Version classiqueVersion mobile

Socialismes en Afrique

 | 
Françoise Blum
, 
Héloïse Kiriakou
, 
Martin Mourre
, 
et al.

Première partie : doctrines et corpus. 1 : à l'épreuve du pouvoir

Les mots du socialisme pour changer Madagascar : les impasses du ministre Resampa

Françoise Raison-Jourde

Texte intégral

  • 1 Archives privées.

1En 1956, la vie politique de Madagascar, entrée en hibernation à la suite du soulèvement de 1947, connut un soudain réveil. Dans le contexte de préparation de la loi-cadre par Gaston Defferre une note avait alerté dès octobre 1954 : le règlement de la question indochinoise, l’évolution du statut du Maroc et de la Tunisie entraînaient une évolution de Madagascar. Les élections de 1957 seraient capitales, avec collège unique d’électeurs et conseil de gouvernement composé de ministres élus par l’Assemblée territoriale. Pour le conseiller Gintrand, auteur de cette note confidentielle1 décisive, il fallait empêcher le retour de Ravoahangy et Raseta ou Rabemananjara, les anciens députés inculpés en 1947. Il fallait « éliminer les parlementaires actuels, usés, avec octroi de compensations, enfin chercher de nouveaux élus. […] Des élus d’un patriotisme incontestable, suffisamment réalistes […] pour comprendre la nécessité d’une association politique et économique avec la France ».

  • 2 Il y a là un paradoxe étant donné l’importance de la présence dès le xixe siècle de missions anglai (...)
  • 3 Resampa est noble, issu d’une branche de la dynastie Zafimanely. Il est proche du ministre de l’Édu (...)

2Cette analyse contribua à rendre plus visibles dans le paysage politique Philibert Tsiranana, André Resampa et d’autres figures montantes, qui fondèrent le Parti social-démocrate (PSD) en décembre 1956. Ils s’étaient trouvés là au bon moment et occuperaient les premières places jusqu’en 1971-1972. Le premier, instituteur, était passé entre 1930 et 1934 par la section normale de l’École Le Myre-de-Vilers, tandis que Resampa passa plus tard par la section administrative. Tout en enseignant une douzaine d’années, Tsiranana suivit la formation du Groupe d’études communiste dans la capitale sous la houlette de Lombardo et Boiteau, férus d’analyses marxistes de la domination impérialiste. Parti en stage à Montpellier, il se fit connaître de l’administrateur Soucadaux, futur haut-commissaire, fut introduit dans les milieux de la SFIO et revint avec l’idée de créer un jour un parti socialiste spécifiquement malgache. Or dans le partage entre colonies à « protecteurs » francs-maçons et socialistes et colonies sous influence des missions2, Madagascar échut aux premiers. Issu d’une ethnie de la moitié nord de l’Île en progression démographique et ascension économique, n’ayant pas de dynastie royale et donc peu de querelles autour d’un pouvoir régional, manœuvrier habile au compromis, Tsiranana fonda le PSD à Majunga dans le nord-ouest de l’Île, en compagnie de Resampa, greffier au tribunal de sa ville d’origine, Morondava sur la côte sud-ouest, et de quelques compagnons3. Il devint président de la République en 1958.

  • 4 Mouvement démocratique de la rénovation malgache. Fondé en février 1946 à Paris, en évitant le term (...)

3Chef d’État tourné vers l’Afrique francophone, Tsiranana observe l’évolution de la Guinée de Sékou Touré, celle du Sénégal de Senghor. L’ancien instituteur doit se situer face à de véritables intellectuels ou à des idéologues radicaux. Il en est de même sur le plan intérieur, face au Parti du congrès de l’indépendance de Madagascar (AKFM) marxiste-léniniste. Face à cet héritier proclamé du mythique parti MDRM4, il ne cessera d’affirmer le caractère socialiste du régime. Qu’entend-il par ce mot ? Quelles sont les occasions de proclamation de ses convictions ? Quelles réalisations dans l’évolution de l’île ? Le terme ne sert-il pas surtout à masquer la continuité de la dépendance vis-à-vis de la France ? Dans quelle mesure le puissant ministre Resampa construit-t-il une alternative au discours présidentiel ? Et passe-t-il des prises de position à leur mise en œuvre ?

4Avant d’aborder ces points, il importe de mettre en lumière deux ou trois choses concernant le « personnage Tsiranana », dans la mesure où la figure publique qu’il se construit entend incarner ses idées. Démocrate, il entend l’être et tient à l’affirmer d’une manière qui n’est pas dénuée de courage. Il n’a ni la séniorité ni l’aura de l’aristocrate Ravoahangy, traité comme un prince du temps du MDRM. Tsiranana use avec les foules d’un Salama signifiant qu’il n’est lié à aucune des formes socialement hiérarchisées de salutation qui sont utilisées dans diverses régions. Sa silhouette rappelle celle des paysans aisés qui arpentent l’avenue de l’Indépendance les jours de fête nationale. Ses costumes, classiques, sont banals. Mais ses chapeaux très souvent faits de paille, malgachisent sa silhouette et varient en fonction des régions de l’Île où il circule beaucoup, et dont il adopte chaque fois le style spécifique de coiffe (Rajaonah in Carlier, Nollez-Goldbach 2008 : 221-244). Paysan aisé, ce que tout rural, autrement dit 86 % du pays, rêve de devenir, Tsiranana rappelle dans ses discours que les Tsimihety, ethnie « démocrate », ont échappé à bien des formes de servitude endurées par d’autres groupes. Discours démocrate, donc, d’un homme qui tombe la cravate dès qu’il est de retour à Anahidrano, sa petite patrie, et danse le salegy, mais est-ce pour autant un discours socialiste ? Le terme est employé à tout bout de champ. Il l’est surtout lors des congrès annuels du parti PSD, qui a adhéré en 1961 à l’Internationale socialiste, et lors des deux ou trois journées dites socialistes qui suivent le congrès. L’invité obligé qui prend alors la parole est Bidet, que Tsiranana a connu à Paris. Ce secrétaire général adjoint apporte l’onction d’une SFIO vieillie et en passe d’être abandonnée par les jeunes Français. En échange de quoi Tsiranana donne une interview au journal Le Populaire à chacun de ses passages à Paris.

  • 5 De celui-ci il dit dans son discours du VIIIe congrès du PSD : « il démolit la maison sans savoir c (...)
  • 6 L’AKFM dispose d’un fort contingent d’étudiants en formation à l’extérieur, à Paris, Montpellier, m (...)

5Les journalistes étrangers venus aux congrès du PSD aussi bien que l’ambassade de France font le même diagnostic : impossible de comparer ce chef d’État à Senghor, Sékou Touré5 ou Nyerere, qui a traduit Jules César en swahili et qu’on appelle Mwalimu, professeur. Il n’a jamais écrit d’œuvre cohérente, n’a pas de philosophie, pas de talent prophétique. Il n’a d’ailleurs pas de souci des grandes théories, rejette catégoriquement Marx, Mao, Lénine et même Khrouchtchev, bien que ce dernier ait un profil assez semblable par son « look » paysan et ses saillies imprévisibles. Autant que Mao, c’est la Chine surpeuplée qui fait peur au président. L’Île qui abrite des migrants chinois sur sa côte est présente un tel déficit de population ! Quant aux Soviétiques et à leurs satellites, ce sont des soutiens de longue date de l’AKFM, parti d’opposition qui comporte de vrais intellectuels6. Son leader, le pasteur Andriamanjato, auteur de deux thèses, est bardé des certitudes du « socialisme scientifique ».

Le développement, version malgache du socialisme selon Tsiranana

  • 7 Philibert Tsiranana, discours annuel au Parlement, 25 novembre 1969, in Saura (2006 : 71).
  • 8 Affirmation citée et contrée par Tegyey, voir note 10.
  • 9 Ce vide tient aussi à la stupéfaction des militants héritiers du MDRM et des luttes de 1947, qui n’ (...)
  • 10 G. Tegyey, « Le socialisme à Madagascar. La recherche d’une idéologie du développement », texte de (...)
  • 11 Mot prononcé à satiété, y compris par les speakers de la radio : « développement ». On n’est pas en (...)
  • 12 Gaspard Dünkelsbühler (2012 : 48) évalue à 700 le nombre des conseillers français dans les ministèr (...)
  • 13 Le terme malagasy, introduit dans le langage public sous la République, cherche à contrebalancer l’ (...)
  • 14 La Compagnie d’études industrielles et d’aménagement du territoire (CINAM) est au travail pour nomb (...)
  • 15 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), 673 PO/1, carton 122, Socialisme malgache. Réda (...)
  • 16 Sur ces journées, voir Spacensky (1970 : 377).

6« Notre socialisme n’est pas un socialisme qui “vole”. […] Le PSD ne nationalisera jamais ce que vous avez fait. Nous sommes des socialistes mais notre socialisme est libéral », dit le président7 ; les analystes américains Thompson et Adloff (1965) affirment qu’il n’a choisi cette option que sur « l’insistance de Resampa, ministre de l’Intérieur, et des conseillers français8 », ce qui parait excessif étant donné ses liens anciens avec la SFIO et leur caractère très personnalisé. G. Tegyey, auteur d’un texte intitulé « Le socialisme à Madagascar. La recherche d’une idéologie du développement », analyse plus finement : le socialisme est nécessaire pour remplir le vide9 laissé par l’effacement du nationalisme après l’avènement de l’indépendance, mais « il ne dépasse que rarement un ensemble de lieux communs10 ». De fait le mot décisif pour lui est celui de développement, et l’année 1962 celle des Journées du développement où l’utopie humaniste du père Lebret sert de caution à une attente des plus optimistes. Viennent à ces journées, outre Tibor Mende, Alfred Sauvy et André Philip. Faute d’un développement « spontané », on se doit de réfléchir aux objectifs et méthodes d’un développement « futur ». Vu comme le progrès par la modernisation, ce développement11 doit être équitable. Sur ce mot-clé, le président retrouve la coopération française qui va connaître dans l’Île ses plus beaux jours12. Tegyey conclut : « Le gouvernement malagasy a réussi à créer une idéologie du développement, à savoir le socialisme malagasy qu’il a élevé à la doctrine d’État13 ». Évident, l’héritage14 de Lebret n’est cependant pas revendiqué comme tel. Il importe en effet que ce socialisme soit malgache. « Sa doctrine doit être élaborée en fonction de nous-mêmes, de nos moyens, de nos objectifs15 », proclame le président au congrès de 1963, où il fait l’éloge du bon sens. Le ministre Rabemananjara l’a annoncé de son côté aux journées d’Antsirabe, le 21 octobre 196116 : « Pour l’édifier, ce socialisme malagasy, nous le ferons sur la sagesse malgache qui dit : Ny fanahy no olona [L’âme c’est l’homme] ». Ce socialisme est spiritualiste et non athée. Mais à quelle identité malgache veut-on retourner, qui serait susceptible d’engager l’Île sur la voie de la modernité ? Resampa tente, lors des journées socialistes qui suivent le VIIIe congrès du PSD, le discours identitaire du retour au Fokonolona, cette cellule de base où les habitants, liés par la parenté et le voisinage, sont solidaires devant les grandes épreuves (deuils, inondations, entretien des digues). Il développe l’historique de la fondation du PSD qui, selon lui, puise ses racines dans la vieille institution malgache du Fokonolona. Cela est dit sans conviction. Resampa ne l’évoquera plus.

  • 17 Le journal Lumière attribue ce texte aux communistes Rémi Rakotobe, Raymond Lombardo et Zèle Rasoan (...)
  • 18 Ibid. Le président demande en personne cette révision dans Le Populaire (18 septembre 1963) et une (...)

7Par contre il autorise une expression « extrémiste » comme on dit alors, au sein même du PSD. En 1962, à l’occasion des Journées du développement, et du lancement du premier plan, seul reste de l’héritage de Lebret, le président semble avoir donné carte blanche à tous les courants pour s’exprimer. Cette opération – tora-po en malgache – sert d’exutoire aux beaux parleurs qu’on espère ne plus entendre ensuite. Il en reste un papier sidérant que l’ambassade de France découvrira, à l’occasion du congrès suivant du PSD. Il s’intitule Tari-Dalana ho an’ny PSD (Guide pour le PSD), est diffusé par le comité de rédaction du parti sous forme ronéotypée, en 100 exemplaires, réservés à des militants sûrs, s’engageant avant de le recevoir, à ne pas le faire circuler. On y trouve un éloge du système coopératif et des syndicats de communes. Page 22, on y lit : « Le gouvernement doit prendre en main les moyens et sources de production et les faire fructifier selon la méthode du dirigisme pour sauver la Nation ; il sera alors un gouvernement socialiste »17. L’impression et la diffusion de ce livret n’ayant pu se faire sans son assentiment, cela signifierait que Resampa prend en compte les analyses radicales menées dans l’ombre par des militants connus comme communisants, mot qui fait peur dans le contexte de la guerre froide, bref de supposés opposants. On pourrait donc, à Madagascar, être hors PSD et penser dedans ? C’est Resampa encore qui « attribue à la colonisation les mêmes effets et les mêmes conséquences qu’au capitalisme18 ». C’est donc lui et non le président qu’il faut accompagner sur ce qui pourrait être la piste socialiste.

L’action du ministre Resampa, incarnation d’une aile gauche au sein du PSD ?

  • 19 Même si, lors des journées sociales, le rappel par le PSD des « mouvements de 1926 » (en fait 1929) (...)
  • 20 Ajoutant : « il n’est pas très content de n’avoir comme interlocuteur que la SFIO dont il sent qu’e (...)

8L’ambassadeur Plantey rappelle que Resampa adhéra au MDRM en 1946 et n’en sortit que sur les représentations véhémentes d’un oncle. Les demandes introduites en 1962 par les anciens du MDRM, de tendance communiste, et reformulées au titre du PSD en 1965 puis chaque année lors de son congrès sont la malgachisation des noms des rues de la capitale, la célébration de l’anniversaire de 194719, la critique du racisme sud-africain et portugais, à l’encontre de l’ouverture à ces régimes souhaitée par Rabemananjara. Ce sont, mesures autrement exigeantes, la révision des accords de coopération, la nationalisation des plus importantes branches d’activité industrielles et commerciales. On notera qu’à l’exception de la célébration de 1947, initiée en 1967, date d’inauguration du monument commémoratif de Moramanga, les autres points resteront lettre morte jusqu’en 1972, où ils seront mis en chantier au bénéfice symbolique des nouveaux dirigeants. Resampa les avait assumés. Est-ce parce qu’il préférait faire dire par d’autres ce qu’il pensait profondément ? Ou pour éviter d’avoir en dehors du parti les « idéologues » ? Cela ne paraît en tout cas pas choquer Foccart, secrétaire à la présidence de la République pour les affaires africaines et malgaches. Ce dernier estime assez Resampa pour penser qu’il est un candidat légitime à la succession de Tsiranana, le seul à pouvoir assumer ce rôle. Resampa ne lui cache pas son orientation. « Il se considère comme un homme de gauche », écrit Plantey20. Resampa incarnerait donc une aile gauche du PSD, rivale d’une aile droite dont le leader est Rabemananjara, ministre de l’Agriculture. On sait qu’une alliance de personnalités du nord de l’Île et du ministre Rabemananjara réussira à convaincre un président très affaibli, en 1970, par des accidents cérébraux, que Resampa complote pour sa succession avec la complicité de l’ambassade américaine (!). Ils obtiendront en 1971 son arrestation à l’issue d’un Conseil des ministres et son internement à l’île Sainte-Marie. Au lieu de diviser ses adversaires, il les a coalisés contre lui. Il a manqué d’alliés habiles. Ceux-ci amplifient ses défauts au lieu de les atténuer. Ce n’est pas, à la différence des Merina, l’homme des compromis. Dans la dizaine d’années séparant l’indépendance de l’année 1971, au sein d’une équipe ministérielle divisée par des rivalités régionales, Resampa a-t-il eu les moyens d’une politique socialiste, et qu’entendre par là ?

Un ministre et deux casquettes

9Très souvent considérés comme un gouvernement de côtiers unis par leur origine dans une même soumission à la France, les ministres parlent peu de leurs motivations profondes. Pourtant, le 27 mai 1967, dans une interview radiodiffusée, Resampa revient sur le « combat » livré en mai 1957, au premier conseil de gouvernement élu par l’Assemblée représentative dont le président était encore le haut-commissaire français. On élit dix ministres dont deux par province. L’administration souhaite voir Tsiranana à la tête de l’Assemblée, lui veut un poste de ministre. Il se présente et pousse Resampa à faire de même. Il s’ensuit une mise en cause de la loi-cadre qui

  • 21 Interview de Resampa du 27 mai 1967, transcrite dans le Courrier de Madagascar, CADN, 673/PO/1, car (...)

voulait surtout que Madagascar fût divisée en 6 états, parce que les conseils des provinces étaient de véritables petits gouvernements locaux. On allait vers une fédération, […] c’était le but d’ailleurs, puisque tous les pouvoirs étaient attribués à ces petits gouvernements locaux. Nous avons combattu le système. Progressivement, nous sommes arrivés à un gouvernement centralisé21.

  • 22 Attributs majeurs : la levée de l’impôt, le plus vexatoire étant la capitation, impôt colonial qui (...)

10Resampa est donc l’homme de l’autorité centralisée, un « jacobin » fier de garder Tananarive comme capitale. Il occupe dans le dispositif du pouvoir une position clé. D’origine bara (sud-ouest de l’Île, région d’élevage réputée sauvage), plus jeune de douze ans que le président, Resampa est une personnalité secrète qui dégage une impression de force. Sa capacité de travail est à la mesure des nombreux secteurs d’État qu’il contrôle. Ministre de l’Intérieur, il doit construire sur l’Île un dispositif administratif qui l’unifie, même s’il ne revient pas sur le découpage en provinces. Secrétaire général du PSD, il entend penser une ligne socialiste et convaincre la population d’y adhérer. Ministre héritier des dynamiques contradictoires lancées par le président, il va tenter de maîtriser des secteurs vitaux de la production et des circuits agricoles, au point d’entrer en rivalité avec le ministère de l’Agriculture. Si le service civique, si l’Animation rurale rattachée au président, avec ses 80 centres et ses 30 000 animateurs, lui échappent, il met sur pied les fermes d’État, les coopératives, les syndicats des communes. Pour chacune de ces options, celles du président, celles initiées dans sa propre logique, il n’y a pas eu d’arbitrages. Elles sont de plus contradictoires avec les autres tâches qu’assume Resampa. L’Intérieur est le domaine à peine transformé de l’État colonial contrôlant la population. Or on sait à quel point cet héritier de l’Ancien Régime français est autoritaire, en particulier à l’égard des ruraux22. Le despotisme bureaucratique convient-il à des paysans dont on souhaite éveiller le dynamisme ? C’est par les tâches de ministre de l’Intérieur que nous commencerons pour voir ensuite son investissement dans le monde rural.

Malgachisation de l’administration et nouveau découpage à la base du territoire

11La construction administrative du pays doit beaucoup à Resampa, car il fallut trouver des hommes. Ce fut l’occasion de placer beaucoup de côtiers dans les rouages et d’affaiblir le poids de la diaspora merina. On intégra entre 1957 et 1960 des notables qui avaient leur propre base locale, puis l’approche de l’indépendance permit une malgachisation rapide et un développement de l’administration territoriale qui monta de 32 476 fonctionnaires en 1958 à 50 344 en 1960. Après deux ans de formation, non plus à Paris mais à l’École nationale d’administration de Madagascar (ENAM) qui ouvrit en 1960, les sous-préfets et préfets mis en place, aux ordres de Resampa, durent compenser l’extrême diversité du pays et des situations administratives. Ils débutaient. On vit en 1971, dans un Sud ravagé par la famine, combien ils restaient campés dans leurs bureaux, sur une formation uniforme, loin du pays réel.

12En raison des charges qu’il doit coordonner, le ministre de l’Intérieur trouve judicieux de jouer à la fois sur le terrain politique et sur le terrain agricole en créant un échelon nouveau : celui de la commune. Cette unité, qui semble importée de France, ne ressemble en rien à la très petite unité de base qu’est sa cousine. Elle fait couramment la taille d’un ou deux cantons, rassemblant une quinzaine de fokonolona, et peut aller jusqu’à 4 000 km2 (environ quatre cantons français) dans le Sud où la population est très clairsemée. C’est à ce niveau, ainsi que dans les villes où de plus on lit la presse, que le PSD est actif. On y trouve à la fois les bureaux du Fanjakana, mot lourd prononcé sur fond d’appréhension qui signifie bien plus que le terme neutre d’administration, et le siège du PSD. Celui-ci, aidé par un Fanjakana habile au découpage des circonscriptions, « fait » les élections. Même si ces découpages ne tiennent aucun compte de l’histoire locale, celles-ci se révèlent, après quelques déconvenues, « parfaites » dès 1965. À ce moment où les communes couvrent tout le pays, les élections présidentielles donnent 99,97 % des suffrages exprimés à Tsiranana.

13Devenues essentielles au niveau administratif, les communes occultent quasiment les communautés de petite taille occupant les terroirs villageois où se vivaient les rapports réels entre humains. Jugés trop petits pour avoir un budget et une personnalité juridique, porteurs d’une longue histoire remontant au xviie-xviiie siècle, les fokonolona intéressaient vivement les chercheurs de sciences humaines, fascinés par les solidarités qui s’y manifestaient mais trop vite tentés d’y voir une égalité entre partenaires. Sorte de Cendrillon au sein de la commune, le fokonolona reste une instance délibérative sans poids, irritant les jeunes et les descendants d’esclaves qui n’y ont ni place reconnue ni droit à la parole. Le propos relevé plus haut de Resampa lors du VIIIe congrès du PSD, rattachant la fondation du PSD à « la vieille institution malgache des Fokonolona », est donc de pure forme. Lui-même est issu de l’Ouest, où ce sont les réseaux d’alliances conclus sur de grandes distances qui bâtissent le politique. Sa surprise sera totale devant le projet de son successeur Ratsimandrava de refaire le réseau administratif en partant du bas, du fokonolona rénové.

14À un échelon intermédiaire entre commune et fokonolona, les chefs de canton perçoivent la capitation, maintenue en dépit de son lien avec l’indigénat de triste mémoire. Planifiée carte de l’Île en main, une habile levée de l’impôt, faisant coïncider celle-ci avec la récolte du riz, oblige les ruraux à mettre une large partie de leur récolte à bas prix sur le marché. Cela assure la subsistance des citadins aux dépens des intérêts des ruraux. En effet les citadins, surtout ceux de la capitale, constituent les noyaux d’une opposition qu’on se flatte de ne pas museler.

15On perçoit dans le travail administratif et politique du ministre la permanence d’une culture unanimiste très vivace au temps du MDRM, dont l’obsession était déjà de « verrouiller l’espace politique au profit d’un seul groupement ». Cette culture, qui n’a rien à voir avec le socialisme, consiste à « faire coïncider l’idéal sociétal malgache (une communauté solidaire) avec la nature du groupement politique ». Le MDRM avait déjà été le seul pouvant « revendiquer toutes les aspirations de la population » (Lahiniriko 2012 : 338). Mais son succès fulgurant ne fut possible qu’en raison de l’engagement individuel bien réel de centaines de gens « notables » ou « évolués » que nous qualifierions, nous, d’intermédiaires culturels : pasteurs, instituteurs, infirmiers et sages-femmes, docteurs et collecteurs, ou commerçants. Ces gens se muèrent en agents recruteurs, pénétrèrent de l’intérieur la société et la famille. On leur fit confiance faute d’avoir soi-même une conscience politique claire.

Se faire une place dans l’État plutôt que dans la société

16Le PSD pouvait-il remplir ce rôle ? On devrait plutôt parler, dans son cas, d’une gestion administrée du politique. « Les effectifs énormes dont se targue le parti ne signifient rien. Des clients, des adhérents contraints ne font pas des militants, […] la prise de carte est l’acte essentiel […] une sorte d’assurance tous risques » (Lefevre 1969 : 67-84). La question de savoir quel contenu l’homme de la rue donne à la notion de peuple est posée sous le pseudonyme « Ilahivahiny » dans le journal des jésuites, Lumière, le 27 octobre 1974. Réponse : « Ce sont tous ceux qui ne font pas partie du Fanjakana ». Mais qui en fait partie ? Les fonctionnaires, les partis, les compagnies de commerce, les assurances, les banques, tous les commerçants un peu riches. Finalement, « tous ceux qui sont socialement un peu élevés et qui parlent français peu ou prou… qui ont des relations avec l’administration sans en avoir peur. Du même coup, tous les élus sont passés de l’autre côté de la barrière du fait de leur élection ». On réalise ici combien le clivage entre le pouvoir, confondu avec l’administration, et la population est profond, et les élus éloignés du peuple. Qui englobe ce mot de peuple ? Les domestiques, petits paysans, métayers, petits commerçants, ces gens que l’extrême gauche réunira sous le vocable de madinika (les petits), nouveau en politique, après 1970. Les gens qui avaient implanté le grand parti MDRM, placés dans le système colonial tout en luttant contre lui, sont maintenant perçus comme du côté du pouvoir.

17C’est donc à l’absence d’une conscience politique active que doivent parer les leaders du PSD. On intègre le parti qui détient le pouvoir en espérant jouir de quelques retombées. Le PSD n’est pas entièrement responsable de cet état de fait qui remonte aux années 1950. C’est dans les villes et spécialement dans la capitale que se concentre ce qu’il est convenu d’appeler en Occident la vie politique. Le MDRM avait réussi ce tour de force d’attirer les ruraux dans des sections réparties sur toute l’Île, et de convaincre ceux qui étaient en droit de voter de le faire. Mais après le traumatisme de 1947, quand la vie politique se ranima, dans les années 1950, il fallut des pressions non dissimulées des chefs de district pour amener la population rurale aux urnes et la faire voter dans un contexte rappelant les candidatures officielles de notre Second Empire. L’acte de foi qui fonde la souveraineté populaire paraît mort. Le constat de Jean Comte à ce sujet est net :

Il n’était que de voir devant le bureau de vote, les files d’hommes et de femmes venus de la brousse, rangés sous la férule de leurs chefs de quartier ou de leurs chefs de canton, se précipiter comme des moutons ou se laisser guider comme des marionnettes vers les isoloirs et les urnes et se plier sans comprendre au cérémonial de l’élection. (Comte 1963 : 141)

  • 23 On disait alors que la puissance d’un député comme Ravoahangy était telle qu’il pouvait faire « sau (...)

18Resampa entend désormais pousser ces populations rurales vers un vote en faveur du PSD. Or si la croyance dans l’efficience du suffrage universel fut absolue (Lahiniriko 2012 : 232)23, dans les années 1945-1946, avec comme but l’obtention de l’indépendance, elle ne l’est plus désormais, et ceci même pour faire advenir un banal changement dans la politique au jour le jour. Juste sait-on que si l’on vote « mal », pour l’opposition, la commune et son maire subiront nombre de brimades financières et administratives.

  • 24 Selon le récit de Bidet dans Le Populaire, 26 septembre 1963.
  • 25 Ibid., élément de phrase souligné par nous.

19Le PSD ne constitue pas cette communauté quasi spirituelle fréquente dans les partis socialistes où les membres nouveaux s’intègrent et mènent un combat pour un avenir qu’on leur promet meilleur. Les dirigeants sont en peine d’exercer une médiation politique auprès des masses déferlant sur la capitale lors de la fête de l’indépendance ou du congrès du parti (souvent une vingtaine de milliers24), d’écouter les plaintes et revendications. Bidet en donne une image mystifiante : « Le PSD étend son influence. Elle agit sur le gouvernement qui demeure ainsi en prise directe avec le peuple. Le parti forme presque comme une seconde administration qui sait ne pas gêner l’administration officielle mais au contraire lui prêter un concours précieux25 ». Les allocutions sont creuses, débordent d’autosatisfaction. Ce socialisme de façade rend l’exhibition d’un plan nécessaire.

Un essai de dirigisme économique en trompe-l’œil : les plans

  • 26 Échange personnel, juin 1967.

20Le premier plan quinquennal, élaboré en 1964, résumé dans un abrégé de 3 pages censé être présenté devant les assemblées, ne le sera jamais. Il est qualifié d’outil mystificateur par un expert de la Banque mondiale de passage dans l’Île26. Il prévoit une croissance de 4,5 % par an du niveau de vie. Sept ans plus tard, celui-ci est demeuré stationnaire. Il a baissé pour les plus pauvres. Conception et réalisation ont été confiées à des technocrates étrangers, qui utilisent des instruments statistiques comme ils l’auraient fait pour un plan français, alors que même l’état de la population n’est connu qu’à 10 % près. Les investissements dans l’agriculture souffrent d’une incapacité de décaissement des crédits d’environ 40 %. Un expert travaillant au Plan, Gaspard Dünkelsbühler, décrit l’enlisement des procédures de décision, la paralysie de son organisme qui tente en vain des propositions : « Le Comité central du PSD avait donné des instructions à présent pour que l’on ne change rien » (Dünkelsbühler 2012 : 111). La raison profonde est peut-être que la phase de régionalisation du plan devait alors être engagée, avec le risque d’une lutte acharnée entre ministres défendant leur province comme un fief. Encore une absence d’arbitrage ! Au début de 1970, le Conseil des ministres demande à chaque ministère ses projets pour un deuxième plan. Il en reçoit… 700 et en retient 150, parce que rentables à court terme ou susceptibles d’attirer une aide étrangère. En septembre 1970, on remet au président le document du deuxième plan. Pour échapper au scandale, il convoque en 1971 une Journée nationale du Plan avec 3 000 participants pour une parodie de dialogue. Les questions posées sont : socialisme et développement, malgachisation de l’économie, indépendance économique. Un autre tora-po !

Resampa mobilise les instruments d’intervention socialistes dans le sud-ouest de l’Île

  • 27 Celles-ci bénéficient d’une législation foncière spéciale qui accorde une priorité aux initiatives (...)

21Les deux plans comportent des éléments concernant des structures agraires qui dépendent de Resampa. Ce sont, aux côtés des aires d’aménagement (aires de mises en valeur rurales [AMVR])27 dépendant du ministère de l’Agriculture, les syndicats des communes, fermes d’État et les coopératives. C’est dans son « fief » de Morondava qu’elles ont été suivies au plus près par Suzanne Chazan (1991), puis Emmanuel Fauroux (1975), de l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM).

L’échec du syndicat des communes

22Qu’en est-il des organismes que crée Resampa ? Les syndicats des communes, travaillant avec des paysans du cru, cherchent à faire entrer la petite production malgache indépendante de riz, maïs, arachide, ou l’élevage de bœufs, dans l’économie monétaire. C’est ce que la colonisation n’avait pas réussi à opérer, si bien que jusque-là fonctionnait entre nord et sud de la préfecture l’échange bœufs contre riz. Les bœufs sont particulièrement nécessaires pour des sacrifices lors des cérémonies locales. Or il s’agit de constituer bœufs et riz en activités séparées. L’État construira une rizerie à Morondava. Les coopératives de Resampa fourniront les produits de consommation courante dont les arachides et le riz. Elles collecteront le paddy et les pois du Cap, prenant le relais des collecteurs karana (indiens) installés de longue date. Or, ceux-ci ont réussi à s’implanter durablement en faisant des avances aux paysans leur permettant l’ensemencement et, surtout, en prêtant de l’argent quand survient un enterrement ou toute autre cérémonie importante, chose que la trésorerie des coopératives ne peut assumer. Leur système omniprésent est plus souple, habilement inséré dans les structures sociales sakalava. On s’adresse à eux malgré leur pratique de l’usure. Après avoir connu un certain fléchissement entre 1965 et 1969, ils gardent leur clientèle.

23Pour la viande Resampa met en place à Morondava, en 1971, le projet AGM ; c’est un gigantesque abattoir capable de traiter 250 bœufs par jour. En fait, une escroquerie qui coûtera 5 millions de dollars à l’État. Il manquait de toute évidence à Morondava un aménagement portuaire qui aurait permis l’exportation de la viande et des oranges de Bezezika. Il ne sera jamais fait. De plus l’enquête de Suzanne Chazan révèle l’importance des contrôles d’origine locale, en la personne des devins (masy), qui conseillent les échelons politiques intermédiaires, interfèrent sur les problèmes de l’eau et de la terre, « au point que l’appareil d’État, malgré son apparente modernité, se trouvait englobé de manière souterraine, au sein de rapports que seule une interprétation historique des formations locales pouvait mettre à jour » (Chazan-Gillig 1991 : 41, 81). Les devins seraient « les grands opérateurs de la transformation du monde rural ». On est loin du socialisme !

L’appui de la Fondation Friedrich-Ebert

  • 28 Fondée en 1925, elle porte le nom du premier président de la république de Weimar, mort en 1925, qu (...)

24Resampa n’aime pas les Français, dit-on au Plan, il aime les Allemands. Karl Erdmann, de la Fondation Friedrich-Ebert, pense qu’il « manifeste de la réserve à l’égard des Français et de leur forte influence sur le gouvernement. C’est pour cela qu’il cherche des alliés pour chasser les Français. Mais je crois que c’est un nationaliste qui aimerait éviter à Madagascar toute influence étrangère » (Dünkelsbühler 2012 : 94). Aussi Resampa fait-il appel aux camarades du SPD d’Allemagne de l’Ouest pour l’ensemble des problèmes qu’il affronte avec sa double casquette. C’est la Fondation Friedrich-Ebert28 qui est ainsi introduite à Tananarive, sous le vocable de Fondation Ph. Tsiranana, le 1er mai 1965 : Resampa lui demande à la fois pour les syndicats des communes et coopératives des formations de comptables et de secrétaires, et pour ce qui relève du PSD, une formation idéologique.

Une école des cadres

25Sous ce patronage rassurant, va être donnée une formation théorique (on ne parle pas d’idéologie) aux cadres du parti. On y affiche la « nécessité de la lutte des classes », formulation singulière, objet d’un credo qui n’est suivi, semble-t-il d’aucune analyse des rapports de classe dans l’Île. Est mentionnée la nécessité de créer des organes d’État pour le commerce extérieur, de court-circuiter les sociétés d’import-export françaises. Des fonctionnaires gèreraient les organismes remplaçants. Le socialisme du PSD se dissout dans cette étatisation projetée de ce qui lui échappe encore : on va vers une économie administrée, à la manière de la Tanzanie de Nyerere.

26Certes en 1972, seront passés à la Fondation des centaines de « militants » PSD, mais de quelles couches sociales sortaient-ils ? Ont-ils en main des instruments pour analyser la situation de leur société ? Ils ont été stagiaires, formés par des Allemands qui n’ont pas séjourné durablement à Madagascar ni développé une expérience vécue du paysannat. La langue d’échange fut le français, parlé inégalement par les formateurs et dont la compréhension impliquait du côté malgache des études menées jusqu’au brevet et même au bac. Voilà pour le côté PSD.

27La Fondation s’efforçait par ailleurs de former des responsables économiques pour les coopératives et les syndicats des communes. Elle prenait en charge la formation de 37 boursiers et stagiaires envoyés en République fédérale en 1967, pour être gérants de coopératives ou de syndicats des communes. Elle avait à Maibahoaka, dans la banlieue de Tananarive, un collège d’adultes qui fut agrandi en 1970 avec une école de formation coopérative formant des cadres gestionnaires pour les organismes chers à Resampa. En fin 1968, plus de 500 stagiaires étaient déjà passés là. L’ambassade de France notait que l’École nationale de promotion sociale (ENPS) formant des praticiens coopératifs se trouvait ainsi concurrencée. Elle s’inquiétait à tort, car en suivant le fil des deux plans on se doute des déboires de la Fondation. Les coopératives sont un désastre, au dire de Saura (2006), généralement indulgent, dans son ouvrage sur la Première République, mais aussi de Dünkelsbühler (2012), expert au Plan. Les réseaux de collecteurs résistent, les malversations se multiplient.

28Il y a au total du bon sens dans le niveau d’approche des réalités locales, un certain pragmatisme, beaucoup de sérieux. La Fondation avait lancé dès 1963 à Antsirabe un centre d’artisanat agricole, domaine où l’aide allemande excellait.

  • 29 Pour eux, la Fondation décida de créer des foyers sociaux dans tous les chefs-lieux des provinces. (...)

29Le soutien allemand alla grandissant au secrétaire général du PSD. En décembre 1969, se tint un forum sur l’éducation civique avec des délégués de Maurice et de quatre pays francophones d’Afrique occidentale. En 1970, on tint à Maibahoaka un séminaire pour les dirigeants de sections du PSD, sa jeunesse masculine et féminine, les femmes PSD, les maires PSD. De graves lacunes étaient apparues lors des élections municipales précédentes, l’AKFM, parti d’opposition réduit à la capitale, remontant dans les votes. Manquait une culture de parti aux jeunes29 qui n’avaient aucune vue de l’histoire d’avant la fondation du PSD. Quant aux adultes, c’étaient des fonctionnaires qui n’avaient jamais milité, argumenté face aux opposants. Leurs limites étaient très vite atteintes : ils organisaient des bals et tombolas. Devant tant d’impéritie, la presse interrogeait : « Qu’ont-ils enseigné, tous ces Allemands, à ces PSD au cours de ces séminaires successifs ? » Les participants interrogés pensaient que le niveau des séances avait dépassé l’entendement des participants ou que le propos était incompatible avec la « mentalité malgache ».

  • 30 CADN, 673PO/1, carton 420.

30Consciente de ces faiblesses, la Fondation, qui fournissait déjà des manuels d’instruction civique, posa en octobre 1969, au siège du parti, la première pierre d’une imprimerie de livres éducatifs, visant ainsi de manière réaliste un niveau de bonne vulgarisation. Elle envisageait pour la suite, sur crédits allemands et américains, la construction d’une annexe de l’imprimerie PSD dans l’enceinte de la future Cité universitaire du parti, planifiée sur le campus d’Ankatso. L’ambassadeur Plantey déplora confidentiellement cette production en malgache, « qui nuira[it] à l’influence française30 ».

31Le soutien allemand bien financé s’accompagnait d’invitations fréquentes au ministre Resampa qui, quand il s’arrêtait à Paris, était en fait en route vers l’Allemagne, pour les congrès du Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD) où il prenait la parole. En 1967, il avait avancé l’idée d’établir des contacts avec les pays de l’Est et, pour maintenir la balance égale, de se rendre aux États-Unis où il était invité depuis longtemps.

Des montages aventureux avec des alliés en affaires nouveaux

  • 31 Ce fut un échec, en raison de l’inadéquation entre mode d’irrigation et nature du sous-sol.
  • 32 Rapport de l’ambassadeur Plantey à Paris, 30 novembre 1968, CADN, 673 PO/1, carton 297.

32Karl Erdmann, cité plus haut, pensait que Resampa cherchait des alliés pour « chasser » les Français, que c’était un nationaliste avant tout. Il devint évident en 1968, que Resampa était en quête à l’étranger de capitaux publics ou privés pour des montants élevés. Critique à l’égard des sociétés d’aménagement acquises aux intérêts français, il ne voulait pas emprunter en France de crainte d’être d’avantage lié. Cela impliquait des contacts engagés avec des pays nouveaux, ce qui en principe relevait des Affaires étrangères, mais que le ministre assuma. La zone concernée était celle de Morondava, sa base où il avait déjà développé avec l’intervention d’Israéliens, une immense plantation d’agrumes à Bezezika. Il y avait dans ces projets un aspect d’enrichissement familial, mais aussi l’idée qu’une connaissance intime de la zone était nécessaire pour réussir31. En 1968, son départ pour l’Allemagne devait le mener ensuite en Yougoslavie, mais il dut y renoncer pour rentrer, à cause de problèmes intérieurs à l’Île. Il avait vu à Francfort des experts économiques yougoslaves et déclaré vouloir aller à Cuba. Il commentait ainsi son intérêt pour la Yougoslavie : « Nous repoussons l’idéologie soviétique, mais le titisme n’est pas le communisme… M. Tito est un neutraliste qui voit où est l’intérêt de son pays. Nous devrions en faire autant32 ». Il repartit en 1969, après que des envoyés français « de passage » eurent tenté de l’en dissuader, jugeant qu’une telle ouverture à l’Est ne semblait pas opportune. Il fut reçu à l’Alliance socialiste de Belgrade en juin 1969, alla en Slovénie rencontrer les dirigeants du combinat Emona.

  • 33 Il nous manque une vue des archives de République fédérale d’Allemagne et des rapports de la Fondat (...)
  • 34 Sur cette politique d’intégration verticale articulant des fermes d’État aux industries agro-alimen (...)

33Il avait un projet à plusieurs étages, qui rompait avec l’idéal socialiste des fermes d’État, coopératives et syndicats de communes. Mettant en relation une société belge avec la SOPICOMA dont il était directeur général, il planifia l’établissement de fermes d’élevage (ranching) dans les provinces de Tuléar et de Diego-Suarez. La SOPICOMA avait contracté un gros emprunt auprès d’un consortium allemand, avec la caution de la Fondation Friedrich-Ebert33. Quant au personnel affecté à l’entretien des bêtes et au fonctionnement des installations (abattoirs et congélation), il devait venir de l’Agro-combinat de Ljubljana34. Le gouvernement malgache donna son aval au projet à la fin de 1969. Le ministre volait de ses propres ailes. C’était nouveau, mais non sans risque : des bruits le mettaient en cause au sujet de l’AGM, déjà mentionnée, établie à Morondava pour l’abattage de bœufs et la congélation de viande. Construite et vide, celle-ci attendait !

Un socialisme avant tout anti-impérialiste

  • 35 Ce fut le colonel Ratsimandrava qui fit établir dès son accession à l’Intérieur un état de la propr (...)

34Il est difficile d’évaluer les chances de réussite de ces plans si Resampa n’avait pas été arrêté. Il s’orientait vers un desserrage des liens avec ces sociétés d’import-export françaises dont les congrès du PSD avaient dénoncé l’emprise. Mais la marge de manœuvre du ministre était ténue. Le lien avec la France pouvait-il être reformulé sans être soutenu par un mouvement social d’ampleur ? Resampa pouvait-il entraîner le PSD sur ce terrain ? On en doute quand on voit que la revendication concernant la révision des accords de coopération avec la France, introduite à chaque réunion au sommet du parti, disparut lors du XIIe congrès. Faut-il s’en étonner quand la baisse conséquente des crédits à la coopération mit soudain le budget national en déficit ? Un budget qui ne tenait qu’à coup de subventions françaises. Il ne fut jamais question non plus de réforme agraire, de paysans sans terre ni du problème du métayage35.

  • 36 Ces jeunes, dont cinq « côtiers » venus des jeunesses PSD, rallieront le Mpitolona ho amin’ ny Fanj (...)

35Ce qui semble faire défaut à ce dirigeant qui ne manque pas de courage, ainsi qu’à son entourage porté à l’autoritarisme, c’est d’abord une pratique du petit paysannat et une expérience de l’entreprise. Sa double casquette ne l’aide en rien. Il est pris entre la logique administrative répressive héritée de la colonisation, doublée de l’unanimisme politique du PSD, et l’aspiration des jeunes à l’émancipation36. En cela, il ne diffère pas de nombreux dirigeants africains. Avant tout nationaliste, en quête de nouveaux alliés étrangers, condition traditionnellement indispensable à l’accès au pouvoir, il est plus désireux d’échapper à l’emprise française que de tenter une évolution socialiste. En revanche, ce qui est spécifique de l’Île au regard des ex-colonies d’Afrique de l’Ouest, c’est l’arrière-fond de 1947. Il était vital pour les nouveaux dirigeants d’assumer la mémoire et l’imaginaire social polarisés par le soulèvement de 1947 et par le MDRM. Il était nécessaire d’en revenir là pour inciter au changement. Le but du MDRM était de mettre à bas le système colonial, l’indigénat. À partir de là, les ruraux malgaches imaginaient le retour à un âge d’or où l’on ne paierait plus d’impôts, où l’on pratiquerait librement les brûlis interdits par le chef de canton, où l’on se réunirait en petites communautés en abolissant les communes. La discordance était aussi nette entre passé idéalisé et présent que pour les élections au suffrage universel instaurées par les républicains français de 1848. Celles-ci mirent en place, à la suite d’un vote massif paysan en sa faveur, le neveu de Napoléon héritier de la légende napoléonienne (Ansart 1968).

36À Madagascar ressurgit aussi une nostalgie. Gérard Roy constate : la société paysanne « en tant que communauté exerce une fascination, car elle renferme des possibilités inexplorées de mobilisation pour le développement » (Roy 1988 : 4). Possibilité « d’organisation, à partir de cette matrice communautaire dans un moment de changement de régime politique ». La recherche scientifique a déjà apporté sa caution à l’idée avec l’ouvrage de Georges Condominas (1960) sur le fokonolona en Imerina. Gérard Roy, enseignant à l’Académie militaire d’Antsirabe, qui avait l’oreille du colonel Ratsimandrava, commandant la gendarmerie, se fondait sur les dires paysans qui rejoignaient les ethnophilosophes. Tous confortaient l’idée de reconstruire le rapport entre dirigeants et dirigés à partir de l’unité de base du fokonolona. Il n’était plus question de socialisme. Ratsimandrava rejetait les idéologies parce que importées. L’expérimentation sociale et politique serait proprement malgache. Ratsimandrava allait ainsi au-devant des attentes de l’imaginaire social, non seulement celui des paysans de Hautes-Terres, mais celui des étudiants qui l’aidèrent à préparer l’ordonnance sur le fokonolona. Versant dans une utopie sidérante, ces citadins évoquent les villes comme des « enclaves urbaines » dans un pays où la vie communautaire serait une donnée générale. Resampa, libéré mais loin du pouvoir, se gaussera de cette aberration hors d’âge. Quant à Karl Erdmann, responsable de la Fondation Friedrich-Ebert, quand Philibert Tsiranana avait remis le pouvoir au général Ramanantsoa, il « en avait les larmes aux yeux. Comment le président a-t-il pu faire ça ? », demandait ce porteur de la mémoire allemande (Dünkelsbühler 2012 : 238).

Bibliographie

Ansart Pierre, 1968, « Marx et la théorie de l’imaginaire social », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 45 : 99-116.

Carlier Omar, Nollez-Goldbach Raphaëlle (dir.), 2008. Le corps du leader. Construction et représentation dans les pays du Sud, Paris, L’Harmattan.

Chazan-Gillig Suzanne, 1991. La société sakalave. Le Menabe dans la construction nationale malgache (1967-1972), Paris, Karthala – ORSTOM.

Comte Jean, 1963. Les communes malgaches, Tananarive, Éditions de la librairie de Madagascar (Codes bleus malgaches).

Condominas Georges, 1960. Fokon’olona et collectivités rurales en Imerina, Paris, Berger-Levrault.

Dufumier Marc, 1986. Les politiques agraires, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?).

Dünkelsbühler Gaspard, 2012. Ombre et lumière à Madagascar. Une révolution à Tananarive vue et racontée par un Allemand (1971-1973), Serge Glitho, Paulin Oloukpona-Yinnon (trad.), Paris, Karthala.

Fauroux Emmanuel, 1975. La formation sakalava ou l’histoire d’une articulation ratée, thèse de doctorat d’État de sciences économiques, Nanterre, université Paris 10.

Fremigacci Jean, 1993. « L’État colonial français, du discours mythique aux réalités (1800-1940) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 32-33 : 27-35.

Hübsch Bruno (dir.), 1993. Madagascar et le christianisme : histoire œcuménique, Paris, Karthala.

Lahiniriko Denis Alexandre, 2012. Les structures politiques nationalistes tananariviennes de la seconde guerre mondiale à la Première République. Union, unanimisme et division partisane dans la culture politique nationaliste (1945-1958), thèse de doctorat, université d’Antananarivo et Paris 1.

Lefevre Jacques, 1969. « Le parti social-démocrate de Madagascar », Revue française d’études politiques africaines, no 40 : 67-84.

Roy Gérard, 1988. « Idéologies communautaires et mythe de la communauté : les années 60 à Madagascar, récit et analyse d’une expérience », in Gérard Roy, Trois études malgaches : idéologies communautaires et mythe de la communauté, critique de l’idéologie de la communauté dans la société paysanne malgache des années 1960, Paris, ORSTOM (Travaux et documents micro-édités ; 33), multigraphié.

Saura André, 2006. Philibert Tsiranana, premier président de la République de Madagascar, Paris, L’Harmattan, 2 volumes.

Spacensky Alain, 1970. Madagascar : cinquante ans de vie politique de Ralaimongo à Tsiranana, Paris, Nouvelles Éditions latines.

Thompson Virginia, Adloff Richard, 1965. The Malagasy Republic, Stanford (Calif.), Stanford University Press.

Notes

1 Archives privées.

2 Il y a là un paradoxe étant donné l’importance de la présence dès le xixe siècle de missions anglaises (London Missionary Society [LMS] et anglicans), française catholique, norvégienne luthérienne. Voir Hübsch (1993).

3 Resampa est noble, issu d’une branche de la dynastie Zafimanely. Il est proche du ministre de l’Éducation nationale Botokeky, issu de la presqu’île de Bosy, lieu de métissage gréco-malgache ouvert à l’international.

4 Mouvement démocratique de la rénovation malgache. Fondé en février 1946 à Paris, en évitant le terme « parti » pour ne pas s’attirer les foudres de l’administration, il est crédité en fin d’année de 200 000 adhérents et couvre toute l’Île. Il est dissous par les autorités au lendemain de l’insurrection du 29 mars 1947.

5 De celui-ci il dit dans son discours du VIIIe congrès du PSD : « il démolit la maison sans savoir comment la reconstruire ensuite ».

6 L’AKFM dispose d’un fort contingent d’étudiants en formation à l’extérieur, à Paris, Montpellier, mais aussi à Prague et en RDA. Elle domine l’association étudiante Association des étudiants d’origine malgache (AEOM) à Paris, soutien de l’URSS jusqu’en 1970 où la tendance albanaise prend pour un court temps le dessus. Son discours est avant tout anti-impérialiste.

7 Philibert Tsiranana, discours annuel au Parlement, 25 novembre 1969, in Saura (2006 : 71).

8 Affirmation citée et contrée par Tegyey, voir note 10.

9 Ce vide tient aussi à la stupéfaction des militants héritiers du MDRM et des luttes de 1947, qui n’avaient jamais imaginé une accession paisible à l’indépendance, mais de nouveau des luttes violentes.

10 G. Tegyey, « Le socialisme à Madagascar. La recherche d’une idéologie du développement », texte de 40 pages communiqué à l’état dactylographié par Lucile Dubourdieu et datant de 1969 ou 1970. L’auteur, dont les fonctions ne sont pas indiquées, est étranger, allemand ou hongrois. Il pourrait être lié à la Fondation Friedrich-Ebert travaillant avec Resampa.

11 Mot prononcé à satiété, y compris par les speakers de la radio : « développement ». On n’est pas encore pleinement conscient en ce temps, que tout développement est générateur de fortes inégalités.

12 Gaspard Dünkelsbühler (2012 : 48) évalue à 700 le nombre des conseillers français dans les ministères, sans parler des coopérants enseignants.

13 Le terme malagasy, introduit dans le langage public sous la République, cherche à contrebalancer l’omniprésence du français.

14 La Compagnie d’études industrielles et d’aménagement du territoire (CINAM) est au travail pour nombre d’enquêtes depuis 1958. Cela se termine avec l’indépendance.

15 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), 673 PO/1, carton 122, Socialisme malgache. Rédaction d’ambassade.

16 Sur ces journées, voir Spacensky (1970 : 377).

17 Le journal Lumière attribue ce texte aux communistes Rémi Rakotobe, Raymond Lombardo et Zèle Rasoanoro, du Comité de solidarité de Madagascar (COSOMA), filiale du Secours populaire français, soutien des condamnés de 1947 (CADN, 673 PO/1, Affaires générales, Lumière, novembre 1963).

18 Ibid. Le président demande en personne cette révision dans Le Populaire (18 septembre 1963) et une commission interparlementaire est créée en octobre 1963, pour préparer la demande de révision (Saura 2006, t. I : 206).

19 Même si, lors des journées sociales, le rappel par le PSD des « mouvements de 1926 » (en fait 1929) et de 1947, où « la conscience populaire essaie de secouer le joug, et où la répression fut sévère », tend vers l’autosatisfaction : l’indépendance est le fruit du savoir-faire du parti qui a su « négocier sans une goutte de sang ». Mais n’est-ce pas que les temps avaient changé et que la France a devancé la mobilisation malgache ?

20 Ajoutant : « il n’est pas très content de n’avoir comme interlocuteur que la SFIO dont il sent qu’elle est en perte de vitesse. Il n’est pas bon que le PSD malgache reste inféodé à ce vieux Bidet qui ne représente plus rien » (CADN, 673PO/1, carton 297).

21 Interview de Resampa du 27 mai 1967, transcrite dans le Courrier de Madagascar, CADN, 673/PO/1, carton 297.

22 Attributs majeurs : la levée de l’impôt, le plus vexatoire étant la capitation, impôt colonial qui n’a pas été supprimé lors de l’indépendance, les corvées locales, pour lesquelles le fokonolona lève les hommes.

23 On disait alors que la puissance d’un député comme Ravoahangy était telle qu’il pouvait faire « sauter » un ministre français.

24 Selon le récit de Bidet dans Le Populaire, 26 septembre 1963.

25 Ibid., élément de phrase souligné par nous.

26 Échange personnel, juin 1967.

27 Celles-ci bénéficient d’une législation foncière spéciale qui accorde une priorité aux initiatives de l’État dans le domaine foncier et facilite les expropriations éventuelles. Nous n’entrerons pas dans l’étude de la Samangoky, car cette AMVR consacrée à la culture du coton ne dépend pas du ministère de l’Intérieur.

28 Fondée en 1925, elle porte le nom du premier président de la république de Weimar, mort en 1925, qui en avait lancé l’idée, pour implanter les idées démocratiques dans toutes les couches du peuple et contribuer au développement des relations internationales.

29 Pour eux, la Fondation décida de créer des foyers sociaux dans tous les chefs-lieux des provinces. Il en existait déjà trois à Tananarive, Tamatave et Antsirabe. La presse, relayée par l’ambassade de France, souligne la « carence dont il [le PSD ] fait montre dans la façon de mener la campagne électorale. Dès que les candidats PSD se sont trouvés en face de leurs concurrents, ils ont perdu tous leurs moyens et n’ont trouvé absolument rien à dire. […] Les jeunes gens comme les jeunes filles et les étudiants socialistes sont restés pétrifiés au cours de ces réunions. […] Bouche bée devant l’activité et l’audace des autres jeunes. […] La plupart des délégués PSD ignorent jusqu’aux règlements concernant les élections […] d’un autre côté on a été frappé par la connaissance de tous les textes par les opposants » (article de Sahy, journal indépendant, du 5 janvier 1970, CADN, 673PO/1, carton 420).

30 CADN, 673PO/1, carton 420.

31 Ce fut un échec, en raison de l’inadéquation entre mode d’irrigation et nature du sous-sol.

32 Rapport de l’ambassadeur Plantey à Paris, 30 novembre 1968, CADN, 673 PO/1, carton 297.

33 Il nous manque une vue des archives de République fédérale d’Allemagne et des rapports de la Fondation au siège allemand, ainsi que du milieu germanophone. Ainsi, Resampa était lié à un anarcho-syndicaliste suisse qui tenait une imprimerie dans la capitale.

34 Sur cette politique d’intégration verticale articulant des fermes d’État aux industries agro-alimentaires, voir Dufumier (1986).

35 Ce fut le colonel Ratsimandrava qui fit établir dès son accession à l’Intérieur un état de la propriété foncière pour repérer les zones d’exploitation indirecte et les grandes concessions.

36 Ces jeunes, dont cinq « côtiers » venus des jeunesses PSD, rallieront le Mpitolona ho amin’ ny Fanjakana ny Madinika (MFM, Parti des militants pour le pouvoir des petits, extrême gauche) dès sa création.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search