Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

Témoignages

Le musée au miroir de l’institution de la culture

Dominique Serena-Allier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1996, Daniel Fabre, dans une fidélité mémorielle à ses amis méridionaux qui l’avaient marqué et accompagné dans ses premiers travaux sur l’ethnologie du proche en pays occitan, paraphait en tant que président du Groupe audois de recherche et d’animation ethnographique (Garae) une convention de partenariat avec la mission du Patrimoine ethnologique dont il présidait le Conseil depuis 1993. Ce document contractuel attribuait la toute récente appellation d’ethnopôle du ministère de la Culture à cette association qu’il avait créée en 1981 avec René Nelli (1906-1982) dans la continuité des études menées depuis 1937 sur le folklore audois. Il actait aussi des cofinancements de recherche à venir autour de l’ethno­logie du patrimoine et du patrimoine de l’ethnologie, des thèmes à résonance nationale abordés à partir d’une structure associative locale. Réinstallant dans la « maison aux cent fenêtres » où vécut Joë Bousquet (1897-1950), rue de Verdun à Carcassonne, le Garae et son centre d...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search