Version classiqueVersion mobile

Le chavisme

 | 
Paula Vásquez Lezama

Repères chronologiques sur l’histoire vénézuélienne, de la conquête et la colonisation à 2013

Texte intégral

1498 Christophe Colomb arrive sur la côte de la péninsule de Paria lors de son troisième voyage. Le territoire était occupé par environ un demi-million d’habitants.
1503 Autorisation de détenir en esclavage les Indiens « caraïbes ».
1523 Exploitation des gisements de perles de l’île de Cubagua et fondation de la ville Nueva Cádiz. Pendant dix ans, les Indiens maintenus en esclavage plongèrent jusqu’à la mort pour extraire les perles.
1519-1595 Extermination de la population indigène par les conquistadors : régime de répartition des terres par encomiendas et épidémie de variole en 1580. La population autochtone tombe à environ 240 000 habitants.
1510-1567 Fondation par les conquistadors des villes de Coro (1527), El Tocuyo (1545), Barquisimeto (1552), Caracas (1567).
1525 Introduction des esclaves noirs.
1553 Première insurrection des esclaves noirs des mines de Buría, sous le commandement du « roi » Miguel, qui résista pendant trois ans.
1569 Pillage des villes de La Guaira et de Caracas par les pirates anglais. Des navires français, anglais et hollandais attaquent régulièrement les côtes.
1600 Consolidation du pouvoir de la Couronne espagnole. Début des plantations de cacao. Fondation de 120 villes et villages, repeuplement du territoire.
1721 Fondation de l’Université royale de Caracas.
1728 Établissement de la compagnie de Guipúzcoa à La Guaira, chargée d’établir le monopole du commerce pour la Couronne espagnole.
1750 Naissance de Francisco de Miranda.
1777 La Couronne espagnole élève les provinces vénézuéliennes au rang de Capitanía general, marquant l’intégration territoriale. À la fin du xviiie siècle, le pays compte 240 villes et villages.
1797 Insurrection menée par José Maria España et Manuel Gual et inspirée par les idées de la Révolution française.
1810 La révolte populaire du 19 avril, dite « des premier pas vers l’Indépendance », demande la démission du représentant du royaume espagnol, le capitaine Vicente Emparan.
1811 Le 5 juillet, le premier Congrès proclame l’Indépendance du Venezuela.
1812 Tremblement de terre à Caracas. Chute de la Première République et de son chef, le généralissime Francisco de Miranda, qui est fait prisonnier et envoyé en Espagne, jusqu’à sa mort en 1816.
1813 Du 28 février au 27 août, Simón Bolívar mène La Campaña admirable et fonde la Deuxième République. Le 15 juillet il lance le célèbre slogan « Décret de guerre à mort contre les Espagnols et Canariens ». En août, entrée triomphale à Caracas où il est proclamé Libertador.
1814 Victoires de l’armée du caudillo royaliste José Tomás Boves et pillage de Caracas par ses troupes de llaneros, qui mènent une guerre sociale contre les « Blancs créoles ». Pour échapper à Boves, Bolívar et ses troupes migrent à l’est (Oriente) du pays avec une grande partie de la population. Défaite de Bolívar et chute de la Deuxième République.
1815 Restauration du régime de Ferdinand VII. Bolívar est en Haïti où, aidé par le général Alexandre Pétion, il organise des expéditions de reconquête qui échouent.
1816 Abolition solennelle de l’esclavage par le Libertador.
1815-1821 Reconquête du pays par les patriotes. Triomphe des troupes dites « patriotes » (indépendantistes) commandées par Bolívar et ses généraux vénézuéliens : Bermúdez, Páez, Urdaneta, Sucre.
1819 En septembre, proclamation à Angostura par Simón Bolívar de la République de Colombie – dite a posteriori Grande-Colombie –, union des territoires de la Capitainerie générale du Venezuela et de la Nouvelle-Grenade (actuelle Colombie), à laquelle sera associé l’Équateur en 1822. Bolívar est nommé président de cette République.
1821-1823 Batailles à la Nouvelle-Grenade, Bomboná (Colombie) et Pichincha (Équateur), au Pérou et en Bolivie sous le commandement de Simón Bolívar et du maréchal Antonio José de Sucre.
Au Venezuela s’impose la figure de José Antonio Páez. Le 24 juin 1821, victoire des troupes de Bolívar sur les Espagnols à Carabobo. Ce triomphe est décisif pour l’Independence du Venezuela car il a permis de reconquérir Caracas.
1826 Conspiration dite La Cosiata de Páez contre le pouvoir de Bolívar, visant la séparation de la Grande-Colombie.
1829 Les mouvements séparatistes mettent fin à la Grande-Colombie.
1830 Assassinat d’Antonio José de Sucre en juin (Équateur). Mort de Simón Bolívar en décembre (Colombie).
1830-1848 De 1830 à 1835 puis de 1839 à 1843, José Antonio Páez exerce officiellement la présidence du Venezuela. Entre ces deux mandats, et après le second jusqu’en 1848, son influence est telle qu’il garde de fait le pouvoir sans être le président en titre.
1840 Fondation d’El Venezolano, premier journal d’opposition.
1848-1858 Présidences alternées des frères Monagas. Fin réelle de l’esclavage (1854).
1859-1863 Guerre dite fédérale, entre les fédéralistes et les conservateurs (oligarchie), qui sont battus. Juan Crisóstomo Falcón établit la fédération de la nation en vingt États (Constitution de 1864). Il sera renversé par une rébellion en avril 1864.
1870-1887 Antonio Guzmán Blanco, l’« autocrate civilisateur », enchaîne trois mandats, dits le « Septennat », le « Quinquennat » et le « Bienio ». Modernisation des villes et persécution des opposants marquent son mandat.
1885 Début de l’exploitation des mines d’asphalte dans l’est du pays par une filiale de la General Asphalt, la New York and Bermúdez Company.
1899 La « Révolution restauratrice », animée par les généraux Cipriano Castro, Juan Vicente Gómez et Eleazar López Contreras, marque le début de la période des caudillos andins au pouvoir. Cipriano Castro gouverne jusqu’en 1908. Les caudillos andins resteront au pouvoir pendant quarante ans.
1902-1903 La chute du prix du café affecte profondément l’économie vénézuélienne. Blocus contre le Venezuela par ses nations créancières, la Grande-Bretagne, l’Angleterre et la France. La résolution du conflit avec les puissances étrangères se fera par la voie diplomatique.
1908-1935 Le vice-président du général Castro, le général Juan Vicente Gómez, prend le pouvoir et ne le quittera plus pendant 27 ans sous l’attitude bienveillante des puissances occidentales.
1926 Le pétrole est le premier produit d’exportation.
1928 Affrontements des étudiants de Caracas contre le régime de Gómez. Parmi ces jeunes qu’on a appelés Generación del 28 figurent nombre des leaders politiques civils qui domineront la scène du xxe siècle.
1931 Le 5 mars 1931, création du Parti communiste vénézuélien par Eduardo et Gustavo Machado, Salvador de la Plaza et Pío Tamayo, parmi d’autres.
1936 Mort du général Gómez le 17 décembre 1935. Eleazar López Contreras lui succède. En janvier 1936, les biens des « gomecistes » sont pillés dans tout le pays. Le 14 février, a lieu la première manifestation de protestation, composée de milliers d’étudiants et des secteurs populaires (Caracas n’a alors que 200 000 habitants). Les garanties constitutionnelles sont suspendues et la manifestation durement réprimée. Les chiffres officiels font état de 3 morts, les officieux 60.
1941 Rómulo Betancourt fonde le parti Action démocratique (AD).
1945 Le successeur de López Contreras, Isaías Medina Angarita (1941-1945), est déchu par un coup d’État militaire avec le soutien civil : Rómulo Betancourt, secrétaire général du parti AD, est proclamé président de la « Junte révolutionnaire de gouvernement ».
1946 Création du parti social-chrétien COPEI (Comité de organización política electoral independiente) dont Rafael Caldera est le secrétaire général.
1948 Le président Rómulo Gallegos, élu neuf mois auparavant, suspend les garanties constitutionnelles à cause d’une rumeur de coup d’État imminent, qui a en effet lieu le 24 novembre. Le 5 décembre, il est expulsé du pays. Le colonel Delgado Chalbaud exerce le pouvoir entre 1948 et 1951. La dictature du général Marcos Pérez Jiménez s’installe (1952-1958).
1954 Hugo Chávez naît à Sabaneta de Barinas, le 28 juillet.
1958 Le 23 janvier, le régime de Pérez Jiménez est déchu. En octobre 1958, les responsables des partis COPEI, AD et URD (Union républicaine démocratique) signent le pacte de Punto Fijo, par lequel ils s’engagent à défendre la constitutionnalité et le droit à gouverner selon le résultat électoral, à instaurer un gouvernement d’union nationale et à maintenir les militaires à l’écart de la vie politique.En décembre, Rómulo Betancourt (1959-1964) gagne les premières élections par la voie du suffrage universel, direct et secret, et achève son mandat.
1960 Betancourt échappe à un attentat à la bombe organisé par la droite et par le dictateur de la République dominicaine, le général Trujillo. Carlos Andrés Pérez est nommé ministre de l’Intérieur et mène une campagne de forte répression contre l’extrême gauche.Création de l’OPEP à Bagdad, à l’initiative du ministre Juan Pablo Pérez Alfonzo.
1961 Rédaction et approbation de la Constitution nationale, qui restera en vigueur jusqu’en 1999.
Fondation du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire).
1962 Début de la lutte armée de l’extrême gauche. Deux insurrections militaires et des nombreuses actions de la guérilla organisées par le MIR et le Parti communiste vénézuélien (PCV) échouent, et ces partis sont déclarés illégaux. La plus sanglante des actions, dite El Porteñazo (2 juin), fait 400 morts.
1963 Une action de la guérilla contre le train touristique El Encanto tue 5 gendarmes. Des députés de gauche sont arrêtés et des élections convoquées trois mois plus tard.
1964 Raúl Leoni (1964 -1974), du parti AD, gagne les élections et amnistie 250 prisonniers politiques.
1965 Teodoro Petkoff, Pompeyo Márquez et Freddy Muñoz, membres du PCV (parti communiste), proposent au Parti de quitter la lutte armée. Le parti se divise.
1968 Triomphe électoral de Rafael Caldera (COPEI, 1969-1974) contre Gonzalo Barrios (AD) ; c’est la première alternance démocratique.
1969 Rafael Caldera, social-chrétien, promeut une politique de « pacification » envers la guérilla.
1971 Division du PCV et naissance du Movimiento al Socialismo (MAS), mené par Teodoro Petkoff et Pompeyo Márquez, et de La Causa R[adical], portée par Alfredo Maneiro.Hugo Chávez entre à l’Académie militaire.
1973-1979 Carlos Andrés Pérez (AD) gagne les élections avec 50 % des voix, Lorenzo Fernández (COPEI) obtient 36 % et José Vicente Rangel (MAS) 4 %. La guerre du Kippour éclate et le prix du pétrole monte vertigineusement, ouvrant la période du « Grand Venezuela ». 1975/1976 : Nationalisation du fer et du pétrole.
1979-1984 Luis Herrera Campins (COPEI) président de la République.
1982 Création du Movimiento Bolivariano Revolucionario 200 (MBR-200) par Hugo Chávez, loge clandestine au sein de l’Armée de terre.
1983 Chute des prix du pétrole et crise de la dette extérieure. Le jour de la dévaluation du bolivar est connu comme le « vendredi noir » (18 février 1983). En décembre, triomphe électoral de Jaime Lusinchi (AD), président de 1984 à 1989.
1988 Le massacre d’El Amparo (14 pêcheurs sont tués par l’Armée vénézuélienne dans des circonstances demeurées confuses à la frontière avec la Colombie) et l’éclatement de grands scandales de corruption entachent la campagne électorale d’un climat d’incertitude.
1989 Second triomphe électoral de Carlos Andrés Pérez (1989-1993) ; il l’emporte avec 52,9 % des voix. Fidel Castro assiste à la fastueuse cérémonie d’investiture présidentielle, populairement appelée « le Couronnement ».
Un mois après l’investiture, les émeutes du 27 février, connues sous le nom de Caracazo, éclatent et sont très sévèrement réprimées par l’armée. Cette année-là, les homicides augmentent de 40 %.
1991 Multiplication des grèves, des protestations publiques et des rumeurs de conspirations et de coups d’État.
1992 Deux insurrections militaires (4 février et 27 novembre) menées par des officiers de l’Armée de terre liés au MBR-200 éclatent et sont contrecarrées par le gouvernement de Carlos Andrés Pérez. Le leader de la tentative du 4 février est Hugo Chávez. Celle du 27 novembre est sanglante (300 morts selon les estimations non officielles des ONG). Son leader, Francisco Visconti, demande asile et se réfugie au Pérou. Fort discrédit des partis politiques et appauvrissement croissant des classes moyennes.
Triomphe électoral d’Aristóbulo Istúriz (Causa R) à la mairie du municipe Libertador, le plus important de l’aire métropolitaine de Caracas. Les homicides passent de 2 500 en 1991 à 4 200 en 1992.
1993 Accusé de corruption, Carlos Andrés Pérez est destitué pour être jugé. La présidence intérimaire est assurée par Ramon J. Velázquez (1993-1994). Les élections de décembre mettent en œuvre une nouvelle conciliation politique entre le MAS et un COPEI divisé. Le candidat de cette coalition, Rafael Caldera, remporte les élections avec 30 % des voix contre son rival d’Action démocratique Claudio Fermín, 23 % ; Oswaldo Álvarez Paz (COPEI) recueille 22 % des suffrages et Andrés Velázquez (Causa R) 21 %.
1994 Profonde crise économique. 70 % du système financier fait faillite. Hugo Chávez, prisonnier à Yare, est amnistié par le président Rafael Caldera et se lance immédiatement dans la vie politique.
1996 Caldera adopte l’Agenda Venezuela, calendrier de réformes fondé sur l’austérité budgétaire, la dévaluation du bolivar et « l’ouverture » de l’exploitation du pétrole aux majors.
1998 Triomphe électoral d’Hugo Chávez, leader du Movimiento Quinta República (MVR), avec 56,2 % des voix, contre Henrique Salas Römer (39,9 %).
1999 (janvier-juin) En février, Hugo Chávez prête serment sur la charte constitutionnelle de 1961, qu’il qualifie de « moribonde ». Promulgation du décret qui établit la réalisation d’un référendum pour convoquer une Assemblée constituante dont le projet politique est « une démocratie participative ». Mise en œuvre du programme social militaire plan Bolívar 2000. Le 25 avril, le référendum pour la convocation d’une Assemblée constituante est approuvé à 92 %, mais avec un taux d’abstention de 60,9 %.
1999 (juillet-décembre) En juillet sont élus les membres de l’Assemblée constituante. Le 25 juillet, c’est le triomphe électoral du « pôle patriotique » qui obtient 121 des 131 sièges de l’Assemblée. Seuls 24 des 131 députés sont élus au niveau national. Le 15 décembre se tiennent les élections référendaires qui approuvent la nouvelle Constitution à 71 % (contre 28 % de « non » ; l’abstention s’élève à 54 %). Avec cette approbation, la nation devient République bolivarienne du Venezuela. Le 15 décembre, des coulées de boue affectent l’état de Vargas et l’aire métropolitaine de Caracas, occasionnant environ 1 000 morts et 150 000 déplacés. La catastrophe est nommée La Tragedia.
2000 Des « méga-élections », annoncées en principe pour mai et visant la réélection de tous les pouvoirs publics, ont lieu en juillet, dans le cadre de la nouvelle Constitution. Chávez est réélu président.
En décembre, ont lieu les premières manifestations de l’opposition contre le « décret 1.011 » ; elles revendiquent la liberté d’éducation contre un projet de « supervision idéologique » dans les écoles.
2001 Tournée euro-asiatique du président Chávez. Le 25 août, Fidel Castro visite le Venezuela. Le 1er novembre, l’Assemblée nationale octroie les pleins pouvoirs au président pour édicter 49 décrets-lois, dont celui nommé « Loi de terres ». Le 1er décembre, Victor Cruz Weffer, général de l’Armée de terre et directeur du plan Bolívar 2000, est mis en cause pour détournement de fonds.
2002 Le 12 février, la monnaie connaît une dévaluation de 30 % en un mois. Au cours du mois de février, plusieurs militaires se prononcent publiquement contre Chávez et appellent à sa démission.Grève des cadres de l’industrie pétrolière. Le 11 avril 2002, coup d’État manqué. Le président Chávez reprend le pouvoir 48 heures après. En octobre, des militaires ayant participé au coup d’État manqué d’avril effectuent des pronunciamientos (allocution publique dans les médias de militaires qui se déclarent contre Chávez sans pour autant prendre des armes) successifs et occupent la place Altamira de Caracas. Installation d’une « table de négociations » sous la tutelle de l’OEA pour entamer un dialogue démocratique entre le gouvernement et l’opposition. Le 2 décembre 2002, début du gran paro petrolero, la grève du pétrole, qui vient s’ajouter à un mouvement de grève générale.
Le 26 décembre, Chávez licencie 90 cadres de Petróleos de Venezuela SA lors de son émission Aló Presidente.
2003 Janvier : la grève générale continue. La popularité du gouvernement descend pour la première fois en dessous de 40 %. Plus de 7 000 petites et moyennes entreprises font faillite. La grève dure 63 jours.
Le 3 février, fin de la grève générale et de la grève du pétrole.
Le gouvernement crée les « Missions », programmes d’assistance sociale d’urgence. L’opposition rassemble le nombre de signatures nécessaire pour demander un référendum révocatoire. Les homicides passent à 11 037 par an.
2004 En février, l’opposition organise des émeutes appelées guarimbas, des barrages violents empêchant la libre circulation dans les principales villes du pays.
Le 15 août se tient le référendum révocatoire. Chávez triomphe. L’opposition conteste les résultats. Le Centre Carter et l’OEA approuvent les résultats.
Le 18 novembre, l’avocat Danilo Anderson, chargé par le Ministère public de l’investigation sur le coup d’État manqué du 11 avril 2002, meurt dans un attentat à la bombe.
Le 14 décembre, création de l’Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA).
2005 Élections législatives (Assemblée nationale) où la coalition gouvernementale obtient la majorité absolue. L’opposition décide de ne pas participer à ces élections et conteste la neutralité du Conseil national électoral. L’abstention est de 75 %.En juin 2005, création de Pétrocaribe, accord de coopération énergétique par lequel le Venezuela s’engage à fournir du pétrole aux pays signataires à des tarifs préférentiels.
Forum social mondial de Porto Alegre.
2006 Aux élections présidentielles de début décembre, Hugo Chávez est élu avec 63 % des voix pour la période 2007-2013. Le candidat unique de l’opposition, Manuel Rosales, obtient 37 %.
Le président Chávez promet d’instaurer le « Socialisme du xxie siècle » dans le pays.
Création du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV).
Discours devant l’Assemblée générale des Nations unies à New York, où Chávez qualifie George W. Bush d’incarnation du diable.
2007 Référendum sur la réforme constitutionnelle, première déroute électorale de Chávez. La proposition de réélection indéfinie du président est rejetée avec 50,7 % des voix.
2008 En mars, expulsion de l’ambassadeur de la Colombie à Caracas à la suite de la crise provoquée par la supposée complicité du président Chávez avec les FARC (guérilla colombienne).
En septembre, crise diplomatique qui concerne le Venezuela, la Colombie et la Bolivie : Hugo Chávez et Evo Morales (Bolivie) annoncent l’expulsion des ambassadeurs des États-Unis. Dans le cas de Caracas, cette expulsion fait suite aux sanctions que le gouvernement fédéral des États-Unis avait annoncées contre des hauts fonctionnaires vénézuéliens qui auraient des liens avec les FARC (guérilla colombienne).
Fin novembre : élections régionales. La coalition gouvernementale gagne 18 États et l’opposition en gagne 5.
2009 Référendum sur l’amendement constitutionnel où est votée pour la seconde fois la réélection indéfinie du président. L’amendement est accepté.
2010 Le 17 décembre, juste avant les élections législatives, l’Assemblée nationale à majorité « chaviste » octroie à Chávez les pleins pouvoirs pour gouverner par décret pendant 18 mois.
Le 26 septembre ont lieu les élections des membres de l’Assemblée nationale jusqu’à 2016. Le parti de Chávez triomphe mais n’obtient pas les deux tiers des députés nécessaires pour approuver des lois sans l’accord de l’opposition.
2011 La presse affirme qu’Hugo Chávez est malade d’un cancer.
2012 En juillet Hugo Chávez est opéré pour la deuxième fois d’une tumeur dans la zone pelvienne.
Le 7 octobre, Chávez est réélu avec 54,4 % des voix face à Henrique Capriles Radonski.
Chávez part à Cuba pour se soigner le 10 décembre. L’incertitude règne car l’investiture était fixée pour le 10 janvier 2013.
2013 Le 9 janvier 2013, le Tribunal suprême de justice déclare que Chávez peut prêter serment plus tard.
Le 5 mars, mort de Chávez à Caracas.
Le 14 avril Nicolas Maduro, désigné par Hugo Chávez comme son successeur, gagne les élections face à Henrique Carpiles Radonski avec une différence de 1,49 % des voix.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search