Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

Fils rouges

Les marges

Philippe Artières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au centre de l’œuvre de Daniel Fabre, il y a un lieu biographique, celui de sa jeunesse, celui où il passa dans les années 1960 ses étés, du 14 juillet au 1er octobre, qu’il évoque de plus en plus souvent dans ses travaux, au fur et à mesure qu’il vieillit. Sans nul doute, c’est un trait distinctif de Fabre par rapport à nombre de ses collègues que de ne pas hésiter à se faire le sujet de sa propre enquête. Or, cette « investigation autoethnographique » (Fabre 2002a : 28) – qui est toujours point de départ et jamais point d’arrivée – ne s’inscrit pas dans une grande ville, mais aux Pradelles, ce village de la Montagne noire un peu perdu, « écarté », bien que non loin de la Cité de Carcassonne, un lieu à la marge pourrait-on dire comme il l’écrit lui-même dans un article pour la revue L’Homme en 2009 :

Pas plus aujourd’hui qu’hier, on ne passe par hasard aux Pradelles. Il faut vraiment chercher la route, la gravir, longue et sinueuse dans les bois noirs, avant d’accéder à un village i...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search