Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n'aura pas lieu. Histoire politique de Séparations des Églises (1902-1908)

 | 
Jean Baubérot

Seconde partie : Du conflit des gauches à la place de la religion dans l'espace public, en France métropolitaine et algérienne

Chapitre 6

L’affrontement entre séparatistes sur les articles 6 et 6 bis : la revanche ratée des vaincus de l’article 4

Texte intégral

  • 1 Au congrès du parti radical qui s’est tenu à Toulouse du 7 au 9 octobre 1904, « chacun avait en poc (...)
  • 2 L’optique de Combes d’un « Concordat renforcé » n’a pas disparu par enchantement : le directeur des (...)

1Le 27 mai dans Le Rappel le radical-socialiste Charles Bos affirme que seulement « deux cents députés [sont] partisans de la séparation ». Depuis des lustres, la presse, les politiques de droite et du centre profèrent un propos analogue, mais ils sont juges et parties. La donne change quand un séparatiste convaincu reprend la même antienne, après dix semaines de débats parlementaires ! Pourtant, ajoute Bos, il faudrait conclure avant les congés de juillet ; or les parlementaires s’affrontent à propos du… sixième des 37 articles du projet de loi. En outre, le député insiste sur les divergences entre les séparatistes1, qui sont loin de se réduire à l’ajout apporté à l’article 4 : dans les « luttes de la tribune », les orateurs de gauche prétendent tous vouloir « la séparation plus que personne. Mais ils la veulent de diverses façons », avec ou sans « nouveau Concordat2 », avec ou sans « persécution », avec ou sans « schismes », et « cette macédoine de séparations contradictoires […] plonge dans la joie » ceux qui marchent vers la séparation en reculant, ou n’en veulent pas.

2D’autres quotidiens de gauche se montrent encore plus sévères. Partisan d’une séparation de combat, le journal La Lanterne s’en prend, le même jour, aux « républicains dégénérés [qui] pataugent depuis six semaines dans [une] inextricable controverse », à une « majorité veule [… qui] se prête complaisamment au jeu de l’adversaire ». Il lance un avertissement solennel : « Que les républicains y prennent garde ! Ils jouent en ce moment le sort de la République. » Entre ces deux pôles de la mouvance séparatiste, Sigismond Lacroix (Le Radical, 28 mai) dénonce la « faute collective » des députés favorables à la Séparation, dont aucun « ne consent à faire au projet commun le sacrifice d’aucun amendement, d’aucun discours ». L’éditorialiste se demande, en fait, « de quel côté sont les partisans de la séparation et de quel côté sont ses adversaires » !

  • 3 Cet article ne figure pas dans l’ouvrage (Mun 1906) censé rassembler ses articles sur la Séparation

3Cette « tragique fureur des “frères ennemis” » met en joie Albert de Mun (Le Figaro, 29 mai3) ; en généralisant, il l’attribue à l’inconséquence des membres de la majorité. Ceux-ci veulent « défendre la séparation et garder le Concordat. Je suis pour la séparation : voyez mes votes ! Je suis concordataire : voyez mes amendements ! » ironise-t-il. Le député de l’APL croit assister à « l’enterrement de la séparation », sauf que, « spectateur attentif » du conflit intra-républicain, il reconnaît que la réforme n’est pas tout à fait morte. En effet, il trouve Briand « admirable » et il ajoute : « ceux qui veulent la séparation […] lui doivent une fière chandelle. Sans lui, la loi serait par terre ».

4Plusieurs semaines après la modification de l’article 4, la guerre des gauches républicaines sévit toujours et, a constaté La République de l’Ouest (16 mai), elle semble « ne devoir jamais prendre fin ». Buisson, président de la Commission, se tient d’ailleurs en embuscade : pour lui la solution se trouve dans la modification de l’article 17, définissant les associations cultuelles. Briand peste contre ce « byzantinisme » qui peut « faire échouer la réforme, […] crime contre la République ». Mais ce qui est, pour lui, une chicane sur le sexe des anges paraît à d’autres une altercation sur des points essentiels. Les opposants à l’ajout promeuvent une modification de l’article 6 (futur article 8) et, surtout, un projet d’article 6 bis, oublié par la mémoire et par l’historiographie.

5Enfin, parallèlement aux débats sur la séparation, « la question viticole “envahit” le Parlement » et elle oppose une « France du Nord, urbaine et industrielle », face à un « Midi méditerranéen » où la « viticulture [est] hégémonique ». La fracture est « d’ordre économique et législatif », avec une « forte composante sociale et culturelle » (Escudier 2000 : 185). Des conservateurs Laurens-Castelet et Ramel aux personnalités de gauche Aldy, Bourrat, Doumergue, Razimbaud, Sarraut, Sauzède, etc., en passant par le progressiste Bartissol et le député de l’UD Escanyé, les élus du Midi font bloc, sans toutefois l’emporter, ce qui préfigure l’insurrection du Midi viticole de 1907, « sous-estimée par les historiens de la Troisième République » (Machelon 2002 : 417).

La guerre russo-japonaise : une menace pour la France lors du conflit des gauches

  • 4 Le 22 avril, devant les protestations du Japon et le constat, émis par Delcassé, que l’opinion publ (...)

6Ces disputationes se déroulent dans un contexte international toujours lourd de menaces. La flotte russe se « promène de colonie française en colonie française » (L’Aurore, 25 avril), au grand dam du Japon. Selon Tokyo, deux escadres russes auraient utilisé, à de nombreuses reprises, « les eaux françaises » pour stationner, se ravitailler, effectuer des réparations, se mettre à l’abri avant d’opérer leur jonction : Cherbourg, Dakar, Alger, Djibouti, Majunga et Nossi-bé à Madagascar, enfin, très près du théâtre des opérations, les baies de Kam-Ranh et de Hon-Khoï (ou Port Dayot) sur la côte d’Annam4 (Le Temps, 11 mai).

  • 5 Il effectue alors une visite officielle à Paris.

7Tout cela, tempête Clemenceau (L’Aurore, 9 mai), peut aboutir à « l’équivalent d’une déclaration de guerre », et le Times avertit la France du « grave péril » dans lequel elle se met : en cas de conflit, l’Angleterre serait obligée de prendre le parti du Japon. Et même si elle restait neutre, ajoute le Tigre, « des portes de Metz, […] des frontières de la Belgique » arriveraient les forces armées allemandes, pendant que le Royaume-Uni garderait les mers » contre une éventuelle attaque provenant de l’Allemagne. D’autres éditorialistes partagent ses craintes : Harduin (Le Matin, 9 mai) fustige les querelles internes aux gauches sur la Séparation, alors qu’« un coup de canon tiré là-bas [en Asie] par un officier maladroit […] peut faire naître les pires complications » : le roi de la Grande-Bretagne, Édouard VII, favorable à la France5, peut céder à « la pression de l’opinion dans son pays » ; l’Allemagne s’en félicite à l’avance ! Gérault-Richard craint également « une guerre avec le Japon » (La Petite République, 15 mai).

8À ce pessimisme, certains ajoutent une note complotiste : « la situation de l’Europe [… est] menaçante », car le « parti clérical » recherche « dans la plus funeste aventure » une « diversion » qui empêcherait la Séparation : le cœur de cette « ténébreuse intrigue » est « à Rome », croit savoir La Lanterne (10 mai). L’Humanité du 9 mai se montre persuadée que le « tsarisme », face à ses difficultés extérieures et internes (les manifestations du 1er mai ont été violemment réprimées, en particulier à Varsovie), veut « étendre à l’Europe le conflit qui ensanglante le nord de l’Asie ». Pas du tout, affirme L’Express de Lyon (14 mai), c’est le « parti révolutionnaire » en France même qui, organisant des troubles (Agen, Cette [=Sète], Limoges, Roanne, Saint-Étienne, Toulon, mutinerie à Châtellerault, grève des policiers à Lyon…), espère « une déclaration de guerre survenant à l’improviste », qui lui donnerait « la mainmise » sur la République.

  • 6 Sur les différents événements de la guerre entre la Russie et le Japon, cf. Crochet & Piouffre 2010
  • 7 J’insiste sur cet aspect car, de façon étonnante, n’est retenue aujourd’hui que la crise franco-all (...)

9Lors de la reprise des travaux de la Chambre, le 15 mai, les premières interpellations adressées au gouvernement (par Pressensé et Vaillant) concernent les violations par la France de sa neutralité face à la guerre entre la Russie et le Japon, alors même que le débat sur le projet de séparation reprend dans un climat tendu où la Délégation des gauches espère contrer les décisions de la Commission. Si le danger d’une implication immédiate de la France s’éloigne ensuite, la flotte russe est décimée, le 28 mai, à la bataille navale de Tsoushima, ce qui fait les gros titres de la presse. Début juin, le tsar Nicolas II doit accepter la médiation offerte par le président des États-Unis, Theodore Roosevelt6. Non seulement la France ne peut plus compter sur son alliée (la Russie est, « pour longtemps, quantité négligeable en Europe », écrit Lacroix le 1er juin), mais le Japon, qui n’a pas oublié l’attitude française, va avoir des visées sur l’Indochine, obligeant l’Hexagone à abandonner ce fleuron colonial ou à lui faire la guerre7.

10Au même moment, le sultan du Maroc, Moulay Abd-el-Aziz, tente de sauvegarder l’indépendance de son pays en profitant de la rivalité entre la France et l’Allemagne. Cette dernière s’insurge contre la politique de Delcassé cherchant, selon elle, à « l’isoler » en renforçant l’Entente cordiale. Guillaume II menace d’« envahir la France dans vingt-quatre heures » (Combarieu 1932 : 315). Pour éviter ce risque de guerre, le président du Conseil obtient de Loubet le départ du ministre (6 juin). Ce dernier confie à Paléologue (1934 : 340) : « Les Allemands feront payer cher à M. Rouvier sa victoire d’aujourd’hui. » L’affaire a rendu une nouvelle fois manifeste la fragilité de la paix en Europe… et l’impréparation de la France, focalisée sur ses problèmes politico-religieux. Ne doit-on pas, dans ce contexte, éviter de graves troubles intérieurs ? Ce 6 juin, en tout cas, est vécu comme une « révélation » par Péguy (Thiers 2001) et engendre de la « mélancolie » chez Jaurès (Duclert 2001).

L’Église catholique privée de « persécution »

  • 8 Combes, père de la Séparation : ce thème continue de faire florès !

11Avant l’adoption du célèbre ajout à l’article 4, des militants catholiques comptaient profiter des congés parlementaires pour effectuer une démonstration de force auprès des députés, de retour dans leurs circonscriptions. La Croix du 16 avril en appelle à la mobilisation : la Chambre est en train de voter la séparation parce qu’un « apostat rageur » (= Combes) en a décidé ainsi8, révoltez-vous, « chargez à mitraille, allez influencer votre député, irradiez-le de votre conviction. […] La girouette est entre vos mains » ! De leur côté, des militants ultraséparatistes colportent inlassablement une version repoussoir de la séparation (transformation des églises en bibliothèques, universités populaires, théâtres, et même « estaminets »…) qui crédibilise un discours catholique criant à la « spoliation » prochaine. Inversement, il manque toujours une véritable campagne effectuant la promotion d’une séparation libérale. Constatant ce fait, Barthou, selon La Petite Gironde du 25 mai, suggère que la Délégation des gauches diligente une série de conférences en ce sens. Mais celle-ci n’est pas la mieux placée pour l’entreprendre, elle est occupée à influer sur le « projet Briand ».

  • 9 Cf. l’intégralité de cet article in Jaurès 2009 : 662 sq.

12Le camp catholique semble avoir le champ libre. Cependant, Jaurès le souligne dans La Dépêche du 30 avril, le vote du 22 avril change la donne : « la droite, en adoptant avec tout le parti républicain l’ensemble de l’article 4, s’est retiré à elle-même […] tout moyen de crier à la persécution et à la violence9 ». Effectivement, si la campagne catholique persiste, elle charge beaucoup plus difficilement « à la mitraille ». Certes, des munitions continuent d’advenir, telle la publication du roman populaire, à l’écriture élégante, L’isolée, de René Bazin (2011 [1905]). L’auteur y raconte les malheurs de congréganistes enseignantes consacrant leurs vies aux enfants de canuts à Lyon, obligées de se disperser à la suite de la fermeture de leur école. La plus jolie (!), sœur Pascale, subit un véritable calvaire. Empathie garantie : pour Mun (Le Gaulois, 8 mai), rien de plus « poignant » que le récit du « drame » qui se cache « sous la défroque empruntée de la “sécularisée”, au milieu d’un monde indifférent et jouisseur, perfide et railleur où l’a rejetée l’inexpiable violence […] de malfaiteurs politiques ». L’académicien Pierre de Ségur y voit un livre qui témoigne « des tristes temps que nous traversons » (cité par Catta 2005 : 52).

13Autre publication qui rencontre un bon écho : L’Église vengée, réponse catholique à l’écrit d’Anatole France L’Église et la République (1904). Son auteur veut montrer que le Syllabus n’attaque pas la civilisation moderne, seulement ses dérives, que la « conduite de l’Église » s’est toujours inspirée du « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Maumus 1905 : 12). Enfin, les campagnes d’affiches se poursuivent, alertant les populations laborieuses : si les catholiques doivent consacrer leur argent à payer les prêtres, « ce sont les secours aux pauvres » qui vont en pâtir. Moralité : chacun doit lutter pour maintenir le Concordat.

14Néanmoins, le quotidien La Croix (27 avril) rejoint les partisans des associations paroissiales qui pourraient bien, le jour venu, prendre le nouvel habit d’associations cultuelles. Elles regrouperont les « catholiques décidés » et, pour en faire partie, une cotisation variable « suivant les revenus de chacun » sera instaurée. On se prépare donc à la suppression du budget des cultes, à une rupture « acceptable » dès lors que « l’unité de l’Église » n’est plus menacée. Au congrès du Sillon de Bretagne, tenu à Quimper, Sangnier surprend en détaillant, devant plus de 4 000 personnes, ce qu’il appelle « nos belles raisons d’espérer » (L’Ouest-Éclair, 25 avril). Le Pèlerin (30 avril), publication catholique populaire, confirme cet optimisme : il ne faut plus « se réfugier » dans l’« opposition irréductible », désormais c’est « un devoir de conscience de collaborer à la confection de la loi [de séparation], de l’améliorer* ».

  • 10 Treize évêchés se trouvent, alors, vacants : Agen, Ajaccio, Auch, Bayonne, Chartres, Constantine, D (...)

15Ce climat paraît favorable à un certain apaisement. Des parlementaires (Cochin, Pichon), des personnalités (le marquis de Castellane), des évêques (Mgr Chapon à Nice, Mgr Sueur à Avignon, Mgr Petit à Besançon…) se rendent à Rome : le Vatican reçoit « de véritables avalanches de projets, plans, indications » (Le Siècle, 15 mai). Le bruit court que Pie X va accorder l’investiture canonique à trois prêtres que Combes voulait nommer évêques de Bayonne, Constantine et Saint-Jean-de-Maurienne10. Mais le Vatican ne veut pas perdre la face et il faudrait que le gouvernement français lui en fasse la demande. Or, selon Le Siècle (13 mai), pour Loubet la « proposition vient trop tôt ou trop tard » et Rouvier estime que « le ministère serait renversé » s’il agissait de la sorte. L’affaire n’aboutit pas.

  • 11 Cf. Larkin 2004 ; le prélude du tome I et le tome III.

16D’ailleurs, selon les Débats (3 mai), Pie X se montrerait de plus en plus hostile à une séparation, même libérale. Ainsi, « la nomination libre des évêques n’apparaît plus comme un avantage très appréciable » : indépendants du pouvoir civil, les prélats n’en deviendraient pas « plus étroitement reliés, ni mieux soumis à Rome ». Et « les raisons financières ont pris […] une valeur plus précise ». Ce dernier aspect peut être relativisé à la lecture de l’entretien accordé à Boyer d’Agen par Pie X (Je sais tout, juin) : il est urgent d’attendre « que l’orage éclate avant d’en entendre les foudres ». Mais si « tout lien [est] détruit entre l’État et le clergé » ? interroge l’auteur des Parias de France (1904). Alors, répond le pape, « pauvres et persécutés, mes prêtres n’en ressembleront que mieux à leur Christ qui fut le premier pauvre et le premier persécuté ». Il ne restera « à l’Église que le ministère des meilleurs », mais « douze apôtres ont suffi […] pour la conquête du monde ». Lus rétrospectivement, ces propos annoncent la stratégie du Vatican après la séparation (un ressourcement par la « persécution » et la pauvreté) et, à l’inverse, celle de Briand (l’Église catholique « légale malgré elle »). Si ladite persécution advient, le pape est gagnant, si elle est évitée, la République l’emporte11 !

Les conseils généraux ou « le plaisir de violer la loi »

17Une autre arme que les catholiques veulent utiliser pendant les vacances parlementaires est la réunion des conseils généraux. Ceux-ci, élus par un scrutin favorisant les notables et le monde rural, peuvent majoritairement protester contre la Séparation. Certes leurs motions seront illégales, car la loi leur interdit toute prise de position politique, mais pourra-t-on ignorer un rejet massif ? Le camp catholique se faisait fort de l’obtenir… avant qu’advienne le vote de l’ajout. Des républicains de gauche estiment à l’inverse que, même en terrain défavorable, « le défi » doit être relevé par l’obtention de vœux exigeant la Séparation (La Lanterne, 1er mai).

18Il existe un moyen fort simple de contourner l’interdiction : se cantonner aux « affaires locales » lors des sessions et se réunir ensuite, dans une autre salle, pour adopter des vœux « politiques » sur des sujets divers, c’est-à-dire, outre la Séparation, une action de la France pour favoriser la paix entre Russie et Japon – les ruraux, qui ont prêté de l’argent à l’État russe, sont directement concernés ! –, l’instauration des retraites ouvrières, de l’impôt sur le revenu, la réduction de l’inégalité des salaires, l’exclusion de l’armée dans le maintien de l’ordre… Certains conseils suivent cette procédure pour adopter ce type de vœux, d’autres tiennent à délibérer pendant la séance officielle ; pourquoi, en effet, commente Le Rappel (4 mai), « se priver du plaisir de violer la loi » ? N’est-il pas très « amusant » de « piétiner » la légalité et d’obliger « le préfet à protester contre cette violation », à quitter la salle des délibérations ?

19Selon les décomptes du ministère de l’Intérieur, 30 conseils se sont préoccupés de la Séparation (en séance ou hors séance), 17 s’y sont montrés favorables et 13, opposés. Le Temps du 13 mai donne des chiffres différents, qui recoupent mon propre pointage : 39 conseils ont délibéré ; 3 ont refusé de prendre parti (Corse, Sarthe, Vienne), 19 ont voté des vœux séparatistes (Allier, Charente-Inférieure, Corrèze, Drôme, Gers, Haute-Marne, Haute-Vienne, Hérault, Indre-et-Loire, Isère, Jura, Lot, Marne, Nièvre, Puy-de-Dôme, Rhône, Var, Vaucluse, Yonne) et 17 proposent de conserver la situation présente (Aisne, Aveyron, Calvados, Côtes-du‑Nord, Finistère, Haute-Loire, Ille-et-Vilaine, Loire, Loire-Inférieure, Lozère, Maine-et-Loire, Manche, Morbihan, Seine-Inférieure, Seine-et-Oise, Vendée, Vosges). À ces chiffres, il faut ajouter la délibération du conseil général d’Alger, qui souhaite la Séparation, sous réserve de « conditions spéciales » pour « la population indigène musulmane ».

  • 12 À comparer avec celles des élections de 1902 et de 1906 (Salmon 2001 : 30 sqq.).

20La carte de France dessinée par ces votes12 montre, sans surprise, un front du refus concentré dans l’Ouest, du Calvados à la Vendée en passant par la Bretagne, et se retrouvant, accessoirement, dans une partie de l’Île-de-France et du sud du Massif central. Les votes en faveur de la « grande réforme » s’effectuent majoritairement dans la moitié sud de la France, avec des poussées vers le Nord-Est. Néanmoins, ces indications sont relatives : la majorité des conseils généraux ne se sont pas prononcés, ce qui permet à chaque camp de se dire victorieux en faisant « parler les muets malgré eux » (L’Aurore, 13 mai). En fait, ceux qui espéraient un nombre massif de motions sont déçus. Les raisons peuvent être multiples : respect de la légalité, article 4 modifié qui dédramatise la situation, guerre des gauches qui rend perplexe, attentisme prudent face à une loi dont on ignore si elle sera vraiment promulguée et, si c’est le cas, quel sera son contenu exact.

21Pour la quarantaine de conseils qui ont pris position, se borner au résultat de leurs votes déforme une réalité plus complexe. Ainsi le conseil de Haute-Loire, opposé à la Séparation selon Le Temps, demande en fait à l’État de subvenir aux frais des cultes jusqu’à ce que les associations cultuelles aient « les ressources suffisantes pour assurer cette charge ». Celui du Finistère fournit une précision intéressante : le département a été arraché aux « monarchistes » par la promesse que rien ne serait changé dans la « relation » entre l’Église et l’État, et les « républicains bretons » ne peuvent trahir sans danger cet engagement. En Seine-et-Oise, on réclame un ajournement après les élections de 1906, etc.

  • 13 Cette substitution n’est pas isolée : Briand a dû ferrailler pour que l’article premier soit… effec (...)

22Les conseils favorables à la Séparation réclament des séparations divergentes. Le Gers souhaite une solution qui alliera « l’indépendance de l’État laïque, la liberté de pensée et des croyances et la libre pratique des cultes ». On ne saurait être plus favorable au projet de loi ! C’est moins le cas en Indre-et-Loire, où l’on voudrait une séparation qui assure « la souveraineté effective de l’État laïque et sauvegarde, dans toutes ses dispositions, le principe inscrit à l’article premier : “L’État ne reconnaît et ne salarie aucun culte” ». La critique des délibérations parlementaires induit une substitution significative de l’article premier par l’article 213 ! Cas plus net encore, la Haute-Vienne (où la majorité est… socialiste jauressienne) exige un vote qui aille « dans un sens absolument favorable à l’esprit laïque et non à la papauté », car la séparation « doit libérer l’humanité du joug oppressant des cléricaux et des moines ». L’ajout est donc contesté. Au total, on trouve bien la « macédoine de séparations » indiquée par Bos.

23Du côté des militants, l’heure est plutôt au désarroi. Ainsi les « banquets gras du vendredi* dit saint », le 21 avril, coïncident avec les débats sur l’article 4. À l’issue de leur « banquet fraternel », des membres de la libre-pensée, de la Ligue des droits de l’homme et du parti radical de Laon adoptent deux motions. L’une, adressée à Bienvenu-Martin, lui demande « de résister de toutes ses forces à ceux qui s’opposent à la prompte et radicale séparation des Églises et de l’État ». Ce n’est pas la droite qui est visée ! Preuve en est la seconde motion, qui transmet à Combes des « sentiments de respectueuse admiration » pour son œuvre « d’émancipation laïque, démocratique et sociale » et indique la conviction des signataires « qu’il la continuera lorsque la séparation viendra devant le Sénat » (citée par Pouyet 2005 : 314 sq.). Ces militants anticipent déjà une séparation défectueuse votée à la Chambre et qui, grâce au Petit Père, serait rectifiée par la Haute Assemblée.

Clemenceau, Pelletan, Jaurès : divergences de fond, affrontement des affects et des ego

24Sénateur, Clemenceau est venu assister aux débats sur l’article 4 et a tenté d’y peser, en dénonçant, le 22 avril dans L’Aurore, « l’accord socialo-papalin* ». Son texte au vitriol a peut-être convaincu certains députés, sans renverser la tendance. Mais le Tigre dispose d’autres munitions dans son armoire à poisons. Ainsi, le 24 avril, il distingue l’attitude de Briand et celle de Jaurès. Le premier a parlé avec talent (« jamais avocat ne tira un meilleur parti d’un si mauvais dossier. […] Si je dois passer en jugement, je veux M. Briand pour me défendre »). En revanche, il ridiculise le second qui disserte sur la France se réservant, au xvie siècle, pour la Révolution : quand Henri IV affirmait « Paris vaut bien une messe », il préparait « la revanche de Robespierre » ; quand des nobles ont combattu la « Révolution bourgeoise », ils se réservaient « pour le socialisme de Karl Marx » ; et Jaurès lui-même, au lieu de se vautrer « dans le socialisme de la grande éloquence », pourrait « “se réserver”, derrière Jules Ferry, pour le communisme de l’avenir ». Clemenceau se souvient du temps où Jaurès l’attaquait sur sa droite ! Le leader socialiste ne répond pas.

25Trois jours plus tard, rebelote. Selon Clemenceau, « [l]a séparation de MM. les “révolutionnaires” » conduit à reconnaître « la souveraineté du droit canon » dans « la République » : le juge civil énoncera « la volonté du pape romain ». À cet argument, très utilisé dans les milieux radicaux, le Tigre ne peut s’empêcher d’ajouter que les « fougueux séparateurs » furent pressés de voter l’article 4 modifié pour pouvoir « assister aux Pâques de leur progéniture », allusion à la première communion de Madeleine Jaurès (en juillet 1901), qui avait déclenché, en son temps, une polémique de plusieurs mois dans « la plus grande partie de la presse » et jusqu’aux milieux socialistes d’Allemagne et de Belgique (Guidoni 1999).

  • 14 Briand, Jaurès, Pressensé, ce sont « eux que Rodin a fixés dans le bronze […] pour aller, corde au (...)
  • 15 Jaurès inclut dans sa missive un bel élan littéraire : « Pendant ce temps, l’abondante verdure des (...)

26Cette fois, c’en est trop pour le député du Tarn. Le 29 dans L’Humanité, alors même que Clemenceau continue ses attaques en dénonçant « les bourgeois de Calais14 », Jaurès met en cause le « niveau » où le Tigre fait « [descendre] la discussion […]. J’en éprouve une meurtrissure et une honte », affirme-t-il. Il menace de « rompre toute relation personnelle avec l’homme qui, un jour, plaisante amicalement avec [lui] et le lendemain essaie […] de [l]’avilir ». Pourtant, ajoute-t-il à son futur ex-ami, « engagés dans le même combat […] nous serons obligés plus d’une fois encore de délibérer sur la marche de l’action » et la séparation sera une « œuvre d’une fécondité admirable, quelque soin que vous preniez de la dénigrer15 ».

  • 16 Ce que relève Clemenceau dans sa lettre ouverte d’excuse dans L’Aurore du 30 avril : il espérait un (...)

27Clemenceau, qui dénonçait un hors-sujet dans le discours de Jaurès du 21 avril, a lui-même effectué un sous-entendu hors débat. Cependant, Jaurès surjoue un peu en s’emparant d’un méchant bout de phrase sans vraiment répondre sur le fond16. Il tente ainsi d’arrêter net les critiques qui fusent de la part du centre gauche (Caillaux, Leygues…) et des radicaux : Lacroix (on confond « libéralisme » et « libéralité », écrit le journaliste le 2 mai dans Le Radical), Lafferre, Ranc, Pelletan…

  • 17 Effectivement dans La Dépêche du 1er mars 1898, C. Pelletan « s’interrogea sur les mystérieuses mot (...)

28Ce dernier lui reproche d’avoir renié le Jaurès du Bloc, d’être devenu « la plus indéchiffrable des énigmes » en faisant prévaloir « la plus dangereuse revendication de M. Ribot et de l’Église ! » (Pelletan, La Dépêche, 26 avril). Or, la réplique du tribun socialiste n’évite pas, elle aussi, l’attaque personnelle (plus justifiée sans doute) : « Quand j’affirmais l’innocence de Dreyfus, écrit-il, j’étais [déjà] une énigme pour Pelletan. » Mais « peu à peu, […] l’énigme s’est débrouillée17 ». Jaurès reprend ensuite l’essentiel de son argumentation de la Chambre : vouloir « susciter des schismes » est « rétrograde », car « la lutte est engagée entre le principe d’autorité et toute la pensée libre ». Il conclut être persuadé d’avoir, « non sans [éprouver] quelque orgueil, […] excellemment servi la République » (La Dépêche, 30 avril, repris in Jaurès 2009 : 662 sq.). À son tour, l’ancien ministre affirme que c’en est fini de sa « vieille amitié » avec le leader socialiste (La Dépêche, 4 mai). Au désaccord de fond, s’ajoute la bataille des affects. Elle est d’autant plus vive que des frères d’armes éprouvent la douloureuse surprise de se retrouver soudain dans des camps opposés, ce qu’ils n’avaient jamais imaginé.

29Le 30 avril dans L’Aurore, Clemenceau reconnaît ses torts et s’excuse « de tout cœur ». Il affirme son « admiration » envers Jaurès, qui « a rendu et doit rendre encore les plus grands services à la démocratie », mais, ajoute-t-il, « notre destinée [sic !], bien que nous ayons le même idéal, est d’être le plus souvent en désaccord ». Le sénateur du Var explique ses « effets de plume » par le « mouvement de révolte » qui l’a saisi quand son interlocuteur a accusé Pelletan de « schisme » : « Quoi ! un ancien modéré, converti à la révolution sociale en était arrivé à ce degré d’infatuation qu’au moment où il faisait cause commune avec toute l’Église, […] il décrétait, de son chef, les républicains [coupables] d’hérésie. » In fine, le Tigre justifie – malgré ses excuses ! – son « allusion personnelle » : si quelqu’un veut « m’imposer dogmatiquement son autorité » après ne pas avoir donné « l’exemple d’une pratique rectiligne, […] mon droit [est]de lui dire en quoi son autorité me paraît fragile », sans commettre, pour autant, « un crime de lèse-majesté ».

Jaurès, l’arroseur arrosé

30La polémique entre les deux grandes figures républicaines va se poursuivre. Si l’évocation de la première communion de Madeleine Jaurès a affaibli Clemenceau, quand ce dernier s’en explique, elle devient plus compréhensible. Certes, le Tigre reproche au leader socialiste de se poser en donneur de leçon, mais il excelle, lui aussi, dans ce rôle ! Il relève cependant une contradiction chez ceux qui, comme Jaurès, veulent « gêner l’enseignement religieux chez autrui [allusion aux positions du leader socialiste en faveur du monopole] tout en le réservant à leur propre famille ».

31Dans son célèbre discours du 21 avril, Jaurès ne se réclame pas d’une conception politiquement libérale de la liberté, mais il manie avec virtuosité le paradoxe. Il défend, comme l’a noté Gueissaz-Peyre (2003 : 329), une pratique conciliatrice (prémunir l’Église catholique contre d’éventuels « schismes ») par un discours qui magnifie une radicalisation de « la lutte » entre le « principe d’autorité » (religieux) et « toute la pensée libre » (« la marche délibérée de l’esprit vers la pleine lumière, la pleine science et l’entière raison »).

  • 18 Cf., par exemple, La Lanterne, qui le 4 mai ne comprend pas pourquoi, après avoir pendant deux ans (...)
  • 19 Le Journal des débats du 25 avril écrit : « Après avoir été opportuniste avec Ferry, révolutionnair (...)

32De même, en rappelant son attitude courageuse dans l’Affaire, Jaurès esquive l’« énigme » relevée par Pelletan (et d’autres18) : pourquoi avoir passé une alliance tacite avec des députés de la droite catholique après s’être montré le plus fervent des combistes, y compris lors de l’affaire des fiches ? Selon Clemenceau, la réponse serait la commune « orthodoxie » des « cléricaux » et des « révolutionnaires » : « [c]’est le sort commun de ces promoteurs de paradis, dans le Ciel ou sur la terre, de vouloir soustraire leurs dogmes aux périls de la critique » (L’Aurore, 29 avril), de procéder « à l’excommunication de quiconque prétend appliquer à leur dogme le jugement de sa raison » (La Dépêche, 1er mai). Bos (Le Rappel, 1er mai) développe une antienne analogue : lors du combisme, Jaurès a imposé « son avis à la façon d’un dogme. Anathème à ceux qui osaient le discuter » et les « dissidents » en faisaient les frais. Maintenant, le leader socialiste a changé son fusil d’épaule, mais il se veut toujours un « pape infaillible […] impitoyable pour tous ceux qui refusent de le suivre dans toutes ses incarnations » successives19 : « il y a du Louis XIV et du Napoléon Ier dans cette superbe assurance qui ne supporte aucune contradiction » (ibid., 23 mai).

  • 20 Ce premier congrès national regroupe le PSF de Jaurès (102 mandats), le PSDF de Guesde (148 mandats (...)

33Ces déclarations prennent tout leur sens dans le contexte de la fondation du parti socialiste, section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), lors d’un congrès tenu à Paris du 23 au 25 avril20 à huis clos, aspect très critiqué par la presse. La prédominance des résolutions prises par les congrès internationaux et le contrôle étroit de la Commission administrative du parti sur ses députés sont décidés. Le Radical du 25 avril dénonce les « syllabus » qui « s’élaborent », les « infaillibilités » qui « se décrètent ». L’organe centriste La République française (27 avril) ne se prive pas d’interpeller Jaurès : « Vous avez abdiqué le droit de penser. […] Vous n’avez [désormais] que le droit de soutenir que l’opinion du comité. » De plus « votre comité […] n’est qu’une “section” du comité international, qui s’est réservé le dernier mot sur les questions de doctrine ». À gauche et au centre, on soupçonne les « socialistes unifiés » de se lier les mains dans une Internationale dominée par les socialistes… allemands.

  • 21 Interdiction de solliciter un mandat avant trois ans d’inscription au parti (Le Temps, le 30 avril, (...)
  • 22 Bos (Le Rappel, 1er mai) affirme, lui, que Jaurès devrait « se rappeler cette juste parole du Chris (...)

34Les Jauressiens inconditionnels répondront que leur héros a donné la preuve, jusqu’à sa mort, que sa pensée ne se trouvait pas ligotée. Bien sûr. Mais cette volonté de mainmise du parti sur ses députés – qui se renforce ensuite21 – a constitué une raison majeure de la prise de distance de certains d’entre eux – Briand au premier chef. Et la controverse rappelle un peu le sketch de l’arroseur arrosé22 : Jaurès a défendu le monopole de l’enseignement, il a, maintes fois, insisté sur « l’abdication » de la pensée personnelle selon lui liée à l’état de congréganiste – certains d’entre eux furent, pourtant, de fortes personnalités ! –, il a soutenu inconditionnellement Combes, puis a fait la promotion de l’article 4, sans penser qu’un tel virage pouvait avoir un effet boomerang.

  • 23 Ainsi dans L’Aurore du 28 mai, Clemenceau traite Jaurès de « prolétaire bourgeois, de verbalisme ré (...)
  • 24 Si Jaurès est la cible privilégiée du Tigre, parfois Briand se trouve également attaqué : le projet (...)

35Clemenceau ne le lâche pas et dix de ses éditoriaux de mai23 s’en prennent à l’« infaillibilité défaillante » et changeante du leader socialiste24, avec des formules parfois féroces et souvent percutantes. Pour le Tigre l’enjeu n’est autre que la primauté entre l’autorité ou la liberté. Jaurès – et parfois Pressensé – réplique en dénonçant de façon globale la « campagne de diffamation », les « polémiques injustes » et les « calomnies » des radicaux (L’Humanité, 17 mai), mais il doit aussi croiser le fer avec ceux qui quittent le parti socialiste unifié (L’Humanité, 20 mai).

  • 25 Décidément, les adversaires de l’ajout ressuscitent beaucoup les morts !

36La violence de la querelle a surpris les contemporains. Ainsi Le Temps du 3 mai titre : « Discordes extrêmes ». Pourtant, ce genre de situations est récurrent. Se vouloir chevalier du bien comporte quelques risques : les partisans de « l’émancipation »… des autres s’estiment eux-mêmes indemnes de toute pensée d’autorité, affranchis de tout « dogme » et stéréotype. À leur stupéfaction, arrive le jour où ce premier degré sur soi-même se trouve mis en cause. À Jaurès, stupéfait d’être critiqué, et questionnant Clemenceau sur ce qu’il a appris des « épreuves » de sa vie, le Tigre riposte : « J’ai appris les hommes et la vanité de leurs paroles quand elles sont démenties par l’acte, dont la vertu d’enseignement seule, me paraît décisive. » En conséquence, il affirme ne pas s’ériger « en tribunal des consciences » (L’Aurore, 30 avril). Naturellement, ce dernier propos comporte également un aspect boomerang : Clemenceau prétend que si le pape Grégoire VII ressuscitait25, il canoniserait Jaurès (29 avril) ; or, dans ce cas, Grégoire VII, revenu sur terre, pourrait tout aussi bien canoniser le Tigre quand, en 1906, devenu « ministre, [il fera] la politique qu’il pourfendait sénateur » (Mayeur 2005a : 153) !

Gustave Hervé, figure du parti socialiste unifié : contre la future guerre, « la grève des réservistes »

37L’antagonisme est d’autant plus vif qu’au conflit dû à la « macédoine des séparations » s’ajoute un autre dissensus de fond, portant sur le pacifisme, et enfin, à un niveau terre à terre – mais essentiel ! –, le développement d’une rivalité électorale entre les radicaux et le parti socialiste unifié.

38L’affaire Dreyfus a conduit une partie de la gauche à se méfier de l’armée et de l’esprit de « revanche ». Combes a tenté de résoudre pacifiquement la question de l’Alsace-Lorraine et nous avons vu, chez les ultracombistes de la Fédération des jeunesses laïques, se développer un antimilitarisme. Pour certains, désormais, le combat anticlérical se lie au pacifisme, et il est fait reproche aux manuels d’enseignement primaire de propager « trois dogmes » antirépublicains : « Dieu, Patrie, Capitalisme » : il faut « démasquer les empoisonneurs » de la jeunesse, écrit l’instituteur Franchet (1903), dont l’ouvrage a remporté le concours de La Petite République sur les manuels de l’école laïque.

39Au congrès d’Amiens (septembre 1904), la Ligue de l’enseignement renonce à sa devise « Pour la patrie, par le livre et par l’épée », considérée comme « une menace pour les pays étrangers ». Cette décision n’est prise que parce que Buisson met « sa démission de président dans la balance » (Martin 2016 : 138), et elle provoque de vifs remous, à l’interne comme à l’externe. Un instituteur membre du cercle parisien de la Ligue, Émile Bocquillon (1905), réagit vivement contre la « dévirilisation* de l’enseignement » et fonde l’Union des instituteurs laïques patriotes avec le mot d’ordre « Par l’école, pour la patrie ». Son initiative suscite à son tour la controverse : il est accusé de devenir un faux-nez de La Croix et des milieux nationalistes, de vouloir partir en guerre contre l’Allemagne, l’Angleterre, le Japon, l’Italie…

  • 26 Hervé opère un tournant à partir de 1912 et, avec la Grande Guerre, devient très nationaliste (Heur (...)
  • 27 Interdiction votée le 3 juin 1904 par 488 voix pour et 60 voix contre (résultat rectifié 468/47) ; (...)

40Or, dans la Commission administrative du nouveau parti socialiste siège Gustave Hervé, auteur d’un livre d’histoire au pacifisme radical (1903)26 dont le gouvernement Combes a interdit l’usage dans les écoles publiques27 (s’ensuivent des polémiques récurrentes sur le respect effectif de cette mesure). Ce professeur du lycée de Sens collabore régulièrement à la Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur où on l’accuse d’exercer une influence néfaste sur les enseignants du primaire. Cette revue est considérée comme « l’organe officieux de la Fédération des amicales d’instituteurs » (Prochasson 1993 : 103).

41Le 27 avril, lors d’une grande manifestation célébrant l’unité socialiste, Hervé fustige ceux qui voudraient « concilier l’internationalisme et le patriotisme […] élément de conservation bourgeoise ». Il ajoute : « Quel que soit le gouvernement qui sera agresseur, nous […] sommes décidés à répondre à l’ordre de mobilisation par la grève des réservistes ». La salle est partagée et « le lendemain, quel chahut dans la presse ! » (Méric 1930 : 202). Cela ne trouble nullement Hervé, qui précise dans L’Avant-Garde (7 mai) : « Nous n’avons à aucun degré l’amour de la patrie […]. Les patries actuelles ne sont pas pour nous des mères, mais des marâtres, d’ignobles mégères que nous détestons. » Une occupation éventuelle de la France par l’Allemagne et l’imposition de l’allemand comme langue usuelle le laissent indifférent. Étant donné la situation de l’Alsace-Lorraine, ce discours suscite de très vives réactions.

  • 28 Et a le soutien de la fédération de l’Yonne, car la même Commission (dont Hervé est membre) interdi (...)

42Partisan résolu de l’ajout, Gérault-Richard (La Petite République, 29 avril) se démarque en voulant dissocier « internationalisme et antipatriotisme » et s’éloigne du nouveau parti. Le 18 mai, la Commission administrative, qui limite la parole des députés, refuse de désavouer Hervé – il use de sa liberté d’expression28 – mais rappelle que le congrès international de Bruxelles s’est prononcé contre la grève des soldats et pour la substitution de « milices populaires » à « l’armée des casernes ». Pour sa part, Jaurès trouve « bon » que les gouvernements d’Allemagne, d’Italie et de France sachent « qu’en suscitant des guerres ils risquent de provoquer le soulèvement révolutionnaire du prolétariat ». Il déclare néanmoins « absurde », qu’Hervé prétende qu’il lui est indifférent d’être français ou allemand, car « Français nationalement autonome », il deviendrait, en cas de « conquête allemande », un « Français nationalement asservi ». Et dans une joute oratoire à Clignancourt, il défend, face à Hervé, « l’idée de patrie » (L’Humanité, 28 mai). Mais, selon La Croix (30 mai), si l’idée de patrie n’avait que ce genre de défenseurs, elle « n’existerait plus ».

43En effet, dans un contexte où les risques de guerre sont fortement ressentis, pour certains la réfutation de Jaurès paraît tardive et son refus de toute sanction envers le professeur d’histoire semble plus important que sa prise de distance avec ses thèses « antipatriotiques ». Ainsi, le politiste André Chéradame (1906 : 350 sqq.) condamnera « l’influence prépondérante [d’]hommes comme MM. Hervé et Jaurès » sur « un nombre considérable d’instituteurs ». Du coup, ces derniers se trouvent « pénétrés à un degré inouï par les doctrines antimilitaristes ». La presse s’inquiète : à la fin de leurs congrès, des enseignants du primaire entonnent L’Internationale et non La Marseillaise. Pour Clemenceau (L’Aurore, 12 mai) la solution réside dans une « fédération des patries », compatible avec le patriotisme. Il existe donc sur le pacifisme un clivage qui ne recoupe pas celui sur l’ajout ; cet aspect complique une situation déjà bien embrouillée. Quelles que soient leurs divergences internes, une frontière sépare les figures du parti socialiste unifié d’une large mouvance allant des socialistes réservés face au nouveau parti à la droite, en passant par les radicaux.

Jaurès : les socialistes vont l’emporter sur les radicaux

  • 29 Au PRRRS « l’appellation de “parti” qualifiait un conglomérat de comités électoraux, il est vrai qu (...)
  • 30 Maujan (Le Radical, 27 mai) estime qu’une candidature socialiste unique peut devancer au premier to (...)
  • 31 La République sauvée par l’échec des antidreyfusards, le militarisme refoulé par la loi dite des «  (...)

44Ces derniers se montrent doublement hostiles à l’unité socialiste : d’abord, elle ancre le nouveau parti vers des revendications révolutionnaires ; ensuite, la SFIO, plus structurée que le PRRRS29, peut faire échouer des candidats radicaux30 ! C’est le moment choisi par Jaurès pour prononcer, lors d’une « colossale manifestation » (L’Humanité, 1er mai) dans les arènes de Béziers, où 15 000 personnes célèbrent l’unification des socialistes, un discours offensif, voire menaçant. Le tribun socialiste fait comme si la Séparation était déjà réalisée et le chemin vers la « Sociale » désormais balisé : « Maintenant, l’heure est venue […] où la République sauvée, le cléricalisme et le militarisme refoulés31, le prolétariat doit […] se placer sur le terrain de classe pour préparer la révolution prolétarienne. » Son discours a été précédé par celui d’un jeune ambitieux, « le citoyen [Marcel] Cachin », à « l’éloquence nerveuse », qui a reçu une « longue ovation » en affirmant : « vous n’avez rien à attendre des politiciens bourgeois, qu’ils soient cléricaux ou francs-maçons » (La Dépêche, 1er mai). Le Temps du 3 mai attribue d’ailleurs la position du député du Tarn sur l’ajout à la pression des « comités socialistes », qui auraient « exigé que M. Jaurès et ses amis s’occupent un peu plus de socialisme et un peu moins de combisme ».

45Vive donc, s’exclame le leader socialiste, « la pioche et la pelle : la pioche qui abattra la société capitaliste et la pelle qui en [ramassera] les débris ». Ensuite, continue-t-il, pour construire un avenir radieux, il faut que le PRRRS s’efface, car son programme économique et social n’existe que « parce qu’il nous prend des lambeaux de notre propre programme ». Rires et applaudissements garantis ! Ce programme va rapidement « être épuisé » et les socialistes deviendront « la majorité de demain ». Cela sera justice puisque le prolétariat travaille « pour l’avènement d’une société où toutes les classes se fondront en une parfaite harmonie ». Les hommes iront désormais « vers le soleil en acclamant la révolution libératrice ». Le discours s’achève par cette envolée et « le grand tribun est l’objet d’une ovation qui se prolonge pendant plusieurs minutes ». Un ordre du jour célébrant l’unité se trouve « adopté à l’unanimité au milieu d’un indescriptible enthousiasme » (La Dépêche, 1er mai).

46Cet enthousiasme n’est pas vraiment partagé par les dirigeants radicaux ! En effet, explique le Journal des débats du 3 mai, « Jaurès a insinué – c’est la conclusion secrète de son discours – que les socialistes devaient prendre les sièges radicaux aux prochaines élections ». En refusant une séparation « tracassière », qui aurait entraîné une « guerre civile* interminable » où la mise en avant du « péril clérical » aurait maintenu les radicaux au pouvoir, surenchérit Le Temps (3 mai), en donnant « au pays* » une loi dont il pourra « s’accommoder* », le député du Tarn leur « ôte le pain de la bouche » et le PRRRS estime que « ce n’est pas de jeu ». Dès le 25 avril, La République française notait que « l’anticléricalisme exclusif » ne semblait plus électoralement payant, ce qui occasionnait un « antagonisme politique […] qui ne s’avouait encore qu’à demi ». Buisson lui-même (Le Radical, 3 mai) reprend cette thèse.

47La guerre des gauches s’avère donc d’autant plus âpre qu’elle comporte des enjeux électoraux ! Les couteaux sont dégainés : si l’anticléricalisme a moins la cote, la « révolution sociale » peut faire peur. Figure de la franc-maçonnerie, Louis Lafferre dénonce dans Le Petit Méridional du 6 mai la « lutte implacable » de ceux qui veulent arracher le « paysan à sa terre, l’artisan à sa boutique », pour imposer « une réglementation mécanique de toute la vie sociale », tandis que des « traits empoisonnés » continuent à fustiger, dans les journaux radicaux, la « tendresse [socialiste] pour l’organisation catholique romaine » (Rouanet, L’Humanité, 7 mai, qui les dénonce). Aux fortes divergences sur la Séparation et les questions internationales et sociales, s’ajoutent la volonté des radicaux de conserver leur prédominance à gauche et celle des socialistes de devenir hégémoniques. Comment s’accorder sur la Séparation et bâtir l’union des gauches indispensable au succès des élections – dont la date se rapproche ! – dans ces conditions ?

La guerre des gauches : divergences de fond et échappatoires des deux côtés

48La droite et le centre observent, goguenards, cette situation très insolite. Pierre Veuillot se réjouit qu’au lieu du « schisme » qui devait « ravager l’Église catholique », se produise un « schisme » entre « collectivistes » et « jacobins » (L’Univers, 25 avril). Ce sont, constate le Journal des débats (16 mai), « des joutes sans cesse renaissantes, où M. Jaurès déploie beaucoup d’éloquence et M. Clemenceau fait beaucoup d’esprit ». Les arguments échangés sont répétés à l’infini et au désaccord de fond s’ajoutent des échappatoires, conscientes ou non.

  • 32 Une fois encore on se dispute sur la séparation… de l’Église et de l’État à propos d’un projet de l (...)

49Jaurès (L’Humanité, 10 mai) « ne se lasse pas de répéter » que, soit on accepte la perspective d’Allard et les biens des établissements du culte* reviennent « aux citoyens, en tant que citoyens » (donc à l’État, à la commune), soit ces biens « sont dévolus aux catholiques en tant que catholiques32 » et alors on adopte le point de vue de la Commission, qui a seulement précisé son article originel. L’association cultuelle catholique ne peut que correspondre à « l’organisation catholique », sinon elle ne se distinguerait pas d’une « association quelconque de citoyens » et ne pourrait pas prétendre à la gestion des biens ni à la jouissance des édifices cultuels. La grande majorité des radicaux ayant repoussé le texte d’Allard, ils doivent rallier celui de la Commission, comme ils l’ont fait, pour la plupart, lors du vote final sur l’article 4.

  • 33 Cf. ses passes d’armes, à la Chambre, avec le leader socialiste le 21 avril : Réveillaud (1907 : 40 (...)

50La faille de cette position consiste à réduire les options à un choix binaire. Or l’affaire est plus complexe. Allard veut que les biens et les édifices cultuels puissent servir à des fins non religieuses (universités populaires, libres débats, fêtes civiques…), ce qui, pour les édifices… était prévu dans la proposition de Pressensé – auteur de l’ajout ! – de 1903, mais a été rejeté en son temps par la Commission, qui a alors adopté… l’optique de la proposition de Réveillaud (adversaire résolu de Jaurès33), réservant ces édifices à des buts uniquement religieux. Un tel renversement de situation se rencontre à maintes reprises dans le processus de séparation et en fait un passionnant jeu de piste, dénaturé quand il se trouve réduit au conflit frontal de deux France ou même à un conflit interne entre républicains antireligieux et libéraux.

51L’optique de la majorité des adversaires de l’ajout n’est pas celle d’Allard : ils réservent biens et édifices non aux « citoyens » mais aux « citoyens catholiques » (Vazeille, Buisson…), et cette distinction constitue l’angle mort de l’alternative posée par Jaurès. Car, Clemenceau le redira une énième fois au Sénat, les « 36 millions de catholiques représentent une incroyable diversité d’opinions, de sentiments, de croyances, de traditions ». Cette « foule bigarrée » va « de la foi la plus sincère […] à l’incrédulité pratiquante* ». La « démocratie » exige, pour le Tigre et les radicaux, de défendre les « droits » de tous ces catholiques, non de les « livrer à Rome ». C’est la réponse du berger à sa bergère : l’Église catholique prétend en effet toujours représenter la « très grande majorité des Français ».

52« Livrer à Rome » : cette expression, comme d’autres aussi excessives (« retour au moyen âge »…), apparaît en revanche le point faible de l’argumentation des radicaux. Selon eux, la République va intégrer le « droit canon » dans sa propre législation et l’État sera « soumis à l’Église ». Or ce n’est nullement le cas. Allier, certes pas un inconditionnel de Jaurès, l’affirme le 30 avril dans Le Siècle, en reprenant des exemples américains, mais aussi des affaires qui ont eu lieu en Belgique, à Tournai et à Spa : il ne se produit pas, dans ces divers lieux, une « reconnaissance » civile du « droit ecclésiastique », ce dernier est simplement pris en compte comme un « article essentiel du règlement de l’association ». Imaginons, explique-t-il, une association de pêcheurs à la ligne qui exigerait de ses adhérents de se servir « d’une espèce déterminée d’asticots ». En cas de conflit interne, le tribunal se référera à cette disposition : « irons-nous dire qu’il approuve cette manière particulière de taquiner le goujon ? » Mais, pour le philosophe, si l’ajout est légitime quand il s’agit des biens, il ne devrait plus jouer dans le cas des édifices : là, si la grande majorité des membres de l’association cultuelle entre en conflit avec sa hiérarchie, elle devrait pouvoir garder son lieu de culte (ibid., 14 mai). Sa position est isolée ; de la droite à la gauche, les divers protagonistes estiment que biens et édifices doivent avoir la même destination.

Face aux aspects désastreux de la guerre des deux gauches, les conciliateurs…

  • 34 Ce qui relativise fortement son propos louant Briand d’avoir su se faire applaudir par les députés (...)

53Buisson adopte une attitude dont la cohérence interne apparaît peu compréhensible à ses contemporains (tel Clemenceau). Dans un premier temps, députés et journalistes croient qu’il partage la position de Briand ; ils se rendent compte ensuite qu’il approuve le refus de l’ajout. Néanmoins, le 26 avril, le président de la Commission se réjouit haut et fort dans Le Radical : l’article 4 a été « accepté à la presque unanimité par la Chambre y compris les plus ardents défenseurs de l’Église ». Le mérite de cette « heureuse conversion » revient à Briand, homme d’une « rare vigueur de pensée », d’une « droiture et d’un courage au-dessus de tout éloge ». Avec cet « invraisemblable succès », le rapporteur a forcé « la Droite tout entière à l’applaudir ». Comment, après ce panégyrique justifier son vote ? Buisson soutient qu’il ne s’est pas prononcé contre l’ajout, mais contre « l’extension abusive […] qu’en a faite aussitôt la Droite34 ».

  • 35 Amendement déposé d’abord par Marc Réville (cf. infra, chapitre 5).

54Nous l’avons vu, pour Buisson, si l’association cultuelle doit disposer d’un « vrai prêtre », en « contrepoids », le prêtre doit être le clerc d’une « vraie association ». Il demande, en conséquence, des associations cultuelles qui compteraient « au moins le dixième des personnes majeures […] inscrites sur les registres paroissiaux35 ». Il faut, martèle-t-il, que se forme une « association sérieuse », non un petit groupe fictif « d’hommes de paille » investis par l’évêque et/ou le curé. Enferré dans sa polémique, Clemenceau ne perçoit pas la subtilité de cette proposition. Plus fin stratège, Jaurès loue son aspect relativement conciliant, sans pour autant avoir l’intention d’accéder à la demande du président de la Commission.

55La virulence du conflit interne à la gauche alarme nombre de ses membres. Le 30 avril dans L’Action, Bérenger, pourtant opposé à l’ajout « désastreux », témoigne de son « admiration » pour « Clemenceau, Jaurès et Pelletan » et les adjure de ne pas « s’entredéchirer » et créer des « ruptures irréparables », alors qu’un « accord » est nécessaire contre « l’ennemi commun ». Gustave Rivet, dans Le Radical du 7 mai, demande aux deux camps d’arrêter « de décourager le parti républicain » et d’éviter de devenir « la risée de nos adversaires ». Le sénateur conclut : « [n]ous serions impardonnables » si « l’œuvre de deux ans d’énergie n’a abouti qu’à duper la nation ». La Lanterne, après avoir dénoncé l’ajout « inadmissible » (21 avril), le « faux libéralisme » d’une séparation qui permettra aux « sacristies » de « [s’armer] contre la République » (1er mai), titre quatre jours plus tard sur l’« union nécessaire » et, le 15 mai, se fait pressante : cette « guerre […] doit cesser ». Peu importe « qui a tort et qui a raison sur tel détail [sic !] même important ». Il faut « aboutir dans le plus bref délai. […] L’honneur et l’existence même de la République sont engagés ». Chaque camp doit « oublier les querelles et s’unir pour marcher à l’ennemi », sinon la séparation ne sera jamais votée et la déroute électorale, en 1906, deviendra historique !

56Dès le 27 avril, puis à différentes reprises en mai (le 3, le 10, le 17), Henri Brisson, dans plusieurs journaux (La Dépêche, Le Briard…), met son autorité au service de la conciliation. Défavorable à l’ajout, il défend l’idée que, même en ayant « dépassé la mesure des concessions* qu’on pouvait lui demander », la loi de séparation restera une « œuvre législative » sans égal : « Quelle révolution plus profonde » pourrait-elle être faite « dans les esprits et dans les mœurs » ? L’essentiel est que « l’Église de Rome » perde le « caractère officiel qui lui donnait tant d’éléments de domination politique ». On trouve là le verbatim qui sera propagé par la légende républicaine : en effet, si la Séparation promeut effectivement la liberté de conscience pour tous, parler de « domination politique » de l’Église catholique lors de la « République des républicains » est contestable. Et s’il s’agissait de cela, le « Concordat renforcé » de Combes ferait bien mieux l’affaire ! En fait, l’Ordre moral et Mac Mahon sont à l’origine du traumatisme encore présent dans la mentalité républicaine de 1905.

57Toujours adepte du verre à moitié plein – là où Clemenceau le voit à moitié vide –, Jaurès se réjouit des propos de Brisson, même si ce dernier ne cache pas ses inquiétudes : à Lille, Prades, Saint-Michel, Saint-Brieuc, Versailles…, des conseils de fabrique se montrent insatisfaits de l’article 4, même modifié, et reprochent aux « députés catholiques » de l’avoir voté. Pour l’ancien président du Conseil, cette « intransigeance » constitue une « feinte » pour « obtenir d’autres [concessions] ». S’il en est ainsi, le Sénat « n’aura qu’à faire disparaître de l’article 4 la fameuse formule » qui n’a abouti qu’à « diviser les républicains ». Mais ce propos n’est peut-être lui-même qu’une « feinte » destinée à rassurer les radicaux, car si le Sénat agit de la sorte, une seconde lecture par la Chambre deviendra obligatoire et la loi ne sera pas adoptée avant les élections de 1906.

Émile Combes II !

  • 36 Le 28 avril, Mun publie un article dans Le Figaro : la première partie, dite rédigée avant le 20 av (...)

58Clemenceau laisse clairement entendre que tel est son but : « La séparation [ne] se fera […] qu’à la condition de réparer le coup de pic de M. de Mun36 [effectué] par les mains de Briand et de Jaurès » (La Dépêche, 1er mai). Comme en 1903 le Tigre a réussi à entraîner le Sénat contre un projet de monopole de l’enseignement, le risque d’un clash entre les deux Chambres est réel. C’est, alors, l’échec assuré. Dans cette conjoncture, Combes, président du groupe sénatorial de la gauche démocratique, qui rassemble les diverses tendances du radicalisme, voit un boulevard s’ouvrir devant lui. Le Rappel (17 avril), qui déteste ce « Neptune à barbiche » capable de déchaîner « la tempête », le soupçonne de trouver « insupportable […] l’idée que son départ du pouvoir [ait] favorisé l’étude et le vote [de cette] grande réforme ». En conséquence, il inciterait les députés à « glisser une bonne torpille sous le projet Briand ».

  • 37 Publication qu’il avait choisie en août 1904 pour annoncer qu’il considérait la Séparation comme «  (...)

59En fait, le Petit Père est plus fin politique. Dans une interview au journal autrichien Neue Freie Presse37, il « prévoit toutes sortes de pièges cléricaux et d’embûches papistes. Mais n’est-il pas là pour veiller ? Si les choses se gâtent, on n’aura qu’à le rappeler », résume ironiquement Le Temps (29 avril). C’est bien ainsi que l’entend La Lanterne (même jour) : « il sera nécessaire que la loi imparfaite […] soit appliquée par un homme énergique » et Combes « a fait ses preuves ». Certes il n’existe pas d’homme « indispensable », mais « il est certain que si le pays apprenait que l’application de la loi de séparation sera faite par M. Combes, il serait complètement rassuré ». En provoquant de tels commentaires, le Petit Père s’est replacé dans le jeu.

60L’ancien président du Conseil inaugure un pont sur la Charente à Beillant et en profite pour prononcer un discours de politique générale, dont les « passages essentiels » sont largement reproduits par la presse (La Dépêche et Le Matin, 1er mai, Le Temps, 2 mai…). Il loue Waldeck-Rousseau et se loue lui-même, d’avoir rassemblé « tous les bataillons du parti républicain, depuis les gambettistes jusqu’aux socialistes », et donc unifié la gauche, maintenant en guerre interne. Grâce à cette unité, son gouvernement a réalisé « le changement le plus étendu […] accompli depuis la Révolution ». Il s’attribue le mérite d’avoir mis la Séparation sur les rails (le Sénat doit en être saisi rapidement ajoute-t-il), ainsi que d’autres réformes que le gouvernement Rouvier doit accomplir (toujours les mêmes : retraites ouvrières, impôt sur le revenu, abrogation de la loi Falloux…).

  • 38 Dont le principe de gouvernement consistait à faire faire à l’administration publique précisément l (...)

61Pour cet objectif, le Petit Père affirme ne pas ménager son « concours » au nouveau ministère : je laisse, déclare-t-il, « à ceux qui ont la nostalgie du pouvoir l’opposition rancunière et la critique intéressée ». Cela dit, il effectue une mise en garde : « la politique ministérielle a manqué de netteté » et a « distribué un peu au hasard, à droite, au centre et à gauche ses complaisances », bref, a rompu avec le combisme38 ! Combes en accuse certains « fonctionnaires qui se sont imaginé à tort […] qu’un changement de ministère exigeait de leur part, un changement d’attitude politique ». Pour sa part, il fera tout pour que les « républicains de gauche » fassent confiance au cabinet, mais celui-ci doit « justifier par ses actes ce crédit ».

  • 39 À la mi-mai, Combes publie le recueil de ses discours de novembre 1903 à sa chute, sous le titre Un (...)

62Le Temps du 2 mai ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine admiration pour la « peu banale personnalité » d’un « vigoureux septuagénaire qui aime à railler la pusillanimité des “jeunes” [qu’il estime] moins jeunes que lui » : Combes a gardé le « même ton péremptoire, avec ce mélange d’âpreté et de bonne humeur », et si on ôte le passage consacré à son départ du pouvoir, on pourrait croire qu’il y est toujours !… Du moins, espère-t-il y revenir ! La rumeur court d’ailleurs que son fils Edgard et son ami Pelletan préparent son grand retour39. C’est ne pas vouloir comprendre que les accrocs du combisme à la démocratie ont laissé, même à gauche, de mauvais souvenirs.

Malgré un durcissement de « l’article 4 bis » et quelques incidents…

63Le 15 mai, la Chambre reprend ses travaux. L’Humanité prévient le jour précédent : suivant que la loi de séparation aboutira ou non, cette session parlementaire sera « la plus féconde de la législature » ou « s’achèvera dans une faillite lamentable ». L’Ouest-Éclair du 15 mai regrette que ce problème, à l’issue incertaine, occulte tous les autres alors que « jamais […] le péril ne fut plus menaçant » (guerre entre Russie et Japon, question du Maroc…) : Wellington apprit que les armées de Napoléon l’attaquaient pendant qu’il était à un bal, « sera-ce au milieu de la discussion de l’article 4 que jaillira l’étincelle qui [mettra] le feu aux poudres ? » Certes, l’Assemblée débat aussi des événements extérieurs. Vaillant annonce que si la guerre en Extrême-Orient atteint l’Europe, les socialistes organiseront « la grève des réservistes et l’insurrection ». Rouvier et Doumer protestent vigoureusement pendant que, selon La Croix (17 mai), Jaurès fabrique « en son banc des cocottes en papier » et reste « muet ». Il n’en reste pas moins que, de façon récurrente, il sera émis le regret que la politique française se « laisse absorber par cette seule question de la séparation » (Bos, Le Rappel, 15 juin).

64La discussion reprend sur les deuxième et troisième paragraphes de l’article 4 (désormais articles 5 et 6) et sur l’article 5 (qui devient l’article 7) du projet de loi. Divers amendements sont rejetés ou abandonnés. L’un d’eux, présenté par l’abbé Lemire, donne lieu à un vif échange entre ce dernier et Jaurès, que Briand arrive à calmer. Une joute s’effectue sur la proposition du nationaliste Lasies exigeant que « les évêques, pasteurs et rabbins » soient « de nationalité française ». L’abbé Lemire combat alors « le soupçon qu’on fait planer sur toutes les associations catholiques de France. […] Comme si, le lendemain du jour où nous serions séparés de l’État, nous devions cesser d’être de bons patriotes ! » Et, à un autre nationaliste, Millevoye, qui peste contre le « Concordat Briand-Lemire » en train de se forger, le député du Nord répond : « le Concordat n’est pas indispensable au fonctionnement de l’Église catholique ». Ce propos lui sera reproché dans certains milieux catholiques. En attendant, l’amendement Lasies est facilement repoussé par 459 voix contre 64 (après rectification).

65Briand accepte, entre autres, une adjonction de Léonce de Castelnau présentée pour faciliter l’existence des « associations cultuelles […] les plus pauvres ». Et, en explicitant avec pédagogie le travail de la Commission, le rapporteur obtient le retrait de plusieurs amendements, provenant de divers bords. Il se montre fin stratège, cautionnant par exemple, le 22 mai, un amendement de l’abbé Lemire afin de contrer un autre amendement d’un autre député de l’ALP, Rudelle, qui lui paraît plus dangereux.

66Cependant, le rapporteur n’évite pas (même s’il le limite) un « courant de mécontentement » (Debidour 1909 : 469). Celui-ci se traduit, le 17 mai, par un durcissement concernant l’article 4 bis (devenu article 5) : désormais, les biens provenant de l’État doivent lui faire retour, même « grevés de fondations pieuses », si ces fondations sont « antérieures » à la loi de 1802, car lors de la Révolution les domaines ecclésiastiques ont été repris par l’État. La discussion, outre l’aspect matériel, comporte un fort enjeu symbolique : cette reprise est-elle légitime ou au contraire froisse-t-elle le « sentiment religieux » ? Pour Gayraud, les fondations pieuses n’ont pas été « affectées simplement au culte des morts des siècles passés, mais aussi au culte de ceux qui sont morts depuis le Concordat, […] comme de ceux qui mourront demain ». Et le député-abbé donne l’exemple des fondations destinées aux « péris en mer » de Bretagne. L’extrême gauche lui répond par des plaisanteries : selon Bouhey-Allex, les fondations antérieures à la Révolution n’ont plus de raison d’être, car à ce moment-là « le Père éternel a libéré toutes les âmes du purgatoire » ; Dejeante invoque, lui, la « sainte galette » ! Lefas, aussi virulent – et obsessionnellement antimaçon – dans ses articles de L’Ouest-Éclair qu’il se montre constructif à la Commission, parle dans ce quotidien d’« iniquité », de « discussion pénible » et estime « navrant » de « rogner sur les biens des fabriques » (10 et 14 juin).

  • 40 Il s’agit du changement de la phrase de l’article 4 ter « Le revenu global desdits biens reste affe (...)

67Le 18 mai, se produit un des rares incidents où la façon de procéder du rapporteur se trouve contestée. Un amendement provenant de deux membres de la Commission (le socialiste Rouanet et le radical-socialiste Cazeneuve40) est voté. Selon des députés centristes, il aurait dû être renvoyé préalablement à la Commission. Ayant reçu l’approbation de Buisson, Briand le considère comme adopté par elle et Doumer le soutient car, précise-t-il, « [n]ous procédons quotidiennement ainsi pour l’examen du budget ». En fait, ce petit acte autoritaire a pour but de ne pas retarder le débat, préoccupation constante du rapporteur.

… Briand reste le « faiseur de calme » (Suarez 1938, II)

68Néanmoins, les débats s’effectuent, en général, dans une ambiance concentrée et calme, qui contraste avec les virulentes altercations des années combistes. Il s’agit pourtant de la même Chambre ! Le rapporteur les maîtrise en clarifiant les enjeux et Maret peut écrire, le 18 mai : « J’admire Briand qui répond à tout. [Il] a un don merveilleux. Je le comparerais volontiers à un filtre. Il ramasse les harangues, les reproduit, et tout d’un coup elles paraissent claires et limpides. […] Comment s’y prend-il ? Je l’ignore. » Le rédacteur en chef du Rappel ne cache pas que ce « don » rend « furieux […] les abstracteurs de quintessence et les producteurs de galimatias double ». L’exercice s’apparente à un domptage permanent.

  • 41 Il aurait voulu que les biens « grevés d’une affectation charitable ou de toute autre affectation é (...)

69Le 23 mai, à la Chambre, le centriste Édouard Aynard s’en réjouit et le regrette tout à la fois. Il s’en réjouit : « tout le monde jusqu’à présent a discuté avec le plus grand sérieux et la plus grande bonne volonté », et « tous les discours ont été utiles ». Il le regrette pourtant, car certaines dispositions lui déplaisent et il trouve qu’une loi qui change « les habitudes*, les mœurs, la tradition […] existant depuis plus de cent ans dans notre pays » ne devrait pas être votée « en un tour de main », c’est-à-dire en « quelques mois de discussion alors qu’il faudrait des années41 ».

70Les partisans du conflit de deux France estiment d’ailleurs que ce qui se passe n’est vraiment plus de jeu ! Du côté catholique, Mgr Dubourg, évêque de Moulins, peste contre la « malice du projet », qui semble irénique mais va « réduire à la mendicité » 50 000 prêtres pour la plupart « sortis des classes ouvrières et agricoles » (Le Siècle, 12 mai). Du côté anticlérical, Pelletan constate qu’« [u]n des événements les plus considérables de notre histoire » se forge sans affrontements ; « [l]a discussion d’un tarif de douanes serait probablement plus passionnée » (Le Matin, 20 mai). Il le déplore : « Des catholiques résignés au divorce* de l’Église et de l’État, des collectivistes résignés au rétablissement des biens d’Église, des majorités de hasard se formant dans ce désarroi, et la loi de séparation faite par ceux qui la repoussent, quelle singulière confusion ! » Les années précédentes, des heurts se produisaient. La « menace » congréganiste augmentait au fur et à mesure que des mesures répressives se trouvaient adoptées. Contrairement aux années 1902, 1903 et 1904, la sérénité prédomine à la Chambre et « dans le pays* » au printemps 1905. Non-événement majeur !

Sibille frappe une seconde fois

  • 42 Les trois députés de ce département voteront la loi. Deux votent l’amendement (Babaud-Lacroze et Mu (...)

71Le 18 mai, Sibille demande un ajout au dernier paragraphe de l’article 4 du projet de loi, auquel la Commission et le gouvernement s’opposent. Voici ce texte : « Dans le cas où l’État, les départements et les communes rentreront en possession de ceux des édifices dont ils sont propriétaires, ils seront responsables des dettes régulièrement contractées et afférentes auxdits édifices ». Pour la seconde fois, le député de Nantes l’emporte (290 voix contre 269), ce que La Croix de la Charente42 du 28 mai qualifie de « miracle » ! Sibille a fait le plein des voix de droite et du centre et a glané l’accord de députés de centre gauche ou du parti radical (Compayré, Flandin, Leygues, Noulens, Réveillaud, Siegfried…). La Lanterne du 27 mai menace les « traîtres », qui mêlent leur vote avec ceux de la droite et du centre, de les combattre « avec une telle véhémence » lors des élections de 1906 qu’ils ne seront pas réélus.

72Le 19 mai, dans L’Humanité, Rouanet tire la « leçon » de cet « échec » et dénonce une disposition qui « constitue une violation monstrueuse de notre droit public », en mettant « à la charge de l’État les obligations d’un débiteur de mauvaise foi ». Certes, ce « privilège détestable » aura « peu de conséquence » pratique. Mais il est « grave » que, pour la seconde fois, la Commission ait « succombé, […] par suite des flottements » de la majorité. Si les deux amendements Sibille ne changent pas « l’économie générale de la loi », ils montrent la « nécessité » pour la majorité de s’unir autour de la Commission et du gouvernement, et doivent éclairer la gauche qui accuse Briand « de timidité ».

Caillaux met en avant le Conseil d’État, tout en le récusant comme complice du combisme

73Malgré le calme qui règne à l’Assemblée, la guerre des gauches n’est que suspendue. Dans sa polémique avec les radicaux, Jaurès, sûr de son fait, a mis au défi ses adversaires de trouver une « formule législative » qui corresponde à leur option. Il a même écrit : « Clemenceau se doit à lui-même et à la République de la soumettre au Sénat » (L’Humanité, 12 mai). Le leader socialiste se montre impatient de savoir comment le Tigre va s’y prendre sans devenir un « radicalo-papalin » ! Le propos est imprudent, car si le Sénat change une virgule à la loi, une seconde lecture va renvoyer la Séparation aux calendes grecques ! Et la réputation du « tombeur de ministères » n’est plus à faire : il n’a pas l’habitude d’être défié impunément ! D’autre part, le débat se poursuit à la Chambre et la Délégation des gauches, où les socialistes ne siègent plus, prend l’initiative d’écrire une rédaction nouvelle de l’article 6 (futur article 8) et la dépose comme amendement, obtenant son adoption par la Commission.

74Le projet initial prévoyait que si les biens étaient réclamés par « plusieurs associations légalement formées pour l’exercice du même culte », le tribunal civil, instance judiciaire, trancherait. La Délégation transfère cet arbitrage au Conseil d’État, instance administrative « statuant au contentieux ». Et si la Délégation des gauches affirme ne pas vouloir revenir sur l’ajout, elle tente d’en limiter les effets, en précisant que le Conseil d’État se prononcera « en tenant compte de toutes les circonstances de fait », ce que Briand avait déjà reconnu.

  • 43 Petit rappel : c’est Bonaparte qui a créé le Conseil d’État.
  • 44 Selon Vanneuville (2000 : 102), c’est en adoptant une « position de retrait […] apolitique » que le (...)
  • 45 L’amendement est présenté par « MM. Sarrien, Joseph Caillaux, Cruppi, Charles Dumont, Georges Leygu (...)

75L’origine de l’idée d’un transfert au Conseil d’État est d’autant plus intéressante qu’elle s’avère paradoxale. Caillaux (Le Siècle, 1er mai) la suggère… pour la repousser. Selon l’ancien ministre de Waldeck, la logique voudrait que le Conseil d’État arbitre les conflits éventuels entre associations. Néanmoins, il rend « hommage » à la Commission d’avoir, par « très vif esprit de libéralisme », refusé cette solution. En effet, des ministres ont eu « tendance à user et abuser des moyens d’action que leur donnent les lois de l’an VIII, faites pour le césarisme et non pour la République43 ». Le Conseil d’État lui-même s’est prêté au jeu en cautionnant les « abus d’autorité » commis dans « l’application [de la] grande loi » de 1901 par Combes44. Caillaux conclut : « Ces abus, nous les payons aujourd’hui. » Se montre-t-il naïf ou machiavélique ? En tout cas, les radicaux adoptent l’idée sans réserve. Pour eux, l’absence de résistance du Conseil d’État aux mesures combistes doit être porté à son crédit ! Cette instance constitue donc un meilleur instrument de régulation que les tribunaux civils, plus imprévisibles. Caillaux (au minimum) se rallie et, avec Leygues et Pelletan, il rédige l’amendement portant sur l’article 645.

Un affrontement dont l’enjeu est d’abord symbolique

  • 46 Les acteurs parlent de « dévolution » alors que, concernant des biens, il s’agit en réalité de « tr (...)

76Presque une semaine de débats « confus » (Mayeur 2005a : 87) se déroule, du mardi 23 au samedi 27 mai. Les sous-entendus sont nombreux, et il est parfois difficile de savoir si les orateurs parlent de la « première dévolution46 », opérée par les établissements publics du culte*, ou de dévolutions ultérieures, en cas de scission au sein de l’association cultuelle. Certains tendent à mélanger les deux cas de figure, et Briand (comme Jaurès) s’épuise à rappeler que, des radicaux à Ribot, il y a accord sur la première dévolution et à ajouter : l’article 4 n’empêche pas des évolutions au sein même du catholicisme. Mais cet affrontement est plus encore symbolique que politique : les radicaux ne veulent pas rester sur leur cuisant échec.

  • 47 Il est significatif que Ribot se réfère aux chiffres donnés en séance et non aux chiffres rectifiés (...)

77Habilement, l’amendement est présenté par le radical Jean Cruppi, qui a refusé la suppression de l’ajout. Il s’en prend à Ribot, qui en donnerait une interprétation fallacieuse – c’est le mantra de la gauche radicale ! – et explique que le recours au Conseil d’État permettra d’établir « l’unité de la jurisprudence ». Celle-ci tiendra compte de « toutes les circonstances de fait », dont celle, « très importante, […] de savoir si l’association qui réclame les biens s’est adaptée, dans sa formation, aux règles d’organisation générale du culte ». Ainsi l’article 4 sera complété, sans être renié. Ribot réplique que son interprétation est celle de Jaurès et Briand. Il tance son interlocuteur et ses amis : « Qui êtes-vous ? Vous êtes la minorité de l’autre jour. (Applaudissements au centre et à droite.) Vous êtes les 200 qui […] n’ont pas voté l’article 4 proposé par la commission47. […] Votre amendement va donc bien au-delà des intentions que vous annoncez. »

  • 48 Groussau (juriste catholique, député ALP du Nord, cf. Ménager 2013) réplique que « la théorie révol (...)

78Selon le leader progressiste, le problème de la « compétence » pour trancher les éventuels conflits ne présente pas d’« intérêt capital » (il ne veut pas contester ouvertement le Conseil d’État), mais la « loyauté » implique de ne pas mettre la Commission sous la « tutelle » d’une instance (la Délégation des gauches) « dans laquelle aucun de nous n’est admis à discuter ». Ribot combat ceux qui « votent la séparation sans y croire et au fond sans la vouloir ». Il s’en prend à Caillaux, politiquement guère éloigné de lui, et dénonce son alliance avec des députés d’extrême gauche. Ce dernier assume sa position : « loin d’être collectiviste je suis un très ferme individualiste […] ; mais les individualistes peuvent être de plus fermes défenseurs des droits de l’État que certains collectivistes48 ».

  • 49 Ce mot « manifestement » a, bien sûr, son importance !
  • 50 Le Journal des débats (26 mai) en est d’accord : dans ce cas, il sera normal de tenir compte du nom (...)

79Visé, Jaurès rétorque ironiquement : « c’est [donc] le conseil d’État qui fera la révolution sociale ». Plus sérieusement, il estime que Caillaux, en prenant les habits de « l’intransigeance laïque », rejoint presque la position d’Allard. Le leader socialiste incite Cruppi à redire qu’il « laisse subsister l’article 4 et ses effets » et oblige Pelletan à affirmer qu’une association même « nombreuse » ne pourra prétendre à la propriété des biens « si elle est manifestement49 constituée en dehors des règles d’organisation [de son] culte ». Ces déclarations obtenues, il estime possible d’adopter l’amendement sans infliger à l’ajout « le moindre démenti rétrospectif » : la conformité à « l’organisation générale du culte » sera « nécessaire », sans être forcément « suffisante » si deux associations, soumises toutes deux à l’autorité ecclésiastique, se disputent les biens50. Le leader socialiste reprend là la formulation de Buisson lors de la séance du 12 mars de la Commission, mais il accompagne son propos d’une mise en garde : la gauche ne doit pas « s’immobiliser comme nous le faisons depuis cinq semaines » dans « une polémique d’apparences ». C’est avertir les soutiens de la Délégation des gauches que si une satisfaction leur est donnée, ils ne doivent plus privilégier leur conception de la séparation à la Séparation elle-même.

80Les députés visés restent, naturellement, sur leurs positions. Selon Pelletan, personne ne doute que la « guerre [de deux France] deviendra infiniment plus âpre dès que l’Église va avoir recouvré sa pleine et entière liberté ». C’est adopter la perspective d’un combat perpétuel. L’ancien ministre évoque le cas de l’abbé Roucaud, desservant de Montagoudin (Gironde), qui serait « persécuté » par Mgr Lecot « à cause de ses opinions républicaines ». Il se déclare, à nouveau, « douloureusement surpris » que des « républicains » adoptent « le langage des pires équivoques cléricales ». De son côté, Leygues trouve vraiment singulière « la défiance, presque la rancune qu’éveille dans les esprits, depuis le début de cette discussion, le nom seul de l’État ». Il assure défendre et les intérêts de l’État et ceux de « l’Église ». Effectivement, son alliance avec les radicaux est circonstancielle.

Briand : les « surenchères » comme moyen de faire échouer la Séparation

  • 51 Comme pour d’autres discours, il existe de légères variantes entre le JO (que je prends comme référ (...)

81Dans ce contexte, Briand effectue un rappel à l’ordre51. Le rapporteur énonce de vives critiques envers ses « amis de gauche », se démarque de la droite et lance quelques traits d’humour auxquels « la Chambre prend grand plaisir » (Le Matin, 26 mai), qui permettent de faire périodiquement baisser la tension. Ainsi quand Gayraud indique ne pas signer « des deux mains » ses propositions, il réplique : « Il me suffit que l’honorable M. Gayraud consente à les signer d’une main. (On rit.) » À un autre moment, il provoque « [r]ires et applaudissements » en affirmant : « quand on a lutté longtemps contre une vieille ennemie comme l’Église, quand on s’est pris corps à corps avec elle […], on finit par éprouver une sorte d’affection pour elle et l’on se résout difficilement à s’en séparer ».

82Cette verve facilite ses mises en garde : la gauche désire-t-elle « sincèrement » réaliser la « réforme » qu’elle affirme approuver ? Si oui, elle doit accorder « à la commission » et « à son rapporteur, une confiance plus grande […], discipliner [ses] efforts » et « prendre au sérieux » le texte « minutieusement » élaboré par les commissaires. Il serait dangereux d’aborder, « en les isolant les uns des autres », les articles du projet, et la discussion s’avérera « impossible » si les quelque cent amendements déposés par les députés séparatistes sont tous maintenus. Et après s’être donné le luxe d’affirmer que la position de Ribot n’est pas aussi favorable à l’Église catholique que la gauche le croit, Briand devient cinglant : « Faire échouer la réforme […] serait un crime contre la République (Vifs applaudissements à l’extrême gauche et à gauche), vous en porteriez la responsabilité. Vous n’ignorez pas qu’il y a deux moyens de faire échec à une réforme. Il y a celui qui consiste à voter nettement contre elle ; et […] il y a l’autre, celui qui consiste, par la voie des surenchères, à la rendre si difficile, si incohérente, qu’elle devienne inapplicable. (Très bien ! très bien !) »

83Le rapporteur, en confiant son « malaise » d’avoir toujours à se « répéter », tient un discours qui conjugue idéal républicain démocratique et stratégie politique. Le premier aspect implique « que la séparation [soit] faite dans un esprit de libéralisme très net. […] Vous reprenez votre liberté ; il n’est que juste que vous laissiez à l’Église la sienne et que vous lui permettiez d’en jouir dans les limites où l’ordre public n’en sera pas menacé ». C’est « cela la séparation », et ceux qui voudraient en faire « une gifle sur la face de l’Église » sont « dangereux » par leur amalgame entre catholicisme et cléricalisme, alors qu’il convient de distinguer les « catholiques surexcités*, toujours prêts à la bataille », et « la grande masse », qui « n’est pas animée du même esprit (Très bien ! très bien ! au centre [mais pas à gauche !]) », mais veut « seulement garder la liberté, à l’abri de toute persécution possible », pour pouvoir exprimer ses « sentiments religieux* ».

  • 52 Du moins, c’est ce qui se répétait à partir du comptage des bulletins. En fait, la position de la g (...)

84Stratège, Briand utilise l’argument qui va droit au cœur de nombreux députés : des catholiques « votent pour des républicains et forment ainsi l’appoint du succès dans beaucoup de circonscriptions ». En 1902, l’avance des partis du Bloc, au premier tour, n’était que de 200 000 voix52 et, pour le rapporteur, la peur de l’électeur est le commencement de la sagesse (on est à moins d’un an des élections !).

La guerre des gauches : une constante du principe de Séparation

85Selon Briand, sa position « n’a jamais varié » et « ceux qui, dans dix ans », reliront les débats seront « stupéfaits que la Chambre s’y soit complu si longtemps » ! Il faut « en finir avec ce byzantinisme ». En fait, depuis le début, il veut effectuer une séparation acceptable pour la grande majorité des catholiques, isolant les éléments les plus intransigeants. Mais il a évolué en s’adaptant à ce qui paraissait nécessaire pour atteindre ce but. Et le rapporteur fait mine d’oublier que, depuis longtemps, son option de pacifier le conflit de deux France est loin d’être unanimement partagée à gauche, car elle constitue un changement complet de cap par rapport au combisme (Roussellier 2015 : 128-135).

  • 53 Briand livre seulement à la presse le contenu des articles du projet de loi au fur et à mesure qu’i (...)

86Pourquoi, en juin 1903, la majeure partie des radicaux n’ont-ils pas pris part au vote désignant les membres de la Commission sur la séparation ? Pourquoi Briand a-t-il fait travailler cette Commission le plus discrètement possible, en évitant « les pressions qui pouvaient venir de l’extérieur » (Bédin 1977 : 370) ? Pourquoi le rapporteur a-t-il dérogé à l’article 28 du règlement des commissions permettant à tous les députés de prendre connaissance des procès-verbaux des débats (cf. Bellon 2016a, I : 70)… et de les rendre publics53 ?  Parce qu’il savait fort bien qu’il rompait avec l’optique dominante de la gauche, exprimée par les propositions de loi Dejeante, Pressensé (que Jaurès et lui-même avaient cosignée), Hubbard, Boissy d’Anglas.

  • 54 Même s’il affirme le contraire dans ses mémoires (Combes 1956 [1907] : 237 sqq.).

87D’ailleurs, une fois connu, le « projet Briand » a reçu, à gauche, un accueil peu enthousiaste. Les organisateurs du congrès radical de Toulouse (7-9 octobre 1904) ont dû verrouiller cette manifestation pour éviter que le texte ne soit rejeté. Il fut accepté « comme base de discussion », avec une « réserve » qui en changeait la signification. Ensuite, les radicaux ont incité Combes – qui, peut-être, ne demandait que cela54 – à présenter son propre projet de loi, foncièrement différent, et Briand a dû accepter d’importantes concessions. Son rapport devait d’ailleurs mentionner les dissensus entre Combes et les commissaires quand le président du Conseil quitta le pouvoir, réglant en bonne part le problème, sauf que Briand a dû continuer à ferrailler pour que l’article proclamant la liberté de conscience figure en tête de la loi.

  • 55 Dès la séance du 20 octobre 1902, où Réveillaud fait voter, contre l’avis de Jaurès, la création d’ (...)

88La guerre des gauches ne s’est nullement déclenchée avec l’ajout. Parallèlement à la « guerre des deux France » (Poulat 1988), elle existe de façon feutrée ou ouverte durant l’ensemble du processus de Séparation55, avec des lignes qui bougent à différentes reprises. L’ajout constitue un de ces moments. Moment important, puisque le président et le rapporteur ont, alors, des avis divergents. Ils se retrouveront pour… contester indirectement l’article du projet de la Commission interdisant les processions religieuses !

Du symbolique au politique : le mystérieux article « 6 bis » et son étrange destinée

89Comme Jaurès la veille, le 25 mai Briand fait redire à Pelletan – à quatre reprises ! – que la modification effectuée par la Délégation des gauches n’altère en rien l’ajout. Au niveau du symbolique, ces rappels portent une forte signification, diminuant le caractère de revanche des vaincus de l’article 4. À un niveau politique, indique Lamaud dans L’Aurore (26 mai), la « belle querelle » porte moins sur l’article 6 modifié que sur le projet de la Délégation d’un article 6 bis, « dont le sens n’est pas tout entier contenu dans le texte », mais qui, lu entre les lignes, signifie « qu’une association cultuelle pourra toujours être dépossédée du patrimoine de la fabrique […] si elle s’occupe de politique ». Autrement dit, poursuit Lamaud, les députés de gauche partisans de l’ajout vont voter l’article 6 comme « conclusion à l’article 4 », et leurs adversaires l’adopteront « comme préface à l’article 6 bis », ce que certains déclarent d’ailleurs explicitement.

90Le journaliste décrypte les enjeux d’un débat à propos duquel le reste de la presse parle de « controverses obscures » (Le Temps, 28 mai), d’un « tohu-bohu […] incompréhensible » (Le Radical, 28 mai), d’un « imbroglio » (Le Gaulois, 28 mai)… « aussi complet qu’au deuxième acte d’un vaudeville » où personne n’y voit « plus goutte, tant l’intrigue […] est emmêlée et enchevêtrée » (Le Figaro, 28 mai). Tentons, à la suite du chroniqueur de L’Aurore, d’y voir clair dans ce qui est apparu confus et qui, quand on lit les études portant sur la Séparation, n’a jamais existé, alors même que Briand a ironisé, en prétendant que si on votait cet article 6 bis un « article 6 ter » ne tarderait pas à suivre ! Un tel oubli historiographique et mémoriel fausse l’interprétation des débats parlementaires et fait croire que la Commission a avalisé les modifications de la Délégation des gauches alors que ce n’est exact que pour l’article 6 : « l’amendement Cruppi » est adopté à une majorité de 291 voix contre 272 (292/281 voix annoncées en séance).

  • 56 Quand il est question de « l’amendement Sibille » sans autre précision, il s’agit du premier des de (...)
  • 57 « L’amendement Cruppi n’est adopté que par 11 voix de majorité. C’est un cuisant échec », écrit Sco (...)

91Comme pour l’amendement Sibille56, l’adoption est obtenue à une majorité moins étroite qu’on ne l’a cru57. Il n’en reste pas moins qu’elle ne regroupe pas l’ensemble des séparatistes. À l’extrême gauche, les socialistes-révolutionnaires (Allard, Sembat, Vaillant…) ont voté contre, sans doute par défiance envers la justice administrative d’un État « bourgeois », et il a manqué environ vingt-cinq voix de séparatistes de centre gauche, tel Barthou.

92L’enjeu porte maintenant sur l’article 6 bis : l’attribution des biens « pourra être ultérieurement contestée […] si l’association nantie ne remplit plus exclusivement son objet ». Le « exclusivement » avalise implicitement les demandes de garanties faites par Pelletan, Dumont et Bepmale : le respect de « l’organisation générale du culte » vaut pour le « dogme », pas pour la « discipline », qui deviendrait alors une « circonstance de fait » autonome. Un curé (comme l’abbé Roucaud) s’estimant désavoué par sa hiérarchie comme « républicain » pourrait fonder une nouvelle association et effectuer un recours pour recevoir les biens attribués à l’association cultuelle avalisée par la hiérarchie catholique.

93L’ajout est donc, dans ce cas, bel et bien en partie contourné et Pelletan défend bec et ongles cet article 6 bis. Cependant, après trois séances parlementaires de vifs débats, la Délégation des gauches se trouve obligée de le modifier. Elle supprime l’« exclusivement » litigieux et le remplace par : « dans le cas où l’association attributaire n’est plus en mesure de remplir son objet », ce « qui ne reproduit pas, tant s’en faut, le texte de l’article 6 bis » (Lamaud, L’Aurore, 28 mai). Cette nouvelle mouture, « qui donne satisfaction à M. Ribot », comme le remarque Le Matin (28 mai), devient un paragraphe additionnel de l’article 6 (article 8 de la loi). Pelletan proteste vigoureusement. La Commission, après avoir refusé l’article 6 bis, s’empresse d’accepter le nouveau texte, finalement voté par l’Assemblée à mains levées.

94Bref, il s’est agi d’un nouvel épisode de la guerre des gauches où au final Briand l’a emporté. Pourquoi, alors, cette impression de confusion extrême ? Parce qu’une fois encore, Jaurès s’est ingénié à brouiller les pistes par des propos ultraséparatistes. Le début du projet d’article 6 bis prévoyait que la contestation de l’attribution devait être faite « dans les six mois » après la première dévolution. Un délai aussi court, rugit le leader socialiste, serait favorable à l’Église catholique, et il somme l’anticlérical Pelletan de ne pas se prêter à une telle ignominie.

95L’ancien ministre radical, abasourdi, ne sait que répondre, sinon que Jaurès soulève continuellement des « difficultés » ; ce dernier lui rétorque qu’au contraire, ce sont Leygues et ses amis qui se plaisent à embrouiller les choses. La discussion s’enferre dans cette impasse où, résume le Journal des débats du 27 mai, chacun se demande qui « sont les traîtres » : les « socialistes-papalins* », ou Leygues et l’Union démocratique ? La « confusion » est donc le fruit d’une stratégie rusée et c’est, sans doute, à ce moment précis que le député du Tarn a le plus aidé Briand. Pendant que Jaurès bataillait, le rapporteur imposait en coulisse à la Délégation des gauches de modifier son texte. Leygues finalement l’accepte, présente le nouveau texte et abandonne Pelletan, rendant impossible l’espoir des radicaux de développer un « catholicisme républicain ». Par ailleurs, le délai de six mois devient un délai d’un an, et Jaurès n’y trouve plus rien à redire ! L’ensemble de l’article 6 (article 8 de la loi) est alors adopté par 321 voix contre 242. Comme pour l’article 4, dans le vote final, la majorité de gauche s’est reconstituée, mais cette fois, sans la droite.

De la semi-satisfaction à droite et au centre à l’amertume de Buisson

96Selon Mayeur (1966 : 84 ; 2005a : 90), qui ne mentionne pas le projet d’article 6 bis et son échec, « malgré toute l’habileté de Briand, [l’article 8] devait éveiller les appréhensions des catholiques. Le climat de confiance entraîné par le vote de l’article 4 était rompu ». Il ne me semble pas possible de ratifier cette perspective pour deux raisons.

97D’abord, Mayeur emprunte ce diagnostic à Capéran. L’historien – à juste titre – estimait l’érudition de son aîné (Génin à paraître), mais il aurait dû se méfier de son optique globale (l’ouvrage du chanoine s’intitule L’invasion laïque). Capéran (1935 : 415) écrit : « En dépit des protestations rassurantes du rapporteur, force était aux catholiques, après avoir entrevu une séparation relativement acceptable, de mesurer l’étendue de leur déception. » Or, contrairement à son habitude, Capéran ne cite aucun document à l’appui de ses dires. Il a au moins le mérite de poursuivre l’examen des débats parlementaires, reconnaissant qu’il y a eu, en « juin 1905, [… un] regain de libéralisme de la Chambre et l’adoucissement notable de diverses dispositions du projet de loi » (ibid. : 418). À cause des contraintes de la collection dans laquelle il publie son livre, Mayeur arrête l’exposé des débats parlementaires à l’article 8, sans prendre en compte les décisions ultérieures.

98Or ensuite, la semaine de débats n’aboutit nullement, à lire la presse catholique et des journaux de droite et du centre, au résultat indiqué par Capéran puis Mayeur. Certes, la mise en orbite du Conseil d’État peut susciter une méfiance qui n’ose pas s’exprimer publiquement. Cependant, cette instance rend, fort à propos, à ce moment précis, un arrêt prouvant son indépendance à l’égard du pouvoir. Au vu de la situation, il ne manque pas de piquant : un décret du président de la République est annulé. Celui-ci ratifiait une décision prise par… Pelletan, alors ministre de la Marine, rétrogradant M. Chansarel, sous-directeur de son administration centrale. D’ailleurs, le juriste catholique Paul Bureau se montre favorable à cette nouvelle instance de régulation : « le Conseil d’État a, en maintes circonstances, annulé […] les actes de l’autorité administrative que le souci des intérêts collectifs n’avait pas inspirés » (L’Ouest-Éclair, 25 mai). Et au final, l’essentiel n’est-il pas que la tentative de la Délégation des gauches de relativiser la conformité aux « règles d’organisation générale du culte » ait échoué ?

99Significativement, La Croix n’en revient pas aux attaques violentes qui précédaient l’adoption de l’article 4 modifié. Bien sûr, le journal se montre toujours fort critique : le 27 mai, il insiste sur « le gâchis » qui résulte des débats ; mais la publication catholique retient que Jaurès s’est associé à Ribot « pour le bon combat ». Le jour suivant, La Croix se réjouit que la Commission ait rejeté l’article 6 bis. Enfin, le 1er juin, le quotidien émet l’idée que la « fête de l’Ascension est l’anniversaire historique d’une séparation [sic] » où les disciples de Jésus ont été poussés à l’action : il en est de même aujourd’hui, « et si cette action doit s’exercer sous un régime nouveau, moins consolé et moins commode, qu’importe ». Une telle acceptation tacite de la future séparation est rare dans La Croix. On est très loin du diagnostic de Mayeur.

100Certaines Croix de province (La Croix de l’Aube…) reproduisent les articles de fond de La Croix (de Paris), d’autres (La Croix des Charentes…) n’accordent pas d’importance particulière à ces débats. La Croix du Sud-Ouest, pour sa part, réfute le 3 juin l’idée que « l’obligation de se rattacher au culte romain n’est pas exigée par la requête en dévolution des biens ». Celui qui croit cela « se fourre tout simplement le doigt dans l’œil », car l’article 6 ne comporte nullement « pareille énormité ». Une nouvelle fois, l’important est l’échec de l’article 6 bis.

101En fait, les catholiques préparent la bataille suivante, celle qui concernera la dévolution des édifices cultuels. Une location temporaire serait un « vol ». Et « le vol des églises ne passerait pas, en maintes régions du Nord, de l’Est, de l’Ouest, des Alpes, des Cévennes et des Pyrénées, sans amener des troubles profonds, qui obligeraient le gouvernement, comme il arriva en 1801, à chercher une combinaison pour rendre au pays la paix intérieure » (La Croix, 24 mai). Là, on retrouve le ton combatif habituel.

102Très lu dans les milieux catholiques, Le Gaulois estime le 28 mai que l’article 6 bis « restituait à peu près à l’article 4 sa première physionomie », c’est-à-dire contrecarrait l’ajout. Mais il n’a pas été adopté, et l’« on s’est mis d’accord pour voter une sorte de pot-pourri […] qui donnait satisfaction à M. Briand et à M. Ribot ». Là encore, le contentement prédomine. En revanche, sans grande surprise, Mun (Le Figaro, 29 mai) fait fi de l’échec de l’article 6 bis et écrit que « [p]endant un an, sans compter la suite [sic], l’attribution des biens paroissiaux et des églises sera livrée à l’arbitraire ministériel » : l’Église catholique ne saurait s’en accommoder. Mun fait partie de ces catholiques « toujours prêts à la bataille » que Briand veut isoler de la « grande masse » des catholiques. En revanche, le 8 juin à la Chambre, son collègue de l’ALP, l’abbé Gayraud, salue les « satisfactions considérables » accordées aux catholiques par « certains points » de la loi en cours d’élaboration.

103Au centre, Le Temps du 28 mai se montre prudent : on verra à l’expérience si l’article 6 était « du poison ou de l’eau claire », mais au final, reconnaît le quotidien, « les auteurs de l’amendement ont cédé quelque chose aux pressantes observations de M. Ribot ». Le Journal des débats (29 mai) estime qu’il y aura un an de « difficultés et de différends » mais, « passé ce temps, on n’admettra plus la fantaisie […] et on garantira aux Associations cultuelles une existence tranquille conformément aux lois ». Que Leygues ait lâché Pelletan réjouit le journal, qui rend hommage à Briand : il a montré « durant toute cette discussion d’évidentes qualités de philosophe ». Finalement, pour les Débats, l’article 6 « c’est une sorte d’article 4 avec du bavardage autour »… et nullement sa modification structurelle.

104Dernière preuve que les adversaires de l’ajout n’ont pas réussi à prendre leur revanche : les articles amers que Buisson publie dans Le Radical. Le 31 mai, l’ancien collaborateur de Ferry se réfère au rapport de Boissy d’Anglas – « le rapport Briand de 1795 » ! – et à la loi Lanjuinais du 11 prairial an III, organisant l’usage d’un même local pour les cérémonies religieuses de différents cultes. Il écrit que reprendre, en 1905, cette dernière proposition, même en la limitant « à la jouissance en commun d’une église catholique par deux groupes catholiques », s’attirerait une cinglante réplique : « “Vous voulez fomenter le schisme ! Vous oubliez ce que la République exige avant tout comme condition sine qua non de toutes les libéralités envers les catholiques : le consentement de leur curé et l’approbation de leur évêque.” » Le 7 juin, il regrette que Pressensé ait rapproché la séparation française du modèle américain : si le pape confirme le déplacement d’un curé par son évêque, « un nouveau [curé], avec une demi-douzaine de dévots et de dévotes », recevra les biens ecclésiastiques, dont l’ancien curé, « jusqu’alors bon catholique et soutenu par deux cents paroissiens », sera dépossédé. On ne saurait mieux dire que la Troisième République réalise l’idéal de la Révolution française (la Séparation) en tournant le dos à sa politique religieuse et que l’ajout est sorti à peu près indemne des débats sur les articles 6 et… 6 bis.

Notes

1 Au congrès du parti radical qui s’est tenu à Toulouse du 7 au 9 octobre 1904, « chacun avait en poche sa petite solution » sur la Séparation écrit le correspondant du Radical (9 octobre 1904). Bien sûr, la situation a beaucoup évolué depuis lors, pour autant, elle ne s’est guère clarifiée.

2 L’optique de Combes d’un « Concordat renforcé » n’a pas disparu par enchantement : le directeur des Cultes, Dumay, et d’autres personnalités maintiennent des contacts officieux avec Rome et les amendements déposés par l’UD vont dans le sens d’un « nouveau Concordat ».

3 Cet article ne figure pas dans l’ouvrage (Mun 1906) censé rassembler ses articles sur la Séparation.

4 Le 22 avril, devant les protestations du Japon et le constat, émis par Delcassé, que l’opinion publique française n’est plus russophile (Zorgbibe 2002 : 221), la flotte russe de l’amiral Rojdestvenski quitte la baie de Kam-Ranh pour, officiellement, s’éloigner des eaux territoriales françaises, en fait pour mouiller dans la baie de Hon-Khoï.

5 Il effectue alors une visite officielle à Paris.

6 Sur les différents événements de la guerre entre la Russie et le Japon, cf. Crochet & Piouffre 2010.

7 J’insiste sur cet aspect car, de façon étonnante, n’est retenue aujourd’hui que la crise franco-allemande ; l’impact de la guerre russo-japonaise sur l’opinion publique (peur que la France soit entraînée dans le conflit guerrier) et cette crise sont oubliés, y compris dans le milieu universitaire. Cf., par exemple, le numéro spécial de la revue Mil neuf cent sur le « tournant historique » de 1905 (Collectif 2001), qui ne l’aborde pas.

8 Combes, père de la Séparation : ce thème continue de faire florès !

9 Cf. l’intégralité de cet article in Jaurès 2009 : 662 sq.

10 Treize évêchés se trouvent, alors, vacants : Agen, Ajaccio, Auch, Bayonne, Chartres, Constantine, Dijon, Laval, Nevers, Reims, Saint-Jean-de-Maurienne, Vannes, Versailles.

11 Cf. Larkin 2004 ; le prélude du tome I et le tome III.

12 À comparer avec celles des élections de 1902 et de 1906 (Salmon 2001 : 30 sqq.).

13 Cette substitution n’est pas isolée : Briand a dû ferrailler pour que l’article premier soit… effectivement l’article premier et, tout de suite ou plus tard, des militants laïques ont fait comme si tel n’était pas le cas.

14 Briand, Jaurès, Pressensé, ce sont « eux que Rodin a fixés dans le bronze […] pour aller, corde au cou, […] offrir au pape les clefs des biens cultuels » (L’Aurore, 29 avril).

15 Jaurès inclut dans sa missive un bel élan littéraire : « Pendant ce temps, l’abondante verdure des marronniers déborde des jardins en terrasse, mais les lilas frileux hésitent à s’ouvrir sous le vent un peu aigre. C’est un printemps assez mêlé. Aigreur des hommes et des choses. »

16 Ce que relève Clemenceau dans sa lettre ouverte d’excuse dans L’Aurore du 30 avril : il espérait une « discussion des idées ».

17 Effectivement dans La Dépêche du 1er mars 1898, C. Pelletan « s’interrogea sur les mystérieuses motivations de Jaurès à défendre la cause dreyfusarde et de la finance juive internationale » (Baquiast 1996 : 294).

18 Cf., par exemple, La Lanterne, qui le 4 mai ne comprend pas pourquoi, après avoir pendant deux ans et demi dirigé la « politique parlementaire » du Bloc, le leader socialiste fait « volte-face » et se donne à lui-même un tel « démenti », et qui, le 27 mai, rend le député du Tarn responsable de l’impasse dans laquelle les séparatistes se trouvent.

19 Le Journal des débats du 25 avril écrit : « Après avoir été opportuniste avec Ferry, révolutionnaire avec MM. Guesde et Lafargue, millerandiste avec M. Millerand, combiste avec M. Combes, [Jaurès] redevient blanquiste et guesdiste avec M. Vaillant et M. Guesde ». Tout en faisant alliance avec « Ribot et Mun », ajoute la gauche.

20 Ce premier congrès national regroupe le PSF de Jaurès (102 mandats), le PSDF de Guesde (148 mandats), le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire (POSR – 17 mandats) et les fédérations autonomes des Bouches-du Rhône, de la Bretagne, de l’Hérault, de la Somme et de l’Yonne (27 mandats). Pour les observateurs, il consacre une victoire des « révolutionnaires » sur les « réformistes », ce qui ne sera pas le cas dans la durée.

21 Interdiction de solliciter un mandat avant trois ans d’inscription au parti (Le Temps, le 30 avril, rappelle que, dans ce cas, Jaurès lui-même…) ; interdiction de prendre la parole à une conférence ou à une fête publique sans l’aval de la section locale, voire du Conseil national, etc.

22 Bos (Le Rappel, 1er mai) affirme, lui, que Jaurès devrait « se rappeler cette juste parole du Christ : “Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’on te fasse à toi-même” ». Cette « règle d’or » se retrouve, en fait, énoncée dans divers systèmes convictionnels.

23 Ainsi dans L’Aurore du 28 mai, Clemenceau traite Jaurès de « prolétaire bourgeois, de verbalisme révolutionnaire et d’actes conservateurs, nous déniant le pouvoir de discuter son dogme d’un jour » et trouve cela « lamentable ».

24 Si Jaurès est la cible privilégiée du Tigre, parfois Briand se trouve également attaqué : le projet de loi Combes organisait l’« oppression politique contre la liberté des croyants. Jaurès et Briand ne s’émurent point […]. Ils acceptèrent le système de persécution de l’État contre l’Église » comme « ils devaient plus tard [… avec l’ajout] acclamer le système qui livrait à l’Église les droits de l’État » (L’Aurore, 13 mai). En fait – et Clemenceau le sait puisqu’à l’époque il a raconté la scène, en comparant le « sacrifice » de Briand à celui d’Abraham –, il est fort probable que Jaurès ait obligé Briand à céder (en partie) à Combes (tome I, chapitre 9).

25 Décidément, les adversaires de l’ajout ressuscitent beaucoup les morts !

26 Hervé opère un tournant à partir de 1912 et, avec la Grande Guerre, devient très nationaliste (Heuré 1997).

27 Interdiction votée le 3 juin 1904 par 488 voix pour et 60 voix contre (résultat rectifié 468/47) ; les socialistes (dont Briand, Jaurès et Pressensé) ont voté contre.

28 Et a le soutien de la fédération de l’Yonne, car la même Commission (dont Hervé est membre) interdit à tout orateur socialiste de prendre une position publique sans l’aval de sa section locale. Liberté d’expression à deux vitesses !

29 Au PRRRS « l’appellation de “parti” qualifiait un conglomérat de comités électoraux, il est vrai quasi permanents compte tenu de la fréquence des élections. […] À ces comités venait se joindre une nuée de ligues, unions, fédérations, sociétés de propagande, groupes de libre-pensée, loges, journaux et municipalités » (Ducomte & Pech 2011 : 31).

30 Maujan (Le Radical, 27 mai) estime qu’une candidature socialiste unique peut devancer au premier tour plusieurs candidats se réclamant du radicalisme et les amener à se désister au second tour, dans des circonscriptions où les idées radicales sont majoritaires. De fait, cette inquiétude se manifestera au congrès radical de juillet 1905.

31 La République sauvée par l’échec des antidreyfusards, le militarisme refoulé par la loi dite des « deux ans », et le cléricalisme par la prochaine séparation.

32 Une fois encore on se dispute sur la séparation… de l’Église et de l’État à propos d’un projet de loi portant sur « la séparation des Églises et de l’État ».

33 Cf. ses passes d’armes, à la Chambre, avec le leader socialiste le 21 avril : Réveillaud (1907 : 401, 406 sqq.).

34 Ce qui relativise fortement son propos louant Briand d’avoir su se faire applaudir par les députés de droite.

35 Amendement déposé d’abord par Marc Réville (cf. infra, chapitre 5).

36 Le 28 avril, Mun publie un article dans Le Figaro : la première partie, dite rédigée avant le 20 avril, reprend l’antienne habituelle (« le bourdon de Notre-Dame [de Paris] va être condamné au silence ; toutes les cloches des églises de France se tairont avec lui » ; la loi « organisera la persécution […]. L’amende, la prison frapperont les rebelles ») ; la seconde, à la suite de l’adoption de l’ajout, compare Briand à Grégoire quand ce dernier « réclamait des Thermidoriens la liberté des cultes ». Au final, cela ne changera rien « à moins que, défoncé par ce grand coup de pic, tout l’ouvrage ne s’écroule ! » La gauche radicale et le centre gauche citent à satiété ce dernier passage comme preuve du bien-fondé de leur opposition à l’ajout. Pour Jaurès, il s’est agi d’une « manœuvre dont nos camarades républicains ont été les dupes », d’un « piège que la stratégie catholique nous a tendu ! » (intervention à la Chambre le 24 mai). Mun reprend l’expression « coup de pic » à propos de la guerre des gauches (Le Figaro, 29 mai).

37 Publication qu’il avait choisie en août 1904 pour annoncer qu’il considérait la Séparation comme « inévitable » (cf. tome I, chapitre 7).

38 Dont le principe de gouvernement consistait à faire faire à l’administration publique précisément l’inverse (tome I, chapitre 1 et Bouchet 2018).

39 À la mi-mai, Combes publie le recueil de ses discours de novembre 1903 à sa chute, sous le titre Une seconde campagne laïque, avec l’ajout ambigu Vers la Séparation : en fait, la majorité d’entre eux abordent les questions d’enseignement ou l’affaire des fiches.

40 Il s’agit du changement de la phrase de l’article 4 ter « Le revenu global desdits biens reste affecté au payement du reliquat des dettes […] de l’établissement public supprimé, lorsque aucune association cultuelle n’aura recueilli le patrimoine de cet établissement », dont la fin devient « … lorsqu’il ne se sera formé aucune association cultuelle apte à recueillir le patrimoine… » (les mots modifiés sont mis en italique).

41 Il aurait voulu que les biens « grevés d’une affectation charitable ou de toute autre affectation étrangère à l’exercice du culte » puissent revenir non seulement « aux services ou établissements publics, dont la destination est conforme à celle desdits biens », comme le prévoyait le projet de la Commission (et comme l’indiquera la loi), mais aussi à une association loi de 1901, notamment celles qui soutiennent « l’enseignement confessionnel », dont il rappelle qu’il n’est pas supprimé.

42 Les trois députés de ce département voteront la loi. Deux votent l’amendement (Babaud-Lacroze et Mulac).

43 Petit rappel : c’est Bonaparte qui a créé le Conseil d’État.

44 Selon Vanneuville (2000 : 102), c’est en adoptant une « position de retrait […] apolitique » que le Conseil d’État a laissé « une grande latitude à l’action gouvernementale » de Combes.

45 L’amendement est présenté par « MM. Sarrien, Joseph Caillaux, Cruppi, Charles Dumont, Georges Leygues, Camille Pelletan, Georges Trouillot, Pierre Baudin, Charles Beauquier, Bourrat, Chaumet, Émile Chautemps (Haute-Savoie), Couyba, Jean Codet, Debussy, Gaston Doumergue, Dron, Gabrielli, Gervais, Gouzy, Guyot-Dessaigne, Jumel, Lafferre, Levraud, Muteau, Puech, Albert Sarraut, Roch, Saumande ».

46 Les acteurs parlent de « dévolution » alors que, concernant des biens, il s’agit en réalité de « transmission » (cf. l’item « dévolution/transmission » dans le glossaire). Ce flou est significatif de la confusion, volontaire ou non, qui règne à l’époque sur ces questions.

47 Il est significatif que Ribot se réfère aux chiffres donnés en séance et non aux chiffres rectifiés. Cf. le chapitre 4.

48 Groussau (juriste catholique, député ALP du Nord, cf. Ménager 2013) réplique que « la théorie révolutionnaire, en vertu de laquelle il n’y aurait en présence que l’intérêt particulier et que l’intérêt général, sans intérêt intermédiaire, a fait faillite (Très bien ! très bien ! à droite) » par la loi de 1884 sur les syndicats et celle de 1901 sur les associations.

49 Ce mot « manifestement » a, bien sûr, son importance !

50 Le Journal des débats (26 mai) en est d’accord : dans ce cas, il sera normal de tenir compte du nombre des fidèle que regroupe chaque association. Mais il redoute un usage détourné « pour favoriser une tentative schismatique ».

51 Comme pour d’autres discours, il existe de légères variantes entre le JO (que je prends comme référence) et la publication en 1908, par Briand lui-même, de ses interventions à la Chambre. Cela n’altère pas le contenu.

52 Du moins, c’est ce qui se répétait à partir du comptage des bulletins. En fait, la position de la gauche (au sens large, incluant le centre-gauche) était plus forte, car l’opposition allant du centre à la droite dure, les reports de voix au second tour s’avéraient plus compliqués pour elle que pour la majorité sortante (B. Joly 2014 : 571 sqq.).

53 Briand livre seulement à la presse le contenu des articles du projet de loi au fur et à mesure qu’ils sont adoptés par la Commission. De temps à autre, quelques lignes sont donc publiées dans les pages intérieures des journaux sans donner lieu à aucun éditorial, et personne n’y prête attention. Le 27 mai 1904, quand Briand annonce aux députés que le projet de la Commission va être déposé à « brève échéance », ces derniers peinent à le croire.

54 Même s’il affirme le contraire dans ses mémoires (Combes 1956 [1907] : 237 sqq.).

55 Dès la séance du 20 octobre 1902, où Réveillaud fait voter, contre l’avis de Jaurès, la création d’une commission parlementaire sur la Séparation.

56 Quand il est question de « l’amendement Sibille » sans autre précision, il s’agit du premier des deux amendements adoptés.

57 « L’amendement Cruppi n’est adopté que par 11 voix de majorité. C’est un cuisant échec », écrit Scot (2005 : 244).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search