Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, le dernier des romantiques

 | 
Sylvie Sagnes
, 
Claudie Voisenat

De la mission du Patrimoine ethnologique au patrimoine culturel immatériel

Évocation de Daniel Fabre au ministère de la Culture

2006-2016

Christian Hottin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Daniel Fabre était un tout jeune universitaire lorsqu’il prit part, à la fin des années 1970, au groupe de travail qui réfléchissait à la mise en place d’une politique en ethnologie de la France et à la création de la mission du Patrimoine ethnologique1 (MPE). C’est au cours des dix dernières années de sa vie, entre 2006 et 2016, que je l’ai côtoyé, alors qu’il était un chercheur de grande renommée, et c’est avec à l’esprit cette stature internationale que je l’abordais peu de temps après mon arrivée à la tête de la mission ethnologie, héritier d’une lignée déjà assez longue de conservateurs chartistes qui, à un moment ou un autre de leur vie professionnelle, avaient choisi de « passer par l’ethno ». Tout au long de cette période, je l’ai rencontré, de manière assez régulière, au gré des rendez-vous, réunions, séminaires, colloques ou journées d’étude qui étaient organisés par le Lahic, le Garae, la mission ethnologie puis le département du Pilotage de la recherche2. Comme pour beau...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search