Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n'aura pas lieu. Histoire politique de Séparations des Églises (1902-1908)

 | 
Jean Baubérot

Prélude

Retour sur le combisme avec les Annales de la jeunesse laïque

Texte intégral

  • 1 Une preuve, parmi d’autres, du succès de ce mensuel : au début de 1905 la Revue de la jeunesse cath (...)

1Le premier tome a analysé le processus de Séparation pendant le ministère Combes (juin 1902-janvier 1905). De nombreux événements, intérieurs et extérieurs (telle la guerre entre la Russie et le Japon), ont fait surgir cette question au premier plan de l’agenda politique. Comment reprendre brièvement les principaux faits de ces deux ans et demi sans risquer la répétition ? Peut-être en les revisitant à partir d’un observatoire original, la publication mensuelle Annales de la jeunesse laïque1 (désormais AJL), quitte à revenir, en fin de chapitre, sur les raisons et le but du projet La loi de 1905 n’aura pas lieu.

  • 2 Selon une information donnée oralement par J.-P. Martin, Béret a candidaté sans succès aux élection (...)

2Excepté quelques pages d’un ouvrage ancien (Capéran 1935 : 148-159) et le début d’une thèse (Meletta 2005 : 25-35), cette intéressante revue et la Fédération des jeunesses laïques de France qui lui est liée restent méconnues. Le site Gallica.fr ignore les dates de naissance et de décès (1927) de leur fondateur, Georges Etber, Georges Béret de son vrai nom. Originaire de Foix (Ariège), celui-ci crée les Annales en juin 1902, au moment où Combes prend le pouvoir. Il est, alors, élève en khâgne au lycée Henry IV et habite chez le sénateur radical et franc-maçon Auguste Delpech. Il quitte ses fonctions de directeur de la revue et de la Fédération un mois avant la fin du ministère Combes et ne joue plus, ensuite, de rôle important2. Selon lui, à cause de son « éducation religieuse », l’âge « de la joie et du rire » a été celui « de la souffrance et de la peur » (AJL, 5, octobre 1902 : 138).

  • 3 Buisson, AJL, 25, juin 1904 : 9-11. Cet article est republié in Buisson 2007 : 185-189.

3Pendant le gouvernement du Bloc, Béret côtoie la fine fleur des gauches républicaines : des politiques comme les radicaux Buisson, Clemenceau, Gaston Doumergue, Hubbard ou Naquet (« père » de la loi de 1884 sur le divorce), les socialistes Deville, Jaurès, Pressensé, Sembat, Viviani…, l’anarchiste Élisée Reclus ; des intellectuels, tels Aulard, Bouglé, Anatole France, Séailles, Maurice Vernes… et d’autres figures de la libre-pensée (Bérenger, Mme J. Paul Bert, Paul et Victor Margueritte…). Ne doutant de rien, le directeur des AJL les qualifie volontiers d’un « nos collaborateurs » un rien condescendant, alors qu’il pourrait être leur fils. Mais il prétend parler haut et fort au nom de jeunes laïques, « libres-penseurs, républicains, socialistes » ; ces trois désignations constituant selon un desdits « collaborateurs », Buisson, « la même doctrine envisagée à trois points de vue3 ».

  • 4 Par commodité, je lui donne toujours son véritable nom. Il signe « G. Etber » pendant les vingt-qua (...)
  • 5 L’ultracombisme peut être sommairement défini comme l’aile gauche de ceux qui se qualifient de « mi (...)

4De fait, si les Annales déclarent « être largement ouvertes à toutes les œuvres animées d’un esprit vraiment laïque » (1, juin 1902 : 31), cette revue se situe dans l’aile la plus militante et la plus à gauche du combisme. C’est d’ailleurs une des raisons du départ de Béret4, au moment où, avec l’affaire des fiches, cet « ultracombisme5 » ne brille plus de mille feux.

La République, fille de la Révolution française

5Les trente et un premiers numéros des AJL témoignent des temps forts de la « République libre-penseuse », selon l’expression de Combes (1904 : 366), des espoirs dont elle est porteuse pour des jeunes, comme pour nombre d’adultes. Dans ce paroxysme du républicanisme, la Jeunesse laïque affirme fièrement que la Révolution et la République constituent, l’une et l’autre, « un acte de foi en la nature humaine » et elle fait sienne la formule Ni Dieu ni maître, qui signifie « l’homme rendu à la libre-disposition de lui-même […], la société maîtresse de ses destinées » (Etber 1904 : 11).

6Deux personnalités dreyfusardes patronnent la revue : le président honoraire de la Cour de cassation, Jean-Pierre Manau, et le colonel Georges Picquart (Oriol 2019). L’Affaire a montré le grave déficit des « mœurs républicaines ». Il revient donc à une nouvelle génération de les régénérer par « l’éducation républicaine du peuple » (AJL, 1, juin 1902 : 31). Les Annales et la Fédération prolongent leur action dans l’Œuvre des jeunes conférenciers laïques de l’instituteur Fernand Fréaud, créée en janvier 1903 et active dans certaines « zones rurales, principalement les Vosges, les Alpes, le Morvan, le Finistère et les Cévennes » (Meletta 2005 : 33). Les Jeunes laïques s’estiment porteurs d’un nécessaire changement : « Ô jeunesse, […] hâte-toi d’apporter dans la mêlée, avec ton souci constant de l’idéal, ces qualités aujourd’hui disparues du monde politique : franchise, désintéressement, courage et loyauté » (AJL, 23, avril 1904 : 324).

7Dans ce but, les Annales sollicitent l’ensemble des « bonnes volontés » républicaines unies par une commune hostilité au « christianisme [qui], avec ses dogmes étouffants, est l’ennemi de toute vie et de tout progrès » (1, juin 1902 : 31). En effet, pour Béret, les « deux France » sont incompatibles : « Dans cinquante ans, […] le catholicisme ne sera plus qu’une vieille superstition agonisante, ou la République sera morte » (AJL, 5, octobre 1902 : 136). Pourtant, dans sa quête d’acquérir une légitimité, la revue publie, dans son premier numéro, un manifeste irénique d’Ernest Lavisse, où le célèbre historien sécularise un passage emblématique d’une épître de l’apôtre Paul : « Maintenant donc ces trois-là demeurent, la foi, l’espérance et l’amour, mais l’amour est le plus grand » (TOB 1988 : 2765). Selon Lavisse, « être laïque, c’est avoir trois vertus : la charité, c’est-à-dire l’amour des hommes ; l’espérance, c’est-à-dire le sentiment […] qu’un jour viendra […] où se réaliseront les rêves de justice, de paix et de bonheur […] ; la foi, c’est-à-dire la volonté de croire à la victorieuse utilité de l’effort perpétuel » (AJL, 1, juin 1902 : 3).

8L’historien demande de ne « pas mépriser les consciences encore détenues dans le charme des vieilles croyances », de ne pas « haïr telle ou telle église ». Il s’agit, seulement, de « refuser aux religions qui passent le droit de gouverner l’humanité qui dure » (ibid. : 3), phrase qui sera souvent reprise comme définition de la laïcité. Engagement laïque et engagement libre-penseur sont ici clairement distingués. La revue ne suit pas cette voie. Ainsi, elle publie, du numéro 1 au numéro 13, une série d’articles de Jules Lermina intitulée « Manuel du libre-penseur ».

Pour les Annales, laïcité et libre-pensée se confondent

  • 6 Les AJL en publient un extrait (1, juin 1902 : 24-30). Ancey écrit, dans sa préface : « J’ai voulu (...)

9Béret lui-même se déclare ennemi de la religion. Sa « Profession de foi d’un Jeune Laïque » – titre significatif ! – cite un passage de la comédie de Georges Ancey Ces Messieurs6 (1902) : « “La Liberté ! Il n’y a pas de liberté ! Quand on rencontre un chien enragé, on le tue, voilà tout !” » (AJL, 4, septembre 1902 : 99). Le jeune homme précise : « si je n’ai pas de haine pour les individus, […] je hais toutes les religions, dont on peut lire l’histoire à travers les siècles à la lueur des bûchers » (ibid.). La religion constitue, en effet, « un instrument d’abêtissement et de domination [qui…] endort les aspirations de […] l’Humanité vers plus de Justice, plus de Bonheur, plus de Beauté » (AJL, 5, octobre 1902 : 137). L’animateur des Annales n’est pas seul à éprouver semblable « haine ». Henri Chateau met en contraste « deux méthodes » : la première « évolutive par la foi, l’espérance et l’amour », liée à une « laïcité contemplative* », et la seconde, « révolutionnaire, par la haine passionnée contre les organisations théocratiques [= les Églises] », qui permettrait une « laïcité agissante* » (AJL, 14, juillet 1903 : 61). Devinez laquelle des deux a la préférence des Annales !

10Cette orientation antireligieuse ne devrait-elle pas conduire la revue à devenir l’organe de la jeunesse libre-penseuse ? Béret assume le titre d’Annales de la jeunesse laïque. Comme nombre de militants combistes, il estime que la distinction entre « cléricalisme » et « religion » n’est plus de saison. L’échec de la politique suivie pendant « vingt ans » le prouverait (AJL, 5, octobre 1902 : 134 sq.). Ainsi un couple d’instituteurs, où l’homme suit « tous les exercices du culte » et où la femme « est directrice de chœurs […] à l’église catholique », se trouve dénoncé comme l’exemple type « de la vitalité du cléricalisme dans le corps enseignant », sans qu’il soit dit qu’il ou elle ait cherché à influencer leurs élèves (Tréville, AJL, 12, mai 1903 : 378).

11Une raison pratique a également joué : les AJL et la Fédération absorbent une petite et éphémère association d’environ 80 membres, l’Œuvre républicaine de la jeunesse laïque, dirigée par « deux instituteurs férus de mutualisme et proches des milieux libres-penseurs, néo-malthusiens et féministes », André Bénédic et Jules Bonnet (Meletta 2005 : 27). On y trouve également le peintre anarchisant Henri-Gabriel Ibels, proche du mouvement d’avant-garde Nabis (Eckert Boyer 1988), et le socialiste Alfred Marpaux.

  • 7 G. Béret au Ier congrès des Jeunesses laïques (8 novembre 1902), cité par É. Chauvelon (AJL, 7, déc (...)

12Enfin, pour ces jeunes, la libre-pensée, dans sa « forme traditionnelle et archaïque », resterait imprégnée d’un « vieux dogme, le matérialisme étroit et sec ». À l’inverse, la jeunesse laïque désirerait « des envolées, des essors vers l’infini de l’art, […] de la joie, de la beauté, de la bonté7 ». Cet argument apparaît un peu spécieux et un des dirigeants de l’Association nationale des libres-penseurs de France (ANLPF), Émile Chauvelon, professeur de rhétorique au lycée Voltaire à Paris, insiste sur l’absence de toute orthodoxie libre-penseuse (AJL, 7, décembre 1902 : 215). Effectivement, si certains libres-penseurs sont matérialistes, d’autres sont des adeptes du « spiritualisme républicain ».

13Les AJL se situent à la jonction des deux courants. Tendance matérialiste : la physiologie est convoquée pour expliquer pourquoi « la femme » serait vouée « presque fatalement à subir la domination du prêtre » (15, août 1903 : 68), affirmation d’autant plus significative que les AJL veulent prôner son « émancipation » ! En polémique avec le spiritualisme, il est également affirmé que « les sciences physiques et naturelles » sont porteuses de « certitudes » et que la « “morale laïque” » exige que « l’esprit scientifique » détrône les « impératifs de la métaphysique » (Tréville, AJL, 18, novembre 1903 : 187). Mais d’un point de vue matérialiste, la Jeunesse laïque risque d’« embrasser avec trop d’impatience un idéal non vérifié » (Chauvelon, AJL, 7, décembre 1902 : 215). Scientisme et mysticisme social donnent le ton à beaucoup d’articles.

14Au final, le choix du titre confirme une caractéristique essentielle du combisme : la quasi-équivalence établie entre « laïcité » et « libre-pensée ». La République laïque des combistes s’engage dans le combat libre-penseur, au risque d’une instrumentalisation de l’État par une mouvance de la société civile. Lorsque Combes résiste à cet engrenage, il déçoit les combistes militants et suscite leurs critiques. Béret, qui se déclare « très combiste », affirme que le président du Conseil, « pour être suivi, doit marcher en avant », se rappeler qu’il n’est pas un « chef d’État, mais seulement le délégué des gauches au pouvoir » (AJL, 30, novembre 1904 : 161 sq.).

Le combisme militant contre le maintien d’accommodements laïques

  • 8 Victor-Meunier écrit des romans sous pseudonyme. Il est le délégué de la Vendée au comité exécutif (...)
  • 9 Rappel : « l’Université » désigne alors les trois niveaux de l’enseignement (primaire, secondaire, (...)
  • 10 Duprat publiera d’autres ouvrages sur « l’école et la démocratie » (1902), « les légendes du christ (...)

15Béret exerce une domination de type charismatique. De plus en plus, il apparaît le seul maître à bord, courtisé par des personnalités qui voient en lui un jeune homme d’influence auprès de sa génération. S’il ouvre les colonnes de la revue à des personnalités assez diverses, il met fin à leur collaboration en cas de désaccord. Ainsi, l’homme de lettres Lucien Victor-Meunier8 écrit régulièrement un « Bulletin politique » jusqu’au jour où il conteste l’antimilitarisme de la revue. Sa signature disparaît des AJL et Béret lui-même assure désormais ce bulletin (août 1903). La même mésaventure arrive au rédacteur de la « Chronique universitaire9 », Albert Tréville, pseudonyme de Guillaume-Léonce Duprat, professeur au lycée de Rochefort et auteur d’un ouvrage sur la morale comme fondement « d’une conduite rationnelle » (1901)10, sans qu’il soit possible de déterminer les causes de la mésentente, sinon le choc de deux fortes personnalités. Victor-Meunier et Tréville reprendront leur place dès le départ de Béret (AJL, 32, janvier 1905).

16Ce sont essentiellement le Bulletin et la Chronique qui, avec les articles du directeur, donnent la position des Annales sur l’actualité politique, religieuse et scolaire, toutes trois étroitement liées lors du ministère Combes. Ils nous permettent de revisiter des événements essentiels de cette période à travers les lunettes d’ultracombistes.

  • 11 La Bretagne était considérée comme la terre « cléricale » par excellence. Ainsi, selon La Raison du (...)

17La fermeture d’écoles congréganistes, alors au cœur de la politique française, suscite une « joie profonde, […] républicaine et patriotique », surtout quand il s’agit d’établissements dirigés par des sœurs : « l’école de filles laïcisée, c’est à bref délai le confessionnal vide », s’exclame Victor-Meunier (AJL, 3, août 1902 : 68), parodiant Hugo pour qui l’ouverture d’une école signifiait la fermeture d’une prison. Certes, l’action ministérielle suscite de l’« agitation cléricale ». À Paris, elle a « avorté ». En Bretagne, des « fauteurs de guerre civile* » ont voulu « provoquer une nouvelle chouannerie », mais le gouvernement « a poursuivi son œuvre avec une telle fermeté, […] que partout la résistance a dû fléchir » et « le sang du peuple » n’a pas coulé11, bien que « dans l’état de surexcitation où [les cléricaux] avaient mis les esprits », il eût suffi « d’un ordre mal compris, […] pour provoquer un malheur » (AJL, 4, septembre 1902 : 159 sq.).

18De fait, si Combes, qui cumule le ministère de l’Intérieur et des Cultes avec la présidence du Conseil, veut impressionner et montrer sa force (près de 500 soldats et gendarmes mobilisés pour expulser 4 religieuses à Saint-Méen, dans le Finistère), il ne souhaite nullement trop s’en servir : « décision [a été] prise de ne remettre [aux militaires] ni cartouches ni munitions » (Broudic 1997 : 15). L’absence de morts – à l’exception d’un « républicain » tué lors d’une rixe à Nantes, au printemps 1903 (Lagrée 2002 : 151-154) – dans les échauffourées qui jalonnent les expulsions de congrégations doit être mise au crédit du Petit Père.

19Pour les Annales, il faut « laïciser la laïque [= l’école laïque] », selon le mot d’ordre qui fait florès dans le quotidien de Toulouse La Dépêche (18 septembre 1902). Pour atteindre cet objectif, la revue demande une « épuration » au sein du « haut personnel de l’enseignement primaire » qui, « par lâcheté [ou] par trahison », ferait le jeu du « cléricalisme ». Ainsi, à Brinon-sur-Sauldre (Cher), où l’école des sœurs « vient d’être laïcisée », la nouvelle institutrice a remplacé « le grand crucifix qui dominait sa chaire par [l’affichage de] la Déclaration des Droits de l’Homme ». Rappel lui est fait par l’inspecteur d’académie, de la circulaire du 2 novembre 1882 (rédigée par Buisson) interdisant aux enseignants d’enlever eux-mêmes les « emblèmes religieux » se trouvant dans les locaux scolaires. L’autorisation du préfet est nécessaire, ce qui indigne les AJL (6, novembre 1902 : 189).

20Même sous Combes, dit « persécuteur » par ses adversaires, certains éléments de la laïcité accommodante des pères fondateurs perdurent. Cette circulaire de 1882 l’indique clairement : la suppression des crucifix dans les salles de classe doit dépendre du « vœu des populations ». Aux préfets de l’apprécier, au cas par cas, pour ne pas risquer de « porter le trouble dans les familles ou dans les écoles ». La loi laïque « n’est pas une loi de combat » et les emblèmes religieux seront ôtés au moment « impossible [à] préciser, [où] tous les hommes de bonne foi reconnaîtront que la place du crucifix est à l’église et non pas à l’école ». Une pratique très différenciée, y compris au sein d’un département, en découle. Ainsi, dans le Nord, les crucifix sont enlevés ou restent dans les salles de classe, suivant que la majorité de la population est socialiste guesdiste ou composée d’immigrés flamands catholiques (Tedo 2003).

  • 12 Dans un peu plus de la moitié des cas, une « école libre », dirigée par des catholiques laïcs, prêt (...)

21Au temps du combisme, cette application différenciée continue et, quand l’école congréganiste de filles est laïcisée, les autorités administratives veillent à ce que cette laïcisation n’induise pas une rupture que la population estimerait brutale12. Autre exemple d’une laïcisation accommodante : la loi Goblet du 30 octobre 1886 réserve l’enseignement public à un personnel laïque. Ce changement devait s’opérer en cinq ans pour les écoles de garçons, aucun délai n’étant fixé pour celles des filles. Presque deux ans après la victoire du Bloc, « 5 130 institutrices congréganistes » enseignent toujours, « dans nos écoles laïques (?) » (AJL, 22, mars 1904 : 295). Et les « institutrices laïques […], toutes dévouées » pour « faire réciter des prières, […] apprendre les leçons d’un catéchisme, surveiller les élèves dans l’intérieur même des églises », s’avèrent encore nombreuses (A. Tréville, ALJ, 9, février 1903 : 282).

22Cette situation prouverait que le « danger clérical » reste toujours très présent dans l’école publique et parmi le corps enseignant : l’enseignement secondaire « fourmille d’antilaïques » ; même de jeunes professeurs adhèrent « à la réaction ». Dans l’enseignement primaire, le « personnel » en fin de carrière maintient « des traditions […] favorables au despotisme clérical ». Et la femme de ce type d’instituteur, épousée « pour sa dot » et non « pour ses qualités intellectuelles et morales », renforce, par son influence néfaste, les « vieilles habitudes ». En revanche, les jeunes maîtres « vont ouvertement au radicalisme et au socialisme », et ils constituent une partie du lectorat des AJL (Tréville, AJL, 12, mai 1903 : 378 sq.). Ils doivent « former des générations de libres-penseurs ». Dans ce but, il faut « relever [leur] condition pécuniaire, et surtout [leur] situation morale » (id., AJL, 6, novembre 1902 : 187). Même s’il faut tenir compte de l’orientation propre de la revue, ce propos confirme le savoir historien : la situation de l’école publique est, alors, bien plus diversifiée que ne l’imaginent les références mémorielles aux « hussards noirs de la République ».

Le combat (perdu) pour une école laïque obligatoire

  • 13 Le tome I (chapitres 3, 4 et postlude) insiste sur l’importance du débat concernant l’instauration (...)

23Dès le départ, la revue réclame une politique de complète laïcisation scolaire, de réformes profondes de l’école publique, et l’instauration du monopole de l’enseignement au profit de l’État laïque13. À ses débuts, néanmoins, elle donne la parole à l’ancien ministre de l’Instruction publique René Goblet. Ce dernier se demande à quel titre supprimer « des établissements libres, [qui sont déjà] sous la surveillance nécessaire de l’État ». Ces interdictions « constitueraient une atteinte à la liberté, […] contraire au principe républicain » ; la République doit établir « son empire sur les âmes », sans « combattre le sentiment religieux », mais en « éclairant les intelligences afin qu’elles se libèrent et s’affranchissent elles-mêmes » (AJL, 3, août 1902 : 75).

  • 14 Nouvel exemple de la « peur des femmes », déjà constatée (tome I, chapitre 3) chez beaucoup d’antic (...)

24Selon Béret, Goblet représente la génération marquée par les « tristes années de l’Empire, où la liberté n’existait que de nom ». Il perçoit donc, en « vieux libéral », la Liberté, tel Delacroix peignant Les Trois Glorieuses, comme « une vierge forte au regard loyal, courageux, […] “avec la grande lueur de la Marseillaise dans les yeux” ». La jeunesse se représente cette Liberté sous les traits de La Joconde, « dont on ne sait si les fins et doux yeux expriment un profond amour ou un indulgent mépris pour ceux qui la contemplent », incarnation « de cette éternelle énigme qu’est la femme14 » ! La liberté serait donc une valeur ambivalente : il ne faut pas « atrophier de jeunes cerveaux, […] au nom de la liberté d’enseignement », tout comme on ne doit pas permettre l’influence « d’une religion de mort, […] au nom de la liberté des cultes » (AJL, 4, septembre 1902 : 97 sq.). Implicitement, c’est le problème du rapport du combisme à la démocratie libérale qui se trouve ici posé. Problème essentiel dont il sera reparlé dans la conclusion de cette étude.

  • 15 À part Béret, il comporte fort peu de lycéens. Ses membres sont, outre des collaborateurs réguliers (...)

25Les 8 et 9 novembre 1902, le congrès créant la Fédération des jeunesses laïques de France se tient à Paris au siège de la Société nationale d’agriculture, sous la double présidence de Bérenger et de Victor-Meunier. Il « consacre la rencontre d’intellectuels, de militants ouvriers et de jeunes talents » situés dans des « sphères jusqu’ici cloisonnées » (Meletta 2005 : 25). Des sections thématiques (le droit de l’enfant, la liberté de l’enseignement, le libre examen, la justice sociale, la crise religieuse, sociale et morale, le cléricalisme dans l’Université) alternent avec des séances plénières. Le nouveau mouvement devait d’abord s’intituler la Jeune France mais, outre le risque d’une équivoque nationaliste, on espère bâtir une Fédération internationale des jeunesses laïques : en Belgique et en Espagne, un embryon d’organisation se met déjà en place. Pour la France, des fédération régionales vont se former. Une première se trouve déjà en gestation à Montauban. En attendant, un comité de 80 membres15 et une commission exécutive, présidée par Béret, vont diriger le mouvement.

26La liberté de l’enseignement figure au centre des débats. Le ministre de l’Instruction publique, Joseph Chaumié, vient de déposer un projet de loi abrogeant la loi Falloux de 1850 et instaurant l’obligation d’un « certificat d’aptitude pédagogique » délivré par l’État. Présenté comme une garantie de compétence, ce sésame apparaît aux opposants du Bloc, comme la manifestation d’une volonté de contrôle politique. Néanmoins le projet ministériel n’abolit pas la liberté d’enseignement. Plusieurs délégués le dénoncent donc « comme entaché de modérantisme », et veulent que l’instruction publique devienne « un monopole aux mains de l’État ». Après « une longue et brillante discussion », la motion adoptée réclame que l’enseignement devienne « un service public exclusif » (Victor-Meunier, AJL, 7, décembre 1902 : 198 sq.), que l’école laïque soit dorénavant obligatoire.

  • 16 P. Challemel-Lacourt avait pris position en faveur du monopole, à la Chambre, en 1874 (Challemel-La (...)

27Si le débat sur le monopole n’est pas nouveau16, la prise de position du congrès des Jeunesses laïques précède celle des organisations politiques (Parti socialiste français [PSF], Parti républicain radical et radical-socialiste [PRRRS]…). En 1903, cette question passionne la classe politique bien plus que l’idée d’une éventuelle Séparation des Églises et de l’État. Elle constitue un enjeu décisif dans une sorte de « querelle de la liberté » : celle-ci doit-elle être comprise comme l’autonomie de pensée, les droits civils et politiques de chaque citoyen (l’inégalité des droits entre les sexes restant une quasi-évidence sociale), ou comme l’émancipation des citoyens, par l’État laïque, de tout ce qui les maintiendrait dans un état de « servitude » (au premier chef, la religion) ? Beaucoup, au sein du Bloc, penchent pour la seconde solution et Buisson se retrouve minoritaire au congrès radical de Marseille en octobre 1903. Le sénateur et professeur à la Sorbonne Eugène Lintilhac fait adopter une motion affirmant : « L’État républicain a le devoir d’exercer [… le monopole] de l’enseignement à tous les degrés », en vue « d’éduquer tous les citoyens pour la Cité idéale » et de rechercher leur « harmonie politique […] pour réaliser l’harmonie sociale ». Tréville ne doute pas de l’adoption prochaine du monopole par la Chambre (AJL, 18, novembre 1903 : 186 sq.), ce qui, en fait, n’arrivera pas.

28Au projet du ministre de l’Instruction publique, Chaumié, jugé trop « modéré », la commission du Sénat substitue un texte qui aurait instauré progressivement le monopole. Clemenceau (1903-1904) qui, par son éloquence, vaut « tout un groupe » parlementaire à lui seul (Capéran 1935 : 104), le fait échouer, en affirmant : « Je repousse l’omnipotence de l’État laïque parce que j’y vois une tyrannie », un « État Dieu ».

La « liberté dans l’enseignement* » versus « la liberté de l’enseignement »

  • 17 L’expression est également d’A. Huc, auteur d’un ouvrage, paru en mars 1900, défendant le monopole (...)
  • 18 Critique explicite du célèbre discours de Waldeck-Rousseau sur les « deux jeunesses » (Toulouse, 28 (...)

29Les Annales adoptent l’optique dite « libérale-libertaire » défendue, sous le pseudonyme de « Pierre et Paul », par le directeur de La Dépêche (de Toulouse) Arthur Huc. Béret veut inclure la liberté autonomie dans la liberté émancipation : la « liberté de l’enseignement doit être remplacée par la liberté dans l’enseignement*17 […] moyen d’arriver à l’enseignement de la liberté » (AJL, 9, février 1903 : 265). Il est intéressant de rappeler cette position originale, aujourd’hui oubliée. Selon la revue, l’instauration du monopole n’a pas pour finalité de « refaire l’unité morale de la France, l’union entre les deux jeunesses18 », par une « conception jacobine », proposant « à l’admiration irréfléchie de l’enfant la table des Droits de l’Homme au lieu du Décalogue » (Béret, AJL, 9, février 1903 : 264). Ce propos, emprunté à l’historien Aulard, paraphrase Condorcet et se démarque de Lintilhac pour qui, « en matière d’enseignement, il faut être jacobin, c’est-à-dire autoritaire ». Le sénateur est d’ailleurs critiqué : avec lui le monopole devient « la revendication d’une tyrannie collective » (Béret, AJL, 19, décembre 1903 : 198). On ne saurait être plus sévère !

30Dans ce même article, Béret décrit la « liberté dans l’enseignement » comme « la liberté pour le professeur d’être lui-même, […] de se livrer tout entier dans toutes ses paroles ». C’est « le pédagogue faisant place au maître, c’est l’élève faisant place au disciple ; c’est la disparition du professeur [… et] l’avènement de l’éducateur […] s’efforçant avant tout de faire de ses jeunes disciples des amants obstinés de la Vérité ». C’est « la liberté pour Brunetière d’être un catholique, pour Hervé d’être un sans-patrie ». Bref, pour chaque « maître […] d’écouter la voix de sa conscience ». Mais c’est également « la liberté pour l’adolescent d’être lui-même ». Il doit pouvoir être, « en face de l’éducateur, non la cire molle que l’on pétrit, mais le révolté […] qui veut soumettre tout : dogmes, préjugés, vérités sociales et religieuses au contrôle de la raison ». Et le directeur des AJL de conclure : « autant de paradoxes apparents pour le vulgaire, de vérités pour l’observateur réfléchi ».

  • 19 Seul jugement de valeur dans une liste qui comprend également le « spiritualisme » de V. Cousin et (...)

31Peut-être. Pourtant il n’est pas précisé comment la liberté toute-puissante du professeur, redevable seulement devant sa propre conscience, va se concilier avec le droit, le « devoir » même, du « disciple » de se montrer un « insoumis », de ne plus être « hier à genoux devant le prêtre, aujourd’hui sous la férule du pion, demain sous la menace du gradé ». De même, la conciliation de cette « liberté dans l’enseignement » avec le mot d’ordre « laïciser la laïque », la demande de recruter des enseignants animés « de la foi laïque » et non ceux qui font preuve de « rouerie » (Tréville, AJL, 9, février 1903 : 283), n’a rien d’évident. Certes, il est question de « la liberté pour toutes les doctrines d’être exposées à l’adolescent », de la « doctrine chrétienne […] conception fausse19 […] qui correspond à un moment de la pensée » humaine au « monisme d’un Haeckel » et au « matérialisme d’un Büchner » (Béret, AJL, 9, février 1903 : 264-266). Mais un Brunetière ne va-t-il pas chercher à former des catholiques et un Hervé des « sans-patrie » ? Cette vision des choses, que l’on peut résumer par la formule « il faut un maître pour se passer de maître », n’aboutit-elle pas à une « liberté différée », qui, en fait, n’advient jamais ?

32Quoi qu’il en soit, on est loin de la perspective de « l’État recteur » défendue par certains milieux républicains (Portier 2016 : 101). Dans l’affrontement entre Lintilhac et Clemenceau, les Annales se rangent du côté de ce dernier : il a revendiqué « dans un discours nettement libertaire le droit de l’individu à être lui-même, en face de toutes les tyrannies sociales et de tous les dogmatismes […]. C’est là l’idéal que nous poursuivions » (Béret, AJL, 19, décembre 1903 : 198). Mais, pour le Tigre, cet idéal implique logiquement le rejet du monopole. Or Béret (AJL, 19, décembre 1903 : 198) en tire la conclusion inverse : « battus au Sénat, nous prendrons notre revanche à la Chambre », et le monopole sera voté ! Près d’un an plus tard, Béret annonce, en vue de « la nationalisation de l’enseignement », une « campagne de meetings et de conférences » faite par les AJL, « à travers le pays, avec le concours de nos collaborateurs [sic !] : Jaurès, Viviani, Buisson, Havet, de Pressensé, Aulard, etc. » (AJL, 30, novembre 1904 : 165 sq.).

  • 20 D’ailleurs, si dans le numéro 9 des AJL (février 1903 : 264) Béret combat l’idée du monopole comme (...)

33Philosophiquement proche de Clemenceau, le directeur des Annales apparaît donc politiquement en accord avec Lintilhac20. Pas tout à fait, néanmoins : l’instauration du monopole ne doit pas s’appliquer à l’enseignement supérieur : « Que des hommes de la valeur de certains de nos adversaires s’adressent dans des chaires libres à un public d’adultes rompu aux méthodes de saine critique et de libre examen, rien de plus naturel » (AJL, 18, novembre 1903 : 164). Ainsi se résout, dans la pratique, ce qui paraissait « paradoxal » au « vulgaire » : le monopole du premier et du second degré permettrait d’éduquer le « disciple » à l’usage de « la raison ». La liberté d’enseignement dans le supérieur favoriserait l’exposé de « toutes les doctrines ». Cependant, si cette solution représente un courant républicain (c’est celle adoptée par Huc et Aulard), elle se trouve prise dans l’étau du combat frontal entre les partisans (de façon immédiate ou progressive) du « monopole intégral » et les défenseurs de la « liberté de l’enseignement » à tous les degrés.

La vision d’une séparation couronnement de l’anticléricalisme d’État

34Beaucoup d’historiens, tels le spécialiste de La Dépêche de Toulouse Félix Torres (2002), Larkin (2004) ou Mayeur (2005), passent directement du combat anticongréganiste au processus de la Séparation, sans prendre en compte la disputatio concernant le monopole. Cette question apparaît pourtant fondamentale et incite des républicains de gauche à repousser l’échéance de la Séparation. Celle-ci leur semble dangereuse (elle libérera l’Église catholique des liens concordataires) si des précautions ne sont pas prises préalablement. C’est la politique dite des « étapes » : d’abord l’interdiction des congrégations, ensuite l’instauration du monopole, enfin la réalisation de la Séparation. Cette politique est celle des AJL, qui affirment adopter les vues de Jaurès et non celles de Buisson et Clemenceau, partisans d’une séparation immédiate (Tréville, AJL, 14, juillet 1903 : 62).

35Pourtant, à la suite du vote de la loi du 7 juillet 1904 interdisant l’enseignement à toutes les congrégations, Jaurès inverse les priorités : la Séparation affaiblira « l’école cléricale qui ne pourra plus appeler à elle toutes les ressources catholiques sollicitées désormais par les besoins du culte » ; elle favorisera donc le fait d’« aller jusqu’au monopole laïque de l’enseignement » (La Dépêche, 21 juillet 1904). Les Annales adoptent alors ce nouveau timing : « la Séparation [… constitue] la première étape, La nationalisation de l’enseignement […] la deuxième […]. En dehors de là, toute notre œuvre anticléricale sera vaine » (Béret, AJL, 30, novembre 1904 : 163 sq.).

36Néanmoins, la revue constitue une nouvelle preuve que le combisme n’est pas foncièrement séparatiste (Bouchet 2018). Le premier à prôner la Séparation dans les AJL est Goblet, invité à exprimer sa propre position. Pour l’« État laïque », plaide-t-il, le seul « régime logique et rationnel, c’est celui de la séparation, l’État garantissant la liberté à toutes les croyances religieuses à la condition qu’elles respectent la loi commune ». Il donne en exemple « la grande République des États-Unis » (AJL, 3, août 1902 : 74 sq.). Il n’est pas seul adepte du modèle américain, même si celui-ci fait débat au sein de la gauche républicaine.

37Goblet récidive et, en avril 1903 (AJL, 11 : 321 sq.), consacre la totalité de son article à la Séparation, dont il s’affirme un « partisan convaincu ». Il constate, avec lucidité, que « la majorité actuelle [= le Bloc], bien loin de vouloir supprimer le Concordat, aurait tendance à lui substituer un accord nouveau », qui fortifierait « la mainmise de l’État sur l’Église [catholique] » et en referait, « consciemment ou non, […] une Église d’État ». Il souhaite, au contraire, que cette dernière devienne « une Église libre », exerçant, telles les « Églises protestantes […], une influence morale » sans avoir d’« influence politique ». L’ancien ministre combat la politique d’Émile Combes et se prononce pour une séparation libérale. Les AJL adoptent, nous venons de le voir, la « politique des étapes » où « la séparation absolue* des Églises et de l’État » sera un « véritable corps-à-corps avec l’Église elle-même » et fera parvenir le « parti républicain […] au sommet » (Victor-Meunier, AJL, 11, avril 1903 : 322 sq.). Ce séparatisme apparaît comme le couronnement d’un anticléricalisme d’État.

  • 21 Lacour signale aussi le fait que, dans son Préambule, Pressensé « relève l’attitude énergique du Me (...)

38D’ailleurs, analysant la proposition de loi d’un des plus célèbres militants dreyfusards, le socialiste Francis de Pressensé (Fabre 2004), qui marque le véritable coup d’envoi de la campagne séparatiste, la revue estime que « la partie la plus importante du projet est […] celle de la police des cultes ». Or ces articles comportent, notamment, l’interdiction pour un diocèse d’être « mis sous la juridiction d’un prélat étranger » – quid alors du pape ? – ou l’interdiction des « manifestations extérieures du culte » si « un dixième des habitants, ou plus de cent s’y opposent » – ce qui signifie que, dans toutes les villes de quelque importance… L’auteur se réjouit « des pénalités très sévères, qui peuvent aller jusqu’à […] plusieurs années d’emprisonnement » (Lacour, AJL, 13, juin 1903 : 20)21. Par ailleurs, le projet Pressensé prévoit la célébration, dans les églises, de fêtes civiques nationales ou locales, comme ce fut le cas lors de la Révolution.

La réserve face au projet Briand : la séparation devrait être une « œuvre de déchristianisation »

39Contrairement à leur position sur la question du monopole, les Annales se montrent à la traîne en ce qui concerne la Séparation : l’article concernant la proposition Pressensé est rédigé un bon mois et demi après son dépôt, la nomination le 11 juin 1903 des membres de la Commission parlementaire, avec Buisson pour président et Briand comme rapporteur, est passée sous silence. En août, Béret intègre la « séparation absolue* des Églises et de l’État » dans l’ensemble des « réformes » souhaitées par la revue (AJL, 15, août 1903 : 68), mais sans donner aucune précision. Il faut attendre novembre 1903 (AJL, 18 : 164) pour disposer d’une idée plus nette. Encore est-elle ambiguë, car Béret qualifie l’avant-projet Briand de « chef-d’œuvre de politique habile* et féconde » écrit par un « souple et séduisant esprit » : avec ce texte, le parti républicain « aura la majorité ». Habile, souple, susceptible d’obtenir la majorité : le soutien paraît surtout tactique. Rien sur le contenu, sans doute parce qu’ayant le souci d’organiser la liberté des cultes dans le cadre de l’ordre public, ce projet ne correspond pas à la ligne de la revue. La plupart des radicaux partagent d’ailleurs ces réticences !

40La querelle grandissante entre Combes et le Saint-Siège ne fait guère l’objet de commentaires, hormis une protestation contre la présence « ridicule » de deux ministres « lors du service de Notre-Dame » (de Paris) à la mort de Léon XIII, cérémonie qualifiée de « manifestation cléricale ». Les Annales demandent alors au président du Conseil la « suppression de l’Ambassade du Vatican » (Béret, AJL, 16, septembre 1903 : 98). La revue ne reviendra pas ensuite sur la nécessité d’une telle mesure, rendue effective le 30 juillet 1904.

41En juin de cette année-là, Briand annonce, dans La Grande Revue, que la Commission est en train de finir de rédiger son projet et compte le déposer à la rentrée parlementaire d’automne. Les AJL effectuent alors une nouvelle allusion à la Séparation, en l’interprétant comme la « disparition de toute Église en tant que force sociale constituée » (Béret, 25, juin 1904 : 6). Nous voilà fort loin du texte des commissaires, où, grâce à Buisson et Briand, la gauche a souvent œuvré de concert avec le centre anticombiste, contrairement aux affrontements qui ont lieu, au même moment, à la Chambre.

42En fait, c’est le discours de Combes à Auxerre le 4 septembre, où ce dernier prend – enfin ! – parti pour la Séparation, qui conduit les Annales à porter un véritable intérêt à ce sujet. Dans un long article, Béret insiste sur l’aspect néfaste du Concordat, ce marché de dupes (AJL, 29, octobre 1904 : 131-138). Il ne se montre guère séparatiste militant, car il place « le vote définitif de la loi de deux ans [de service militaire], de l’impôt sur le revenu, des retraites ouvrières », avant celui du projet de séparation. Selon lui, l’ensemble pourra être voté avant la fin de la législature (avril 1906), mais la classe politique semble très sceptique sur une telle possibilité et le débat sur l’échéancier s’avère récurrent.

43Selon le directeur des AJL, quand le « projet Briand » sera discuté, le Bloc devra éviter un double écueil : d’abord, une « politique de surenchère » de « politiciens véreux » et de « défroqués » (la libre-pensée en comportait plusieurs, tels Victor Charbonnel, Jules Claraz ou Joseph Turmel), alors que « la discipline la plus étroite » sera « nécessaire ». La Séparation ne doit pas être une « machine de guerre » (pourtant, dans le même article, Béret parle d’une nécessaire « œuvre de déchristianisation »). Ensuite, second écueil, une « politique de duperie », réfutée plus longuement : pas de pension viagère ni don gratuit des églises, pas de fédération des associations chargées de l’exercice du culte… (autant de dispositions figurant dans la loi de 1905).

44S’il n’envisage pas – encore – une dévolution gratuite des édifices du culte (mais un loyer dont le montant serait, au maximum, 10 % du budget de l’association), le projet de la Commission prévoit, lui, des pensions et la possibilité, pour les associations cultuelles, de se fédérer à un niveau national. Sur cette question essentielle, Buisson et Briand ferraillent contre une mouvance radicale qui trouve la mesure dangereuse. Béret partage cette dernière optique : organisé à un niveau national, le catholicisme pourrait « reprendre le combat » contre la République. Ce n’est pas ainsi que sera « réalisée la paix religieuse ». Autrement dit, cette « paix » doit placer les religions hors du droit commun (francs-maçons et libres-penseurs disposant d’organisations nationales). À cette vision restrictive s’ajoute le souhait d’une loi spécifique de police des cultes : Béret feint d’ignorer que le projet comporte déjà des dispositions en ce sens ; manifestement il les trouve insuffisantes.

  • 22 Détournement de la phrase de Ch. Jonnart, député du Pas-de-Calais, « modéré, […] mais non pas modér (...)

45Le directeur des AJL dénonce à l’avance « un système continuel de dangereuses concessions à ces républicains modérés, si modérément républicains, qu’ils finissent par ne plus être républicains du tout22 ». Son expression « système continuel » désavoue implicitement la participation de commissaires du centre et de l’Action libérale populaire (ALP) à l’élaboration du projet de loi. Et Béret reprend une formule de l’époque : « le budget des cultes aux instituteurs », en précisant que si ce budget est effectivement consacré au « développement des écoles laïques, […] la séparation cesse d’être un redoutable inconnu », pour devenir une « œuvre de déchristianisation définitive ».

  • 23 Contrairement au stéréotype récurrent, « l’école laïque, gratuite et obligatoire » n’a jamais été e (...)

46Béret incite ses « amis » à organiser des réunions où seront votés « des ordres du jour de confiance au ministère Combes, demandant la séparation des Églises et de l’État, et le monopole de l’enseignement ». Dans le numéro suivant le directeur des Annales continue dans la même veine : « la fin de la religion officielle, aujourd’hui, c’est pour demain, la fin de la religion tout court » (AJL, 30, novembre 1904 : 161-166). Il faut déjà mener campagne pour la « deuxième étape […] La nationalisation de l’enseignement », où l’école laïque sera « rendue vraiment obligatoire »23. Si hier, « petits garçons et petites filles […] s’agenouillaient à la Sainte Table, pour communier mystiquement dans le culte de Jésus, qu’ils communient [maintenant], assis sur les modestes bancs de l’école, dans le culte et l’amour fraternel de l’Humanité ». La séparation qui fait sens grâce au monopole fera de l’école laïque une quasi-Église d’État.

47Pourtant, en décembre, Béret désavoue le projet de loi d’Émile Combes, qui aurait instauré une police des cultes beaucoup plus stricte que celle du projet Briand, et pouvait ainsi correspondre au souhait constant des Annales. Mais le texte du Petit Père a été fermement rejeté par la libre-pensée : il n’effectue pas « la Séparation […] : il offre le mot sans la chose, l’apparence sans la réalité. […] Il rétablirait une sorte de Concordat déguisé et même aggravé » (Béret, AJL, 31, décembre 1904 : 196, qui reprend, en italique, les mots du rapport Renard de l’ANLPF condamnant le texte de Combes). Cependant, le directeur des AJL, en citant cette résolution, passe sous silence son refus des mesures qui tendraient « à tenir les Églises dans la […] sujétion de l’État » et sa critique de cantonner les fédérations d’associations cultuelles aux limites d’un département. Cette limitation conduirait, selon la motion de l’ANLPF, à rendre « le culte catholique à peu près impossible dans les régions pauvres et [conduirait] à supprimer en beaucoup de départements le culte protestant ». La préoccupation de la libre-pensée de garantir la liberté des cultes n’est pas reprise.

L’essor des Annales limité par leur manque de pluralisme interne… et leur combat pour la liberté des mœurs

48Jusqu’au début de 1904, les Annales semblent en plein essor. Au bout d’un an, la revue, vendue en kiosque, affirme atteindre un tirage de 15 000 exemplaires, dont 4 000 abonnés, individus et collectivités (établissements scolaires, bibliothèques…). Jaurès lui donne « la primeur » d’un extrait du IVe tome de son Histoire socialiste (AJL, 18, novembre 1903 : 168-174) et Buisson joue le rôle du « vieux sage » auprès de Béret (cf. 22, mars 1904 : 294 sq. ; 30, novembre 1904 : 166). Lue et soutenue par des étudiants, des élèves-maîtres des écoles normales et de jeunes instituteurs, elle suscite des réserves, voire des oppositions d’une partie de l’encadrement de l’instruction publique, de certains directeurs d’écoles à des inspecteurs primaires et des inspecteurs d’académie, qualifiés alors d’« antilaïques ».

49Ces réserves ne proviennent pas seulement de la teneur antireligieuse ou antimilitariste de certains articles. Des textes prônant la libération des mœurs et l’émancipation des femmes ont également choqué un milieu laïque peu réceptif sur ces questions (Hause & Kenney 1984). Dès le numéro 2 Paul et Victor Margueritte réclament « que la femme cesse de rougir parce qu’elle s’est donnée, alors que l’homme s’enorgueillit de l’avoir prise » (AJL, 2, juillet 1902 : 34). La vie de couple « bourgeoise » se trouve mise en cause : « du côté de la femme, le respect apparent […] du mari, du mâle, du maître, et, en fait, une sourde rancune […]. Du côté du mari, le mépris de la femme, de l’autoritarisme apparent, et, en fait, souvent la servitude et presque toujours une parfaite indifférence » (Ulmès, AJL, 6, novembre 1902 : 168). Dans le numéro 15 une conférence du romancier Michel Corday (1903) sur « la limitation volontaire des naissances » est publiée, avec précaution : « nous les [= lecteurs] supplions de ne pas condamner la thèse qui y est soutenue sans l’avoir méditée longuement au préalable » (AJL, août 1903 : 90-94). Les Annales sont bien une publication de jeunes… et les jeunes effarouchent toujours certains anciens !

50Le zénith du mouvement est atteint avec le deuxième congrès des Jeunesses laïques. Tenu à Paris du 31 octobre au 2 novembre 1903, il réunit environ 500 délégués. Outre la capitale (où la section est dirigée par André Berthelot, fils du célèbre chimiste), sont particulièrement représentés les groupes de Lille, Lyon, Marseille, Moulins, Nancy, Rennes, Rouen, Tours, et une puissante Fédération du Midi (dirigée par un jeune avocat de Montauban, François Sibra), groupant les sections de quinze départements allant de la Gironde au Vaucluse. Les Actes (Etber 1904) comportent les interventions des socialistes belges Hector Denis et Vandervelde, du futur prix Nobel de la paix Paul d’Estournelles de Constant, de représentants du parti radical (Buisson), du PSF (Viviani), du Parti socialiste de France (Paul-Louis) et de figures de la libre-pensée (Séailles, Sébastien Faure, Lucien Le Foyer, Georges Renard). D’après le programme, Aulard, Briand, Clemenceau, Jaurès ont présidé des séances traitant des sujets suivants : « Morale laïque et morale chrétienne » ; « Le militarisme et l’idée de Patrie » ; « Jeunesse et Socialisme » ; « L’émancipation de la Femme ».

51Selon le compte-rendu, des « débats passionnés » ont lieu durant les sessions entre « les deux écoles, radicale et socialiste », leur donnant « une animation des plus frappantes ». C’est reconnaître des désaccords internes dont les habituels numéros des AJL ne se font guère l’écho, car la revue s’inspire d’un socialisme jauressien réalisant la « République intégrale ». D’autre part, un « vote très énergique » demande « le désarmement simultané, et la fin [… du] régime de la paix armée », là encore, sans faire l’unanimité. La séance de clôture adopte une « adresse de félicitations au gouvernement », et une délégation se rend « place Beauvau » (siège du ministère de l’Intérieur) pour la remettre au président du Conseil en personne. Combes déclare à ses jeunes interlocuteurs : « mon plus vif désir est d’assurer dans le plus bref délai la réalisation des réformes impatiemment attendues par la France démocratique » (Monville, AJL, 19, décembre 1903 : 194-196).

52Estimant engranger les succès, Béret veut rendre sa revue bimensuelle et, à cette fin, cherche à récolter 30 000 francs… ce qui permettrait aussi d’éponger des dettes (AJL, 21, février 1904 : 257). Mais, à part le directeur de La Petite République, le socialiste Gérault-Richard, qui verse 500 francs, et quelques autres « amis » (le libre-penseur Leclerc de Pulligny, Mme J. Paul Bert…) qui donnent de 50 à 150 francs, les personnalités censées soutenir les AJL (Bérenger, Briand, Buisson, Deville, Jaurès, Georges Renard, Séailles, Maurice Vernes…) se délestent chacune de 10 à 20 francs seulement, ce qui est très insuffisant. Avec les dons de 372 individus (souvent des instituteurs) et groupes recensés, 2 729,80 francs ont été obtenus, quand il est mis fin à cette souscription, en juin.

53L’objectif était trop ambitieux et, surtout, le directeur exerce de plus en plus son pouvoir de façon solitaire, ce qui, sans doute, finit par se savoir. En effet, le programme du troisième congrès, prévu à Nîmes, se montre très en retrait sur celui de Paris. Il ne comporte aucun nom connu et se recentre sur « l’enseignement laïque ». La situation financière, toujours défaillante, contraint d’ailleurs Béret à céder à son imprimeur, Alfred Jacquin, la propriété des Annales, dont il garde la direction politique (AJL, 30, novembre 1904 : 178).

La chute de Béret, à la fin du combisme

54Las, le numéro de janvier 1905 acte un changement de direction. L’éditorial indique qu’un « désaccord » entre le directeur de la revue et des militants vient d’aboutir à « un conflit décisif » (AJL, 32 : 225). Les AJL, désormais, ne seront plus « l’instrument d’une seule personnalité » ; elles vont devenir « l’organe libre et loyal de toute la jeunesse laïque et républicaine ». La commission exécutive de la Fédération retrace, sans complaisance pour l’ancien directeur, une réunion tenue le 18 décembre 1904 où ce dernier a été mis en minorité (ibid : 255 sq.).

  • 24 Ce fichage par des loges maçonnes de militaires, désavantagés dans leur avancement quand ils faisai (...)
  • 25 D’autre part, l’État prend 260 millions de biens congréganistes (soit un quart de la somme annoncée (...)

55Dès l’automne 1904 l’heure est, d’ailleurs, au désenchantement. Si, comme Jaurès, la revue soutient le gouvernement dans « l’affaire des fiches24 », Béret estime que « Combes et le bloc ont totalement échoué » dans leur lutte contre les congrégations : « partout les écoles congréganistes ont rouvert leurs portes avec un personnel sécularisé. Nous nous sommes donné les inconvénients d’une persécution apparente, sans en tirer aucun avantage » (AJL, 30, novembre 1904 : 163)25. Le mois suivant, son ton s’avère tout autant pessimiste : « la situation actuelle [est] aussi mauvaise qu’elle peut l’être au point de vue républicain ». Et celui qui est encore pour peu de temps le directeur des AJL dénonce « la politique de piétinement sur place » du gouvernement, l’inaction de Rouvier, ministre des Finances qui ne veut « ni l’impôt sur le revenu, ni les retraites ouvrières ». Il prévient : si un « ensemble de réformes profondes » n’est pas accompli avant les élections du printemps 1906, « c’est la banqueroute républicaine » et, pour le pays, « le choix entre la réaction cléricale […] et l’action directe des révolutionnaires » (Béret, AJL, 31, décembre 1904 : 193-196).

56Béret est loin d’être seul à considérer avec anxiété la non-réalisation des réformes promises, à redouter les échéances électorales futures : l’« enquête » effectuée en septembre et octobre 1904 par l’hebdomadaire La Raison sous le titre « Sera-ce une mystification ? » tend à montrer que, loin de disparaître, les écoles congréganistes ont, souvent, simplement transformé leur direction, en gardant le même état d’esprit « clérical ». Nous l’avons vu dans le tome I : paradoxalement Combes peut être considéré comme un des pères de la modernisation de l’enseignement confessionnel catholique.

57La chute du directeur des AJL advient à la fin de l’aventure combiste. Le « Bulletin politique » de janvier 1905 témoigne du recentrage de la revue. Il se compose, fait inhabituel, de deux articles différents. Le premier attaque l’attitude de Jaurès dans l’affaire des fiches, quand ce dernier prétend que la chute de Combes amènerait les nationalistes au pouvoir : « Pensez-vous, Jaurès, que quelqu’un prenne encore au sérieux les monstrueuses imaginations d’un Drumont ou d’un Rochefort ? […] La République n’est pas en cause », et on va finir par « ne plus comprendre les motifs qui vous font agir » (Vannoz, AJL, 32, janvier 1905 : 226). Le second craint la « désagrégation du Bloc », sans cautionner le président du Conseil : peu importe que le chef du gouvernement s’appelle Waldeck-Rousseau ou Combes, « pour le salut de l’idée républicaine, il faut que le Bloc reste entier » (Victor-Meunier, ibid. : 229). Après des envolées utopiques anarcho-socialistes et ultracombistes, retour à une certaine normalité de la gauche républicaine !

Les principaux résultats du tome I : quatre points aveugles des récits établis sur la séparation

58L’étude des Annales a permis un rappel des principaux événements des deux ans et demi où Combes exerce le pouvoir. Courte mais intense, cette période est vue ici à travers le point de vue spécifique d’une jeunesse militante. Ce poste d’observation met en lumière le combat – souvent passé sous silence – pour abolir la liberté de l’enseignement et son rapport étroit avec la Séparation : selon la gauche républicaine, l’instauration du monopole doit la précéder, ce qui l’ajourne sine die. Jaurès lui fait prendre un tournant majeur en inversant l’ordre des priorités.

  • 26 Ce terme « libéral » et sa famille sémantique sont utilisés de façon exponentielle à l’époque pour (...)

59Mais l’observatoire spécifique des AJL ne peut rendre compte de tous les sujets traités dans le tome I. Les Annales possèdent leur particularité et leur limite. Ainsi, nul débat avec les adversaires du monopole ; or ces derniers ont finalement gagné, et leurs critiques des aspects liberticides de l’engrenage anticlérical (Bouglé, Buisson, Clemenceau, Goblet…), jointes au désenchantement de l’automne 1904, constituent un élément important pour comprendre l’acceptation par une Chambre élue sur la base d’une politique anticléricale stricte, d’un projet de loi « libéral26 » séparant les Églises et l’État. C’est la première thèse du tome I de cette étude.

60Par ailleurs, les AJL (mis à part la tribune libre de Goblet) n’ont abordé la Séparation qu’une fois le projet Briand rendu public… et sans vraiment le répercuter. En cela, la revue s’avère représentative de l’ensemble de la presse, qui a fort peu rendu compte du travail de la Commission. Or, deuxième thèse, le « libéralisme » du projet de loi n’a été possible que par une dissonance paradoxale entre, d’un côté, les affrontements entre « ministériels » et « antiministériels » à l’Assemblée et au Sénat et, de l’autre, le travail assez serein des « séparatistes » et des « concordataires » au sein de la Commission (Bellon 2016a, I) : l’architecture de la loi de 1905 s’est construite en dehors de Combes et de ses partisans militants, grâce à une méthode de travail à l’opposé du combisme. Cet aspect, occulté par les contemporains, constitue un des nombreux points aveugles de la mémoire collective.

61Autre question essentielle souvent négligée : l’affrontement entre la Russie et le Japon, qui risque de dégénérer en conflit international. La revue a perçu son importance et, dès mars 1904 (AJL, 22 : 291 sq.), elle en rend compte : « La guerre russo-japonaise, par la conflagration universelle qu’elle risque de déchaîner, l’emporte en intérêt sur toutes les autres questions. La France peut-elle être amenée à se mêler au conflit ? Les nationalistes et la réaction le souhaitent, les républicains le redoutent. » Le problème est bien posé mais les Annales – ce n’est pas leur rôle – ne relient pas cette « conflagration » à la question de la Séparation. Or, troisième thèse, le changement de contexte international, qui va s’aggraver encore en 1905, a favorisé l’idée qu’il est impossible de perpétuer le conflit de deux France, querelle pouvant dégénérer en « guerre civile* ». Il faut alors soit ajourner la Séparation, soit accepter qu’elle soit « libérale » et, dans ce dernier cas, pour certains républicains concordataires, les « dangers extérieurs » peuvent inciter à s’y résoudre.

62Enfin, toute invention nouvelle s’appuie sur des références antérieures. Selon les adversaires de la Séparation, celle-ci propulserait le pays dans « l’inconnu », dans une dangereuse « aventure ». Les séparatistes récusent cet argument par deux réponses différentes. L’une d’elle se fonde sur la première séparation, celle réalisée par la Convention en 1795, qui aurait engendré une période heureuse, brutalement interrompue par Napoléon Bonaparte voulant assoir sa tyrannie sur le soutien de « l’Église » ; cela va de pair avec une séparation stricte. L’autre réplique se réfère à des modèles étrangers, par exemple ceux du Nouveau Monde, du Canada au Brésil, en passant par les États-Unis et surtout le Mexique où la séparation coexiste avec une Église catholique restée forte et nullement « persécutée ». Progressivement la seconde réponse supplante la première, favorisant également, dans un contexte très difficile de fortes peurs et méfiances réciproques, une séparation « libérale ».

63Ces quatre thèses forment l’armature du premier tome. Son but : « débusquer le secret de la Séparation : par quel “miracle” (Buisson) a-t-on pu aboutir à une “loi de liberté” (Briand) au moment même où, au nom de l’“émancipation”, l’anticléricalisme d’État se trouvait entraîné dans une spirale de mesures de plus en plus répressives ? » (Baubérot 2019 : 4e de couverture).

Tome II : la « macédoine des séparations » et la guerre des gauches provoquent le « rire strident du diable »

64Cependant si un changement de cap a lieu dès la fin du combisme, celui-ci n’a rien de définitif. Tout peut être remis en cause. Nous allons le voir, la lutte entre « une macédoine de séparations contradictoires » (selon l’expression du radical Charles Bos dans Le Rappel du 27 mai), défendues par différents camps républicains, va reprendre de plus belle. La cinquième thèse, qui fait la jonction entre les deux tomes, consiste à affirmer qu’un récit qui raconte la loi de 1905 en la présentant (seulement ou principalement) comme l’affrontement entre « républicains » et « catholiques » est historiquement faux : à l’automne 1904, s’est déroulée la première guerre des séparations républicaines ; au printemps 1905, une seconde guerre éclate, plus féroce encore. Le désaccord de fond s’effectue d’une façon d’autant plus hargneuse que deux des principaux chefs de guerre, Clemenceau et Jaurès, sont des personnalités majeures, des orateurs et écrivains hors pair, et qu’ils possèdent, chacun, un ego surdimensionné.

65Pourtant, ces deux personnalités veulent, l’une comme l’autre, une séparation « libérale » et elles ont applaudi à la victoire de Briand, arrivant – difficilement – à placer en tête de la loi, comme article premier, l’affirmation suivante : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » Les deux hommes sont également d’accord pour rendre effectives ces libertés dans le cadre de l’article 2, énonçant les principes de « non-reconnaissance » (non-officialité) et de non-financement public, énoncé combattu non seulement par les défenseurs du « droit de l’Église », mais aussi par des séparatistes partisans d’un contrôle strict de l’État, d’un gallicanisme républicain.

  • 27 Mais retravailler le sujet de façon systématique revenait, de ma part, à savoir que je ne savais pa (...)

66Tout le monde – et, parfois, je n’ai pas échappé à cette règle générale27 ! – affirme que ces deux articles, formant le « Titre premier », constituent l’essentiel de la loi. Le croire fait courir le risque de se mouvoir dans le ciel pur des idées. Comment se pratique la liberté de conscience (assurée sans restriction par la République) et le libre exercice de cultes non officiels, ainsi que d’autres convictions, tout en sauvegardant les nécessités de l’ordre public ? Si aucun parlementaire ne se déclare opposé à la liberté de conscience, cette dernière fait l’objet d’interprétations très divergentes et de luttes pour des réels empiriques presque opposés (ainsi sur la place que la religion peut « légitimement » avoir dans l’espace public).

  • 28 Dans un ouvrage imposant de savoir, D. Avon (2020) retrace, en près de 1 200 pages serrées, l’histo (...)

67L’histoire le montre déjà28. La Commune, en 1871, a effectué sa propre séparation en « considérant que la liberté de conscience est la première liberté » et, pourtant, plus personne ne se réclame de cette séparation-là trois décennies plus tard. En 1876, alors que la « République des Républicains » commence difficilement à émerger, Charles Boysset demande la Séparation « au nom de la liberté de conscience, si chèrement achetée ». Mais ce député parle de « la liberté de science et de conscience », ce qui tire cette dernière vers une conception spécifique, dont ceux qui sont suspects d’« obscurantisme » peuvent ne pas tirer bénéfice. Et pour les extrêmes – Allard à gauche et Mun à droite – le projet de loi débattu par le Parlement ne respecte en rien la liberté de conscience. Il va s’agir d’une loi de « privilèges » selon le premier, de « persécution » pour le second. Qu’en est-il en réalité ? Et pourquoi, tout à coup, le président de la Commission, Buisson, et son rapporteur, Briand, dont l’union seule a permis la fabrication du projet de loi, se retrouvent-ils en désaccord ?

  • 29 J’ai indiqué dans le tome I en quoi, à mon avis, les partisans de l’écriture inclusive ont raison s (...)

68Cette seconde guerre des gauches provoque, selon Henri Maret (Le Rappel, 26 mai), un « éclat de rire strident » du « diable ». Ce « démon » trouve très « amusant » de voir qu’en s’entredéchirant, les républicains agissent de sorte que « le prochain dictateur […] marchera sur le velours ». Pour le député radical-socialiste, une telle hilarité démoniaque est due au spectacle donné par les parlementaires débattant de la Séparation, et aux « verges que nos excellents amis lient avec tant de soin pour s’en faire fouetter un jour ». In fine, le rédacteur en chef du Rappel les avertit : « Préparez vos derrières mes enfants ! » Chère lectrice, cher lecteur29, reconnaissez-le : on ne vous raconte pas, habituellement, la fabrication de la loi de 1905 de cette manière un peu… rabelaisienne. Elle correspond pourtant davantage à ce qu’ont vécu les acteurs que des récits qui se veulent très sérieux et colportent souvent des légendes.

69Aujourd’hui, la loi de 1905 fait consensus. De l’extrême droite à l’extrême gauche, chacun s’en réclame… en la tirant dans son sens. Or le travail de l’historien ne consiste pas à compléter le déjà connu (ou supposé tel), mais à mettre en question le (pseudo) savoir de la mémoire collective, à enlever ses aspects « lisses », à insister sur ses failles et ses angles morts, à le problématiser, à faire progresser l’historiographie. Sinon, les pavés ou la plage offrent beaucoup plus d’attraits !

Une histoire d’amour dont le maître est Marivaux, et… que chante Laurent Voulzy

  • 30 Ou, de façon plus subtile, mais également fausse, tend à réduire la divergence des séparatistes à u (...)
  • 31 Ces mots teintés d’ironie du comte A. de Mun, farouche adversaire de la loi, dans La Croix du 25 av (...)

70La loi de 1905 est le résultat de deux affrontements, qui, à des moments décisifs, se sont entremêlés. Très schématiquement, le premier a opposé « concordataires » (droite et centre) et « séparatistes » (gauche) ; le second, qui vient d’être signalé, a éclaté entre « séparatistes » s’accusant mutuellement de « trahison ». Un double risque nous guette alors : celui du récit mémoriel, qui ne tient compte que du premier combat30, celui d’un récit historique, qui adopterait le point de vue des vainqueurs et considérerait leurs adversaires comme autant d’« anticléricaux sectaires ». Max Weber a demandé au chercheur en sciences humaines de comprendre et d’analyser le sens que chacun donne à son action, non de raconter l’Histoire comme une lutte entre « le bon, la brute et le truand » ! « Ce qui est terrible sur cette terre, c’est que tout le monde a ses raisons », déclare Robert de la Cheyniest dans La Règle du jeu, le chef-d’œuvre de Jean Renoir. Il est beaucoup plus passionnant de décrypter un ensemble complexe d’interactions que de le simplifier en disqualifiant, a priori, ceux qui n’ont pas triomphé. Ne pas raconter l’histoire des vainqueurs, ne pas disqualifier les vaincus ne signifie en rien ne pas analyser les raisons de leur défaite. Mais cet examen ne doit pas mettre sous le tapis les aspects équivoques et paradoxaux de la conduite de ceux qui l’ont emporté. D’ailleurs « quels singuliers vainqueurs31 » : pratiquement tous les députés ont été battus lors de certains votes. Aucune grande figure, pas même Briand, son principal architecte, n’a voté à la Chambre la totalité du texte inscrit dans la loi. En revanche, au Sénat, Clemenceau et… Combes, qui la jugeaient fort déficiente, ont tout voté !

71Au moment du centenaire en 2005 et depuis lors, beaucoup se sont déclarés « amoureux » de la loi de 1905, et certains persistent et signent (Pena-Ruiz 2014). Cette affirmation est d’autant plus intéressante que, lors du processus de Séparation, la métaphore du divorce* fut très communément employée : la France aurait divorcé de « l’Église » catholique (dans cette métaphore, les autres Églises sont des maîtresses oubliées !) pour pouvoir faire couple avec la laïcité. Mais l’amour doit-il rendre aveugle ou n’est-il solide que dans la connaissance des qualités de l’autre… de ses manques, de ses ambivalences ? Et, tout comme l’amour, l’histoire historienne ne saurait se confondre avec la (leçon de) morale.

72Si l’histoire de la Séparation est, in fine, une histoire d’amour, alors le maître d’œuvre pour la relater serait, sans conteste, Marivaux. Nul mieux que lui n’a montré que l’amour s’avère une conquête qui affronte de puissants obstacles de tous ordres. Quand l’un d’eux est franchi, un autre, imprévisible, se présente. Pour pouvoir les vaincre, il faut, parfois, emprunter des voies tortueuses, ne recoupant pas les « bonnes manières », s’écartant des chemins habituels, des lignes tracées d’avance. Chez Marivaux, la victoire de l’amour nécessite certaines dissimulations et ruses car, normalement, il se trouve étouffé par le poids des conventions et des évidences sociales. L’amour est « enfant de Bohème » (Bizet), rebelle aux normes qui régissent, officiellement du moins, la vie dans la bonne société.

73Il m’est également plaisant de me référer à la chanson populaire qui, souvent, arrive à mieux saisir la réalité vécue que nombre de discours philosophiques propres à impressionner le chaland. En 1986, Laurent Voulzy compose une chanson qui raconte l’amour avec la simplicité de l’enfant qui dévoile la nudité du roi : « Son premier c’est désir / Son deuxième du plaisir / Son troisième c’est souffrir, oh, oh / Et son tout fait des souvenirs. » Magnifique résumé de l’histoire de la Séparation : des décennies durant, les républicains l’ont désirée. Quel plaisir – intense mais bref – quand ils ont réussi à passer à l’acte ! Cependant l’accouchement séparatiste ne s’est pas effectué sans souffrance. Au final, la loi de 1905 laisse encore, plus d’un siècle après sa promulgation, un souvenir inoubliable. Les divers ingrédients d’une histoire d’amour sont « presque » (chanterait Alain Souchon) réunis. Telle est la découverte progressive que j’ai faite en entreprenant, depuis 2016, ce travail sur un événement historique que je croyais pourtant déjà bien connaître. Sur certains points, mes nouvelles recherches ont précisé ce que je savais déjà. Pour d’autres aspects, j’ai été surpris, voire même un tantinet choqué dans mes convictions citoyennes, par ce qui apparaissait avec une plus forte netteté dans les détails du tableau ; là encore, un diable se niche dans les détails, détruisant les légendes au profit d’ambivalentes réalités !

74Ainsi en est-il des débats du 20 octobre 1902 où les nationalistes mettent la Séparation en piste, au grand dam d’une partie de la gauche, dans une séance où, par ailleurs, Jaurès tente d’empêcher le vote instaurant le principe d’une Commission chargée d’examiner les proposition de loi concernant la séparation ; du type (univoque) de séparation sous-jacent au profond dissensus entre Combes et ses adversaires de gauche le 26 janvier 1903 ; des manœuvres qui ont entouré la constitution de la Commission parlementaire le 11 juin de la même année ; de l’alliance implicite entre le socialiste Briand et le centriste Ribot le 27 mai 1904 face à Combes ; du coup tordu infligé à Briand par ses amis socialistes et radicaux-socialistes en novembre… La liste pourrait être longue, même en se limitant aux faits exposés dans le tome I.

75L’élaboration du tome II m’a apporté d’autres surprises du même ordre. De façon hostile ou condescendante, Briand a été (est encore) considéré comme un homme d’habileté plus que de conviction, un « monstre de souplesse » – l’expression de Barrès est tout sauf flatteuse ! –, et même ses amis se sont révélés, à un moment ou un autre, être ses adversaires. Pour son chef de cabinet du début des années 1920, Raymond Escholier (1932 : 88), cette habileté était cependant au service de convictions : « tout Briand est là, manœuvrant entre les extrêmes, pour exaucer le vœu de la raison et de la justice ». Enlevons le jugement de valeur, et tenons-nous en au constat : si Briand avait marché droit, la loi de 1905 n’aurait jamais eu lieu ! Voilà qui fait apparaître ses « manœuvres » sous un tout autre jour !

  • 32 Dans les débats parlementaires, ce terme revient de façon récurrente. Ainsi Allard, socialiste-révo (...)

76Sans de tels étonnements, voire de tels chocs convictionnels, la somme de travail que s’impose l’historien ne vaudrait pas la peine d’être effectuée. Car, finalement, le plus passionnant, le plus ludique parfois, dans ce labeur (de « bénédictin » !) consiste à trouver pourquoi et comment des humains, qui tous étaient « honorables32 » et tous renfermaient une part d’ombre, ont mené des querelles, des transactions, des alliances et des coups fourrés, ont eu leurs convictions, leurs tactiques et leurs stratégies, et d’analyser leurs interactions. Bref, de reconstituer la scène sociale, tel un puzzle.

Une méthode avec trois caractéristiques

77Naturellement, dans cette construction, je me situe dans une lignée d’historiens qui, des plus anciens (Debidour 1909…) aux plus récents (Bellon 2016a ; Portier 2016 ; Bouchet 2018), en passant par les classiques (Larkin 2004 ; Mayeur 2005 ; Poulat 2010) et quelques autres (Lalouette 2005 ; Scot 2005…), ont déjà arpenté le terrain, en partie ou en totalité. J’ai pourtant la prétention de rectifier certaines erreurs, de faire apparaître des points aveugle et d’apporter une contribution originale, favorisée par l’approfondissement que permet une étude en trois tomes, et par l’adoption d’un style et d’une méthode qui me sont propres.

78Cette méthode se caractérise notamment par trois aspects, indiqués plus longuement dans le chapitre introductif du premier tome. D’abord le maniement alterné de panoramiques (pour rendre compte, à ma façon, de ce qui a été déjà traité ailleurs) et de zooms, pour insister sur les points qui ne me semblent pas assez – ou pas du tout – pris en compte par l’historiographie et/ou sont oubliés par la mémoire collective. Lors de ces zooms, l’érudition n’est pas un but en soi, mais une façon de montrer que l’affaire est plus complexe qu’on a tendance à le croire. Elle cherche donc à comporter une dimension heuristique.

79Ensuite, un emprunt à la manière dont sont racontées les enquêtes de l’inspecteur Columbo (héros d’une célèbre série télévisée) : la première séquence du téléfilm met en scène la fin de l’histoire, le crime commis et son auteur, et pourtant le suspense demeure. Ici aussi, dès le départ, on connaît (ou on peut facilement connaître) le texte de la loi. Pourtant, il faut reconstituer, autant que faire se peut, le temps des acteurs qui, face aux multiples bifurcations possibles, (inter)agissent dans l’incertitude de ce que sera le lendemain et vont vers l’inconnu qu’est « l’avenir ». Je tente de traquer tout ce qui relève, chez mes devanciers – et dans mes écrits antérieurs ! –, d’une histoire linéaire, implicitement téléologique, d’une histoire des vainqueurs.

  • 33 Ainsi, un euro n’est presque rien factuellement, mais obtenir « un euro symbolique » de « dommages (...)

80Enfin, une attention portée à la dimension symbolique de toute réalité humaine, qui constitue, en général, l’angle mort de cette réalité33. Certes, le discours social n’ignore pas le symbolique mais il le fait surgir par à-coups dans le réel empirique. Pour moi, il s’agit d’un aspect permanent de la « mise en scène » de la réalité quotidienne, de la vie sociale (en politique, en religion…), où empirie et symbolique sont, constamment, étroitement interconnectées. Un seul exemple : ce que j’appelle le « mur de défiance », réalité symbolique façonnée par les craintes existant dans tous les camps, a joué un rôle capital lors du processus de mise en route de la loi, de son élaboration, puis de son application. Pourtant, le pari un peu fou de Briand, en bonne part réussi, consista à briser ce mur… invisible et pourtant très réel.

81Ma situation personnelle exigeant, de manière permanente, un quasi-confinement à mon domicile (Baubérot 2020a), ce tome II, tout comme le tome I, a bénéficié de la très précieuse collaboration de la chercheuse Dorra Mameri-Chaambi, aide indispensable pour compléter la documentation et rédactrice du chapitre 10 sur l’Algérie. Je la remercie très chaleureusement et ne le ferai jamais assez. L’équipe dynamique des Éditions de la Maison des sciences de l’homme a apporté son nécessaire, et tout aussi précieux, concours et elle a également droit à un très cordial « merci ».

Notes

1 Une preuve, parmi d’autres, du succès de ce mensuel : au début de 1905 la Revue de la jeunesse catholique, l’organe de l’Association catholique de la jeunesse française créée en 1886 par A. de Mun, change son titre et, copiant les AJL, devient Les Annales de la jeunesse catholique (Molette 1968, 1985).

2 Selon une information donnée oralement par J.-P. Martin, Béret a candidaté sans succès aux élections législatives de 1914 à Firminy (Loire) avec l’étiquette de « républicain-socialiste », formation de centre gauche animée par Briand, Millerand et Viviani (Jousse 2017 : 306) ; ensuite il est devenu avocat au Barreau de Paris.

3 Buisson, AJL, 25, juin 1904 : 9-11. Cet article est republié in Buisson 2007 : 185-189.

4 Par commodité, je lui donne toujours son véritable nom. Il signe « G. Etber » pendant les vingt-quatre premiers numéros des AJL, et « G. Beret » à partir du numéro 25 (juin 1904).

5 L’ultracombisme peut être sommairement défini comme l’aile gauche de ceux qui se qualifient de « ministériels ». Ces soutiens militants de Combes sont aussi, périodiquement, déçus par lui. Partisans d’une « laïcité intégrale* », ils estiment que le gouvernement ne sera jamais assez ferme dans sa lutte contre « l’hydre cléricale ».

6 Les AJL en publient un extrait (1, juin 1902 : 24-30). Ancey écrit, dans sa préface : « J’ai voulu montrer la terrible influence que peut prendre le prêtre sur la femme. »

7 G. Béret au Ier congrès des Jeunesses laïques (8 novembre 1902), cité par É. Chauvelon (AJL, 7, décembre 1902 : 213).

8 Victor-Meunier écrit des romans sous pseudonyme. Il est le délégué de la Vendée au comité exécutif du Parti républicain radical et radical-socialiste (PRRRS).

9 Rappel : « l’Université » désigne alors les trois niveaux de l’enseignement (primaire, secondaire, supérieur).

10 Duprat publiera d’autres ouvrages sur « l’école et la démocratie » (1902), « les légendes du christianisme » (1903), et « l’activité mentale » (1904).

11 La Bretagne était considérée comme la terre « cléricale » par excellence. Ainsi, selon La Raison du 28 août 1904, des gamins invectivaient les hommes et les femmes qui se baignaient le dimanche (au lieu d’être à la messe) aux cris de « Protestants ! Protestantesses ! », désignation qui résumait, à leurs yeux, « la multiplicité des abominations humaines ».

12 Dans un peu plus de la moitié des cas, une « école libre », dirigée par des catholiques laïcs, prêtres ou religieux officiellement « sécularisés », se substitue à l’école congréganiste dissoute. Le remplacement d’une école congréganiste par une école laïque constitue donc, pour les autorités administratives, une victoire à ne pas gâcher en se mettant à dos les parents d’élèves !

13 Le tome I (chapitres 3, 4 et postlude) insiste sur l’importance du débat concernant l’instauration du monopole. Les indications données ici sont donc allusives. En revanche, la position « libérale-libertaire » y est plus développée.

14 Nouvel exemple de la « peur des femmes », déjà constatée (tome I, chapitre 3) chez beaucoup d’anticléricaux et d’antireligieux (cf. supra, la référence à la « physiologie », preuve de la soumission des femmes au cléricalisme).

15 À part Béret, il comporte fort peu de lycéens. Ses membres sont, outre des collaborateurs réguliers des AJL (Chauvelon, Tréville, Victor-Meunier…), des parlementaires (Beauquier, Delpech), des écrivains (Brulat, Tailhade…), des journalistes (Daube, Destrem du Rappel, Baudéan de la Semaine sociale, Rivière de la Tribune de l’Ardèche…), des figures de la libre-pensée (Bérenger, Leclerc de Pulligny…). Il comporte quelques femmes : Louise Réville, Véra Starkoff, Andrée Téry, secrétaire de la Ligue du droit des femmes, etc.

16 P. Challemel-Lacourt avait pris position en faveur du monopole, à la Chambre, en 1874 (Challemel-Lacourt 1897). Sur l’histoire de la loi Falloux, cf. Molina Betancur (2001).

17 L’expression est également d’A. Huc, auteur d’un ouvrage, paru en mars 1900, défendant le monopole de l’enseignement. Il est significatif que les AJL, créées plus de deux ans plus tard, en donnent un substantiel compte-rendu très favorable (Céby, AJL, 2, juillet 1902 : 63).

18 Critique explicite du célèbre discours de Waldeck-Rousseau sur les « deux jeunesses » (Toulouse, 28 octobre 1900), souvent cité par des partisans du monopole.

19 Seul jugement de valeur dans une liste qui comprend également le « spiritualisme » de V. Cousin et le « rigoureux déterminisme » de Taine.

20 D’ailleurs, si dans le numéro 9 des AJL (février 1903 : 264) Béret combat l’idée du monopole comme moyen de « refaire l’unité morale de la France », il finit par s’y rallier (cf. AJL, 30, novembre 1904 : il faut que « par l’éducation une de tous ses enfants, la France retrouve bientôt son unité morale »).

21 Lacour signale aussi le fait que, dans son Préambule, Pressensé « relève l’attitude énergique du Mexique qui […] a prononcé le divorce complet de l’Église et de l’État ». Le tome I (chapitre 6) insiste sur l’importance du modèle mexicain dans les débats français sur la séparation de 1905.

22 Détournement de la phrase de Ch. Jonnart, député du Pas-de-Calais, « modéré, […] mais non pas modérément républicain », pour justifier son adhésion au gouvernement de « Défense républicaine », en juin 1899.

23 Contrairement au stéréotype récurrent, « l’école laïque, gratuite et obligatoire » n’a jamais été effective en France, puisque le monopole n’a pas été instauré.

24 Ce fichage par des loges maçonnes de militaires, désavantagés dans leur avancement quand ils faisaient acte de catholicisme et/ou se montraient peu favorables, voire hostiles, à la République avait commencé, en fait, sous le gouvernement de Waldeck-Rousseau, mais le scandale éclate à la fin d’octobre 1904 (cf. tome I, chapitre 8).

25 D’autre part, l’État prend 260 millions de biens congréganistes (soit un quart de la somme annoncée) et la plus grande part de cet argent n’ira jamais dans ses caisses.

26 Ce terme « libéral » et sa famille sémantique sont utilisés de façon exponentielle à l’époque pour qualifier le projet de la Commission, puis la loi de 1905 elle-même. C’est cet usage social qui est reproduit. Dans le postlude de ce tome II, il sera analysé.

27 Mais retravailler le sujet de façon systématique revenait, de ma part, à savoir que je ne savais pas assez !

28 Dans un ouvrage imposant de savoir, D. Avon (2020) retrace, en près de 1 200 pages serrées, l’histoire de la liberté de conscience depuis… 4 000 ans. Celle-ci comporte de très nombreux zigzags !

29 J’ai indiqué dans le tome I en quoi, à mon avis, les partisans de l’écriture inclusive ont raison sur le fond, mais tort sur la forme (rendant les textes illisibles), et pourquoi, dans cette conjoncture, je tranche l’affaire par quelques rappels. J’ajouterai qu’à terme, le but serait de ne pas avoir à expliciter l’existence de deux sexes car, fondamentalement, c’est l’unicité des êtres humains qui est importante. Cependant, tout comme adopter des lois sur la parité, mentionner de temps à autre cette distinction est pédagogiquement nécessaire tant que l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas réalisée.

30 Ou, de façon plus subtile, mais également fausse, tend à réduire la divergence des séparatistes à un affrontement entre des antireligieux et des libéraux. C’est la position de M. Gauchet (2020).

31 Ces mots teintés d’ironie du comte A. de Mun, farouche adversaire de la loi, dans La Croix du 25 avril 1905, sont ici repris, en transformant leur sens.

32 Dans les débats parlementaires, ce terme revient de façon récurrente. Ainsi Allard, socialiste-révolutionnaire, parle de « l’honorable M. Lefas » ou de « l’honorable M. Grosjean », dont les idées sont à l’opposé des siennes.

33 Ainsi, un euro n’est presque rien factuellement, mais obtenir « un euro symbolique » de « dommages et intérêts » constitue une réalité sociale non négligeable. Naturellement, ce petit exemple n’épuise pas le champ du symbolique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search