Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

L'oeuvre et la vie

Lieux et liens

Sylvie Sagnes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne saurait assigner l’œuvre de Daniel Fabre à un lieu particulier, ni même à une région, non plus qu’à un pays. Et pour cause : un seul terrain n’aurait jamais pu pourvoir à la diversité des chantiers qu’il a ouverts, témoignant de la « fondamentale capacité d’ubiquité » (Fabre 1986a : 8) qui est celle des adeptes de notre discipline. Par ailleurs, sa recherche était trop ouverte à la diversité des matériaux mobilisables par l’ethnologue (observations, entretiens, presse, autobiographies, fictions, archives, etc.) – « tout lui est source » (ibid. : 4), écrivait-il dans Terrain – pour qu’il cantonne sa curiosité à un territoire, passé ou présent. Surtout, il était trop convaincu du primat du projet de compréhension sur le choix du terrain pour se prêter à pareil amarrage. Daniel Fabre n’en était pas moins de quelque part. Il est né à Narbonne où il a vécu les toutes premières années de sa vie, avant que son enfance, puis son adolescence, ne se vissent donner pour horizon Carcasson...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search