Version classiqueVersion mobile

Daumier et l’Allemagne

 | 
Werner Hofmann

10.

Texte intégral

  • 67 Voir Michel Melot, « Entwicklungslinien in der neueren Daumier-Forschung. Ästhetische und politisch (...)
  • 68 Exposition organisée par la Neue Gesellschaft für bildende Kunst, Berlin, 1974.
  • 69 Édité par André Stoll. L’exposition s’est tenue à Bielefeld, Hanovre, Fribourg-en-Brisgau et Mülhei (...)

1Dans son article Nouvelles orientations de la recherche sur l’œuvre de Daumier, Michel Melot67 examine attentivement les jugements esthétiques et politiques portés sur notre artiste au cours de la seconde moitié du XXe siècle, en particulier dans les pays germaniques. Ils se basent essentiellement sur la doctrine marxiste de l’aliénation et de la réification de l’homme dans la société bourgeoise. Cette situation est illustrée par quelques expositions à la fois critiques et didactiques. Celles-ci ont placé Daumier dans un contexte contemporain et ont utilisé pour ce faire la théorie des superstructures idéologiques. À Berlin, son œuvre était pris pour illustrer « les problèmes non résolus par la société bourgeoise68 », et une exposition itinérante, partie de Bielefeld, portait le titre Die Rückkehr der Barbaren (Le Retour des Barbares), avec comme sous-titre « Europäer und “Wilde” in der Karikatur Daumiers » (Les Européens et “les sauvages” dans la caricature de Daumier)69. Dans le catalogue, André Stoll a établi plusieurs comparaisons intéressantes avec Goya, et Reinhart Koselleck a traité de « Tod und Töten bei Daumier » (La mort et le meurtre chez Daumier). Il y montre que ce thème (comme chez Goya) touche aux limites de la caricature.

  • 70 L’exposition Honoré Daumier. Bildwitz und Zeitkritik a eu lieu à Münster, Bonn, Hambourg et Hanovre (...)

2Dans les expositions où l’on a abordé de manière moins affirmée la participation de l’artiste aux problèmes de l’époque, on s’est surtout préoccupé du contenu en laissant de côté les questions de chronologie70.

  • 71 Cäcilia Rentmeister, « Daumier und das häßliche Geschlecht », dans Honoré Daumier und die ungelöste (...)
  • 72 Ibid., p. 80 et suivantes.
  • 73 Ibid., p. 101 et suivantes.

3La perspective de ces expositions critiques a quelque peu fissuré le piédestal héroïque érigé par « l’histoire de l’art bourgeoise ». On a révélé le sexisme d’un Daumier qui ne donne à la femme que son rôle traditionnel de mère et d’ouvrière. Dès qu’elle se dresse « en tant que femme contre ses oppresseurs, elle fait partie pour lui et pour ses contemporains du genre hideux des “divorceuses” et des “socialistes”71 ». À ce démasquement intransigeant, Helmut Hartwig a cependant apporté une correction prudente : « La République et d’autres figures allégoriques féminines72 ». Klaus Herding a souverainement laissé de côté ces escarmouches en se livrant à une pénétrante analyse des citadins à la campagne73. Son essai exemplaire distingue tout d’abord les deux sexes conformément aux prétentions masculines de souveraineté (garanties par le Code civil) et les réunit en définitive comme des victimes mutilées fuyant leur époque et leur lieu d’origine. Ce ne sont pas l’homme et la femme qui se sont séparés, ce sont la nature et la société.

  • 74 La légende affirme : « C’est tout de même flatteur d’avoir fait tant d’élèves… »

4Avec cette optique, les organisateurs d’exposition et les historiens de l’art se donnent une double mission. Comme ils n’acceptent pas sans examen l’actualité de l’artiste, ils font de Daumier le sujet et l’objet des antagonismes sociaux. Certes, en critique intrépide, il avait pris position sur telle ou telle inégalité mais, en même temps, il souffrait de certains préjugés et se dévoilait lui-même sous les traits de ses victimes. Une connivence secrète le liait aux agissements de Robert Macaire. En imaginant les mille et un tours de ce fieffé coquin, il se faisait son complice. Entouré d’escrocs qui lui ressemblent mais qui symbolisent les professions les plus diverses74 (1838, LD 431), le premier Macaire est devenu le meneur de la révolte des perdants ; mais ces derniers incarnaient en même temps l’immense majorité.

  • 75 Johannes Hartau, Honoré Daumier, Don Quijote, Komische Gestalt in großer Malerei, Francfort-sur-le- (...)
  • 76 Voir Werner Hofmann, « Don Quijotes Seele im Körper des Sancho: Honoré Daumier », dans Anhaltspunkt (...)

5Avec Don Quichotte et Sancho Pança, Daumier nous apparaît en « homo duplex ». Johannes Hartau rappelle, dans son essai sur Don Quichotte75, que Baudelaire déjà – sans cependant se référer à Daumier – voyait dans les deux personnages de Cervantès les deux facettes d’une même personnalité. Il me semble que cette clef ouvre de nombreuses perspectives et voies de recherches sur Daumier76.

  • 77 « Zeichnen aus der Vorstellung. Gedanken zur Ikonographie in Daumiers Zeichnungen », dans Honoré Da (...)
  • 78 Charles Baudelaire, « Quelques caricaturistes français », dans id., Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le (...)
  • 79 Je devrais me sentir concerné par cette recommandation. Ma thèse viennoise Die geschichtliche Stell (...)

6Un autre Don Quichotte, Daumier peintre, ne tient aucun compte des réalités de l’existence et il échoue ; en tant que dessinateur agitateur, il a recours aux procédés de l’art de masse et participe au spectacle de la grande ville à la fois créé et vertement critiqué par des revues telles que Le Charivari. Ce membre de la faune parisienne se livre avec ses aquarelles et ses dessins à un plaidoyer pro domo en quelque sorte, en faveur des arts marginaux des Grands Boulevards, des saltimbanques, des camelots et des héros de foire. En les magnifiant, il valorise les arts de la rue et rend ainsi perceptible le germe de l’aliénation sociale de l’artiste : la prostitution permanente. C’est ce Daumier introspectif que nous a révélé Margret Stuffmann dans deux de ses essais qui se complètent mutuellement77. On y trouve aussi cette citation toujours valable de Baudelaire : « Pour l’apprécier dignement, il faut l’analyser au point de vue de l’artiste et au point de vue moral78. » Ce conseil implique la mission – la quadrature du cercle – toujours encore impartie à la recherche sur Daumier79.

Notes

67 Voir Michel Melot, « Entwicklungslinien in der neueren Daumier-Forschung. Ästhetische und politische Urteile », dans Die Rückkehr der Barbaren. Europäer und « Wilde » in der Karikatur Daumiers, cat. exp., Bielefeld, Kunsthalle, 1985, p. 21-25. Mais cet article lui-même reprend une étude plus longue qui a été traduite en anglais et en allemand : Michel Melot, « Daumier devant l’histoire de l’art : jugement esthétique/jugement politique », dans Histoire et critique des arts, no 1314 : Daumier et le dessin de presse, 1980, p. 159-195 ; version allemande : « Daumier in der Kunstkritik », dans Honoré Daumier 1808-1879. Bildwitz und Zeitkritik, cat. exp., Münster, Westfälisches Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte, 1978, p. 37-55 ; traduction anglaise : « Daumier and Art History: Aesthetic Judgement/Political Judgement », dans Oxford Art Journal, vol. XI, no 1, 1988, p. 324.

68 Exposition organisée par la Neue Gesellschaft für bildende Kunst, Berlin, 1974.

69 Édité par André Stoll. L’exposition s’est tenue à Bielefeld, Hanovre, Fribourg-en-Brisgau et Mülheim.

70 L’exposition Honoré Daumier. Bildwitz und Zeitkritik a eu lieu à Münster, Bonn, Hambourg et Hanovre. De même qu’une autre – Honoré Daumier, der bürgerliche Alltag (à Xanten) –, elle a puisé dans les trésors détenus par Werner Horn à Bonn-Bad-Godesberg. Ce fervent admirateur est le dernier – à ce jour – des grands collectionneurs allemands de Daumier.

71 Cäcilia Rentmeister, « Daumier und das häßliche Geschlecht », dans Honoré Daumier und die ungelösten Probleme der bürgerlichen Gesellschaft, cat. exp., Berlin, Neue Gesellschaft für bildende Kunst, 1974, p. 57 et suivantes.

72 Ibid., p. 80 et suivantes.

73 Ibid., p. 101 et suivantes.

74 La légende affirme : « C’est tout de même flatteur d’avoir fait tant d’élèves… »

75 Johannes Hartau, Honoré Daumier, Don Quijote, Komische Gestalt in großer Malerei, Francfort-sur-le-Main, 1998, p. 61 : la critique de Baudelaire au sujet du recueil de nouvelles d’Asselineau, La Double Vie, commence par la question : « Qui parmi nous n’est pas un homo duplex ? » Il se consacre ensuite à Mon Cousin Don Quichotte (Charles Baudelaire, « De l’essence du rire », dans Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris, 1956, p. 1016 et suivantes).

76 Voir Werner Hofmann, « Don Quijotes Seele im Körper des Sancho: Honoré Daumier », dans Anhaltspunkte. Studien zur Kunst und Kunsttheorie, Francfort-sur-le-Main, 1989, p. 253 et suivantes.

77 « Zeichnen aus der Vorstellung. Gedanken zur Ikonographie in Daumiers Zeichnungen », dans Honoré Daumier Zeichnungen, cat. exp., Francfort-sur-le-Main, Städel Museum, 1992, p. 17 et suivantes. « Daumier: Der Blick nach innen. Beobachtungen zu seinem Spätwerk », dans Im Blickfeld. Jahrbuch der Hamburger Kunsthalle, 3, 1998, p. 79 et suivantes. Dans l’accrochage de l’exposition de Francfort, Stuffmann a tenté d’établir des liens entre forme et contenu.

78 Charles Baudelaire, « Quelques caricaturistes français », dans id., Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris, 1956, p. 741.

79 Je devrais me sentir concerné par cette recommandation. Ma thèse viennoise Die geschichtliche Stellung von Daumiers graphischer Form (en partie publiée dans Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen in Wien, 52, Vienne, 1956, p. 147 et suivantes) a marqué le début de mon travail sur cet artiste. J’y ai appliqué la Gestaltpsychologie (théorie de la forme) et ne me suis pas intéressé au contenu. Depuis lors, j’ai ressenti cela comme une lacune. Mon petit essai sur Don Quichotte (voir note 76) laisse entendre vers où le voyage pourrait se poursuivre. La suite verra-t-elle le jour ? L’avenir le dira !

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search