Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Deuxième partie. Guerres, révolutions, dictatures : des citoyens d’entre-pouvoirs

7. La Shanghai Civic Association

Bourgeoisies et politisation de la société urbaine 1932-1937

Xiaohong Xiao-Planes

Texte intégral

  • 1 Ma problématique s’est largement inspirée des interventions d’Yves Chevrier et des discussions ouve (...)

1Depuis une dizaine d’années, les études d’Alain Roux, Elizabeth Perry, Jeffrey N. Wasserstrom, Bryna Goodman et d’autres auteurs ont montré que différents acteurs sociaux – ouvriers, étudiants, citadins, femmes, etc. – ont su s’exprimer et défendre leurs intérêts sous le régime autoritaire de Nankin malgré la segmentation des structures sociales et les barrières identitaires qui les divisaient. Elles contredisent, au moins partiellement, les thèses de Lloyd E. Eastman et de Parks M. Coble soutenant que le pouvoir nationaliste fondé sur la force militaire montra son efficacité en se maintenant au-dessus de toutes les classes sociales. Elles mettent en évidence, au contraire, l’interpénétration entre appareil politique et groupes sociaux. Yves Chevrier a souligné leur apport fondamental à la connaissance de l’action des syndicats ouvriers dans l’organisation des conflits, des efforts des associations étudiantes dans l’édification d’une identité urbaine commune, des tentatives des amicales régionales pour transcender les clivages segmentaires afin de consolider les sentiments d’identité shanghaienne et nationale. Elles témoignent, en tout cas, de l’existence en ville de mouvements autonomes et spontanés qui mirent en branle un processus de construction politique1.

2La bourgeoisie shanghaienne a constitué un groupe dynamique qui a notablement contribué à l’apparition de secteurs modernes en Chine et joué un rôle important dans la vie sociopolitique de la ville et du pays, avant même l’accession du Guomindang (GMD) au pouvoir. Dans un contexte mondial de récession économique, malgré l’agression japonaise à Shanghai, le contrôle et les exactions du pouvoir, elle a su préserver sa détermination au cours des années 1932-1937. Les circonstances ont provoqué l’explosion d’une opinion publique jusque-là étouffée, des vagues de mouvements patriotiques et une vaste mobilisation des différents groupes urbains. La bourgeoisie shanghaienne ne pouvait ignorer la politisation ambiante. La Shanghai Civic Association (SCA) (Shanghaishi difang xiehui) 上海市地方協會, créée en 1932, peut être considérée comme l’une de ses expressions.

Les membres de la Shanghai Civic Association en 1932.
Au premier rang, assis au centre, le président Shi Liangcai,entre les vice-présidents Wang Xiaolai (à droite) et Du Yuesheng (à gauche).

3La présente étude se propose d’examiner les divers aspects de l’activité de cette bourgeoisie shanghaienne, notamment dans ses rapports avec le pouvoir et la société urbaine. Dans ce cadre, se poseront les questions centrales des conditions historiques qui favorisent la politisation des bourgeoisies, des formes sous lesquelles elle procède et la signification de cette évolution pour la construction politique de la Chine moderne.

  • 2 D’après les termes chinois shang 商 (marchands) et gongshang 工商 (industriels-marchands).

4Par le terme « bourgeoisie », on comprendra essentiellement l’ensemble des hommes d’affaires2. On l’emploiera volontiers au pluriel, qui semble mieux couvrir cette catégorie sociale composite, avec ses financiers, ses industriels, ses petits et ses moyens entrepreneurs et ses managers en tout genre. Par extension, le terme désignera aussi les personnes appartenant à la classe moyenne urbaine pourvues d’attributions plus ou moins directrices : éducateurs, universitaires, membres des professions libérales, administrateurs d’associations professionnelles ou caritatives, hommes de presse. Cette élite de leaders bourgeois doit être distinguée des élites politiques et il serait erroné de l’assimiler à une classe ou un groupe social uniforme. La SCA regroupa surtout la catégorie la plus agissante des notables, celle qui s’efforçait d’entraîner ses troupes face aux multiples problèmes auxquels était confrontée la société urbaine de l’époque.

Les bourgeoisies shanghaiennes dans la guerre de 1932

  • 3 Sur les origines et le déroulement des hostilités, voir D. Jourdan, China’s Trial By Fire : The Sha (...)

5La guerre de Shanghai-Wusong, engagée peu après l’agression japonaise en Mandchourie de l’automne 1931 et provoquée par la marine impériale, qui ambitionnait de participer à l’entreprise expansionniste nippone3, a duré du 28 janvier au 3 mars 1932. Les chefs militaires japonais, qui disposaient de l’armement naval, aérien et terrestre le plus moderne, pensaient s’imposer dans la métropole shanghaienne en quelques jours. Ils durent déchanter. Dès l’assaut donné à Zhabei 閘北 dans la nuit du 28 au 29 janvier, ils se heurtèrent à la résistance opiniâtre de la 19e armée. D’origine cantonaise, cette armée était chargée depuis peu de la défense de la région de Nankin-Shanghai.

  • 4 Après avoir nominalement réunifié la Chine, le régime nationaliste ne cessait d’être miné par les l (...)
  • 5 Pendant l’hiver 1931, la tension entre population chinoise et ressortissants japonais, le mouvement (...)

6Le gouvernement nationaliste sortait à peine d’une crise politique sévère4 et cherchait à tout prix à éviter un affrontement avec les forces nipponnes. Cependant, devant l’immense élan de l’opinion publique chinoise et la sympathie de l’opinion internationale suscités par la résistance de la 19e armée – première action de défense nationale depuis les événements de Mandchourie –, le cabinet Wang Jingwei 汪精衛–Chiang Kai-shek 蔣介石, replié à Luoyang (Henan) le 30 janvier, opta pour une politique combinant l’action militaire à l’action diplomatique auprès des légations étrangères et de la Société des Nations. Les ministères des Affaires étrangères, des Affaires militaires et des Finances furent maintenus à Nankin, cependant que leurs hauts responsables étaient envoyés à Shanghai, où le nouveau maire, Wu Tiecheng 吳鐵城5, fermait la mairie située dans la vieille ville chinoise pour ouvrir, dans la concession française, un bureau provisoire destiné à maintenir une représentation. Comme les diplomates, il s’employait à multiplier les contacts avec les puissances occidentales et les représentants japonais. Un vide politique s’était néanmoins créé dans les quartiers d’administration chinoise de Shanghai et dans les zones de guerre environnantes, où les habitants et les réfugiés étaient plus ou moins abandonnés à leur sort.

Création de l’Association des citadins pour la préservation locale de Shanghai

  • 6 Les réunions avaient lieu soit chez le directeur général du Shenbao, Shi Liangcai, sur Hardoon Road (...)

7Depuis l’invasion de la Mandchourie, la tension ne cessait de monter dans la ville. À la suite d’incidents violents dans une usine chinoise, le consul japonais exigea de Wu Tiecheng, le 28 janvier, la dissolution de toutes les associations antijaponaises de salut national. Après bien des discussions, la haute bourgeoisie shanghaienne – principalement les dirigeants des associations bancaires et la chambre de commerce municipale – s’apprêtait à céder à ces prétentions quand le déclenchement des hostilités à Zhabei et le déploiement du dispositif militaire japonais dans le port changèrent radicalement la situation. L’effervescence patriotique promettait un vigoureux soutien populaire à la résistance armée. En signe de protestation, la chambre de commerce lança le 30 janvier la grève générale. Depuis une quinzaine de jours, des dirigeants des plus puissantes corporations shanghaiennes avaient pris l’habitude de se réunir dans une structure de concertation nommée Club Renshen (Renshen julebu 壬申俱樂部) dont l’objectif initial était de s’opposer à la décision du cabinet Sun Fo 孫科, d’ajourner le remboursement des emprunts d’État et le paiement de leurs intérêts. L’évolution brutale de la situation eut pour effet de les porter très vite à des choix véritablement politiques. Après d’intenses concertations6, ils décidèrent le 31 janvier au soir de fonder l’Association des citadins pour la préservation locale de Shanghai (ACPL) (Shanghai shimin difang weichihui 上海市民地方維持會).

  • 7 Shanghai shimin difang weichihui baogaoshu 上海市民地方維持會報告書 (Documents concernant l’ACPL), Statuts (193 (...)

En qualité de citoyens de la ville, nous nous rassemblons pour vouer notre action au soutien des militaires, au secours des sinistrés, à la régulation du marché financier, au maintien des activités commerciales ainsi qu’à toute autre tâche utile jusqu’au rétablissement de l’ordre dans la région7.

8Ces notables figuraient dans les deux conseils municipaux des concessions et dans les deux associations chinoises de contribuables. Plusieurs d’entre eux dirigeaient les plus importantes amicales régionales de la ville. Le compradore et armateur Yu Qiaqing 虞洽卿, le marchand de poisson et marchand de biens Kui Yanfang 蕢延芳 étaient à la tête de celle de Ningbo ; le conseiller général de la Chambre de commerce Wang Xiaolai 王曉籟, de celle de Shaoxing ; le chef de la Bande verte Du Yuesheng 杜月笙 le filateur Mu Ouchu 穆藕初 et l’éducateur Huang Yanpei 黃炎培, de celle de Pudong. D’autres entrepreneurs et marchands de Zhabei, de Nanshi et des faubourgs vinrent rapidement les rejoindre. Wang Binyan 王彬彥 et Yao Mulian 姚慕蓮 patronnaient la milice et les œuvres philanthropiques de Zhabei. Le francophone Lu Bohong 陸伯鴻, qui dirigeait à Zhabei et à Nanshi 南市 plusieurs entreprises de services publics (eau, électricité, tramways), était aussi directeur de l’institution philanthropique Xinpuyu tang 新普育堂, président de l’Union catholique chinoise, doyen des conseillers chinois du Conseil municipal de la concession française. Le manager de la Bourse du coton et des filés Wen Lanting 聞藍亭 présidait la Croix-Rouge chinoise et l’association bouddhique. Zhu Qinglan (1874-1941) 朱慶瀾 et son associé Cha Liangzhao (1897-1982), alias Mianzhong 查良釗(勉仲), jouissaient d’une réputation nationale grâce à leur action en faveur de secours publics. Située au cœur de la trame organisationnelle de la société shanghaienne, l’ACPL, associée à la prise de responsabilités vis-à-vis de la collectivité, notamment lorsqu’elle se trouvait confrontée à de graves difficultés, reflétait la configuration d’un pouvoir bourgeois fondé sur la maîtrise des secteurs clés, nécessairement lié aux relations entretenues avec les autorités chinoises et étrangères. Cette haute bourgeoisie évoluait sous la protection institutionnelle des concessions étrangères, mais ses activités et ses intérêts dépassaient de loin leurs limites. Shi Liangcai 史量才, directeur général du Shenbao 申報 (Quotidien de Shanghai), traduit bien son état d’esprit imprégné du nationalisme ambiant :

  • 8 Discours inaugural de l’ACPL, 1/2/1932. Cité in Wen Jize (éd.), Jiuyiba he yi’erba shiqi kangri yun (...)

Que nous avancions ou que nous reculions, nous subirons les mêmes coups. Au lieu de nous dérober sans pouvoir protéger nos vies et nos biens, mieux vaut nous lancer dans la résistance pour le salut national. Dans le monde entier, ceux qui abandonnent leur pays à sa perte sans combattre deviennent des esclaves sans patrie. Mais ceux qui se battent malgré les revers, ceux qui continuent la lutte même s’ils n’ont pu empêcher des pertes de territoire sont des hommes de bien (yiren 義人). La patrie des hommes de bien est un pays de qualité. Son esprit reste dans le ciel et dans la terre. Personne ne pourra le détruire, personne ne pourra jamais le réduire en esclavage8.

  • 9 Soutien à l’armée (11 personnes), Secours des sinistrés (159), Supervision économique (60), Communi (...)

9Habitués à la vie associative, les notables-marchands structurèrent rapidement l’ACPL. Shi Liangcai fut élu président, Wang Xiaolai et Du Yuesheng vice-présidents. Zhang Xiaolin 張嘯林, le complice de ce dernier, et 14 autres marchands entrèrent dans le conseil d’administration. Du et Zhang étaient devenus des personnages incontournables du Shanghai des années 1930, grâce à leur alliance avec les autorités de la concession française et les représentants du GMD. Mais il leur fallut se plier aux normes sociales informelles de la cité et se transformer en hommes d’affaires et en notables. Le secrétariat général fut pris en charge par le fondateur de l’enseignement professionnel, depuis peu directeur de conception du Shenbao, Huang Yuanpei, qui rédigea la plupart des documents importants. Au cours des trente-deux jours de combats, le nombre des membres de l’association passa officiellement de 32 à 94. Plus des deux tiers étaient des banquiers, des entrepreneurs ou des marchands. Le dernier tiers comprenait des doyens universitaires, des activistes des secours publics ou religieux, des cadres chinois des concessions, des fonctionnaires, médecins, comptables, plus quelques anciens politiciens et militaires en disgrâce. Certains avaient été pressentis pour leurs compétences spécifiques, d’autres avaient adhéré de leur propre chef. Cinq services9 et plusieurs sous-commissions furent organisés. Leurs responsables incorporaient leurs propres assistants aux côtés de volontaires. Occasionnellement, ils associèrent d’autres organisations pour l’accomplissement de certaines tâches.

  • 10 Le rythme des rencontres fut très soutenu – une ou plusieurs fois par jour – pendant les combats, p (...)

10L’ACPL s’installa d’abord dans la concession française, sur la route des Sœurs. Le 21 février, elle déménagea rue Ratard, dans une ancienne maison de jeux prêtée par Du Yuesheng. Elle a fonctionné à plein régime pendant la durée des hostilités. Les cinq mois suivants, elle continua à gérer la situation10. En cent vingt-deux jours d’existence, l’assemblée générale de l’ACPL se réunit 71 fois. Elle a coopéré avec d’autres organisations de Shanghai ou des régions environnantes, notamment des districts du Jiangsu affectés par les combats. Pour financer les secours, l’ACPL et la Chambre de commerce firent appel à la générosité des habitants. Le Shenbao publiait des communiqués d’informations sur les besoins de l’armée et des populations civiles. Les dons en numéraire et en nature affluèrent. Pendant la bataille, la Chambre de commerce collecta quelque 770 000 yuans (juankuan 捐款), non compris les dons en nature inchiffrables – aliments, vêtements, couvertures, produits médicaux, etc. L’ACPL reçut d’abord 270 000 yuans, puis, entre mi-février et mai, 950 000 yuans provenant d’une souscription de salut national. Face à une catastrophe sans précédent, elle fit preuve d’une grande capacité de coordination.

  • 11 He Tianyan, Shanghai kangri xuezhanshi, 1932, p. 134.

11D’autres organismes bénéficièrent de la mobilisation spontanée des Shanghaiens. La Fédération des associations de salut national de Shanghai (Shanghai getuanti kangri jiuguo lianhehui 上海各團體抗日救國聯合會), réanimée dès l’ouverture du conflit, assurait regrouper 167 associations de dimensions inégales et de caractéristiques hétérogènes. L’ACPL et la chambre de commerce comptaient d’ailleurs parmi ses adhérents11. Cette alliance disparate semble avoir surtout servi de tribune pour des organisations et des personnages publics, mais les activités concrètes se déroulaient au sein d’institutions, associations et corporations sectorielles dont l’ACPL était l’un des principaux pivots de coordination.

Soutien à la résistance armée

  • 12 Voir Lu Xiangxian et Lu Ming, « Hu Juewen zhiyuan yi’erba Song-Hu kangzhan », 1999. Hu Juewen était (...)

12Les combats éclatèrent d’abord dans les quartiers nord de la ville, à Zhabei et Hongkou 虹口. Fin février, ils s’étendirent vers les faubourgs du Nord-Est, à Miaoxing 庙行 et Jiangwan 江湾, ainsi que vers le fort de Wusong 吴凇. Contrairement à ce que prétendaient les opposants au régime et ce que rapportaient certains témoignages, Donald A. Jourdan a établi que le gouvernement de Nankin a fourni une importante quantité de munitions à la 19e armée. D’autres documents montrent que les arsenaux de Nankin et de Shanghai n’ont cessé de ravitailler les troupes chinoises. De leur côté, les organisations civiles s’efforçaient de pourvoir les militaires en matériels divers : équipement technique, éléments de fortification, moyens de transport, nourriture, médicaments. À la demande de la 19e armée, l’ACPL a fourni du bois, des sacs de chanvre, des barbelés, des casques, des pièces détachées, des vêtements, du matériel médical, etc. Elle procédait à des achats complémentaires, organisait la production de certains objets. Elle demanda, par exemple, à la Corporation de la sidérurgie et des constructions mécaniques de fabriquer d’urgence des projectiles, des grenades et des mines. Certains industriels fabriquèrent des masques à gaz12. Le service de ravitaillement de l’armée coordonnait les équipes de la chambre de commerce, de la Société chinoise d’enseignement professionnel (Zhonghua zhiye jiaoyushe 中華職業教育社) et de l’association de réponse aux urgences nationales du Jiangsu (Jiangsu guonan jiujihui 江蘇國難救濟會) pour assurer l’approvisionnement des formations combattantes.

  • 13 Rapports du service de ravitaillement et des commissions du transport et des céréales. Pagination i (...)

13La commission des transports aida la 19e armée à résoudre ses problèmes de transport et d’approvisionnement en riz. Dans ce dessein, le responsable du service, Mu Ouchu, signa des contrats avec la Corporation du transport en camion et deux corporations de transport en bateau de Shanghai et de Suzhou : il réussit à mettre à la disposition des militaires une soixantaine de camions et une centaine de bateaux, un millier d’appareils de télécommunications, une centaine de télégraphistes, des conducteurs, etc. Beaucoup de camions furent endommagés dans les combats et des bateaux ont été retenus par les militaires. Mu et ses collègues de la commission des transports durent s’entremettre maintes fois entre les propriétaires et l’armée pour obtenir dédommagements et restitutions. Pour faciliter le transport du matériel entre le siège de l’État-major, situé à Zhenru 真如, et les dépôts logistiques de Nanxiang 南翔, une route de 10 kilomètres fut réalisée en six jours grâce au travail acharné d’un millier d’ouvriers, en collaboration avec le Bureau des services publics de la mairie. L’ACPL confia à Cai Wangzhi 蔡望之, un notable de Kunshan 昆山, au nord de Shanghai, dirigeant la Commission de la construction rurale du village de Xugongqian (Kunshan Xugongqiao xiangcun gaijinqu weiyuanhui 昆山徐公橋農村改進區委員會) qui relevait de la Société chinoise d’enseignement professionnel, la responsabilité de l’achat des 300 piculs de riz nécessaires chaque jour aux 29 000 militaires de la 19e armée. Cette structure permit de mobiliser les villageois et d’assurer la collecte et le transport de 14 275 piculs de riz13. L’approvisionnement s’effectuait souvent sous le feu de canons, heureusement peu précis.

  • 14 « Dahui jilu jieyao » 大會紀錄節要 (Comptes rendus de l’assemblée générale), ibid., p. 19-70.

14Par ailleurs, des rencontres et des banquets auxquels étaient conviés diplomates, journalistes, missionnaires, marchands et personnalités étrangères étaient organisés pour sensibiliser l’opinion internationale. Le service de communication de l’ACPL s’était ménagé le concours d’une soixantaine de journalistes, d’intellectuels, d’universitaires et d’experts travaillant à la collecte des informations et à la rédaction de rapports diffusés tant auprès du public chinois que des représentations diplomatiques et des délégations de la SDN. Il intervint régulièrement auprès des hauts fonctionnaires chargés des contacts avec les Puissances et des négociations avec les Japonais14.

Secours aux blessés militaires et aux civils sinistrés

  • 15 Shanghai zhanqu nanmin linshi jiujihui gongzuo baogaoshu 上海戰區難民臨時救濟會工作報告書 (Rapport de travail du Co (...)

15Le service de secours, dirigé par le compradore Hu Yunqiu 胡筠秋 et le marchand de biens Kui Yanfang, aidés de 200 volontaires – dont certains bénévoles étrangers – travailla essentiellement avec la Croix-Rouge chinoise et le Comité provisoire de Shanghai de secours aux sinistrés en zone de guerre (Shanghai zhanqu nanmin linshi jiujiuhui 上海戰區難民臨時救濟會), qui regroupait les principales institutions philanthropiques ainsi qu’un bureau fédéré des amicales régionales de Shanghai (Lü-Hu ge tongxianghui lianhe banshichu 旅滬各同鄉會聯合辦事處). Sur un effectif d’environ 50 000 hommes, les forces chinoises ont enregistré de 7 000 à 10 000 victimes, dont 5 000 blessés. Spécialisée dans les opérations de sauvetage sur les champs de bataille, la Croix-Rouge mit sur pied 43 hôpitaux provisoires et une trentaine d’équipes de médecins et d’infirmiers, tandis que les institutions philanthropiques assuraient principalement les secours aux sinistrés civils. Après maintes négociations avec le Shanghai Municipal Council (SMC) de la concession internationale et le consulat japonais, leur comité obtint l’autorisation d’aller chercher les civils en zone de guerre pour les ramener dans les limites de la concession internationale. Entre février et mai, il ouvrit 31 camps qui accueillirent quelque 100 000 sinistrés, ultérieurement rapatriés dans leur province d’origine. Il prit aussi en charge l’inhumation d’environ 7 000 cadavres – militaires ou civils – dans les principaux sites de combat. Beaucoup d’autres institutions, établissements ou individus participèrent aux secours. Au total, une soixantaine d’hôpitaux de campagne et de dispensaires furent créés, ainsi que 84 refuges provisoires de tailles variées15.

  • 16 Shanghai shimin difang weichihui jiujizu gongzuo baogaoshu 上海市民地方維持會救濟組工作報告書 (Rapport de travail du (...)
  • 17 He Tianyan, op. cit., p. 305 ; Shanghai shimin difang weichihui jiujizu gongzuo baogaoshu, « Dahui (...)

16Le service de secours de l’ACPL ravitaillait quotidiennement 68 refuges, 19 hôpitaux et 32 organismes en nourriture, vêtements et combustibles. Il distribuait les soins médicaux dans les centres d’accueil et veillait aux conditions d’hygiène. Pour faire face à l’afflux de blessés et de sinistrés de la sanglante bataille de Miaoxing de fin février, il créa à lui seul 11 refuges et 7 hôpitaux, dont 2 réservés aux maladies contagieuses. Préoccupé par la dégradation des conditions d’hygiène et d’alimentation au sein des concessions, il coopéra avec les autorités étrangères pour procéder à la vaccination des habitants et des sinistrés contre la variole, isoler les centaines de personnes atteintes de maladies contagieuses et désinfecter régulièrement les camps de réfugiés16. Quatre trains de bateaux furent mis en place pour rapatrier 20 000 sinistrés dans leur région d’origine. Parmi eux, 9 000 coolies du Jiangbei soupçonnés de travailler ou d’espionner au profit des Japonais furent poussés au départ, avec l’appui de l’Amicale régionale du Jianghuai, contrôlée par des chefs de sociétés secrètesf17.

  • 18 He Tianyan, op. cit., p. 257.

17Dans ce contexte d’ensemble, le conflit à Shanghai semble avoir sensiblement rapproché les communautés chinoises et étrangères. Beaucoup de résidents étrangers ont participé sous des formes diverses au mouvement de donations et d’assistance. Le Shanghai Volunteer Corps, la Moore Memorial Church et le père Jaquinot ont conduit des équipes de secours dans les zones de combat dès le déclenchement des hostilités. La collaboration des autorités des deux concessions et l’aide de diverses personnalités étrangères sont mentionnées dans de nombreux documents chinois, notamment en matière d’intervention auprès des Japonais, de secours aux femmes violées et séquestrées, d’accompagnement des secouristes, d’aide médicale et financière aux camps de réfugiés, de renforcement de la protection des ports lors des opérations de rapatriement. Les autorités françaises assurèrent les représentants chinois – Du Yuesheng, Zhang Xiaolin et Huang Jinrong 黃金榮 – que la France respecterait avec rigueur sa politique de neutralité et qu’il n’était pas question d’autoriser le passage des troupes japonaises en direction de la cité chinoise de Nanshi. La population de la concession française ayant doublé pour atteindre le million de personnes, les chefs de la Bande verte dépêchèrent un millier d’affiliés pour aider la police à « entretenir l’ordre public18 ».

Préservation de l’ordre économique et du marché financier

18Le service économique de l’ACPL, qui regroupait les représentants de la chambre de commerce municipale et des deux associations bancaires, fonctionnait en liaison avec différentes corporations professionnelles. La chambre de commerce s’occupait de la réception et de la distribution des dons ; les établissements bancaires se chargeaient de percevoir les taxes de salut national et de gérer les fonds. La mission fondamentale du service économique était cependant de préserver la stabilité financière et d’assurer l’approvisionnement des habitants. Considérant que la meilleure façon de prévenir une panique générale était de maintenir les transactions bancaires et de préserver le commerce quotidien, le conseil de l’ACPL décida d’inciter les banques, les qianzhuang 錢莊 et les magasins de produits de première nécessité à interrompre la grève.

  • 19 Ibid., p. 275-276 ; Yao Songling, « Zhongguo yinhang ershisi nian fazhanshi », 1975, Zhuanji wensue(...)

19Cette réouverture posait malgré tout des problèmes. Les associations bancaires obtinrent d’abord le soutien du Shanghai Municipal Council, qui renforça le dispositif de maintien de l’ordre et de protection des établissements. Face à la réticence de divers qianzhuang, les deux plus grands établissements bancaires, la Banque de Chine Zhongguo yinhang 中國銀行 et la Banque des communications Jiaotong yinhang 交通銀行, leur versèrent une avance de 50 000 dollars en argent, destinés à couvrir les besoins des premières transactions. Le 3 février, les banques modernes et traditionnelles décidèrent d’instaurer un Comité des fonds communs de prévoyance (Yinhang lianhe zhubei weiyuanhui 銀行聯合準備委員會) permettant le dépôt des avoirs et des titres pour la pratique des opérations de clearing (tongye chaijie 同業拆借) et d’escompte (piaoju tiexian 票據貼現) tout en écartant le risque d’un effondrement bancaire en cas de retrait massif et précipité. Les banques étrangères coopérèrent avec leurs homologues chinoises en refusant les dépôts des ressortissants chinois. Le 4 février, les banques rouvrirent leurs portes – ainsi, d’ailleurs, que les établissements de commerce du riz. Pendant toute la période des combats, les retraits des comptes courants et la conversion du papier-monnaie se maintinrent sans restriction majeure. Ces dispositions contribuèrent à rétablir la confiance de la population et permirent au secteur financier de sortir indemne de la tempête. Une des faiblesses structurelles du système bancaire chinois résidait dans l’absence d’établissement central de régulation et de dépannage. Créé dans l’urgence, le Comité des fonds communs de prévoyance prendra, dans les années suivantes, un caractère permanent. Il inspirera, à Tianjin et à Hangzhou, des établissements créés à son image19.

  • 20 « Devant l’urgence nationale, écrit l’auteur, les détenteurs de bons publics ont témoigné d’un clai (...)
  • 21 Yao Songling, op. cit., p. 100-103.

20Une autre mesure importante de stabilisation du marché financier fut la renégociation de la dette publique avec le nouveau ministre des Finances, T. V. Sung 宋子文. Les Shanghaiens, principaux créanciers de Nankin, s’étaient vivement opposés aux décisions unilatérales du gouvernement Sun Fo, mais à la mi-février 1932, ils consentirent un rééchelonnement de la dette, assorti d’une réduction de moitié des intérêts, d’une révision des règles de préservation des fonds à gage de l’État et d’une réforme du comité chargé de leur gestion. T. V. Sung accepta ces conditions, renfloua les fonds de garantie par le transfert de taxes douanières supplémentaires et s’engagea à ne plus jamais y toucher. Cette réorganisation réduisit de moitié les sommes à rembourser mensuellement par l’État, qui passèrent de 16 à 8 millions. Elle a été diversement interprétée. Parks Coble l’a assimilée à une exaction imposée par Nankin. D’autres auteurs ont salué le patriotisme des banquiers shanghaiens20. En réalité, l’Association des banques a modifié sa position sous l’effet de la conjoncture. La confiscation, par le régime fantoche de Mandchourie, des gabelles et des taxes douanières privait l’État de 16 % et 11 % des revenus correspondants. Tout le marché boursier, dont dépendait le financement de l’État, menaçait de s’effondrer. Le compromis conclu entre les financiers et le gouvernement arrangeait donc tout le monde. Il comportait aussi la promesse d’une suspension des émissions d’emprunts d’État. Mais cette suspension ne dura qu’à peine un an et demi : le gouvernement reprit ses émissions dès 193321.

  • 22 Bai Huashan, « Shanghai difang xiehui yanjiu (1932-1937) », 2000, p. 18.
  • 23 He Tianyan, op. cit. p. 276.
  • 24 Shanghai shimin difang weichihui baogaoshu, « Daoyan » 導言 (préface), p. 3.
  • 25 He Tianyan, op. cit., p. 278-281.

21L’ACPL et la Chambre de commerce s’efforçaient aussi de réguler le marché des produits de première nécessité, en particulier le marché du riz, dont les prix s’étaient envolés dès les premiers jours du conflit. Le 2 février, Shi Liangcai fit publier dans le Shenbao un article assurant qu’il n’y avait aucune inquiétude en matière d’approvisionnement de la population, la ville possédant un stock de riz suffisant pour deux mois. Par la suite, l’APCL et la Chambre de commerce intervinrent auprès des corporations du riz, du charbon et des cotonnades pour obtenir des promesses de stabilité des prix et des approvisionnements. En contrepartie, elles leur garantissaient les crédits bancaires nécessaires à l’achat des matières premières à l’extérieur22. Le 11 février, un Comité pour la parité des prix des céréales (Shanghaishi lingshi pingjia weiyuanhui 上海市臨時平價委員會) fut mis en place afin de prévenir la spéculation et d’élargir les sources d’approvisionnement à l’initiative des responsables de la Bourse des céréales et de la corporation professionnelle du riz23. Ces dispositions parvinrent à maintenir les prix et à rassurer la population. « Toute la ville reste admirablement calme face aux calamités ; personne ne se livre au pillage, ni ne se sauve à la hâte », écrivait Huang Yanpei24. Pour accroître le potentiel de soutien à l’armée et éviter les licenciements, la chambre de commerce invita les usines et les magasins situés dans les zones sûres à reprendre leur activité le 1er mars, après un mois de débrayage. Elle décida aussi de reporter jusqu’à fin mai la date des arrêts des comptes annuels (niandi zongjiezhang 年底總結帳). Les bourses modifièrent parallèlement les dispositions relatives au règlement des comptes pour le marché à terme des titres et des marchandises25.

« Coopération entre le pouvoir et le peuple »

  • 26 Le Bureau social de la municipalité et le Syndicat général de la même obédience s’occupèrent du sec (...)

22Au dire des autorités municipales chinoises, pendant la période de crise les responsabilités furent assumées avec succès grâce à la « coopération entre le pouvoir et le peuple » (guanmin hezuo 官民合作). Dans les conceptions administratives de l’Empire, cette vieille formule désignait le recours de la bureaucratie impériale aux notables et aux organisations locales face aux calamités naturelles, à l’invasion extérieure ou à tout autre problème pressant. Durant les hostilités à Shanghai, les divers bureaux de la municipalité l’appliquèrent effectivement en répartissant leur personnel dans les associations, auxquelles ils envoyaient des directives et avec lesquelles ils réglaient les problèmes concrets26. Le rôle des pouvoirs publics semble pourtant avoir été mineur. Le maire Wu Tiecheng dut d’ailleurs reconnaître publiquement que le corps social avait assumé, pendant la guerre, l’essentiel du travail civil de l’arrière :

  • 27 Discours de clôture de l’ACPL prononcé le 3 juin, Shenbao, 4/6/1932, cité in Bai Huashan, op. cit., (...)

Le gouvernement a été totalement pris au dépourvu par le désastre et c’est grâce aux efforts de votre association que l’opération militaire a pu se maintenir pendant plus d’un mois. Votre coordination a assuré, dans l’ordre et l’efficacité, le déroulement des actions de soutien à l’armée et de secours aux sinistrés. Ainsi avez-vous réussi à mettre en valeur la dynamique de la société (shehui zhi huodongli 社會之活動力). Les succès que vous avez pu remporter ont été immédiats, remarquables et bien supérieurs à ce qu’aurait pu faire le gouvernement27.

  • 28 Pendant la guerre sino-japonaise, en août-novembre 1937, la municipalité de Shanghai organisera, av (...)
  • 29 Shenbao, 4/6/1932, cité in Bai Huanshan, op. cit., p. 22.
  • 30 À Shanghai, le mouvement du 4 mai 1919 avait également fédéré diverses organisations urbaines.
  • 31 Le même scénario se rejouera cinq ans plus tard, lors des violents affrontements sino-japonais de l (...)
  • 32 Shanghaishi difang xiehui baogaoshu, 1947, p. 2.

23Les initiatives des notables étaient appréciées par des pouvoirs dont l’incapacité, aggravée par la crise politique de l’hiver 1931-1932, relevait principalement de carences structurelles. L’État disposait de services publics restreints, notamment dans les domaines de la santé et de l’assistance. Ses représentants n’avaient de toute façon pas les mêmes rapports que les élites urbaines avec la ville et sa population28. À cette date, il avait encore peu de prise sur les rouages socio-économiques et financiers. Le découpage des concessions empêchait la municipalité chinoise d’exercer sa juridiction sur l’ensemble de l’espace urbain. « La catastrophe est survenue inopinément, déclarait Mu Ouchu au nom de l’ACPL, et nous avons pris en charge les affaires qui revenaient, pour la plupart, aux responsabilités du gouvernement. Nous n’y avons suppléé que par obligation (mian wei yingfu 勉為應付29 ». Les bourgeoisies n’avaient guère l’intention de concurrencer l’autorité gouvernementale, mais les liens intrinsèques qu’elles entretenaient avec la ville leur permettaient de réagir en temps de crise. Cette situation n’était pas inédite : William Rowe et Marie-Claire Bergère ont observé des phénomènes semblables à Hankou lors de la crise de rébellion des Taiping et à Shanghai pendant la révolution de 191130. Les notables pouvaient compter sur le soutien des habitants et des réseaux associatifs lorsque les intérêts collectifs entraient en jeu. Dans le cas de l’ACPL, la position clé des institutions bancaires dans la vie urbaine et la place privilégiée de la chambre de commerce lui conférait une capacité particulière de mobilisation des réseaux et de collaboration avec les autorités étrangères et chinoise31. Elle se considérait comme une « avant-garde dans la mobilisation des masses » (minzhong dongyuan zhi xiansheng 民眾動員之先聲)32. Ses formes d’action ne conduisaient pas encore à une construction du politique. Elles marquaient un stade intermédiaire dans la prise de conscience d’une société soucieuse de résoudre des problèmes communs en dépassant les barrières des divisions administratives et identitaires.

  • 33 Avec le solde des taxes de salut national, l’ACPL entreprit, à la fin du conflit, de reconstruire u (...)
  • 34 He Tianyan, op. cit., p. 133-135. Selon Donald A. Jourdan, la situation militaire était plus comple (...)

24Sans doute les notables éprouvaient-ils un sentiment de profonde satisfaction devant leurs réalisations pendant et après la guerre33. Les photographies de groupe prises en mai 1932 illustrent l’état d’esprit d’une élite fière d’avoir servi la cause nationale et d’avoir assumé ses responsabilités vis-à-vis de la collectivité. Elle n’en était pas moins profondément déçue par le régime nationaliste. En dépit d’appels répétés, la résistance spontanée de la 19e armée n’avait reçu qu’un seul train militaire de renfort et des régiments stationnés dans les environs de Shanghai avaient été maintenus à l’écart des combats34. Les civils shanghaiens et les militaires de la 19e armée souhaitaient ardemment remporter une victoire décisive sur l’agresseur japonais avant toute signature de trêve, alors que Nankin se souciait avant tout de limiter l’ampleur du conflit et semblait vouloir préserver les forces de son armée centrale pour répondre au défi des seigneurs de la guerre et réduire les zones tenues par les communistes, nombreuses au Jiangxi et au Hubei.

  • 35 Soit 14 801 soldats blessés et morts, côté chinois ; 10 254, côté japonais, selon Li Xin et Zhou Ti (...)

25La guerre Shanghai-Wusong marque un tournant dans le processus de la politisation de la société urbaine et des bourgeoisies. Ce conflit déjà moderne causa la perte de milliers de vies humaines et des centaines de millions de yuans de dommages matériels, détruisant des zones entières d’installations industrielles et civiles de la ville35. Malgré la signature de la trêve à Shanghai, l’occupant japonais renforçait son emprise sur le Mandchoukouo et la Chine du Nord restait sous la menace japonaise. Les capitalistes et leurs alliés se mirent à douter de la volonté et de la capacité du régime nationaliste à défendre le pays. Ils ne pouvaient plus négliger l’impact de la politique sur leurs affaires.

26Début juin 1932, la dissolution de l’ACPL fut prononcée, mais les notables lui donnèrent un successeur permanent, la Shanghai Civic Association, auquel ses orientations conférèrent une dimension politique, même si elle affichait un « profil bas », déclarant vouloir seulement « s’employer à améliorer le bien-être des habitants de la ville et à faire progresser diverses œuvres d’intérêt collectif dans la localité ».

La politisation de la société urbaine (septembre 1931-mai 1933)

Conférence de l’urgence nationale et revendications constitutionnelles

27Entre l’incident de Moukden (18 septembre 1931) et la trêve de Tanggu (mai 1933), une agitation intense, exacerbée par l’abandon sans résistance de la Mandchourie, raviva tous les mécontentements à l’égard de l’État autoritaire. Étudiants, intellectuels, politiciens déchus, notables et membres des corporations professionnelles, syndicats ouvriers à demi contrôlés par le régime, tous étaient gagnés par une fièvre qui n’épargnait pas les clans du parti nationaliste et certains chefs militaires régionaux. Les critiques n’hésitaient pas à remettre en cause la légitimité de Nankin. Beaucoup de voix s’élevaient pour réclamer la fin de la « régence du parti » (xunzheng 訓政), l’abolition du « régime de parti » (dangzhi 黨治) ainsi que le « retour du pouvoir au peuple » (huanzheng yu min 還政與民). Pour désamorcer la pression contestataire, Nankin décida, en novembre 1931, de convoquer une Conférence de l’urgence nationale (Guonan huiyi 國難會議) réunissant les personnalités de tous bords dans une discussion sur les affaires de la nation. Compte tenu des circonstances, elle fut convoquée par le nouveau cabinet du premier ministre, Wang Jingwei, et se tint à Luoyang du 7 au 12 avril 1932, entre la clôture de l’ACPL et la mise en place de la SCA (juin 1932).

  • 36 Journal de Huang Yanpei, 14/3-15/4/1932. Manuscrits conservés à Pékin, Institut d’histoire moderne (...)

28Le gouvernement attribua à Shanghai 87 délégués, dont une vingtaine appartenaient à l’ACPL. Stimulés par la perspective d’une démocratisation, ils formèrent un comité qui se réunit souvent au Club Zhongshe 中社 pour préparer leur participation à la conférence. Certains délégués se rendirent à Pékin, Tianjin et Canton pour coordonner les démarches de différentes villes. Les plus actifs étaient Huang Yanpei, le professeur de sciences politiques Wang Zaoshi 王造時, les leaders du Parti de la jeunesse (Qingniandang 青年黨), l’éditorialiste du Shenbao Chen Binhe 陳彬龢, le responsable de l’Association des avocats Li Cishan 李次山, les professeurs de droit à Shanghai et anciens députés à l’Assemblée nationale Zhang Yaozeng 張耀曾 et Zhu Fucheng 諸輔成. La plupart des documents adressés au gouvernement et à l’opinion publique furent rédigés par Zhang Yaozeng et Chen Binhe. Faute de disponibilité, les représentants des banquiers et des industriels étaient moins directement impliqués, mais pour soutenir l’action du comité des délégués, Shi Liangcai publiait quotidiennement dans le Shenbao des éditoriaux plaidant la cause constitutionnelle, commentant l’attitude gouvernementale et critiquant le programme officiel de la conférence. Huang Yanpei jouait le rôle du passeur d’idées, en liaison avec le corps enseignant et les milieux d’affaires – en particulier avec les délégués comme Shi Liangcai, Mu Ouchu, Qian Xinzhi 錢新之 et Zhang Jia’ao (Chang Kia-ngau, alias Gongquan) 張嘉璈 (公權)36.

  • 37 Jiuguo tongxun 救國通訊 (Current Nation), n° 10, 11/4/1932, p. 146.
  • 38 Ibid., p. 147.

29Fin mars 1932, 62 délégués shanghaiens signèrent un document intitulé « Propositions concrètes pour le salut national » (Jiuji guonan zhi juti zhuzhang 救濟國難之具體主張) donnant priorité à la résistance armée sur la médiation internationale (le compromis diplomatique). Le texte considérait la convocation de la conférence comme un « premier pas vers le mouvement constitutionnel » (xianzheng yundong zhi chubu 憲政運動之初步). Il revendiquait l’élaboration d’une constitution démocratique, la restauration des libertés politiques et la mise en veilleuse de l’État-parti37. Ces revendications furent immédiatement plébiscitées par la Fédération du salut national de Shanghai, qui regroupait des associations de marchands, d’étudiants, d’enseignants, de professions libérales, de femmes, des syndicats ouvriers plus ou moins soumis au contrôle du GMD et de la Bande verte, Elle réclama que l’opinion publique soit représentée par un organisme (minyi jiguan 民意機關) plus significatif que celui conçu par le gouvernement38. Cette hétérogénéité confirme que tous les milieux manifestaient un vif désir de participer à la vie politique du pays.

  • 39 Li Huang 李璜, Xuedunshi huiyilu, 學鈍室回憶錄 (Souvenirs au studio d’études d’un esprit obtus), cité in Sh (...)
  • 40 Shenbao, 1/4/1932.

30Afin d’inscrire la question constitutionnelle à l’ordre du jour de la conférence, le comité des délégués shanghaiens envoya 4 représentants à Nankin le 23 mars pour interroger Wang Jingwei sur ses intentions en matière de libéralisation du régime. Ce dernier exclut toute discussion politique de la future conférence, en dehors des trois thèmes (défense nationale, secours face aux calamités naturelles, pacification intérieure, yuwu, jiuzai, suijing 禦侮, 救災, 綏靖) fixés par la résolution du congrès du parti nationaliste. Dans le vocabulaire gouvernemental, « pacification » signifiait « extermination des bandits », le terme « bandit » (jiaofei 勦匪) désignant les combattants communistes. Wang soupçonnait les élites de vouloir ébranler le régime : « Le pouvoir du Guomindang a été conquis par des années de révolution et d’effusion de sang. Si vous voulez abolir le gouvernement du parti, faites vous-même une révolution39 », s’emportait-il. Cette attitude irrita d’autant plus les délégués qu’avant son entrée au gouvernement deux mois plus tôt, Wang avait été l’un des plus ardents partisans de la démocratisation du régime. Cependant les opinions divergeaient quant à la façon de réagir. Le comité des délégués, qui n’était pas une instance politique, laissa à chacun le soin de prendre sa propre décision. Il comptait des membres du GMD qui partageaient l’opinion de la majorité et décidèrent d’aller la défendre à Luoyang. Le vice-président de l’ACPL et président de la chambre de commerce Wang Xiaolai était de ceux-là. Mais les partisans du boycottage de la conférence rallièrent une soixantaine de délégués shanghaiens, dont des doyens universitaires et des leaders bourgeois. Soucieux de protéger leurs établissements, ils prirent une position collective vis-à-vis du gouvernement. Un grand nombre de représentants de Pékin, de Tianjin et de Canton adoptèrent la même position40. À l’ouverture de la conférence, le 7 avril, 144 délégués seulement se présentèrent, en majorité des fonctionnaires et des membres du GMD : c’était moins d’un tiers du total prévu. Dans l’embarras, le cabinet Wang retarda de trois jours l’ouverture, sans plus de succès.

Photo de groupe de la Shanghai Civic Association (1932).

  • 41 Sur l’organisation et le déroulement de la conférence, voir Shen Yunlong, op. cit., 1977 ; Jiuguo t (...)

31La conférence se présenta finalement comme un simple forum d’union nationale, appelant platoniquement tous les Chinois, sans distinction d’appartenance politique ou sociale, à s’unir derrière le gouvernement pour mener à bien la lutte pour l’intégrité territoriale et l’indépendance nationale. La question constitutionnelle fut malgré tout glissée dans l’ordre du jour : on décida de maintenir « la régence du parti », de charger la Cour législative de rédiger une constitution et de convoquer dans un délai rapproché une assemblée populaire (Guomin daibiaohui 國民代表會), sans avancer aucune disposition concrète, comme le releva le mensuel Shenbao yuekan (Shunpao Monthly) 申報月刊. Face aux Japonais, le régime nationaliste cherchait éperdument le soutien de l’ensemble de la société, mais son esprit étroit et sa vision exclusive du politique lui interdisaient d’envisager une nouvelle organisation des relations de pouvoir. Au sein du parti, des militants restaient opposés à toute limitation du système « conquis par la révolution et l’effusion de sang ». Beaucoup se considéraient comme d’authentiques révolutionnaires, qualifiant volontiers les leaders des élites de « représentants de l’ordre ancien41 ». En outre, le pouvoir de Nankin demeurait fragile et divisé. Par ailleurs, bien que décidée par l’organe suprême du régime, l’organisation de la conférence semble avoir été l’affaire personnelle de Wang Jinwei. Chiang Kai-shek, principal détenteur du pouvoir, ne se donna même pas la peine de s’y présenter. Dans un État-parti verrouillé par Chiang et sa coterie, Wang Jingwei se souciait probablement avant tout d’étoffer sa propre autorité. Il faudra attendre 1938, en pleine guerre sino-japonaise, pour réunir une conférence de participation politique du peuple (Guomin canzhenghui 國民參政會). En neuf ans d’existence (1938-1947), cette instance consultative jouera néanmoins un rôle du premier plan dans l’union nationale contre les agresseurs.

  • 42 L’ouvrage d’Edmund S. K. Fung, centré sur les courants de pensée et les activités des intellectuels (...)

32La Conférence de l’urgence nationale ne fut qu’un épisode parmi d’autres du long mouvement constitutionnel. Dans les années 1930-1940, comme l’a remarqué Edmund Fung – contrairement à ce qu’avancent certains intellectuels chinois contemporains –, les acteurs sociaux n’étaient nullement portés à sacrifier leurs aspirations démocratiques à la priorité du salut national. Au contraire, ils n’ont cessé de poser la question de l’adaptation des principes démocratiques aux réalités chinoises et n’ont pas ménagé leurs efforts en faveur de l’avènement d’un régime constitutionnel42. Le cas de Shanghai montre que l’agression japonaise a amorcé – et non pas étouffé – le mouvement de politisation de tout un pan de la société urbaine et que ce mouvement a dépassé le cadre restreint des élites instruites et des intellectuels « occidentalisés ». À ce propos, l’évolution du Shenbao est significative.

  • 43 « Huang Yanpei lun » 黃炎培論 (Essai sur Huang Yanpei), in Jiangsusheng shehui kexueyuan (éd.), Yun Yiq (...)
  • 44 Voir Yeh Wen-hsin, “Progressive Journalism and Shanghai’s Petty Urbanites : Zou Taofen and the Shen (...)
  • 45 Il sera condamné à quatorze mois d’emprisonnement en 1935 pour un article jugé attentatoire à l’hon (...)

33Les deux principaux quotidiens liés aux milieux d’affaires de Shanghai, indépendants du gouvernement, du parti nationaliste et des forces politiques régionales, étaient le Shenbao et le Xinwenbao (L’Information). En réponse à l’intérêt grandissant du public pour les affaires nationales et internationales, le Shenbao créa en juillet 1932 le Shunpao Monthly. Selon Yun Yiqun, journaliste de gauche exerçant à l’époque à Shanghai, c’était de loin la meilleure des trois principales revues généralistes, les deux autres étant Xin Zhonghua 新中華 (Chine nouvelle), éditée par la maison Zhonghua, et Dongfang zazhi 東方雜誌 (Revue de l’Orient) de la Shanghai Commercial Press43. Plus radicaux, le Shenghuo Weekly 生活月刊 (sous-titre anglais : Life) et son successeur le Xinsheng Weekly 新生月刊 (New Life), qui tiraient entre 100 000 et 150 000 exemplaires, ont exercé une influence considérable sur les jeunes, les étudiants, les employés, les petits et moyens entrepreneurs44. Le rédacteur en chef du Xinsheng Weekly, Du Chongyuan 杜重遠 (1899-1943), jeune industriel originaire de Fengtian (Shenyang, capitale du Liaoning), fut l’un des éléments les plus dynamiques de la Shanghai Civic Association et du mouvement de promotion des produits nationaux45. Plus modéré mais non moins persévérant, le Jiuguo tongxun 救國通訊, puis le Guoxun 國訊 (Current National), créé à l’origine par la Société chinoise d’enseignement professionnel, fut coédité par la SCA à partir d’octobre 1932. D’abord irrégulier et réservé à une diffusion interne, il devint bihebdomadaire puis décadaire et public, avec un tirage passant du millier d’exemplaires à 20 000 en 1934 et 50 000 en 1936. Ces périodiques réformistes informaient leurs lecteurs sur les problèmes socio-économiques du pays, l’actualité mondiale et l’état des relations sino-étrangères, commentaient la conduite gouvernementale, tout en évitant de provoquer ou d’affronter directement Nankin.

  • 46 « Les classes moyennes doivent être les piliers de la société et, par conséquent, posséder la force (...)
  • 47 Zuo Shunsheng, Jin sanshinian jianwen zaji, 1976, p. 33.

34En dehors de la presse, d’autres réseaux se multipliaient. Le Club Zhongshe, créé par un homme d’affaires de Ningbo, Sheng Pihua 盛丕華 (1882-1961), voué au divertissement et fréquenté par les couches supérieures des classes moyennes (hommes d’affaires, gestionnaires, experts-comptables, avocats, juristes, journalistes, universitaires), était devenu un lieu de rencontre et de discussions politiques46. « Les hommes de Shanghai y échangent leurs opinions sur les affaires du pays47. »

  • 48 Huang Fu, vétéran de la Ligue jurée, n’était pas membre du GMD, mais un frère juré de Chiang Kai-sh (...)
  • 49 « Huiwu gailan » 會務概覽 (Abrégé des activités), Shanghaishi difang xiehui dierjie nianbao (2e annuair (...)

35De leur côté, la Société chinoise d’éducation professionnelle, la YMCA et la YWCA, les institutions rattachées au Shenbao ne se limitaient plus à des activités purement éducatives et formaient autant de centres d’animation politique. La haute bourgeoisie d’affaires participait aussi aux discussions dans les salons de Shi Liangcai ou Huang Fu黃郛. Ancien maire de Shanghai et politicien en retraite, ce dernier avait conseillé à Chiang Kai-shek, en décembre 1931, d’organiser une sorte de régime semi-constitutionnel combinant leadership du GMD et représentation populaire, de manière à réduire la pression exercée par la diplomatie étrangère et l’opinion publique chinoise48. Deux fois par mois, la SCA organisait une conférence-débat sur la conjoncture en Extrême-Orient49. La politisation de la société urbaine concernait nécessairement les bourgeoisies, qui avaient, de toute manière, des intérêts spécifiques à défendre.

La Ligue nationale pour l’arrêt des guerres civiles

  • 50 Zhu Hua, « Yierba zhanzheng hou Shanghai minzu zichan jieji de zhengzhi taidu », 1987 ; Coble, The (...)

36Dès la fin des hostilités à Shanghai, des personnalités conscientes du fait que l’incapacité gouvernementale à résister au Japon était en grande partie liée à la fragmentation politique lancèrent un appel en faveur d’un mouvement national d’opposition aux guerres civiles. Les premiers promoteurs furent le doyen de l’Université Hujiang 滬江 (Shanghai Baptist College), Liu Zan’en 劉湛恩, l’un des principaux dirigeants de la YMCA de Shanghai, et le banquier Wu Dingchang 吳鼎昌, également président du conseil général du Dagongbao 大公報 (L’Impartial) et du Guowen zhoubao 國聞周報 (Informations nationales) de Tianjin. Dans l’été 1932, Wu vint à Shanghai exposer ses idées aux leaders bourgeois. Le président de la Fédération nationale du commerce (Quanguo shangye lianhehui 全國商業聯合會), Lin Kanghou 林康侯, Wang Xiaolai et les dirigeants des deux corporations de banques shanghaiennes lui répondirent avec enthousiasme. La Shanghai Civic Association n’étant pas appropriée pour un projet politique de dimension nationale, ils créèrent, au nom des associations professionnelles qu’ils dirigeaient, la Ligue nationale pour l’arrêt des guerres civiles (Feizhi neizhan datongmeng 廢止內戰大同盟). Au meeting inaugural du 27 août 1932, 400 associations et 1 057 personnalités de diverses villes votèrent une motion appelant le gouvernement « à tolérer les communistes et à arrêter la guerre civile afin de récupérer la Mandchourie » (Qing zhengfu ronggong feizhan yi shoufu dongbei 請政府容共廢戰以收復東北)50. Cette réunion intervenait au moment même où Chiang Kai-shek entamait une quatrième campagne militaire contre les guérillas communistes du Jiangxi et du Hubei. Exprimant tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas, le Shenbao et le Shenghuo Weekly critiquaient vivement la solution purement militaire de la question communiste : selon eux, le mouvement communiste se nourrissait de la dégradation des conditions paysannes et la campagne militaire ne pouvait qu’aggraver la situation. La presse modérée estimait que le gouvernement devait légaliser l’existence du Parti communiste, comme l’avaient déjà fait les grands pays industriels.

  • 51 Selon les accords signés, les grandes banques shanghaiennes consentaient à Nankin des avances de tr (...)

37La Ligue pour l’arrêt des guerres civiles espérait constituer une force de dissuasion vis-à-vis des belligérants de tous bords et vis-à-vis du GMD. Entre 1932 et 1933, elle envoya des émissaires auprès des militaires qui s’affrontaient au Shandong et au Sichuan et à Nankin pour dissuader le pouvoir de recourir systématiquement à la force face aux dissidences. Ces interventions ciblées se révélèrent peu efficaces. Mais les positions exprimées par la Ligue confortaient une opinion générale de plus en plus hostile à la politique gouvernementale de « pacification intérieure avant toute résistance aux attaques extérieures » (annei jiaowai 安內剿外). À terme, le décalage entre le pouvoir et le corps social représentera pour le régime une bombe à retardement qui conduira à l’explosion du mouvement de salut national de 1935-1936 et à l’incident décisif de Xi’an de décembre 1936. Comme l’a souligné Parks Coble, les bourgeoisies espéraient aussi faire de la Ligue une arme contre la politique financière de Nankin qui reposait sur une budgétisation déficitaire compensée par l’émission d’emprunts. Les grandes banques shanghaiennes servaient de canal au lancement de ces opérations51. Elles en avaient retiré de gros bénéfices, mais la crise financière de l’hiver 1931-1932 avait déjà révélé les limites du système. En outre, les bons d’État absorbaient une grande partie des capitaux disponibles, alors que l’économie chinoise commençait à ressentir les répercussions de la dépression mondiale, notamment dans le secteur agricole, et que l’occupation japonaise de la Mandchourie faisait perdre à l’industrie chinoise une importante part du marché national. Sachant pertinemment que la prospérité des banques dépendait avant tout de l’expansion des secteurs industriel et agricole, les leaders des bourgeoisies shanghaiennes voulaient résister à l’expédient des émissions d’emprunts. Le lancement de la Ligue pour l’arrêt des guerres civiles s’inscrivait dans ce contexte.

  • 52 Zhu Hua, op. cit., p. 66 ; Wu Jingping (éd.), op. cit., 2002, p. 189.

38En 1933, « à moitié sous la contrainte des autorités, à moitié pour écouler les capitaux sans réemploi » qui se concentraient à Shanghai à cause de la récession, les banquiers renoncèrent à refuser de souscrire de nouveaux bons d’État52. Mais les banquiers les plus avisés, comme Zhang Jia’ao, Chen Guangfu 陳光甫, le directeur général de la Banque d’épargne de Shanghai, ou Li Ming 李銘, celui de la Banque industrielle du Zhejiang, conscients du caractère suicidaire de la politique déficitaire de l’État, s’efforçaient de résister à l’insatiable demande d’avances par Nankin. Ils alertaient aussi leurs confrères du danger de la spéculation des titres d’État et les pressaient d’investir en faveur des productions agricole et industrielle.

  • 53 Shanghai zhoubao, 上海周報 1932-1933. Une partie des articles a été reprise dans Dangdai shisheng 當代史賸 (...)

39Comme on pouvait s’y attendre, l’activisme des notables provoqua la riposte, volontiers calomnieuse, de la presse nationaliste. Le Shenbao, Shi Liangcai, Huang Yanpei, Wang Zaoshi et d’autres intellectuels furent particulièrement visés. Inquiets de l’affaiblissement du pouvoir central, certains organes fascisants prônaient même l’instauration d’une dictature dominée par un puissant leader national53. À Shanghai, le comité municipal du GMD et le service spécial Fuxingshe 復興社 étaient les plus hostiles aux initiatives des bourgeoisies. À l’été 1932, ils obtinrent de Chiang Kai-shek l’interdiction de diffusion du Shenbao, puis du Shenghuo Weekly dans les quatre provinces du bassin du Yangzi. En contrepartie d’une reprise de la distribution, Chiang exigea de Shi Liangcai l’infléchissement du ton des éditoriaux, la révocation de l’éditorialiste Chen Binghe, des deux conseillers Huang Yanpei et Tao Xingzhi 陶行知, traités de semeurs de troubles contrecarrant les intérêts de l’État-parti, et la présence, au sein du journal, d’un inspecteur officiel. Après trente-cinq jours de suspension (du 16 juillet au 20 août), Shi Liangcai accepta un compromis sur les deux premiers points sans céder sur le troisième. La Ligue nationale pour l’arrêt des guerres civiles fut interdite fin 1933. Son opposition aux représailles militaires de Nankin contre le gouvernement contestataire du Fujian fut l’un des motifs de cette interdiction.

40En réalité, ni Shi Liangcai, ni Huang Yanpei, ni les hommes d’affaires ne désiraient affaiblir l’autorité du pouvoir central. Malgré leur position face à la solution militaire contre les dissidences, la SCA et les organisations professionnelles condamnaient les actes de division politique et appelaient à l’union nationale autour de Nankin. Mais le régime s’inquiétait et s’irritait de voir les bourgeoisies shanghaiennes s’impliquer dans la vie politique. Peu cohérent face aux initiatives du corps social, l’État nationaliste redoutait le développement de tout germe subversif – souvent imaginaire – susceptible d’entraver la consolidation et la pérennité de son pouvoir.

La SCA et la résistance anti-japonaise au nord de la Chine

  • 54 Président du comité de la région de Beiping depuis 1930.

41Dans la seconde moitié de 1932 et en 1933, en sus de l’inquiétante situation économique, c’est la tension accrue au nord de la Chine qui préoccupait les bourgeoisies. Après avoir installé le régime fantoche du Mandchoukouo, l’armée japonaise Kwantung 關東 menaçait la province limitrophe du Jehol (Rehe) et le front de la Grande Muraille. Nankin promit une résistance armée en cas de nouvelle intrusion, mais le régime contrôlait peu cette partie du territoire placée sous l’autorité de Zhang Xueliang 張學良, l’ancien seigneur de la guerre de Mandchourie rallié au gouvernement nationaliste en 192854, et persistait dans sa campagne anticommuniste au Sud. La SCA, engagée dans le mouvement de soutien à la résistance des milices mandchouriennes, décida d’envoyer ses propres observateurs derrière le front dans l’espoir d’infléchir les décisions gouvernementales.

  • 55 « Huang Renzhi jun baogao diyici beixing kaocha baogao » 黃任之君報告第一次北行考察報 (Rapport de Huang Yanpei su (...)

42Mandaté par le conseil de la SCA, Huang Yanpei se rendit en tournée, en juillet 1932, à Jinan, Tianjin et Pékin et y rencontra divers responsables militaires et civils. Il s’informa sur l’attitude des premiers face à l’éventualité d’une attaque japonaise et conseilla aux seconds de former des organisations de soutien à la résistance. Il rentra à Shanghai deux semaines plus tard, heureux de pouvoir témoigner de la détermination des militaires et des civils du Nord55. À ce stade, les notables croyaient encore à la possibilité d’une résistance, qu’ils étaient décidés à appuyer.

  • 56 Sur Zhu Qinglan, cf. Rana Mitter, The Mandchurian Myth : Nationalism, Resistance, and Collaboration (...)

43Fin août 1932, au nom de la SCA, Zhu Qinglan, son associé Cha Lianzhao et Du Chongyuan 杜重遠 montèrent coordonner la résistance des Volontaires du Nord-Est (Dongbei yiyongjun 東北義勇軍) dans le Jehol. Zhu, ancien gouverneur militaire en Mandchourie, où il s’était distingué pour ses activités de secours public, était depuis les événements de 1931 un des principaux coordinateurs des antennes d’assistance aux réfugiés et aux milices mandchouriennes installés à Shanghai. Depuis l’occupation de sa province natale, Du séjournait à Shanghai et sillonnait le pays au cours de tournées de propagande patriotique. Quant auxVolontaires du Nord-Est, qui s’activaient alors dans le Jehol et en bordure de la Mandchourie, c’étaient des troupes hétérogènes et mal coordonnées, incluant pêle-mêle des militaires de l’ancienne armée du Nord-Est (Dongbeijun 東北軍), des groupes de bandits ou de sociétés secrètes, des combattants des guérillas communistes. Mais, grâce aux efforts des propagandistes mandchouriens, ils étaient très populaires, acclamés dans les médias et soutenus par leurs compatriotes réfugiés dans les grandes villes56.

  • 57 Cf. Shanghai Dongbei nanmin jiujihui (éd.), Yuejuan yundong shouzhi baogaoshu (Rapport de comptabil (...)

44Pour accompagner leur action dans le Nord, la SCA et la chambre de commerce municipale lancèrent parallèlement un appel à des dons à renouveler mensuellement sur une durée de six mois, d’octobre 1932 à avril 1933, invitant les habitants à engager les économies réalisées sur leurs dépenses quotidiennes. Les notables-marchands prirent en charge les frais du dispositif de collecte et mobilisèrent 123 dirigeants de corporation professionnelle pour patronner cette nouvelle campagne. Le Shenbao et le Xinwenbao publiaient chaque jour une liste des donateurs. En décembre, une séance récréative fut organisée par la SCA, le Syndicat général des ouvriers et les associations d’avocats et d’experts-comptables qui remporta un franc succès. En six mois, le Comité de secours aux réfugiés du Nord-Est (Shanghai Dongbei nanmin jiujihui 上海東北難民救濟會), émanation opérationnelle de la SCA, réunit 300 000 yuans : « Un petit nombre seulement [de ces dons] provient de gens fortunés ; la plus grande partie a été fournie par des marchands, des colporteurs, des ouvriers, des femmes, des enfants. Ils ont économisé sur leurs dépenses de base et amassé la somme souscrite centime après centime, de manière à remplir leur devoir sacré de citoyen (jin guomin yifenzi zhi tianzhi 盡國民一分子之天職). » La SCA mit une partie des fonds à la disposition de Zhu Qinglan, qui tenait avec les leaders mandchouriens un bureau de soutien à Pékin pour financer le combat des milices volontaires. Une autre partie servit à l’achat de produits médicaux et à l’envoi d’équipes médicales dans le Nord57.

45Mais ni l’armée officielle ni les milices ne purent contenir la progression japonaise : Shanhaiguan, la passe stratégique de la Grande Muraille, tomba le 3 janvier 1933, après trois jours de combats acharnés. L’invasion du Jehol devenait imminente. La SCA et la chambre de commerce télégraphièrent à Zhang Xueliang et aux autres chefs militaires du Nord pour les appeler à s’unir dans la résistance. Zhu Qinglan sollicita l’assistance de l’association. En janvier, Huang Yanpei, Du Chongyuan et d’autres personnalités de la SCA montèrent deux fois dans le Nord. Ils s’employèrent à pousser les milieux sociaux de Jinan, Tianjin et Pékin à organiser des associations civiques (difang xiehui 地方協會) comparables à leur homologue shanghaienne et à dissuader les anciennes personnalités déchues, comme Wu Peifu et Du Qirui, de tomber dans le piège japonais du régime régional fantoche. Un deuxième voyage eut lieu en février, en concomitance avec Song Ziwen, premier ministre par intérim, qu’ils informèrent du manque de coordination rigoureuse des opérations sur ce front du Nord. Song prit des mesures de commandement, accorda 200 000 yuans de subsides au gouverneur du Jehol, Tang Yulin 湯玉麟, et décida la construction d’une route entre Chengde, la capitale du Jehol et Pékin. De leur côté, les délégués de la SCA rendaient visite aux armées. Du Chongyuan mobilisait la jeunesse et Yan Fuqing 顏福慶 ouvrait des hôpitaux en association avec des médecins étrangers. De Shanghai, un train de produits médicaux acquis à bas prix auprès de l’industrie pharmaceutique fut dirigé vers Pékin.

46Rapidement, Huang Yanpei, Mu Ouchu et Zhu Qinglan se rendirent compte que les généraux de l’Armée du Nord-Est, Zhang Zuoxiang 張作相 et Tang Yulin, irresponsables et corrompus, étaient dépourvus de toute combativité face aux envahisseurs japonais. Au mois de mars, ils se replièrent sans résistance véritable, abandonnant le Jehol en moins d’une semaine. À Shanghai, la déception fut immense. Les associations réclamaient le limogeage et le châtiment des généraux. Lorsque Zhu Qinglan revint recueillir fin mars l’aide financière prévue, il ne put réunir que 200 000 yuans sur les 500 000 promis par les organisations de secours avant la perte du Jehol. Zhu et la SCA reportèrent un moment leurs espoirs sur la combativité des milices volontaires. Mais elles se battaient dans des conditions extrêmement difficiles, manquaient de munitions, de vivres et du soutien gouvernemental. Sur leur lancée, les forces nipponnes poursuivirent leur offensive vers le front de la Grande Muraille et l’est du Hebei, à peu de distance de Pékin et de Tianjin. Chiang Kai-shek dut quand même suspendre momentanément sa campagne d’extermination des bandits communistes dans le Sud et envoyer deux divisions de l’Armée centrale au Hebei. Le ministre de la Défense nationale, HeYingqin 何應欽, fut nommé commandant en chef de la région Nord. Ces efforts n’empêchèrent pas les Japonais de camper fin mai aux portes de Pékin et de Tianjin. La SCA et les organisations shanghaiennes coalisées lancèrent un dernier appel à Chiang Kai-shek pour qu’il transfère ses troupes d’élite au Nord. Peine perdue. Le protocole de trêve de Tanggu, signé le 31 mai 1933, abandonna à l’administration nipponne 19 sous-préfectures de l’est du Hebei et reconnut implicitement le statu quo de l’occupation japonaise sur les 4 provinces du Nord-Est.

47« Toute l’œuvre patriotique menée par notre association appartient maintenant au passé. Retenons-en l’essentiel pour l’instruction de l’avenir. » C’est sur ces mots désabusés que se conclut le rapport signé Wang Boxuan 汪伯軒 de l’Annuaire de la SCA. En fait, les relations des bourgeoisies avec le régime étaient marquées par de très importants différends de fond.

Stratégie de contournement (mai 1933-juillet 1937)

48La trêve de Tanggu marqua la fin du premier stade de la résistance armée chinoise à l’agression japonaise. Le retrait du Japon de la SDN, en février 1933, excluant toute possibilité de médiation internationale, le conflit sino-japonais s’installa dans la durée. Les bourgeoisies eurent dès lors besoin d’une nouvelle stratégie susceptible de raviver l’élan patriotique manifesté pendant la période de guerre et de réunir les forces nécessaires pour faire face à la crise économique.

Huang Yanpei et la perception du politique

  • 58 Yun Yiqun, « Huang Yanpei lun », Zazh 雜誌, Shanghai, août-oct. 1944, vol. 13/5-6, et 14/1, repris in (...)

49Esquissant, dans les années 1940, une série des portraits de personnalités shanghaiennes, le journaliste Yun Yiqun 惲逸群 a posé la question : « Qui représente les capitalistes chinois naissants, regroupés dans leur centre de Shanghai, pour mener des activités politiques ? Zhang Jia’ao ? Chen Guangfu ? Non. Ce sont Shi Liangcai et Huang Yanpei. Après la disparition du premier, le second est resté leur meilleur champion58. » Ce jugement ne correspond que partiellement aux réalités complexes du capitalisme shanghaien. Il est cependant indéniable que Huang fut la tête pensante de la SCA, son stratège le plus éminent. Ancien dirigeant de la Société générale d’éducation du Jiangsu (1905-1927), mise à l’index par le régime de Nankin, il réapparut dans l’espace public au début des années 1930, en s’appliquant notamment à élaborer une stratégie de mobilisation sociale en prévision de l’invasion japonaise. Lors de son deuxième voyage dans le Nord, en janvier 1933, les discussions avec ses collaborateurs Du Chongyuan et Zhao Zhengping 趙正平 l’amenaient à conclure :

  • 59 Journal de Huang Yanpei, art. cité, 11-12/1/1933.

En premier lieu, la campagne se disloque partout où la misère atteint un degré extrême. Cette situation a des causes plus politiques que les calamités naturelles, la menace extérieure ou les incidences de l’économie mondiale. En second lieu, compte tenu de la configuration actuelle des pouvoirs, il est impossible de sauver la nation par la voie politique. Le meilleur moyen est de s’appliquer à unir les éléments capables (youli fenzi 有力分子) de tout le pays. Et de commencer par unir les éléments actifs de base59 .

  • 60 Les conférences et écrits de Huang Yanpei sont rassemblés dans Zhidong 之東 (À l’Est), 1934, Wuliu ji (...)

50Huang faisait partie des notables imprégnés de l’héritage confucéen du mouvement Gestion de la société (jingshi 經世), qui conférait une importance décisive à l’interaction du politique et du social. Il estimait que la fragmentation chinoise et la politique gouvernementale étaient largement responsables de l’effondrement de l’économie paysanne et de l’insécurité du monde rural, où le banditisme sévissait. Cette vision était partagée par beaucoup d’analystes et de leaders bourgeois. L’économie shanghaienne, essentiellement fondée sur l’industrie légère et le commerce d’import-export, ressentait fortement les incidences de la baisse de production des matières premières et de la réduction du pouvoir d’achat de la paysannerie. Pour le fondateur de l’enseignement professionnel, l’État ne saurait réaliser ses objectifs sans prendre en compte les difficultés des campagnes et les nécessités de la résistance à l’agression ne sauraient reléguer cette tâche au second plan. Au cours des années suivantes, il sillonnera plusieurs provinces pour propager ses idées auprès des responsables sociaux et politiques60.

51Huang et ses amis capitalistes comprenaient bien que le jeu politique, comme celui des relations internationales, nécessitait un projet et des valeurs, mais qu’il reposait surtout sur des rapports de force.

  • 61 Entretien de Huang Yanpei avec Yan Esheng, 14/1/1960. Document de la Fédération de l’industrie et d (...)

Pendant une vingtaine d’années, la Société d’éducation du Jiangsu a mené une activité politique sous le couvert d’activités éducatives. Mais pour une implication dans l’action politique, la force des milieux éducatifs était insuffisante. L’alliance avec les milieux des industriels et des marchands a permis d’accroître leur puissance. La Société d’éducation du Jiangsu et la chambre de commerce de Shanghai étaient très liées, quasiment complices61.

  • 62 Les Banques du Nord (Bei sihang 北四行 désignaient les quatre banques originaires du Nord : Yanye 鹽業, (...)
  • 63 Entretien de Huang Yanpei avec Yan Esheng, 14/1/1960, document cité.
  • 64 Sur l’Amicale de Pudong, voir Goodman, “Creating Civic Ground : Public Maneuverings and the State i (...)

52Huang n’a jamais renoncé à cette stratégie, même lorsque la Société chinoise d’enseignement professionnel (SCEP) prit le relais de la Société d’éducation du Jiangsu. Par la nature de ses activités, la SCEP fut encore plus proche des préoccupations des bourgeoisies. Homme de contact hors pair, Huang cultivait toutes sortes de relations, tissait des liens entre les milieux économique, éducatif et journalistique, et élaborait des réseaux associatifs shanghaiens et nationaux. C’est au cours d’un voyage au Japon au printemps 1931 qu’il prit conscience du danger d’une invasion japonaise imminente. Pour mettre sur pied le dispositif de mobilisation de la société shanghaienne, il convainquit son ami Shi Liangcai de réformer le Shenbao, dont il devint directeur de conception, pour élargir les activités journalistiques et sociales en vue d’exercer une influence accrue sur son public. Dans les milieux d’affaires, il s’adressa à deux hommes particulièrement influents dans les réseaux financiers des Banques du Nord et du Sud, Zhang Jia’ao et Wu Dingchang62. Il en obtint une promesse de coopération dans le soutien de la production agricole et industrielle63. À l’occasion de la réorganisation de l’Amicale de Pudong (dont ils étaient tous deux originaires), il se rapprocha de Du Yuesheng64, pour utiliser le pouvoir d’influence de Du en faveur d’une mobilisation sociale sans éveiller les suspicions du GMD. Conscient de l’impossibilité provisoire d’un salut du pays par la seule voie politique, il estimait que la meilleure ligne de conduite était d’unir les éléments actifs pour intervenir au niveau le plus pratique, solution qui se concrétisera plus tard dans la formule « Se sauver par le développement productif et se défendre par la promotion économique » (shengchan zijiu, jingji ziwei 生產自救, 經濟自衛). Les mots suggéraient que l’activité productrice à laquelle chacun s’appliquait pour assurer son existence devait servir à la construction de la puissance nécessaire au salut national. Cette orientation ne s’opposait pas à l’État ; bien au contraire, elle faisait valoir trois tâches prioritaires : « production, union, défense nationale » (shengchan, tuanjie, guofang 生產, 團結, 國防). En d’autres termes, elle proposait une large coopération avec toutes les composantes de la société et les tenants politiques du pouvoir. L’espoir d’infléchir les décisions gouvernementales par la mobilisation de la société restait sous-jacent.

53L’approche de Huang Yanpei revenait à concilier les préoccupations socio-économiques et la construction d’une force sociale convenant aux aspirations et aux intérêts des bourgeoisies de Shanghai. Le patriotisme le plus sincère y alla toujours de pair avec la promotion des affaires. Le Mouvement de promotion des produits nationaux devait être un exemple flagrant de cette combinaison.

Zhang Jia’ao et le Mouvement de promotion des produits nationaux

  • 65 Citons par exemple, le Guohuo yuebao 國貨月報 (Journal mensuel des produits nationaux), fév. 1934-déc.1 (...)

54De concert avec la chambre de commerce et d’autres associations shanghaiennes, la SCA organisa, de 1933 à 1936, un Comité de coordination du Mouvement de promotion des produits nationaux (Shanghaishi guohuo yundong lianhehui 上海國貨運動聯合會). Tous les ans, il formula un nouveau thème mobilisateur : 1933 fut « l’année des produits nationaux », 1934 « l’année des produits nationaux des femmes », 1935 « l’année des produits nationaux des enfants » ; 1936 « l’année des produits nationaux des étudiants ». Le mouvement misait sur le sentiment patriotique des consommateurs. Il incorporait de nombreuses organisations de masse, de femmes et de fabricants, et s’appuyait sur une vaste campagne de propagande patriotique combinée à des publicités commerciales. Shi Liangcai créa dans le Shenbao, à partir du 1er janvier 1933, une rubrique hebdomadaire consacrée aux produits chinois (guohuo zhoukan 國貨周刊) confiée à Pan Yangyao 潘仰堯, un cadre de la SCEP, et à Du Chongyuan. Proches des entreprises de tailles petite et moyenne, ils donnaient largement la parole à leurs cadres, dont on n’avait jamais autant parlé auparavant. Les publications spécialisées dans la promotion des produits chinois abondaient et couvraient les efforts industriels d’éloges édifiants65. Organisateurs et fabricants déployaient de grands moyens pour leurs campagnes annuelles : défilés de véhicules décorés, participation de stars de cinéma et de chanteuses de cabaret, transmission de discours et de messages par la radio, multiplication des foires commerciales, des expositions et des tournées. Ces formes nouvelles de publicité et de décoration de vitrines ont fait récemment l’objet d’études relatives à la culture commerciale de l’époque et à son impact sur les conceptions des masses populaires. Du point de vue de la mobilisation sociale, le mouvement se différenciait des vagues éphémères de boycottage des marchandises étrangères : il s’installait dans la durée et visait à l’amélioration des produits chinois et à la modernisation des circuits de production et de vente. Les promoteurs entendaient favoriser l’installation des structures commerciales nécessaires et étendre le mouvement dans la Chine de l’intérieur. Cela supposait – techniquement – une étroite coopération entre les milieux financiers et industriels, en particulier ceux des entreprises de petite et moyenne tailles qui fabriquaient les produits d’usage courant censés concurrencer les articles occidentaux et japonais importés. L’action menée par Zhang Jia’ao, un des banquiers les plus actifs de l’époque, dans ce domaine est éloquente.

  • 66 Selon le recensement de 1930 du Bureau social municipal, il existait à Shanghai 1 887 usines chinoi (...)

55Promu en 1928 directeur général de la Banque de Chine, première banque chinoise, il opéra d’importantes réformes qui permirent une expansion considérable de l’établissement. Il s’inspirait du modèle des banques étrangères et estimait que son établissement devait aller au-delà de ses activités habituelles d’échange de devises pour épauler une économie chinoise en grande difficulté. Pour l’aider à s’informer sur la situation des entreprises, Huang Yanpei lui présenta, au printemps de 1931, Pan Yangyao, rédacteur du bulletin de l’Union des usines de produits nationaux manufacturés de Shanghai (Shanghai jizhi guohuo gongchang lianhehui 上海機製國貨工廠聯合會). L’union, fondée en mai 1927, regroupait environ 250 usines fabriquant essentiellement des produits d’usage courant, certaines de taille relativement importantes, d’autres plus petites mais particulièrement actives66. Les mercredis après-midi, Pan accompagnait Zhang et ses collaborateurs visiter des usines – une soixantaine en deux ans. Se fondant sur les données réunies sur place et sur l’opinion des techniciens responsables, la Banque de Chine accordait des crédits à des taux relativement bas qui permettaient aux entreprises d’assurer leurs fonds de roulement, éventuellement, d’accroître leur capacité de production.

  • 67 Pan Yangyao, « Zhang Jia’ao yu Shanghai minzu gongye, fu : Zhang Jia’ao xiaozhuan », p. 35-46 ; Rua (...)

56Au printemps de 1932, pour élargir cette collaboration et conseiller les entrepreneurs sur les meilleurs moyens de surmonter les handicaps structurels dont ils souffraient face à la concurrence étrangère (faiblesse de trésorerie les empêchant d’augmenter leur capacité de production, techniques de fabrication insatisfaisantes et diffusion insuffisante des productions), Zhang Jia’ao lança avec Huang Yanpei une série de déjeuners-débats qui se tenaient tous les vendredis à la cantine de la Banque de Chine. Wang Xingyao, directeur de la Compagnie d’allumettes Dazhonghua, et l’expert-comptable Pan Xulun 潘序倫 se chargeaient d’élargir le contingent des convives (une vingtaine au début, avant de passer régulièrement à une centaine de personnes), de programmer les thèmes de discussion et d’inviter des conférenciers choisis parmi les financiers, experts-comptables, fabricants, ingénieurs ou économistes. Dans un deuxième temps, en août 1932, les promoteurs abandonnèrent la formule du déjeuner du vendredi et fondèrent l’Association chinoise pour la manufacture et la vente des produits nationaux (Zhonghuo guohuo chanxiao xiehui 中華國貨產銷協會), dont Zhang Jia’ao assura les fonctions de président, secondé par Du Chongyuan et Wang Xingyao. Des expositions d’articles manufacturés shanghaiens furent organisées dans plusieurs villes chinoises et des antennes de représentation y furent ouvertes67.

  • 68 Yang Chengqi, « Jiuyiba shangchang » in Pan Junxiang (éd.), op. cit., p. 276.
  • 69 La date de l’incident de Moukden (9-18 en chinois) donna lieu à une débauche de symboles numériques (...)
  • 70 Lin Bingwei, « Li Kangnian yu Zhongguo guohuo gongsi » in Pan Junxiang (éd.), p. 266-274 ; Yang Che (...)

57Avec pour mot d’ordre « la solution fondamentale [à l’occupation japonaise] consiste à développer énergiquement la production et augmenter la puissance nationale en vue d’un règlement définitif68 », la Banque de Chine et l’association apportèrent leur soutien à l’initiative de neuf entreprises affiliées pour l’organisation d’une exposition-vente au rabais qui dura huit jours, à l’occasion du premier anniversaire de l’incident de Moukden69. Les produits – soieries, bonneterie, draps, tricots, sweaters, ustensiles émaillés, chaussettes, savons, dentifrices en poudre, brosses à dents, etc. – jouissaient, pour la plupart, d’une bonne cote sur le marché. Chaque journée fut dédiée à une commémoration particulière ; 5 % du chiffre d’affaires réalisé furent consacrés au soutien des milices du Nord-Est. Cette initiative remporta un succès inattendu auprès des Shanghaiens, qui se montrèrent très sensibles au message patriotique véhiculé par le marketing. Encouragés par l’expérience, les entrepreneurs envisagèrent la création d’une compagnie de vente au détail sur l’avenue commerçante, Nankin Road. La Banque de Chine et l’association aidèrent à réunir un capital de base de 200 000 yuans. Grâce à l’entremise de Huang Yanpei et de Shi Liangcai, la Banque Xinhua fut également associée au projet. Inaugurée le 9 février 1933, la Société chinoise des produits nationaux de Shanghai (Shanghai Zhongguo guohuo gongshi 上海中國國貨公司) fonctionnait sur la base d’une entente spécifique entre la Banque de Chine et les fabricants. Ces derniers déposaient les marchandises dans le magasin de la société. La banque leur prêtait 70 % de la valeur des produits et prenait en charge les frais de fonctionnement du magasin, qui lui restituait chaque jour les sommes encaissées. La banque et les fabricants faisaient ensuite leurs comptes à intervalles définis. Ce système permettait à la société de fonctionner avec peu de fonds, d’accélérer la rotation des capitaux au profit des fabricants et d’élargir la clientèle70.

  • 71 Zhengzhou, Changsha, Zhenjiang, Wenzhou, Jinan, Xuzhou, Fuzhou, Chongqing, Guangzhou, Xi’an et Kunm (...)

58Par la suite, la Banque de Chine et l’association entreprirent d’étendre le modèle à la Chine de l’intérieur. Un Bureau de coordination des sociétés de produits chinois et des antennes de représentation (Zhongguo guohuo gongsi 中國國貨公司 et Guohuo jieshaosuo quanguo lianhe banshichu 國貨介紹所全國聯合辦事處) se substitua à l’association. Zhang Jia’ao obtint de Liu Hongsheng qu’il laisse Wang Xingyao 王性堯 quitter la compagnie d’allumettes pour se consacrer entièrement à la direction du nouvel organisme. Entre janvier 1934 et fin 1935, le bureau aida 11 villes71à créer des sociétés de vente semblables au modèle de Shanghai qu’il se chargeait d’approvisionner en articles manufacturés à Shanghai. Pour assurer le fonctionnement, le bureau envoyait dans chacune d’elles un manager adjoint et un comptable. La Banque de Chine se chargeait d’assurer aux comptables locaux une formation moderne.

  • 72 Wang Xingyao, op. cit., p. 280-296 ; Li Wenjie, « Tichang guohuo shiye de Wang Xingyao », in Shangh (...)

59Patriotisme aidant, l’implantation de ce réseau commercial élargissait le débouché des produits manufacturés chinois. Mais ce succès incita certains fabricants shanghaiens à s’affranchir des engagements pris auprès du Bureau de coordination et à livrer directement certains marchands des provinces. Au printemps 1935, la révocation de Zhang Jia’ao de la présidence de Banque de Chine interrompit le financement de la chaîne. Zhang décida avec Wang Xingyao de maintenir le bureau et de restreindre les activités en attendant des jours meilleurs. L’entreprise fut sauvée par l’entrée, fin 1935, de Zhang Jia’ao et Wu Dingchang dans le nouveau cabinet de Chiang Kai-shek. Nommé ministre de l’Économie, Wu collabora avec le Bureau de coordination, qu’il restructura sous le nom de Compagnie mixte de produits nationaux (Zhongguo guohuo lianying gongsi 中國國貨聯營公司). De nouvelles succursales furent ouvertes. Les interventions de Wu jouèrent un rôle déterminant dans la conciliation des intérêts entre les petites et les grandes entreprises72.

Implications politiques de l’activisme des notables

  • 73 William C. Kirby, “Birth of Developmental State, 1928-1937”, in Yeh Wen-hsin, 2000, p. 137-160.
  • 74 Hong Jiaguan, « Zhang Jia’ao zai Zhongguo yinhang de ershi’er nian », in Shanghai wenshi ziliao xua (...)

60Comparé à ses prédécesseurs de Pékin, le gouvernement de Nankin nourrissait indéniablement un véritable dessein du développement national, s’employait réellement à sa réalisation. Il maintenait une coopération régulière avec la Société des Nations73. Associées ou sollicitées, les bourgeoisies étaient décidées à soutenir ses efforts économiques. Zhang Jia’ao et ses collaborateurs ne songeaient aucunement à se substituer à l’État, seul capable, de l’avis général, de mener à bien les grands projets d’industrialisation. Zhang appuyait énergiquement la construction de chemins de fer engagée par l’État. Avec d’autres banquiers et industriels shanghaiens, il s’investit aussi entre 1933 et 1935, dans la Commission de contrôle du coton (Mianye tongzhi weiyuanhui 棉業統制委員會) du ministère de l’Économie, dont l’objectif était de développer la culture cotonnière et d’améliorer la qualité de sa production74. Au moins verbalement, les autorités approuvaient le Mouvement de promotion des produits nationaux et partageaient le désir des capitalistes de promouvoir une industrie nationale pour réduire les importations de produits étrangers. Cependant, comme l’ont relevé William Kirby et Margherita Zanasi, en matière d’aide aux entreprises, leurs interventions étaient d’autant plus insuffisantes qu’elles ne venaient pas au premier rang de leurs priorités politiques.

  • 75 Cité par Tim Wright, ‘‘Coping with the World Depression : The Nationalist Government’s Relations wi (...)
  • 76 Voir la déclaration publique de Zhang Jia’ao, in Wu Jingping, op. cit., p. 248.
  • 77 Hong Jiaguan, art. cité, p. 69-70.
  • 78 Zhang Miaosheng, p. 306, 315-316 ; Pan Yangyao, art. cité, p. 45 ; Hong Jiaguan, p. 77-78.

61Les bourgeoisies se scandalisaient de voir le régime, confronté à l’invasion étrangère et aux plus graves difficultés socio-économiques, consacrer une part aussi importante de son énergie et des ressources nationales au seul objectif de la réunification par la force militaire. Pour elles, il trahissait sa mission. Elles préféraient compter sur leurs propres forces et sur celles de la société urbaine. « Face à la crise nationale, la Banque de Chine avait le devoir de donner l’exemple75 », a confié Zhang dans ses Mémoires. Il partait d’une logique très différente de celle de Huang Yanpei, celle de l’économie pure dans ses aspects les plus techniques. Il plaçait son action dans une perspective globale de développement des bases de l’économie chinoise, s’opposant clairement à la politique de déficit budgétaire de Nankin et à son incessant recours à l’émission d’emprunts76. Il savait pertinemment que l’action engagée en faveur des produits nationaux n’aurait que peu d’effet, eu égard aux obstacles à l’industrialisation chinoise et au déséquilibre des échanges, mais elle représentait un premier effort significatif en vue de la construction économique du pays. Comme acteur de la transformation de la Banque de Chine en banque privée, dégagée de l’autorité directe du gouvernement de Pékin dans les années 1920, il était par ailleurs convaincu de l’importance nationale du secteur privé de l’économie77. En prévision d’une éventuelle renationalisation par celui de Nankin, entre 1932 et 1933, il s’associa à d’autres banquiers pour créer successivement le Comité des fonds communs de prévoyance (Yinhang lianhe zhunbei weiyuanhui 银行联合准备委员), le Bureau d’investigation sur la crédibilité des entreprises (Zhongguo zhengxinsuo 中国征信所) et le Bureau d’échange de titres (Piaoju jiaohuansuo 票据交换所), trois instances destinées à renforcer l’entraide mutuelle entre établissements et à moderniser leurs compétences professionnelles78.

Siège de la Shanghai Civic Association, rue Ratard, dans la concession française de Shanghai.
Vue du jardin.

  • 79 Voir Shen Zui, « Yang Xingfo, Shi Liangcai bei aisha de jingguo » in Wenshi ziliao xuanji, 37, 1963 (...)
  • 80 Groupe d’activistes du GMD, proches de Chiang-Kai-shek.
  • 81 Wu Jingping, p. 246. Pour la mainmise sur ces banques puis sur d’autres banques commerciales, ibid, (...)

62Huang Yanpei, Shi Liangcai et Zhang Jia’ao, leaders bourgeois exemplaires, se reconnaissaient des responsabilités à l’égard de la société et du destin national. Ils s’adossaient à des institutions puissantes, courant ainsi le risque de conflits ouverts ou larvés avec le pouvoir. Bien que disposant de bien des moyens pour imposer ses volontés, Nankin n’avait ni journal comparable en influence au Shenbao ni le contrôle d’un établissement aussi puissant que la Banque de Chine. Shi Liangcai, accusé de « développer des tendances autonomes et de fournir une aide financière au Parti communiste clandestin79 », fut assassiné le 13 novembre 1934 par les agents du Service des renseignements. Après la guerre sino-japonaise, le Shenbao sera accaparé par les hommes de la Clique CC80. La Banque de Chine et la Banque Jiatong furent stigmatisées pour « avoir usé, de temps à autre, de leur puissance financière pour se lier aux éléments réactionnaires et se mêler au jeu politique. » Au printemps 1935, Chiang Kai-shek commanda en personne le limogeage de Zhang Jia’ao. Il jugeait que le comportement des deux banques avait sur la révolution des effets « plus destructeurs que la dissidence des seigneurs de la guerre81 », sous-entendant que leur coopération insuffisante l’empêchait de mener à bien l’extermination des communistes et la pénétration complète du pouvoir central à l’intérieur de la Chine.

  • 82 Wu Jingping, p. 254-333 ; Tim Wright.
  • 83 « Shanghaishi difang xiehui huiyuan lu », 上海市地方協會會員錄, juillet 1936 (Liste des adhérents de l’Associ (...)
  • 84 Chen Xingwu, p. 179-183 ; Pan Yangyao, p. 40.
  • 85 Shanghaishi difang xiehui jibao 上海市地方協會季報 (Bulletin trimestriel de la SCA), déc. 1936, n° 10, « Hui (...)
  • 86 Annuaires de la SCA, 1933-1936 ; Bulletins trimestriels 1936-1937.
  • 87 Journal de Huang Yanpei, bilan, fin 1936.

63Pourtant, le régime avait besoin des bourgeoisies et des associations urbaines pour pallier ses carences82. C’est pourquoi il toléra l’existence de la SCA, qui collaborait avec lui quand il le fallait et restait, de toute façon, très prudente au niveau politique. Du Yuesheng succéda à Shi Liangcai à la présidence de l’association, dont la composition évolua avec l’adhésion d’un bon nombre d’entrepreneurs et d’activistes professionnels divers83. Pur produit de l’environnement politique très particulier de Shanghai, Du jouait un double jeu entre les élites sociales et le pouvoir. Le procès attenté à Du Chongyuan et la révocation brutale de Zhang Jia’ao ont provoqué « la peur et le frisson » chez les entrepreneurs de l’Association des produits nationaux, qui commencèrent à organiser la fuite des capitaux vers Canton et Hongkong84. De fin 1935 à 1936, par précaution, la SCA et les corporations professionnelles cessèrent de se mêler directement à la recrudescence du mouvement des associations de salut national. Mais, dès que les combats eurent repris au Suiyuan en novembre 1936, elles organisèrent à Shanghai, avec la chambre de commerce et la Croix-Rouge, des activités de soutien et de secours. Wang Xiaolai, Lin Kanghou, Huang Yanpei, Lu Jingshi – un proche de Du Yuesheng – et un groupe de médecins formèrent une délégation qui « représentait toute la ville » et se précipita pour réconforter les combattants du Nord85. Après la mort de Shi Liangcai, la SCA devint plus une plate-forme de communication et de concertation pour les leaders des bourgeoisies, toujours capable de se connecter avec d’autres organisations shanghaiennes et de prendre position, en cas de besoin, vis-à-vis du gouvernement plutôt qu’une association à la merci du régime, comme l’ont affirmé certains historiens86. La mainmise du pouvoir sur le secteur bancaire a sans doute affaibli la bourgeoisie dans son ensemble. Mais les structures socio-économiques urbaines n’étaient pas encore foncièrement modifiées. Les membres de la SCA restaient conscients de la nécessité de préserver l’expression d’une relative autonomie de la société que le pouvoir était bien obligé d’accepter de facto. Au bout de cinq années d’efforts, Huang Yanpei estimait que sa démarche était mieux comprise et que « la SCA [était] bien conduite dans son esprit et dans sa pratique87 ».

  • 88 Voir Xiao-Planes Xiaohong, 2005.

64Associée à la mairie, la SCA jouera à nouveau un rôle capital dans la mobilisation urbaine que déclenchera la bataille de Shanghai-Wusong d’août 1937. Pendant l’occupation japonaise, certains membres se lanceront dans des actions clandestines, dans le cadre d’autres organisations ou avec le service de renseignement de Chongqing88. Après la guerre, la SCA tiendra une assemblée générale le 14 juin 1947. Pourtant, les changements intervenus dans la société shanghaienne et dans ses bourgeoisies la pousseront à l’inaction.

Conclusion

65La naissance, le déploiement et l’œuvre de la Shanghai Civic Association illustrent à merveille la thèse développée par Marie-Claire Bergère dans son ouvrage de référence, L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise, selon laquelle cette classe naissante s’identifie à la modernisation et à l’indépendance de la Chine. Entre 1932 et 1937, les bourgeoisies et la société urbaine se sont délibérément politisées par nécessité, volonté de résister à l’envahisseur japonais, et en raison de leur différend grandissant avec la politique gouvernementale. Leur objectif fut double, même si les positions du Guomindang les ont souvent rendue indissociables. Dans tous les cas, les notables dirigeants s’appuyèrent sur la trame des associations urbaines et réussirent, par leur intermédiaire, leur entreprise de mobilisation. La qualité et la vigueur de leur action, fortifiée par cet appui, lui ont rapidement conféré une stature nationale.

66Les bourgeoisies et leurs alliés se sont efforcés de construire une force sociale capable de contrer la tendance gouvernementale à arracher ses ressources au secteur privé et à dépouiller la société de ses libertés. Leur pouvoir et leur prestige ne pouvaient évidemment pas suffire à résister à la force de frappe de l’État, mais l’important, à l’époque, était peut-être de maintenir dans la société une conscience vigilante et de préserver sa capacité à agir. La période n’a pas été propice à l’institutionnalisation des rapports politiques, mais celle-ci n’en reste pas moins en perspective dans l’activisme des élites. La guerre les amènera à reposer la question récurrente de la construction politique en Chine.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sources en langues occidentales

Brook, Timothy et Schmid, Andre (eds.). 2000. Nation Work Asian Elites and National Identities, Ann Arbor : University of Michigan Press.

Chen, Joseph. 1971. The May Fourth Movement in Shanghai, Leiden : E. J. Brill.

Chevrier, Yves. 1995. « La question de la société civile, la Chine et le chat du Cheshire », in Études chinoises, 14/2 (automne) p. 153-248.

– 2003a. « Une nouvelle histoire de la Chine au xxe siècle », in Yves Michaud (éd.), La Chine aujourd’hui, Paris : Éditions Odile Jacob.

– 2003b. « Aux sources de l’identité chinoise » (entretien), Sciences humaines, 143 (novembre), p. 28-31.

Coble, Parks M. 1980. The Shanghai Capitalists and the Nationalist Governement 1927-1937, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

– 1991. Facing Japan : Chinese Politics and Japanese Imperialism, 1931-1937, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Dryburgh, Majorie. 2000. North China and Japanese Expansion 1933-1937 : Regional Power and the National Interest, London, Curson.

Eastman, Lloyd E. 1974. The Abortive Revolution : China under Nationalist Rule, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Fung, Edmund K. S. 2000. In Search of Chinese Democracy, Civil Opposition in Nationalist China 1929-1949, Cambridge, Cambridge University Press.

Goodman, Bryna. 1995. Native Place, City and Nation – Regional Networks and Identities in Shanghai 1853-1937, Berkeley/Los Angeles/London, University of California Press.

– 1996. “Creating Civic Ground : Public Maneuverings and the State in the Nanjing Decade”, in Hershatter, Gail et al. (ed.), Remapping China.

Henriot, Christian. 1991. Shanghai 1927-1937. Élites locales et modernisation dans la Chine nationaliste, Paris, Éditions de l’EHESS.

Hershatter, Gail et al. (ed.). 1996. Remapping China : Fissures in Historical Terrain, Stanford (Cal.), Stanford University Press.

Jourdan, Donald A. 2001. China’s Trial By Fire : The Shanghai War of 1932, Ann Arbor (MI), University of Michigan Press.

Lee, Leo Ou-fan. 1999. Shanghai Modern : The Flowering of New Urban Culture in China, 1930-1945, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, part. 1.

Martin, Brian G. 1996. The Shanghai Green Gang : Politics and Organized Crime 1919-1937, Berkeley, University of California Press.

Mitter, Rana. 2000. The Mandchurian Myth : Nationalism, Resistance, and Collaboration in Modern China, Berkeley (Cal.), University of California Press.

Narramore, Terry. 1989. “The Nationalists and the Daily Press : The Case of Shenbao 1927-1934”, in John Fitzgerald (ed.), The Nationalists and China Society, 1927-1937, Symposium. Melbourne, University of Melbourne, p. 107-132.

Peck, Graham. 1950. Two Kinds of Time, Boston, Houghton Compagny.

Perry, Elizabeth J. 1993. Shanghai on Strike : The Politics of Chinese Labor, Stanford (Cal.), Stanford University Press.

Roux, Alain. 1993. Le Shanghai ouvrier des années trente : coolies, gangsters et syndicalistes, Paris, L’Harmattan.

– 1995. Grèves et politique à Shanghai. Les désillusions 1927-1932, Paris, Éditions de l’EHESS.

Rowe, William T. 1989. Hankow : Conflict and Community in a China city 1796-1896, Stanford (Cal.), Stanford University Press.

Strauss, Julia C. 1998. Strong Institutions in Weak Polities : Personnel Policies and State Building in China 1927-1940. Oxford, Oxford University Press.

Tien Hung-mao. 1972. Government and Politics in Kuomintang China 1927-1937, Stanford (Cal.), Stanford University Press.

Wakeman, Frederic Jr. et Wen-hsin YEH (ed.). 1992. Shanghai Sojourners, Berkeley (Cal.) : Institute of East Asian Studies Chinese Research Monograph 40.

– 1995. Policing Shanghai 1927-1937, Berkeley, University of California Press.

Wasserstrom, Jeffrey N. 1991. Student Protests in Twentieth Century China : The View from Shanghai, Stanford (Cal.), Stanford University Press.

Wright, Tim. 1991. “Coping with the World Depression : The Nationalist Government’s Relations with Chinese Industry and Commerce 1932-1936”, Modern Asian Studies, 25/4, p. 649-674.

Xu Xiaoqun. 2001. Chinese Professionals and the Republican State. The Rise of Professional Associations in Shanghai 1912-1937, Cambridge University Press.

Yeh Wen-hsin. 1997. “Shanghai Modernity : Commerce and Culture in a Republican City”, The China Quarterly, 150, p. 375-394.

Yeh Wen-hsin (ed.). 2000. Becoming Chinese, Passages to Modernity and Beyond, Berkeley, University of California Press, p. 137-160.

Zanasi, Margherita. 2000. “Chen Gongbo and the Construction of a Modern Nation”, in Timothy Brook et Andre Schmid (eds.), Nation Work Asian Elites and National Identities, Ann Arbor LMI) : University of Michigan Press.

Sources chinoises

Bai Huashan 白华山. 2000. « Shanghai difang xiehui yanjiu (1932-1937) » 上海地方协会研究 (Étude sur la Shanghai Civic Association 1932-1937), Mémoire de master, Shanghai shifan daxue.

Chen Xingwu 陈醒吾. 1999. « Jiuyiba zhi kangzhan qijian Shanghai minzu gongye de tucun huodong » 九一八至抗战期间上海民族工业的图存活动 (Les activités d’autodéfense de l’industrie chinoise de Shanghai après l’incident de Moukden et pendant la guerre sino-japonaise), in Wenshi ziliao xuanji hedingben, 49, 文史資料選輯合訂本 (Sélections des Wenshi ziliao publiées en volume, éd. 1999, vol. 17), Pékin, Zhongguo wenshi chubanshe, p. 179-189.

Chen Xu 陈煦. 1999. « Guomindang de shukan shencha yu Shanghai Xinsheng shijian » 国民党的书刊审查与上海新生事件 (La censure des journaux et des livres par le Guomindang et l’affaire du Xinsheng à Shanghai), in Wenshi ziliao xuanji, 43, vol. 15, p. 197-205.

He Tianyan 何天言 (éd.). 1932. Shanghai kangri xuezhanshi 上海抗日血战史 (Histoire de la l’héroïque résistance anti-japonaise de Shanghai), Shanghai, Xiandai shuju.

Hong Jiaguan 洪葭管. 1988. « Zhang Jia’ao zai Zhongguo yinhang de ershi’er nian » (Zhang Jia’ao et ses vingt-deux ans passés à la Banque de Chine), in Shanghai wenshi ziliao xuanji, 60, p. 74 ; « Jiu Shanghai de Jinrongjie » (Le secteur financier de l’ancien Shanghai), Shanghai renmin chubanshe, p. 64-81.

Hua Zhenzhong 华振中 et Zhu Bokang 朱保康 (éd.). 1933. Shijiulu jun kangri xuezhan shiliao 十九路军抗日血战史料 (Documents historiques sur la résistance héroïque anti-japonaise de la 19e armée). Shanghai, Shenzhou guoguangshe.

Jiangsusheng shehui kexueyuan 江苏省社会科学院 (éd.). 1986. Yun Yiqun wenji 恽逸群文集 (Recueil des œuvres de Yun Yiqun), Nankin, Jiangsu renmin chubanshe.

Jin Chongji 金冲及. 2000. « Du Chongyuan he ‘Xinsheng’ zhoukan » 杜重远和 “新生” 周刊 (Du Chongyuan et le Xinsheng Weekly), Lishi yanjiu, 5, p. 111-121.

Jindaishi yanjiu 近代史研究 (Études d’histoire moderne), 2002, 3, p. 121-145.

Li Wenjie 李文杰. 1990. « Tichang guohuo shiye de Wang Xingyao » 提倡国货实业的王性尧 (Wang Xingyao dévoué à la cause de la promotion des produits nationaux), in Shanghai wenshi ziliao xuanji, Tongzhan gongzuo shiliao zhuanji 上海文史资料选辑-统战工作史料专辑 (Matériaux d’histoire et de culture, numéros spéciaux de documents sur le Front uni), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, 9, p. 69-75.

Lin Bingwei 林炳炜. 1996. « Li Kangnian yu Zhongguo guohuo gongsi » 李康年与中国国货公司 (Li Kangnian et la Société chinoise des produits nationaux), in Pan Junxiang (éd.), Zhongguo jindai guohuo yundong (Le mouvement des produits nationaux chinois aux temps modernes), Pékin, Zhongguo wenshi chubanshe, p. 266-274.

Lu Xiangxian 陆象贤 et Lu Ming 卢鸣. 1999. « Hu Juewen zhiyuan yi’erba Song-Hu kangzhan » 胡厥文支援一 二八凇沪抗战 (Hu Juewen soutient la résistance de Shanghai-Wusong du 28 janvier 1932), in 20 shiji Shanghai wenshi ziliao wenku (Collection de matériaux de culture et d’histoire de Shanghai au xxe siècle), Shanghai, Shanghai shudian, vol. 1, p. 293-296.

Pan Junxiang 潘君祥 (éd.). 1996. Zhongguo jindai guohuo yundong 中国近代国货运动 (Le mouvement des produits nationaux chinois aux temps modernes). Pékin, Zhongguo wenshi chubanshe.

Pan Yangyao 潘仰尧. 2001. « Zhang Jia’ao yu Shanghai minzu gongye, fu : Zhang Jia’ao xiaozhuan » 张嘉璈与上海民族工业,附:张嘉璈小传 (Zhang Jia’ao et l’industrie de capitaux nationaux de Shanghai, annexe : Petite biographie de Zhang Jia’ao), in Shanghaishi zhengxie wenshi ziliao weiyuanhui (éd.), Shanghai wenshi ziliao cungao huibian 上海文史资料存稿汇编, vol. 5 « Jingji jinrong » 经济金融 (Économie et finances), p. 35-46.

Ruan Xiukun 阮秀坤. 1996. « Zhang Jia’ao yu tichang guohuo » 张嘉璈与提倡国货 (Zhang Jia’ao et la promotion des produits nationaux) in Pan Junxiang (éd.). 1996.

Shanghai Dongbei nanmin jiujihui 上海东北难民救济会 (éd.). 1933. Yuejuan yundong shouzhi baogaoshu 月捐运动收支报告书 (Rapport de comptabilité du mouvement de donations mensuelles).

Shanghaishi dang’anguan 上海市档案 (éd.). 1986. « Bayisan » kangzhan shiliao xuanbian 八·一三抗战史料选编 (Matériaux sélectionnés d’histoire de la guerre du 13 août 1937), Shanghai, Renmin chubanshe.

– 1990. Shanghaishi gejie kangdi houyuanhui 上海市各界抗敌后援会 (Comité de soutien de l’arrière-front à la résistance des milieux shanghaiens). Shanghai, Dang’an chubanshe.

Shanghaishi difang xiehui diyijie nianbao 上海地方协会第一届年报 (Annuaire de la Shanghai Civic Association, première année), 1933 ;

Shanghaishi difang xiehui di’erjie nianbao 上海地方协会第二届年报 (Annuaire de la Shanghai Civic Association, deuxième année), 1934 ;

Shanghaishi difang xiehui disanjie nianbao 上海地方协会第三届年报 (Annuaire de la Shanghai Civic Association, troisième année), 1935.

Shanghaishi difang xiehui jibao 上海地方协会季报 (Bulletin trimestriel de la Shanghai Civic Association), 1936, p. 344.

Shanghai shimin difang weichihui baogaoshu 上海市民地方維持會報告書 (Documents concernant l’ACPL), Shanghai, 1932.

Shanghai zhanqu nanmin linshi jiujihui gongzuo baogaoshu, 上海戰區難民臨時救濟會工作報告書 (Rapport de travail, Comité provisoire de Shanghai de secours aux sinistrés en zone de guerre), Shanghai, 1932.

Shanghai shehui kexueyuan lishi yanjiusuo 上海社会科学院历史研究所 (éd.). 1986. « Jiuyiba » – « Yi’erba » Shanghai junmin kangri yundong shiliao 九·一八 — 一 · 二八上海军民抗日运动史料 (Documents sur le mouvement de résistance anti-japonaise menée par l’armée et la population à Shanghai). Shanghai, Shanghai shehui kexue chubanshe.

Shanghaishi zhengxie wenshi ziliao weiyuanhui 上海市政协文史资料委员会 (éd.). 2001. Shanghai wenshi ziliao cungao huibian 上海文史资料存稿汇编, (Matériaux d’histoire et de culture en réserve de Shanghai). Shanghai, Shanghai guji chubanshe.

Shen Yunlong 沈云龙. 1976. Huang Yingbai xiansheng nianpu changbian 黄膺白先生年谱长编 (Chronique de Huang Yingbai), Taipei, Lianjing chubanshe, 3 vols. – 1977. « Guonan huiyi zhi huigu » 国难会议之回顾 (Vue rétrospective sur la conférence de l’urgence nationale), in Zhuanji wenxue 传记文学, 30/6, p. 95-102 ; 31/6, p.106-113.

Shen Zui 沈醉. 1963. « Yang Xingfo, Shi Liangcai bei aisha de jingguo » 杨杏佛史量才被暗杀的经过 (Les assassinats de Yang Xingfo et de Shi Liangcai), in Wenshi ziliao xuanji, 37, p. 165-171.

Wang Xingyao 王性尧. 1996. « Canjia tichang guohuo gongzuo ershi’er nian de huiyi » 参加提倡国货工作二十二年的回忆 (Souvenirs de ma participation à la promotion des produits nationaux pendant vingt-deux ans) in Pan Junxiang (éd.). 1996.

Wen Jize 温济泽 (éd.). 1991. Jiuyiba he yi’erba shiqi kangri yundongshi 九·一八和一·二八时期抗日运动史 (Histoire du mouvement de résistance anti-japonaise pendant la période du 18 septembre 1931 au 28 janvier 1932). Pékin, Zhongguo gongren chubanshe.

Wu Guozhen 吴国桢. 1999. Cong Shanghai shizhang dao Taiwansheng zhuxi (1946-1953) – Wu Guozhen koushu huiyi 从上海市长到台湾省主席 - 吴国桢 口述回忆(De maire de Shanghai à gouverneur de la province de Taiwan (1946-1953) — Souvenirs de Wu Guozhen). Shanghai, Renmin chubanshe.

Wu Jingping 吴景平 (éd.). 2002. Shanghai jinrongye yu guomin zhengfu guanxi yanjiu (Relations entre le secteur financier de Shanghai et le gouvernement nationaliste) 1927-1937 上海金融与国民政府关系研究, Shanghai, Shanghai caijing daxue chubanshe.

Wu Jingping 吴景平, Wang Jing 王晶. 2002. « Jiuyiba shibian zhi Yierba shibian qijian de Shanghai yinhang gonghui » 九·一八事变至一·二八事变期间的上海银行公会 (L’Association des banques de Shanghai pendant les événements survenus entre le 18 septembre 1931 et le 28 janvier 1932), Jindaishi yanjiu, 3, p. 121-145.

Wu Xinmin 吾新民. 1996. « Jiji zhichi guohuo yundong de Xinhua yinhang » 积极支持国货运动的新华银行 (Le soutien actif de la Banque Xinhua au mouvement des produits nationaux) in Pan Junxiang (éd.). 1996.

Xiao-Planes, Xiaohong 萧小红. 2005. « Kangzhan qianhou Zhonggong luxian de zhuanbian yu Shanghai de chengshi shehui tuanti 1935-1941 » 抗战前后中共路线的转变与上海的城市社会团体 (Les organisations sociales de Shanghai et le revirement de la ligne politique du Parti communiste chinois avant et après le conflit sino-japonais), Shilin 史林 (Forêt d’histoire), 1 (fév.), p. 97-108.

Yang Chengqi 杨承祈. 1996. « Jiuyiba shangchang » 九·一八商场 (Foire du 18 septembre), in Pan Junxiang (éd.). 1996.

Yao Songling 姚崧龄. 1975. « Zhongguo yinhang ershisi nian fazhanshi » 中国银行二十四年发展史 (Histoire de vingt-quatre ans de développement de la Banque de Chine), in Zhuanji wenxue, vol. 27/3.

Zhang Miaosheng 张淼声. 1988. « Zhu Boquan yu Shanghai piaoju jiaohuansuo » 朱博泉与上海票据交换所 (Zhu Boquan et le Bureau d’échange de titres de Shanghai), in Shanghai wenshi ziliao xuanji, 60, p. 305-318.

Zhongguo renmin yinhang shanghai fenhang jinrong yanjiushi 中国人民行上海分行金融研究室 (éd.). 1990. Shanghai shangye chuxu yinhang shiliao 上海商业储蓄银行史料 (Matériaux d’histoire de la Banque d’épargne commerciale de Shanghai). Shanghai, Shanghai renmin chubanshe.

Zhou Jiezhi 周节之. 1983. « Guohuo yundong zhong de chanxiao xiehui he lianying gongsi » 国货运动中的产销协会和联营公司 (L’Association de manufacture et de vente des produits nationaux et sa Compagnie associée dans le mouvement de propagation des marchandises nationales), in Shanghai wenshi ziliao, 43, Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, p.175-180.

Zhou Tiandu (éd.) et al. 周天度等 (éd.). 2002. Zhonghua minguoshi 中华民国史 (Histoire de la République chinoise), Pékin, Zhonghua shuju, T. 3, vol. 2, p. 1-93.

Zhu Hua 朱华. 1987. « Yierba zhanzheng hou Shanghai minzu zichan jieji de zhengzhi taidu » 一·二八战争之后上海民族资产阶级的政治态度 (Attitude politique de la bourgeoisie nationale shanghaienne après la guerre du 28 janvier 1932), in Huadong shifan daxue xuebao, 华东师范大学学报, 4, p. 44-51.

Zuo Shunsheng 左舜生. 1976. Jin sanshinian jianwen zaji 近三十年见闻杂记 (Notes diverses sur les ouï-dire des trente dernières années), Taipei, Zhonghua yilin wenwu chuban gongsi.

Notes

1 Ma problématique s’est largement inspirée des interventions d’Yves Chevrier et des discussions ouvertes dans le cadre d’un séminaire assuré en commun entre 2002 et 2004. Qu’il soit ici vivement remercié ainsi que les autres intervenants.

2 D’après les termes chinois shang 商 (marchands) et gongshang 工商 (industriels-marchands).

3 Sur les origines et le déroulement des hostilités, voir D. Jourdan, China’s Trial By Fire : The Shanghai War of 1932, 2001 ; Zhou Tiandu et al (eds.)., Zhonghua minguoshi, 2002, 3/2, p. 1-93.

4 Après avoir nominalement réunifié la Chine, le régime nationaliste ne cessait d’être miné par les luttes intestines au GMD et le pouvoir des chefs militaires régionaux. En mai 1931, il s’était scindé en deux camps à la suite de la déclaration d’indépendance de la province de Canton. L’agression japonaise en Mandchourie avait poussé les deux camps à la réconciliation, au prix de la démission de Chiang Kai-shek (mi-décembre 1931) du poste de premier ministre au profit de Sun Fo, le fils de Sun Yat-sen. Mais, face à la crise financière et à l’épineuse situation politique, ce dernier dut s’effacer (fin janvier 1932) devant une nouvelle alliance Wang Jingwei-Chiang Kai-shek.

5 Pendant l’hiver 1931, la tension entre population chinoise et ressortissants japonais, le mouvement patriotique des étudiants et les dissensions au sein des nationalistes paralysèrent les autorités municipales. Le 10 décembre 1931, le maire Zhang Qun 張群 et le comité du GMD (Shidangbu 市黨部) démissionnèrent. Wu Tiecheng ne fut investi que le 7 janvier 1932.

6 Les réunions avaient lieu soit chez le directeur général du Shenbao, Shi Liangcai, sur Hardoon Road (rue Ratard) chez l’industriel Liu Jisheng 劉吉生, frère cadet du célèbre entrepreneur Liu Hongsheng 劉鴻生, au siège de leur entreprise sur Szechuen Road, ou à l’Association des banques sur Hong Kong Road. Des personnalités politiques y participaient.

7 Shanghai shimin difang weichihui baogaoshu 上海市民地方維持會報告書 (Documents concernant l’ACPL), Statuts (1932).

8 Discours inaugural de l’ACPL, 1/2/1932. Cité in Wen Jize (éd.), Jiuyiba he yi’erba shiqi kangri yundongshi, 1991, p. 271-272.

9 Soutien à l’armée (11 personnes), Secours des sinistrés (159), Supervision économique (60), Communication (64), Secrétariat général (25).

10 Le rythme des rencontres fut très soutenu – une ou plusieurs fois par jour – pendant les combats, plus ralenti après le cessez-le-feu. Les participants venaient communiquer leurs informations de dernière minute, rendre compte du travail mené par chaque division, étudier des solutions, répartir de nouvelles tâches et voter des décisions collectives.

11 He Tianyan, Shanghai kangri xuezhanshi, 1932, p. 134.

12 Voir Lu Xiangxian et Lu Ming, « Hu Juewen zhiyuan yi’erba Song-Hu kangzhan », 1999. Hu Juewen était le président de la Corporation de la sidérurgie et des constructions mécaniques de Shanghai ; « Weilaozu gongzuo baogao » 慰勞組工作報告 (Rapport de travail du service de ravitaillement), Shanghai shimin difang weichihui baogaoshu, p. 7.

13 Rapports du service de ravitaillement et des commissions du transport et des céréales. Pagination irrégulière in Shanghai shimin difang weichihui baogaoshu.

14 « Dahui jilu jieyao » 大會紀錄節要 (Comptes rendus de l’assemblée générale), ibid., p. 19-70.

15 Shanghai zhanqu nanmin linshi jiujihui gongzuo baogaoshu 上海戰區難民臨時救濟會工作報告書 (Rapport de travail du Comité provisoire de secours des sinistrés des zones de guerre de Shanghai), 1932 ; He Tianyan, op. cit. ; Hua Zhenzhong et Zhu Bokang, op. cit., p. 439-448 et sq. ; Shanghai shehui kexueyuan lishi yanjiusuo (éd.), « Jiuyiba » – « Yi’erba » Shanghai junmin kangri yundong shiliao, 1986, p. 350-367 ; Wen Jize, op. cit., p. 265-274.

16 Shanghai shimin difang weichihui jiujizu gongzuo baogaoshu 上海市民地方維持會救濟組工作報告書 (Rapport de travail du Service de secours de l’Association des citadins pour la préservation locale), 1932.

17 He Tianyan, op. cit., p. 305 ; Shanghai shimin difang weichihui jiujizu gongzuo baogaoshu, « Dahui jilu jieyao » 大会纪录简要, p. 39-40.

18 He Tianyan, op. cit., p. 257.

19 Ibid., p. 275-276 ; Yao Songling, « Zhongguo yinhang ershisi nian fazhanshi », 1975, Zhuanji wensue, p. 99-100 ; Zhongguo renmin yinhang Shanghai fenhang jinrong yanjiushi (éd.), Shanghai shangye chuxu yinhang shiliao, 1990, p. 342-350 ; Wu Jingping et Wang Jin, « Jiuyiba shibian zhi Yierba shibian qijian de Shanghai yinhang gonghui », 2002, Jindaishi yanjiu p. 136-139.

20 « Devant l’urgence nationale, écrit l’auteur, les détenteurs de bons publics ont témoigné d’un clair discernement de l’intérêt général (shenming dayi 深明大義) », He Tianyan, op. cit., p. 280 ; Wu Jingping et Wang Jin, op. cit., p. 140-145.

21 Yao Songling, op. cit., p. 100-103.

22 Bai Huashan, « Shanghai difang xiehui yanjiu (1932-1937) », 2000, p. 18.

23 He Tianyan, op. cit. p. 276.

24 Shanghai shimin difang weichihui baogaoshu, « Daoyan » 導言 (préface), p. 3.

25 He Tianyan, op. cit., p. 278-281.

26 Le Bureau social de la municipalité et le Syndicat général de la même obédience s’occupèrent du secours et du rapatriement des 30 000 ouvriers sans travail à la suite de la fermeture des usines japonaises. L’ACPL, avec probablement d’autres organisations, les ont ravitaillés en riz. Le Bureau de santé a collaboré avec les institutions de secours pour les soins aux blessés et aux malades et l’inhumation des cadavres. Les responsables du Bureau des travaux publics et des services publics se sont associés à l’ACPL pour les transports et la construction de routes. La mairie chinoise et le Comité du parti communiquaient leurs directives aux structures associatives et y détachaient un personnel de surveillance (jiandu 監督) et d’inspection (shicha 視察) des activités de secours et de soutien. Shanghai shimi difang weichihui baogaoshu, « Jiaotong weiyuanhui baogao » 交通委员会报告, p. 11, 15 ; Hua Zhenzhong et Zhu Bokang, 1933, p. 441 ; Shanghai shehuiju gongzuo baogao (Rapport de travail du Bureau social de la municipalité de Shanghai), 1932, p. 37-38 ; Shanghaishi nianjian (Annuaire de Shanghai), 1935, p. E. 14-15.

27 Discours de clôture de l’ACPL prononcé le 3 juin, Shenbao, 4/6/1932, cité in Bai Huashan, op. cit., p. 19.

28 Pendant la guerre sino-japonaise, en août-novembre 1937, la municipalité de Shanghai organisera, avec la Shanghai Civic Association, un Comité du soutien de l’arrière-front à la résistance (Shanghai kangdi houyuanhui 上海抗敵後援會). Lors de la débâcle inflationniste de la fin des années 1940, le maire Wu Guozhen 吳國楨 fera appel à l’aide des corporations professionnelles pour approvisionner la ville en produits de base, Wu Guozhen, Cong Shanghai shizhang dao Taiwansheng zhuxi (1946-1953) – Wu Guozhen koushu huiyi, 1999, p. 72-77.

29 Shenbao, 4/6/1932, cité in Bai Huanshan, op. cit., p. 22.

30 À Shanghai, le mouvement du 4 mai 1919 avait également fédéré diverses organisations urbaines.

31 Le même scénario se rejouera cinq ans plus tard, lors des violents affrontements sino-japonais de l’été 1937 à Shanghai. La SCA et la chambre de commerce formeront un comité de soutien à la force chinoise (Shanghaishi gejie kangdi houyuanhui 上海市各界抗敵後援會), organisme placé nominalement sous l’égide de la municipalité de Shanghai. Une Union des institutions philanthropiques se constituera pour superviser, avec le concours de la population et des concessions, l’accueil de 500 000 sinistrés entre août 1937 et 1940. Cf. Shanghai dang’anguan (éd.), « Bayisan » kangzhan shiliao xuanbian, 1986.

32 Shanghaishi difang xiehui baogaoshu, 1947, p. 2.

33 Avec le solde des taxes de salut national, l’ACPL entreprit, à la fin du conflit, de reconstruire un grand nombre d’habitations détruites à Shanghai et dans les districts limitrophes du Jiangsu. Elle édifia un monument en hommage aux héros anonymes et ouvrit un orphelinat et une institution pour les handicapés de guerre à Zhabei. Voir Shanghaishi difang xiehui diyijie nianbao 上海市地方協會第一屆年報, 1933.

34 He Tianyan, op. cit., p. 133-135. Selon Donald A. Jourdan, la situation militaire était plus complexe que ne le croyaient les contemporains.

35 Soit 14 801 soldats blessés et morts, côté chinois ; 10 254, côté japonais, selon Li Xin et Zhou Tiandu (éds.), Zhonghua minguoshi, t. 3, vol. 2, part, I, p. 48.

36 Journal de Huang Yanpei, 14/3-15/4/1932. Manuscrits conservés à Pékin, Institut d’histoire moderne chinoise de l’Académie des sciences sociales de Chine.

37 Jiuguo tongxun 救國通訊 (Current Nation), n° 10, 11/4/1932, p. 146.

38 Ibid., p. 147.

39 Li Huang 李璜, Xuedunshi huiyilu, 學鈍室回憶錄 (Souvenirs au studio d’études d’un esprit obtus), cité in Shen Yunlong, « Guonan huiyi zhi huigu », 1977, p. 101.

40 Shenbao, 1/4/1932.

41 Sur l’organisation et le déroulement de la conférence, voir Shen Yunlong, op. cit., 1977 ; Jiuguo tongxun, 1932, n° 5, 9, 10, 11, 12.

42 L’ouvrage d’Edmund S. K. Fung, centré sur les courants de pensée et les activités des intellectuels, fait écho au débat lancé il y a quelques années par les intellectuels chinois sur la dichotomie historique entre jiuwang 救亡 (salut national) et qimeng 啟蒙 (initiation aux valeurs libérales).

43 « Huang Yanpei lun » 黃炎培論 (Essai sur Huang Yanpei), in Jiangsusheng shehui kexueyuan (éd.), Yun Yiqun wenji, p. 214-215.

44 Voir Yeh Wen-hsin, “Progressive Journalism and Shanghai’s Petty Urbanites : Zou Taofen and the Shenghuo Weekly”, in Wakeman, 1992, p. 186-238.

45 Il sera condamné à quatorze mois d’emprisonnement en 1935 pour un article jugé attentatoire à l’honneur de l’empereur japonais. Voir Coble, Facing Japan : Chinese Politics and Japanese Imperialism, 1931-1937, 1991, p. 213-220 ; Jin Chongji, « Du Chongyuan he ‘Xinsheng’ zhoukan » (Du Chongyuan et le Xinsheng Weekly), 2000 ; Chen Xu, « Guomindang de shukan shencha yu Shanghai Xinsheng shijian », 1999.

46 « Les classes moyennes doivent être les piliers de la société et, par conséquent, posséder la force nécessaire à la transformation des mœurs sociales », écrivait le bulletin du club. « Xianxia yu rensheng » 閒暇与人生 (Loisirs et vie humaine), Xinshehui 新社會 (Société nouvelle), vol. 1/3, 1/8/1931, p. 49-51. Après le conflit à Shanghai, ce bulletin devint un périodique généraliste.

47 Zuo Shunsheng, Jin sanshinian jianwen zaji, 1976, p. 33.

48 Huang Fu, vétéran de la Ligue jurée, n’était pas membre du GMD, mais un frère juré de Chiang Kai-shek et un proche de Feng Yuxiang 馮玉祥, ancien chef militaire du Nord-Ouest, qui joua un rôle important dans le ralliement du second au premier en 1927, ainsi que dans divers événements politiques sous la république. Entre septembre 1931 et mai 1933, il a séjourné longtemps à Shanghai, où il élaborait, en association avec les élites shanghaiennes, les programmes de constructions politique, économique et technique pour la cause de l’indépendance nationale. Il sera nommé commissaire suprême pour négocier la trêve de Tanggu en mai 1933. Voir Shen Yunlong, 1976, vol. 2, p. 474-475 et 484-487 sq ; Journal de Huang Yanpei, ms. cit., années 1931-1933.

49 « Huiwu gailan » 會務概覽 (Abrégé des activités), Shanghaishi difang xiehui dierjie nianbao (2e annuaire de la SCA), 1934, p. 4.

50 Zhu Hua, « Yierba zhanzheng hou Shanghai minzu zichan jieji de zhengzhi taidu », 1987 ; Coble, The Shanghai Capitalists and the Nationalist Governement, 1927-1937, 1980, p. 115-119.

51 Selon les accords signés, les grandes banques shanghaiennes consentaient à Nankin des avances de trésorerie avant même la clôture des souscriptions d’emprunts. En échange, l’État leur concédait des taux d’intérêt extrêmement élevés, entre 20 et 30 %, et laissait aux représentants des banquiers et des marchands le contrôle du Comité de préservation du fonds de garantie pour les emprunts publics (Gongzhai jijin baoguan weiyuanhui 公債基金保管委員會). Ce dernier organisme a toujours su défendre les droits des créanciers et, partant, la crédibilité des emprunts d’État sur le marché boursier. Voir Coble, op. cit. ; Wu Jingping (éd.), Shanghai jinrongye yu guomin zhengfu guanxi yanjiu (1927-1937), 2002.

52 Zhu Hua, op. cit., p. 66 ; Wu Jingping (éd.), op. cit., 2002, p. 189.

53 Shanghai zhoubao, 上海周報 1932-1933. Une partie des articles a été reprise dans Dangdai shisheng 當代史賸 (Résidus d’histoire contemporaine), édité par le même journal en 1933.

54 Président du comité de la région de Beiping depuis 1930.

55 « Huang Renzhi jun baogao diyici beixing kaocha baogao » 黃任之君報告第一次北行考察報 (Rapport de Huang Yanpei sur le premier voyage d’inspection au Nord), in Shanghaishi difang xiehui diyijié nianbao, 1933, « Dahui jiangtan », 大會講談, p. 1-2 ; Huang Yanpei, « Duiyu Ping-Jin wenti bixu quanguo jiji ziwei » 對於平津問題必須全國積極自衛 (Que tout le pays s’engage activement dans la défense de Beiping-Tianjin), Shenbao yuekan, vol. 1/2, août 1932, p. 22-23.

56 Sur Zhu Qinglan, cf. Rana Mitter, The Mandchurian Myth : Nationalism, Resistance, and Collaboration in Modern China, 2000, p. 139, 141-142 ; sur Du Chongyuan, ibid., p. 30-33, 149, 155.

57 Cf. Shanghai Dongbei nanmin jiujihui (éd.), Yuejuan yundong shouzhi baogaoshu (Rapport de comptabilité du mouvement de donations mensuelles), 1933 ; Shanghaishi difang xiehui nianbao, 1933, diverses rubriques, en particulier Wang Boxuan, « Guoqu zhi Huabei jiuji gongzuo » 過去之華北救濟工作 (Travail effectué pour le soutien au nord de la Chine) in « Tezai », 特載, p. 1-6 ; Journal de Huang Yanpei, ms. cit., juillet 1932-mai 1933.

58 Yun Yiqun, « Huang Yanpei lun », Zazh 雜誌, Shanghai, août-oct. 1944, vol. 13/5-6, et 14/1, repris in Jiangsusheng shehui kexueyuan (éd.), Yun Yiqun wenji, p. 200. D’autres portraits concernent Du Yuesheng, Yu Qiaqing, Zhang Gongquan (Zhang Jia’ao), Wen Lanting. La plupart avaient quitté Shanghai au moment de la rédaction de ces lignes. Les textes de Yun Yiqun sont mieux documentés et plus objectifs que la littérature du même genre, qui a connu un grand succès auprès d’un public friand d’informations de derrière le rideau (neimu 內幕).

59 Journal de Huang Yanpei, art. cité, 11-12/1/1933.

60 Les conférences et écrits de Huang Yanpei sont rassemblés dans Zhidong 之東 (À l’Est), 1934, Wuliu jing 五六境 (Le monde à cinquante-six ans), 1935, et Kongjiangji 空江集 (Recueil de Kongjiang), 1937, édités à Shanghai par la librairie Shenghuo shudian.

61 Entretien de Huang Yanpei avec Yan Esheng, 14/1/1960. Document de la Fédération de l’industrie et du commerce, Archives de Shanghai, C-48-2-2146.

62 Les Banques du Nord (Bei sihang 北四行 désignaient les quatre banques originaires du Nord : Yanye 鹽業, Dalu 大陸, Jincheng 金城 et Zhongnan 中南. Elles disposaient, depuis 1922, d’un fonds commun de réserve (sihang zhunbeiku 四行準備庫) dont Wu Dingchang était directeur général et principal promoteur. Nan sihang 南四行 ou Nan sanhang 南三行 désignaient habituellement quatre banques originaires du Sud : Zhejiang xingye 浙江興業, Zhejiang shiye 浙江實業, Shanghai 上海 et Xinhua 新華. Zhang Jia’ao était très proche de leurs dirigeants, en particulier de Li Ming et Chen Guangfu, qui furent respectivement directeur général de la Zhejiang shiye et de la Banque de Shanghai.

63 Entretien de Huang Yanpei avec Yan Esheng, 14/1/1960, document cité.

64 Sur l’Amicale de Pudong, voir Goodman, “Creating Civic Ground : Public Maneuverings and the State in the Nanjing Decade”, in Hershatter, 1996, p. 164-177.

65 Citons par exemple, le Guohuo yuebao 國貨月報 (Journal mensuel des produits nationaux), fév. 1934-déc.1935, le Guohuo nianjian 國貨年鑑 (Annuaire des produits nationaux), 1934, le Guohuo niankan 國貨年刊 (Almanach des produits nationaux), 1935, le Shanghaishi nianjian 上海年鑑 (Annuaires de Shanghai), 1935-1936.

66 Selon le recensement de 1930 du Bureau social municipal, il existait à Shanghai 1 887 usines chinoises employant plus de 200 000 ouvriers, Shanghaishi shehuiju gongzuo baogao, p. 4-11. Selon un témoin, les petites fabriques employant une trentaine d’ouvriers et dotées d’un capital inférieur à 100 000 yuans, localisées dans toutes les zones urbaines, représentaient de 80 à 90 % du total. Voir Wu Xinmin, « Jiji zhichi guohuo yundong de Xinhua yinhang » in Pan Junxiang (éd.), 1996, p. 475. Shinian lai zhi jilianhui 十年來之机聯會 (Dix ans de l’Union des usines de produits nationaux manufacturés), Shanghai, 1937.

67 Pan Yangyao, « Zhang Jia’ao yu Shanghai minzu gongye, fu : Zhang Jia’ao xiaozhuan », p. 35-46 ; Ruan Xiufang, « Zhang Jia’ao yu tichang guohuo » in Pan Junxiang, p. 468-472 ; Wang Xingyao, « Canjia tichang guohuo gongzuo ershi’er nian de huiyi », ibid., p. 279-280 ; Zhou Jiezhi, « Guohuo yundong zhong de chanxiao xiehui he lianying gongsi », Shanghai wenshi ziliao, 43, 1983, p. 175-180.

68 Yang Chengqi, « Jiuyiba shangchang » in Pan Junxiang (éd.), op. cit., p. 276.

69 La date de l’incident de Moukden (9-18 en chinois) donna lieu à une débauche de symboles numériques : les 9 entreprises fournirent chacune 2 types d’articles pour aboutir à un total de 18.

70 Lin Bingwei, « Li Kangnian yu Zhongguo guohuo gongsi » in Pan Junxiang (éd.), p. 266-274 ; Yang Chengqi, art. cit., ibid., p. 275-278.

71 Zhengzhou, Changsha, Zhenjiang, Wenzhou, Jinan, Xuzhou, Fuzhou, Chongqing, Guangzhou, Xi’an et Kunming, rejointes plus tard par Tianjin, Nankin, Hangzhou, Jiaxing, Hankou, Chengdu, Shantou, Hongkong, Canton, Guilin et Kuiyang.

72 Wang Xingyao, op. cit., p. 280-296 ; Li Wenjie, « Tichang guohuo shiye de Wang Xingyao », in Shanghai wenshi ziliao xuanji, Tongzhan gongzuo shiliao zhuanji 上海文史資料選輯, 統戰工作史料專輯, n° 9, 1990, p. 69-75 ; Chen Xingwu, « Jiuyiba zhi kangzhan qijian Shanghai minzu gongye de tucun huodong » in Wenshi ziliao xuanji hedingben, n° 49, vol. 17, p. 179-182.

73 William C. Kirby, “Birth of Developmental State, 1928-1937”, in Yeh Wen-hsin, 2000, p. 137-160.

74 Hong Jiaguan, « Zhang Jia’ao zai Zhongguo yinhang de ershi’er nian », in Shanghai wenshi ziliao xuanji, n° 60, p. 79 ; Margherita Zanasi, « Chen Gongbo and the Construction of a Modern Nation », in Timothy Brook et Andre Schmid (eds.), 2000, p. 125-157.

75 Cité par Tim Wright, ‘‘Coping with the World Depression : The Nationalist Government’s Relations with Chinese Industry and Commerce, 1932-1936’’, 1991, p. 659.

76 Voir la déclaration publique de Zhang Jia’ao, in Wu Jingping, op. cit., p. 248.

77 Hong Jiaguan, art. cité, p. 69-70.

78 Zhang Miaosheng, p. 306, 315-316 ; Pan Yangyao, art. cité, p. 45 ; Hong Jiaguan, p. 77-78.

79 Voir Shen Zui, « Yang Xingfo, Shi Liangcai bei aisha de jingguo » in Wenshi ziliao xuanji, 37, 1963, p. 165-171 ; Terry Narramore, p. 122-125.

80 Groupe d’activistes du GMD, proches de Chiang-Kai-shek.

81 Wu Jingping, p. 246. Pour la mainmise sur ces banques puis sur d’autres banques commerciales, ibid, p. 244-253, 276-282 ; Coble, 1980, p. 172-192.

82 Wu Jingping, p. 254-333 ; Tim Wright.

83 « Shanghaishi difang xiehui huiyuan lu », 上海市地方協會會員錄, juillet 1936 (Liste des adhérents de l’Association locale de Shanghai) in Shanghaishi difang xiehui nianbao, « Zong gang », 1936, p. 3-4.

84 Chen Xingwu, p. 179-183 ; Pan Yangyao, p. 40.

85 Shanghaishi difang xiehui jibao 上海市地方協會季報 (Bulletin trimestriel de la SCA), déc. 1936, n° 10, « Huiwu gaikuang » 會務概況 (Abrégé des activités), p. 18-20.

86 Annuaires de la SCA, 1933-1936 ; Bulletins trimestriels 1936-1937.

87 Journal de Huang Yanpei, bilan, fin 1936.

88 Voir Xiao-Planes Xiaohong, 2005.

Table des illustrations

Légende Les membres de la Shanghai Civic Association en 1932.Au premier rang, assis au centre, le président Shi Liangcai,entre les vice-présidents Wang Xiaolai (à droite) et Du Yuesheng (à gauche).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5004/img-1.jpg
Fichier image/, 616k
Légende Photo de groupe de la Shanghai Civic Association (1932).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5004/img-2.jpg
Fichier image/, 608k
Légende Siège de la Shanghai Civic Association, rue Ratard, dans la concession française de Shanghai.Vue du jardin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5004/img-3.jpg
Fichier image/, 516k

Auteur

Professeur, Institut national des langues et civilisations orientales, département Chine, France.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540