Version classiqueVersion mobile
2.
4.

Daumier et l’Allemagne

 | 
Werner Hofmann

3.

Texte intégral

  • 21 Voir Erik von Kraemer, Le type du faux mendiant dans les littératures romaines depuis le Moyen Âge (...)

1J’aimerais souligner maintenant de nombreuses correspondances entre Daumier, Goethe et Delacroix d’abord, Rethel ensuite, autour d’une figure centrale de la comédie humaine de Daumier, le tentateur. Celui-ci trouve son paradigme dans le personnage de Méphisto et poursuit la tradition médiévale du « faux-semblant21 ». Du point de vue formel, Daumier s’est inspiré de Delacroix, qui consacra dix-sept lithographies au poème de Goethe, publiées en 1828. La première montre l’adversaire de Faust sous les traits d’un démon ailé flottant dans les airs. Nous savons que Delacroix appréciait beaucoup le dessinateur du Charivari. Dans l’Histoire de la caricature moderne de Champfleury (Paris, 1865), nous apprenons que, vers 1848, les artistes vivant sur l’île Saint-Louis se réunissaient dans les salons de l’hôtel Pimodan (= hôtel de Lauzun), pour « écouter les quatuors des grands maîtres allemands ». Ce chroniqueur y était le « témoin de la profonde sympathie qu’éprouvait le peintre de Faust pour l’auteur de l’Histoire [ancienne de Daumier] ».

2Au cours de ces soirées, la musique allemande n’était certainement pas le seul sujet de conversation. Delacroix, le « peintre de Faust », a certainement évoqué Goethe et je n’exclus pas que le personnage de Méphisto ait pu imprégner Daumier à cette occasion puisque ses deux complices, Macaire et Bertrand, incarnaient déjà l’hypocrisie sous sa forme capitaliste. Lorsque, au début des années 1850, le pouvoir en France tombe à nouveau aux mains de manipulateurs douteux, notre artiste s’inspire de Delacroix et de son Méphisto dans les airs. La lithographie Le Tentateur (ill. 5, LD 2149) paraît le 29 septembre 1851. Un Thiers ailé montre la ville de Paris à l’amiral de Joinville, le fils du roi citoyen contraint d’abdiquer : « Toi donc si tu m’adores, tu l’auras tout entier » (Luc, 4). Le ministre tente à l’époque de jouer le chef des Orléanistes contre Louis-Napoléon dont le coup d’État est alors en gestation. L’artiste parvient à entremêler les corps et les membres des deux complices si inextricablement qu’il en résulte un être surnaturel hybride. Chacun est le prisonnier de l’autre. Du point de vue de l’invention formelle, cette allégorie satirique dépasse le modèle de Delacroix ; la comparaison des deux œuvres nous permet de constater que le pouvoir de synthèse de Daumier lui fait trouver des formes impensables sous le crayon de Delacroix.

ill. 5 Honoré Daumier, Le Tentateur, 1851, lithographie, parue dans Le Charivari, 29 septembre 1851

ill. 5 Honoré Daumier, Le Tentateur, 1851, lithographie, parue dans Le Charivari, 29 septembre 1851

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3057584j/f3.item

3La poésie de Goethe a sans doute contribué à ce que le diable et Faust, sa victime saisie de démesure, présentent des traits germaniques sous-jacents – une allusion pas vraiment surprenante en ce siècle de rivalité de sentiments et de caractères nationaux. Cette distribution des rôles aura bien sûr des conséquences pénibles pour les Allemands, nous allons le voir sans tarder. En 1870-1871, Le Tentateur adopte le masque de la ruse et de la duplicité prussiennes, tout comme Faust se mue en Méphisto lorsque sa soif de savoir obtient une satisfaction perverse avec l’invention (en Allemagne) du fusil à aiguille, utilisé pour la première fois en 1866, au cours de la guerre entre la Prusse et l’Autriche (ill. 6, LD 3535). Le spectre diabolique se montre satisfait de la bataille de Königgrätz où les Autrichiens ont été vaincus par la meilleure technologie en matière d’armes de leurs adversaires – un événement qui marqua si fort le Second Empire que « vengeons Sadowa (= Königgrätz) » était devenu un des mots d’ordre politiques des agitateurs nationalistes.

ill. 6 Honoré Daumier, Le Rêve de l’inventeur du fusil à aiguille, 1866, lithographie, parue dans Le Charivari, 1er novembre 1866

ill. 6 Honoré Daumier, Le Rêve de l’inventeur du fusil à aiguille, 1866, lithographie, parue dans Le Charivari, 1er novembre 1866

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3060012f/f3.item

4Le démon allemand se dissimule parfois derrière le masque de la balourdise inspirant la confiance, dans le but de se gagner des sympathies et de camoufler ses machinations. Par exemple, quand il assouvit les rêves de sa Nouvelle Marguerite (ill. 7, LD 3842). Une blonde d’un certain âge rêve d’un militaire (casque à pointe !) qui, tel Faust, la comble en lui offrant un bijou volé et gagne ainsi son adhésion à ses visées politiques. Nous apercevons également, à peine esquissé mais très marquant, un soldat (le même ?) en train de tuer une Française d’un coup de baïonnette. L’inspiration goethéenne retournée contre les Allemands – ce n’est ni la première ni la dernière fois que l’on trouve le procédé, éprouvé, consistant à distinguer la bonne et la mauvaise Allemagne.

ill. 7 Honoré Daumier, Le Rêve de la Nouvelle Marguerite, 1871, lithographie, parue dans Le Charivari, 30 janvier 1871

ill. 7 Honoré Daumier, Le Rêve de la Nouvelle Marguerite, 1871, lithographie, parue dans Le Charivari, 30 janvier 1871

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k30500496/​f3.item

Notes

21 Voir Erik von Kraemer, Le type du faux mendiant dans les littératures romaines depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle, Helsingfors, 1944. Également Anthony Blunt, « The criminal king in the 19th century novel », dans Journal of the Warburg and Courtauld Intitutes, I, 1937, p. 249 et suivantes.

Table des illustrations

Titre ill. 5 Honoré Daumier, Le Tentateur, 1851, lithographie, parue dans Le Charivari, 29 septembre 1851
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3057584j/f3.item
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre ill. 6 Honoré Daumier, Le Rêve de l’inventeur du fusil à aiguille, 1866, lithographie, parue dans Le Charivari, 1er novembre 1866
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3060012f/f3.item
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre ill. 7 Honoré Daumier, Le Rêve de la Nouvelle Marguerite, 1871, lithographie, parue dans Le Charivari, 30 janvier 1871
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k30500496/​f3.item
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
2.
 
4.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search