Version classiqueVersion mobile

Le chavisme

 | 
Paula Vásquez Lezama

Le pouvoir politique et les pauvres

Introduction

Texte intégral

1La figure du « soldat bolivarien » qu’incarne le président Chávez constitue la clef de voûte des nouvelles institutions de la République bolivarienne. Elle est le moteur d’une politique sociale qui va finalement assurer une distribution socialement juste de la richesse pétrolière. Mais l’explication de la révolution bolivarienne de l’intérieur s’impose. Les propos qui suivent partent de l’expérience de familles précaires sinistrées après la catastrophe de décembre 1999. C’est la vie quotidienne d’une population confinée et assujettie à un régime violent et autoritaire qui dévoile l’enchevêtrement du militarisme et de la compassion.

2Revenons au contexte de l’enquête ethnographique en question. Dans l’urgence de la catastrophe de décembre 1999, la constitution de refuges à l’intérieur des zones militaires sembla une solution légitime aux autorités nationales, régionales et locales, et toutes accueillirent de façon bienveillante la présence des soldats de l’Armée de terre dans les refuges installés hors des sites militaires. Les forts militaires les plus importants du pays – Tiuna (Caracas), Guaïcaïpuro (Charallave, État de Miranda), Terepaïma (Barquisimeto, État de Lara) –, ainsi que les garnisons de moindre taille situées en province, accueillirent environ 100 000 sinistrés de La Tragedia. Cette ouverture des casernes à la population civile bénéficia d’un consensus social et politique dont l’origine est contextuelle – le gouvernement de Chávez s’appuyait déjà sur l’Armée de terre – mais aussi historique.

3Dès janvier 1999, un an avant la catastrophe, le gouvernement avait proclamé son devoir de répondre à l’urgence sociale produite par la misère et la pauvreté du peuple victime de l’ancien ordre national ; cette idée avait longuement été reprise dans le discours d’investiture du président (Chávez 1999). Le plan Bolívar 2000 instituant l’intervention sociale des Forces armées fut conçu comme une action humanitaire nécessaire, une réponse temporaire à l’urgence, et non comme une politique publique : les soldats resteraient en dehors des casernes tant que le peuple aurait besoin d’eux, tant qu’il y aurait urgence sociale.

4En 1999, Chávez définissait son projet comme une manière de restituer l’Armée de terre au peuple et de la mettre au service des citoyens. Cet argument fonde le programme social militaire Bolívar 2000 par lequel l’Armée de terre doit affecter ses effectifs, ses moyens et ses ressources à la mise en œuvre de programmes d’assistance et de développement. Ce programme vise dans l’urgence à réparer les infrastructures des quartiers populaires – écoles, cliniques –, à construire des logements et à acheminer la nourriture vers des sites isolés (Fariñas 1999), mais il s’est ensuite consolidé comme une politique publique permanente. Sa temporalité est paradigmatique d’un mode de gestion – en particulier des politiques d’aide sociale – où le provisoire finit par se stabiliser.

5Souvent considéré par les analystes comme l’expression d’une « militarisation probablement éphémère des politiques publiques » (Dabène 1999), le plan Bolívar 2000 est la manifestation la plus concrète des politiques sociales militarisées de l’urgence, comme Chávez le signale lui-même en 2003 lors de son discours télévisé transmis en « chaîne nationale » (cadena) proclamant « jour de la dignité nationale » le 4 février. C’est une politique qui engage des effectifs militaires pour mener à bien des actions que la révolution estime ne pas pouvoir confier aux institutions traditionnelles de l’État, jugées « trop corrompues » par les partis politiques.

6Avec les inondations de décembre 1999, la militarisation compassionnelle de la gestion des sinistrés s’inscrit dans le projet politique révolutionnaire du gouvernement d’Hugo Chávez, trouve à nouveau à s’exprimer dans le « Plan national de dignification de la famille vénézuélienne » décrété par le président.

7Le choix politique effectué par Chávez de faire de la catastrophe un élément symbolique appelle au recommencement, c’est-à-dire à la création d’un nouvel ordre social à partir de l’approbation de la Constitution de 1999. La dignificación (« dignification ») des sinistrés – néologisme qui désigne les programmes d’aide et de prise en charge – constitue donc un symbole de la révolution bolivarienne dans le système de représentation fondé sur une dramatisation extrême de la société vénézuélienne.

  • 1 Les analyses anthropologiques de la politique de dignification ont été l’objet de mes publications (...)
  • 2 Laëtitia Atlani-Duault a bien remarqué que la notion d’aide humanitaire se répand dans les discours (...)

8La dignification va au-delà d’une prise en charge humanitaire ou d’un dédommagement matériel. Elle s’inscrit dans une logique de transformation de la société où les cas de renaissance, de refondation et de recommencement sont nombreux. C’est la raison pour laquelle j’ai identifié les moments et les lieux où la dignification se réalise, où elle est attendue et espérée. Elle est en scène dans des rituels politiques spécifiques, elle est une forme de réparation et de rédemption politique qui s’effectue dans les divers rassemblements organisés par le président Hugo Chávez. La dignification est ainsi le résultat de la création locale d’un discours et d’une pratique de mise en œuvre d’une gamme de politiques publiques adressées aux victimes de la catastrophe1. Relevant d’une politique d’assistance sociale nationale, et loin des modèles de l’aide humanitaire internationale (Atlani-Duault & Vidal 2009)2, le « Plan de dignificación de la familia venezolana » du président Chávez s’inscrit efficacement dans la promesse de transformation sociale et d’avenir socialement plus juste de la révolution.

9De nombreux refuges furent mis en place pour héberger temporairement les familles sinistrées ou rescapées dont les maisons avaient été détruites. Le gouvernement révolutionnaire s’empare de l’événement en promettant de « rétablir la dignité perdue » des victimes pauvres de La Tragedia, identifiant ainsi les sinistrés à tous les pauvres du pays. C’est en mobilisant cette attente de la société pour un changement social annoncé par la révolution que Chávez construit le discours officiel concernant la prise en charge de la population sinistrée pauvre. 70 % des familles hébergées en zone militaire vivaient avant la catastrophe au-dessous du seuil de pauvreté (España et al. 2000). L’aide aux victimes relève d’une action publique humanitaire fondée sur une série d’opérations militarisées : prise en charge alimentaire, hébergement, emploi temporaire et relocalisation.

10Le travail ethnographique effectué dans les forts militaires où ont été accueillis les sinistrés montre l’interaction entre les officiers et les victimes de la catastrophe provisoirement logées dans ces sites. Les militaires ont eu à leur charge l’hébergement des familles, la nourriture, l’administration des plans d’emploi temporaires destinés aux sinistrés de la catastrophe. La création de refuges à l’intérieur des forts militaires est exceptionnelle par le contexte de changement politique dans lequel elle a été décidée : celui de l’avènement au pouvoir d’un gouvernement qui met en avant la compassion envers les pauvres. La prise en charge des victimes sous l’égide bolivarienne constitue l’un des paroxysmes de la compassion, ce terme étant entendu dans le sens proposé par Hannah Arendt de sentiment de proximité éprouvé pour les souffrances d’autrui. Cette politique d’assistance redéfinit dans un contexte de crise sociale profonde la relation entre les militaires, acteurs par excellence de l’urgence, et les victimes défavorisées. La dignité apparaît donc dans la prise en charge des sinistrés de la catastrophe mais également dans la revendication de la souveraineté populaire ainsi que dans le recours à l’Armée de terre comme protagoniste de la transformation sociale impulsée par le régime révolutionnaire. Néanmoins, une fois l’urgence achevée, la militarisation compassionnelle se heurte à des limites institutionnelles et sociales que la normalisation, dans le double sens du terme, lui impose.

Notes

1 Les analyses anthropologiques de la politique de dignification ont été l’objet de mes publications depuis 2005. Les trajectoires institutionnelles et sociales des sinistrés ont été traitées dans Vásquez Lezama (2009 : 192-210). Les enjeux de l’action publique humanitaire sont analysés dans Vásquez Lezama (2011b : 473-482). Les formes ritualisées présentes dans la mise en œuvre de ces politiques sont l’objet de Vásquez Lezama (2008 : 129-153).

2 Laëtitia Atlani-Duault a bien remarqué que la notion d’aide humanitaire se répand dans les discours nationaux et transnationaux depuis les années 1990 (Atlani-Duault 2009 : 33). Or la politique de dignification relève d’une politique nationale, elle n’est pas complètement assimilable à une aide humanitaire transnationale comme celle des ONG.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search