Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Carte 14. Salle Hillaire (partie sud)

p. 249-254


Texte intégral

Carte intégrée des sols, Carte 14
Integrated map of the floors,
Map 14

Image 100000000000079A000006A43386A58600E3EBD9.jpg

Emplacement de la Carte 14 au sein de la grotte
Location of Map 14 in the cave

Image 100000000000011A000002945FE47C829F46BAC0.jpg

Importance des objets d’étude en Carte 14
Relative proportions of observed objects on Map 14

Image 10000000000001490000029A945A7A30448C7DEE.jpg

Désignations et angles de prise de vue
Designations and camera angles

Image 100000000000041A0000029F8FBB4325E1ED2A02.jpg

Coupe transversale AA’
Cross section AA’

Image 10000000000006B8000003124D515541866E9870.jpg

1Véritable carrefour naturel, la Salle Hillaire se caractérise par sa position centrale au sein de la seconde partie de la cavité, à 130 mètres de l’entrée paléolithique, au débouché de la Galerie du Cierge.

FIG. 199. Salle Hilaire (partie sud).
FIG. 199. Hillaire Chamber (southern part).

Image 1000000000000D900000060D13B1E08CE52C2E7F.jpg

La Salle Hillaire constitue le troisième grand volume souterrain que l’on rencontre après ceux de la Salle Brunel et de la Salle des Bauges. Elle s’en distingue, dans sa partie sud, par ses morphologies en pendants de voûte, par la présence d’un profond soutirage circulaire (Grand Effondrement) et par l’état de ses parois. Celles-ci se caractérisent par leurs surfaces « plastiques » recouvertes d’un film argileux humide, encore malléable de nos jours.
The Hillaire Chamber is the third large underground volume in the cave after the Brunel Chamber and the Chamber of the Bear Hollows. The southern part of this chamber is distinguished by its ceiling pendant morphologies, the presence of a deep circular solution-collapse (Large Collapse), and the state of its walls. The latter have “plastic” surfaces that are coated with a damp clay film that is still soft today.

2La Salle Hillaire s’apparente à un vaste hémicycle d’environ 30 mètres de diamètre dont la hauteur de voûte peut atteindre 19 mètres. À l’est et au sud-est, elle est ceinturée par des banquettes limono-argileuses grises, hautes de 1 mètre, constellées de traces laissées par les ours (bauges, empreintes, griffades, glissades…) [fig. 202]. C’est depuis le haut de ces banquettes, par la descente d’un dénivelé compris entre 0,60 mètre et 1 mètre selon les endroits, que l’on accède à la salle. Au centre, le Grand Effondrement, une dépression d’une dizaine de mètres de diamètre, causée par un soutirage, a dégagé des coupes qui permettent d’observer le remplissage sur une épaisseur d’environ 3 mètres (Ferrier et al. 2005) [fig. 206]. Le sol est formé par des limons argileux dont la teinte grise et le contenu en phosphates peuvent être mis en relation avec une occupation ancienne de la grotte par les chauves-souris (cf. supra, § 4.2.). Il est recouvert au sud par un plancher stalagmitique dont la formation a débuté à la fin du stade isotopique 3, s’est interrompu pendant le Maximum Glaciaire, et a repris à l’Holocène jusqu’à environ 7700 ans (Genty et al. 2004) (cf. supra, chapitre 5). Ce sol, à la surface duquel se trouvent de très nombreux ossements d’ours, parfois organisés en amas [fig. 201], a été recoupé par le soutirage.

FIG. 200. Les parois argileuses, supports des tracés digitaux.
FIG. 200. The clayey wall surfaces, supports for finger-tracings.

Image 100000000000056B000003FB4371C0DD0D6F25FF.jpg

Une pellicule argileuse couvre les parois de la Salle Hillaire. Son caractère plastique apparaît nettement lorsque l’on y appose un geste. Depuis le Paléolithique, l’hygrométrie et les conditions aérologiques propres à cette partie de la grotte ont permis au film argileux et aux bourrelets laissés par les tracés digitaux de se maintenir.
A clay film covers the walls in the Hillaire Chamber. Their plastic nature is clearly apparent when one touches them. Since the Paleolithic, the hygrometric level and the aerological conditions in this part of the cave have contributed to preserving the clay film and the clay beads created on the edges of the finger-tracings.

Ossements et traces d’activité animale
La Salle Hillaire offre de remarquables assemblages osseux, en particulier celui où l’on voit, à proximité de l’effondrement, deux crânes d’ours des cavernes et la plupart des ossements postcrâniens des deux animaux correspondants, littéralement enchevêtrés les uns dans les autres [fig. 201]. Elle renferme aussi d’importantes traces d’activités laissées par les animaux, et pas seulement par les ours, puisque de belles empreintes de canidés sont visibles au niveau du Panneau du Cheval Gravé.
Concernant les indices de fréquentation de la salle par les ours, de remarquables empreintes sont visibles sur la banquette argileuse entre le Grand Effondrement et la paroi de droite [fig. 202].
Des traces de fourrure ont d’ailleurs été laissées contre le talus donnant accès à cette banquette argileuse, cette dernière étant creusée d’une multitude de bauges. La Salle Hillaire est également l’un des secteurs de la grotte où l’on constate la plus grande densité de griffades sur les parois, et ceci sur près de 3 m de hauteur, tandis que le bas est souvent poli par le frottement répété des grands plantigrades.

FIG. 201. Amas d’os.
FIG. 201. Bone concentration.

Image 100000000000041A000002D06CE81570EFDC5A4F.jpg

Aux abords du Grand Effondrement, plusieurs amas d’ossements conséquents sont présents. Tous ces restes, dont plusieurs crânes, se rapportent à l’ours des cavernes.
Several large bone concentrations are present around the Large Collapse. All these remains, including several skulls, are attributed to cave bears.

FIG. 202. Empreintes animales sur les banquettes argileuses.
FIG. 202. Animal prints on the clay banks.

Image 100000000000041A000002D04F6575266C98D44D.jpg

La banquette argileuse qui ceinture la Salle Hillaire (ici, à droite quand on entre dans la Salle Hillaire, environ 2 m avant l’Ours Noir) est le témoin d’une ancienne phase d’affaissement du sol qui préfigurait un événement morphogénique majeur : le soutirage dit « Grand Effondrement ».
Les animaux et les humains de la préhistoire n’ont pas connu ce dernier mais ont été confrontés au franchissement des banquettes argileuses. Celui-ci n’était pas simple, à en juger par les nombreuses traces encore très visibles de glissade laissées par les ours sur les rebords et le sommet argilo-limoneux –particulièrement meuble– des banquettes.
The clay banks that surround the Hillaire Chamber (here, on the right when we enter the Hillaire Chamber, around 2 m before the Black Bear) is associated with an ancient phase of ground subsidence that led to a major morphogenic event : the formation of the solution-collapse known as the “Large Collapse”.
Prehistoric animals and humans were not present at the time of the collapse but later had to climb up the clay banks that it created. This was not easy, judging by the numerous, still visible, slipping marks made by bears on the edges and top of the loose clayey-loam sediments comprising the banks.

FIG. 203. Paroi droite, sortie des pendants et entrée en partie nord de la Salle Hillaire.
FIG. 203. Right wall, leaving the pendants and entering the northern zone of the Hillaire Chamber.

Image 1000000000000C540000027A532059B55B4A70B9.jpg

On distingue à droite le Panneau de l’Ours Noir qui occupe le bas d’une retombée de voûte en limite du passage entre la banquette d’argile et une zone calcitée qui borde le Grand Effondrement. Cet ensemble comprend deux animaux, un ours noir bien reconnaissable précédé d’un animal indéterminé dont seule la ligne dorsale subsiste. Les rideaux de draperie d’une très grande élégance sont postérieurs aux dessins : ils sont contemporains du concrétionnement holocène.
On the right, we can see the Panel of the Black Bear, occupying the bottom of a low part of the ceiling at the limit of the clay bank and a calcited zone that borders the Large Collapse. This panel is composed of two animals, a very recognizable brown bear and an indeterminate animal with only the dorsal line remaining. The very elegant stalactite curtains were formed after the drawings were made, during the Holocene period.

Œuvres pariétales

3Les œuvres d’art paléolithiques se concentrent de part et d’autre de la salle sur des parois et des pendants recouverts d’un film argileux brun clair. Cet état de surface –absent de la grotte jusqu’en ces lieux– a permis de réaliser des tracés à même la matière molle, tantôt au moyen d’outils tantôt en employant simplement le doigt. À gauche de l’entrée, la paroi se trouve décorée dans toutes les zones où l’on peut circuler, depuis le Locus des Rhinocéros où les pendants portent des gravures larges parfois difficilement intelligibles, jusqu’au Panneau du Cheval Gravé et ses grandes figures animales. À proximité du Panneau du Cheval Gravé, on relève au sol une structure composée de blocs apportés depuis la Galerie du Cierge (cf. infra, Carte 13).

4Au-delà de l’alcôve qui, sur la droite, fait suite aux grands animaux gravés, les parois marquent une brusque inflexion vers le nord. Leurs surfaces changent également de nature. Dénuées d’ornementation, elles sont lacérées par de nombreuses griffades, tandis que sur les sols faiblement calcités qui les jouxtent gisent d’abondants crânes d’ours, et que des empreintes de plantigrade sont visibles.

5De l’autre côté, vers la droite de la salle, un espace de 2 à 3 mètres de large subsiste entre le pied des banquettes et le soutirage. Au-dessus de ce dernier, six pendants de voûte (numérotés 1 à 5 dans le sens et l’axe de la progression) se succèdent sur des plans verticaux subparallèles [fig. 204]. Ils présentent des gravures dans les zones accessibles, plus rarement au-dessus des banquettes. Parmi les plus connus se trouvent un grand cheval et un hibou [fig. 205, fig. 207], ainsi que divers signes de type Chauvet en forme de W (Azéma, Clottes 2008). La formation de la dépression centrale, largement postérieure au Paléolithique, a rendu inaccessibles certains d’entre eux.

FIG. 204. Numérotation des pendants ornés de la salle.
FIG. 204. Numbering the decorated ceiling pendants in the chamber.

Image 100000000000041A000002CC4FFDE2FA0DCAA81C.jpg

Pour les besoins de l’inventaire et du relevé, les six pendants de voûte qui s’étendent au sud-est du Grand Effondrement ont été numérotés de 1 à 5 dans le sens et l’axe de la progression au sein de la cavité. Ils présentent des gravures dans les zones accessibles actuellement, mais également au-dessus du soutirage et plus rarement au-dessus des banquettes.
For inventory and recording purposes, the six ceiling pendants extending to the south-east of the Large Collapse were numbered from 1 to 5 in the direction and axis of progression in the cave. They are engraved in currently accessible areas, as well as above the solution-collapse and, less often, above the banks.

FIG. 205. Les pendants ornés vus depuis l’entrée de la Galerie des Mégacéros.
FIG. 205. The decorated ceiling pendants as seen from the entrance of the Megaloceros Gallery.

Image 100000000000041A000002CF9F08F91A135B0102.jpg

De nombreuses gravures sont visibles, en particulier la figure d’un hibou tracée au doigt, à l’extrémité droite du pendant 5 qui se trouve de nos jours situé au-dessus du soutirage (à droite de la photographie).
Many engravings are visible from this vantage point, especially the owl figure drawn with the finger(s) on the right extremity of pendant 5, which is currently situated above the solution-collapse (to the right in the photograph).

FIG. 206. Coupe stratigraphique du soutirage de la Salle Hillaire.
FIG. 206. Stratigraphic profile of the solution-collapse in the Hillaire Chamber.

Image 10000000000002B50000018405A36A11C82B6047.jpg

L’étude des dépôts visibles dans l’effondrement a permis de restituer les étapes de la morphogenèse de cette zone et de préciser le contexte des vestiges d’origine humaine et animale qui y sont piégés (Ferrier et al. 2005).
Ensemble inférieur : cône de déjection dans lequel s’intercalent des lentilles ruisselées. Ensemble moyen : dépôts de décantation et/ou de ruissellement diffus ; les premiers restes d’ours sont présents de façon sporadique au sommet de cette formation. Ensemble supérieur : apports de sédiments par ruissellement diffus.
Our study of the deposits visible in this solution-collapse enabled us to reconstruct the morphogenetic stages of this zone and to define the context of the remains of human and animal origin trapped within it (Ferrier et al. 2005).
Lower group : alluvial fan composed of intercalated runoff lenses. Middle group : decantation and/or diffuse runoff deposits ; the first bear remains are sporadically present at the top of this formation. Upper group : sediments transported by diffuse runoff.

FIG. 207. Le Hibou.
FIG. 207. The Owl.

Image 100000000000029C000002CCBF944775DBC34879.jpg

C’est une des figures les plus étonnantes de la grotte. Il s’agit d’un hibou moyen-duc, tracé au doigt ou au moyen d’un instrument à bout arrondi. Mesurant 45 cm de haut, l’oiseau est représenté faisant face au regardeur, avec ses oreilles dressées et son bec, mais le corps est vu de dos, exposant les ailes et les plumes matérialisées par des traits verticaux parallèles. Cela met en évidence la particularité spectaculaire des strigidés, capables de tourner la tête à 180°.
This is one of the most astonishing figures in the cave. It is a 45 cm tall, long-eared owl drawn with the finger(s) and an instrument with a rounded end. While the head of this bird is represented facing the observer with its ears raised and beak depicted, the body is seen from the back, with its wings and feathers being represented by parallel vertical lines. The artist thus depicted the spectacular ability of strigids to turn their head 180°.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.