Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

De la mission du Patrimoine ethnologique au patrimoine culturel immatériel

Sur les traces de Jean de l’Ours, de la littérature orale au PCI

Claudie Voisenat et Jean-Christophe Monferran

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À côtoyer Daniel Fabre, on était frappé par la cohésion de sa pensée, par sa capacité à ouvrir de nouveaux champs d’investigation tout en les intégrant au socle de ses anciennes recherches ; à faire des allers-retours incessants, et toujours enrichissants, entre ses travaux les plus anciens et les plus récents. Chez lui, pourtant, nulle reconstruction a posteriori d’une cohérence imaginée, mais le mouvement naturel d’une pensée qui cheminait le long de fils d’Ariane que cette publication s’est précisément donné pour but d’identifier et si possible d’expliciter.

L’un des ressorts de cette constance, qui a résisté à tous les changements, de vie, de lieux et même d’approche intellectuelle, réside, on l’a évoqué, dans la dimension ethnobiographique de son œuvre. On l’a beaucoup dit, Daniel Fabre faisait de sa vie même l’une des sources de ses ­ethnographies, il était à lui-même son propre terrain, nourrissant sa réflexion des glanes du quotidien, qu’il s’agisse de faits divers à Carcasso...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search