Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n'aura pas lieu. Histoire politique de Séparations des Églises (1902-1908)

 | 
Jean Baubérot

Première partie : De la victoire des séparatistes au second conflit des gauches

Chapitre 2

Confrontations au moment clé du rapport Briand

Texte intégral

1Le projet de loi définitif est déposé par la Commission à la Chambre le 4 mars 1905. Le lendemain les quotidiens annoncent l’événement sans lui accorder d’importance majeure. Exemple parmi d’autres, Le Matin en fait une colonne de sa une, enchâssée entre deux autres informations qui ont chacune droit à deux colonnes : d’abord Jean[-Baptiste] Charcot et son équipage, disparus en Antarctique, ont été retrouvés à Puerto Madryn ; ensuite, « l’offensive japonaise » progresse « sous les murs de Moukden », capitale de la Mandchourie. Le Japon gagne cette bataille à la valeur stratégique le 10 mars ; les Russes perdent 90 000 soldats, la moitié de leurs troupes, et abandonnent un matériel considérable. Ils se retirent à Tieling, d’où ils sont également délogés : ce n’est plus une retraite, c’est une « déroute » !

2« La Guerre » – les journaux, du Petit Parisien au Radical, la nomment ainsi – préoccupe beaucoup la presse française. « L’enveloppement japonais », « La déroute russe », « Les Japonais à Moukden », « La Révolution en Russie et le socialisme au Japon », « À la poursuite de l’armée russe », « Les débris de l’Armée russe » ; « Les Japonais devant Tiéline », « La retraite russe »… : autant de unes de L’Humanité. Pour Jaurès (10 mars), la bataille de Moukden symbolise, pour la « civilisation », conjointement celle de Marathon et de Valmy. Le quotidien socialiste (12 et 21 mars) reproche à Delcassé la « quasi-hospitalité » accordée à la flotte russe de l’amiral Rojdestvenski à Nossi-bé, au nord-ouest de Madagascar : qu’arriverait-il si « une bataille navale [était] livrée dans nos eaux territoriales » ?

  • 1 Fait inhabituel, du 15 au 18 mars, Le Matin (qui, chaque jour, consacre un gros titre en une à la « (...)

3Ceux qui, à gauche et à droite, croyaient encore à un retournement de situation en faveur de « l’allié russe » perdent cet espoir. Le mieux serait encore d’arriver à une paix « rapide » (Le Figaro, 9 mars)1 pour parer à un double « danger » : celui de visées éventuelles du Japon sur l’Indochine française (Le Matin, 22 mars ; La Croix, 24 mars…), et, avec la crise en Russie même, celui d’un échec trop cuisant de la politique étrangère visant à neutraliser l’Allemagne. Le 24 mars, le conseiller de Delcassé, Maurice Paléologue (1934 : 272), note que « [l]es pangermanistes parlent de guerre : La Gazette de Magdebourg menace la France d’une invasion ». Une semaine plus tard, Guillaume II, en croisière, fait escale à Tanger et le même diplomate se demande si on ne va pas vers « un Fachoda allemand » (ibid. : 380). Ce contexte international pèse en faveur d’une atténuation du conflit politico-religieux interne.

4La situation n’est nullement apaisée pour autant. La une de La Croix (5 mars) ne mentionne pas le dépôt du projet Briand mais publie un article signé Pierre L’Ermite (= Edmond Loutil, vicaire), intitulé « Le crime des crimes », opposant deux jugements : un voyou alcoolique, auteur d’une violente bagarre, serait sorti libre du tribunal, tandis que deux sœurs sécularisées, accusées de reconstitution d’une congrégation dissoute, se seraient vues condamnées à un mois de prison. Vrai ou déformé, ce récit montre que, pour le quotidien, le départ de Combes n’a rien changé : la « persécution » reste d’actualité. Dans ce contexte, la hiérarchie et des catholiques militants tentent, une nouvelle fois, de discréditer la Séparation. En même temps, certains poussent à la création d’associations paroissiales, afin d’être prêts le jour venu.

5De son côté, la gauche républicaine apparaît désunie, peu enthousiaste, certains souhaitant un texte nettement plus combatif. Les protestants et les juifs, en principe favorables à la Séparation, ont été douchés par le projet Combes et cela les marque. Est-ce l’incompréhension générale ? Pas totalement. Grâce à l’Union pour l’action morale (UAM), des intellectuels des deux bords confrontent leurs points de vue. Et, le budget voté, Briand dépose son rapport (dont l’ampleur fait impression) le 15 mars. Le 21, le débat commence à la Chambre. Il se poursuivra jusqu’au 3 juillet.

La mobilisation des catholiques ralliés

  • 2 Mun (1906) republie divers articles qu’il a rédigés pour La Croix, Le Gaulois, Le Figaro, etc.

6L’accélération du processus de la Séparation induit, à droite, un raidissement des positions. Ainsi, jusqu’en février 1905, Le Figaro publie des éditoriaux du comte d’Haussonville, catholique orléaniste. Celui-ci propose des analyses critiques documentées sur l’accord – bancal – entre Combes et la Commission (23 et 30 janvier), puis sur le projet Bienvenu-Martin (21 février), dans lequel il voit un « désir assez sincère d’accorder à l’Église les libertés nécessaires à sa vie » et « la crainte […] de lui en accorder trop ». À partir de mars, il est remplacé par le bouillant comte Albert de Mun (Piou 1925 ; Coquet 2019) et le ton change totalement. La Séparation, résultat d’un « complot maçonnique » (6 mars), va constituer « l’apostasie officielle de la France* » (13 mars), nation pourtant « pétrie de catholicisme » (16 mars)2.

  • 3 P. Lerolle appartient à la bourgeoisie parisienne, au « monde des philanthropes […] réservés vis-à- (...)

7Mun est membre de l’Action libérale populaire (ALP). En décembre 1904, clôturant le congrès de ce parti, le député de la Seine Paul Lerolle3 en appelle à l’opinion publique pour faire échouer la Séparation (Blanchemain 1925 : 348). Le principal dirigeant de l’ALP, Jacques Piou (Denais 1959), et d’autres figures du mouvement, tel le comte de Castelnau, donnent des conférences à Angers, Bayonne, Lyon (3 000 assistants), Nantes (2 000 personnes), Orléans, Poitiers, Saint-Brieuc, Tarbes… et aussi dans des villes de moindre importance (Argenteuil, Asnières, Autun, Crest, Épinay, Frontignan, Saint-Laurent-du-Pont, Saint-Ouen…). Leurs discours se terminent par des « “Vive la France ! Vive la Liberté ! Vive la République”. Et souvent, “Vive Dieu !” » (Janet-Vendroux 2013 : 197). Les ordres du jour protestent contre la « fermeture des écoles congréganistes » et « le projet de séparation » : les deux forment un ensemble « persécuteur ». Piou, néanmoins, cherche à convaincre que ce combat n’implique « aucune hostilité contre les grandes choses dont notre temps est […] épris : la liberté, la science, le progrès matériel, la justice sociale » (cité par Dumons & Moulinet 2005 : 76).

  • 4 L’ACJF organise les 29-30 avril un week-end « anti-séparatiste » où environ 150 conférences sont do (...)

8Pour la gauche, l’ALP ne fait pas partie du camp républicain. Elle permet à des royalistes d’avancer masqués. C’est en partie exact, mais pas complètement. Ainsi, en Mayenne, cette « nouvelle droite provoque la retraite définitive de l’ancienne aristocratie châtelaine » (Denis 1977 : 491). Modernisant l’action politique, elle travaille de concert avec d’autres organisations participant à la campagne antiséparatiste, tel le Comité catholique de défense religieuse et, surtout, l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF)4. Le Sillon, de son côté, avec Marc Sangnier (Rogard 2005) s’active et tient des congrès régionaux où la Séparation se trouve vivement contestée. Depuis 1904, il dispose d’une « version bretonne » importante : L’Ajonc (Le Goff 2006 : 293). Le mouvement apporte la contradiction à des conférences organisées par la libre-pensée dans des villes, comme Le Mans ou Villeneuve-Saint-Georges, ou des bourgades (par exemple, à Larche en Corrèze).

  • 5 Cf. les comptes-rendus de la conférence de Lyon in La Dépêche de Lyon (20 mars) et La Croix (21 mar (...)

9Le discours typique des catholiques ralliés consiste à défendre « les honnêtes gens, […] prisonniers de minorités audacieuses » (entendez les francs-maçons, les protestants et les juifs) qui exercent leur « tyrannie » et promeuvent « l’anarchie » (Léonce de Castelnau à Lyon). La nouveauté consiste à ne plus avoir affaire à Combes mais à Rouvier, dont le profil peut rassurer une partie de l’opinion publique conservatrice. Qu’à cela ne tienne, selon Piou, le président du Conseil subit une « puissance occulte ». En conséquence, il veut séparer « l’Église et l’État » au lieu de « sauver la France » en séparant « l’État de la Franc-maçonnerie », et du « socialisme » : l’appartenance politique de Briand sert de repoussoir5.

10Sur les murs des villes, des affiches proclament « Qu’on nous laisse libres dans nos églises bâties pour nous ». De nombreux tracts sont imprimés. La librairie Lethielleux en diffuse de nouveaux chaque semaine. Ainsi, un tract appelle le « peuple » à la résistance contre un acte « antirépublicain » qui va, en même temps, « ligoter l’Église, et lui dire “Marche” ». On fait miroiter aux « pauvres », ajoute ce libelle, l’argent du budget des cultes, mais le président de la République, Loubet, gagne à lui seul le « traitement de 1 332 curés de campagne » et personne n’a vu la couleur dudit milliard des congrégations. D’ailleurs, avec la suppression des subsides, les morts « seront enfouis dans un trou, sans une bénédiction, comme des chiens ». L’argument rappelle l’expression « enterrement de chien » employée par des curés pour qualifier les enterrements civils (Lafon 1987 : 297).

11Le 30 avril, le quotidien anticlérical La Lanterne affirme qu’« on inonde le pays » de ces tracts, au point que même ses lecteurs en reçoivent. Si ces « prospectus » sont divers, un thème est récurrent : les messes se feront dans « les granges ». Et pourquoi pas ? se demande le quotidien anticlérical : « le Christ est bien né dans une écurie » ! L’Aurore (1er mai) dénonce des « affiches répandues à profusion » à Paris, où les ouvriers se trouvent particulièrement visés, et dans l’ensemble de l’Île-de-France : l’une d’elles prétendrait que la prison menace curés et fidèles !

Des femmes catholiques transgressent leur confinement dans la sphère privée

12Deux groupements de masse manifestent l’irruption de femmes catholiques dans l’espace public. La Ligue des femmes françaises (LFF), fondée à Lyon à la fin de 1901 à la suite du vote de la loi sur les associations, très implantée dans la France du Sud-Est (à Marseille, notamment), est animée par Jeanne Lestra. Proche des milieux monarchistes, elle s’affirme cependant apolitique (Dumons 2006 : 343) et adopte « la bannière du Sacré-Cœur ». Née d’une scission au sein de la LFF, la seconde, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF), animée par la baronne de Brigode et Marie Frossard, se montre très active dans plusieurs régions, notamment la Bretagne, l’Île-de-France et la Savoie.

13La LPDF « balaie un champ de compétences plus sociales » que la LFF (Diébolt 2000 : 223) et assume de faire, « selon ses propres termes, “de la politique religieuse” » (Cloître 2006 : 248). Elle apparaît rapidement comme liée à l’ALP, donnant la possibilité à de nombreuses femmes de rompre avec « une tradition de repli sur des activités domestiques ou charitables pour mener une carrière militante » (Della Sudda 2007 : 139), alors même que les femmes ne sont pas électrices. Au nom de leur fonction d’éducatrice religieuse au sein de la famille, ces personnes transgressent donc le rôle où elles se trouvent consignées et, en participant à leur manière au combat électoral (collecte de fonds, propagande, actions pour vérifier l’inscription des hommes catholiques sur les listes d’électeurs…), elles se veulent, sous la bannière de Jeanne d’Arc, un mouvement de résistance à la laïcisation de la société française (Sarti 1992).

  • 6 Certaines féministes, comme M. Bonnevial (présidente de la Ligue du droit des femmes et vice-présid (...)

14Ces deux « organisations combattantes au service de l’Église » regroupent « plusieurs centaines de milliers de femmes » (Dumons & Moulinet 2005 : 79). Le camp « républicain » est très loin de pouvoir susciter pareille mobilisation6, qui rassemble différentes classes sociales : dans le Tarn, par exemple, les deux figures de la LPDF sont la baronne Geneviève Soult-Reille et Mme Vaysse, ouvrière dans l’industrie textile. La baronne théorise cette alliance : il faut « que les grandes dames et les ouvrières marchent au combat comme des sœurs, les premières oubliant leur timidité et les seconde leur défiance » (L’Écho du Tarn, cité par Faury 2005 : 47). Idéalement une section de la LPDF devrait compter un quart d’aristocrates, un quart de bourgeoises, un quart de femmes provenant du milieu du commerce et un quart de femmes du peuple.

15Fantasme et/ou réalité empirique : la gauche accuse ces femmes de faire « la grève du ventre » pour inciter leurs maris à agir et voter dans le sens des intérêts de l’Église catholique. En fait on craint que l’influence féminine aille bien au-delà, estimant souvent qu’elle s’exerce également sur les pères, les frères et les fils. Et comme beaucoup de femmes se rendent au confessionnal, elles sont globalement soupçonnées de servir de relais aux curés.

Une active campagne de pétitions

  • 7 Ainsi la LPDF, dont le siège est à Lyon, aurait recueilli 400 000 signatures (Dumons 2005 : 173). À (...)

16Que peuvent faire les catholiques ? D’abord, invoquer Dieu : la Ligue de l’Ave Maria, encouragée par le cardinal Richard, archevêque de Paris, lance une « croisade de prières pour la France » qui se continuera… jusqu’aux élections de 1906. Ensuite, agir sur les députés par la signature de pétitions, comme le recommandent, outre La Croix (de Paris), les multiples Croix de province et les Semaines religieuses des divers diocèses. Exclues des droits politiques, les femmes peuvent manifester leur citoyenneté en signant et en recueillant des signatures7. Les diverses pétitions s’adaptent à la situation locale. Ici on insiste sur le risque de disparition des messes dans de petites paroisses, et notamment des messes pour les morts ; là on met en avant l’interdiction des processions, source de ferveur, notamment quand elles concernent des saints locaux ou rythment l’année, mais aussi occasion de fêtes et apport indispensable à la prospérité du commerce.

  • 8 La précision est intéressante : si des journaux du centre et de droite affirment que depuis le dépa (...)

17Avec un sérieux un peu inhabituel, La Lanterne du 5 mai affirme « rendre justice au parti clérical » : le recueil des pétitions s’avère « méthodiquement et judicieusement organisé ». Trois consignes pratiques seraient données aux bénévoles : s’abstenir de faire signer les fonctionnaires et employés de l’État pour éviter qu’ils soient repérés comme « cléricaux »8 ; tenter d’obtenir la signature non seulement des hommes électeurs mais également des femmes ; avoir toujours une plume et un encrier afin, selon le journal, de ne pas donner à la personne sollicitée un délai de réflexion. Ce travail effectué, deux électeurs apportent au maire les pétitions recueillies dans la commune, les authentifient en les signant devant lui, et lui demandent de les légaliser.

18Regroupées ensuite par département, les pétitions sont déposées au fur et à mesure par des députés sur le bureau de la Chambre, ces dépôts étant consignés dans le Journal officiel. Au moment du vote de la loi par l’Assemblée nationale (3 juillet), elles auraient recueilli, dans l’ensemble de la France métropolitaine, 3 853 238 signatures (Semaine religieuse de Paris, juillet). Selon leurs promoteurs, ce chiffre aurait été encore plus impressionnant si, des préfets aux francs-maçons, les pressions ne s’étaient pas multipliées contre les signataires potentiels. À l’inverse, La Fraternité (Poitiers), écrit le 15 avril : « on s’adresse aux ouvriers de patrons réactionnaires et surtout aux commerçants. […] Tous les moyens sont bons pour arracher des signatures ». Et on supplie les femmes « d’intervenir auprès de leurs maris » (cité par Bouquet 2004 : 66). De son côté, Le Réveil du Nord du 16 avril dénonce les « violences morales » subies par les ouvriers à Lille, Roubaix, Tourcoing pour signer les pétitions, par peur d’un renvoi. Le Radical du 28 avril réprouve des pratiques identiques dans l’Hérault. Et le député de l’Aisne Émile Morlot les dénonce également (L’Action, 2 avril).

19Étudiant le diocèse d’Arras, Hilaire (1977 : 749) constate que, « dans plusieurs localités [du Pas-de-Calais], les châtelains s’inscrivent en tête des listes et leurs dépendants signent après eux ». En d’autres endroits « beaucoup de signatures semblent avoir été données avec plus de spontanéité », notamment par des mineurs. Mais, sans surprise, c’est dans l’Ouest, « où de nombreux curés évoquent les souvenirs de la persécution révolutionnaire », que les pétitions rencontrent le succès le plus manifeste : « 507 000 signatures en Bretagne, 407 000 en Basse-Normandie, 315 000 en Maine-Anjou » (Hilaire & Fabre 1986 : 109).

20Reste que l’impact de cette campagne a ses limites. Mun reconnaît le « calme et […] l’indifférence » de la majeure partie de la population. Il l’explique par la croyance encore dominante que la Séparation « ne se fera pas » (Le Gaulois, 10 avril). Pour d’autres, néanmoins, le résultat obtenu constitue un succès : selon L’Ouest-Éclair du 4 mai, beaucoup de « nos paysans » ont signé, préférant « voir l’État payer leur curé que […] le payer eux-mêmes ». Cette raison, estime le quotidien, n’a rien de honteux : les « questions politiques » sont toujours des « débats économiques ». D’autre part, ces signatures signifieraient que, même chez ceux qui ne se rendent plus à la messe, survit « toujours confuse et diffuse, la conscience de l’au-delà ». C’est estimer que la Séparation constituera une atteinte à cette conscience.

Les lettres pastorales du carême de 1905 : « on croit ou on veut faire croire »… que la Terreur recommence

21Les lettres pastorales des évêques, à l’occasion du carême, soutiennent les pétitions. De substantiels extraits se trouvent reproduits dans divers journaux et certaines sont publiées par Péguy, à la suite de la grande enquête du Siècle, et envoyées aux parlementaires (Allier 1905). Selon Sorrel (2005 : 57), elles sont jugées « avec une égale sévérité » par « des catholiques de sensibilité opposée » : pour le démocrate-chrétien Fonsegrive, il s’agit de « grognements sans consistance et sans fruit » ; de son côté, le maurassien Mandat-Grancey y voit de « timides lamentations ». Cependant, à l’inverse, l’animateur de l’Union pour l’action morale, Desjardins, déclare que dans ces lettres « l’emphase déforme tout : on croit, ou l’on veut faire croire que le projet de loi vise à fermer toutes les églises, à affamer les prêtres, à recommencer la Terreur » (UAM 1905, fasc. 7 : 324, séance du 12 mars). De fait, si le type de séparation projeté s’est éloigné du modèle révolutionnaire, beaucoup de catholiques « croient revivre une histoire infiniment douloureuse, ravivée […] par une historiographie catholique militante et par la mémoire […] sacralisée des martyrs » de la Révolution (Boutry 2006 : 112).

  • 9 Ce contexte est celui du projet Combes, mais à la séance du 12 mars 1905 de l’UAM, Buisson doit ras (...)

22« On croit, ou l’on veut faire croire », énonce Desjardins : comme pour toute déclaration publique et action de propagande, il est difficile de faire la part des inquiétudes sincères et de leur utilisation en vue de s’attirer le plus grand nombre possible de gens. Mais si une dimension politique est indéniable dans la propagation de la peur – on la « suscite » pour pouvoir s’en « servir » (Robin 2006) –, on ne saurait pour autant négliger l’angoisse suscitée par l’incertitude de l’avenir et la capacité des humains à imaginer le pire : Zeldin (2003), avec justesse, traite ensemble « anxiété et hypocrisie » dans son Histoire des passions françaises. L’important, pour l’historien, est que les propos épiscopaux aient semblé plausibles au public visé. Il me paraît significatif qu’un catholique membre de l’Institut et dreyfusard comme Paul Viollet se déclare « très effrayé de ce qui se prépare » : la désaffectation des édifices des cultes et le risque d’« une véritable persécution » (UAM 1905, fasc. 3 : 115, séance du 11 décembre 1904)9. Ces lettres peuvent donc avoir un impact social indéniable.

  • 10 Dans sa déclaration à la Chambre du 26 janvier 1903 inlassablement citée (cf. tome I : chapitre 1).

23La Séparation est décrite comme une « apostasie officielle* » de la nation (Mgr Denéchau, Tulle), cataclysme destructeur pour « l’Église », l’État et le pays* tout entier (Mgr Meunier, Évreux) : cette « spoliation* » constituera la fin de la « mission providentielle » de la France (Mgr Amette, Bayeux). L’intérêt de la religion et celui de la patrie forment un tout, et la Séparation fait le jeu de « l’étranger ». En effet, la France en sortira affaiblie, la « fille aînée [de l’Église sera] violemment arrachée des bras de sa mère » (Mgr Dubillard, Quimper), alors que Combes lui-même10 a admis que la religion est au « fondement » de la morale (Mgr Bardel, Séez). « Plus de curés dans les paroisses ! C’est le vœu des bandits » (cardinal Lecot, Bordeaux). L’épiscopat en sera réduit « à ne plus faire visiter [les] paroisses que de loin en loin par des missionnaires, comme on le fait dans les pays […] sauvages » (Mgr Delamaire, Périgueux), et il faudra « payer le droit de visiter Dieu* » (cardinal Labouré, Rennes). De son côté, Mgr Touchet (1905 : 13), évêque d’Orléans, s’adresse plus spécialement à ceux qui « fréquentent l’église dix, douze fois par an » et « ne prévoient pas […] ce qui arrivera […] ici et là, la suppression de leurs curés ».

  • 11 C’est aussi ce que déclare l’administration du Vatican aux correspondants de presse à Rome qui s’ét (...)

24Malgré ce ton alarmiste, le peuple catholique est exhorté à ne pas céder à la panique : « notre douleur ne doit être ni aveugle, ni humiliante », et nous devons agir par des « protestations […] sans colère ni paroles déplacées » (Mgr de Cabrière, Montpellier), avec la certitude que le pape, « au moment opportun », tracera « la voie que nous devons suivre » (Mgr Fiard, Montauban)11. L’essentiel est l’union : « en présence du péril, renonçons à nos vues personnelles, à nos dissentiments politiques. […] Formons le parti de Dieu* ». Il « combattra avec nous » (Mgr Guérard, Coutances). Le mal peut alors se transformer en bien : « les vrais croyants se regrouperont plus étroitement autour de leurs pasteurs. Les éternelles et consolantes vérités de leur foi leur apparaîtront plus fermes et belles », leur « zèle » sera « plus ardent » (Mgr Latty, Châlons). Voix discordante, mais peut-être réaliste, Mgr Germain, archevêque de Toulouse, tance « la facilité avec laquelle certains catholiques prennent leur parti d’un événement si gros de funestes conséquences ». La Croix du 9 mars fustige d’ailleurs les catholiques qui « [détournent] les yeux de cette désagréable question ».

Les « associations paroissiales » et l’espoir d’un retour au christianisme primitif

  • 12 Son église, Notre-Dame du Travail, a été l’objet de violents affrontements, en mai 1903, entre libr (...)
  • 13 Dès janvier, Mgr Richard a publié une lettre pastorale dénonçant « la lutte […] ouverte entre les s (...)

25Ce réalisme conduit certains cadres catholiques à vouloir la création d’« associations paroissiales » susceptibles, le cas échéant, de se transformer en association cultuelles. Dès la fin de 1904, l’abbé Birot, vicaire général d’Albi, « a remis à Rome un mémoire concluant à l’acceptation » des associations cultuelles (Cholvy 2005 : 95). La même année, à Paris, l’abbé Roger Soulange-Bodin a fondé une association paroissiale dans la « paroisse pauvre » de Plaisance12 (Briand lui rend hommage in L’Humanité, 28 septembre 1904), et il a invité ses collègues à faire de même. Mais l’archevêque Mgr Richard13 a contré cette initiative. Cependant la question redevient d’actualité et fait débat au sein du catholicisme. L’Ami du clergé combat de tels groupements ; en revanche, le congrès des catholiques du Nord approuve leur création : « [ils] groupent les fidèles autour des pasteurs, […et] font faire l’apprentissage de cette vie d’associations légales qui pourra devenir la forme nécessaire des paroisses futures ». Quelques Semaines religieuses s’y montrent favorables. Celle de Mende (13 mars) insiste particulièrement sur la « nécessité » de ce type d’association.

26Un prélat, imposé à Léon XIII par Waldeck-Rousseau (Boudon 1996 : 392) et surnommé « le chapelain de la Gueuse », Mgr Lacroix (1905), évêque de Tarentaise, en reprend l’idée tout en fixant des conditions drastiques d’adhésion. Outre des engagements de pratique religieuse et de contribution financière (qui paraissent logiques), il faudra promettre de choisir « l’enseignement catholique » pour ses enfants et de ne jamais voter pour « des hommes qui seraient les ennemis déclarés de [la] foi ». Les contrevenants se verraient « rayé[s] de la liste des catholiques » et « assimilés aux hérétiques et aux libres-penseurs ». À l’inverse l’association paroissiale de Saint-Salvy d’Albi, créée avec l’accord de Mgr Mignot, précise dans ses statuts qu’elle « s’interdit […] toute discussion politique ». Son conseil comporte, outre le curé, douze élus (six femmes et six hommes). Quelques autres évêques, comme Mgr Le Camus, évêque de La Rochelle – un franc-tireur qui s’est affirmé favorable à la Séparation dès 1903 (Narfon 1912 : 51) –, envisagent également la formation d’associations semblables.

  • 14 Mgr Lacroix répond que c’est la politique qui a, la première, « fait intrusion dans le domaine reli (...)

27La lettre pastorale de Mgr Lacroix engendre un certain émoi dans la gauche républicaine : elle constitue une inadmissible « intrusion de la religion dans la politique », commente, choqué, Jean-Louis de Lanessan14. Le directeur du Siècle analyse la position de l’évêque de Tarentaise comme « la constitution, après la Séparation, d’une Église catholique fermée, comme l’étaient les premières communautés chrétiennes » (Allier 1905 : 433 sq.). C’est, effectivement, l’optique d’une circulaire paroissiale des vicaires capitulaires du diocèse de Versailles (11 mars), où il est écrit : « nous devons avoir la fière ambition de faire revivre cette époque glorieuse [des “chrétientés naissantes”], et nous y réussirons par l’association. La loi [de 1901] nous le permet ».

  • 15 L’Œuvre des campagnes, fondée en 1855 par un curé savoyard (J.-M. Vandel) et une aristocrate (la co (...)
  • 16 La date indiquée est très intéressante : 1802 n’est pas l’année où le Concordat a été signé mais ce (...)

28Certains évêques interviewés dans le cadre de l’enquête du Siècle (novembre 1904-mars 1905), sans aborder la question des associations paroissiales, manifestent également l’espoir d’un retour au christianisme primitif : « Notre Seigneur a été adoré par les Mages dans une étable, nous l’adorerons dans des locaux simples qui nous coûteront bon marché », affirme Mgr de Pélacot, évêque de Troyes (Allier 1905 : 277). Et son collègue de Cambrai, Mgr Sonnois, ajoute : « Coupez les branches de l’arbre séculaire de la religion, vous lui donnerez de la jeunesse » (ibid. : 290). Plusieurs prélats précisent qu’ils quitteront « sans regret » leurs palais épiscopaux. Certains, tel Mgr de Briey, évêque de Meaux, reconnaissent cependant qu’ils bénéficieront pour la messe et les subsides, des « chapelles des châteaux15 » et, ce qui « ne manquera pas de piquant », du soutien de « l’aristocratie israélite ». Il cite, pour son diocèse, les noms de « MM. Cahen d’Anvers, de Rothschild, Ephrussi » (ibid. : 291). In fine, d’ailleurs, « la persécution passera » et, selon Mgr Douais, évêque de Beauvais, un « nouveau Concordat » sera signé avec le pape, qui ne consentira pas aux « privilèges qui, en 180216, ont été accordés au grand vainqueur [= Bonaparte] » (ibid. : 283). Ce thème est récurrent durant toute l’année 1905, aussi bien dans les milieux ecclésiastiques que chez les politiciens de droite : cette « aventure » se terminera forcément par la négociation de nouveaux liens concordataires.

29En coulisse, des « contacts existent » entre l’épiscopat et des parlementaires de gauche. Mgr Mignot et Mgr Lacroix alertent certains élus « sur le danger d’une rupture laissant le champ libre au pape dans l’Église de France » (Sorrel 2020 : 76). Cette appréhension est constante. L’archevêque de Rouen, Mgr Fuzet, la partage : le gouvernement français représente, pour l’aile libérale de l’épiscopat, « un contrepoids […] face à la curie romaine » (Chaline 2005 : 31).

  • 17 Publiée dans La Croix du 29 mars. Il s’agit de Mgr Richard (Paris), Mgr Perraud (Autun), Mgr Coulli (...)

30Prise de position la plus solennelle de l’épiscopat, la lettre ouverte au président de la République, Loubet, des cinq cardinaux français17 insiste : le Concordat doit être « maintenu » ou « modifié » seulement en accord avec le pape. La « suppression du budget des cultes » en serait une « violation » des « plus graves » et le régime des « associations cultuelles » constituerait « une tentative formellement schismatique ». Par ailleurs, « les catholiques ne peuvent pas admettre que leurs églises leur soient enlevées ». En définitive « le projet de séparation conduit nécessairement à la persécution religieuse », et les cardinaux ne veulent pas « désespérer » de le voir abandonné. Mais s’ils devaient « souffrir les douloureuses hostilités des sectes antichrétiennes », ils ne cesseraient pas « d’aimer la France et de prier pour elle ». Cette lettre « reçoit l’adhésion de 44 évêques seulement », note Boudon (2006 : 272) ; une trentaine ont fait défection. Le gouvernement la considère comme illégale, mais ne peut ignorer son existence, d’autant plus que Rouvier est loin d’être anticlérical.

31Une petite minorité de laïcs catholiques s’affirment publiquement favorables à la Séparation. Journaliste très connu, Henri Des Houx, rallié dès 1886, souhaite qu’elle s’opère au plus vite : « la plus cruelle souffrance pour les époux en désaccord, c’est le temps de l’instance en divorce* ». Le divorce prononcé ramènera « une chance de paix » car, au Parlement comme dans le « pays* », il existe une majorité pour une « séparation équitable* » et « il n’y en a pas pour une séparation tyrannique* ». Les catholiques doivent surmonter leur « angoisse » et développer « la pratique et l’activité de la foi, dont ils avaient un peu perdu l’habitude ». Le clergé remplacera sa « machinale distribution de sacrements » par le « rude exercice de l’apostolat ». Il se produira donc une « réforme de l’Église » (Le Matin, 7 février).

32Sans forcément l’approuver, certains laïcs catholiques connus veulent être prêts à vivre sous le régime de la séparation. Ainsi Anatole Leroy-Beaulieu, membre de l’Institut, fonde et préside un Comité d’études sur la séparation des Églises et de l’État, dont font partie l’historien académicien Paul Thureau-Dangin et le géographe Henri Lorin. Il regroupe aussi, parmi les cadres de ce comité, des membres de la Ligue pour la liberté de l’enseignement (Berger, Brunetière, D. Cochin), des députés appartenant à la minorité de la Commission (Ballande, Grosjean, Lefas), ou d’autres parlementaires (Aynard, Groussau, Lamarzelle…), et inclut également quelques protestants (François de Witt-Guizot et les juristes Lods et Jalabert). Il étudie notamment les diverses situations des pays où la séparation est déjà réalisée (Brésil, Cuba, États-Unis, Irlande, Mexique…).

Le camp séparatiste réplique, mais craint d’opérer le « divorce » en « mari trompé » !

33Face à ces multiples actions catholiques, la réplique des républicains de gauche et d’extrême gauche apparaît ambivalente. Le pic de la campagne pour la Séparation s’est produit pendant les années 1903 et 1904, quand l’idée séparatiste ne s’explicitait pas dans un contenu législatif précis et qu’il fallait faire pression sur la majorité blocarde pour la mettre en route. La dernière grande manifestation semble avoir été le dimanche 25 décembre 1904, quand a eu lieu à Paris la « Grande fête civique de la “Noël humaine”*. Pour la Séparation des Églises et de l’État », présidée par Georges Renard. Mais, au début du printemps 1905, beaucoup se montrent inquiets face à un projet de loi dont le libéralisme risque d’être – encore ! – accentué par la Chambre.

34Un exemple type : si L’Humanité du 5 mars se réjouit du dépôt du texte de « notre ami » Briand (« loi de liberté, en même temps que de laïcité »), le plus « briandiste » des quotidiens ne cache guère ses appréhensions. Ce projet marque, écrit Francis de Pressensé, « la limite extrême de nos concessions* ». Le gouvernement est soupçonné de vouloir trop en céder aux progressistes. Dans ce cas, « la séparation serait […] faite au profit de l’Église et au détriment de l’État ». Et Pressensé de la comparer alors à « ces divorces* où un mari trompé a la joie d’endosser les fautes de sa femme et de se voir condamné à faire des rentes à ses fantaisies futures ». Rien de moins ! L’enthousiasme n’est pas au rendez-vous. Or c’est ce même Pressensé qui va provoquer l’ire des radicaux ! Pour le moment, il semble rester dans l’optique de sa proposition de loi en 1903. Six semaines plus tard, il en sera tout autrement.

35Autre socialiste libre-penseur, Chauvelon réclame, dans la Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur (19 mars), une séparation qui soit un légitime « acte de guerre contre les Églises ». En effet, les religions « en reléguant au ciel les justes solutions […] brisent ou découragent l’esprit révolutionnaire de l’individu ». Le socialisme implique donc « une révolte contre Dieu […], le laïcisme parfait, total, intégral* » et, inversement, la séparation devrait être « la préface même du socialisme ». Chauvelon lance un appel : « que les laïques et les socialistes combattent les projets Bienvenu-Martin - Briand - Buisson ; qu’ils défendent le projet Pressensé [de 1903] amendé […] par le projet Combes ». Il demande l’envoi aux députés et sénateurs de « vœux énergiques » exigeant « la séparation Pressensé-Combes ».

36Chauvelon œuvre d’ailleurs en ce sens au sein de la commission de préparation du congrès international de la libre-pensée, prévu à Paris en septembre 1905. Il fait adopter par cette commission une motion, envoyée à tous les députés, qui, en substance, demande un retour à la proposition Pressensé. Cependant, L’Action (7 avril) reconnaît le peu d’empressement des organisations libres-penseuses à combattre le « projet libéraliste » de « Séparation blanche » porté par Briand. Son directeur, Henry Bérenger, tout en polémiquant numéro après numéro contre ce texte « libérâtre », cette « Berceuse », reconnaît cependant qu’il faut l’accepter comme « base de délibération parlementaire, à charge pour les véritables radicaux et socialistes de l’amender dans le sens des droits de l’État et des Communes » (L’Action, 21 mars). Mais, dans le même quotidien (25 mars), Louis Lafferre, figure du Grand Orient, ne cache pas ses « inquiétudes » ; le catholicisme va, selon lui, tirer un double profit de la séparation qui se prépare : « l’auréole du martyre » et « un accroissement inestimable de puissance et de richesses ».

L’ambivalence de la campagne par l’image

37C’est pourquoi, déjà désuni face au projet de loi, le camp séparatiste n’arrive pas à résoudre une contradiction. Certains de ses membres veulent montrer que la « propagande cléricale » énonce des contre-vérités, propage des peurs indues. Ainsi, Le Mémorial des Deux-Sèvres du 30 mars écrit (au risque d’inquiéter ses propres troupes !) : « les défenseurs cléricaux du Concordat ne veulent considérer aucun des avantages que la rupture de ce pacte est susceptible de leur procurer », or « ils mettront à profit la séparation pour en faire un argument de guerre civile*, ou tout au moins de lutte électorale, crier à la persécution et surexciter les passions religieuses » (cité par Bouquet 2004 : 67). Mais, d’autre part, les partisans d’une « séparation de combat » attisent ces peurs en menant une propagande par l’image où l’Église catholique est, effectivement, mise à terre. Dans cette dualité, les propos iréniques peuvent apparaître comme uniquement tactiques.

38Des journaux comme L’Action (Lalouette 2006), La Raison, La Lanterne, L’Internationale, L’Assiette au beurre, Les Corbeaux (fondés le 1er avril)… publient des caricatures, également diffusées sous la forme d’affiches, cartes postales, tracts et petites vignettes à coller « dans les trains, les rues, les églises, les presbytères, les confessionnaux, etc., voire au dos des curés, pour faire enrager et crier au blasphème les gens d’église le jour de la messe ! » (Doizy 2005 : 215).

39Certaines caricatures, transformées ensuite en cartes postales, ne contredisent pas le projet Briand. Ainsi « La galette de la bonne poire » (éditée par Les Corbeaux) représente un homme-poire en train de faire tomber des sous sonnants et trébuchants dans la sébile de deux prêtres. La légende met en garde : « Ne donnez plus d’argent aux curés ! » D’autres vont dans le même sens, telle celle-ci où un prêtre en prière implore : « Oh Dieu ! qui fîtes ressusciter Jésus-Christ, faites-en donc autant pour le budget des cultes », ou cette autre, dont la légende veut répondre aux propos de catholiques insistant sur le caractère « conciliateur » du pape Pie X (Sarto dans le civil) : « Sarto [effectivement] sait tendre la main chaque fois qu’il suppose qu’il va y tomber quelque chose. »

  • 18 Cf. les livres-albums reproduisant ce dernier type caricatures : Doizy & Lalaux 2005 ; Dixmier, Lal (...)
  • 19 Nées dans le contexte de l’affaire Dreyfus, les universités populaires étaient considérées par une (...)
  • 20 Cf. le dessin de J. Grandjouan intitulé « Les biens de la Nation », reproduit en couverture du tome (...)
  • 21 La Raison lance, fin 1904 et début 1905, une consultation de ses lecteurs pour susciter des « idées (...)

40Mais, beaucoup de dessins diffusés « véhicule[nt] une tout autre idée » de la séparation18 : « Marianne impose elle-même de funestes coups à l’Église […] et au pape. De colère, elle jette les ratichons dehors, muselle le curé et s’assoit dessus, lui reprend le budget du culte et le plonge dans la misère » (Doizy 2005 : 217). Ce type de propagande mobilise les libres-penseurs avérés* et/ou notoires* déjà convaincus. Mais quand des cartes-postales présentent une église de village portant l’inscription « à louer pour Université populaire19 » ou l’église du Sacré-Cœur avec une banderole « Palais du peuple. Théâtre20 », les indécis et même les libres-penseurs relatifs* peuvent estimer crédibles les accusations fustigeant la séparation comme la « spoliation* » des bâtiments cultuels. C’est pourquoi « la caricature anticléricale ne fait pas l’unanimité. Les élites libres-penseuses hésitent parfois à utiliser un instrument si radical et s’interrogent sur son utilité véritable » (Doizy & Lalaux 2005 : 45). La Raison d’ailleurs fait parfois preuve d’autocritique : « trop souvent notre propagande ne s’est pas inspirée du principe libéral que nous ne devrions jamais méconnaître » ; nous nous sommes « contentés de ridiculiser » des idées, alors que « nous ne ferons triompher la raison que si nous nous appliquons à discuter selon la raison » (4 septembre 1904)21.

41Bien sûr il existe également, comme dans le camp catholique, une « propagande » plus classique par le moyen de conférences et de « banquets populaires ». Un exemple : le numéro d’avril des AJL (35 : 323) signale que son « éminent collaborateur », Victor-Meunier, un radical bon teint, a pris publiquement la parole, le mois précédent, en plusieurs endroits du Sud-Ouest (Castres-Beautiran, Castets-en-Dorthe, Libourne, Montpon). Partout, il « trouve devant lui des représentants du Sillon […] soucieux de le contredire », mais « partout, des ordres du jour sont votés d’enthousiasme, acclamant la politique anticléricale, réclamant la séparation des Églises et de l’État ». La continuité avec la politique combiste semble privilégiée. Et les libres-penseurs mêlent leur campagne pour la Séparation avec leur combat convictionnel : l’ancien prêtre Victor Charbonnel, « colporteur exécré de haines et de mensonges » selon La Croix du Cantal du 31 mars, donne une série de conférences (La Rochelle, Aurillac, Cahors…) qui prônent la « nécessité de faire la Séparation d’abord chez soi » en séparant les Églises et « la famille » (La Raison, 11 mars), car « à quoi bon supprimer le budget des cultes […] si les familles le rétablissent à leur compte ? » (La Raison, 2 avril).

42La séparation élaborée par Briand, tenant compte des remarques du centre et même parfois de la droite, est trop sereine pour donner lieu à une campagne militante qui relaie son objectif de pacification. Certains, peut-être partagés entre la Séparation qu’ils appellent de leurs vœux et la séparation en train de s’accomplir qui ne correspond pas à leurs souhaits, sont quelque peu paralysés. Au congrès de la libre-pensée, en septembre 1905, le « citoyen Cyvoct » reprochera aux députés élus avec l’aide active de militants libres-penseurs de ne pas avoir effectué les tournées de conférences en province en faveur de la Séparation qu’ils s’étaient pourtant engagés à faire, bref de n’être que des « rois fainéants » !

  • 22 Curieusement, dans son gros ouvrages (843 pages) sur le Grand Orient de France de 1870 à 1940, Morl (...)

43Ce n’est, naturellement, pas le cas de Jaurès, à l’aise pour expliciter que séparation et laïcité ne se confondent pas avec la libre-pensée. À Castres, le 19 mars, au congrès de la fédération ouvrière du Tarn, le tribun socialiste affirme très clairement : « Chacun a le droit d’être catholique ou huguenot, ou juif, ou musulman, ou philosophe. Chacun a le droit de se représenter l’univers de la manière qui convient le mieux à son esprit. […] Il faut que chacun puisse pratiquer ses croyances quelles qu’elles soient » (cité par Faury 2005 : 54). Mobilisation catholique d’un côté, souci pédagogique de faire prendre un tournant « libéral » à ses troupes de l’autre22.

La participation active des protestants à une « séparation libérale »… qui affaiblirait le catholicisme

44Selon Lanessan (Allier 1905 : 454), les protestants et les israélites « s’inclinent, sinon avec joie, du moins avec philosophie » devant la Séparation. La situation est, en réalité, plus complexe. En effet, ce qu’on nomme le « régime concordataire » constitue le premier moment de l’histoire de France où un pluralisme religieux stable est établi. Pour des minorités longtemps persécutées, la « reconnaissance » de l’État et l’obtention d’un statut qui leur garantit une égalité juridique avec le catholicisme apparaît un bien précieux. La Séparation signifie la fin de la protection de l’État face au « danger clérical » ressenti et la fin du traitement des pasteurs et des rabbins, pères de familles souvent nombreuses. D’où certaines appréhensions.

  • 23 Sur Louis Méjan, cf. L. Méjan 1960.
  • 24 Les protestants sont divisés théologiquement entre les libéraux (qui veulent donner une interprétat (...)

45Ainsi « les huguenots sont pour le régime [républicain] des alliés inconditionnels, mais incommodes […], prompts à réagir, à temps et à contretemps, contre toute […] dérive matérialiste ou liberticide » (Cabanel 2000 : 99). Il faut donc tenir le plus grand compte de la chronologie, car beaucoup de protestants souhaitent une « séparation idéale » ([Storne-]Sengel 1992, I : 62 sq.) qui concilierait « liberté » et « justice ». Atterrés, au printemps 1903, par la proposition de Pressensé – pourtant fils de pasteur ! –, des dirigeants protestants contre-attaquent par celle du député radical franc-maçon Réveillaud (1907). Ce projet est élaboré au cours de réunions privées groupant quelques laïcs (l’avocat au Conseil d’État Pierre Rigot, les juristes Armand Lods et Louis Méjan23…) et pasteurs influents au domicile du président de la tendance évangélique des Églises réformées24, Élisée Lacheret (Harismendy 2005 : 128 sq.), fait qui n’est pas connu à l’époque.

46À la fin de 1904 le projet Combes suscite la colère de beaucoup de protestants ne voulant « à aucun prix l’asservissement des Églises à l’État, pas plus [… qu’une] solution inverse » (pasteur Eugène Bruguière, Marseille, cf. Allier 1905 : 220). De là une seconde contre-attaque, en lien avec la gauche dissidente du combisme : la « campagne du [quotidien Le] Siècle » qui, selon Mayeur (2005a : 43), « orienta les esprits vers la recherche d’une séparation libérale ». Cette « campagne » est marquée par vingt-deux articles de Raoul Allier (1905), professeur (laïc) de philosophie de la faculté de théologie protestante de Paris (rattachée à la Sorbonne), ardent dreyfusard et membre de l’Église évangélique libre, déjà séparée de l’État (Fabre 2005b). Allier a, par son profil, une légitimité auprès de la gauche républicaine et Le Siècle est, depuis le Second Empire, un quotidien républicain et anticlérical.

47Combes parti, Allier continue sa « campagne », adoptant des positions proches de celles de nombre d’organes de presse protestants, comme le quotidien Le Signal. Le philosophe salue le dépôt du projet Bienvenu-Martin, qu’il juge « dans une harmonie meilleure [que celui de Combes] avec les règles du droit et le souci de la vraie liberté ». Mais il proteste contre l’impossibilité d’une caisse centrale à un niveau national. Cela gênera les Églises protestantes et, plus encore, les « schismes » qui ne manqueront pas de se produire au sein du catholicisme : va-t-on « leur interdire de se soutenir les uns les autres contre l’Église romaine ? Mais le pape le souhaite de tout son cœur » (Le Siècle, 12 février).

48Ces propos sont révélateurs d’un espoir d’affaiblissement du catholicisme, où les vœux des protestants rejoignent ceux des radicaux… tout en aboutissant à une option inverse : désireux de voir des « schismes » se constituer, ces derniers redoutent néanmoins une union nationale qui, à leurs yeux, constituerait une véritable « machine de guerre » catholique contre la République. Allier, en se réjouissant quand la Commission rétablit cette possibilité, trouve « absurde » la mise en avant d’un tel « épouvantail à moineaux » : « toutes les ligues de combat sont possibles, en vertu de la loi de 1901 » (Le Siècle, 26 février). Nous l’avons vu dans le tome I : sauf à quitter la logique démocratique, les dispositions juridiques qui expulsent les religions par la porte ne les empêchent pas de rentrer par la fenêtre du droit commun !

  • 25 Ainsi, en Ardèche, « les communautés catholique et protestante [vivent] de façon juxtaposée avec ch (...)

49Cette position est partagée par beaucoup de cadres réformés : ainsi le 21 février Lacheret remet une note en ce sens à la Commission (reproduite in Allier 1905 : 373) ; le consistoire de La Motte-Chalancon (Drôme) envoie, le 28, à Bienvenu-Martin, une lettre qui souhaite « le respect du régime traditionnel des Églises réformées de France, le régime presbytérien-synodal », donc la possibilité d’unions nationales (citée par Augier 2013 : 362) ; etc. Ces demandes vont de pair avec une « adhésion de principe » à la Séparation (formulée, dès juin 1902, au synode évangélique officieux d’Anduze), et son acceptation, parfois militante, par une base qui, dans les départements du Midi où elle constitue une minorité relativement importante, vit depuis longtemps dans une relation d’antagonisme avec les catholiques25. Ce « peuple protestant » a donné des troupes au camp dreyfusard et vote très majoritairement à gauche. Mais les tentatives de membres du mouvement du « christianisme social » pour que les Églises réformées devancent la loi de séparation n’aboutissent pas : tant que le catholicisme garde un statut officiel, il faut s’en protéger en étant juridiquement reconnu.

50Les réformés regroupent environ huit protestants sur dix. Les autres se partagent entre des groupements évangéliques déjà séparés de l’État (baptistes, libristes, méthodistes…) et l’Église luthérienne. Les premiers sont souvent des séparatistes militants, dans la lignée du pasteur de Nice Léon Pilatte, fondateur du quotidien Le Réformateur anticlérical et républicain. Cet engagement ne les empêche pas de s’inquiéter, quand le projet Combes risque de les mettre sous un régime de surveillance pire que celui qu’ils connaissent en tant que « cultes non reconnus ». Très affaiblie par la perte de l’Alsace, comprenant la théorie des « deux règnes » de Luther comme une collaboration nécessaire entre l’Église et l’État, l’Église luthérienne est le seul groupe protestant explicitement hostile à la Séparation (Encrevé 2006). Son juriste, Armand Lods (1903, 1904, 1905), suit avec attention l’évolution des projets de loi et exprime régulièrement ses réserves dans le Journal des débats, quotidien centriste et « concordataire ».

« Israélites et protestants : même combat » (Yvette Kaufmann 1991 : 104-118)

  • 26 Avant l’« Affaire », le dépôt en 1891, par un juif libre-penseur, Camille Dreyfus, d’un projet de s (...)

51Objets de la vindicte de nationalistes et de certains catholiques (Leroy-Beaulieu 1902), juifs et protestants entretiennent des « affinités électives » (Cabanel 2004 ; Fath 2001). Et, traumatisés par l’affaire Dreyfus26, les dirigeants israélites laissent les protestants monter en première ligne pour s’opposer aux textes de Pressensé et de Combes. Les « journalistes juifs s’émurent » de cette sorte de délégation, et « essayèrent de sensibiliser les responsables consistoriaux […], sans pour autant parvenir à les faire départir de leur silence » (Kaufmann 1991 : 108).

  • 27 Lettre publiée notamment in les Archives israélites du 10 novembre 1904. Le 30 décembre suivant, L’ (...)

52La règle générale est effectivement le silence, ou l’anonymat : ainsi, lors de son enquête, Le Siècle (3 décembre 1904) publie un résumé de réponses des « personnalités israélites les plus importantes », sans citer aucun nom. Cependant, le grand rabbin Zadoc Kahn s’exprime discrètement à deux reprises. D’abord en juin 1904, dans La Grande Revue, il explique qu’« au point de vue de l’Église dont [il a] la direction » la Séparation aurait « son bon et son mauvais côté ». En effet, « il y aurait plus d’animation dans notre Église, plus de vie, si le culte était livré à lui-même ». Par ailleurs, prendre en charge la « goutte d’eau » du financement de l’État ne devrait pas poser de gros problème. En revanche, ajoute-t-il, c’est le lien à l’État « qui maintient aujourd’hui l’unité de notre Église » et, comme les communautés choisissent leurs rabbins, si elles gèrent complètement leur budget il est possible qu’elles « se désintéressent de l’Église dans son ensemble » (Parsons 1904 : 525 sq.). Fait notable : le grand rabbin utilise de façon récurrente le terme « Église » pour qualifier son culte, voulant paraître très proche du christianisme (cf. usage de l’orgue, du chant choral… dans les synagogues). Ensuite, seconde intervention, lors du projet Combes, Zadoc Kahn écrit au quotidien protestant Le Signal pour le remercier de défendre les israélites, en même temps que les protestants27.

  • 28 Ses articles ont été publiés en un recueil de textes par M. Gelbard (2004b).

53Face à ce quasi-silence officiel, les articles publiés dans deux hebdomadaires, les Archives israélites de France, dont le rédacteur en chef est Hippolyte Prague28, et L’Univers israélite, dont l’éditorialiste (qui signe B-M) est Isaïe Levaillant, expriment publiquement des positions juives ; le premier hebdomadaire est d’inspiration libérale, le second plus conservateur. Danielle Delmaire (2005) et Jean Laloum (2006), analysant leurs éditoriaux, montrent la proximité des préoccupations de la Synagogue avec celles des Églises protestantes. Habitués depuis des siècles à vivre une situation de diaspora, les juifs ne redoutent pas la Séparation (Hermon-Belot 2006), mais ils condamnent les projets Pressensé et Combes, dont ils estiment être des victimes collatérales.

54Ainsi, les Archives israélites (5 janvier), après le dépôt du projet Combes, jugent « anormal » que « les minorités religieuses telles que les protestants et les israélites, qui n’ont aucune responsabilité dans les conflits soulevés par Rome [… et de] l’attitude politique desquelles le gouvernement n’a jamais eu à se plaindre, [soient] les plus atteintes par un projet […] dirigé contre les catholiques ou plutôt les cléricaux ! » La publication rend « hommage » aux protestants : ils donnent « à leurs revendications un ton de fermeté qui contraste avec la timidité [… des] légitimes réclamations » juives.

55De son côté, L’Univers israélite, qui le 29 juillet 1904 soulignait l’adéquation de la Séparation « avec les règles de neutralité et de liberté de conscience propres aux sociétés modernes », proteste le 2 décembre contre « l’arbitraire administratif », « les tracasseries policières » et la « surveillance financière » du projet Combes. L’inquiétude persiste, même après l’abandon de ce texte : la loi « assurera-t-elle dans toute sa plénitude la liberté religieuse ou s’efforcera-t-elle d’apporter des entraves au développement des croyants ? Sera-t-elle un instrument de paix ou une arme de combat ? » se demande l’éditorialiste de l’hebdomadaire le 24 mars 1905. On le constate une fois de plus, une peur ne disparaît pas avec la fin de ce qui l’a fait naître. De plus, les juifs d’Algérie sont opposés à la Séparation, ce qui complique encore la situation du « culte israélite » et constitue une des raisons de l’extrême prudence des autorités juives.

Des intellectuels des deux France et la Séparation : les Libres entretiens de l’UAM

  • 29 Le lycée Stanislas est un établissement privé prestigieux fréquenté par des enfants de la moyenne e (...)

56Quand le leader centriste Deschanel (Billard 1991) prend parti pour la Séparation, le 21 octobre 1904, Paul Desjardins (Chaubet 2009), libre-penseur spiritualiste, professeur de philosophie au lycée Stanislas à Paris29 et animateur de l’Union pour l’action morale (UAM) créée en 1892, décide de faire débattre des personnalités sur les nombreux problèmes soulevés par cette « réforme ». Quand Briand dépose son projet, six « libres entretiens » ont déjà eu lieu. Il y en aura neuf au total. Grâce à l’UAM, des intellectuels confrontent, de façon argumentée, leur point de vue.

57Curieusement cet apport est ignoré ou évoqué de façon allusive, et le nom de Desjardins ne figure pas dans les index des ouvrages consacrés à la Séparation. Pourtant ces rencontres présentent un grand intérêt. Buisson, tenu lors des séances de la Commission à un certain devoir de réserve, y explicite ses positions ; des catholiques se préoccupent de la situation spécifique des protestants ; des libres-penseurs se montrent soucieux de donner une forte liberté aux catholiques, en critiquant, si besoin, des aspects du projet de loi, etc. Il faut également noter une affirmation étonnante de Durkheim : « L’Église, au point de vue sociologique, est un monstre » (UAM 1905, fasc. 7 : 369, séance du 12 mars), qui semble avoir échappé aux spécialistes de ce sociologue (Pickering 1984 ; Stoczkowski 2019).

  • 30 Complétons la liste des intervenants notables des six premières séances par les philosophes L. Brun (...)
  • 31 Ainsi qu’H. Barban, professeur en médecine, A. Cree, éditeur chez Armand Colin, le juriste Ed. Herm (...)

58Selon un catholique intransigeant, Henri Delassus (1910 : 309), les Entretiens de l’UAM seraient d’inspiration franc-maçonne et auraient contribué aux dispositions « antichrétiennes » de la loi de 1905. Cette assertion est doublement fausse. D’abord, les intervenants ont des convictions et des compétences diverses. Nous trouvons des militants et intellectuels libres-penseurs comme les historiens Alphonse Aulard (1904) et Charles Seignobos (1921 ; Charle 2009), le philosophe Gustave Belot (1903), le directeur du Travail (ministère du Commerce) Arthur Fontaine (Cointepas 2008, 2011) ou l’ingénieur polytechnicien Jean Leclerc de Pulligny, futur président de de l’Union de libres penseurs et de libres croyants pour la culture morale, fondée peu après la séparation. Face à eux, des abbés qui peuvent être des catholiques libéraux, tels les professeurs à l’Institut catholique de Paris Hippolyte Hemmer et Félix Klein (1908 ; Thuillier 1993), des catholiques sociaux, comme Soulange-Bodin (1904 ; Sévenet 2005), ou des modernistes, tels Jean Viollet (Gardet 2005) et Albert Houtin (1904 ; Laplanche 2001), ancien secrétaire de Mgr Lacroix. Tout en exprimant leurs opinions personnelles, ils précisent aussi ce qui semble acceptable ou inconcevable pour leur hiérarchie. On trouve également des pasteurs évangéliques (comme Paul Doumergue, directeur de la revue Foi et Vie, et Lacheret, qui a participé activement à la proposition de loi Réveillaud), ou libéraux, tel Charles Wagner, pasteur d’une Église déjà séparée de l’État (Marchal 1957) et auteur d’un ouvrage où il dialogue avec Buisson (Buisson & Wagner 1903). De même, des membres de l’Institut comme Anatole Leroy-Beaulieu (1902 ; Cabanel 1996) ou Salomon Reinach (1905 ; Duchêne 1996) interviennent, ainsi que Paul Viollet (1905 ; Zuber 2017 : 223 sq.), fondateur du Comité catholique pour la défense du droit lors de l’affaire Dreyfus et défenseur convaincu des congrégations. Des juristes – Grunebaum-Ballin ou le catholique Paul Bureau – apportent leurs compétences spécifiques. Le collaborateur du Journal des débats Jacques Bardoux et quelques politiques (Buisson, président de la Commission, Millerand, et le leader socialiste belge Vandervelde)30 participent également à plusieurs séances. Allier, Jules Dietz (autre rédacteur aux Débats,), Jaurès, l’abbé Laberthonnière, prêtre de l’Oratoire, l’ex-premier secrétaire de l’ambassade auprès du Vatican, Fernand Laudet, et Mme Moll-Weiss (la seule femme, directrice de l’École des mères à Paris) vont les rejoindre dans les derniers entretiens31. La plupart d’entre eux ne se sont jamais rencontrés auparavant. Issus des « deux France », ou personnalités campant sur la frontière entre les deux camps, ils ne prennent pas leur parti de cette fracture. Ils commencent, d’ailleurs, leurs entretiens dans le contexte conflictuel du dépôt du projet de loi du Petit Père et de l’affaire des fiches. C’est une manifestation typique de la société civile, de sa capacité à exercer un rôle de médiation.

  • 32 Et réactif soit par une très brève intervention, soit en écrivant à P. Desjardins, qui publie certa (...)

59Car, second point qui contredit l’affirmation de Delassus, les discussions n’ont pas pour objectif de former un groupe de pression ; il s’agit de clarifier des questions complexes, entre personnes « qui ne désespèrent pas de la raison », de faire connaître aux différents intervenants (et au public attentif32) des positions divergentes. Tant-mieux si, sur certains points, un quasi-consensus se dégage – ce qui sera rarement le cas –, mais ce n’est pas le but premier. Le principal est l’état d’esprit : les Entretiens conviennent à « ceux qui ont besoin de savoir pour faire, [et] n’ont pas peur de savoir » en cherchant « des vérités multiformes », en tentant de « regarder ses idées à travers le jugement des autres », annonce Desjardins (UAM 1904, fasc. 1 : 1-5). Néanmoins, ces réunions ont constitué une sorte de veille, notamment en explicitant ce que des catholiques conciliateurs considéraient comme inacceptable pour le catholicisme.

60De fait, dégagés de tout souci tactique, les débats permettent de sérier des convictions profondes et des compétences diverses appliquées aux problèmes clés de la loi qui s’élabore. Parfois, les intervenants réfléchissent tout haut à des questions dont ils ne possèdent pas la solution. L’exposé des dissensus est le plus souvent très policé, parfois teinté d’ironie. Ainsi, à la séance du 19 février, quand Leroy-Beaulieu parle de « culte catholique romain » en demandant de ne « pas oublier » le dernier mot, le libre-penseur Leclerc de Pulligny rétorque : « En effet, il faut sans cesse l’avoir sous les yeux ! »

61Pendant cette séance, un incident très inhabituel se produit : plusieurs orateurs « parlent à la fois et sont obligés de crier pour se faire entendre » (UAM 1905, fasc. 6 : 297). Significativement, il est alors question de l’article 4 (nous verrons pourquoi !). Plus généralement, on constate que même ces brillants intellectuels se focalisent souvent sur les mesures qui font peur, y compris quand elles ne figurent plus dans le projet de loi. Cependant, seul Desjardins a rassemblé des personnalités aussi prestigieuses et divergentes (Crucy, L’Aurore, 6 mai).

Grunebaum-Ballin, Méjan, Parsons, trois collaborateurs tardifs de Briand

62Briand met un point final à son rapport avec l’aide de trois jeunes (nés entre 1870 et 1874) et talentueux collaborateurs, recrutés à la fin de 1904. « Un juif, un protestant, un catholique », fait-on remarquer parfois, comme si le rapporteur avait pioché un conseiller dans chaque « culte reconnu ». En fait, deux des trois hommes n’ont pas de conviction religieuse.

63Le premier conseiller, Paul Grunebaum-Ballin, auteur du traité juridique déjà mentionné, est auditeur au Conseil d’État. Cet ami de Léon Blum, qui participera à la rédaction des lois sociales lors du Front populaire, constitue une figure emblématique du franco-judaïsme (Malinovich 2007), des « Juifs d’État » selon l’expression de Pierre Birnbaum (1991, 1994 : 175-180). S’il ne joue aucun rôle dans la communauté israélite, il est bien inséré dans les réseaux socialistes. Le deuxième, Louis Méjan, commissaire du gouvernement au conseil de préfecture de la Seine, se veut « un ardent républicain de gauche » (V. Méjan 1959 : 46) et un protestant convaincu : il a aidé son frère, le pasteur François Méjan (« agent général » des Églises réformées évangéliques), à rédiger une lettre contre le projet de loi Combes, origine de la campagne du Siècle. Enfin, Léon Parsons, journaliste parlementaire, ami personnel de Briand, est comme lui marqué par la culture anarcho-syndicaliste. Parsons (1896) estime que les « saints de plâtres » n’ont été « désertés » qu’au profit d’« un nouveau culte, celui de la Raison » ; il en est résulté « la croyance » en de nouvelles « idoles » : « Justice, Patrie, Argent, État ». Il s’agit donc d’un anarchiste qui a été baptisé catholique.

64Sur le moment, Grunebaum-Ballin, avec la publication de son ouvrage, et Parsons « censé refléter les préoccupations des catholiques » (Suarez 1938, II : 23) sont mis en avant. Méjan (trop marqué du point de vue confessionnel) reste dans l’ombre. Par la suite, Grunebaum-Ballin (1956 : 1) a affirmé qu’il a joué « un rôle dont l’importance a été notablement exagérée », le minorant sans doute, et Violette Méjan (1959) a insisté, d’une manière peut-être excessive, sur l’importance du travail de son père. Cependant, Bellon (2016a, I : 99 sq.) confirme que ce dernier a « joué vraisemblablement le plus grand rôle ». Mais il remarque l’aspect tardif des trois collaborations : le travail qui a conduit au « projet Briand » leur est antérieur. De plus, l’existence de brouillons de sa main montre que le rapport est, en partie, dû à Briand lui-même. Cependant, cette pluralité des collaborateurs induit des accentuations différentes suivant les chapitres.

65Ce rapport est rédigé « au nom de la Commission ». Pourtant, les commissaires ont décidé qu’il exprimait l’opinion majoritaire. Il est clair que la minorité ne pouvait pas valider, notamment, la représentation de l’Histoire. Avant même d’en connaître la teneur, lors de la séance du 24 février, le progressiste Boucher a déclaré au rapporteur, avec gentillesse (nouvel indice d’irénisme) : « La partie historique est et restera votre œuvre […]. Elle est hors de notre rôle affectueux et amical et elle n’engage pas la responsabilité de la Commission. »

De Clovis au xxe siècle, un historique important… et contesté

66Lors de cette séance, Briand a prévenu ses collègues de l’importance qu’il donne à ce panorama : « au cours de ces deux années de discussion, je me suis livré […] à des recherches historiques » qui m’ont fait apercevoir les « difficultés incessantes qui ont existé entre le temporel et le spirituel. Même sous les rois le [sic] plus catholiques, on sent les efforts que la société civile n’a cessé de faire pour se dégager du pouvoir spirituel ».

67En général, à cette époque, le terme de « société civile » est opposé à « société religieuse » dans une relation binaire. Or, bien que le propos commence par la dichotomie temporel-spirituel, comme chez Clemenceau (1903-1904), pour Briand, le jeu se joue plutôt entre trois partenaires : le « pouvoir spirituel », le « roi » et la « société civile », distincte de l’État. Ce triptyque est important : Rosanvallon (2006 : 319 sqq.) a montré la difficulté française à dissocier État et société civile. La loi de 1905 a contribué au développement d’une société civile autonome et à la progressive inclusion de la « société religieuse » comme une part de cette société civile.

68Écrit par Briand, et relu par Parsons, le texte parcourt les siècles à grandes enjambées (Briand 1905 : 5-143). Ses principales sources sont l’Histoire générale de Lavisse & Rambaud (1894-1901), le recueil des lois d’Isambert (1821-1833), et l’ouvrage de l’historien anticlérical et professeur à la Sorbonne Debidour (1898). Briand différencie christianisme et cléricalisme : la conversion de l’empereur Constantin modifia « profondément […] la religion de Jésus ». Ensuite, une « succession de circonstances » amena « l’Église […] à prendre en main une part considérable de la puissance temporelle ». Briand attribue ainsi une signification historique à la Séparation : en finir avec l’ère constantinienne. C’est tacitement demander au catholicisme de retrouver le sel de ses origines. Cela rejoint l’espoir de certains évêques, prêtres et laïcs. Cette préoccupation commune s’accompagne d’un dissensus : l’avenir différent s’obtiendra, pour Briand, par la liberté des Églises respectant l’« ordre public » démocratique et, pour des catholiques militants, par une persécution régénératrice.

  • 33 Ironie : alors que Mgr Douais, évêque de Beauvais, date le Concordat de 1802, année où le Corps lég (...)
  • 34 Thèse soutenue, notamment, par É. Faguet (1914 [1899] : 282 sq.). Debidour (1898 : 143 sq.) loue le (...)

69L’indication d’une « succession de circonstances » signifie que, pour Briand, le christianisme est devenu « clérical » du fait de l’Histoire. À l’inverse d’écrits cléricaux (sur la maçonnerie, les juifs, le protestantisme) et anticléricaux (sur l’Église catholique), Briand ne verse pas dans des théories essentialistes. D’autre part, selon le rapporteur, la royauté a tenté d’avoir des « rapports sereins » avec Rome et de « s’affranchir, par le gallicanisme, de [sa] tutelle gênante », sans y parvenir. Ensuite, le Concordat (de 180133) a permis à « l’Église » de retrouver « une puissance égale » à celle d’« avant la Révolution ». Il faut donc reprendre la politique révolutionnaire… sans commettre ses erreurs. L’évêque Grégoire est cité en exemple. Pour lui, « l’État n’a pas à légiférer en ce qui concerne les choses cultuelles »34. Contrairement à maints écrits républicains, Briand n’embellit pas la séparation de 1795 : « Plus d’oppression vis-à-vis de l’Église, mais une large et sévère surveillance. » Et il ajoute : le but du Concordat et des articles organiques consiste à « faire de l’Église, l’esclave docile de l’État ». Mais, avec le retour des Bourbons, « l’Église », reprit « une puissance […] contre laquelle le pouvoir laïque n’essaya de lutter que par intermittence ».

70Parcourant le xixe siècle, Briand insiste sur la « campagne séparatiste » dont « Lamennais, Montalembert, Lacordaire […] étaient les promoteurs ». Pour eux « l’Église seule a pour mission de régénérer l’humanité », conception qui n’est pas « sans grandeur ». Ensuite, de façon plus classique, le rapporteur fustige l’encyclique Quanta cura : elle a obligé les catholiques à « prendre parti pour l’État ou pour l’Église ». Dès lors « la séparation de l’Église d’avec l’État laïque devenait une volonté expresse du Saint-Siège » ; « séparation morale* », aggravée par le dogme de l’infaillibilité pontificale tout en impliquant la « conservation » du Concordat. Cette perspective relie la rupture politique conjoncturelle de 1904 à une rupture culturelle et structurelle, plus profonde, accomplie antérieurement par l’Église catholique.

71Selon Briand, avec le développement de « la démocratie » et une meilleure connaissance des « vérités scientifiques, […] la société laïque a marché d’un pas mesuré mais sûr, vers son émancipation définitive ». La solution réside donc dans « une séparation loyale et complète* des Églises et de l’État », justifiée par la « sauvegarde [des] droits de chacun » dans un « pays où les croyances sont diverses ». Cette mise en avant du pluralisme des « croyances » est rare dans la doxa républicaine.

  • 35 De son côté, Mun, dans Le Figaro des 27 et 31 mars et des 3, 8, 14 et 25 avril mène la charge contr (...)

72L’ALP (1905) critique « cette histoire hâtive » qui « fourmille [… d’]accusations fausses »35. De plus, raccourcis, erreurs de date ou termes déformés de ce long chapitre font la joie de la droite ; à la Chambre, le 30 mars, Denys Cochin ne manque pas d’en relever plusieurs, les attribuant ironiquement à des fautes d’impression (« quel terrible imprimeur et que de fautes répétées ! »). Cependant, Cochin se trompe dans une attribution d’auteur et Jaurès se fait un plaisir de rectifier sa méprise : bel échange à la manière de tennismen ! Une bévue fait florès : l’appellation du « Concile des Trente », qui apparaît comme l’exemple type de « l’ignorance encyclopédique » de Briand. Curieusement, personne n’y a vu un lapsus : l’invocation involontaire du « Procès des Trente », qui suivit l’attentat de Caserio, « dernier acte important de propagande [anarchiste] par le fait, en août 1894 » (Maitron 1992 : 251).

73Manifestement Parsons n’était guère la personne adéquate pour un travail de correction. Dans cette course contre la montre, a manqué le temps d’une relecture qui aurait ôté quelques contradictions internes. Ainsi ce chapitre affirme, à la suite de Lavisse & Rambaud (1894-1901, VI : 301), que la révocation de l’édit de Nantes a entraîné le départ de 100 000 protestants, ce qui est peu ; dans le chapitre ii ces émigrants sont devenus… 500 000, ce qui est trop !

Le conflit de deux France plutôt que l’émergence de la liberté de conscience

74Cette répétition divergente est due au découpage du rapport : le chapitre historique a pour titre « Culte catholique » et se termine (Briand 1905 : 144-148) par l’indication du budget… des trois cultes reconnus. Le chapitre ii concerne le « culte protestant » et, le suivant est consacré au « culte israélite ». Ils sont nettement plus courts (14 et 12 pages) et comportent également un parcours historique.

  • 36 Sur les Églises baptistes (par exemple) et la loi de 1905, cf. Fath 2001a : 287 sq.

75Le chapitre ii, dû à Méjan, se montre très favorable au protestantisme, perçu comme le contraire du catholicisme : une « constitution démocratique et parlementaire », versus la « constitution monarchique » catholique ; des Églises « strictement nationales », versus la « tête [… qui] est à Rome » ; un « système synodal » comprenant un « synode national », versus plusieurs « circonscriptions ecclésiastiques [… qui] ne relèvent que du Vatican ». En outre, le protestantisme français constitue une minorité d’« environ 650 000 fidèles très inégalement dispersés », alors que le catholicisme « compte “nominalement” plus de 37 millions de fidèles, uniformément répartis ». L’historique comporte une allusion rapide au temps « où le protestantisme [fut] un parti politique » et affirme qu’il réalisa ensuite « le principe “de l’Église libre dans l’État souverain” », insistant sur les théologiens favorables à la Séparation : Samuel Vincent (Encrevé 1986 : 105 sq.), Alexandre Vinet (Jakubec & Reymond 1992) et Edmond de Pressensé (Sanson 1995 ; et tome I). Le chapitre souligne également l’existence d’Églises (très minoritaires) déjà séparées de l’État36.

76Le chapitre iii présente le « culte israélite », de façon descriptive et assez neutre : il regroupe, en métropole, « 120 000 âmes ». Après cinq lignes indiquant que « les juifs, soumis au bon plaisir de l’autorité royale, tour à tour expulsés, tolérés ou spoliés, ne jouissaient d’aucun droit », l’historique ne commence véritablement qu’avec les interventions de Grégoire et de Clermont-Tonnerre à la Constituante, en 1789, puis continue par la création du « culte israélite », son organisation sous l’Empire et l’égalité formelle réalisée avec les cultes chrétiens en 1831.

77Scot (2005 : 19-83) présente le chapitre i de façon originale en entremêlant le contenu du rapport et son propre propos d’historien. Ma démarche est différente : dans l’optique de la virtual history (Ferguson 1997 ; Deluermoz & Singaravélou 2016), j’imagine un historique unique, évitant les redites (la Réforme est traitée à deux reprises, la Révolution trois fois), et donnant un parcours politico-religieux global de l’histoire de France, montrant à quel point les liens Église-État ont atteint la liberté de conscience. Après tout, Briand indique ensuite que cette notion est au fondement du projet de loi ; il eût donc été logique de retracer son histoire. D’ailleurs le rapporteur aurait pu puiser dans des travaux comme ceux de Jules Simon (2018 [1857]), de Bonet-Maury (2007 [1900]), d’Edmond de Pressensé (1874) et de Guillaume Canet (1891).

  • 37 Même s’il a voulu écrire un ouvrage sur l’histoire « des Églises » et de l’État, J.-L. de Lanessan  (...)

78Cela n’a pas eu lieu37, indice d’une tension entre liberté de conscience et pacification du conflit des deux France. Ces deux aspects ne vont-ils pas dans le même sens ? Pas toujours, et l’épaisseur historique du présent en constitue une raison : mettre l’accent sur la difficile émergence de cette liberté aurait montré que la justification irénique de la Séparation (la diversité des croyances) pose problème. En effet, cette diversité, longtemps muselée, va logiquement pouvoir s’épanouir. Or l’Église catholique redoute par-dessus tout l’éclatement de son unité, l’apparition de « schismes ». Pour maints républicains, cette unité est artificiellement maintenue par le Concordat et la séparation doit « libérer » les consciences « opprimées » par le statut officiel du « catholicisme romain ». La loi de séparation permettra de « visiter Dieu* » de plusieurs manières…

79Qu’empiriquement la possibilité de « schismes » soit forte ou non, peu importe. Il suffit que cette représentation provoque la crainte des uns et l’espoir des autres pour engendrer une réalité sociale. Un historique focalisé sur la liberté de conscience aurait mis en lumière le problème – gênant, dans la perspective de Briand – de possibles « dissidences » futures. Le rapport le met sous le boisseau en n’intégrant pas l’histoire des minorités religieuses dans un historique général. Et, à part les adeptes des cultes concernés, personne ne s’est intéressé aux chapitres ii et iii. Ainsi le relevé des « erreurs » de l’ALP n’en dit pas un mot, alors que les passages consacrés au protestantisme sont, dans son optique, outrageusement laudateurs.

De la « théocratie » à la « complète laïcité » : les « législations étrangères » (chapitre iv du rapport)

  • 38 Briand note qu’au Brésil, pays « peuplé de catholiques », la séparation « n’a pas été l’œuvre d’ant (...)

80Lors des séances de la Commission, les pays étrangers où n’existe pas de Concordat (Belgique, Irlande, États-Unis…) sont évoqués et Briand se réfère au Brésil et au Mexique. Ce dernier pays constitue un modèle pour la gauche républicaine (cf. tome I et Baubérot 2013). C’est moins le cas du Brésil, dont le régime de séparation a été vanté par Deschanel à la Chambre des députés (21 octobre 1904) mais que le rédacteur de La Gazette du Brésil Louis Guilaine (1905) considère comme un « régime hybride de la séparation de corps, mais non de biens » et dont Buisson réfute toute exemplarité (Le Radical, 15 février)38. En fait, dans ce chapitre iv de 45 pages, que Grunebaum-Ballin a corédigé, le rapporteur veut donner « une vue d’ensemble sur la législation étrangère », dans la perspective d’une « évolution » qui « conduit les nations de l’ancien régime théocratique à celui de la complète laïcité* ». Dans cette optique téléologique, trois phases sont distinguées.

81La « première phase » est « quasi théocratique ». L’État y « est, sinon subordonné à l’Église, du moins étroitement uni à elle » ; il « reconnaît la prédominance d’une religion sur toutes les autres et n’admet que des institutions sociales conformes aux principes de cette religion ». L’Espagne et le Portugal en constituent des exemples types. Le principe de la liberté de conscience y a été proclamé mais il subit de fortes restrictions concernant « les manifestations et cérémonies publiques d’une religion autre que celle de l’État ».

  • 39 Pour Briand, lors du conflit entre Bismarck et le Vatican, « il ne fut jamais question d’une sépara (...)

82Les pays qui « ont atteint le second stade, celui de la demi-laïcité* », appliquent « plus ou moins les principes de liberté de conscience et de liberté des cultes », tout en considérant « certaines religions […] comme des institutions publiques qu’ils reconnaissent, protègent et subventionnent ». En fait, ces pages montrent de fortes variantes. Des pays d’Europe orientale (Russie, Roumanie, Bulgarie, Serbie), et la Scandinavie (Norvège et Suède) comportent une « religion de l’État ». En revanche, en Allemagne39 et en Autriche, « plusieurs religions ont un caractère officiel […] semblable à celui des cultes reconnus » en France, et la Hongrie a accompli « dans la voie de la laïcisation* un pas considérable ». Enfin, en Italie, en Belgique et aux Pays-Bas « les idées de laïcité et de neutralité de l’État » ont réalisé des « progrès […] sensibles », bien qu’il n’y ait pas (encore !) de « séparation véritable* entre l’Église [sic] et l’État ».

  • 40 Briand insiste sur le mouvement séparatiste anglais qui est pourtant plutôt en déclin en 1905 (Baub (...)

83« Le troisième terme de l’évolution » apparaît dans quelques pays d’Europe et surtout en Amérique. « L’État est alors réellement neutre et laïque ; l’égalité et l’indépendance des cultes sont reconnues ; les Églises sont séparées de l’État. » Briand met dans ce groupe le Royaume-Uni : la séparation est accomplie en Irlande (depuis 1869) et, s’il existe une Église officielle en Angleterre et une autre en Écosse40, « il n’y a point de budget des cultes » et plusieurs Églises (dont, fait essentiel, l’Église catholique) sont « séparées de l’État ». Dans ce pays, « [l]es ministres des divers cultes jouissent d’une entière liberté de parole ». En Suisse, au sein des cantons, on trouve des Églises libres et une Église officielle protestante, catholique romaine, ou des Vieux catholiques (qui ont rompu avec Rome après le concile du Vatican). C’est le cas à Bâle, Berne et Genève où les relations « entre l’Église catholique et les autorités civiles », d’abord « fort tendues […], se sont beaucoup améliorées », preuve qu’un conflit n’est pas éternel.

  • 41 Briand se réfère à « une loi de 1854 […] qui a enlevé à l’Église anglicane tout caractère officiel  (...)
  • 42 Le rapport comporte une belle coquille, puisqu’il est question du « parti clérical au pouvoir » (po (...)

84Dans ces pays européens, Briand l’admet, la séparation est incomplète. En revanche, il l’estime « largement adoptée dans le Nouveau Monde », du Canada41 au Brésil, en passant par les États-Unis, le Mexique, Cuba, trois républiques du « Centre-Amérique » et l’Équateur42. Les États-Unis et le Mexique, largement invoqués dans le débat politique, retiennent son attention. Selon lui, la République américaine adopte « une conception spéciale de la laïcité » qui comporte des « dérogations au principe de la neutralité ». Cela s’explique car « jusqu’à présent les ministres des divers cultes se sont presque toujours renfermés dans leur mission ». Mais un jour peut-être « les Américains [connaîtront] à leur tour [la] question cléricale ». D’ailleurs, aux États-Unis, la « concession au sentiment religieux l’a emporté sur le respect dû aux principes démocratiques. L’Église catholique a dans certains États fait […] consacrer par la loi l’organisation hiérarchique et autoritaire qui lui est chère ».

85Propos boomerang : le dissensus républicain sur l’article 4 portera précisément sur ce point et les adversaires de Briand auraient pu citer ses propos contre lui ! Et, d’autre part, en indiquant une situation analogue au Mexique, le rapporteur emploie un ton neutre : « Les organisations religieuses s’organisent hiérarchiquement comme il leur convient. » Selon lui, ce pays possède « la législation laïque la plus complète et la plus harmonique qui ait jamais été mise en vigueur […]. Il est délivré […] de la question cléricale et […] connaît réellement la paix religieuse. L’Église catholique ne paraît pas avoir souffert […] du régime légal assez strict mais non oppressif sous lequel elle vit » (sa source principale est La Chesnais 1904).

86Enfin, selon Briand, la séparation constitue la règle « dans la plupart des colonies [anglaises] » (outre le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Jamaïque, d’autres Antilles, le Cap et Ceylan sont cités), et elle est presque réalisée au Japon, qui, avec le Mexique, apparaît comme un modèle de laïcité pour la gauche républicaine. Il faut d’ailleurs noter que les termes de la famille sémantique de « laïcité », absents dans la loi elle-même, sont utilisés à plusieurs reprises dans ce chapitre. Nous verrons pourquoi dans le tome III.

87Briand conclut en affirmant que la « distinction complète du domaine civil et du domaine religieux » n’est pas seulement l’objectif de la France, « [e]n réalité, c’est là que tend la politique de toutes les nations civilisées ». Cqfd ! L’ALP (1905 : 67-79) conteste, bien sûr, cette affirmation. Reprenant l’exemple des Amériques, ce parti remarque que Briand n’a pas cité plusieurs pays (Haïti, Pérou, Bolivie, Chili, Colombie, Paraguay, Uruguay) où le catholicisme « jouit d’une situation privilégiée ». Sa conclusion est aussi péremptoire que celle du rapporteur : « le système préconisé par M. Briand est condamné par la pratique presque universelle des pays étrangers ». Mun l’affirme également (Le Figaro, 20 et 23 mars) et réfute l’idée que, « dans le reste du monde », soit mise en pratique « cette séparation radicale du divin et de l’humain* ».

88Dans cette querelle, l’intéressant est la référence commune aux pays étrangers. On la retrouve ailleurs. Ainsi, dans les Entretiens de l’UAM, les États-Unis, la Suisse et d’autres États sont souvent cités. Parfois les libres-penseurs demandent aux catholiques de les éclairer sur la situation du catholicisme dans les pays où ce dernier est séparé de l’État. De son côté, le Comité d’études sur la séparation des Églises et de l’État effectue différentes enquêtes sur les nations où la séparation est effective. La Raison (2 octobre et 6 novembre 1904…) s’intéresse aux exemples des États-Unis, du Mexique et du Brésil. La laïcité n’est nullement conçue comme une « exception française ».

Discuter et trancher « dans le calme, avec sang-froid* »

89Le chapitre v, rédigé avec l’aide de Méjan, fournit, en 42 pages, une « Analyse des propositions et projets de loi », et rappelle les différents stades qui ont abouti au projet déposé à la Chambre. Briand rend un « hommage » appuyé à Pressensé : au printemps 1903, celui-ci « a eu le très grand mérite de poser nettement toutes les principales difficultés […] et d’envisager résolument le problème dans toute son étendue », ce qui est exact. Néanmoins, le rapporteur ne cache pas que les « solutions […] adoptées » par la Commission ont été « très différentes, souvent même divergentes », ce qui est tout autant véridique. Il donne deux exemples significatifs. Le premier concerne l’article qui permettait d’user des églises « en dehors des heures de culte […] pour des cérémonies civiques ». Le second souligne le « soin précis » que Pressensé a mis dans « la police des cultes », façon d’indiquer que celle du projet de loi est nettement moins répressive.

90Parmi les autres propositions de loi, Briand retient la création d’un « conseil communal d’éducation sociale […], composé en partie de femmes », devant régler l’utilisation des édifices religieux, affectés aux cultes… mais également à d’autres usages (Hubbard). Il admet que la proposition Grosjean-Berthoulat (deux catholiques, nationalistes modérés) donnait aux Églises « le maximum de libertés et d’avantages compatibles […] avec l’ordre public », mais critique un service des pensions à ses yeux trop généreux. Ce chapitre présente, en outre, la « Proposition Réveillaud » comme « marquée par un caractère vraiment libéral » et tenant « compte des nécessités et des droits de la société civile ». C’est elle qui reçoit le plus d’éloges, ce qui montre bien l’influence du protestant Méjan.

91Toutefois, aucune proposition ne correspondant « pleinement aux vœux de la Commission », celle-ci a établi « elle-même un texte complet » (à partir, essentiellement, des propositions Pressensé et Réveillaud), contrecarré à l’automne 1904 par le « projet Combes », dont, relève le rapporteur, certaines « solutions proposées » étaient « en désaccord flagrant avec celles de la Commission ». Briand présente la « transaction* » opérée entre le président du Conseil et lui-même sous un jour irénique : il prétend qu’un « accord complet définitif » était en vue lorsque Combes quitta le pouvoir, ce qui enjolive la réalité mais ménage un homme politique avec lequel il faudra compter. Enfin, Briand rappelle le dépôt d’un « nouveau projet » par le gouvernement Rouvier et l’accord réalisé avec la Commission. L’ALP ne dit rien de ce chapitre, preuve que la description lui semble convenablement rédigée.

92Le dernier chapitre du rapport consiste en une « Discussion des articles » du projet de loi. Les compétences de Grunebaum-Ballin et de Méjan ont été mises à contribution. Briand conclut qu’après trente-quatre ans du « régime équivoque » d’un « culte officiel », il est temps que les républicains mettent fin à « la poursuite de cette chimère* : asservir à leurs desseins la puissance politique de l’Église ». C’est prendre ses distances avec le gallicanisme et l’anticléricalisme d’État. Le rapporteur demande de résoudre la question « dans le calme, avec sang-froid* ». Le projet « consacre la liberté de conscience », ramène l’État « à une plus juste appréciation de son rôle » et la République « à la véritable tradition révolutionnaire ». Il sera ainsi « accordé à l’Église […] la pleine liberté de s’organiser, de vivre, de se développer selon ses règles et par ses propres moyens, sans autres restrictions que le respect des lois et de l’ordre public ». S’agissant d’un projet sur la séparation des Églises – au pluriel ! – et de l’État, le terme « l’Église » est révélateur d’une ambiguïté structurelle.

93Si, nul ne s’en étonnera, à gauche on salue ce rapport et on félicite son auteur, La Croix (17 mars) semble décontenancée par un adversaire qui « répète » vouloir « faire œuvre libérale ». Certes, il est impossible de se fier à « l’impartialité des futurs juges » et « le principe même de la loi » doit être repoussé (« le Pape n’est pas consentant »). Pourtant, le quotidien reconnaît que Briand a écrit un texte qui a « le mérite d’être le fruit d’un labeur considérable », propos qui tranche avec sa phraséologie habituelle et montre une certaine estime. Témoignage d’un malaise devant un projet qui ne comporte pas la « persécution » attendue ? Si oui, ce trouble ne dure guère : quelques jours plus tard, La Croix (23 mars) titre « Bas les masques » et qualifie Briand de « franc-maçon », ce qui explique tout ! Cette contre-vérité (Lefebvre 2000 : 47) montre que le conflit de deux France reste un conflit frontal.

Notes

1 Fait inhabituel, du 15 au 18 mars, Le Matin (qui, chaque jour, consacre un gros titre en une à la « Guerre ») intitule quatre éditoriaux successifs : « La Paix » !

2 Mun (1906) republie divers articles qu’il a rédigés pour La Croix, Le Gaulois, Le Figaro, etc.

3 P. Lerolle appartient à la bourgeoisie parisienne, au « monde des philanthropes […] réservés vis-à-vis du catholicisme social et de la démocratie chrétienne ». Bien que figure de l’ALP (donc « rallié »), il n’a « guère de sympathie pour le régime républicain » (Mayeur 2001 : 62 sq.).

4 L’ACJF organise les 29-30 avril un week-end « anti-séparatiste » où environ 150 conférences sont données. Elles sont particulièrement suivies dans la Sarthe, où se déroulent 29 manifestations. Celle de Fresnay-sur-Sarthe attire plus de 1 000 personnes (Molette 1968 : 321). D’autres ont lieu notamment à Douai, Versailles, Saumur, Angers, Orléans, Tours, Agen, Cahors… (liste dans La Croix du 2 mai).

5 Cf. les comptes-rendus de la conférence de Lyon in La Dépêche de Lyon (20 mars) et La Croix (21 mars).

6 Certaines féministes, comme M. Bonnevial (présidente de la Ligue du droit des femmes et vice-présidente de la commission d’organisation du congrès international de la libre-pensée tenu à Paris en septembre 1905, cf. chapitre 9) et M. Vérone, sont des militantes libres-penseuses. La Raison du 22 janvier insiste sur la participation de « femmes distinguées » à la direction de l’ANLPF. Mais les milieux féministes dénoncent souvent l’antiféminisme de la plupart des anticléricaux (cf. tome I, chapitre 3). Par ailleurs, si des amicales départementales d’instituteurs comportent des institutrices (avec des activités naturellement centrées sur l’école publique), et si quelques groupes « féministes » (comme la Société pour l’amélioration du sort de la femme) ou « féminins » (comités de Dames, Ligue française des mères de famille) sont affiliés à la Ligue de l’enseignement (Martin 1992 : 165), on ne trouve rien de comparable à la LFF et à la LPDF.

7 Ainsi la LPDF, dont le siège est à Lyon, aurait recueilli 400 000 signatures (Dumons 2005 : 173). À cela il faut ajouter les signatures recueillies par le comité des Dames royalistes – 40 000 sur les 107 000 du diocèse de Poitiers (Bouquet 2004 : 65) –, etc., pour se faire une idée de la vitalité féminine dans cette campagne.

8 La précision est intéressante : si des journaux du centre et de droite affirment que depuis le départ de Combes « on respire mieux », car les adversaires du gouvernement ne sont plus l’objet de suspicion et de surveillance, cette pratique signifie que la peur de représailles subsiste. D’ailleurs, dans les débats parlementaires, certains députés et sénateurs s’en font l’écho.

9 Ce contexte est celui du projet Combes, mais à la séance du 12 mars 1905 de l’UAM, Buisson doit rassurer certains participants qui craignent encore l’effet de dispositions ne figurant pas dans le projet de loi déposé à la Chambre. Une peur ne disparaît pas dès la fin de ce qui l’a provoquée.

10 Dans sa déclaration à la Chambre du 26 janvier 1903 inlassablement citée (cf. tome I : chapitre 1).

11 C’est aussi ce que déclare l’administration du Vatican aux correspondants de presse à Rome qui s’étonnent du silence de Pie X.

12 Son église, Notre-Dame du Travail, a été l’objet de violents affrontements, en mai 1903, entre libres-penseurs venus y faire du « désordre » et catholiques, « qui rendirent […] coup pour coup » (Chaptal 1926 : 11).

13 Dès janvier, Mgr Richard a publié une lettre pastorale dénonçant « la lutte […] ouverte entre les sectes antichrétiennes qui veulent effacer le nom de Dieu […] de la société contemporaine, et les hommes qui, fidèles à nos traditions nationales, veulent maintenir la civilisation chrétienne » (citée par Sévenet 2005 : 61). L’enjeu apparaît à la fois civilisationnel et convictionnel.

14 Mgr Lacroix répond que c’est la politique qui a, la première, « fait intrusion dans le domaine religieux » (Le Siècle, 22 mars). Accusé par ses adversaires d’être le « serviteur » de Combes, ce prélat a été, en fait, très déçu par la politique religieuse du Petit Père. Ce ressenti, caractéristique de la partie « républicaine » de l’épiscopat, est nettement sous-estimé par la gauche républicaine.

15 L’Œuvre des campagnes, fondée en 1855 par un curé savoyard (J.-M. Vandel) et une aristocrate (la comtesse de La Rochejaquelein) pour « allier le château et le presbytère » (Mension-Rigau 2003 : 25), intensifie son action sous le combisme et, en 1904, dans la perspective d’une prochaine séparation, se déclare « sur la brèche » et prête à aider les prêtres (ibid. : 318).

16 La date indiquée est très intéressante : 1802 n’est pas l’année où le Concordat a été signé mais celle où il a été complété par les articles organiques et est devenu ainsi la « loi du 18 Germinal an X ».

17 Publiée dans La Croix du 29 mars. Il s’agit de Mgr Richard (Paris), Mgr Perraud (Autun), Mgr Coullié (Lyon), Mgr Lecot (Bordeaux) et Mgr Labouré (Rennes).

18 Cf. les livres-albums reproduisant ce dernier type caricatures : Doizy & Lalaux 2005 ; Dixmier, Lalouette & Pasamonik 2005.

19 Nées dans le contexte de l’affaire Dreyfus, les universités populaires étaient considérées par une bonne partie du camp catholique comme typiques de l’alliance entre les juifs, les francs-maçons et les protestants (Mercier 1986).

20 Cf. le dessin de J. Grandjouan intitulé « Les biens de la Nation », reproduit en couverture du tome I : le presbytère est devenu une « clinique gratuite d’accouchement » et, sur une église cathédrale, il est écrit : « Bibliothèque », « Musée », « Écoles primaires ».

21 La Raison lance, fin 1904 et début 1905, une consultation de ses lecteurs pour susciter des « idées de propagande » : entre autres, organiser des « conférences séparatistes publiques et contradictoires avec le clergé » dans les églises, propriétés publiques, organiser une campagne massive où des « milliers de libres-penseurs exigent […] qu’on les raie des registres de baptême », demander aux députés d’effectuer un nouveau « Serment du jeu de Paume » déclarant « ne pas se séparer avant d’avoir voté la Séparation ». Ces propositions ne se réalisèrent pas (les deux premières auraient augmenté l’idée d’une séparation très conflictuelle avec la religion).

22 Curieusement, dans son gros ouvrages (843 pages) sur le Grand Orient de France de 1870 à 1940, Morlat (2019 : 132-135) évoque rapidement la fabrication de la loi de 1905 sans donner la moindre précision sur le rôle de la franc-maçonnerie dans ce processus.

23 Sur Louis Méjan, cf. L. Méjan 1960.

24 Les protestants sont divisés théologiquement entre les libéraux (qui veulent donner une interprétation moderne du christianisme) et les évangéliques (qui défendent ses fondamentaux) : cf. Storne-Sengel (2006 : 35), qui utilise l’expression parlante d’« Églises siamoises ». Les positions de leurs dirigeants sur la Séparation ne recoupent pas ces divisions théologiques (Rochefort-Turquin 1984 ; Harismendy 2005). Cependant, les évangéliques se montrent, de loin, les plus réactifs dans le processus d’élaboration de la loi.

25 Ainsi, en Ardèche, « les communautés catholique et protestante [vivent] de façon juxtaposée avec chacune leur culture et leur histoire intériorisée dont l’expression [… est] non partageable » (Coulet 2005 : 703), et si une femme de pasteur fait ses courses chez un épicier catholique, cela est très mal vu des paroissiens.

26 Avant l’« Affaire », le dépôt en 1891, par un juif libre-penseur, Camille Dreyfus, d’un projet de séparation à la Chambre suscita les protestations de Déroulède et de la presse catholique : les juifs voulaient « déchristianiser » la France (Birnbaum 1994 : 162 sq. ; Lalouette 2005 : 345 sq.).

27 Lettre publiée notamment in les Archives israélites du 10 novembre 1904. Le 30 décembre suivant, L’Univers israélite reproche aux autorités juives de compter « sur les représentants d’un culte qui n’est pas le nôtre » pour les défendre.

28 Ses articles ont été publiés en un recueil de textes par M. Gelbard (2004b).

29 Le lycée Stanislas est un établissement privé prestigieux fréquenté par des enfants de la moyenne et grande bourgeoisie ; J. Lerolle et M. Sangnier ont figuré parmi ses élèves. Sur cet établissement, cf. Larkin (1995 : 81).

30 Complétons la liste des intervenants notables des six premières séances par les philosophes L. Brunschvicg, futur professeur à la Sorbonne, et F. Rauh (1903), enseignant à l’École normale supérieure (ENS) ; les abbés H de Bonneville, É. Dibildos ; le pasteur S. Gout; l’artiste graveur Ch. Baude ; L. Letellier, gérant de l’UAM ; les juristes P. Errera, professeur à l’université de Bruxelles, H. Hayem, avocat, et Ph. Jalabert (protestant libéral) ; le critique littéraire G. Lanson ; les historiens D. Halévy, J. Réville, Th. Reinach et, enfin, deux auteurs d’ouvrages sur la Séparation : P. Sabatier, spécialiste de François d’Assise (1905), et l’économiste Ch. Gide (1905 ; Desroche 1982).

31 Ainsi qu’H. Barban, professeur en médecine, A. Cree, éditeur chez Armand Colin, le juriste Ed. Hermance, J. Monnier, professeur de théologie protestante, J. Reinach, ex-directeur de La République française, et le philosophe P.-F. Pécaut.

32 Et réactif soit par une très brève intervention, soit en écrivant à P. Desjardins, qui publie certaines lettres comme celles de R. Gillouin, alors étudiant à l’ENS, de l’abbé Ch. Denis, directeur des Annales de philosophie chrétienne, ou de C. Gilardoni, manufacturier à Sermaize-les-Bains.

33 Ironie : alors que Mgr Douais, évêque de Beauvais, date le Concordat de 1802, année où le Corps législatif vota la loi l’intégrant (avec les articles organiques) au droit français (cf. supra), Briand parle de 1801, année de sa signature. Briand est d’ailleurs très irénique envers le catholicisme à propos des articles organiques (« Rome crut de bonne foi avoir été jouée »). Il ne reprend pas la vision anticléricale dominante.

34 Thèse soutenue, notamment, par É. Faguet (1914 [1899] : 282 sq.). Debidour (1898 : 143 sq.) loue le « généreux Grégoire » mais insiste sur son échec.

35 De son côté, Mun, dans Le Figaro des 27 et 31 mars et des 3, 8, 14 et 25 avril mène la charge contre cet historique (articles reproduits in Mun 1906 : 122-184).

36 Sur les Églises baptistes (par exemple) et la loi de 1905, cf. Fath 2001a : 287 sq.

37 Même s’il a voulu écrire un ouvrage sur l’histoire « des Églises » et de l’État, J.-L. de Lanessan (1906) n’y réussit pas davantage.

38 Briand note qu’au Brésil, pays « peuplé de catholiques », la séparation « n’a pas été l’œuvre d’anticléricaux » mais « de positivistes […] partisans déclarés de la liberté absolue […] des diverses religions ». Cf. l’appel aux catholiques français (pour qu’ils acceptent la séparation) de R. Teixeira Mendes (1905), vice-directeur de l’Église positiviste du Brésil. Sur la laïcité au Brésil, cf. Nzamba 2011.

39 Pour Briand, lors du conflit entre Bismarck et le Vatican, « il ne fut jamais question d’une séparation entre l’Église et l’État, mais au contraire d’une réglementation plus étroite de l’Église par l’État ».

40 Briand insiste sur le mouvement séparatiste anglais qui est pourtant plutôt en déclin en 1905 (Baubérot & Mathieu 2002 : 178, 214 sq.) et il pense la Séparation possible en Écosse et dans le pays de Galles (où elle sera votée en 1914).

41 Briand se réfère à « une loi de 1854 […] qui a enlevé à l’Église anglicane tout caractère officiel ». Sur ce sujet, cf. Milot 2008 : 66-77.

42 Le rapport comporte une belle coquille, puisqu’il est question du « parti clérical au pouvoir » (pour anticlérical).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search