Version classiqueVersion mobile

Atlas de la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Volume 1

 | 
Jean Clottes
, 
Jean-Michel Geneste

Partie 3. La grotte Chauvet-Pont d’Arc par les cartes

Carte 19. Salle du Fond (partie sud)

Michel Philippe, Marc Azéma, Jean Clottes, Jean-Jacques Delannoy, Stéphane Jaillet et Philippe Fosse

Texte intégral

Carte intégrée des sols, Carte 19
Integrated map of the floors,
Map 19

Carte intégrée des sols, Carte 19 Integrated map of the floors, Map 19

Emplacement de la Carte 19 au sein de la grotte
Location of Map 19 in the cave

Emplacement de la Carte 19 au sein de la grotte Location of Map 19 in the cave

Importance des objets d’étude en Carte 19
Relative proportions of observed objects on Map 19

Importance des objets d’étude en Carte 19 Relative proportions of observed objects on Map 19

Désignations et angles de prise de vue
Designations and camera angles

Désignations et angles de prise de vue Designations and camera angles

Coupe transversale AA’
Cross section AA’

Coupe transversale AA’ Cross section AA’

Coupe longitudinale BB’
Cross section BB’

Coupe longitudinale BB’ Cross section BB’

1À l’extrémité du troisième palier de la Galerie des Mégacéros, l’étroit couloir de circulation qui la caractérisait laisse soudain place à de plus grands volumes. Cet élargissement est renforcé par l’importante déclivité des sols : ceux-ci conduisent en l’espace d’une trentaine de mètres jusqu’au soutirage qui marque le terme de la grotte, 7 mètres en contrebas. Plus qu’ailleurs dans la cavité, le visiteur éprouve en ce lieu une impression de descente vers « un fond » [fig. 238] : petits paliers et toboggans se succèdent, témoins de la longue histoire de la grotte. Il s’agit de très anciens gours étagés fossilisés par un remplissage argileux et partiellement réutilisés en tant que bauges par les ours tandis que la morphologie des plafonds, constitués de pendants effilés, participe au choc visuel ressenti lors de l’arrivée dans la Salle du Fond [fig. 241].

FIG. 238. Salle du Fond (partie sud).
FIG. 238. End Chamber (southern part)

FIG. 238. Salle du Fond (partie sud). FIG. 238. End Chamber (southern part)

De nombreuses bauges ont été aménagées par les ours, généralement à la faveur d’anciens gours remblayés d’argile qui s’étagent tout au long de la « descente vers le Fond ». Cette partie de la grotte offre aussi de curieux creusements latéraux, dans les sédiments indurés recouverts d’un très vieux plancher stalagmitique, effectués par les ours (d’après les traces laissées par leurs griffes). La longue et importante fréquentation de cette partie terminale de la grotte par les ours est également attestée par de véritables enchevêtrements de griffades, tandis que le bas des parois est systématiquement poli sur une hauteur de près de 1 m au-dessus de la surface du sol actuel.
Numerous hibernation hollows (beds) were dug by bears in this chamber, most often in the ancient, clay-lled rimstone pools that progress in steps all along the “descent toward the End”. This part of the cave also contains curious lateral depressions in the hardened sediments covered with a very old stalagmite floor. These were dug by bears as well, as we can see by the numerous claw marks inside them. The long and intensive occupation of this terminal part of the cave by bears is also attested by numerous claw marks, as well as systematic polish on the lower part of the walls, up to 1 meter above the current floor surface.

2Les sols et les parois portent de nombreux indices de fréquentation par les ours des cavernes : ossements, bauges, griffades et polis des bases de paroi sont très nombreux et bien conservés. C’est ainsi l’une des zones où apparaît particulièrement bien l’alternance de la fréquentation humaine et de la fréquentation animale, et cela aussi bien sur les parois qu’au sol. Ceci est le cas notamment au niveau du Panneau des Grands Lions qui se développe tout en longueur sur la paroi gauche, quelques mètres seulement en aval du Panneau d’Entrée de la Salle du Fond, et semble accompagner le visiteur dans sa descente vers le fond de la grotte. Sur cette paroi, les griffades d’ours, déjà nombreuses avant la réalisation de l’ornementation pariétale, recoupent également certains des tracés, en particulier les lignes dorsales des félins. De même, des traces charbonneuses composées de courts traits verticaux ont été surimposées au museau de l’un des lions [fig. 243].

3En vis-à-vis, au début de la descente, l’ornementation de la paroi droite est quant à elle beaucoup plus discrète. Elle s’ouvre tout d’abord par une tête de félin à l’ocre rouge et une série de signes formant ce que l’on appelle le Panneau des Signes Gravés. On y reconnaît notamment six signes de type Chauvet, en W.

4Au sol, les dépressions (bauges) situées au pied des parois ont accumulé de petites concentrations de charbons et d’os, alors que dans le reste de la galerie, de tels vestiges sont plus épars. Mais c’est surtout à l’endroit d’un ample palier situé le long de la paroi droite que se rencontrent les principales accumulations osseuses. Sur ce replat de cinq à six mètres de long se trouve le squelette presque complet d’un ours dont certains os sont en connexion anatomique [fig. 240]. C’est également là, sous le vaste Panneau d’Entrée de la Galerie du Belvédère, dont la qualité et l’esthétique préparent et annoncent les grandes compositions suivantes, que s’ouvre un passage bas [fig. 242]. Il permet d’accéder à une galerie particulière par sa géométrie étroite et son tracé parallèle à la Salle du Fond : la Galerie du Belvédère.

5Juste après le replat sur lequel s’ouvre cette galerie, un décrochement abrupt traverse la salle jusqu’à la paroi opposée. En le franchissant, on accède à une sorte d’esplanade que borde sur la droite un profond soutirage, tandis qu’à gauche apparaissent les grandes compositions de la Salle du Fond (cf. infra, Carte 20).

La descente vers le fond, reflet d’une longue histoire

6La forte déclivité de la Salle du Fond est un élément déterminant dans l’appréhension des compositions magistrales qui ornent ses parois. Depuis le tout premier ressaut de la Galerie des Mégacéros (cf. supra, Carte 18), la descente se fait étape par étape, palier après palier, jusqu’à atteindre le soutirage final (cf. infra, Carte 20). Elle réclame, aujourd’hui comme jadis, de la prudence dans le cheminement. Les ours qui ont parcouru cette galerie ont eux-mêmes glissé, comme en témoignent les nombreuses traces au sol. Cela a pu être le cas aussi pour les humains même si, pour le moment, aucune trace de ce type n’a été relevée. L’origine de ce relief en escalier est à rechercher dans l’histoire ancienne de la grotte, à une période où des écoulements provenant de la Salle Hillaire descendaient en direction du point le plus bas de la cavité qu’est le fond du soutirage final, aujourd’hui totalement colmaté par l’argile. Il fut un temps, en effet, où les sols de la Salle Hillaire et de la Salle du Crâne se situaient à la même hauteur que l’entrée de la Galerie des Mégacéros. Des écoulements incrustants ont déposé des cascades stalagmitiques (visibles à chaque ressaut de la Galerie des Mégacéros) et ont contribué à la formation de trois ressauts, hauts de plus d’un mètre. Les toboggans et plus petits paliers de la descente de la Salle du Fond correspondent à ces anciens gours qui, entretemps, ont été comblés par des sédiments argileux. Ces sédiments sont en grande partie tombés des coupoles de plafond, où des témoins en sont encore visibles [fig. 241]. Il est intéressant de relever sur la carte des sols l’alignement en escalier des bauges… les ours en y aménageant leur couche ont mis en évidence cet étagement d’anciens gours.

Glissades, bauges et autres creusements

  • 1  Ces indices sont tellement abondants qu’il n’est pas possible de les positionner sur la carte au 1 (...)

7La Salle du Fond –aussi bien ici en sa descente qu’en son fond (cf. infra, Carte 20)– est un des lieux de la grotte où les indices de fréquentation par la grande faune, et tout particulièrement par les ours des cavernes, sont les plus flagrants : abondantes griffades sur les parois, bas de paroi polis, mais aussi et surtout, pour ce qui concerne les sols, piétinements et glissades1, ainsi que bauges et autres creusements.

8La zone a tellement été fréquentée par les ours que les empreintes bien lisibles sont rares, du moins dans les parties proches du cheminement sécurisé à partir duquel les observations ont été réalisées. En effet, comme le soulignait Michel-Alain Garcia (2005a : 107), « les empreintes lisibles sont localisées à la lisière des zones où la multiplicité des passages rend impossible le déchiffrement ». Nous sommes ici pleinement dans ce cas de figure, le sol ayant été partout abondamment piétiné, comme c’est aussi le cas dans la Galerie des Croisillons où de rares empreintes humaines ont été relevées.

9Le caractère pentu de la galerie s’est traduit par de véritables glissades des ours qu’on relève en plusieurs points de la descente. A contrario, lorsqu’ils remontaient, ils ont laissé les traces de leurs griffes en s’agrippant au mieux aux paliers ou aux obstacles qu’ils rencontraient sur leur passage.

10Les paléogours ont été largement utilisés par les ours en guise de couchage. Les principaux, tels ceux visibles sur la fig. 238 à gauche de la passerelle, sont indiqués sur la carte des sols. Dans cette zone, les bauges sont généralement plus grandes et plus profondes que partout ailleurs dans la grotte. Sur les rebords de la plupart d’entre elles on peut voir des traces de griffes et leur fond est souvent occupé par des vestiges osseux. Il ne faut pas croire pour autant que ce sont les ossements d’ours morts dans leur bauge en cours d’hivernation. Il s’agit plus vraisemblablement du résultat d’un « charriage à sec », les os s’étant rassemblés dans les creux existants.

11Dans cette partie de la grotte enfin, il convient de noter des creusements latéraux conséquents pouvant atteindre des longueurs de près d’un mètre, avec, là encore, des traces de griffes très nettes mais dont on ne connaît pas la fonction exacte. La fig. 239 montre, au premier plan, une bauge au fond de laquelle se trouvent des vestiges osseux d’ours des cavernes et, au-dessus, l’un de ces curieux creusements latéraux avec des traces laissées par les griffes des plantigrades, bien visibles.

FIG. 239. Bauges et autres creusements.
FIG. 239. Bear hollows and other dug features.

FIG. 239. Bauges et autres creusements. FIG. 239. Bear hollows and other dug features.

S’il existe des bauges aménagées par les ours des cavernes en guise de couchage dans pratiquement tous les secteurs de la grotte, celles de la Salle du Fond, et notamment de la « descente vers le Fond », sont particulièrement remarquables. Elles sont généralement plus grandes et surtout plus profondes qu’ailleurs. Des vestiges osseux en occupent souvent le fond, comme c’est le cas pour celle située au premier plan. Il ne s’agit cependant pas forcément des squelettes d’animaux morts dans leur bauge en cours d’hivernation mais plus vraisemblablement d’un apport par « charriage à sec » des ossements vers les points bas. Dans ce secteur, il faut également noter la présence de curieux creusements latéraux dont l’un est visible en haut à gauche du cliché. Il s’agit incontestablement de creusements faits par les ours ainsi qu’en témoignent de très nettes traces de leurs griffes mais dont on n’a pas encore idée de la fonction exacte.
While there are depressions dug out by bears to serve as hibernation beds in nearly every sector of the cave, those in the End Chamber, and especially at the “descent toward the End”, are particularly remarkable. They are generally larger and deeper than elsewhere, and they often contain bone remains at the bottom, as we can see in the hollow in the foreground. These are not necessarily the skeletons of animals that died in their bed while hibernating but were more likely bones that were moved to the lowest points by “charriage à sec”, meaning by a process other than flowing water; in this case, probably by the bears themselves as they dug the hollows. In this sector, we also find curious lateral depressions, such as the one visible above and to the left of the photograph. These were undeniably dug by bears, judging by the very clear claw marks associated with them, but we do not yet know their exact function.

Un squelette d’ours partiellement en connexion anatomique

12Rares sont les squelettes ou même les portions de squelette d’ours des cavernes restés regroupés. Ils se situent essentiellement dans la Salle Hillaire et la Salle du Crâne ainsi que dans les deux extrémités de la grotte que sont la Galerie des Croisillons et la Salle du Fond. Dans cette dernière, sur l’ample replat qui conduit à la Galerie du Belvédère, se trouve le squelette d’un ours adulte composé des principaux ossements. Une partie de cet amas osseux est visible en fig. 238, à droite du personnage au premier plan et, surtout, en fig. 240. Les os sont presque tous recouverts d’une mince couche de calcite de couleur ocre. Depuis la passerelle jusqu’à la paroi, 71 ossements sur les quelque 240 que compte un squelette complet ont été identifiés. Bien que les plus petits (os du carpe ou du tarse, phalanges…) n’aient pas pu être relevés du fait des conditions d’accès et de l’enfouissement d’une partie des vestiges dans les sédiments, aucun doublon n’a été décelé, laissant penser que cet ensemble appartient à un seul et même individu. Les rares autres ossements remarqués sur cette surface sont trois os récents de chiroptère, non recouverts de calcite et de couleur blanchâtre.

FIG. 240. Squelette d’ours en connexion partielle.
FIG. 240. Bear skeleton in partial connection.

FIG. 240. Squelette d’ours en connexion partielle. FIG. 240. Bear skeleton in partial connection.

Sur le replat qui conduit à la Galerie du Belvédère, tout en bas de la « descente vers le Fond », se trouve un amas osseux qui comprend 71 vestiges répartis sur moins de 2 m2. Aucun doublon n’a été décelé, si bien que l’ensemble de ces éléments pourrait avoir appartenu à un seul et même ours des cavernes adulte. Si l’amas a été quelque peu perturbé par la fréquentation anthropique, et sans doute encore davantage par celle des ours eux-mêmes, on peut toutefois noter plusieurs vertèbres lombaires en parfaite connexion anatomique (au centre du cliché) ainsi que les cinq métatarses d’une même patte postérieure en connexion plus lâche (juste au-dessus de la réglette centimétrique) tandis que les os longs sont plus dispersés. C’est le squelette d’ours le plus complet que l’on ait repéré à ce jour dans l’ensemble de la cavité.
On a flat surface leading to the Belvedere Gallery, at the bottom of the “descent toward the End”, there is a concentration of 71 bones on a surface of less than 2 m2. Since no double has been identified, it appears that all these bones belonged to a single adult cave bear. Even if the concentration was a bit disturbed by prehistoric humans, and probably even more so by bears themselves, we can still see several lumbar vertebrae in perfect anatomical connection (in the center of the photograph), along with five metatarsals of the same back foot in looser connection (just above the photographic scale). The long bones are more dispersed. This is currently the most complete bear skeleton that we have found in the cave.

13Le crâne est, quant à lui, éclaté, et les dents désormais isolées sont visibles entre les fragments crâniens. Par ailleurs, seule l’hémimandibule gauche a été retrouvée. Les os longs, par contre, sont essentiellement ceux du côté droit (l’humérus, le radius et l’ulna, le fémur et le tibia). À la colonne vertébrale appartiennent l’atlas et deux autres vertèbres cervicales, 21 vertèbres thoraciques ou lombaires et le sacrum. Outre une douzaine de côtes, les autres vestiges osseux visibles appartiennent à toutes les autres parties du squelette et en particulier aux extrémités des pattes.

14Cependant, bien que peu dispersés, ces vestiges ont vraisemblablement été perturbés par la fréquentation anthropique et, sans doute plus encore, par celle des ursidés eux-mêmes. D’une manière générale, lorsque des connexions anatomiques sont décelables dans la grotte, par exemple dans la Galerie des Croisillons ou dans la Salle Hillaire aussi bien au-dessous du dessin de l’ours noir qu’en bordure du grand effondrement naturel, elles sont généralement lâches et limitées à quelques éléments squelettiques. Ici, on dispose de l’essentiel des éléments d’un même squelette et on peut noter plusieurs vertèbres lombaires en parfaite connexion anatomique ainsi que les cinq métatarses d’une même patte bien en place tandis que les autres ossements sont davantage éparpillés.

Un paysage souterrain contrasté

15Si la Galerie du Seuil peut être définie comme une frontière climatique entre les premières salles et le reste de la cavité, mise en évidence par l’état très différent des parois de part et d’autre de ce secteur, il est vraisemblable que la Galerie des Mégacéros, en tant que point haut, a joué un rôle similaire. Dès qu’on l’a franchie, le caractère confiné de la cavité est beaucoup moins marqué, et il l’est même de moins en moins à mesure que l’on descend vers la Salle du Fond. La blancheur des parois calcaires refait jour dans cet ultime espace de la grotte même si des témoins d’anciens colmatages argileux dans les coupoles les plus profondes [fig. 241] et sur les rares replats des parois sont encore visibles.

FIG. 241. Pendants et coupoles.
FIG. 241. Pendants and cupolas.

FIG. 241. Pendants et coupoles. FIG. 241. Pendants and cupolas.

La Salle du Fond est marquée par un paysage souterrain dont la spécificité est en partie liée à la déclivité de ses sols et à l’aspect sculpté de ses plafonds. Ceux-ci se caractérisent en effet par une succession de profondes coupoles et de pendants dont la rythmicité crée une morphologie singulière faite de longues lames suspendues au-dessus du vide. Ces morphologies rappellent l’une des plus vieilles étapes de formation de la grotte : son creusement en régime noyé suivi d’une ou plusieurs phases de colmatage complet des galeries (argiles dans les coupoles).
The striking nature of the underground landscape of the End Chamber is partly due to the slope of its floors and the sculpted appearance of its ceilings. The latter consists of a succession of deep cupolas and pendants who’s spacing creates a unique morphology of long blades suspended above a void. These morphologies recall one of the most ancient phases of the cave’s formation : its digging in a saturation regime followed by one or several complete clogging phases in the galleries (clay in the cupolas).

FIG. 242. Panneau d’Entrée de la Galerie du Belvédère.
FIG. 242. Entrance Panel of the Belvedere Gallery.

FIG. 242. Panneau d’Entrée de la Galerie du Belvédère. FIG. 242. Entrance Panel of the Belvedere Gallery.

La paroi droite de la « descente vers le Fond » est bien moins ornée que la paroi gauche. Hormis une tête de félin, de nombreux signes de type Chauvet (Azéma, Clottes 2008a) et d’autres signes visibles dans la première partie, on peut découvrir une belle composition comportant plusieurs représentations au-dessus de l’entrée surbaissée de la Galerie du Belvédère. Huit figures ont été identifiées : trois félins, deux rhinocéros, un ours probable, un bison et un signe vulvaire (Azéma, Clottes 2008b). Elles se superposent ou, plus rarement, sont recoupées par des griffades d’ours. S’y ajoutent des marques de doigt et des traces charbonneuses.
The right wall of the “descent toward the End” is much less decorated than the left wall. In addition to a feline head, numerous Chauvet-type signs (Azéma, Clottes 2008a), and other signs visible in the first part, we can discover a beautiful composition of several figures above the low entrance to the Belvedere Gallery. Eight figures have been identified: three felines, two rhinoceroses, a probable bear, a bison and a vulvar sign (Azéma, Clottes 2008b). They are superposed or, less often, traversed by bear claw marks. There are also finger marks and charcoal traces.

FIG. 243. Panneau des Grands Lions.
FIG. 243. Panel of the Big Lions.

FIG. 243. Panneau des Grands Lions. FIG. 243. Panel of the Big Lions.

L’un des premiers panneaux pariétaux présents en paroi gauche lors de la « descente vers le Fond » représente deux lions noirs de grandes dimensions peut-être accompagnés d’un troisième représenté seulement par une ligne dorsale rouge. Ils sont disposés côte à côte et tournés vers la droite comme s’ils descendaient vers le fond de la salle. Le plus petit (2,18 m de long) a été représenté avec les oreilles jointes de part et d’autre de la ligne matérialisant la tête. Le plus grand (2,51 m de long) présente la même attitude que le précédent mais a été exécuté plus sommairement. Bien que sans crinière, il s’agit incontestablement d’un mâle puisque le scrotum est nettement représenté. Les lignes dorsales au niveau du garrot sont recoupées par des griffades d’ours et par les pattes de deux mammouths gravés juste au-dessus, montrant leur postériorité (Gély, Azéma 2005 : 64). Comme cela a été suggéré, ces deux lions pourraient évoquer une phase du pré-accouplement au cours de laquelle la femelle consentante marche près du mâle et se frotte contre lui (Packer, Clottes 2000).
On one of the first panels on the left wall of the “descent toward the End”, there are depictions of two big black lions, perhaps accompanied by a third that is represented only by a red dorsal line. They are arranged side-by-side and turned to the right as if they are descending toward the end of the chamber. The smallest one (2.18 meters long) is represented with the ears joined on either side of the line of the head. The largest one (2.51 meters long) displays the same attitude as the first but is more sparingly executed. Though it has no mane, this is undeniably a male because its scrotum is clearly represented. This entire panel is traversed by bear claw marks, especially on the dorsal lines at the withers, as well as by the feet of two engraved mammoths situated just above (Gély, Azéma 2005 : 64). As has been suggested, these two lions could represent a pre-mating phase during which the consenting female walks next to the male and rubs against him (Packer, Clottes 2000).

Notes

1  Ces indices sont tellement abondants qu’il n’est pas possible de les positionner sur la carte au 1 : 100. Cela reviendrait à la hachurer totalement.

Table des illustrations

Titre Carte intégrée des sols, Carte 19 Integrated map of the floors, Map 19
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Emplacement de la Carte 19 au sein de la grotte Location of Map 19 in the cave
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Importance des objets d’étude en Carte 19 Relative proportions of observed objects on Map 19
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Désignations et angles de prise de vue Designations and camera angles
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Coupe transversale AA’ Cross section AA’
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Coupe longitudinale BB’ Cross section BB’
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre FIG. 238. Salle du Fond (partie sud). FIG. 238. End Chamber (southern part)
Légende De nombreuses bauges ont été aménagées par les ours, généralement à la faveur d’anciens gours remblayés d’argile qui s’étagent tout au long de la « descente vers le Fond ». Cette partie de la grotte offre aussi de curieux creusements latéraux, dans les sédiments indurés recouverts d’un très vieux plancher stalagmitique, effectués par les ours (d’après les traces laissées par leurs griffes). La longue et importante fréquentation de cette partie terminale de la grotte par les ours est également attestée par de véritables enchevêtrements de griffades, tandis que le bas des parois est systématiquement poli sur une hauteur de près de 1 m au-dessus de la surface du sol actuel. Numerous hibernation hollows (beds) were dug by bears in this chamber, most often in the ancient, clay-filled rimstone pools that progress in steps all along the “descent toward the End”. This part of the cave also contains curious lateral depressions in the hardened sediments covered with a very old stalagmite floor. These were dug by bears as well, as we can see by the numerous claw marks inside them. The long and intensive occupation of this terminal part of the cave by bears is also attested by numerous claw marks, as well as systematic polish on the lower part of the walls, up to 1 meter above the current floor surface.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre FIG. 239. Bauges et autres creusements. FIG. 239. Bear hollows and other dug features.
Légende S’il existe des bauges aménagées par les ours des cavernes en guise de couchage dans pratiquement tous les secteurs de la grotte, celles de la Salle du Fond, et notamment de la « descente vers le Fond », sont particulièrement remarquables. Elles sont généralement plus grandes et surtout plus profondes qu’ailleurs. Des vestiges osseux en occupent souvent le fond, comme c’est le cas pour celle située au premier plan. Il ne s’agit cependant pas forcément des squelettes d’animaux morts dans leur bauge en cours d’hivernation mais plus vraisemblablement d’un apport par « charriage à sec » des ossements vers les points bas. Dans ce secteur, il faut également noter la présence de curieux creusements latéraux dont l’un est visible en haut à gauche du cliché. Il s’agit incontestablement de creusements faits par les ours ainsi qu’en témoignent de très nettes traces de leurs griffes mais dont on n’a pas encore idée de la fonction exacte. While there are depressions dug out by bears to serve as hibernation beds in nearly every sector of the cave, those in the End Chamber, and especially at the “descent toward the End”, are particularly remarkable. They are generally larger and deeper than elsewhere, and they often contain bone remains at the bottom, as we can see in the hollow in the foreground. These are not necessarily the skeletons of animals that died in their bed while hibernating but were more likely bones that were moved to the lowest points by “charriage à sec”, meaning by a process other than flowing water; in this case, probably by the bears themselves as they dug the hollows. In this sector, we also find curious lateral depressions, such as the one visible above and to the left of the photograph. These were undeniably dug by bears, judging by the very clear claw marks associated with them, but we do not yet know their exact function.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre FIG. 240. Squelette d’ours en connexion partielle. FIG. 240. Bear skeleton in partial connection.
Légende Sur le replat qui conduit à la Galerie du Belvédère, tout en bas de la « descente vers le Fond », se trouve un amas osseux qui comprend 71 vestiges répartis sur moins de 2 m2. Aucun doublon n’a été décelé, si bien que l’ensemble de ces éléments pourrait avoir appartenu à un seul et même ours des cavernes adulte. Si l’amas a été quelque peu perturbé par la fréquentation anthropique, et sans doute encore davantage par celle des ours eux-mêmes, on peut toutefois noter plusieurs vertèbres lombaires en parfaite connexion anatomique (au centre du cliché) ainsi que les cinq métatarses d’une même patte postérieure en connexion plus lâche (juste au-dessus de la réglette centimétrique) tandis que les os longs sont plus dispersés. C’est le squelette d’ours le plus complet que l’on ait repéré à ce jour dans l’ensemble de la cavité. On a flat surface leading to the Belvedere Gallery, at the bottom of the “descent toward the End”, there is a concentration of 71 bones on a surface of less than 2 m2. Since no double has been identified, it appears that all these bones belonged to a single adult cave bear. Even if the concentration was a bit disturbed by prehistoric humans, and probably even more so by bears themselves, we can still see several lumbar vertebrae in perfect anatomical connection (in the center of the photograph), along with five metatarsals of the same back foot in looser connection (just above the photographic scale). The long bones are more dispersed. This is currently the most complete bear skeleton that we have found in the cave.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre FIG. 241. Pendants et coupoles. FIG. 241. Pendants and cupolas.
Légende La Salle du Fond est marquée par un paysage souterrain dont la spécificité est en partie liée à la déclivité de ses sols et à l’aspect sculpté de ses plafonds. Ceux-ci se caractérisent en effet par une succession de profondes coupoles et de pendants dont la rythmicité crée une morphologie singulière faite de longues lames suspendues au-dessus du vide. Ces morphologies rappellent l’une des plus vieilles étapes de formation de la grotte : son creusement en régime noyé suivi d’une ou plusieurs phases de colmatage complet des galeries (argiles dans les coupoles). The striking nature of the underground landscape of the End Chamber is partly due to the slope of its floors and the sculpted appearance of its ceilings. The latter consists of a succession of deep cupolas and pendants who’s spacing creates a unique morphology of long blades suspended above a void. These morphologies recall one of the most ancient phases of the cave’s formation : its digging in a saturation regime followed by one or several complete clogging phases in the galleries (clay in the cupolas).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre FIG. 242. Panneau d’Entrée de la Galerie du Belvédère. FIG. 242. Entrance Panel of the Belvedere Gallery.
Légende La paroi droite de la « descente vers le Fond » est bien moins ornée que la paroi gauche. Hormis une tête de félin, de nombreux signes de type Chauvet (Azéma, Clottes 2008a) et d’autres signes visibles dans la première partie, on peut découvrir une belle composition comportant plusieurs représentations au-dessus de l’entrée surbaissée de la Galerie du Belvédère. Huit figures ont été identifiées : trois félins, deux rhinocéros, un ours probable, un bison et un signe vulvaire (Azéma, Clottes 2008b). Elles se superposent ou, plus rarement, sont recoupées par des griffades d’ours. S’y ajoutent des marques de doigt et des traces charbonneuses. The right wall of the “descent toward the End” is much less decorated than the left wall. In addition to a feline head, numerous Chauvet-type signs (Azéma, Clottes 2008a), and other signs visible in the first part, we can discover a beautiful composition of several figures above the low entrance to the Belvedere Gallery. Eight figures have been identified: three felines, two rhinoceroses, a probable bear, a bison and a vulvar sign (Azéma, Clottes 2008b). They are superposed or, less often, traversed by bear claw marks. There are also finger marks and charcoal traces.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre FIG. 243. Panneau des Grands Lions. FIG. 243. Panel of the Big Lions.
Légende L’un des premiers panneaux pariétaux présents en paroi gauche lors de la « descente vers le Fond » représente deux lions noirs de grandes dimensions peut-être accompagnés d’un troisième représenté seulement par une ligne dorsale rouge. Ils sont disposés côte à côte et tournés vers la droite comme s’ils descendaient vers le fond de la salle. Le plus petit (2,18 m de long) a été représenté avec les oreilles jointes de part et d’autre de la ligne matérialisant la tête. Le plus grand (2,51 m de long) présente la même attitude que le précédent mais a été exécuté plus sommairement. Bien que sans crinière, il s’agit incontestablement d’un mâle puisque le scrotum est nettement représenté. Les lignes dorsales au niveau du garrot sont recoupées par des griffades d’ours et par les pattes de deux mammouths gravés juste au-dessus, montrant leur postériorité (Gély, Azéma 2005 : 64). Comme cela a été suggéré, ces deux lions pourraient évoquer une phase du pré-accouplement au cours de laquelle la femelle consentante marche près du mâle et se frotte contre lui (Packer, Clottes 2000). On one of the first panels on the left wall of the “descent toward the End”, there are depictions of two big black lions, perhaps accompanied by a third that is represented only by a red dorsal line. They are arranged side-by-side and turned to the right as if they are descending toward the end of the chamber. The smallest one (2.18 meters long) is represented with the ears joined on either side of the line of the head. The largest one (2.51 meters long) displays the same attitude as the first but is more sparingly executed. Though it has no mane, this is undeniably a male because its scrotum is clearly represented. This entire panel is traversed by bear claw marks, especially on the dorsal lines at the withers, as well as by the feet of two engraved mammoths situated just above (Gély, Azéma 2005 : 64). As has been suggested, these two lions could represent a pre-mating phase during which the consenting female walks next to the male and rubs against him (Packer, Clottes 2000).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/50085/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 641k

Auteurs

Conservateur honoraire du Muséum de Lyon (l’actuel musée des Confluences), paléontologue autodidacte. Entré au Muséum de Lyon le 1er janvier 1964 comme technicien chargé de l’entretien et de l’inventaire des collections, il y devient responsable du département des Sciences de la Terre à partir de mai 1975 et sera admis à la retraite le 30 juin 2004, alors qu’il occupe le poste de conservateur en chef.
Responsable technique des fouilles paléontologiques du gisement rissien de La Fage-Aven I (Corrèze), de 1964 à 1968, puis du gisement würmien de Jaurens (Corrèze), de 1968 à 1971, il dirige les fouilles du gisement würmien de Siréjol (Lot), de 1972 à 1975. Ces trois gisements servent désormais de référence à l’échelle internationale pour la connaissance des faunes contemporaines des hommes préhistoriques.
Parallèlement, et à titre individuel, il s’est intéressé aux terrains miocènes marins : il obtient son diplôme d’études supérieures sur « Le Burdigalien du plateau des Courennes (Vaucluse) » en 1973, puis soutient en 1984 une thèse de doctorat sur la « Révision systématique des Échinides miocènes du bassin du Rhône ».
La direction, de 1989 à 1994, de la fouille de la grotte à hivernation d’ours des cavernes de la Balme (Collomb, Savoie) et la création du musée de l’Ours des cavernes lui ont permis de se spécialiser dans l’étude de cet animal mythique, également emblématique de la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Au sein de l’équipe pluridisciplinaire d’étude du site, il est chargé de l’étude des vestiges osseux conservés sur le sol de la grotte et des autres indices de fréquentation de la grotte par les animaux. Depuis une vingtaine d’années, il procède en outre au recensement des « grottes à ours » dans les gorges de l’Ardèche et a fouillé deux d’entre elles : la grotte dite des Deux Ouvertures en 2007, et le réseau Salomé en 2012.

Chercheur associé au laboratoire « Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés » (Traces : UMR 5608 CNRS / université Toulouse Jean-Jaurès / SDA-MC) et au Centre de recherche et d’étude pour l’art préhistorique Émile-Cartailhac (Créap). En 2003, il devient docteur en préhistoire (La Représentation du mouvement dans l’art pariétal paléolithique de la France). Depuis 1995, il effectue des campagnes de relevés d’art pariétal dans plusieurs grottes : Chauvet-Pont d’Arc, Ebbou dite de Chamas, Baume-Latrone (dont il dirige l’étude depuis 2009), abri du Colombier. En 2001, il intègre l’équipe scientifique chargée d’étudier la grotte Chauvet en Ardèche.
Au fil des ans, Marc Azéma est devenu spécialiste de la représentation du mouvement dans l’art paléolithique et de l’approche éthologique de l’animation. Dans ses ouvrages L’Art des cavernes en action et La Préhistoire du cinéma, il expose ses théories sur les origines paléolithiques de la narration graphique et du cinématographe. Sa démonstration s’appuie sur ses recherches dans la grotte Chauvet et son bestiaire. Il a travaillé avec Jean Clottes sur l’étude et le relevé de plusieurs secteurs de la grotte. Il a co-écrit deux ouvrages : Les Félins de la grotte Chauvet (avec Jean Clottes) et Les Mammouths de la grotte Chauvet (avec Bernard Gély). Il est également chargé de l’archivage vidéo des travaux de l’équipe et réalise des documentaires pour la télévision et les musées. Il a notamment réalisé un film de 52 minutes, Quand Sapiens faisait son cinéma (2015), pour Arte, portant sur ses propres recherches.

Conservateur général honoraire du Patrimoine au ministère français de la Culture, ancien président de l’International Federation of Rock Art Organizations (Melbourne, Australie), docteur ès lettres et sciences humaines. Il a assumé les fonctions de directeur des Antiquités préhistoriques de la région Midi-Pyrénées (1971-1991), puis de chargé de mission d’Inspection générale de l’archéologie (1991) et enfin de conseiller scientifique pour l’art préhistorique au ministère de la Culture (1992-1999). Il a assumé par ailleurs la présidence du Comité international d’art rupestre de l’Icomos (International Council on Monuments and Sites) de 1991 à 1999. Il est président d’honneur de la Société préhistorique française. Directeur de collection aux Éditions du Seuil (Paris), il est aussi responsable éditorial de l’International Newsletter on Rock Art (Inora = Lettre internationale d’informations sur l’art rupestre), qui paraît trois fois par an en français et en anglais, et expert international sur l’art rupestre auprès de l’Icomos et de l’Unesco. Jean Clottes a axé ses recherches sur l’art préhistorique en France et dans le monde, particulièrement sur les problèmes relatifs à la conservation, la datation, à l’étude du contexte archéologique et celle des significations. Il est auteur de vingt-huit ouvrages et de plus de cinq cents articles parus dans des revues françaises et étrangères.
Le 29 décembre 1994, Jean Clottes fait l’expertise de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, nouvellement découverte. Il monte ensuite une équipe de recherche chargée de l’étude scientifique de cette caverne. Il la dirige jusqu’en 2002 et assiste le nouveau directeur, Jean-Michel Geneste, jusqu’en 2015 inclusivement. Il préside le comité scientifique de l’Espace de restitution jusqu’à l’inauguration de la Caverne du Pont d’Arc (devenue depuis Grotte Chauvet 2 - Ardèche) au printemps 2015 et son ouverture au public.

Géomorphologue, Delannoy a travaillé dès ses recherches doctorales (1981) sur les grottes en tant que mémoire paléogéographique et sur les relations des hommes avec leur environnement. Il développe ses travaux à la Casa de Velázquez (Madrid) et dans les universités de Séville et de Grenoble avant de rejoindre, en 1999, l’université de Savoie (Chambéry) où il est professeur des universités.
Il crée en 2003 le laboratoire interdisciplinaire « Environnement, dynamiques et territoires de la montagne » (Edytem : UMR 5204 CNRS / université Savoie Mont-Blanc) qu’il dirige jusqu’en 2015. Il est appelé à la direction du CNRS (2003-2006) où il a en charge les unités de recherche en archéologie, écologie humaine et géographie. Il est nommé, en 2006, au comité scientifique de la grotte de Lascaux puis, en 2011, au Conseil scientifique international de la grotte de Lascaux qu’il copréside avec le professeur Yves Coppens. Depuis 2017, il assure la présidence de ce conseil scientifique. Il s’attache au développement de programmes scientifiques permettant de traiter l’écosystème de cette cavité à des fins de conservation. Il est membre, depuis 2010, de la section de la Commission nationale des Monuments historiques (CNMH) consacrée aux grottes ornées.
Membre de l’équipe scientifique de la grotte Chauvet-Pont d’Arc depuis 1998, il conçoit une approche géomorphologique centrée sur les problématiques archéologiques et de conservation, basée sur la cartographie à haute résolution spatiale. Cette approche développée sur des sites d’art rupestre en Papouasie -Nouvelle-Guinée, en Australie, en Sibérie et en Colombie-Britannique lui a permis de faire ressortir la part, parfois majeure, des actions humaines et des aménagements dans la transformation du cadre physique des sites archéologiques. Il pose, en 2012, les bases du concept d’anthropogéomorphologie. Il est depuis 2019 membre senior de l’Institut universitaire de France sur cette thématique.
Il a également travaillé sur les contenus de l’Espace de restitution de la grotte Chauvet (Grotte Chauvet 2 - Ardèche et Centre d’interprétation) et accompagné la réalisation de la réplique ouverte au grand public en avril 2015.

Géomorphologue, spécialiste du karst et des grottes, docteur de l’université Bordeaux 3 (2000), ingénieur de recherche au CNRS, affecté à Chambéry au laboratoire « Environnement, dynamiques et territoires de la montagne » (Edytem : UMR 5204 CNRS / université Savoie Mont-Blanc). Spécialisé dans l’analyse 3D des surfaces karstiques, qu’elles soient souterraines ou de surface, il utilise la modélisation 3D par acquisition topographique, lasergrammétrique ou photogrammétrique. Il est par ailleurs instructeur fédéral de spéléologie, diplômé d’État supérieur en spéléologie, chef de plongée scientifique CNRS et président de l’Association française de karstologie (2013-2017).
À la grotte Chauvet, il a analysé, notamment avec Jean-Jacques Delannoy et Benjamin Sadier et souvent au moyen de technologies 3D, les morphologies karstiques à l’échelle du massif (entrée des gorges de l’Ardèche), à l’échelle de la grotte (morphogenèse) et à l’échelle du dépôt (structure anthropique). Tous trois ont étudié l’écroulement et la fermeture de la grotte Chauvet dont la datation a pu être contrainte grâce à une collaboration avec le Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (Cerege).
Stéphane Jaillet revendique une certaine sensibilité à propos des modes de représentation du monde souterrain. Passionné de topographie, de cartographie et notamment de topographies anciennes, il cherche dans l’iconographie souterraine produite au cours du temps le lien encore mal compris qui unit les hommes au monde des cavernes. La mise en œuvre de méthodes d’acquisition 3D et sa passion pour la photographie souterraine et le dessin constituent des prolongements logiques de cette quête.

Docteur en préhistoire et chercheur au CNRS, paléontologue, spécialiste de la grande faune quaternaire, notamment des carnivores. Ses recherches portent sur les relations entre humains et animaux au cours du Paléolithique (acquisition, utilisation et traitement des ressources animales à travers le temps). Il tente de caractériser les assemblages osseux produits et/ou modifiés par les prédateurs et charognards d’Afrique et d’Europe en évaluant l’impact des agents non humains fossiles ou modernes par comparaison avec des sites d’origine anthropique. Sa recherche est diachronique et pluridisciplinaire. L’approche méthodologique fait aussi appel à des observations actuelles (tanières de hyènes ou d’ours brun) afin de mieux analyser les assemblages osseux fossiles.
Dans la grotte Chauvet-Pont d’Arc, il se consacre à l’inventaire et à l’étude des présences animales, tels l’ours des cavernes et les canidés (loup, cuon) dans toute leur diversité : ossements, empreintes, griffades et polis sur les parois… La grotte lui fournit aussi l’opportunité exceptionnelle d’étudier au plus près les modalités de fréquentation de la cavité par les groupes humains et les grands prédateurs quaternaires.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search