Version classiqueVersion mobile

Socialismes en Afrique

 | 
Françoise Blum
, 
Héloïse Kiriakou
, 
Martin Mourre
, 
et al.

Première partie : doctrines et corpus. 2 : en marge du pouvoir : contestations

Le Social Democratic Front au Cameroun : entre socialisme d’opposition et socialisme démocratique

Théophile Mirabeau Nchare Nom

Texte intégral

  • 1 Le libéralisme communautaire est la doctrine politique et économique adoptée par le président Paul (...)
  • 2 « Rapports du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation sur les élection (...)

1Le Social Democratic Front (SDF) a été créé le 26 mai 1990 pour « s’opposer » au Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) ex-Union nationale camerounaise (UNC), parti au pouvoir depuis l’indépendance du Cameroun. Ce parti a marqué l’histoire politique du pays en incarnant l’expérience camerounaise du socialisme d’opposition, que l’on peut définir comme une tradition de lutte contre les politiques antisociales et libérales. En s’inspirant des fondements du socialisme démocratique, les théoriciens du SDF ont élaboré des corpus et des énonciations cristallisant aussi bien l’aspiration à la justice sociale que les revendications populaires contre le libéralisme communautaire adopté en 1987 par le régime de Paul Biya1. Le slogan choisi était « Power to the People and Equal chance for all ». Cependant, le SDF n’a pas été exempt des contradictions dont souffrent les partis de l’opposition en Afrique (Yamga-Tientcheu 1999). Ces contradictions expliquent, au moins partiellement, l’érosion continuelle de son auditoire et de son électorat, qui est passé de 35 % aux élections présidentielles du 11 octobre 1992 à 11 % aux présidentielles du 9 octobre 2011 ; de 43 sièges aux législatives des 17 mai et 3 août 1997 à 16 sièges aux élections du 30 septembre 20132. De nombreuses études ont d’ailleurs été faites sur l’apport du SDF à la construction de l’opposition au Cameroun (Konings 2004 ; Krieger 2008) et sur les causes de ses échecs politiques (Yamga-Tientcheu 1999 ; Owona Nguini 2003). Mais ces études n’ont accordé que peu d’attention aux conceptions idéologiques du parti et à sa pratique socialiste. Or il semble pertinent de confronter les référentiels socialistes utilisés par le parti et ses pratiques politiques. En d’autres termes, son affaiblissement tient-il à ses postulats socialistes ou à ses modes d’action et de comportement dans la vie publique ? Au-delà des publications existantes sur le SDF, cette réflexion s’appuie essentiellement sur les archives du parti, les entretiens avec les leaders et les militants du SDF et la méthode active pour la recherche participative (MARP). En 2015 et en 2016, nous avons en effet mené des enquêtes dans les chefs-lieux des quatre principales régions du Cameroun à forte dominance du SDF, à savoir Bafoussam dans la région de l’Ouest, Douala dans la région du Littoral, Bamenda dans la région du Nord-Ouest et Buea dans la région du Sud-Ouest. L’échantillon par région a été composé de cinquante personnes, dont dix responsables régionaux et nationaux, trente militants, cinq sympathisants et cinq anciens militants. Nous avons très souvent profité des manifestations du parti, en l’occurrence les congrès, les meetings, les conférences de presse, pour mieux cibler nos enquêtés. Pour ce qui est des archives du parti, nous avons obtenu de précieux documents au siège national du SDF à Ntarikon, dans la commune de Bamenda. L’analyse porte sur les ressorts doctrinaires du SDF, ses référentiels et ses objectifs. Ensuite, l’on étudie ses stratégies d’opposition et son éloignement, dans la pratique, du socialisme « libéral » qu’il revendique.

Le SDF dans le paysage politique camerounais

2L’histoire et la sociologie du SDF sont intimement liées à l’histoire du Cameroun, qu’il s’agisse de son socle idéologique, de ses structures ou de ses modes d’action. C’est par cette relation à l’histoire du Cameroun que ce parti s’est démarqué des autres formations politiques du pays pour se constituer une spécificité emblématique, tant dans son socle doctrinal que dans ses initiatives de mobilisation et d’opposition.

La spécificité emblématique du SDF : un parti créé pour « l’opposition »

  • 3 L’UPC est un parti politique nationaliste fondé le 10 avril 1948. En 1955, après avoir tenté la voi (...)
  • 4 Sur le choix idéologique de l’UPC, des études ont montré qu’il n’était pas un parti communiste, con (...)
  • 5 Entretiens avec Yoyo Emmanuel (ex-député SDF dans le département de Ngoketunjia), Evaristus Njong ( (...)
  • 6 Entretien Jean Robert Wafo, ministre du « shadow cabinet » du SDF en charge de l’information et des (...)

3À la suite de l’Union des populations du Cameroun (UPC)3 qui avait construit sa lutte pour l’indépendance sur la propagande pour une société juste, libre, indépendante et démocratique, le SDF a bâti stratégiquement son socle idéologique sur le socialisme démocratique4, véhiculé à travers le pays depuis les luttes anticoloniales. Ses militants le définissent comme un parti ancré dans l’opposition, caractérisé par une véritable légitimité, tant dans sa manière de faire de la politique que dans sa lutte pour l’alternance démocratique5. C’est en fonction de ces représentations que s’organisent la logique partisane du SDF et son insertion dans la compétition politique au Cameroun6. La sociogenèse du parti confirme qu’il est né de la remise en question du monopole du pouvoir exercé par le RDPC en tant que parti de l’ordre gouvernemental jusqu’en décembre 1990, date de l’adoption des lois libéralisant la vie politique et instaurant le multipartisme.

  • 7 Le parti est en effet né de la Commission d’études 89, un groupe créé en novembre 1989 à l’initiati (...)
  • 8 Le problème anglophone désigne un ensemble de revendications exprimées par les populations anglopho (...)
  • 9 Le Pidgin English est un argotisme très répandu au Cameroun. Il repose sur la déformation des mots (...)
  • 10 Ces slogans demeurent présents dans l’expression des militants et leaders du SDF auprès de qui nous (...)
  • 11 Ces postures ont été réaffirmées dans les différentes conférences de presse de John Fru Ndi. Voir l (...)

4Entre 1966 et 1990, l’action politique au Cameroun était dominée par le règne du monopartisme et du pouvoir autoritaire. De ce fait, pour les tenants du pouvoir, « l’opposition » était une catégorie de stigmatisation. Ses membres étaient frappés d’ostracisme, car suspectés de déconstruire l’État, de fragiliser son unité, de créer le désordre et de freiner le développement du pays. D’où la disqualification du multipartisme et la diabolisation de « l’opposant », présenté comme « un fauteur de désordre », « un pécheur en eaux troubles », « un professionnel de l’intoxication », « un vendeur d’illusion », « un ambitieux », « un apprenti-sorcier », pour ne pas dire un ennemi de la nation (Sindjoun 2003 : 2-3). Or pour les leaders et les militants du SDF, l’opposition est une manière légitime de faire de la politique et de conquérir le pouvoir (Donfack Sokeng 2003). D’ailleurs, dans la conception originelle que les pères fondateurs (founding fathers) du SDF avaient de l’opposition, le parti était le cadre de contestation du monopole francophone du pouvoir porté par le RDPC et son président Paul Biya7. Le SDF avait été ainsi pensé pour représenter et porter de manière institutionnelle la question anglophone8. La stratégie adoptée était de faire du SDF un parti national en facilitant son expansion dans tout le pays et en lui trouvant une base idéologique répondant aux problèmes camerounais des années 1990, à savoir l’oppression politique, la paupérisation des masses, le chômage et la corruption. De ce fait, pour se démarquer des autres partis de l’opposition – dont l’UPC après sa sortie de la clandestinité –, qui envisageaient de négocier ou de collaborer avec le RDPC dans la construction graduelle de la démocratie, le SDF s’est installé dans une opposition radicale, envisageant comme unique alternative le renversement du régime en place par la défiance politique au sens de Gene Sharp (Sharp 2009). Les différents slogans du parti sont assez révélateurs : « your suffering has come to an end » [votre misère sociale est terminée], « change! » [Changement !], « Sangmelima don fall » [en Pidgin English9 : Sangmelima (ville d’origine du président Paul Biya) est tombée], « Biya must go » [Biya doit partir], « Power to the people » [le pouvoir au peuple], « Carton rouge à Paul Biya »10. De plus, le refus initial du SDF de participer à tout dialogue avec le régime en place, le refus d’entrer au gouvernement, le refus de son leader, John Fru Ndi, de briguer tout autre poste électif que celui de la présidence de la république, le rejet systématique des politiques gouvernementales, sont autant de postures adoptées pour manifester cette opposition viscérale au régime francophone et libéral du RDPC11.

Le socle idéologique du SDF : le socialisme démocratique

5Pour le SDF, l’objectif tel que pensé par ses pères fondateurs est de lier le renversement du régime Biya à la lutte pour la justice sociale et le respect des droits humains. Ainsi, la conquête du pouvoir au moyen d’élections démocratiques, l’économie de marché, la solidarité, la justice sociale et le respect des droits humains ont été adoptés comme principes de base du parti tels que prescrits par l’article 3 de ses statuts :

  • 12 Statuts SDF-French version, archives du SDF au siège du parti à Ntarikon à Bamenda.

Le Front social-démocrate (SDF) a pour objectifs :
3.1. De mobiliser, galvaniser et rallier les Camerounais au sein de ce Parti pour :
a. Le rétablissement d’une société juste, libre et démocratique, […].
b. Supprimer toutes les formes d’oppression et de répression afin de promouvoir le développement économique, social, culturel et linguistique de notre patrie ; instaurer un État de droit protecteur des libertés de tous les droits fondamentaux du citoyen.
3.2. Le Front social-démocrate (SDF) se propose de mener une politique de conquête du pouvoir par des élections, construire et protéger la nation ; encourager le commerce, assurer l’égalité des chances à tous […] ; soulager la misère.
3.3. Le Front social-démocrate (SDF) se propose de promouvoir la paix et la Coopération internationale conformément aux Chartes de l’UA et de l’ONU.
3.4. Pour atteindre ses objectifs, le Front social-démocrate (SDF) adoptera une politique de démocratie sociale et de gouvernement participatif12.

  • 13 SDF, Proposals on Devolution of Power, 1991, archives du SDF au siège du parti à Ntarikon à Bamenda

6Le programme politique du SDF est ancré dans l’adhésion aux règles et à la philosophie des sociétés libérales-capitalistes (démocratie parlementaire, pluralisme politique, acceptation d’une économie de marché régulée par des institutions étatiques), l’établissement d’une nouvelle gouvernance prenant en charge les activités sociales fondamentales (santé publique, éducation, transports, énergie, télécommunications), la poursuite des objectifs de justice sociale par le biais de politiques réformistes reposant sur la recherche d’un compromis tripartite entre les employeurs, les syndicats et l’État13. Ce programme est porté depuis la création du SDF par son leader John Fru Ndi, qui déclarait à la convention du parti en 1999 :

En préparant un programme économique adapté au parti social-démocrate au Cameroun, le SDF a dû concilier certains concepts idéologiques qui sont imposés aux pays africains par la philosophie du libéralisme économique […]. En conciliant les forces du marché avec la social-démocratie et en définissant le rôle de la social-démocratie sur le marché, le SDF a réussi à façonner une idéologie économique qu’il a appelée « libéralisme économique social ». (Krieger 2008 : 56, nous traduisons)

  • 14 Léopold Sédar Senghor au Sénégal, Ahmed Sékou Touré en Guinée, Julius Nyerere en Tanzanie, Kenneth (...)
  • 15 Les idées politiques de John Fru Ndi ont été publiées en 1997 et adoptées en 1999 par la convention (...)

7Loin d’être un théoricien dans le sillage des pères du socialisme africain14, John Fru Ndi a voulu plutôt se construire l’image d’un « homme du peuple », contrairement aux autres opposants, issus de l’élite gouvernante du pays. Dans ses divers discours politiques, ses conférences de presse, il a toujours cherché à incarner les frustrations et les aspirations des masses sociales défavorisées du Cameroun15. Avec un discours très populiste, il ne manque pas de s’exprimer, et cela toujours en anglais, sur les grands problèmes qui affectent l’actualité du pays, contrairement au président Biya, connu pour ses silences (Mattéi 2009). D’autre part, il fait toujours référence à son métier de libraire et de fermier pour se montrer plus proche du peuple, dans un pays où l’agriculture traditionnelle et l’informel emploient plus de 80 % de la population active. Il a de ce fait très vite gagné les masses à sa cause et s’est imposé au début des années 1990 comme la figure de l’alternance au Cameroun. Cependant, la conduite du programme du parti s’est faite dans le cadre d’un socialisme d’opposition évolutif, passant d’une opposition radicale à une opposition participative.

Les stratégies d’opposition du SDF : de l’opposition radicale à l’opposition participative

8L’analyse des stratégies d’opposition du SDF prend en compte sa dimension politique et idéologique. Pour ce parti, l’opposition radicale et sans compromis en vue de conquérir le pouvoir et la lutte pour la démocratie sociale ont toujours été de pair. À partir de ce principe, le SDF s’est constitué comme une opposition déterminée à délégitimer le régime Biya. L’enjeu était la transformation des rapports de forces par le recours à l’insurrection. La défiance politique devait aboutir, à terme, à la refondation de la société camerounaise (Sindjoun 2003 : 12-13). Comme le souligne Adolphe Minkoa She, il s’agissait, pour les militants du SDF, de poursuivre un idéal social-démocrate en se mettant hors la loi, d’autant plus que la législation criminalisait l’opposition en l’accusant de subversion (Minkoa She 1996 : 4-9).

  • 16 Ceux-ci avaient été confortés par le gouvernement camerounais qui avait précisé le 14 mars 1990 que (...)

9Les péripéties de la naissance même du SDF l’avaient inscrit dans cette rupture avec l’ordre en place. À la suite de l’affaire Yondo Black, Henriette Ekwe et Anicet Ekane, arrêtés en février 1990 au motif officiel de subversion et de complot contre la sûreté de l’État, mais au motif réel de tentative de création d’un parti politique d’opposition, un groupe d’acteurs politiques réunis autour de John Fru Ndi16 décida d’organiser un parti politique d’opposition dans la ville de Bamenda, en l’occurrence le SDF (Konings 2004 : 3). En dépit de l’interdiction par l’administration et d’une importante mobilisation des forces de l’ordre, le meeting de création du parti eut lieu le 26 mai simultanément dans la ville de Bamenda et dans le campus de l’université de Yaoundé (Kamto 1993 ; Melher 1997). Dans le discours de circonstance qu’il prononça à Bamenda, John Fru Ndi décrivit avec charisme le socle doctrinal du SDF, défini allégoriquement par les militants comme la fin de la misère sociale, « suffer don finish » en Pidgin English. Conformément à la social-démocratie, le SDF se posa en défenseur de la démocratie, de la justice sociale et du développement. Fru Ndi déclarait à cet effet :

  • 17 Speech delivered by Ni John Fru Ndi, National Chairman on the launching of the Social Democratic Fr (...)

Mes compatriotes ! Aujourd’hui est le jour le plus significatif dans la lutte pour la démocratie au Cameroun. Vous êtes ici si nombreux parce que vous avez non seulement confiance en la démocratie mais plus aussi parce que vous êtes déterminés pour vous assurer que cela fonctionne au Cameroun […]. Le SDF a inclus la démocratie dans sa devise en raison de sa croyance et de sa conviction ardentes que l’essence du processus démocratique dans n’importe quelle société ne signifie pas le démenti de la justice et le retardement du développement17.

  • 18 Entretien avec Jean Michel Tekam, ancien militant du SDF, Douala, 28 mars 2016.
  • 19 Ces émeutes faisaient suite à une grève générale et à une campagne de désobéissance civile appelées (...)
  • 20 Ces résolutions sont revendiquées par les militants et leaders du SDF comme le fruit de leur lutte (...)

10Malgré la brutalité de la répression des manifestants et la campagne de stigmatisation du SDF, sa création signifiait le « non » au monolithisme18. Cette politique à contre-courant de la doxa gouvernementale conduisit à la crise qui, se répercutant sur tout le système, obligea le gouvernement à accepter, avec beaucoup de peine et de nostalgie, la légalisation du multipartisme à la fin de l’année 1990 (Sindjoun 2003 : 14-16). L’implantation du SDF dans le pays se fit au prix d’énormes sacrifices eu égard à la répression qui toucha ses militants (Socpa 2003 : 131-299), mais le parti se construisit néanmoins et s’affirma en tant qu’organisation de contestation. Bien que n’appelant pas de manière officielle aux émeutes dans les principales villes du pays, le SDF capitalisait celles-ci comme mode d’action politique de l’opposition dans le cadre d’un mouvement nommé Alliance pour le redressement du Cameroun à travers la Conférence nationale souveraine (ARC-CNS)19. Cette Alliance regroupait, sous la conduite du SDF, une vingtaine de partis politiques, de syndicats et d’organismes de la société civile. Mais, en lieu et place de la Conférence nationale souveraine réclamée pour établir une nouvelle république fondée sur la social-démocratie, une réunion tripartite des représentants du régime, de l’opposition et de la société civile fut organisée du 30 octobre au 9 novembre 1991. Les principales résolutions furent l’adoption d’une déclaration relative à la décrispation de la vie politique et au consensus politique, la levée des mesures de suspension de certains journaux et d’interdiction de certaines associations, la libéralisation de la vie politique, la réforme constitutionnelle instituant la décentralisation et la démocratisation20. Ces résolutions ont tourné la page de l’opposition insurrectionnelle comme méthode de mise en crise et de délégitimation du régime (Ngayap 1999). Elles ont aussi donné naissance à une opposition participative et électorale dans laquelle le SDF se réserve toujours le droit de recourir à la confrontation en cas de nécessité. Ainsi, pour ne pas rompre avec ses postulats de départ, la délégitimation du régime s’est désormais s’inscrite dans la politique du rejet répétitif du résultat des élections présidentielles sous le motif de fraudes et d’irrégularités diverses (Konings 2004 : 8).

  • 21 Entretien avec Tazoacha Asonganyi, ancien secrétaire général du parti, Buea, 11 novembre 2015. Ce d (...)

11De même, à l’Assemblée nationale, les élus SDF ont régulièrement opté pour la politique de la chaise vide pour traduire leur opposition à l’adoption des lois jugées antisociales et antidémocratiques21. Toutefois, la participation du parti au jeu démocratique (jeu électoral, administration municipale et parlementarisme) procède déjà de ce que Léopold Donfack Sokeng (2003 : 62-63) envisage comme un rite de légitimation implicite du pouvoir en place. La conséquence a donc été un paradoxal rapprochement du RDPC avec des rapports de connivence et d’échanges jusque-là entretenus avec les autres partis de l’opposition (Tsana Nguegang 2015). Ce rapprochement traduit les paradoxes de la pratique sociale-démocrate du SDF.

Les paradoxes d’une pratique sociale-démocrate politiquement érosive

12L’analyse des paradoxes de la pratique sociale-démocrate du SDF permet d’aller au-delà de ce que Piet Konings a appelé « The SDF in disarray » [Le SDF dans la discorde] (Konings 2004 : 16-19), ou encore de ce qu’Éric Mathias Owona Nguini a appelé un « parti à part » pour traduire sa dynamique organisationnelle interne de « patronage et compagnonnage », de « monnayage » et de « lutte pour les postes » (Owona Nguini 2003 : 217-247). Ces contradictions organisationnelles et fonctionnelles reposent sur les contradictions entre l’idéologie revendiquée par le SDF et les pratiques des élus et leaders du parti ; pratiques inscrites dans des choix politiques sclérosants et un socialisme personnalisé.

Des choix politiques sclérosants

  • 22 Entretien avec Kah Walla, ex-présidente de la commission chargée des stratégies du SDF, présidente (...)
  • 23 Entretien avec Abel Elimby Lobé, conseiller municipal SDF, démissionnaire du parti le 6 novembre 20 (...)
  • 24 « As kick out Biya campaign intensifies: SDF creates Diaspora Youth League to radicalize Cameroonia (...)
  • 25 Entretien avec plusieurs militants du SDF, Bafoussam, septembre 2015 ; Buea, avril 2016.

13Le militantisme d’un grand nombre de Camerounais au sein du SDF était motivé non par une adhésion au socialisme démocratique, mais par le rejet de l’autoritarisme et du monolithisme politique en vigueur dans le pays depuis 196622. Quoique le socialisme démocratique prôné par le parti eût à cette époque un caractère révolutionnaire de rupture avec le parti unique, le SDF apparaissait aussi bien comme l’alternative au régime gouvernant et le vecteur de nouveaux idéaux de gouvernance. Or les espoirs ont vite été neutralisés par la pratique du SDF dans la gestion des mandats dans les communes acquises par ses élus, et même dans l’administration du parti. Et pour cause, la dynamique organisationnelle du jeu politique au sein du parti l’empêchait de construire une opposition moins corrompue, moins prébendière, et à même de bousculer une gouvernance contraire à la solidarité et à la justice sociale23 (Yamga-Tientcheu 1999). Bien plus, son incapacité à s’adapter à l’évolution du champ concurrentiel camerounais n’a pas pu gommer son fondement subversif24, mis en exergue par le RDPC pour s’imposer comme parti de la paix et du progrès, pourvoyeur de ressources et d’accès aux hautes sphères de l’État. À cela s’ajoute « l’anglophonisation » : dans ses prises de paroles publiques, John Fru Ndi s’est toujours éloigné des principes de base de la démocratie sociale pour orienter le débat vers l’antagonisme « francophone/anglophone »25. Cette orientation a replié le parti du national au régional et l’a enfermé dans un militantisme plus identitaire que social-démocrate (Nkoum-Me-Ntseny 1999). La conséquence en a été la démission de très nombreux militants originaires des régions francophones du Cameroun jadis dominées par l’électorat SDF, en l’occurrence l’Ouest Cameroun et le Littoral.

  • 26 Entretien avec Abel Elimby Lobé (Nkoum-Me-Ntseny 1999).
  • 27 « Rapports du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation sur les élection (...)
  • 28 L’on peut citer, entre autres : Pierre Kwemo et Saidou Maidadi Yaya, tous deux ayant occupé le post (...)

14Enfin, la politique de la chaise vide et du boycott des élections a signifié pour le SDF l’abandon des opportunités qui s’offraient à lui. Par exemple, le refus du parti de participer aux législatives de 1992 était une erreur politique, car ses résultats à la présidentielle (35 %) lui donnaient plus de chance de contrôler le Parlement en faisant coalition avec les autres partis de l’opposition26. De même, le boycott des élections présidentielles de 1997 a permis au RDPC de consolider son hégémonie à la tête de l’État en glanant 92 % des suffrages, contre 39 % en 1992. La désertion du champ de compétition a porté des coups durs au parti en le sevrant des ressources politiques que constituent les postes électifs. Elle a conduit à l’érosion de son électorat, avec une perte de 25 % des suffrages exprimés entre les présidentielles de 1992 et celles de 2011, 27 sièges de moins aux législatives de 2013 qu’à celles de 1992, et la perte de 41 communes sur 61 entre 1996 et 201327. À cette dégringolade s’ajoutent de graves dissensions internes, l’exclusion ou la démission de nombreux leaders28 opposés au socialisme personnalisé du parti.

Les limites d’un socialisme personnalisé

  • 29 Entretien avec Tazoacha Asonganyi (Tazoacha Asonganyi 2015).
  • 30 « Que se passe-t-il au SDF ? », Jeune Afrique Économie, no 200, du 17 juillet 1995 ; « SDF : le déb (...)
  • 31 À titre d’exemple, lors du XXIVe congrès de l’Internationale socialiste qui s’est tenu du 31 août a (...)
  • 32 Entretien avec Bernard Muna, Yaoundé, 12 octobre 2015. Cet ancien leader du parti fut exclu en 2006 (...)

15À lire Francis Arzalier, les expériences socialistes en Afrique illustrent la difficulté qu’il y a entre les choix idéologiques et l’effectivité de leur pratique (Arzalier 2010). À l’instar du SDF, tant dans la gestion des mandats électifs que dans la conduite du parti, les leaders n’arrivent pas toujours à relever le défi des programmes socialistes pour lesquels ils ont été élus. La raison en est, entre autres, que depuis sa création, le SDF a été envisagé comme une affaire personnelle de John Fru Ndi29. Il en a découlé une centralisation des pouvoirs et des responsabilités qui a contribué au développement d’un certain culte de la personnalité. À titre d’exemple, le siège national du SDF demeure logé dans la résidence de Fru Ndi à Ntarikon à Bamenda. Il en est de même de plusieurs autres services centraux du parti. Il a résulté de cela une incohérence manifeste entre les principes idéologiques du parti, ses objectifs et sa pratique politique. C’est ainsi que Fru Ndi a fait des parlementaires et maires SDF de « simples prébendés » formant sa « clientèle » de « leader de l’opposition » (Owona Nguini 2003 : 276). À la suite des journalistes qui s’interrogeaient déjà sur la réalité sociale-démocrate du SDF (Yamga-Tientcheu 1999)30, plusieurs anciens militants ont dénoncé les jeux de patronage et de compagnonnage qui caractérisent le shadow cabinet du parti, avec des positionnements et des luttes pour l’accumulation des ressources électives au détriment des principes de base et des textes du parti31. L’alinéa 2 de l’article 8, qui prescrit la perte de la qualité de membre à la suite d’« activités susceptibles de nuire à la réputation, aux intérêts et/ou pouvant discréditer le parti ou son efficacité », est de plus en plus envisagé comme une technologie politique d’excommunication des adversaires de Fru Ndi et des founding fathers qui osent dénoncer l’écart entre ce qui avait guidé la création du parti et ses pratiques politiques32. Il en a résulté des guerres intestines qui ont réduit le parti en simple animateur d’une démocratie camerounaise en transit vers un avenir politique incertain (Eboussi Boulaga 1997). De ce fait, au Cameroun, l’établissement d’une société juste, libre et démocratique demeure un rêve lointain faute d’ancrage théorique et de contenu pratique. L’échec de l’inversion de la dynamique sociale et politique au profit des citoyens a été sanctionné par la désillusion autour du projet socio-démocrate du parti.

 

  • 33 Entretien avec Célestin Djamen, conseiller municipal SDF, Douala, 12 février 2016.

16Cette étude portait sur les référentiels socialistes du SDF, principal parti de l’opposition au Cameroun, et sur les pratiques politiques de ses élus et de ses leaders. Il ressort que la place du SDF dans l’histoire de la lutte pour la solidarité et la justice sociale au Cameroun et dans le socialisme d’opposition en Afrique est celle d’un parti qui n’a pas su inscrire dans la pratique ses fondements idéologiques. Si le chef du SDF profite de la tribune du comité Afrique de l’Internationale socialiste pour dénoncer la gestion du régime en place, il est passé sous la coupe des instincts patrimoniaux qui ont instillé au fil du temps le mercantilisme dans le parti, affaiblissant ses capacités de mobilisation et sa faculté à se poser comme alternative crédible et plausible au régime du RDPC. L’inconsistance politico-idéologique de la pratique sociale-démocrate du SDF l’a cantonné au statut de groupe d’opposition en quête d’alternance politique à la tête de l’État. Certes, comme le disent de nombreux militants restés fidèles à Fru Ndi, le parti est passé d’un socialisme populiste à un socialisme de conviction réunissant désormais les membres persuadés des idéaux du socialisme démocratique33. Cependant, l’éloignement, en pratique, du socialisme « libéral » revendiqué par le parti demeure le principal handicap à sa capacité de mettre en pratique l’idéal socialiste dans le cadre d’un mandat électif, tant au niveau local que national.

Bibliographie

Arzalier Francis (dir.), 2010. Expériences socialistes en Afrique : 1960-1990, Pantin, Le Temps des cerises.

Biya Paul, 1987. Pour le libéralisme communautaire, Lausanne, Pierre-Marcel Favre.

Deltombe Thomas, Domergue Manuel, Tatsitsa Jacob, 2011. Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, 1948-1971, Paris, La Découverte.

Donfack Sokeng Léopold, 2003. « L’institutionnalisation de l’opposition : une réalité objective en quête de consistance », in Luc Sindjoun (dir.), Comment peut-on être opposant au Cameroun ? Politique parlementaire et politique autoritaire, Dakar, CODESRIA : 44-101.

Eboussi Boulaga Fabien, 1997. La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan.

Ekum’a Mbella Bwelle, 2012. Cameroun, de l’UPC au MANIDEM : chroniques d’une rupture, Paris, L’Harmattan.

Eyinga Abel, 1991. L’UPC : une révolution manquée ? Paris, Éditions Chaka.

Kamto Maurice, 1993. « Quelques réflexions sur la transition vers le pluralisme politique au Cameroun », in Gérard Conac (dir.), L’Afrique en transition vers le pluralisme politique, Paris, Economica : 209-236.

Konings Piet, 2004. « Opposition and Social-Democratic Change in Africa: The Social Democratic Front in Cameroon », Commonwealth & Comparative Politics, vol. 42, no 3 : 1-23.

Konings Piet, Nyamnjoh Francis B., 1997. « The Anglophone Problem in Cameroon », The Journal of Modern African Studies, vol. 35, no 2 : 207-229.

Krieger Milton, 2008. Cameroon’s Social Democratic Front: Its History and Prospects as an Opposition Political Party (1990–2011), Bamenda, Langaa Research & Publishing Common Initiative Group.

Mattéi François, 2009. Le code Biya, Paris, Balland.

Mbembe Jospeh-Achille, 1984. Le problème national camerounais : Ruben Um Nyobé, Paris, L’Harmattan.

Melher Andreas, 1997. « Le Cameroun : une transition qui n’a pas lieu », in Jean-Pascal Daloz, Patrick Quantin (dir.), Transitions démocratiques africaines, Paris, Karthala : 95-138.

Minkoa She, Adolphe, 1996. « Ruptures et permanences de l’identité de subversif au Cameroun », Polis. Revue camerounaise de science politique, vol. 1, numéro spécial : Identité politique et démocratisation au Cameroun.

Ngayap Pierre, 1999. L’opposition au Cameroun, les années de braise, Paris, L’Harmattan.

Nkoum-Me-Ntseny Louis Marie, 1999. « Question anglophone, libéralisation politique et crise de l’État-nation », in Luc Sindjoun (dir.), La révolution passive au Cameroun : État, société et changement, Dakar, CODESRIA : 157-229.

Owona Nguini Éric Mathias, 2003. « Le Social Democratic Front : un parti d’opposition entre charisme et bureaucratie », in Luc Sindjoun (dir.), Comment peut-on être opposant au Cameroun ? Politique parlementaire et politique autoritaire, Dakar, CODESRIA : 210-294.

Pandji Guy Rostand, 2011. « Usages militants du pidgin-english au Cameroun : forces et faiblesses d’un prescriptivisme identitaire », Arborescences, no 1 :1-15.

Richard, Joseph, 1986. Le mouvement nationaliste au Cameroun : les origines sociales de l’UPC (1946-1958), Paris, Karthala.

Sharp Gene, 2009. De la dictature à la démocratie. Un cadre conceptuel pour la libération, Dora Atger (trad.), Paris, L’Harmattan.

Sindjoun Luc, 2003. « L’opposition au Cameroun, un nouveau jeu politique parlementaire » et « Ce que s’opposer veut dire : l’économie des échanges politiques », in Id. (dir.), Comment peut-on être opposant au Cameroun ? Politique parlementaire et politique autoritaire, Dakar, CODESRIA : 1-6 et 8-43.

Socpa Antoine, 2003. Démocratisation et autochtonie au Cameroun : trajectoires régionales différentes, Münster, LIT Verlag.

Tazoacha Asonganyi, 2015. Cameroon: Difficult Choices in a Failed Democracy. Memoir, Madison (Wis.), NGT publishing.

Tsana Nguegang Ramsès, 2015. Démocratisation et échange dans la vie politique camerounaise, thèse de doctorat en science politique, Yaoundé, université de Yaoundé II.

Yamga-Tientcheu Paul, 1999. Le Social Democratic Front se meurt-il ? Le mal des oppositions africaines : exemple du Cameroun, Paris, Biblieurope.

Notes

1 Le libéralisme communautaire est la doctrine politique et économique adoptée par le président Paul Biya. Cette doctrine a pour but de concilier le capitalisme et le devoir de solidarité. Elle prône la liberté d’entreprendre et la fonction régulatrice d’un État démocratique (Biya 1987).

2 « Rapports du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation sur les élections au Cameroun », Cameroon Tribune, hors-série La nouvelle carte politique, 26 novembre 2013, 84 pages.

3 L’UPC est un parti politique nationaliste fondé le 10 avril 1948. En 1955, après avoir tenté la voie parlementaire sans succès, ce parti se tourna vers l’ONU qui avait la tutelle sur le Cameroun pour demander la réunification et l’indépendance. Face à l’intensification de la répression par le pouvoir colonial, l’UPC, notamment sous l’impulsion du docteur Félix-Roland Moumié, radicalisa ses modes d’action politique. Le parti fut dissous par un décret du 13 juillet 1955 et ses dirigeants s’exilèrent à Kumba au Cameroun britannique, puis au Caire, à Conakry, à Accra, à Genève et d’autres à Pékin. Ils furent par la suite assassinés les uns après les autres. Après une longue période de clandestinité, l’UPC a refait surface sous plusieurs tendances en 1991 avec le retour au multipartisme (Eyinga 1991 ; Ekum’a Mbella 2012 ; Mbembe 1984 ; Deltombe, Domergue, Tatsitsa 2011).

4 Sur le choix idéologique de l’UPC, des études ont montré qu’il n’était pas un parti communiste, contrairement à ce qui se disait à l’époque, mais un mouvement nationaliste sans base de classe précise, plus proche de la social-démocratie, dont la radicalisation procéda, d’une part, du statut international du territoire (territoire sous-tutelle de l’ONU) et, d’autre part, de la répression et du refus de la France de reconnaître cette spécificité juridique et politique (Richard 1986).

5 Entretiens avec Yoyo Emmanuel (ex-député SDF dans le département de Ngoketunjia), Evaristus Njong (président régional du SDF dans la région Nord-Ouest), Joseph Atekwana (trésorier adjoint du SDF), Gladys Ntala Cheka, Mangoh Jonnes Tankoh, Tabali Bernard, Dr Tandap, Joseph Banadzen (militants), Bamenda, meeting de renouvellement des organes de base du parti, 8 février 2016.

6 Entretien Jean Robert Wafo, ministre du « shadow cabinet » du SDF en charge de l’information et des médias, Douala, 25 septembre 2015.

7 Le parti est en effet né de la Commission d’études 89, un groupe créé en novembre 1989 à l’initiative de John Fru Ndi, dont l’objectif était de sensibiliser l’opinion publique nationale et internationale sur la marginalisation de la minorité anglophone du Cameroun. C’est lors d’une réunion à la résidence de John Fru Ndi à Bamenda, le 17 février 1990, que les membres du groupe d’étude ont décidé de transformer cette commission en parti politique ; ils sont devenus les pères fondateurs du SDF (entretien avec Aloysius Teboh, founding father du SDF, Bamenda, 8 février 2016).

8 Le problème anglophone désigne un ensemble de revendications exprimées par les populations anglophones du Cameroun. En effet, lorsque la France et la Grande-Bretagne chassent l’Allemagne du Cameroun en 1916 dans le contexte de la première guerre mondiale, le territoire est divisé et placé à la fin de la guerre sous mandat de la Société des Nations. Les deux territoires obtiennent séparément leur indépendance (le 1er janvier 1960 pour le Cameroun français et le 1er octobre 1961 pour le Cameroun anglais [1/5 du territoire]). Une partie de ce territoire ayant choisi la réunification en 1961, le pays reconstitué adopte le fédéralisme et le bilinguisme. Mais en mai 1972, un référendum conduit à l’unification et la zone anglophone est réduite à deux des dix régions administratives du pays, en l’occurrence le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Depuis lors, la répression des revendications des anglophones aggrave continuellement les tensions dans ces deux régions (Konings, Nyamnjoh 1997 ; Nkoum-Me-Ntseny 1999).

9 Le Pidgin English est un argotisme très répandu au Cameroun. Il repose sur la déformation des mots anglais (Pandji 2011).

10 Ces slogans demeurent présents dans l’expression des militants et leaders du SDF auprès de qui nous avons enquêté.

11 Ces postures ont été réaffirmées dans les différentes conférences de presse de John Fru Ndi. Voir les archives du SDF au siège du parti à Ntarikon à Bamenda.

12 Statuts SDF-French version, archives du SDF au siège du parti à Ntarikon à Bamenda.

13 SDF, Proposals on Devolution of Power, 1991, archives du SDF au siège du parti à Ntarikon à Bamenda.

14 Léopold Sédar Senghor au Sénégal, Ahmed Sékou Touré en Guinée, Julius Nyerere en Tanzanie, Kenneth Kaunda en Zambie, Kwame Nkrumah au Ghana, et Amílcar Cabral en Guinée-Bissau.

15 Les idées politiques de John Fru Ndi ont été publiées en 1997 et adoptées en 1999 par la convention du parti sous le titre National Economic Salvation Programme (NESPROG) [Krieger 2008 : 56-59].

16 Ceux-ci avaient été confortés par le gouvernement camerounais qui avait précisé le 14 mars 1990 que la tentative de création d’un parti politique d’opposition n’était pas un délit et ne pouvait pas être reprochée aux activistes interpelés.

17 Speech delivered by Ni John Fru Ndi, National Chairman on the launching of the Social Democratic Front, SDF, on May 26th 1990 at Ntarinkon Motor Park, Bamenda, Memory Lane, archives du SDF au siège du parti à Ntarikon à Bamenda (nous traduisons).

18 Entretien avec Jean Michel Tekam, ancien militant du SDF, Douala, 28 mars 2016.

19 Ces émeutes faisaient suite à une grève générale et à une campagne de désobéissance civile appelées « villes mortes – pays mort ». Elles paralysèrent le Cameroun de longs mois durant au cours des années 1991-1992 (Sindjoun 2003 : 18-22).

20 Ces résolutions sont revendiquées par les militants et leaders du SDF comme le fruit de leur lutte pour la démocratisation du pays. Entretien avec Aloysius Teboh (Sindjoun 2003 : 18-22).

21 Entretien avec Tazoacha Asonganyi, ancien secrétaire général du parti, Buea, 11 novembre 2015. Ce dernier a d’ailleurs publié un ouvrage dans lequel il dénonce la collusion officieuse du SDF avec le RDPC (Tazoacha Asonganyi 2015).

22 Entretien avec Kah Walla, ex-présidente de la commission chargée des stratégies du SDF, présidente actuelle du Cameroon People’s Party (CPP), Douala, 13 décembre 2015.

23 Entretien avec Abel Elimby Lobé, conseiller municipal SDF, démissionnaire du parti le 6 novembre 2016, Douala, le 30 mai 2017.

24 « As kick out Biya campaign intensifies: SDF creates Diaspora Youth League to radicalize Cameroonians », The guardian Post, no 0882, 3 mars 2016 : 3-11.

25 Entretien avec plusieurs militants du SDF, Bafoussam, septembre 2015 ; Buea, avril 2016.

26 Entretien avec Abel Elimby Lobé (Nkoum-Me-Ntseny 1999).

27 « Rapports du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation sur les élections au Cameroun », Cameroon Tribune, hors-série : La nouvelle carte politique, novembre 2013.

28 L’on peut citer, entre autres : Pierre Kwemo et Saidou Maidadi Yaya, tous deux ayant occupé le poste de premier vice-président du parti ; Jean Pierre Tchoua, ancien député ; Léolin NjaKwa, ancien maire de Douala et président régional du SDF pour le Littoral, Moukouri Manga Bell, ancien député et membre de la cellule des conseillers, Tazoacha Asonganyi et Elizabeth Tamajong, anciens secrétaires généraux du parti ; Samuel Tchenko et Yves Epacka, tous deux membres du shadow cabinet, instance de décision du parti. Il faut aussi souligner que l’Alliance des forces progressistes (AFP), autre parti de l’opposition, est née en août 2002 d’une scission au sein du SDF.

29 Entretien avec Tazoacha Asonganyi (Tazoacha Asonganyi 2015).

30 « Que se passe-t-il au SDF ? », Jeune Afrique Économie, no 200, du 17 juillet 1995 ; « SDF : le début de la fin du leadership », La Nouvelle Expression, no 921, du 30 mai 1994 ; « Le SDF est-il fini ? », Mutations, no 203, du 29 mai 2000.

31 À titre d’exemple, lors du XXIVe congrès de l’Internationale socialiste qui s’est tenu du 31 août au 1er septembre 2012 à Cape Town en Afrique du Sud, en l’absence d’un consensus interne, la direction du SDF a présenté deux candidatures au poste de vice-président de l’organisation. Finalement, c’est Chantal Kambiwa qui a été élue au détriment de Joshua Osih. Entretien avec Abel Elimby Lobé, SDF (Yamga-Tientcheu 1999).

32 Entretien avec Bernard Muna, Yaoundé, 12 octobre 2015. Cet ancien leader du parti fut exclu en 2006 à la suite de la crise qui avait secoué le parti, donnant lieu à deux congrès : l’aile « dissidente » avait tenu son congrès à Yaoundé et élu Bernard Muna président du parti ; l’aile « légitimiste » avait tenu son congrès à Bamenda et avait élu Fru Ndi à la tête du parti.

33 Entretien avec Célestin Djamen, conseiller municipal SDF, Douala, 12 février 2016.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search