Version classiqueVersion mobile
3.
5.

Daumier et l’Allemagne

 | 
Werner Hofmann

4.

Texte intégral

  • 22 Charles Baudelaire, « L’Art philosophique », dans id., Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris (...)

1Parlons maintenant d’Alfred Rethel. Baudelaire, pour qui la révolution de 1848 confirmait les prévisions de fin du monde, admirait les gravures sur bois de cet artiste et, en particulier, sa série Auch ein Totentanz (Danse macabre, 1848, ill. 8-10), essentiellement parce que Le Tentateur y apparaît dans les deux rôles de la mort et du diable. Dans L’Art philosophique (1859)22 il vante « la valeur morale du poème (caractère satanique et byronien, caractère de désolation). Ce que je trouve de vraiment original dans le poème, c’est qu’il se produisit dans un instant où presque toute l’humanité européenne s’était engouée avec bonne foi des sottises de la révolution ». « C’est un poème réactionnaire dont le sujet est l’usurpation de tous les pouvoirs et la séduction opérée sur le peuple par la déesse fatale de la mort. » Cette déesse fatale, en Allemagne comme dans les gravures de Rethel, est de sexe masculin.

ill. 8 Alfred Rethel, Der Tod gibt dem Volk das Schwert (La mort donne l’épée au peuple), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849

ill. 8 Alfred Rethel, Der Tod gibt dem Volk das Schwert (La mort donne l’épée au peuple), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849

Source : National Gallery of Art, Washington, Ailsa Mellon Bruce Fund, inv. 1971.28.6, www.nga.gov/collection/art-object-page.52479.html (CC0)

ill. 9 Alfred Rethel, Der Tod auf den Barrikaden (La mort sur les barricades), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849

ill. 9 Alfred Rethel, Der Tod auf den Barrikaden (La mort sur les barricades), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849

Source : National Gallery of Art, Washington, Ailsa Mellon Bruce Fund, inv. 1971.28.4, www.nga.gov/collection/art-object-page.52479.html (CC0)

ill. 10 Alfred Rethel, Der Tod reitet über die Barrikaden (La mort chevauche sur les barricades), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849

ill. 10 Alfred Rethel, Der Tod reitet über die Barrikaden (La mort chevauche sur les barricades), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849

Source : National Gallery of Art, Washington, Ailsa Mellon Bruce Fund, inv. 1971.28.5, www.nga.gov/collection/art-object-page.52478.html (CC0)

  • 23 Heinrich Heine, Sämtliche Schriften, Werkausgabe, éd. Klaus Briegleb, Vienne, Munich, 1976, vol. IX (...)

2Rethel n’est cependant pas un réactionnaire – pas plus que Baudelaire ou Heine qui, dans la préface française de Lutetia (1855), lance une mise en garde contre les communistes, ces « obscurs iconoclastes23 ». L’attitude de Baudelaire et de Rethel vis-à-vis de la révolution était contradictoire. On peut y voir un symptôme du « déchirement intérieur » qui frappera Rethel en 1853 avec une intensité pathologique.

  • 24 Alfred Rethel, Auch ein Totentanz, préface de Theodor Heuss, Stuttgart, 1957 (Reclam Werkmonographi (...)

3En mai 1849, alors qu’il est témoin de la répression du soulèvement de Dresde par les troupes prussiennes appelées en renfort par le roi de Saxe, Rethel écrit : « J’assistais avec circonspection à la naissance de ce mouvement et m’attendais à une république rouge, au communismuß [sic ; jeu de mots : ismus et muß] avec toutes ses conséquences. – Mais c’était réellement un élan populaire, au sens le plus noble, qui voulait édifier une grande et noble Allemagne, accomplir une mission […] qui n’avait pas été imaginée par les ragots extrémistes des feuilles de chou et des orateurs populaires24. » Sans illustrer à proprement parler ces événements, le Totentanz de Rethel montre la somme des antagonismes que suscite toute révolution et qui se résument dans Le Tentateur sous les traits sataniques de la négation.

4Daumier, j’en suis de plus en plus convaincu, connaissait le Totentanz de Rethel. Ces six gravures sur bois avaient été rapidement diffusées en France. Dès le 28 juillet 1849, quelques semaines seulement après leur parution en Allemagne, elles occupent une pleine page de l’hebdomadaire L’Illustration. En 1850, la série paraîtra dans sa transposition lithographique sous le titre accrocheur : Le socialisme, nouvelle danse des morts… (lithographies par A. Collette, Paris, chez Goupil).

  • 25 L’abréviation MG suivie d’un numéro fait référence au catalogue raisonné de l’œuvre sculpté d’Honor (...)
  • 26 Voir Daumier 1808-1979, cat. exp., Paris, Galeries nationales du Grand Palais et al., 1999, et en p (...)

5En 1999, dans le catalogue de la grande exposition Daumier de Paris, la seule hypothèse d’interaction entre celui-ci et Rethel consiste à envisager la possibilité que le squelette du second ait pu inspirer le Ratapoil (ill. 11, MG 6125) du premier26. Il convient d’approfondir cette idée. Si Daumier a réellement été impressionné par les gravures de son contemporain allemand, c’est parce qu’elles éclairent précisément la zone trouble où les démagogues charment les masses pour les utiliser à leur profit. Sur le glaive que la Mort tend au peuple, il est inscrit : « Justice populaire ». L’avidité avec laquelle la foule enragée tente de le saisir présente toutes les caractéristiques de l’hystérie collective. La multitude a soif de justice vengeresse. À cette scène succède la Mort sur les barricades. Par ses manigances, elle a jeté les révolutionnaires et les soldats les uns contre les autres. La loi et l’ordre, plus puissants, noient les combattants des barricades dans un bain de sang. Rethel montre les insurgés d’abord comme de la racaille avide de vengeance, puis comme des combattants désespérés et enfin comme des victimes abattues ou blessées sur lesquelles chevauche la Mort.

ill. 11 Honoré Daumier, Ratapoil, 1891, bronze, 43,5 × 15,7 × 18,5 cm, Paris, musée d’Orsay, inv. RF927

ill. 11 Honoré Daumier, Ratapoil, 1891, bronze, 43,5 × 15,7 × 18,5 cm, Paris, musée d’Orsay, inv. RF927

© RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski, www.photo.rmn.fr/archive/98-017135-2C6NU0NSXUGF.html

  • 27 Voir Werner Hofmann, Das Irdische Paradies, Motive und Ideen des 19. Jahrhunderts, Munich, 19913, p (...)

6Daumier a sans doute vu, derrière ces morts et leurs cyniques adversaires, le mécanisme de la révolution, l’affrontement passionnel du pouvoir et de l’impuissance, l’expression paroxystique des conflits de l’époque. Il se consacre d’ailleurs lui-même, au cours de ces années, au même genre de combats, tout en ayant sans doute présente à l’esprit la série de Rethel. Comme lui, il mêle les registres et pratique ce que Courbet appellera dans le sous-titre de son Atelier (1855) une « allégorie réelle27 ».

7Dans trois de ses peintures, Daumier montre la foule excitée telle une multitude se dirigeant inéluctablement et irrésistiblement vers un but lointain. La Famille sur la barricade – cette dernière n’est d’ailleurs pas visible – (Prague, galerie Narodni) regarde encore en arrière tout en se laissant pousser en avant. L’Émeute de Washington (Washington, DC, collection Phillips, ill. 12) et celle de l’ancienne collection Gerstenberg (actuellement déposée à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg) présentent un meneur dépeint idéalement sous les traits d’un jeune homme dont la gestuelle passionnée doit beaucoup à La Marseillaise de Rude.

ill. 12 Honoré Daumier, L’Émeute, vers 1852-1858, huile sur toile, 87,6 × 113 cm, Washington, DC, The Phillips Collection, inv. 0384

ill. 12 Honoré Daumier, L’Émeute, vers 1852-1858, huile sur toile, 87,6 × 113 cm, Washington, DC, The Phillips Collection, inv. 0384

© The Phillips Collection, Washington, DC, www.phillipscollection.org/collection/uprising-lemeute

8Trois œuvres, dont le pathos brisé fait penser à celui du Totentanz, contrastent avec ces peintures où la fusion de toutes les classes sociales paraît évidente. La foule est désormais conduite par un guide ou séduite par de vils manipulateurs.

  • 28 Timothy James Clark, « Christ was the Republic, the Great Proletarian, the prophet betrayed by the (...)

9Dans Camille Desmoulins au Palais-Royal, Daumier prend la ville pour décor afin de donner une couleur locale à l’événement. On ne parvient pas à comprendre où le tribun populaire (qui semble faire une proclamation) tente d’entraîner les auditeurs – le fait qu’il en appelle aux sentiments est signalé par les gestes que nous avons déjà vus au quatrième dessin de Totentanz. Dans l’Ecce homo d’Essen (ill. 13), la foule fanatisée se laisse entraîner à une condamnation à mort par une mise en scène perfide. Le Christ est désigné par un sbire comme dans une vente aux enchères ; cependant, dans la multitude, tous ne suivent pas le geste de dénonciation ; aucune hystérie ne règne ; personne ne crie « nous voulons Barabbas ». Récemment T.J. Clark28 a reconnu la « République bafouée » dans ce Christ – une allusion qui mérite réflexion !

ill. 13 Honoré Daumier, Ecce homo, vers 1849-1852, huile sur toile, 160 × 127 cm, Essen, Museum Folkwang

ill. 13 Honoré Daumier, Ecce homo, vers 1849-1852, huile sur toile, 160 × 127 cm, Essen, Museum Folkwang

© BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Hermann Buresch

10L’Émeute d’Oxford (ill. 14), également intitulée La Destruction de Sodome, nous présente la somme des conflits que Daumier tire du thème général du soulèvement. Le déchaînement autodestructeur qui, chez Rethel, précipite les humains dans la mort devient ici une action punitive mythique tout en demeurant une parabole valable pour le présent. Les révolutionnaires sont victimes de leurs actes. Les trois temps – appel, soulèvement, déroute – que le « poème » (dixit Baudelaire) de Rethel répartit en trois épisodes se déroulent, dans le Sodome de Daumier, en continuelle transition : le début avec le personnage lançant l’appel de la fenêtre, le déferlement des masses déchaînées et la débâcle finale s’achevant dans la mort et le sang.

ill. 14 Honoré Daumier, L’Émeute ou La Destruction de Sodome, vers 1848-1852, fusain avec lavis gris et gouache sur papier vélin, 57,4 × 49 cm, Oxford, Ashmolean Museum, inv. WA1937.15

ill. 14 Honoré Daumier, L’Émeute ou La Destruction de Sodome, vers 1848-1852, fusain avec lavis gris et gouache sur papier vélin, 57,4 × 49 cm, Oxford, Ashmolean Museum, inv. WA1937.15

© Ashmolean Museum, collections.ashmolean.org/object/97437

  • 29 Charles Baudelaire, « L’Art philosophique », dans id., Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris (...)

11Visiblement, Rethel est resté présent à l’esprit de Daumier. Ou, plus exactement, il a reparu quand le Français a abandonné la description du quotidien banal pour se tourner vers l’antagonisme entre les grandes puissances européennes. Des deux gravures sur bois présentant des thèses contraires, Der Tod als Würger et Der Tod als Freund (La Mort en étrangleuse et La Mort en amie, ill. 15a et 15b) présentées par Rethel à l’Exposition universelle de 1855 (où elles ont suscité l’admiration de Baudelaire), Daumier a retenu la dissonance, l’opposition clairement exprimée par les deux titres. Tandis que Baudelaire se laisse charmer par la « bonne mort29 » dans sa belle description de L’Art philosophique, Daumier adopte, quelque quinze ans plus tard, une vision opposée et polémique en laissant la mort établir un amer bilan, au milieu d’une soirée idyllique.

ill. 15a Alfred Rethel, Der Tod als Würger (La Mort en étrangleuse), 1850, gravure sur bois, Cleveland, Cleveland Museum of Art, inv. 1939.620

ill. 15a Alfred Rethel, Der Tod als Würger (La Mort en étrangleuse), 1850, gravure sur bois, Cleveland, Cleveland Museum of Art, inv. 1939.620

Source : www.clevelandart.org/art/1939.620 (CC0 1.0)

ill. 15b Alfred Rethel, Der Tod als Freund (La Mort en amie), 1850, gravure sur bois, Cleveland, Cleveland Museum of Art, inv. 1939.619

ill. 15b Alfred Rethel, Der Tod als Freund (La Mort en amie), 1850, gravure sur bois, Cleveland, Cleveland Museum of Art, inv. 1939.619

Source : www.clevelandart.org/art/1939.619 (CC0 1.0)

  • 30 Voir Die Rückkehr der Barbaren. Europäer und « Wilde » in der Karikatur Daumiers, cat. exp., Bielef (...)

12Dans Le Cauchemar de M. de Bismark [sic] (ill. 16, LD 3802), il représente l’homme d’État prussien se reposant dans un fauteuil. La Faucheuse montre à ce « personnage à la fois porteur de mort et voué à elle30 » le résultat de sa politique – environ dix jours avant Sedan ! –, un champ de bataille pour lequel la Mort lui adresse un cynique merci. Daumier réussit là un fascinant retournement. La Mort en amie de Rethel se fait ici la complice d’un malfaiteur qui se voit toutefois concéder suffisamment de conscience pour être hanté par un cauchemar.

ill. 16 Honoré Daumier, Le Cauchemar de M. de Bismark, 1870, lithographie, parue dans Le Charivari, 22 août 1870

ill. 16 Honoré Daumier, Le Cauchemar de M. de Bismark, 1870, lithographie, parue dans Le Charivari, 22 août 1870

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3053313j/f3.item

Notes

22 Charles Baudelaire, « L’Art philosophique », dans id., Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris, 1956, p. 927 et suivantes.

23 Heinrich Heine, Sämtliche Schriften, Werkausgabe, éd. Klaus Briegleb, Vienne, Munich, 1976, vol. IX, p. 232.

24 Alfred Rethel, Auch ein Totentanz, préface de Theodor Heuss, Stuttgart, 1957 (Reclam Werkmonographie 21), p. 14.

25 L’abréviation MG suivie d’un numéro fait référence au catalogue raisonné de l’œuvre sculpté d’Honoré Daumier par Maurice Gobin, Daumier Sculpteur (1808-1879), Genève, 1952.

26 Voir Daumier 1808-1979, cat. exp., Paris, Galeries nationales du Grand Palais et al., 1999, et en particulier le commentaire du no 143, p. 282 et suivantes.

27 Voir Werner Hofmann, Das Irdische Paradies, Motive und Ideen des 19. Jahrhunderts, Munich, 19913, p. 9 et suivantes.

28 Timothy James Clark, « Christ was the Republic, the Great Proletarian, the prophet betrayed by the people », dans The Absolute Bourgeois, Artists and Politics in France, 1848-1851, Londres, 1973, p. 112.

29 Charles Baudelaire, « L’Art philosophique », dans id., Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris, 1956, p. 928.

30 Voir Die Rückkehr der Barbaren. Europäer und « Wilde » in der Karikatur Daumiers, cat. exp., Bielefeld, Kunsthalle, 1985, et en particulier le commentaire du no VIII, 14, p. 408 et suivantes.

Table des illustrations

Titre ill. 8 Alfred Rethel, Der Tod gibt dem Volk das Schwert (La mort donne l’épée au peuple), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849
Crédits Source : National Gallery of Art, Washington, Ailsa Mellon Bruce Fund, inv. 1971.28.6, www.nga.gov/collection/art-object-page.52479.html (CC0)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre ill. 9 Alfred Rethel, Der Tod auf den Barrikaden (La mort sur les barricades), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849
Crédits Source : National Gallery of Art, Washington, Ailsa Mellon Bruce Fund, inv. 1971.28.4, www.nga.gov/collection/art-object-page.52479.html (CC0)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre ill. 10 Alfred Rethel, Der Tod reitet über die Barrikaden (La mort chevauche sur les barricades), 1848, gravure sur bois, issue de la série Auch ein Totentanz (Danse macabre), parue dans L’Illustration, 28 juillet 1849
Crédits Source : National Gallery of Art, Washington, Ailsa Mellon Bruce Fund, inv. 1971.28.5, www.nga.gov/collection/art-object-page.52478.html (CC0)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre ill. 11 Honoré Daumier, Ratapoil, 1891, bronze, 43,5 × 15,7 × 18,5 cm, Paris, musée d’Orsay, inv. RF927
Crédits © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski, www.photo.rmn.fr/archive/98-017135-2C6NU0NSXUGF.html
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre ill. 12 Honoré Daumier, L’Émeute, vers 1852-1858, huile sur toile, 87,6 × 113 cm, Washington, DC, The Phillips Collection, inv. 0384
Crédits © The Phillips Collection, Washington, DC, www.phillipscollection.org/collection/uprising-lemeute
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre ill. 13 Honoré Daumier, Ecce homo, vers 1849-1852, huile sur toile, 160 × 127 cm, Essen, Museum Folkwang
Crédits © BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Hermann Buresch
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Titre ill. 14 Honoré Daumier, L’Émeute ou La Destruction de Sodome, vers 1848-1852, fusain avec lavis gris et gouache sur papier vélin, 57,4 × 49 cm, Oxford, Ashmolean Museum, inv. WA1937.15
Crédits © Ashmolean Museum, collections.ashmolean.org/object/97437
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre ill. 15a Alfred Rethel, Der Tod als Würger (La Mort en étrangleuse), 1850, gravure sur bois, Cleveland, Cleveland Museum of Art, inv. 1939.620
Crédits Source : www.clevelandart.org/art/1939.620 (CC0 1.0)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre ill. 15b Alfred Rethel, Der Tod als Freund (La Mort en amie), 1850, gravure sur bois, Cleveland, Cleveland Museum of Art, inv. 1939.619
Crédits Source : www.clevelandart.org/art/1939.619 (CC0 1.0)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre ill. 16 Honoré Daumier, Le Cauchemar de M. de Bismark, 1870, lithographie, parue dans Le Charivari, 22 août 1870
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3053313j/f3.item
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48528/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
3.
 
5.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search