Version classiqueVersion mobile

Daumier et l’Allemagne

 | 
Werner Hofmann

9.

Texte intégral

  • 61 Walter Benjamin, « Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit », dans id., Sc (...)
  • 62 Wieland Herzfelde, John Heartfield, Dresde, 1962, p. 60 et suivantes.

1Benjamin a omis d’inclure l’essai de Fuchs dans son grand essai sur la reproductibilité technique de l’œuvre d’art61. Les idées qu’il y a développées séduisent d’emblée par leur logique. La perte de l’« aura » serait la conséquence inéluctable de la reproductibilité technique puisqu’elle abolit l’unicité. Il lui a toutefois échappé que même l’« art de masse » pouvait intéresser collectionneurs et expositions – Fuchs et son immense collection en sont un excellent exemple –, et qu’il en résultait une nouvelle valeur de culte accompagnée d’une pseudo-aura. Son pseudo-temple est le musée. De même, Benjamin ne voulait pas admettre que les dadaïstes, ses contemporains, tout en discréditant l’art des expositions, expérimentaient de nouvelles formes de celles-ci : la fête des fous qui rappelle les rites de moqueries de la liturgie pascale au Moyen Âge et qui illustre le message de salut par son inversion. Quand il affirme que le dadaïsme tente de produire par la peinture (ou par la littérature) les effets que le public recherche au cinéma, il oublie que ces artistes ont perfectionné les techniques de reproduction en utilisant des photomontages et des collages. Avec leurs tableaux déconcertants et railleurs, ils ont inventé de nouvelles valeurs d’usage ; celles-ci n’intéressent pas le spectateur qui attend de l’œuvre d’art édification et « immersion » (Benjamin) ; elles s’adressent plutôt à des esprits préparés au déchiffrage. Les photomontages de John Heartfield requièrent les mêmes récepteurs que nécessitait (et formait !) l’art emblématique d’alors : ils visent manifestement le monde politique mais sont liés à des codes. Alors qu’il travaillait en exil à Prague, cet artiste62 a exposé en 1935 à Paris 150 photomontages politiques satiriques d’actualité. L’émigré Benjamin ne semble pas s’être préoccupé de Heartfield. Il n’a apparemment pas non plus pris part aux discussions animées par ce dernier en compagnie d’Aragon et de Tzara autour du thème « Le photomontage est-il un art ? ».

2Les concordances entre Daumier et Heartfield sont évidentes. Heartfield a repris la méthode de la citation qui parle d’elle-même. Des décennies avant Karl Kraus, le caricaturiste français et les rédacteurs du Charivari s’emparaient d’une phrase et la confrontaient à la réalité (ill. 21) ; Heartfield associait de la même manière les faits avec les promesses dont Hitler, Goring et Goebbels se gargarisaient. On trouve en outre chez les deux artistes des analogies formelles ; je n’en prendrai qu’une seule comme exemple. Le Charivari du 17 mars 1871 demandait : « L’éclipse sera-t-elle totale ? » (ill. 38, LD 3857). Le casque à pointe prussien cache le soleil de la liberté, si bien que la nuit s’étend sur l’Europe. Heartfield s’en est certainement inspiré en choisissant son titre en 1930 : Sonnenfinsternis am « befreiten » Rhein (Éclipse de soleil sur le Rhin « libéré », ill. 39).

ill. 38 Honoré Daumier, L’éclipse sera-t-elle totale ?, 1871, lithographie, parue dans Le Charivari, 17 mars 1871

ill. 38 Honoré Daumier, L’éclipse sera-t-elle totale ?, 1871, lithographie, parue dans Le Charivari, 17 mars 1871

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30681358/f3.item

ill. 39 John Heartfield, Sonnenfinsternis am « befreiten » Rhein (Éclipse de soleil sur le Rhin « libéré »), 1930, photomontage, 31,7 × 23,7 cm, paru dans Arbeiter Illustrierte Zeitung, no 31, 1930, Berlin, Akademie der Künste, archives John Heartfield, inv. JH 1924

ill. 39 John Heartfield, Sonnenfinsternis am « befreiten » Rhein (Éclipse de soleil sur le Rhin « libéré »), 1930, photomontage, 31,7 × 23,7 cm, paru dans Arbeiter Illustrierte Zeitung, no 31, 1930, Berlin, Akademie der Künste, archives John Heartfield, inv. JH 1924

© Adagp, Paris, 2021 / The Heartfield Community of Heirs ; Akademie der Künste, Berlin, Kunstsammlung, heartfield.adk.de/node/3360

  • 63 Reproduit dans In letzter Stunde. Schriften deutscher Künstler des 20. Jahrhunderts, éd. Diether Sc (...)

3À l’instar du loup se dissimulant sous une peau de mouton, la propagande nazie de Goebbels a utilisé un dessin de Daumier pour démontrer l’innocence de son « Kulturwollen ». John Heartfield a mis au jour la perfidie du procédé en imaginant une discussion avec son ami Eduard Fuchs, publiée en février 1942 dans Freie Deutsche Kultur, une revue londonienne éditée par des émigrés allemands63. Le 23 juin 1941, l’hebdomadaire Das Reich, l’organe culturel et politique du ministère de la Propagande, avait intitulé une page entière : Die Frau in der Karikatur (La femme dans la caricature). La formule reprenait, en la détournant, celle d’un livre de Fuchs. On y découvrait le dessin de deux vieilles Parisiennes avec la légende « dessin de Daumier ». Heartfield démasque la tentative maladroite de se cacher derrière le paravent du caricaturiste français : « Les amis de la culture vivant dans le Reich devraient jeter un coup d’œil sur les lithographies de Daumier dirigées contre Bismarck. » Il rappelle également que certains de ses propres travaux avaient eu l’honneur d’être publiés par le journal SS Das Schwarze Korps : « Un de ces montages montrait la Mort sous les traits d’une semeuse nazie, plantant des croix gammées… Ce numéro s’est vendu comme des petits pains auprès de gens qui n’étaient pas des lecteurs habituels. » Heartfield énumère ensuite quelques-uns des dessins satiriques antiprussiens de Daumier les plus percutants : Bismarck dans un fauteuil, Bismarck à la pompe à or, le casque voilant la Liberté, assimilée à la France (ill. 38).

  • 64 Voir à ce propos Heinrich Heine, Sämtliche Schriften, Werkausgabe, éd. Klaus Briegleb, Vienne, Muni (...)

4Heartfield a trouvé un successeur en la personne de Klaus Staeck ; ce dernier a utilisé le procédé de la distanciation satirique pour démasquer (encore actuellement) certains agissements en République fédérale. En faisant évoluer une photo de Rainer Barzel en un portrait de Franz Josef Strauß (ill. 40), il utilise le tour de passe-passe qui avait permis à Philipon de ridiculiser les juges lorsqu’il avait défendu sa métaphore de la poire64. La conclusion toutefois est nouvelle. En mêlant deux visages, il démontre que l’un se cache derrière l’autre. La transformation peut également se faire dans l’autre sens – mais, dans tous les cas, Barzel est l’homme de main de Strauß.

ill. 40 Klaus Staeck, Barzel verwandelt sich in Strauß (Barzel se transformant en Strauß), 1972, impression à plat en noir et rouge

ill. 40 Klaus Staeck, Barzel verwandelt sich in Strauß (Barzel se transformant en Strauß), 1972, impression à plat en noir et rouge

© Adagp, Paris, 2021 ; Archives de l’auteur

5Daumier s’était déjà servi d’œuvres d’art endommagées pour dénoncer des inégalités sociales criantes. Une statue sans bras symbolise la république de Milo (16 août 1871, LD 3873) – une collectivité amputée mais aussi L’Idéal de la droite (comme l’affirme le second titre). Staeck sort de son ancrage esthétique un célèbre dessin de Dürer représentant sa mère en posant la question : « Loueriez-vous une chambre à cette femme ? » La distanciation du spectateur se révèle être un camouflage qui dissimule une fausse conscience. De même, Heartfield met en évidence avec une Justitia physiquement violentée (ill. 41) la manière dont Göring traite la juridiction allemande lors du procès des incendiaires du Reichstag.

ill. 41 John Heartfield, Der Henker und die Gerechtigkeit (Le Bourreau et la Justice), 1933, héliogravure, 38 × 27 cm, parue dans Arbeiter Illustrierte Zeitung, 30 novembre 1933, Berlin, Akademie der Künste, archives John Heartfield, inv. JH 773

ill. 41 John Heartfield, Der Henker und die Gerechtigkeit (Le Bourreau et la Justice), 1933, héliogravure, 38 × 27 cm, parue dans Arbeiter Illustrierte Zeitung, 30 novembre 1933, Berlin, Akademie der Künste, archives John Heartfield, inv. JH 773

© Adagp, Paris, 2021 / The Heartfield Community of Heirs ; Akademie der Künste, Berlin, Kunstsammlung, heartfield.adk.de/node/6592

  • 65 Karl Marx, Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie (1857), Berlin, 1947, p. 268 [traduction (...)
  • 66 Jacob Burckhardt, Vorträge 1844-1887, Bâle, 1919, p. 379.

6Cette manipulation des « icônes » et des symboles courants nous ramène encore au milieu du XIXe siècle, à l’époque où Marx pose la fameuse question : « Achille est-il possible avec de la poudre et du plomb ? Ou encore l’Iliade avec la presse ou même la machine à imprimer65 ? » Daumier y a répondu de deux manières complémentaires. L’une est son Projet de statues qui doivent orner le péristyle de la Bourse (1850, LD 2024) – nous y reconnaissons Robert Macaire et Bertrand, son complice. L’autre est son épopée moderne de victimes et de malfaiteurs, d’escrocs et de dupes qu’il a extraits de l’univers commercial de tous les jours pour les élever au rang de modèles. Cette narration complète les symboles illustrés par les statues de la Bourse. Quelques décennies plus tard, Jacob Burckhardt percera à sa manière l’interprétation des emblèmes classiques en proposant de placer sur ce bâtiment les représentations de la Hausse et de la Baisse sous les traits de démons du krach financier66.

7Il est regrettable que Marx n’ait rien su de Daumier, bien qu’ils aient été contemporains. S’il avait eu connaissance de l’œuvre de l’inventeur de Robert Macaire et de Ratapoil, de son niveau artistique donc, le jugement qu’il portait sur l’art, et peut-être même sa dialectique, en auraient certainement profité.

Notes

61 Walter Benjamin, « Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit », dans id., Schriften, I, éd. Theodor Adorno et Gretel Adorno, Francfort-sur-le-Main, 1955, p. 366 et suivantes. À propos du dadaïsme, voir p. 391.Voir Werner Hofmann, « Allgegenwart, Kritische Anmerkungen zu Valéry und Benjamin », dans Klaus von Dohnanyi zum 60. Geburtstag, éd. Peter Glotz et al., Hambourg, 1988, p. 118 et suivantes.

62 Wieland Herzfelde, John Heartfield, Dresde, 1962, p. 60 et suivantes.

63 Reproduit dans In letzter Stunde. Schriften deutscher Künstler des 20. Jahrhunderts, éd. Diether Schmidt, Dresde, 1964, p. 164 et suivantes.

64 Voir à ce propos Heinrich Heine, Sämtliche Schriften, Werkausgabe, éd. Klaus Briegleb, Vienne, Munich, 1976, vol. V, p. 109 : « Philipon, l’éditeur d’un journal de caricatures [!], s’est défendu de la manière suivante : si l’on voulait voir une ressemblance avec le visage du roi dans une caricature quelconque, on la trouverait dans tout portrait pris au hasard, quelque différent qu’il fût, si bien qu’en définitive personne ne serait à l’abri d’une plainte pour outrage à majesté. »

65 Karl Marx, Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie (1857), Berlin, 1947, p. 268 [traduction française par M. Rubel et L. Evrard, Paris, 1965, Bibliothèque de la Pléiade].

66 Jacob Burckhardt, Vorträge 1844-1887, Bâle, 1919, p. 379.

Table des illustrations

Titre ill. 38 Honoré Daumier, L’éclipse sera-t-elle totale ?, 1871, lithographie, parue dans Le Charivari, 17 mars 1871
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30681358/f3.item
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre ill. 39 John Heartfield, Sonnenfinsternis am « befreiten » Rhein (Éclipse de soleil sur le Rhin « libéré »), 1930, photomontage, 31,7 × 23,7 cm, paru dans Arbeiter Illustrierte Zeitung, no 31, 1930, Berlin, Akademie der Künste, archives John Heartfield, inv. JH 1924
Crédits © Adagp, Paris, 2021 / The Heartfield Community of Heirs ; Akademie der Künste, Berlin, Kunstsammlung, heartfield.adk.de/node/3360
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre ill. 40 Klaus Staeck, Barzel verwandelt sich in Strauß (Barzel se transformant en Strauß), 1972, impression à plat en noir et rouge
Crédits © Adagp, Paris, 2021 ; Archives de l’auteur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre ill. 41 John Heartfield, Der Henker und die Gerechtigkeit (Le Bourreau et la Justice), 1933, héliogravure, 38 × 27 cm, parue dans Arbeiter Illustrierte Zeitung, 30 novembre 1933, Berlin, Akademie der Künste, archives John Heartfield, inv. JH 773
Crédits © Adagp, Paris, 2021 / The Heartfield Community of Heirs ; Akademie der Künste, Berlin, Kunstsammlung, heartfield.adk.de/node/6592
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search