Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

Fils rouges

Daniel Fabre, l’ironie de l’ailleurs

Des objets de curiosité à l’hybridité des individus-mondes

André Mary

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Daniel Fabre était à la fois l’homme d’un lieu, profondément ancré dans la mémoire d’une histoire et d’un patrimoine local, un intellectuel « en son pays », et en même temps « celui qui n’était jamais là », qui n’a cessé de rêver d’ailleurs. Un esprit « curieux », passionné d’altérité jusque dans les confins des terres lointaines, les traces énigmatiques des stèles ou au fin fond des grottes ornées, aussi bien que dans les introuvables des bibliothèques. Que dire de la curiosité de l’enfant suscitée par la chose tabouée (la bobotte, « mélange d’intime proximité et de radicale distance »), nichée sur la dernière étagère murale de la « chambre de tous les plaisirs » (Fabre 2013 : 168), ou du geste irrésistible de la main qui se glisse sous l’oreiller de la « chambre close de l’écrivain », Joë Bousquet, et retrouve vingt-huit ans après le décès de celui-ci le chapelet magique caché par sa sœur Henriette pour que « le théâtre de la douleur et du mal fût purifié » (Fabre 2011). L’ironie ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search