Version classiqueVersion mobile
7.
9.

Daumier et l’Allemagne

 | 
Werner Hofmann

8.

Texte intégral

1Un artiste pour artistes – cette expression (au sens non élitiste) de Klossowski est attestée par Kollwitz, Hoetger, Barlach, Modersohn-Becker et, plus tard, par Heartfield et Grosz –, des artistes qui mettent en cause l’injustice sociale.

  • 57 À propos de Bernhard Hoetger, Ausstellungskatalog und Werkverzeichnis, éd. Ludwig Roselius d.J., Br (...)

2Dans sa Rue Transnonain, Daumier a élevé le témoignage fictif au rang de déploration du Christ. Nous ne voyons que la victime, aucun des auteurs ni aucun plaignant. Tel est également le point de vue pris par Käthe Kollwitz avec sa femme violée (ill. 29), dans la série Bauernkrieg (Guerre de paysans, 1907). Dès 1897, avec son Weberaufstand (La Révolte des tisserands), elle se révèle l’égale de Daumier et de son pathos. Connaissait-elle alors le Français ? Rien ne permet de l’affirmer. Mais les personnages de l’insurgée tout comme celui de la créature qui offre sa protection sont empreints de son humanité. La comparaison des représentations de mères avec leur enfant rend cela particulièrement sensible. Kollwitz fait en 1904 la connaissance du sculpteur Bernhard Hoetger qui vit depuis 1900 à Paris57. D’abord disciple de Rodin, celui-ci a pratiqué l’élégance souple de l’Art nouveau. Ensuite, pour Der Blinde (L’Aveugle, 1901, ill. 30), l’articulation plus ferme des Émigrants de Daumier semble l’avoir influencé. Il avait certainement vu Ratapoil (ill. 11, MG 61) exposé depuis 1892 au musée du Luxembourg lorsqu’il entreprend en 1904 Der Knabe (ill. 31). Le Haleur de Daumier, exposé en 1901, a trouvé un écho avec Der Flussschlepper (Le Haleur, 1902, ill. 32). Cette gravure fait partie de la série Dur labeur que L’Assiette au beurre a publiée dans le numéro du 10 octobre 1903 en même temps que des récits en argot de Jehan Rictus. On y reconnaît son art du raccourci plastique et du contraste entre les blancs et les noirs sans parler de la critique sociale qui lui fait ériger en symboles ses personnages de travailleurs.

ill. 29 Käthe Kollwitz, Vergewaltigung (Viol), 1907, eau-forte, 30,8 × 52,8 cm, Brême, Kunsthalle, Kupferstichkabinett

ill. 29 Käthe Kollwitz, Vergewaltigung (Viol), 1907, eau-forte, 30,8 × 52,8 cm, Brême, Kunsthalle, Kupferstichkabinett

© akg-images (réf. AKG677805)

ill. 30 Bernhard Hoetger, Der Blinde (L’Aveugle), 1901, terre cuite, 48 × 49 × 32,1 cm, Brême, Museen Böttcherstraße – Sammlung Bernhard Hoetger

ill. 30 Bernhard Hoetger, Der Blinde (L’Aveugle), 1901, terre cuite, 48 × 49 × 32,1 cm, Brême, Museen Böttcherstraße – Sammlung Bernhard Hoetger

© Museen Böttcherstraße – Sammlung Bernhard Hoetger

ill. 31 Bernhard Hoetger, Der Knabe (Le Garçon), vers 1902, bronze, 19,5 × 8 × 9 cm

ill. 31 Bernhard Hoetger, Der Knabe (Le Garçon), vers 1902, bronze, 19,5 × 8 × 9 cm

© Archives de l’auteur

© Museen Böttcherstraße – Sammlung Bernhard Hoetger

FlussschlepperLe Haleur
  • 58 Ernst Barlach, Die Briefe, I, éd. Friedrich Dross, lettre 144, p. 191.

3Barlach se trouvait à Paris depuis 1895 sans toutefois s’être intéressé à Daumier. Ce n’est qu’à la suite de son voyage en Russie (1906) qu’il devint sensible à son réalisme et à la souplesse de ses silhouettes (ill. 33). Le 25 mars 1908, il écrivit à son éditeur, Reinhard Piper, en le remerciant chaleureusement de lui avoir envoyé le livre de Klossowski : « Une sonnerie de trompette… Ce livre rend parfaitement perceptible le souffle profond et agité d’un tempérament d’artiste selon mon cœur ; ce qui est évident pour beaucoup devant l’original est encore sensible malgré l’indigence de cette transposition claire-obscure. Les trois nus de femmes étaient présents en décembre 1907 à l’exposition noir et blanc de la Sécession et m’ont fait une très forte impression. Un vrai caractère de Michel-Ange58 ! »

ill. 33 Ernst Barlach, Sorgende Frau (Femme préoccupée), 1910, bois, Hambourg, Ernst Barlach Haus

ill. 33 Ernst Barlach, Sorgende Frau (Femme préoccupée), 1910, bois, Hambourg, Ernst Barlach Haus

© Ernst Barlach Lizenzverwaltung Ratzeburg

4Emil Nolde a séjourné durant neuf mois en 1899 à Paris. La ville et ses habitants lui sont demeurés étrangers ; seuls les Daumier de l’Exposition universelle le marquèrent profondément. Nolde a donné à la grimace ses lettres de noblesse, il a sublimé la caricature grotesque jusqu’à en faire un moyen de déchiffrer le caractère profond de la créature, selon la maxime « Le beau c’est le laid » (ill. 34).

ill. 34 Emil Nolde, Vier Masken (Quatre masques), 1910, gravure sur bois, 5,1 × 10,6 cm, Hanovre, Sprengel Museum, inv. Gr. 1964,253

ill. 34 Emil Nolde, Vier Masken (Quatre masques), 1910, gravure sur bois, 5,1 × 10,6 cm, Hanovre, Sprengel Museum, inv. Gr. 1964,253

© Nolde Stiftung Seebüll ; BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Stefan Behrens

  • 59 Paula Modersohn-Becker in Briefen und Tagebüchern, éd. Gunter Busch et Liselotte von Reinken, Franc (...)

5Paula Modersohn-Becker, qui fit de nombreux séjours à Paris (1900, 1903, 1905 et 1906), admirait chez Daumier les qualités typiquement françaises, absentes chez les Allemands : la spontanéité naturelle, la faculté de réaliser de grandes choses avec des petits riens : « L’important pour eux, est que ce soit de l’art. Ils créent car cela les captive, et souvent à échelle très réduite59. » Elle révèle dans une humble esquisse (ill. 35) ce que signifie pour elle la monumentalité intime de Daumier.

ill. 35 Paula Modersohn-Becker, Kniendes Mädchen mit Schale (Femme agenouillée avec une coupe), vers 1902, fusain sur papier bleu, 26 × 16 cm, Brême, Paula-Modersohn-Becker-Stiftung

ill. 35 Paula Modersohn-Becker, Kniendes Mädchen mit Schale (Femme agenouillée avec une coupe), vers 1902, fusain sur papier bleu, 26 × 16 cm, Brême, Paula-Modersohn-Becker-Stiftung

© Paula-Modersohn-Becker-Stiftung, Bremen

  • 60 George Grosz, Briefe 1913-1959, éd. Herbert Knust, Reinbek, 1979, p. 491.

6Comme la défaite allemande de 1918 avait accentué les différences de classes, l’engagement politique était devenu d’actualité. C’est ce que révèlent les œuvres de George Grosz et de John Heartfield. Quand Grosz montre Noske, le ministre des Armées de la jeune république de Weimar, sous les traits ravis du restaurateur de la paix et de l’ordre (ill. 36), il le classe parmi les dirigeants auxquels Daumier a conféré une pose semblable (ill. 37, LD 2142). La différence formelle est de taille. Baudelaire qualifiait le dessin de Daumier d’« abondant… formidable d’ampleur, mais sans rancune et sans fiel ». Grosz, en revanche, use de traits caustiques qui maltraitent littéralement sa victime. Mais, selon lui aussi, le Daumier accusateur est en conflit avec l’artiste. En 1925, il reconnaît n’être intéressé que par des peintres engagés tels que Hogarth, Goya ou Daumier. Trente ans plus tard, l’émigrant se défend rétrospectivement contre l’accaparement de son art par les mots d’ordre partisans ; il se réclame de Daumier à qui la même chose serait arrivée : « Une protestation générale contre l’ignominie humaine a été aussitôt qualifiée de communiste60. »

ill. 36 George Grosz, Prost Noske! Die junge Revolution ist tot (À la vôtre, Noske ! La jeune révolution est morte), estampe, parue en couverture de Die Pleite, 1ère année, no 3, début avril 1919

ill. 36 George Grosz, Prost Noske! Die junge Revolution ist tot (À la vôtre, Noske ! La jeune révolution est morte), estampe, parue en couverture de Die Pleite, 1ère année, no 3, début avril 1919

© Adagp, Paris, 2021 / akg-images (réf. AKG74035)

ill. 37 Honoré Daumier, Le roi de Naples, 1851 (?), lithographie, dans le recueil « Œuvre de Daumier Honoré », Paris, Bibliothèque nationale de France, DC-180 (J, 18)-FOL

ill. 37 Honoré Daumier, Le roi de Naples, 1851 (?), lithographie, dans le recueil « Œuvre de Daumier Honoré », Paris, Bibliothèque nationale de France, DC-180 (J, 18)-FOL

Source : Bibliothèque nationale de France

Notes

57 À propos de Bernhard Hoetger, Ausstellungskatalog und Werkverzeichnis, éd. Ludwig Roselius d.J., Brême, 1974.

58 Ernst Barlach, Die Briefe, I, éd. Friedrich Dross, lettre 144, p. 191.

59 Paula Modersohn-Becker in Briefen und Tagebüchern, éd. Gunter Busch et Liselotte von Reinken, Francfort-sur-le-Main, 1979, p. 338 (journal du 15 février 1903).

60 George Grosz, Briefe 1913-1959, éd. Herbert Knust, Reinbek, 1979, p. 491.

Table des illustrations

Titre ill. 29 Käthe Kollwitz, Vergewaltigung (Viol), 1907, eau-forte, 30,8 × 52,8 cm, Brême, Kunsthalle, Kupferstichkabinett
Crédits © akg-images (réf. AKG677805)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre ill. 30 Bernhard Hoetger, Der Blinde (L’Aveugle), 1901, terre cuite, 48 × 49 × 32,1 cm, Brême, Museen Böttcherstraße – Sammlung Bernhard Hoetger
Crédits © Museen Böttcherstraße – Sammlung Bernhard Hoetger
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre ill. 31 Bernhard Hoetger, Der Knabe (Le Garçon), vers 1902, bronze, 19,5 × 8 × 9 cm
Crédits © Archives de l’auteur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Crédits © Museen Böttcherstraße – Sammlung Bernhard Hoetger
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre ill. 33 Ernst Barlach, Sorgende Frau (Femme préoccupée), 1910, bois, Hambourg, Ernst Barlach Haus
Crédits © Ernst Barlach Lizenzverwaltung Ratzeburg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 971k
Titre ill. 34 Emil Nolde, Vier Masken (Quatre masques), 1910, gravure sur bois, 5,1 × 10,6 cm, Hanovre, Sprengel Museum, inv. Gr. 1964,253
Crédits © Nolde Stiftung Seebüll ; BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Stefan Behrens
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Titre ill. 35 Paula Modersohn-Becker, Kniendes Mädchen mit Schale (Femme agenouillée avec une coupe), vers 1902, fusain sur papier bleu, 26 × 16 cm, Brême, Paula-Modersohn-Becker-Stiftung
Crédits © Paula-Modersohn-Becker-Stiftung, Bremen
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre ill. 36 George Grosz, Prost Noske! Die junge Revolution ist tot (À la vôtre, Noske ! La jeune révolution est morte), estampe, parue en couverture de Die Pleite, 1ère année, no 3, début avril 1919
Crédits © Adagp, Paris, 2021 / akg-images (réf. AKG74035)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre ill. 37 Honoré Daumier, Le roi de Naples, 1851 (?), lithographie, dans le recueil « Œuvre de Daumier Honoré », Paris, Bibliothèque nationale de France, DC-180 (J, 18)-FOL
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48545/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 574k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
7.
 
9.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search