Version classiqueVersion mobile

Atlas de la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Volume 1

 | 
Jean-Jacques Delannoy
, 
Jean-Michel Geneste

Partie 3. La grotte Chauvet-Pont d’Arc par les cartes

Carte 1. Talus externe et paléogrotte

Jean-Jacques Delannoy, Stéphane Jaillet et Benjamin Sadier

Texte intégral

Carte intégrée des sols, Carte 1
Integrated map of the floors,
Map 1

Carte intégrée des sols, Carte 1 Integrated map of the floors, Map 1

Situation de la Carte 1 par rapport à la grotte
Location of Map 1 regarding the cave

Situation de la Carte 1 par rapport à la grotte Location of Map 1 regarding the cave

1Tant qu’on n’a pas pénétré dans la grotte Chauvet, toute l’attention est retenue par la force du relief qui, dans un même espace, conjugue l’entrée des gorges de l’Ardèche, l’arche naturelle du Pont d’Arc et la Combe d’Arc, ce vaste amphithéâtre ceinturé par de hauts escarpements calcaires surplombant l’ancien lit de l’Ardèche. Dans ce paysage particulièrement fort, la grotte est absente. Elle ne se voit pas, n’existe pas et ne participe pas à la puissance dégagée par la structuration du relief. Il n’en a pas toujours été ainsi (cf. supra, « Combe d’Arc, Pont d’Arc, grotte Chauvet »). Pendant longtemps, elle a été un élément majeur du paysage de la Combe d’Arc. Depuis l’amont comme depuis l’aval du Pont d’Arc, la grotte marquait l’espace par la béance de son entrée. Elle était là, en balcon au-dessus de la vallée, entre les deux bandes d’escarpement calcaire qui structurent le relief. Associée aux autres éléments forts du paysage, elle a fait de ce lieu un espace remarquable qui assurément a retenu toute l’attention des groupes humains qui le parcouraient au Paléolithique.

2Un événement a brusquement marqué la disparition de la grotte de son écrin paysager : l’écroulement de tout un pan de la corniche calcaire qui obtura cette entrée préhistorique. En lieu et place de l’entrée de la grotte existe à présent une masse de blocs dominée par une profonde cicatrice d’effondrement dont l’empreinte est toujours présente dans le paysage de la combe [fig. 107].

FIG. 107. Talus externe et paléogrotte.
FIG. 107. External talus and paleocave.

FIG. 107. Talus externe et paléogrotte. FIG. 107. External talus and paleocave.

La grotte Chauvet-Pont d’Arc s’ouvre dans le cirque d’Estre, en balcon au-dessus de la Combe d’Arc (ancien cours de l’Ardèche).
En bas L’entrée de la grotte, autrefois élément majeur du paysage, est aujourd’hui cachée aux regards du visiteur à la suite d’un événement catastrophique : l’écroulement d’un vaste pan de l’escarpement calcaire qui surplombait le porche préhistorique de la cavité. Cet événement a fermé définitivement l’accès à la grotte il y a 21 500 ans.
En haut L’accès à la grotte emprunte une vire naturelle (ligne pointillée blanche) qui permet de rejoindre depuis le fond de la Combe d’Arc le plateau calcaire des Gras. Cette vire correspond à un niveau marneux au sein de la masse calcaire de faciès urgonien (escarpements abrupts au-dessus et en dessous de la vire). L’inclinaison de la vire est due au pendage des assises géologiques. Ces dernières sont marquées par des failles (lignes rouges) qui ont eu pour effet de décaler légèrement la vire (dispositif en escalier).
The Chauvet-Pont d’Arc Cave opens onto the Cirque d’Estre from a natural balcony above the Combe d’Arc (ancient course of the Ardèche).
Below The cave entrance, formerly a major feature in the landscape, is now hidden from view following a catastrophic event : the collapse of a vast portion of the limestone escarpment that hung over the prehistoric cave porch.
This event definitively closed the cave entrance 21,500 years ago.
Above The path to the cave follows a natural ledge (white dashed line) leading from the bottom of the Combe d’Arc to the Gras limestone plateau. This ledge corresponds to a marl level within the limestone mass of the Urgonian facies (steep escarpments above and below the ledge). The incline of this ledge is due to the dip of the geological beds. These beds are traversed by faults (red lines) that shift the position of the ledge (steps in the yellow dashed line).

3D’autres empreintes laissées par les processus ayant façonné le relief sont encore visibles dans le paysage. L’une d’entre elles est la « vire », ligne de force qui relie le fond du méandre abandonné aujourd’hui par l’Ardèche au plateau calcaire. Cette ligne suit le pendage généralisé des assises géologiques et marque plus précisément un contact géologique entre les assises calcaires et un banc marneux. C’est le long de ce contact que, durant les épisodes froids quaternaires, la gélifraction a sculpté un encorbellement naturel et progressivement dégagé une voie naturelle de passage reliant le plateau calcaire au fond des gorges. C’est précisément le long de ce « passage », qu’empruntèrent les animaux et les humains, que se situe l’entrée préhistorique de la grotte Chauvet [fig. 108].

FIG. 108. La vire reliant la Combe d’Arc à la grotte Chauvet-Pont d’Arc.
FIG. 108. The ledge linking the Combe d’Arc and the Chauvet-Pont d’Arc Cave.

FIG. 108. La vire reliant la Combe d’Arc à la grotte Chauvet-Pont d’Arc. FIG. 108. The ledge linking the Combe d’Arc and the Chauvet-Pont d’Arc Cave.

Le sentier d’accès montant depuis la Combe d’Arc vers la grotte Chauvet emprunte une vire entaillée au pied de la paroi calcaire. Ce passage naturel est le produit de l’action répétée du gel et du dégel durant les épisodes froids du Quaternaire. Ce travail de la gélifraction s’est concentré le long d’un niveau plus marneux au sein de la masse calcaire, que l’on peut suivre jusqu’à l’entrée de la grotte.
The path leading from the Combe d’Arc to Chauvet Cave follows a ledge naturally cut into the foot of the limestone wall by repeated freezing and thawing during the cold periods of the Quaternary. This gelifraction process was concentrated in the marly level within the limestone mass, which we can follow to the cave entrance.

4Afin de retrouver la morphologie de l’ancien porche de la grotte et de pouvoir mesurer son impact paysager préhistorique, un travail de reconstitution géomorphologique a été entrepris sur le talus externe et l’entrée de la grotte. Ce travail a également permis de relever que la grotte Chauvet est un des plus anciens témoins de l’histoire du relief de la région : une mémoire des paléogéographies qui se sont succédées depuis six millions d’années. La grotte Chauvet a enregistré le temps de la nature, de la formation des gorges de l’Ardèche et des variations du climat avant d’écrire celui des hommes et des animaux de la préhistoire. L’ensemble de ces archives inscrites dans les morphologies souterraines et dans les paysages extérieurs en font un lieu exceptionnel de mémoire.

5Dans le relief actuel de la Combe d’Arc, il est impossible de situer la grotte et de se représenter sa place dans le paysage paléolithique. Au mieux repère-t-on dans la morphologie de l’escarpement calcaire la niche d’écroulement sous laquelle se situent l’entrée actuelle et l’ancien porche de la grotte [fig. 107, fig. 109]. L’entrée par laquelle on rejoint aujourd’hui la cavité, appelée Boyau de la Découverte n’est pas celle qui était empruntée par les animaux et les hommes au cours du Paléolithique. L’entrée préhistorique est occultée par un talus de blocs provenant de l’écroulement d’un pan de la corniche calcaire sus-jacente [fig. 109, fig. 110].

FIG. 109. Cicatrice d’écroulement.
FIG. 109. Collapse scar.

FIG. 109. Cicatrice d’écroulement. FIG. 109. Collapse scar.

Sur la photo, les rebords de la niche d’écroulement ont été matérialisés par des traits rouges. Le rocher d’Abraham, situé à droite de la niche (à l’est), constitue un repère important. Il permet de définir l’emplacement initial de l’escarpement qui dominait l’entrée préhistorique de la grotte. À partir de ce repère et de son équivalent situé de l’autre côté de la niche, le volume de la masse tombée a pu être calculé : il est de l’ordre de 4 500 m3. Sous la niche, on relève que la forêt de chênes verts monte plus haut que sur les rebords : cette remontée épouse la topographie du talus d’écroulement. C’est sous celui-ci que se situait le porche préhistorique de la grotte.
On this photo, the edges of the collapse scar are indicated with red lines. The Rocher d’Abraham, to the right of the scar (east), is an important landmark. It defines the initial location of the escarpment that hung over the prehistoric cave entrance. Based on this landmark and its equivalent on the other side of the collapse scar, the volume of the fallen mass can be calculated to approximately 4,500 m3. Under the collapse scar, the evergreen oak forest extends higher than on its sides : this growth follows the topography of the collapse talus. The porch of the prehistoric cave entrance was located under this talus.

FIG. 110. Chaos de blocs au pied de la cicatrice d’arrachement.
FIG. 110. Mass of blocks at the foot of the collapse scar.

FIG. 110. Chaos de blocs au pied de la cicatrice d’arrachement. FIG. 110. Mass of blocks at the foot of the collapse scar.

Au pied de l’actuelle niche d’arrachement, on relève la présence de gros blocs plurimétriques provenant de la corniche calcaire. Leur disposition présente deux cas de figure. Certains apparaissent comme « plantés » dans la masse écroulée (marqués P sur la carte tandis que d’autres –majoritaires en nombre– semblent posés à plat sur le toit de l’éboulis. Ces positionnements bien spécifiques correspondent à différentes logiques et temporalités de l’écroulement de la corniche. Il est intéressant de relever que les éléments « plantés » sont les plus proches de l’escarpement. Par ailleurs, la carte géomorphologique souligne le caractère localisé de la masse écroulée tant latéralement (une vingtaine de mètres) que longitudinalement (une trentaine de mètres). Comme si celle-ci venait se loger dans une sorte de « couloir », situé dans le prolongement de la grotte Chauvet.
At the foot of the current collapse scar, there is an accumulation of large plurimetric blocks originating from the limestone overhang. They are arranged in two manners. Some appear to be “planted” in the collapsed mass (marked with a P on the map), while the others the most numerous seem to be laid flat on top of the rubble. These very specific positions correspond to different logics and temporalities of the overhang collapse. It is interesting to observe that the “planted” elements are the ones closest to the escarpment. In addition, the geomorphological map emphasizes the localized nature of the collapsed mass, both laterally (around twenty meters) and longitudinally (around thirty meters), as if they had been lodged into a sort of “corridor” situated extending from Chauvet Cave.

6Un relevé cartographique des blocs et de leur disposition sur le talus a été réalisé, à la fois pour définir l’emprise spatiale de l’écroulement et pour cerner les modalités d’obstruction de l’entrée initiale. Cette cartographie a été réalisée à la moitié de l’échelle de la carte intégrée des sols présentée dans les pages qui suivent, ce qui permet de mettre en miroir les observations réalisées à l’extérieur et à l’intérieur de la grotte. La carte recouvre d’ailleurs l’extérieur de la grotte (base de l’escarpement marqué par un trait épais noir) et les réseaux souterrains de la cavité (aisément visibles par les aplats de couleur jaune). Par ailleurs, une approche similaire à celle menée dans la grotte a été appliquée à l’étude du talus extérieur : l’objectif était de préciser les processus morphogéniques à l’origine de chaque forme et dépôt visible dans le relief et de les replacer dans une chronologie d’événements (emboîtement des formes et des dépôts). Enfin, cette analyse a été replacée dans le contexte (paléo) géographique de la Combe d’Arc et de la spéléogenèse de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (cf. supra, § 4.5.). À cette fin, le levé cartographique a été associé à un relevé 3D de l’escarpement calcaire et du talus au droit de la grotte.

7Hormis l’association évidente entre l’écroulement de l’escarpement et le talus de blocs qui ferme l’entrée paléolithique, l’analyse géomorphologique 3D a permis de relever :

  • la présence de trois niches emboîtées dans la cicatrice d’écroulement, évoquant trois événements gravitaires successifs [fig. 83, fig. 124] (cf. supra, § 4.5. et § 5.6.) ;

  • le caractère très localisé dans l’espace extérieur du talus d’écroulement ;

  • l’existence, dans le relief extérieur, d’une paroi appartenant à un prolongement ancien de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, au delà de l’actuelle ligne d’escarpement. Cette ancienne paroi de la cavité se caractérise dans le relief par d’épais dépôts de calcite (anciens planchers et coulées stalagmitiques). Il est intéressant de relever que c’est contre cette paroi que vient buter la masse écroulée du côté est. Un levé géomorphologique à plus haute résolution a été réalisé le long du contact entre cette paléo-paroi de grotte et la masse écroulée. Il a permis d’identifier plusieurs séquences stratigraphiques qui constituent autant de repères dans la genèse et l’évolution de la grotte en lien avec la mise en place du relief extérieur et le creusement de l’Ardèche. L’étude du contact entre la masse écroulée et les anciens dépôts endokarstiques (grès, conglomérats, spéléothèmes) indique que lorsque l’écroulement de l’escarpement s’est produit, le toit de la grotte n’existait déjà plus, comme en témoigne la disposition des blocs tombés directement sur les sables indurés et/ou des conglomérats endokarstiques.

8Ici sont présentés les principaux indices [fig. 109 à fig. 112] encore visibles sur le versant à l’aplomb de l’entrée actuelle et identifiables sur la carte géomorphologique ci-contre. La restitution de l’évolution de la grotte et de la fermeture du porche à partir des indices géomorphologiques est, quant à elle, développée à la fin de la présentation de cette Carte.

FIG. 111. Les témoins d’un ancien prolongement de la grotte.
FIG. 111. Evidence for an ancient extension of the cave.

FIG. 111. Les témoins d’un ancien prolongement de la grotte. FIG. 111. Evidence for an ancient extension of the cave.

Le rebord oriental de la masse écroulée vient buter contre un « mur » dont le commandement est de 5 à 7 m de haut dans la partie distale du talus. L’examen de ce « mur » souligne la présence de puissants édifices stalagmitiques (coulées, planchers, stalagmites) qui recouvrent une ancienne paroi de la grotte. On relève également la présence, non loin de cette paroi, de dômes stalagmitiques en place ou légèrement basculés. La reconnaissance de cet ancien prolongement de la grotte constitue un repère géométrique fondamental dans la restitution de l’ancien porche de la grotte Chauvet.
The eastern edge of the collapsed mass abuts against a “wall” that is 5 to 7 meters high in the most distal part of the talus. Looking closer at this “wall,” we see large stalagmitic edifices (flows, stalagmite floors) covering the former cave wall. Not far from this wall, we also observe stalagmite domes in place or slightly tilted. The identification of this ancient extension of the cave is a fundamental geometric landmark for the reconstruction of the former entrance porch of Chauvet Cave.

FIG. 112. Témoins d’anciens remplissages souterrains.
FIG. 112. Evidence of ancient underground fills.

FIG. 112. Témoins d’anciens remplissages souterrains. FIG. 112. Evidence of ancient underground fills.

Sous les vieux planchers stalagmitiques qui marquent l’ancien prolongement de la grotte, on relève la présence de galets et de sables indurés par d’anciens écoulements incrustants (grès et conglomérats). L’analyse de ces formations indique la présence de quartz dans les sables et de matériel stalagmitique dans les galets. Ces formations sont les témoins de très anciens écoulements qui ont parcouru la grotte Chauvet lorsque celle-ci était encore traversée par d’importantes circulations hydrologiques. La présence de quartz (absent dans l’environnement calcaire) indique que la géographie était très différente de l’actuelle. Les écoulements endokarstiques charriaient du matériel cristallin déposé par d’anciens cours d’eau descendant du massif central. Ceux-ci comme la paléo-Ardèche étaient alors peu incisés dans le massif calcaire. Cette séquence sédimentaire repose sur le bedrock calcaire et constitue le seul endroit où la base du conduit souterrain initial a pu être observée. Dans la grotte, le bedrock est en revanche peu visible, même au niveau des soutirages (cf. infra, Carte 15). On dispose là d’un autre repère géométrique important dans la reconstitution de l’histoire très ancienne de la grotte Chauvet. Il en est de même pour la séquence grès / conglomérat qu’on ne peut observer dans la grotte : ces dépôts sont contemporains d’une très ancienne étape spéléogénique, lorsque la grotte était encore le siège de circulations d’eau dont les galets témoignent de l’énergie. Paradoxalement ce sont ces témoins spéléogéniques extérieurs qui sont les plus instructifs sur l’histoire ancienne de la grotte dans un contexte paléogéographique tout autre que l’actuel.
Under the old stalagmite floors in the ancient extension of the cave, there are cobbles and sands hardened by ancient incrusting flows (sandstones and conglomerates). Analysis of these formations shows the presence of quartz in the sands and the stalagmitic materials in the cobbles. These formations are evidence for very ancient flows though Chauvet Cave when it was still traversed by heavy hydrological circulations. The presence of quartz (absent in the limestone environment) indicates that the geography was very different than it is now. The endokarst flows transported crystalline materials deposited by ancient rivers descending from the Massif Central. At that time, these rivers, like the paleo-Ardèche, had just begun to incise into the limestone massif. This sedimentary sequence is positioned on the limestone bedrock and is the only location where the base of the initial underground conduit can be observed. Inside the cave, the bedrock is barely visible, even in the solution-collapses (cf. infra, Carte 15). This thus constitutes another important geometric landmark for the reconstruction of the very ancient history of Chauvet Cave. The same is true for the sandstone/conglomerate sequence that we cannot observe in the cave : these deposits are contemporary with a very ancient speleogenic stage when the cave was still under siege by circulating water, the strong energy of which is demonstrated by the cobbles. Paradoxically, it is these exterior speleogenic elements that provide the most information on the ancient history of the cave when the paleogeographic context was very different than it is now.

9L’étude détaillée du talus externe situé au droit des galeries de la grotte a apporté son lot d’informations sur l’évolution morphogénique. Elle a permis :

  • d’identifier le prolongement extérieur de la grotte. Les dômes stalagmitiques, coulées et planchers stalagmitiques et les anciens dépôts de rivière souterraine permettent de reconstituer le tracé d’une paléogalerie dans l’exact prolongement de la galerie principale de la grotte Chauvet ;

  • de déterminer le caractère très localisé des blocs écroulés. En dehors du fait qu’ils se situent sous la niche d’écroulement, les blocs paraissent canalisés dans une sorte de « couloir » d’une vingtaine de mètres de large. Aucun gros bloc écroulé n’est, par exemple, visible au-delà de la paléo-paroi de la grotte. Ceci donne la nette impression que la masse écroulée est venue atterrir dans une morphologie préexistante en creux, correspondant à un tronçon décapité de la grotte.

10L’identification de remplissages endokarstiques en place dans une paléogalerie située dans le prolongement de la grotte permet de relever l’ancienneté de cette cavité dont la genèse s’inscrit dans un contexte paléogéographique totalement différent de l’actuel, bien antérieur à la structuration du relief actuel et à l’incision de l’Ardèche. La reconnaissance d’anciens réseaux souterrains décapités ou recoupés par les gorges de l’Ardèche permet de proposer une reconstitution morphogénique depuis 5,9 millions d’années (Martini 2005 ; Mocochain et al. 2006 ; Aguilar, Michaux 2008 ; Delannoy et al. 2004 ; 2010 ; Sadier 2013). Les prémices de la grotte Chauvet sont rapportées à un des premiers creusements de l’Ardèche qui entaillait alors peu profondément la masse calcaire. Des niveaux plus anciens, antérieurs à l’incision de l’Ardèche, ont été identifiés sur le plateau de St-Remèze vers 360-380 mètres NGF (Martini 2005 : 16). Le développement subhorizontal de la grotte Chauvet à la même côte altitudinale (180-200 mètres NGF) que d’autres réseaux souterrains (grottes du Déroc, de Louoï et des Deux Avens dans la vallée de l’Ibie) ayant les mêmes morphologies, caractéristiques d’un creusement en régime noyé, permet d’identifier une très ancienne phase de karstification contemporaine d’une paléo-Ardèche, laquelle se situait alors à une centaine de mètres en contre-haut de la cavité [fig. 107, fig. 111] (cf. supra, § 4.3.). L’étude géomorphologique de la grotte Chauvet a permis de rapporter une grande part de sa genèse et de son évolution au cycle messino-pliocène, entre -5,9 et -4 millions d’années (Clauzon 1982 ; 1996). Durant cette longue période géologique marquée par l’assèchement de la Méditerranée (crise messinienne) et sa remise en eau (transgression pliocène), la grotte a connu plusieurs phases de concrétionnement, d’ennoiement et de colmatage (cf. supra, § 4.5.). Les dépôts présents dans la paléogalerie prolongeant à l’extérieur la grotte Chauvet sont quelques-uns des témoins de cette très vieille histoire de la cavité, même si, dans l’état actuel des recherches, il est délicat d’en préciser l’âge. Ils sont contemporains, quoiqu’il en soit, d’anciennes circulations hydrologiques qui parcouraient la grotte Chauvet.

11Le creusement des gorges de l’Ardèche, dont une grande part est rapportée au Quaternaire et plus précisément aux deux derniers millions d’années (Sadier 2013), a eu pour effet de déconnecter la grotte Chauvet des circulations karstiques et de percher de plus en plus cet ancien drain karstique au-dessus du niveau de base hydrographique régional. Le recul des versants engendré par l’enfoncement des gorges a eu pour conséquence de trépaner les anciens conduits karstiques. C’est à cette dynamique que sont associés le recoupement par le versant de la grotte Chauvet et l’enlèvement du toit de la galerie « extérieure ». Cette évolution bien qu’éloignée des fréquentations paléolithiques n’est pas neutre dans l’architecture du relief qu’ont connu les hommes d’alors. La grotte se prolongeait alors vers l’extérieur par une vaste plateforme d’une vingtaine de mètres de large pour une trentaine de mètres de longueur qui surplombait le méandre abandonné de l’Ardèche. Cette plateforme, latéralement délimitée par les parois de la paléo-galerie trépanée, se situait sur le chemin naturel d’accès qu’est la vire [fig. 108]. Elle constituait sans doute un élément important dans le paysage paléolithique.

12Cette reconstitution morphogénique permet, par ailleurs, de mieux comprendre le caractère peu étalé et propageant de la masse écroulée : celle-ci est venue se loger dans le couloir que constituait la paléogalerie trépanée : si cette dernière n’est plus visible à l’apex de la masse écroulée, elle devient de plus en plus lisible à mesure qu’on descend le talus d’éboulis externe.

13Au-delà de cette page ancienne de l’histoire de la grotte Chauvet, bien antérieure à son ornementation, l’étude géomorphologique a permis de reconnaître et de positionner des repères géométriques précis quant aux contours du paléoporche de la cavité. Ces indices ont été confrontés aux limites des réseaux d’entrée de la grotte que sont leur toit et leurs parois. L’ensemble de ces données a été inséré dans un modèle 3D réalisé à partir des relevés lasergrammétriques de l’extérieur (Delannoy et al. 2010) et dans la cavité. L’enlèvement de tout le volume de la masse écroulée, estimé à partir des niches d’écroulement (cf. infra, Carte 2), a permis de proposer une reconstitution de la physionomie du porche préhistorique et de définir ses dimensions (15 mètres de large, 8 mètres de haut) [fig. 111].

14La restitution du porche préhistorique et son positionnement dans son environnement extérieur soulignent qu’avant sa fermeture, la grotte Chauvet devait constituer un élément majeur du paysage de la Combe d’Arc [fig. 115]. Le Pont d’Arc, le méandre abandonné, la présence du vaste porche de la grotte Chauvet et la vire calcaire qui y conduit, confèrent à cette zone un caractère bien particulier. Comme le souligne l’analyse de la répartition des grottes ornées dans les gorges de l’Ardèche (cf. supra, « Combe d’Arc, Pont d’Arc, grotte Chauvet »), cette dimension a vraisemblablement joué un rôle dans le choix de cette cavité par les hommes. Reste posée la question de l’âge et des modalités de fermeture de la cavité que l’étude géomorphologique couplée à la modélisation 3D et aux datations cosmogéniques a permis de préciser. Cette fermeture résulte ainsi d’une ou de plusieurs phases d’écroulement successives pour chacune desquelles il est aujourd’hui possible de proposer un âge (cf. infra, Carte 2 ; supra, § 5.6.).

FIG. 113. Restitution du porche paléolithique sur la base des repères géomorphologiques de la zone d’entrée.
FIG. 113. Reconstruction of the Paleolithic cave entrance porch based on geomorphological landmarks.

FIG. 113. Restitution du porche paléolithique sur la base des repères géomorphologiques de la zone d’entrée. FIG. 113. Reconstruction of the Paleolithic cave entrance porch based on geomorphological landmarks.

L’analyse et la distribution spatiale des repères géomorphologiques identifiés tant à l’extérieur (galerie trépanée) que dans les réseaux souterrains d’entrée de la grotte suggèrent que le porche devait présenter des dimensions importantes à l’image des volumes souterrains de la cavité. Cette image rend compte de l’aspect porche avant les premiers effondrements qui ont contribué à la fermeture de la cavité. Cela dit, si la morphologie du plafond et des parois du porche, telle que présentée sur cette image, est bien calée par les repères géomorphologiques identifiés dans la zone d’entrée, la topographie du plancher du porche et le niveau d’élévation du talus devant la grotte restent à préciser.
Analysis of the spatial distribution of the geomorphological landmarks outside (sliced gallery) and inside the underground networks of the cave entrance suggest that the entrance porch was very large, corresponding with the underground volumes in the cave. This image shows the porch before the first collapses that contributed to closing the cave. That said, while the morphology of the porch ceiling and walls, as it is presented in this image, is well defined by the geomorphological landmarks identified in the entrance zone, the floor of the porch and the elevation of the talus in front of the cave remain to be determined.

FIG. 114. Schéma synoptique de l’évolution karstogénique du Sud-Ardèche.
FIG. 114. Synoptic diagram of the karstogenic evolution of the South-Ardèche.

FIG. 114. Schéma synoptique de l’évolution karstogénique du Sud-Ardèche. FIG. 114. Synoptic diagram of the karstogenic evolution of the South-Ardèche.

Les principales phases de karstification et leur moteur (événements eustatiques et isostatiques) sont portés sur cette coupe passant au droit de la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Deux événements ont marqué la genèse et l’évolution de la grotte : la crise messinienne et la remontée du niveau de base durant le Pliocène (transgression marine et aggradation continentale). Un troisième événement a été le creusement des gorges durant le Quaternaire qui a déconnecté la cavité des circulations hydrogéologiques.
The main karstification phases and their agents (eustatic and isostatic events) are shown on this cross-section passing through Chauvet Cave. Two events mark the genesis and evolution of the cave: the Messinian crisis and the sea level rise during the Pliocene (marine transgression and continental aggradation). A third event was the downcutting of the gorges during Quaternary, which disconnected the cave from hydrogeological circulations.

FIG. 115. Le paysage du cirque d’Estre en présence du porche tel qu’il devait être au Paléolithique supérieur.
FIG. 115. The landscape of the Cirque d’Estre with the cave entrance porch as is must have been during the Upper Paleolithic.

FIG. 115. Le paysage du cirque d’Estre en présence du porche tel qu’il devait être au Paléolithique supérieur. FIG. 115. The landscape of the Cirque d’Estre with the cave entrance porch as is must have been during the Upper Paleolithic.

Cette reconstitution est à comparer avec la photo d’ouverture de cette Carte 1 [fig. 107].
This reconstruction can be compared with the first photo associated with this Map 1 [fig. 107].

Table des illustrations

Titre Carte intégrée des sols, Carte 1 Integrated map of the floors, Map 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Situation de la Carte 1 par rapport à la grotte Location of Map 1 regarding the cave
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre FIG. 107. Talus externe et paléogrotte. FIG. 107. External talus and paleocave.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende La grotte Chauvet-Pont d’Arc s’ouvre dans le cirque d’Estre, en balcon au-dessus de la Combe d’Arc (ancien cours de l’Ardèche). En bas L’entrée de la grotte, autrefois élément majeur du paysage, est aujourd’hui cachée aux regards du visiteur à la suite d’un événement catastrophique : l’écroulement d’un vaste pan de l’escarpement calcaire qui surplombait le porche préhistorique de la cavité. Cet événement a fermé définitivement l’accès à la grotte il y a 21 500 ans. En haut L’accès à la grotte emprunte une vire naturelle (ligne pointillée blanche) qui permet de rejoindre depuis le fond de la Combe d’Arc le plateau calcaire des Gras. Cette vire correspond à un niveau marneux au sein de la masse calcaire de faciès urgonien (escarpements abrupts au-dessus et en dessous de la vire). L’inclinaison de la vire est due au pendage des assises géologiques. Ces dernières sont marquées par des failles (lignes rouges) qui ont eu pour effet de décaler légèrement la vire (dispositif en escalier). The Chauvet-Pont d’Arc Cave opens onto the Cirque d’Estre from a natural balcony above the Combe d’Arc (ancient course of the Ardèche). Below The cave entrance, formerly a major feature in the landscape, is now hidden from view following a catastrophic event : the collapse of a vast portion of the limestone escarpment that hung over the prehistoric cave porch.This event definitively closed the cave entrance 21,500 years ago. Above The path to the cave follows a natural ledge (white dashed line) leading from the bottom of the Combe d’Arc to the Gras limestone plateau. This ledge corresponds to a marl level within the limestone mass of the Urgonian facies (steep escarpments above and below the ledge). The incline of this ledge is due to the dip of the geological beds. These beds are traversed by faults (red lines) that shift the position of the ledge (steps in the yellow dashed line).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre FIG. 108. La vire reliant la Combe d’Arc à la grotte Chauvet-Pont d’Arc. FIG. 108. The ledge linking the Combe d’Arc and the Chauvet-Pont d’Arc Cave.
Légende Le sentier d’accès montant depuis la Combe d’Arc vers la grotte Chauvet emprunte une vire entaillée au pied de la paroi calcaire. Ce passage naturel est le produit de l’action répétée du gel et du dégel durant les épisodes froids du Quaternaire. Ce travail de la gélifraction s’est concentré le long d’un niveau plus marneux au sein de la masse calcaire, que l’on peut suivre jusqu’à l’entrée de la grotte. The path leading from the Combe d’Arc to Chauvet Cave follows a ledge naturally cut into the foot of the limestone wall by repeated freezing and thawing during the cold periods of the Quaternary. This gelifraction process was concentrated in the marly level within the limestone mass, which we can follow to the cave entrance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre FIG. 109. Cicatrice d’écroulement. FIG. 109. Collapse scar.
Légende Sur la photo, les rebords de la niche d’écroulement ont été matérialisés par des traits rouges. Le rocher d’Abraham, situé à droite de la niche (à l’est), constitue un repère important. Il permet de définir l’emplacement initial de l’escarpement qui dominait l’entrée préhistorique de la grotte. À partir de ce repère et de son équivalent situé de l’autre côté de la niche, le volume de la masse tombée a pu être calculé : il est de l’ordre de 4 500 m3. Sous la niche, on relève que la forêt de chênes verts monte plus haut que sur les rebords : cette remontée épouse la topographie du talus d’écroulement. C’est sous celui-ci que se situait le porche préhistorique de la grotte. On this photo, the edges of the collapse scar are indicated with red lines. The Rocher d’Abraham, to the right of the scar (east), is an important landmark. It defines the initial location of the escarpment that hung over the prehistoric cave entrance. Based on this landmark and its equivalent on the other side of the collapse scar, the volume of the fallen mass can be calculated to approximately 4,500 m3. Under the collapse scar, the evergreen oak forest extends higher than on its sides : this growth follows the topography of the collapse talus. The porch of the prehistoric cave entrance was located under this talus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre FIG. 110. Chaos de blocs au pied de la cicatrice d’arrachement. FIG. 110. Mass of blocks at the foot of the collapse scar.
Légende Au pied de l’actuelle niche d’arrachement, on relève la présence de gros blocs plurimétriques provenant de la corniche calcaire. Leur disposition présente deux cas de figure. Certains apparaissent comme « plantés » dans la masse écroulée (marqués P sur la carte tandis que d’autres –majoritaires en nombre– semblent posés à plat sur le toit de l’éboulis. Ces positionnements bien spécifiques correspondent à différentes logiques et temporalités de l’écroulement de la corniche. Il est intéressant de relever que les éléments « plantés » sont les plus proches de l’escarpement. Par ailleurs, la carte géomorphologique souligne le caractère localisé de la masse écroulée tant latéralement (une vingtaine de mètres) que longitudinalement (une trentaine de mètres). Comme si celle-ci venait se loger dans une sorte de « couloir », situé dans le prolongement de la grotte Chauvet. At the foot of the current collapse scar, there is an accumulation of large plurimetric blocks originating from the limestone overhang. They are arranged in two manners. Some appear to be “planted” in the collapsed mass (marked with a P on the map), while the others –the most numerous– seem to be laid flat on top of the rubble. These very specific positions correspond to different logics and temporalities of the overhang collapse. It is interesting to observe that the “planted” elements are the ones closest to the escarpment. In addition, the geomorphological map emphasizes the localized nature of the collapsed mass, both laterally (around twenty meters) and longitudinally (around thirty meters), as if they had been lodged into a sort of “corridor” situated extending from Chauvet Cave.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre FIG. 111. Les témoins d’un ancien prolongement de la grotte. FIG. 111. Evidence for an ancient extension of the cave.
Légende Le rebord oriental de la masse écroulée vient buter contre un « mur » dont le commandement est de 5 à 7 m de haut dans la partie distale du talus. L’examen de ce « mur » souligne la présence de puissants édifices stalagmitiques (coulées, planchers, stalagmites) qui recouvrent une ancienne paroi de la grotte. On relève également la présence, non loin de cette paroi, de dômes stalagmitiques en place ou légèrement basculés. La reconnaissance de cet ancien prolongement de la grotte constitue un repère géométrique fondamental dans la restitution de l’ancien porche de la grotte Chauvet. The eastern edge of the collapsed mass abuts against a “wall” that is 5 to 7 meters high in the most distal part of the talus. Looking closer at this “wall,” we see large stalagmitic edifices (flows, stalagmite floors) covering the former cave wall. Not far from this wall, we also observe stalagmite domes in place or slightly tilted. The identification of this ancient extension of the cave is a fundamental geometric landmark for the reconstruction of the former entrance porch of Chauvet Cave.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre FIG. 112. Témoins d’anciens remplissages souterrains. FIG. 112. Evidence of ancient underground fills.
Légende Sous les vieux planchers stalagmitiques qui marquent l’ancien prolongement de la grotte, on relève la présence de galets et de sables indurés par d’anciens écoulements incrustants (grès et conglomérats). L’analyse de ces formations indique la présence de quartz dans les sables et de matériel stalagmitique dans les galets. Ces formations sont les témoins de très anciens écoulements qui ont parcouru la grotte Chauvet lorsque celle-ci était encore traversée par d’importantes circulations hydrologiques. La présence de quartz (absent dans l’environnement calcaire) indique que la géographie était très différente de l’actuelle. Les écoulements endokarstiques charriaient du matériel cristallin déposé par d’anciens cours d’eau descendant du massif central. Ceux-ci comme la paléo-Ardèche étaient alors peu incisés dans le massif calcaire. Cette séquence sédimentaire repose sur le bedrock calcaire et constitue le seul endroit où la base du conduit souterrain initial a pu être observée. Dans la grotte, le bedrock est en revanche peu visible, même au niveau des soutirages (cf. infra, Carte 15). On dispose là d’un autre repère géométrique important dans la reconstitution de l’histoire très ancienne de la grotte Chauvet. Il en est de même pour la séquence grès / conglomérat qu’on ne peut observer dans la grotte : ces dépôts sont contemporains d’une très ancienne étape spéléogénique, lorsque la grotte était encore le siège de circulations d’eau dont les galets témoignent de l’énergie. Paradoxalement ce sont ces témoins spéléogéniques extérieurs qui sont les plus instructifs sur l’histoire ancienne de la grotte dans un contexte paléogéographique tout autre que l’actuel. Under the old stalagmite floors in the ancient extension of the cave, there are cobbles and sands hardened by ancient incrusting flows (sandstones and conglomerates). Analysis of these formations shows the presence of quartz in the sands and the stalagmitic materials in the cobbles. These formations are evidence for very ancient flows though Chauvet Cave when it was still traversed by heavy hydrological circulations. The presence of quartz (absent in the limestone environment) indicates that the geography was very different than it is now. The endokarst flows transported crystalline materials deposited by ancient rivers descending from the Massif Central. At that time, these rivers, like the paleo-Ardèche, had just begun to incise into the limestone massif. This sedimentary sequence is positioned on the limestone bedrock and is the only location where the base of the initial underground conduit can be observed. Inside the cave, the bedrock is barely visible, even in the solution-collapses (cf. infra, Carte 15). This thus constitutes another important geometric landmark for the reconstruction of the very ancient history of Chauvet Cave. The same is true for the sandstone/conglomerate sequence that we cannot observe in the cave : these deposits are contemporary with a very ancient speleogenic stage when the cave was still under siege by circulating water, the strong energy of which is demonstrated by the cobbles. Paradoxically, it is these exterior speleogenic elements that provide the most information on the ancient history of the cave when the paleogeographic context was very different than it is now.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre FIG. 113. Restitution du porche paléolithique sur la base des repères géomorphologiques de la zone d’entrée. FIG. 113. Reconstruction of the Paleolithic cave entrance porch based on geomorphological landmarks.
Légende L’analyse et la distribution spatiale des repères géomorphologiques identifiés tant à l’extérieur (galerie trépanée) que dans les réseaux souterrains d’entrée de la grotte suggèrent que le porche devait présenter des dimensions importantes à l’image des volumes souterrains de la cavité. Cette image rend compte de l’aspect porche avant les premiers effondrements qui ont contribué à la fermeture de la cavité. Cela dit, si la morphologie du plafond et des parois du porche, telle que présentée sur cette image, est bien calée par les repères géomorphologiques identifiés dans la zone d’entrée, la topographie du plancher du porche et le niveau d’élévation du talus devant la grotte restent à préciser. Analysis of the spatial distribution of the geomorphological landmarks outside (sliced gallery) and inside the underground networks of the cave entrance suggest that the entrance porch was very large, corresponding with the underground volumes in the cave. This image shows the porch before the first collapses that contributed to closing the cave. That said, while the morphology of the porch ceiling and walls, as it is presented in this image, is well defined by the geomorphological landmarks identified in the entrance zone, the floor of the porch and the elevation of the talus in front of the cave remain to be determined.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre FIG. 114. Schéma synoptique de l’évolution karstogénique du Sud-Ardèche. FIG. 114. Synoptic diagram of the karstogenic evolution of the South-Ardèche.
Légende Les principales phases de karstification et leur moteur (événements eustatiques et isostatiques) sont portés sur cette coupe passant au droit de la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Deux événements ont marqué la genèse et l’évolution de la grotte : la crise messinienne et la remontée du niveau de base durant le Pliocène (transgression marine et aggradation continentale). Un troisième événement a été le creusement des gorges durant le Quaternaire qui a déconnecté la cavité des circulations hydrogéologiques. The main karstification phases and their agents (eustatic and isostatic events) are shown on this cross-section passing through Chauvet Cave. Two events mark the genesis and evolution of the cave: the Messinian crisis and the sea level rise during the Pliocene (marine transgression and continental aggradation). A third event was the downcutting of the gorges during Quaternary, which disconnected the cave from hydrogeological circulations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre FIG. 115. Le paysage du cirque d’Estre en présence du porche tel qu’il devait être au Paléolithique supérieur. FIG. 115. The landscape of the Cirque d’Estre with the cave entrance porch as is must have been during the Upper Paleolithic.
Légende Cette reconstitution est à comparer avec la photo d’ouverture de cette Carte 1 [fig. 107]. This reconstruction can be compared with the first photo associated with this Map 1 [fig. 107].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/49940/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteurs

Géomorphologue, Delannoy a travaillé dès ses recherches doctorales (1981) sur les grottes en tant que mémoire paléogéographique et sur les relations des hommes avec leur environnement. Il développe ses travaux à la Casa de Velázquez (Madrid) et dans les universités de Séville et de Grenoble avant de rejoindre, en 1999, l’université de Savoie (Chambéry) où il est professeur des universités.
Il crée en 2003 le laboratoire interdisciplinaire « Environnement, dynamiques et territoires de la montagne » (Edytem : UMR 5204 CNRS / université Savoie Mont-Blanc) qu’il dirige jusqu’en 2015. Il est appelé à la direction du CNRS (2003-2006) où il a en charge les unités de recherche en archéologie, écologie humaine et géographie. Il est nommé, en 2006, au comité scientifique de la grotte de Lascaux puis, en 2011, au Conseil scientifique international de la grotte de Lascaux qu’il copréside avec le professeur Yves Coppens. Depuis 2017, il assure la présidence de ce conseil scientifique. Il s’attache au développement de programmes scientifiques permettant de traiter l’écosystème de cette cavité à des fins de conservation. Il est membre, depuis 2010, de la section de la Commission nationale des Monuments historiques (CNMH) consacrée aux grottes ornées.
Membre de l’équipe scientifique de la grotte Chauvet-Pont d’Arc depuis 1998, il conçoit une approche géomorphologique centrée sur les problématiques archéologiques et de conservation, basée sur la cartographie à haute résolution spatiale. Cette approche développée sur des sites d’art rupestre en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Australie, en Sibérie et en Colombie-Britannique lui a permis de faire ressortir la part, parfois majeure, des actions humaines et des aménagements dans la transformation du cadre physique des sites archéologiques. Il pose, en 2012, les bases du concept d’anthropogéomorphologie. Il est depuis 2019 membre senior de l’Institut universitaire de France sur cette thématique.
Il a également travaillé sur les contenus de l’Espace de restitution de la grotte Chauvet (Grotte Chauvet 2 - Ardèche et Centre d’interprétation) et accompagné la réalisation de la réplique ouverte au grand public en avril 2015.

Géomorphologue, spécialiste du karst et des grottes, docteur de l’université Bordeaux 3 (2000), ingénieur de recherche au CNRS, affecté à Chambéry au laboratoire « Environnement, dynamiques et territoires de la montagne » (Edytem : UMR 5204 CNRS / université Savoie Mont-Blanc). Spécialisé dans l’analyse 3D des surfaces karstiques, qu’elles soient souterraines ou de surface, il utilise la modélisation 3D par acquisition topographique, lasergrammétrique ou photogrammétrique. Il est par ailleurs instructeur fédéral de spéléologie, diplômé d’État supérieur en spéléologie, chef de plongée scientifique CNRS et président de l’Association française de karstologie (2013-2017).
À la grotte Chauvet, il a analysé, notamment avec Jean-Jacques Delannoy et Benjamin Sadier et souvent au moyen de technologies 3D, les morphologies karstiques à l’échelle du massif (entrée des gorges de l’Ardèche), à l’échelle de la grotte (morphogenèse) et à l’échelle du dépôt (structure anthropique). Tous trois ont étudié l’écroulement et la fermeture de la grotte Chauvet dont la datation a pu être contrainte grâce à une collaboration avec le Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (Cerege).
Stéphane Jaillet revendique une certaine sensibilité à propos des modes de représentation du monde souterrain. Passionné de topographie, de cartographie et notamment de topographies anciennes, il cherche dans l’iconographie souterraine produite au cours du temps le lien encore mal compris qui unit les hommes au monde des cavernes. La mise en œuvre de méthodes d’acquisition 3D et sa passion pour la photographie souterraine et le dessin constituent des prolongements logiques de cette quête.

Géomorphologue et spécialiste en modélisation 3D, Benjamin Sadier réalise ses recherches doctorales sur les grands systèmes souterrains du Sud Ardèche (aven d’Orgnac, grotte Chauvet-Pont d’Arc) dans le cadre d’un partenariat entre le laboratoire « Environnement, dynamiques et territoires de la montagne » (Edytem : UMR 5204 CNRS / université Savoie Mont-Blanc) et la société Perazio Engineering. Il rejoint l’équipe scientifique de la grotte Chauvet en tant que doctorant, puis en reste membre après sa soutenance en 2013. Il travaille sur deux volets de la géomorphologie 3D : la genèse et l’évolution des cavités d’Ardèche, et la modélisation de la réplique de la grotte Chauvet. Toutes deux ont contribué à la connaissance de la grotte, notamment dans son organisation spatiale (répartition des faciès géologiques et de la nature des parois) et dans la définition des modalités et de l’âge de la fermeture de l’entrée préhistorique.
Après sa recherche doctorale, il rejoint la société Perazio Engineering pour développer l’acquisition et le traitement des données 3D dans le cadre de commandes pour la réalisation de répliques (grottes Chauvet-Pont d’Arc et de Lascaux). Il participe également à l’élaboration de clones numériques de sites ornés, alliant ainsi conservation, médiation et études scientifiques.
Rattaché au laboratoire Edytem, il étend à présent l’approche géomorphologique 3D à différentes problématiques de recherche sur les grottes et les sites archéologiques : karstogenèse (Ardèche, Liban), activités sismiques (Liban : ANR Libris), sites ornés de la grotte dite des Deux Ouvertures et de la Grotte aux Points (recherche programmée) et sites archéologiques Jawoyn de Nawarla Gabarnmang et de Genyornis en Terre d’Arnhem (Territoire du Nord, Australie). Il participe également à des formations universitaires sur l’acquisition et la modélisation 3D en milieu souterrain et grottes ornées. Depuis 2019, il a rejoint l’entreprise Art graphique et patrimoine (AGP, Paris).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search