seine (France), 12 janvier 2007.

14 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec André Beckouche, Ciez (France), 29 mars 2007.

15 Propos de Hocine Aït Ahmed à l’Assemblée nationale constituante après l’interdiction du PCA, 7 décembre 1962 (Journal officiel de la République algérienne, 25 avril 1963).

16 Daniel Timsit l’Algérien, film documentaire de Nasredine Guenifi, 2009, 126 minutes, couleur.

17 Sadek Hadjerès, Essai sur les problèmes de la démocratie dans l’Algérie indépendante, Alger, Éditions « Al Hourriya », mai 1962 (archives personnelles de Sadek Hadjerès). Voir aussi le communiqué du Bureau politique du PCA publié dans Alger républicain du 27 juillet 1962.

18 Bachir Hadj Ali, « Tout faire pour renforcer l’union entre nationalistes et communistes », Al Houriyya, no 48, 8 juin 1962 (archives personnelles de William Sportisse).

19 Déclaration du Comité central du PCA sur les accords d’Évian (27 mars 1962) et programme du PCA pour l’Algérie indépendante (18 avril 1962) [archives personnelles de Jean-Pierre Saïd].

20 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 18 novembre 2009.

21 « Importance révolutionnaire de la Charte », document interne du PCA clandestin, sans date, sans auteur, 10 pages (archives personnelles de William Sportisse). Les citations sont extraites de la Charte d’Alger.

22 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 1er décembre 2011.

23 El Moudjahid était le nom du journal historique du FLN durant la guerre ; en 1965, il paraissait encore sous la forme d’un hebdomadaire.

24 Entretien de Malika Rahal avec Noureddine Abdelmoumène, Alger (Algérie), 9 mars 2011.

25 Voir l’essai « autocritique » sur l’activité du PCA de mars 1965 cité dans Jurquet (1997 : 375-384).

26 Archives personnelles de William Sportisse.

27 Entretien de Malika Rahal avec Hocine Zahouane, Alger (Algérie), 10 décembre 2013.

28 Voir les articles critiquant les mesures anticommunistes en Algérie et dans le monde (Alger républicain des 30 novembre 1962, 6, 9-10 et 12 décembre 1962, 10 janvier 1963) et ceux rendant compte des débats sur le code de la nationalité (Alger républicain du 28 février au 13 mars 1963).

29 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 1er décembre 2011.

30 Entretien de Malika Rahal avec Hocine Zahouane, Alger (Algérie), 10 décembre 2013 ; entretiens de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 1er décembre 2011, et William Sportisse, Villejuif (France), 1er février 2011.

31 Proclamation du Conseil national de la révolution, 19 juin 1965, publiée dans le Journal officiel de la République algérienne du 6 juillet 1965.

32 Entretien de Pierre-Jean Le Foll-Luciani avec Sadek Hadjerès, Malakoff (France), 1er décembre 2011.

33 « Les hommes du 19 juin livrent l’Algérie aux néo-colonialistes américains et ouest-allemands », tract du FLN-ORP, 27 août 1965 ; « À toutes les organisations internationales et nationales de chaque pays éprises de démocratie et de justice, à tous les hommes épris de liberté », lettre du FLN-ORP, 5 septembre 1965 ; « Femmes algériennes », tract du comité des Femmes de l’ORP, septembre 1965 ; Résistance, bulletin de l’ORP-FLN clandestin, décembre 1965 (La Contemporaine, F delta 573 res.).

34 Entretien de Malika Rahal avec Sadek Hadjerès, Porto Rafti (Grèce), 27 août 2011

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search