Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

L'oeuvre et la vie

Rencontrer, retrouver

Autour de quelques formes de la rencontre intellectuelle

Nicolas Adell

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’écho en avant

Le vent Paraclet est une autobiographie assez singulière. Tôt venue dans l’œuvre de Michel Tournier elle « fait le point » avec distance et sûreté, dessinant le chemin parcouru entre les livres, pliant le hasard des rencontres à la force d’une nécessité intérieure.

Daniel Fabre ouvre par ces lignes le chapitre qui clôt son ouvrage encore inédit dans lequel il revient sur les chirurgies d’enfance – opération des amygdales ou de l’appendicite – qui constituent un motif récurrent de passage d’âge, à caractère initiatique, chez de nombreux autobiographes au xxe siècle1. Ces événements intéressaient au moins autant Daniel Fabre par la marque qu’ils laissaient sur le corps de l’individu, signe d’une ­transition achevée, que par l’empreinte qu’ils gravaient dans la mémoire, structurant le souvenir et sa narration. La double présence – sur le corps et dans la remémoration écrite – inscrivait ces actes chirurgicaux dans la série des événements biographiques qui architecturent l...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search