Version classiqueVersion mobile
1.
3.

Daumier et l’Allemagne

 | 
Werner Hofmann

2.

Texte intégral

1Le premier contact transrhénan durable eut lieu à partir des années 1840. Il s’agit de la rencontre de Carl Spitzweg avec Daumier, né la même année que lui : en 1808. Durant le Vormärz (c’est-à-dire la quinzaine d’années précédant la révolution de mars 1848), régnait dans les pays germaniques le goût béotien et petit-bourgeois selon lequel l’art est composé de métaphores sécurisantes. C’est ainsi que, sous les yeux vigilants de Metternich, apparurent des mondes repliés sur l’idylle, reposant sur l’harmonie familiale, réfugiés « entre intimes » (Karl Gutzkow). L’historien d’art parle de style Biedermeier, un terme né de la contraction de deux noms : en 1848, Victor von Scheffel imagina pour les Fliegende Blätter, une revue munichoise, deux personnages, du nom de Biedermann et Bummelmaier, qui ne tardèrent pas à devenir les symboles de cette manière de vivre. Ce courant ne se limita pas aux provinces allemandes et autrichiennes. Deux héros de Flaubert, Bouvard et Pécuchet, sont frappés du sceau de la même étroitesse d’esprit, qui dans leur cas devient maniaque.

  • 19 Siegfried Wichmann, Carl Spitzweg und die französischen Illustrationszeichner in Frankreich, Starnb (...)
  • 20 Stendhal, « Projet d’article sur Le Rouge et le Noir », dans Romans et Nouvelles, I, éd. Henri Mart (...)

2Les Fliegende Blätter furent fondés en 1844 sur le modèle de deux revues parisiennes, Le Charivari et Le Musée Philipon, venues soutenir l’avènement de la bourgeoisie et la divertir. Spitzweg compta parmi les premiers collaborateurs des Fliegende Blätter. Né en 1835, Le Charivari ne connut pas le sort fatal qu’une censure inflexible infligea à une trentaine de gazettes libérales et républicaines trois ans plus tard. Mais, pour obtenir l’indulgence gouvernementale, la rédaction avait dû promettre de renoncer à toute attaque politique. L’heure de la satire de genre avait sonné et celle-ci présentait les mêmes caractéristiques que le Biedermeier. Ce journal permit à Daumier de persifler héros et comparses de la Comédie humaine. Spitzweg – Siegfried Wichmann l’a amplement et consciencieusement démontré19 – a fait plusieurs emprunts à Daumier. De plus, l’œuvre des deux artistes présente certaines correspondances, inspirées, semble-t-il, par l’air du temps. Notre regard ne rend que rarement justice à l’Allemand car en le confrontant à Daumier, on n’adopte pas les critères adéquats. Le Français donnait, en définitive, une dimension démoniaque à la bourgeoisie – songeons à Robert Macaire. Ce charisme négatif est totalement absent des personnages de Spitzweg. Ceux-ci présentent une originalité naïve et loufoque. Ce sont les caractéristiques de la satire allemande en général, d’ailleurs fortement appréciée en France comme le prouve le succès du fantastique d’un E.T.A. Hoffmann. Cette sympathie reposait sur un préjugé dont nous trouvons le libellé dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert : « Allemands : peuple de rêveurs (vieux). » Quelques années auparavant, en 1832, Stendhal avait exprimé, à propos du Rouge et le Noir, la même idée reçue : « La vie des Allemands est contemplative et imaginaire, celle des Français est toute de vanité et d’activité20. » Je me méfie d’habitude de ce genre de généralisations, d’autant plus que celle-ci est encore teintée de l’hégémonisme napoléonien qui a appris la passivité au reste de l’Europe – mais il arrive qu’elles soient malgré tout exactes.

3Wichmann a comparé plusieurs fois Der arme Poet (1839, ill. 2) de Spitzweg au Poète dans la mansarde (1842, ill. 3) de Daumier. Les deux personnages sont conformes aux clichés stendhaliens : le poète allemand, à l’aise dans son monde pittoresque, ne se concentre que sur la puce qu’il tient entre ses doigts. Le Français, un mélancolique furieux, contemple avec méfiance le plafond ; le texte qu’il rédige est à coup sûr un pamphlet, un libelle enflammé. Un autre locataire des combles est lui aussi caractérisé par la peur de l’existence (ill. 4). Le parapluie, qui est chez Spitzweg un accessoire couronnant une retraite idyllique, est, pour Daumier, une indispensable protection contre la pluie qui passe à travers la toiture endommagée. Tout compte fait, Daumier exprime son scepticisme à l’égard d’un monde hostile, tandis que le poète en bonnet de nuit est la tranquillité en personne.

ill. 2 Carl Spitzweg, Der Dichter in der Dachkammer (Der arme Poet) [Le poète dans la mansarde (Le pauvre poète)], 1839, huile sur toile, 36 × 45 cm, Munich, Bayerische Staatsgemäldesammlungen – Neue Pinakothek, inv. 7751

ill. 2 Carl Spitzweg, Der Dichter in der Dachkammer (Der arme Poet) [Le poète dans la mansarde (Le pauvre poète)], 1839, huile sur toile, 36 × 45 cm, Munich, Bayerische Staatsgemäldesammlungen – Neue Pinakothek, inv. 7751

Source : www.sammlung.pinakothek.de/de/artwork/9pL3KbKLeb (CC BY-SA 4.0)

ill. 3 Honoré Daumier, Poète dans la mansarde, 1842, gravure sur métal, parue dans La Grande ville. Nouveau tableau de Paris comique, critique et philosophique, par Paul de Kock et al., illustrations de Daumier et al., Paris, Marescq, 1844, t. I, p. 138

ill. 3 Honoré Daumier, Poète dans la mansarde, 1842, gravure sur métal, parue dans La Grande ville. Nouveau tableau de Paris comique, critique et philosophique, par Paul de Kock et al., illustrations de Daumier et al., Paris, Marescq, 1844, t. I, p. 138

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b20000760/f62.item

ill. 4 Honoré Daumier, Dans la mansarde par temps de pluie, 1847, lithographie, parue dans Le Charivari, 26 mai 1847

ill. 4 Honoré Daumier, Dans la mansarde par temps de pluie, 1847, lithographie, parue dans Le Charivari, 26 mai 1847

Source : gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3050378z/f3.item

Notes

19 Siegfried Wichmann, Carl Spitzweg und die französischen Illustrationszeichner in Frankreich, Starnberg, Munich, 1975.

20 Stendhal, « Projet d’article sur Le Rouge et le Noir », dans Romans et Nouvelles, I, éd. Henri Martineau, Paris, 1959 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 703.

Table des illustrations

Titre ill. 2 Carl Spitzweg, Der Dichter in der Dachkammer (Der arme Poet) [Le poète dans la mansarde (Le pauvre poète)], 1839, huile sur toile, 36 × 45 cm, Munich, Bayerische Staatsgemäldesammlungen – Neue Pinakothek, inv. 7751
Crédits Source : www.sammlung.pinakothek.de/de/artwork/9pL3KbKLeb (CC BY-SA 4.0)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre ill. 3 Honoré Daumier, Poète dans la mansarde, 1842, gravure sur métal, parue dans La Grande ville. Nouveau tableau de Paris comique, critique et philosophique, par Paul de Kock et al., illustrations de Daumier et al., Paris, Marescq, 1844, t. I, p. 138
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b20000760/f62.item
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre ill. 4 Honoré Daumier, Dans la mansarde par temps de pluie, 1847, lithographie, parue dans Le Charivari, 26 mai 1847
Crédits Source : gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France, gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3050378z/f3.item
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
1.
 
3.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search