Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

L'oeuvre et la vie

Daniel Fabre et le paradigme des derniers

Thierry Wendling

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La disparition

Quelques jours avant le colloque qui devait nous rassembler pour honorer la pensée de Daniel Fabre disparaissait à son tour Charles Aznavour. Me rappelant le goût de Daniel pour les chansons d’antan (Fabre 2015), j’ai ressenti en réécoutant certains de ses succès, comme Non, je n’ai rien oublié de 1971 ou Hier encore de 1964, ce pincement au cœur si particulier qui signale que le passage du temps n’érode pas toujours l’émotion du souvenir. Évidemment, ce décès a fait la Une des médias. Plusieurs ont construit leur titre sur le motif que l’on m’avait justement demandé de traiter. Aznavour était le dernier des grands chanteurs. C’est l’auteur d’une biographie de cet enfant d’Arménie, Robert Belleret, qui en a donné la formule la plus percutante : « Charles Aznavour était le dernier des géants de l’âge d’or de la chanson française. » En apprenant le décès soudain de leur collègue et souvent ami, beaucoup d’anthropologues, ­d’historiens, ­d’intellectuels ont sans doute dû ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search