Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Carte 9. Salle des Bauges (quart nord-est)

p. 209-216


Texte intégral

Integrated map of the floors, Map 9
Carte intégrée des sols, Carte 9

download

Emplacement de la Carte 9 au sein de la grotte
Location of Map 9 in the cave

download

Importance des objets d’étude en Carte 9
Relative proportions of observed objects on Map 9

download

Désignations et angles de prise de vue
Designations and camera angles

download

Coupe transversale AA’
Cross sectin AA’

download

1À l’approche de l’extrémité nord-est de la Salle des Bauges apparaissent plusieurs gros blocs qui rompent avec la planéité d’ensemble des sols alentour. Bien que de taille importante (environ 5 mètres de diamètre et 2,80 mètres de haut pour le plus grand d’entre eux), ils semblent de modestes dimensions au regard de l’immensité de la salle. Ils sont les témoins d’une étape de l’évolution spéléogénique de la grotte, marquée ici par l’effondrement de pans importants du plafond. Ce phénomène a été favorisé par la portée de la voûte (entre 40 et 50 mètres) et par les joints de stratification présents à l’intérieur de la masse calcaire. Ces derniers sont nettement visibles sur la paroi droite de la salle [fig. 162] où ils sont inclinés vers l’ouest (N36°E, 18°NO) à cause du pendage des strates [fig. 163]. Cette inclinaison se retrouve également au niveau de l’emboîtement des différents plans du plafond de la salle (dispositif en escalier inversé où chaque marche est calquée sur un joint de stratification et où chaque pied de marche correspond à la rupture mécanique).

2Les blocs visibles au sol sont la partie émergée d’un ensemble aujourd’hui enfoui dans les remplissages. Les légères surélévations du sol trahissent la présence de blocs sous jacents. C’est sur ces parties hautes que se retrouve la grande majorité des bauges qui sont à l’origine du nom à la salle. Cette répartition spatiale reflète le choix des ours de passer l’hiver dans les zones les plus hautes et les moins humides.

3En examinant plus attentivement les blocs, on découvre également des traces de la présence de l’ours dans des endroits parfois insolites telle la bauge aménagée au sein d’une anfractuosité au sommet du plus gros d’entre eux, ou plus attendues comme les polis sur les pourtours des rochers. Tous ces indices montrent que la configuration actuelle, et donc l’effondrement d’une partie du plafond, se rapporte à une histoire bien antérieure à la fréquentation de la cavité par les ours.

4Une histoire géologique plus récente est visible dans le paysage souterrain. En face des grands blocs émergés, en paroi droite (orientale) se trouve un petit cône gravitaire d’environ 2,50 mètres de diamètre et 0,50 mètre de haut, constitué par le démantèlement d’un ancien remplissage argileux détaché tardivement d’une niche de la paroi. Au pied de ce tas apparaît un fragment mésial de lame en silex (L4). Ce premier indice de présence humaine, situé - on l’a dit - le long de la paroi droite de la salle, est suivi, une quinzaine de mètres plus loin, d’un ensemble de traits rouges disjoints dans lequel en comblant mentalement les lacunes du dessin, on reconnaît une tête de rhinocéros très stylisée. Elle marque le passage vers la Galerie du Cactus.

5À partir de cet endroit, la pente des sols s’infléchit vers le bas en direction du nord où la Galerie du Cactus, un espace situé dans le prolongement de la paroi droite de la Salle des Bauges, se présente comme la suite logique de la grotte (cf. infra, Carte 11). La suite de la cavité se situe plus à l’ouest. Elle est en partie occultée par des blocs d’effondrement et d’anciens édifices stalagmitiques (cf. infra, Carte 12).

Lecture spéléogénique

6La Salle des Bauges possède plusieurs marqueurs morphogéniques qui permettent de reconstituer les différents événements qui lui ont donné sa physionomie actuelle. Les témoins les plus anciens sont les pendants et les coupoles de voûte visibles aux extrémités tant longitudinales que latérales de la salle, là où les plafonds s’abaissent le plus fortement [fig. 166, fig. 167]. Ils correspondent aux traces laissées par le creusement de la grotte en régime (épi) noyé à une période où le talweg de l’Ardèche se situait au niveau de l’entrée actuelle de la cavité, soit une centaine de mètres plus haut que le fond actuel des gorges (cf. supra, Carte 1 et § 4.5.). Là où la salle prend de la hauteur [fig. 163, fig. 168], la morphologie des plafonds change complètement. Elle adopte alors la forme de vastes plans inclinés en gradins qui témoignent de l’effondrement de pans importants le long de différents joints de strate. Ces derniers constituaient des points de faiblesse de la masse rocheuse suspendue au dessus du vide souterrain et ont favorisé le phénomène.

7Si l’on s’arrête au seul aspect des plafonds, ces effondrements peuvent paraître relativement récents dans l’évolution de la salle. Cependant, comme en témoigne la rareté des blocs au sol, ils correspondent à des événements anciens. En effet, hormis les quatre gros blocs présents dans la partie nord-est de la salle, aucun autre rocher tombé du plafond n’est visible à la surface du sol. Ce constat interpelle dès lors que l’on met en regard la morphologie du plafond et celle des sols [fig. 165]. Cette absence ne signifie pas que les rochers effondrés n’existent pas ou plus. Ils sont enfouis dans l’épais remplissage argilo-limoneux dont le toit correspond au sol actuel de la salle (185 mètres NGF). Cela implique que la mise en place de ce remplissage est postérieure à l’effondrement du plafond et répond à une autre dynamique spéléogénique : elle témoigne d’une sédimentation de particules fines qui évoque un contexte de décantation ou de très faible énergie hydraulique. Une observation attentive montre ainsi qu’en dehors des gros blocs du secteur nord-est, plusieurs autres blocs effondrés sont sub-affleurants Ils constituent la partie visible de gros blocs enchâssés dans le remplissage. Si l’on se réfère aux empreintes et aux bauges qui parsèment la surface des remplissages argileux et aux polis d’ours présents le long des parois de la salle ainsi que sur le pourtour des gros blocs, les hommes et les animaux qui ont fréquenté la grotte au cours du Paléolithique supérieur ont connu un paysage globalement similaire à l’actuel (cf. supra, Cartes 7-8).

8La lecture morphogénique de la Salle des Bauges permet d’accéder à de nouveaux pans de la genèse et de l’évolution de la grotte qui complètent ceux abordés dans les cartes précédentes. Cinq phases sont discernables : tout d’abord un creusement en régime noyé, que trahit le plafond à coupoles et pendants, suivi d’un phénomène de réajustement mécanique avec effondrement d’une importante masse rocheuse issue du plafond, à quoi succède une sédimentation en régime hydraulique de très faible énergie, avec décantation des particules fines (qui composent le sol actuel) qui ennoie les blocs précédemment tombés ; c’est ensuite qu’intervient la fréquentation animale et humaine se traduisant par la présence de bauges, polis, objet en silex au sol… ; et des modifications post-fréquentation sont perceptibles dans le paysage au travers de discrets dépôts stalagmitiques (encroûtements calcitiques) qui soulignent l’organisation des alimentations stalactitiques.

Influence du pendage des assises calcaires dans la répartition du concrétionnement, et conséquence sur les panneaux ornés

9L’analyse morphogénique de la Salle des Bauges a permis de relever l’influence du dispositif géologique dans l’évolution des grands volumes souterrains de la grotte, notamment des joints de stratification dans les phénomènes d’effondrement du plafond. Une disposition comparable se retrouve par ailleurs dans la Salle du Crâne (cf. infra, Carte 15) où l’inclinaison du plafond suit le pendage géologique.

10La répartition préférentielle du concrétionnement en partie droite de la cavité est une autre conséquence du rôle du pendage. Il est intéressant de remarquer que cela a été constant durant toute l’évolution de la grotte : le concrétionnement ancien, récent et actif se situent dans les mêmes espaces de la cavité alimentés par les eaux sourdant des joints de stratification [fig. 164]. La paroi concrétionnée de la paléogalerie de la grotte, trépanée par le recul du versant (cf. supra, Carte 1) atteste l’ancienneté d’un drainage des eaux d’infiltration d’est en ouest.

11Les propriétés physico-chimiques de ces écoulements favorisent tantôt le concrétionnement tantôt l’altération des parois, voire des entités graphiques (cf. infra, Carte 11) - le recouvrement calcitique des représentations pariétales coté est (par exemple pour le Panneau des Dominos, pour le Grand Panneau de Points-Paumes en Salle Brunel et pour le Panneau des Signes en Galerie des Panneaux Rouges) résulte de ce phénomène.

12A contrario, les infiltrations des eaux météoriques à l’aplomb et à l’ouest de la cavité ne ressortent pas dans celle-ci : le pendage les conduit vers d’autres vides karstiques situés plus à l’ouest. Ceci explique l’indigence du concrétionnement sur les parois occidentales de la grotte qui sont en général mieux conservées et moins altérées. C’est également sur ces parois que se retrouve aujourd’hui la majeure partie de l’ornementation.

13La compréhension du rôle du pendage dans le cheminement des eaux d’infiltration rejoignant la cavité a été un des paramètres majeurs dans la définition du périmètre de protection de la grotte (cf. infra, chapitre 8).

FIG. 163. Coupe transversale de la Salle des Bauges
FIG. 163 .Transverse cross-section of the Chamber of the Bear Hollows.

download

Les morphologies initiales à pendants et à coupoles, résultant d’un creusement en régime (épi) noyé, sont conservées sur les pourtours de la salle. Les effondrements se situent, quant à eux, dans sa partie centrale, où les contraintes mécaniques sont les plus importantes. Le pendage des couches qui se lit bien dans la zone centrale (plafond plan), a une influence directe sur les infiltrations qui rejoignent la grotte. Celles-ci s’écoulent via les joints de stratification et suivent le pendage.
The initial morphologies with pendants and cupolas, formed as the cave was dug during an (epi) phreatic regime, are preserved on the periphery of this chamber. The collapses occurred in the central part of the chamber where the mechanical constraints are the greatest. The slope of the layers, clearly visible in the central zone (flat ceiling), directly influence the infiltrations that reach the cave. These infiltrations seep through the bedding joints and follow this slope.

FIG. 164. Distribution spatiale du concrétionnement dans la grotte
FIG. 164. Spatial distribution of the concretions in the cave.

download

Toutes les générations de stalagmites relevées et cartographiées dans la grotte sont ici représentées. Il est intéressant de remarquer que les spéléothèmes sont principalement situés dans la partie orientale de la Salle des Bauges (à l’imitation des salles Brunel, Hillaire et du Crâne). Cette répartition résulte d’une alimentation par des eaux qui, après s’être infiltrées dans l’impluvium karstique situé à l’est de la grotte, ont été guidées dans leur parcours souterrain par le pendage généralisé des couches géologiques vers l’ouest. Chacun des principaux joints de stratification fonctionne comme un petit drain conduisant les eaux vers la cavité ; d’ailleurs lorsqu’un de ces joints recoupe le plafond de la grotte, cela se traduit des concrétionnements alignés (tout comme à l’extrémité nord de la Galerie des Croisillons ou dans la galerie reliant l’ancien porche à la Salle des Bauges).
All the concretion generations recorded and mapped in the cave are shown in this figure. It is interesting to observe that the speleothems in the Chamber of the Bear Hollows are mainly located in its eastern part (as they are in the Brunel Chamber and Skull Chamber). This distribution results from an alimentation by water that, after infiltrating from the karstic impluvium to the east of the cave, was guided in its underground movement by the general slope of the geological layers toward the west. Each of the main bedding joints functions as a small “drain” that directs the water toward the cave. Moreover, when one of these joints cuts into the cave ceiling, aligned concretions are formed (as in the northern extremity of the Gallery of the Crosshatching and the gallery between the ancient cave entrance porch and the Chamber of the Bear Hollows).

FIG. 165. Comparaison de la morphologie des plafonds et des sols
FIG. 165. Comparing the morphologies of the ceilings and floors.

download

L’analyse comparée des plafonds (à gauche) et des sols (à droite) de la grotte est particulièrement instructive. Les grandes salles se caractérisent par une grande hauteur sous plafond (couleur de plus en plus chaude sur la figure de gauche), une hauteur liée le plus souvent à des effondrements (d’où leur aspect plan). Lorsque l’on relie ces derniers à la topographie des sols, on remarque que la Salle des Bauges se distingue des salles Brunel, Hillaire et du Crâne par le très faible nombre de blocs effondrés que l’on y rencontre, et par la planéité de son sol.
A comparative analysis of the ceilings (left) and the floors (right) of the cave is highly instructive. The large rooms have high ceilings (increasingly dark color in the figure on the left), most often resulting from ceiling collapses (note their flat appearance as well). When we compare these ceilings to the floor topographies, we see that the Chamber of the Bear Hollows differs from the Brunel, Hillaire and Skull chambers in its very small number of collapsed blocks and the flat surface of its floor.

FIG. 166. Coupoles
FIG. 166. Cupolas.

download

Coupoles et pendants sont bien visibles sur les plafonds et parois de l’extrémité sud-est de la Salle des Bauges. Ils sont les témoins du creusement en régime (épi)noyé des réseaux de la grotte dans un contexte hydrogéologique et paléogéographique complètement différent de l’actuel. Quand ces morphologies se sont agencées, la géographie extérieure était complètement différente d’aujourd’hui. L’Ardèche n’avait pas encore encaissé ses gorges ; son talweg se situait alors plus ou moins au niveau de la grotte (cf. supra, § 4.5. et Carte 1).
Cupolas are visible on the ceilings and walls of the south-east extremity of the Chamber of the Bear Hollows. They were formed during an (epi)phreatic regime in a hydrogeological and paleographic context that is completely different from the current one. When these morphologies were created, the exterior geography was completely different from that of today. The Ardèche had not yet encased its gorges, and its thalweg was thus at approximately the same level as the cave (cf. supra, § 4.5. and Carte 1).

FIG. 167. Morphologie du plafond nord-ouest de la salle
FIG. 167. Morphology of the north-west ceiling of the chamber.

download

On relève que de part et d’autre de la « bande » de pendants et de coupoles, le plafond se relève, fortement à gauche où se situe l’essentiel des réajustements mécaniques et plus légèrement à droite. Sur le cliché, le bloc qui affleure au sol est issu de l’effondrement de la voûte : il est juste à l’aplomb du relèvement du plafond qui marque le rebord de l’effondrement.
From one side to the other of the “band” of pendants and cupolas, the ceiling rises — strongly to the left where most of the mechanical adjustments took place, and less so to the right. In this photograph, the boulder that emerges from the ground originates from the ceiling collapse ; it is located directly under the ceiling rise that corresponds to the edge of the collapse.

FIG. 168. Plafonds d’effondrement et gros blocs
FIG. 168. Ceiling collapses and large boulders.

download

Cette photographie met en regard les plafonds issus des phénomènes gravitaires, bien lisibles dans le paysage par leur caractère plan et incliné dans le sens du pendage, et le sol de la salle. On s’attendrait à retrouver au sol le matériel rocheux tombé du plafond. Or, seuls quelques blocs sont visibles, et sont de faibles dimensions en comparaison du volume détaché. Ce constat permet d’envisager l’existence d’au moins deux événements morphogéniques qui se sont succédés dans l’histoire ancienne de la grotte : l’effondrement du plafond dans une cavité très différente de l’actuelle, puis la sédimentation de matériaux fins (argiles, limons) ayant enfoui les blocs écroulés, de sorte qu’aujourd’hui seuls les plus gros émergent de ce remplissage karstique.
This photograph shows the ceilings formed by gravitational processes. They are easily identifiable in the landscape due to their flat surface, tilt in the direction of the slope, and the floor of the chamber. On the floor, we would expect to find the rocks that fell from the ceiling. Only a few blocks are visible, however, and they are small relative to the collapsed volume. This phenomenon suggests the existence of at least two successive morphogenic events in the ancient history of the cave : the ceiling collapse in a cave that was very different than it is now, followed by the deposition of fine sediments (clays, silts) that buried the fallen rocks, so that today, only the largest ones emerge from this karstic fill.

FIG. 169
FIG. 169 Chamber of the Bear Hollows (northwest quarter).

download

Du fait du tracé de la passerelle, cet espace est l’un des moins connus de la grotte.
This last zone of the Chamber of the Bear Hollows is one of the least known in the cave. The walkway, running along the north and east extremities of the Chamber of the Bear Hollows, does not give access to the western part (cf. supra, Map 8). It is therefore impossible to approach the long western wall, which is far from any possible path. Our observations are thus, at best, precise for the few meters situated in front of the walkway. Beyond two to four meters, it is difficult to distinguish the nature of the objects on the floor and wall.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.