Version classiqueVersion mobile

« Nous, on n’en parle pas »

 | 
Patrick Williams

1. Prétexte

Texte intégral

1Aurais-je proposé que le rapport aux défunts dessine les modalités de l’inscription manouche dans le monde s’il n’y avait eu la discussion que Leonardo Piasere ouvre avec Judith Okely à propos des relations entre les vivants et les morts chez les Slovensko Roma (Piasere 1985) et chez les Travellers Gypsies (Okely 1983) ? Souvent tourner son regard vers d’autres horizons permet de mieux apercevoir la réalité que l’on scrute depuis des années – je connais depuis l’enfance les Mānuš dont je vais parler. Non que les descriptions et les analyses de ces deux auteurs soient transposables à « mon » terrain. Nous avons tous les trois critiqué la démarche qui consiste à généraliser à tous les Tsiganes des observations faites chez certains Tsiganes et affirmé la nécessité, pour chaque nouveau groupe que l’on aborde, de tout reprendre à zéro. Mais Okely et Piasere évoquaient des hommes et des femmes qui se heurtent dans le monde aux mêmes questions que les Mānuš, et leurs analyses donnaient des Gypsies du sud-est de l’Angleterre et des Slovensko Roma du nord de l’Italie un portrait tout d’une pièce. Surtout, ce qui m’a retenu dans l’examen systématique des relations entre les vivants et les morts n’est pas tant la cohérence des propositions que l’on peut en tirer que le sentiment de la fidélité à quelque chose de profondément éprouvé auprès des Mānuš. Avec eux, il n’y a pas de demi-mesure : ou bien l’on est complètement à l’intérieur, ou bien l’on reste irrémédiablement dehors, incapable de rien saisir. La position d’observateur privilégié apparaît totalement illusoire. Il n’est même pas possible d’espérer effleurer la surface des choses puisque, j’essayerai de le montrer, les choses manouches n’ont pas de surface. Le fond des choses ou rien du tout : voilà ce qu’exigent de l’ethnologue les caractères de l’affirmation manouche. Ambition qu’il a sans doute du mal à tenir.

2Mais une fois qu’il l’a acceptée, une autre difficulté apparaît, qui, elle aussi, tient à ce qu’il y a de plus fondamental dans la situation des Mānuš : leur présence en notre sein. L’exigence scientifique est double ; elle est d’enregistrer fidèlement les phénomènes, elle est d’en mettre au jour l’organisation et le fonctionnement. Ici la fidélité commande de montrer que l’essence des phénomènes est de ne pas être saisis. Si l’on écrit, comment donner à comprendre en respectant ce caractère primordial qui est de ne pas donner prise ? La réponse que je propose est : en donnant tout à voir, en disant tout. En recherchant – mais il faudrait oser dire en atteignant – une pertinence absolue. Une coïncidence. Que rien ne fasse défaut, que rien n’excède : qu’il n’y ait rien qui ouvre la faille par laquelle s’introduirait le manque à l’égard de la plénitude manouche. L’idéal manouche est de prendre possession de l’univers sans en rien déranger.

  • 1 Les Gadjé : les non-Tsiganes. Nous choisissons cette transcription parce qu’elle est la plus couran (...)

3Mais la seule ambition de la restitution apporte le trouble. Les gestes, les paroles, les attitudes que je rapporte constituent un discours manouche – discours manouche sur le monde. Du fait que c’est moi qui les présente, ils deviennent un discours sur les Mānuš dans le monde. L’exposition vaut commentaire. Si je veux restituer la totalité manouche telle que je la découvre, comme ce bloc compact qui ne se laisse pas fracturer, je dois la placer dans son contexte et procéder en deux parties : 1) les morts parmi les vivants (nous restons à l’intérieur de la communauté manouche) ; 2) les Mānuš parmi les Gadjé1 (nous observons là les Mānuš au sein de la société).

4Et je ne peux faire que la deuxième partie n’apparaisse comme un déploiement – une explication – de la première. Déjà, la construction manouche se trouve ouverte, le silence brisé.

  • 2 Notons cette bizarrerie : alors que « nos » Mānuš se présentent « Am Mānuš », leurs cousins des pay (...)

5Toutes les familles dont je parlerai, et que je rencontre dans le nord du Massif central, ont été marquées par un séjour de plusieurs siècles dans des territoires germaniques. L’étude des généalogies (Valet 1986 ; Reyniers 1992) montre que les Manus d’Auvergne et du Limousin ont des ancêtres qui, pour le plus grand nombre, ont habité l’Alsace, la Hesse, la Westphalie2. Leur arrivée en France s’est faite progressivement et en ordre dispersé dans la deuxième moitié du xixe siècle, se poursuivant jusqu’aux premières années du xxe siècle. Les raisons de cette migration (mais toutes ces familles restent encore représentées en Alsace) ne sont pas claires, la guerre de 1870 entre la France et la Prusse a sans doute précipité cet exode à défaut de l’avoir déclenché. Nous rencontrons aujourd’hui des Mānuš d’origine germanique dans toutes les régions de France. Avant le mouvement général d’urbanisation qui, à partir de la fin des années 1960, les pousse à se rassembler près des villes, certaines zones rurales, paysages de bocage ou de moyenne montagne, semblaient constituer leurs séjours privilégiés : Alsace, Béarn, Basse-Normandie, Massif central… Ils sont arrivés en Auvergne et Limousin en suivant des itinéraires divers : détour par la Belgique pour certains, la Suisse pour d’autres, les pays de Loire et le Berry… Cependant il semble qu’une fois cette région atteinte, ils ne l’aient plus quittée. La majorité d’entre eux tourne depuis deux, trois, parfois quatre générations et plus, dans deux ou trois départements, voire deux ou trois cantons. Si nous demandons aux plus âgés pourquoi ils ont élu ces contrées, ils répondent : parce qu’il y avait des buissons, parce qu’il y avait des hérissons, parce qu’il y avait des pâtures pour les chevaux, parce qu’il y avait des rivières et des truites, parce que les paysans donnaient du foin, du lard et du lait, parce qu’il y avait des sources aux flancs des volcans et des fontaines dans les villages… Les jeunes répondent qu’ils restent là parce que leurs vieux y ont vécu et qu’ils y sont enterrés.

6Ces Mānuš ont donc des cousins dans toute la France, cependant aujourd’hui ils forment bien une entité spécifique par rapport aux autres Mānuš de France. Ils se marient d’abord entre eux et possèdent certains traits culturels qui les distinguent, par exemple certaines particularités dialectales. La langue manouche reste chez eux celle des échanges quotidiens, celle que les enfants parlent en premier – ce qui n’est plus le cas dans beaucoup d’autres communautés.

7Cette zone rurale est bordée par quelques villes de moyenne importance qu’en général ces Manus ne fréquentent pas (sinon pour des séjours à l’hôpital, à la prison, ou pour régler des formalités administratives). À l’ouest, Limoges ; au nord, Montluçon ; à l’est, Vichy, Thiers ; au sud, une ligne Le Puy-Aurillac-Brive. Cela correspond à peu près aux départements du Puy-de-Dôme, de la Creuse, de la Corrèze, de la Haute-Vienne et en partie de la Haute-Loire, de l’Allier et du Cantal. si les réseaux familiaux couvrent bien toute cette aire et si les familles que nous rencontrons ici ou là viventtoutes, à peu de choses près, de la même façon, rares sont celles dont les déplacements les portent aux différentes extrémités du territoire ainsi défini, sinon pour des occasions exceptionnelles comme les enterrements. Une estimation de la population manouche de cette région pourrait être, dans les années 1980, de trois mille personnes. Je parlerai plus particulièrement de familles dont l’aire de circulation habituelle se limite à la Limagne d’Allier et aux Combrailles.

Notes

1 Les Gadjé : les non-Tsiganes. Nous choisissons cette transcription parce qu’elle est la plus courante. D’un point de vue phonologique « Gāɜ̌e » rendrait mieux compte de la prononciation des Mānuš. Nous écrivons « Mānuš » et non « Manouches » pour respecter le nom que dans la langue qui est la leur les hommes et les femmes dont nous parlons se donnent. Par contre nous nous autorisons à écrire « manouche » lorsqu’il s'agit d'un adjectif qui se décline dans une phrase française.

2 Notons cette bizarrerie : alors que « nos » Mānuš se présentent « Am Mānuš », leurs cousins des pays germaniques préfèrent dire « Am Sinte ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search