Version classiqueVersion mobile

Le chavisme

 | 
Paula Vásquez Lezama

Le pouvoir politique et les pauvres

Chapitre 6. Souffrants ou ingrats ? Une distinction politique

Texte intégral

1Avec la pérennisation des refuges en zone militaire, sinistrés et militaires changent de statut. Les femmes en attente d’un emploi ne sont plus des victimes mais les bénéficiaires potentielles d’un programme social aux conditions d’admission spécifiques. Quant aux militaires, ils passent du rôle de sauveurs à celui de gestionnaires des ressources du « Plan de dignificación de la famille vénézuélienne », opérant dans la plus grande ambiguïté sociale, politique et administrative.

  • 1 Voir en particulier les articles 326 et 328 de la Constitution de la République bolivarienne du Ven (...)

2La militarisation compassionnelle ne relève pas uniquement de la mobilisation ponctuelle des pouvoirs publics, mais également de la redéfinition même du rôle des Forces armées dans la société vénézuélienne. En effet, les principes du bolivarianisme formalisés sous la présidence de Chávez font reposer l’harmonie de l’unité nationale sur un « pacte civico-militaire » dans lequel les effectifs des Forces armées participent activement à l’administration publique. Ces principes sont présents dans le texte constitutionnel approuvé en décembre 1999, où se dessine un rôle assigné aux Forces armées radicalement différent de celui établi sous le régime précédent. Les modifications constitutionnelles qui définissent ce nouveau rôle se résument en trois points : d’abord, la suppression de l’interdiction pour les cadres militaires actifs d’exercer simultanément des fonctions dans l’administration publique ; ensuite, l’établissement d’une « co-responsabilité » de l’État et de la société en matière de sécurité de la nation, c’est-à-dire que le gouvernement peut militariser les forces de l’ordre et qu’en même temps les civils peuvent participer à des fonctions de défense de la nation ; enfin, la définition d’une obligation constitutionnelle des Forces armées à mettre en œuvre des politiques de développement1.

  • 2 La conception de l’intervention directe des Forces armées dans les politiques sociales qui domine d (...)

3Ainsi, depuis 1999, les cadres militaires ont largement investi l’appareil bureaucratique des institutions civiles. Entre 600 et 2 500 officiers actifs occupent depuis 2001 des postes de cadres dans les institutions publiques (Manrique 2005 : 782). Ces effectifs militaires, notamment issus de l’Armée de terre, assurent la mise en œuvre des politiques sociales confortant la militarisation des institutions de l’État vénézuélien2. Cette forme de militarisation dépasse toutefois la configuration classique du transfert de compétences des pouvoirs locaux aux militaires pour faire face à une situation extrême (Gilbert 1992) et développer des actions spéciales temporaires destinées à gérer la crise. Elle diffère également du processus sociétal global qui légitime l’affectation de ressources à des entreprises publiques et privées à des fins de sécurité et de défense, comme dans le contexte nord-américain post-11 septembre 2001 (Lutz 2004).

4Dans ce binôme civico-militaire bolivarien, il y a une nouvelle organisation téléologique de l’État où les pauvres assistés sont certes les bénéficiaires d’une solidarité nationale, pour reprendre la formulation classique de Georg Simmel (2002), mais où leurs obligations restent cependant floues. Dans le cadre de la restructuration des institutions de la révolution bolivarienne se développent des jeux de négociations entre les nouveaux ayants droit et les nouveaux pouvoirs publics.

5Voyons un exemple. Le nouveau site La Unión, dans la banlieue de la ville de San Carlos (environ 100 000 habitants), capitale de l’État de Cojedes, situé à 268 kilomètres de Caracas, accueillit une centaine de familles en 2001. Les familles relogées sur ce site émirent un appel en 2001 destiné au président Chávez pour dénoncer le fait « qu’elles avaient été trompées par la Direction de l’habitat du FUS » et que les logements leur ayant été attribués étaient insalubres.

  • 3 J’ai retranscrit le texte de la lettre accompagnant la plainte qu’ils ont déposée au FUS en essayan (...)

San Carlos, 25 janvier 20013
Nous lançons un appel au Président Hugo Chávez Frías car pour les Dignificados de Vargas habitant le site La Unión les choses vont de mal en pis.
Nous sentons qu’on nous fait du tort parce que nous passons d’une tragédie à une autre, et nous le vivons en chair et en os.
Nous avons besoin de logements dignes, or les maisons du site La Unión n’ont pas les qualités nécessaires pour être habitables.
Le site La Unión présente beaucoup de problèmes, dont : pas de tuyau d’écoulement des eaux usées, égouts bouchés, et ces eaux putrides qui forment des flaques d’eau sale dans lesquelles prolifèrent des insectes infectés.
Pour compléter le tout, des lagunes dégagent des odeurs putrides insupportables, ce sont pratiquement des fosses septiques, et les maisons présentent des fissures.
La santé est en danger constant, avec tous types d’épidémies causées par les fléaux et toutes sortes d’insectes qui ont infecté les enfants et les adultes qui présentent un état très avancé de plaies virulentes, et le plus triste est que lorsque la « sanidad » est venue, nous lui avons demandé une solution parce que le secteur n’est pas habitable.
Aussi le problème a été porté à la connaissance du gouvernement national et régional de l’État de Cojedes pour qu’ils remédient au problème du chômage, qui concerne non seulement cette communauté mais aussi l’État.
Mais nous n’avons pas reçu de réponse concrète. Le sac de nourriture distribué à chaque famille du site La Unión est arrivé incomplet, et on nous a de plus annoncé que c’était la dernière livraison.
Finalement nous lançons un appel au commandant de la Garnison et au FUS pour intervenir dans l’affaire car nous nous sentons oubliés.
Sans rien d’autre à ajouter, nous demandons aux autorités et organismes compétents leur précieuse attention et collaboration pour ces familles dignificadas du site La Unión.
Avec grande urgence nous vous demandons votre AIDE,
DIGNIFICADOS DE L’URBANISATION UNIóN

6La lettre adressée au président Chávez était accompagnée d’un dossier constitué de coupures de la presse locale et d’un rapport élaboré par le médecin-chef du district sanitaire de San Carlos. La promesse d’emplois, non tenue, et les défaillances dans la distribution des sacs de nourriture contribuaient au sentiment d’abandon et d’oubli de la part du gouvernement. Une tactique discursive est perceptible dans la mise sur le même plan de La Tragedia et de leur détresse actuelle dont témoigne l’expression « passer d’une tragédie à l’autre ». Mais ce document comporte aussi deux autres éléments significatifs. Le premier est qu’il s’inscrit dans le registre d’une supplique (Fassin 2000), élaborée dans des termes semblables à ceux des « petits papiers » (papelitos) envoyés régulièrement au président Chávez, des messages écrits qu’on essaie de lui faire parvenir par divers moyens (réseaux administratifs et personnels), malgré les contraintes imposées par ses gardes du corps.

7Le second élément a trait au rappel du nouvel ordre politique promulgué par la nouvelle Constitution, c’est-à-dire, la refondation de la nation inscrite dans la promesse d’une nouvelle vie par la dignification. Les signataires de la lettre se déclarent dignificados pour faire valoir la légitimité de leur demande. Ils s’investissent de la légitimité de l’identité sociale associée à la dignification pour démontrer l’indignité de leurs conditions de vie actuelles.

8La lettre citée plus haut comportait l’annexe suivante :

San Carlos, 25 janvier 2001
Nous demandons aux organismes compétents HABITAT et FUS d’être relogés sur un autre site car ces logements ne sont pas habitables, ils ont des murs fissurés, il n’y a pas d’écoulements ni pour des eaux sales ni pour les eaux propres, il y a trop d’insectes aux alentours et trop de personnes infectées ; alors que toutes les familles sont arrivées saines, nous nous retrouvons du jour au lendemain avec des plaies de tous types, avec toutes sortes de maladies de la peau, des asthmes et problèmes cardiaques, etc.
Nous avons besoin de votre aide généreuse et de votre présence. Ce lotissement est situé près de l’aéroport, vous devez arriver jusqu’à la lagune où se présentent tous ces problèmes. Nous souhaitons un relogement d’urgence car nous ne souhaitons plus rester dans cet état et dans ces conditions « sous humaines ».
Nous sommes disposés à partir vers les lieux suivants : Aragua, Valencia ou Miranda. L’unique chose que nous vous demandons est de nous aider car dans cet État ça se passe très mal, d’une façon tout à fait hors du commun, et on ne joue pas franc jeu avec nous.
Nous ne voulons pas de corruption.

9La lettre et son annexe alertent le président sur les dysfonctionnements d’institutions qui n’accomplissent pas les mandats annoncés au peuple. Le président est considéré comme un interlocuteur direct, dans la lignée de sa politique de communication officielle – en particulier de l’émission hebdomadaire de Chávez Aló Presidente ainsi que des « chaînes » nationales –, selon laquelle le président écoute et s’adresse directement aux personnes dans le besoin. Mais contrairement à d’autres dossiers en provenance des « communautés relogées », où les plaintes des sinistrés s’ancraient dans un registre vindicatif et de dénonciation de la corruption, les sinistrés de La Unión inscrivent leur révolte dans un registre plus émotionnel qui cherche certes à dévoiler les négligences de la direction du FUS mais aussi à émouvoir le président Chávez.

10Les sinistrés mécontents craignent que leurs lettres ne soient considérées comme une protestation d’« opposition ». Car les opposants se retrouvent souvent sur des « listes » du gouvernement qui sont devenues des instruments d’exclusion. En effet, à la suite des relations fortes d’Hugo Chávez avec Fidel Castro, les dirigeants cubains sont très présents dans les institutions de l’État et dictent souvent l’agenda politique de ce pays qui, depuis 2003, alimente en pétrole le régime des frères Castro. La révolution bolivarienne doit ainsi au régime cubain la création d’un appareil d’organisations étatiques de contrôle de la société. Cela explique l’apparition de listes noires au sein des institutions, sur lesquelles figurent les citoyens qui se sont mobilisés ouvertement contre le gouvernement. Ces listes servent notamment à les exclure ou à menacer des fonctionnaires ainsi que les bénéficiaires des « Missions » et des programmes de logement.

11C’est au début du mois d’avril 2004 que la liste des fonctionnaires publics ayant signé la pétition appelant à la tenue d’un référendum pour la suspension du mandat présidentiel a été rendue publique : les institutions publiques disposaient de la liste des quelque 3,4 millions de pétitionnaires, dite liste « Tascón », du nom du député ayant illégalement obtenu les bases de données de la Commission nationale électorale (CNE) et les ayant publiées sur son site Web personnel, en violant ainsi le secret du vote. Le référendum révocatoire fut effectivement organisé le 15 août 2004 et vit le triomphe de Chávez avec 59 % des voix en sa faveur contre 40,6 % pour la suspension de son mandat. La liste devint alors un instrument puissant du gouvernement pour intimider les fonctionnaires, les fournisseurs et les adjudicataires des organisations de l’État qui avaient signé la pétition. Plus de 800 citoyens ont porté plainte contre les discriminations dont ils ont été victimes via l’utilisation de la liste « Tascón ».

12Ainsi, la polarisation politique qui tétanise la sphère publique vénézuélienne explique en grande partie la grande prudence politique des dignificados de La Unión quand ils officialisent leurs plaintes et brossent un tableau critique de leurs conditions de vie sur le nouveau site. Les bénéficiaires relogés aspirent à se donner une visibilité auprès du président, mais ils ne souhaitent en aucun cas disqualifier la révolution bolivarienne. Et ils se gardent bien de médiatiser leurs plaintes, car les dénonciations dans la presse ne font qu’ajouter un bruit stérile dans la caisse de résonance de la polarisation, déjà assez saturée. Par cette prise de parole, ils ne cherchent pas à accéder à l’espace public mais à alerter le souverain quant aux dérives des institutions qu’il est censé contrôler. Pourtant cet avertissement n’atteint pas sa cible.

Notes

1 Voir en particulier les articles 326 et 328 de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela de 1999 (República Bolivariana de Venezuela 2000).

2 La conception de l’intervention directe des Forces armées dans les politiques sociales qui domine depuis les années 2000 est explicitée dans le « Plan de développement économique et social de la nation » (República Bolivariana de Venezuela 2001).

3 J’ai retranscrit le texte de la lettre accompagnant la plainte qu’ils ont déposée au FUS en essayant de conserver dans la traduction les tournures de l’espagnol populaire vénézuélien de l’original.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search