Version classiqueVersion mobile

Daumier et l’Allemagne

 | 
Werner Hofmann

1.

Texte intégral

  • 1 La première version, nettement plus courte, de cet essai a été publiée dans le catalogue de l’expos (...)

1Le titre Daumier et l’Allemagne évoque des relations fondées sur une observation réciproque1. Comment Daumier voyait-il les Allemands, comment ceux-ci le considéraient-ils, sous quel angle le regardent-ils aujourd’hui encore ? Dans ce dialogue imaginaire, les Allemands lui accordent sympathie et admiration, alors que leur interlocuteur français les aborde avec un mélange de respect, de défiance et de critique où se manifeste son instinct politique.

  • 2 Heinrich Heine, Sämtliche Schriften, Werkausgabe, éd. Klaus Briegleb, Vienne, Munich, 1976, vol. V, (...)
  • 3 Ibid., vol. V, p. 69 et suivantes.
  • 4 Ibid., vol. V, p. 61.

2Leur intérêt mutuel, de plus en plus vif au cours du XIXe siècle, fait suite à un exemple de surprenante indifférence. En effet, Heinrich Heine, l’observateur pourtant attentif de la scène parisienne, à laquelle il fut introduit pour la première fois le 19 mai 1831, ne connaissait pas Daumier. Le fait déconcerte car on aurait pu s’attendre, de la part d’un témoin aussi fin critique, à ce qu’il mette à nu l’emphase des classes dirigeantes – à l’instar de la critique tous azimuts du caricaturiste –, qu’il se méfie d’un art qui leur était inféodé. Heine a perdu là l’occasion de découvrir un frère d’armes en la personne du polémiste. Son esprit procédait par association typologique d’idées et combinait donc plusieurs niveaux de significations entre eux. En 1831, le Salon, l’événement annuel en matière de beaux-arts, lui offrit deux occasions antinomiques. Dans la Liberté de Delacroix, il découvre une double identité : celle de la messagère de la liberté et celle des « dévergondées péripatéticiennes dont les essaims couvrent le soir les boulevards2 ». Le Cromwell au cercueil de Charles Ierde Delaroche attire aussi le regard bifocal du critique allemand3. Il associe cette œuvre à l’histoire de l’époque : la liberté célébrée par Delacroix subit au même moment une défaite dans les confins orientaux de l’Europe : la Russie réprime violemment le soulèvement des Polonais. Les deux extrêmes se retrouvent dans la figure double face de son temps : la liberté et la tyrannie. Heine voit le « peuple » polonais exposé dans le cercueil. Il révèle dans le tableau « le tragique combat des deux principes » « qui se combattaient peut-être déjà dans l’âme de Dieu au moment de la Création »4. Ce républicain aux penchants monarchistes éprouve de la sympathie pour les martyrs royalistes mais aussi de la tristesse face à un monarque dont le mode de vie déplaisait certainement aux stricts puritains. Ce jugement moral vient personnifier la période contemporaine. Le roi mort représente pour Heine la Pologne assassinée, Cromwell jouant le rôle du tsar.

  • 5 L’abréviation LD suivie d’un numéro fait référence au catalogue raisonné de l’œuvre gravé d’Honoré (...)

3Quel que soit le contexte politique choisi, Delaroche s’en tient aux formules majestueuses de la peinture d’histoire même s’il réalise un pseudo-reportage et une œuvre à clef. Il ne met pas en scène une oraison funèbre, il se satisfait de la réflexion qui germe chez le vainqueur. En revanche, Daumier ne se livre pas à ce genre d’intériorisation de la relation victime-bourreau lorsqu’il dénonce en 1834 le bain de sang provoqué le 15 avril par les soldats du roi dans un quartier populaire de Paris. Dix-neuf personnes, parmi lesquelles des femmes et des enfants, trouvèrent la mort ce jour-là. Avec sa célèbre Rue Transnonain, le 15 avril 1834 (ill. 1, LD 1355) – le titre suggère le récit d’un témoin oculaire du massacre –, comme guidé par la main du Rubens de la Déploration du Christ d’Anvers, il crée un personnage d’ouvrier massacré. Dans une autre lithographie il oppose à cette scène d’une grande violence le masque de l’hypocrisie qui l’accompagne, qui s’inspire peut-être du Cromwell de Delaroche.

ill. 1 Honoré Daumier, Rue Transnonain, le 15 avril 1834, 1834, lithographie

ill. 1 Honoré Daumier, Rue Transnonain, le 15 avril 1834, 1834, lithographie

Source : Bibliothèque nationale de France, images.bnf.fr/detail/730503

  • 6 Heinrich Heine, 1976 (note 2), vol. V, p. 68 (« Des escrocs resplendissants sous leurs masques de c (...)

4Louis-Philippe, le roi citoyen, et un de ses sbires du ministère de la Justice se tiennent devant la couche d’un prolétaire enchaîné, visiblement à l’agonie (LD 85). C’est de ce dernier et de son corps gisant misérablement que jaillit toute la dignité, la majesté que Daumier refuse aux deux spectres du pouvoir. « Celui-là, on peut le remettre en liberté, il n’est plus dangereux », conseille le roi au procureur tout en se détournant. Le profil caché est un moyen de contourner la censure. Daumier a recours à ce procédé pour dénoncer le monarque. C’est également de manière détournée qu’il utilise ce que Heine appelait un « masque de caractère6 ».

5Les traits du visage de la victime, du martyr, n’en ressortent que mieux.

  • 7 Ibid., vol. IX, p. 331 et suivantes.

6Heine, bien qu’auteur satirique, n’a aucun goût pour l’art éphémère de la caricature. Ces charges, si tant est qu’il en parle, ne représentent pour lui que la production anonyme de l’industrie de l’illustration. Sa condamnation des thèmes abordés révèle ses préjugés. Les pochades qui s’attaquent au « roi citoyen » ne trouvent aucune grâce à ses yeux : en effet, il aime le monarque, il l’admire presque – tout comme Grillparzer, un conservateur qui note en 1836 dans son journal de voyage : « Louis-Philippe est, en définitive, un homme d’honneur, et de plus supérieurement intelligent. » Heine écrit d’ailleurs quatre ans plus tard : « Louis-Philippe est un grand roi… » Et lorsqu’il apprend que celui-ci a hésité lors de son discours d’intronisation en évoquant une tentative d’assassinat dirigée contre sa royale personne, il le nomme « le royal indulgent7 ».

  • 8 Ibid., vol. IX, p. 209.
  • 9 Ibid., vol. V, p. 109.
  • 10 Ibid., vol. V, p. 158.

7Daumier avait une tout autre vision des pleurs du roi ; dans le cortège funèbre de Lafayette, il ne voyait en lui qu’un hypocrite : « Enfoncé Lafayette… Attrape mon vieux » (LD 134). Le 10 mars 1848, Heine écrit encore une fois au sujet du royal masque de caractère : « Louis-Philippe était bon et bienveillant. Cruauté et effusion de sang lui répugnaient, il était un roi de paix8… » Le journaliste Philipon s’attire pourtant l’admiration de Heine en mettant la vivacité extraordinaire de son esprit au service de la défense de la fameuse poire – son invention9 ! – considérée comme outrage à la majesté royale bien que, par ailleurs, l’utilisation satirique de cette métaphore railleuse ait soulevé la colère du poète. Il s’insurge contre « la bêtise de ces images grotesques10 ».

  • 11 Ibid., vol. V, p. 158.
  • 12 « 24e dessin de la lithographie mensuelle. Rue Transnonain, le 15 avril 1834 », dans La Caricature, (...)

8Parmi les charges que Heine condamne, on trouve aussi le Cauchemar (1832, LD 41) de Daumier. On y voit, allongé sur une chaise longue, Lafayette, qui avait célébré en 1830 la monarchie de Juillet comme la meilleure de toutes les républiques. Un Louis-Philippe en forme de poire appuie sur son ventre, lui aussi en forme de poire, ce qui lui provoque un cauchemar. Heine décrit la lithographie sans apparemment en connaître l’auteur11. Et il ignore tout de la Rue Transnonain, même s’il aurait pu éprouver les mêmes sentiments que le commentateur qui écrivait dans La Caricature du 2 octobre 1834 : « Ce n’est point une caricature, ce n’est point une charge, c’est une page sanglante de notre histoire moderne […]12. » Il ne comprend rien au glissement paradigmatique invoqué dans l’acte d’accusation. Cela me fait penser à une remarque que Flaubert met dans la bouche d’un des personnages de son Éducation sentimentale, l’impertinent Hussonnet : « Une lorette est plus amusante que la Vénus de Milo ! » En d’autres termes : un ouvrier mort est plus provocateur qu’une déploration du Christ. Mais l’on n’était sans doute pas encore prêt à l’époque à bouleverser à ce point l’échelle des valeurs iconographiques.

9Nous savons aujourd’hui que Heine était à la solde du gouvernement du roi citoyen. Ce correspondant de l’Augsburger Allgemeine toucha de 1840 jusqu’à la révolution 37 600 francs-or d’un fonds de soutien pour les émigrés – une rétribution en espèces sonnantes et trébuchantes pour bonne conduite journalistique.

  • 13 Heinrich Heine, 1976 (note 2), vol. V, p. 47.
  • 14 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Vorlesungen über die Aesthetik (L’Esthétique), éd. Friedrich Basseng (...)
  • 15 Friedrich von Schiller, Über das Erhabene (Du sublime), 1802.
  • 16 Edmund Burke, A Philosophical Enquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and the Beautiful(...)
  • 17 Charles Baudelaire, « De l’essence du rire », dans Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris, 19 (...)
  • 18 Charles Baudelaire, 1956 (note 17), « Salon de 1845 », p. 561.

10À cela vient s’ajouter le malaise que suscite chez Heine l’illustration satirique car il y voit un « conflit intérieur », une incapacité à représenter les choses en couleur13. Ce jugement épouse la pensée de Hegel qui y distingue une des caractéristiques de l’« art romantique » où : « Les déchirements et le désaccord intérieurs sont poussés plus loin ; en général, les oppositions représentées y sont plus profondes14. » Hegel prend comme exemple le Christ de la Passion dont se moque une soldatesque grimaçante. Il en vient ensuite à parler du plaisir dans la souffrance et de la félicité dans la douleur – mélange de mal-être et de bien-être (Schiller)15 qui évoque le « delightful horror » d’un Edmund Burke16. Il est étrange que, dans le cas d’une caricature comme celle de Daumier qui parvient au « comique absolu » baudelairien, Heine n’ait pas su y déceler cette qualité17 – à la différence de Baudelaire qui place le caricaturiste aux côtés d’Ingres et de Delacroix18. Heine s’en tient obstinément aux vieilles hiérarchies des genres et range donc la caricature au plus bas de l’échelle des moyens d’expression. Nous retrouvons ce préjugé, sous une forme légèrement différente, chez Klossowski qui, au début du XXe siècle, néglige le Daumier caricaturiste au profit du peintre, le seul vrai Daumier à ses yeux. Reconnaissons toutefois à cet auteur le mérite d’avoir jeté un regard nouveau sur cet artiste, d’avoir revalorisé son œuvre. Nous en reparlerons d’ailleurs un peu plus loin.

11En résumé : le premier chapitre de Daumier et l’Allemagne décrit un rendez-vous manqué.

Notes

1 La première version, nettement plus courte, de cet essai a été publiée dans le catalogue de l’exposition de Bielefeld Die Rückkehr der Barbaren. Europäer und « Wilde » in der Karikatur Daumiers, cat. exp., Bielefeld, Kunsthalle, 1985, p. 63 et suivantes.

2 Heinrich Heine, Sämtliche Schriften, Werkausgabe, éd. Klaus Briegleb, Vienne, Munich, 1976, vol. V, p. 40 et suivantes [traduction française de Gerhard Hohn et Bodo Morawe, Paris, 1994].

3 Ibid., vol. V, p. 69 et suivantes.

4 Ibid., vol. V, p. 61.

5 L’abréviation LD suivie d’un numéro fait référence au catalogue raisonné de l’œuvre gravé d’Honoré Daumier par Loys Delteil, Le Peintre-graveur illustré : Honoré Daumier, 11 vol., Paris, 1925.

6 Heinrich Heine, 1976 (note 2), vol. V, p. 68 (« Des escrocs resplendissants sous leurs masques de caractère… », dans Buch der Lieder). Heine connaissait peut-être la Vorschule der Ästhetik (Cours préparatoire d’esthétique) de Jean Paul où il est question de masques de caractère (Xe programme).

7 Ibid., vol. IX, p. 331 et suivantes.

8 Ibid., vol. IX, p. 209.

9 Ibid., vol. V, p. 109.

10 Ibid., vol. V, p. 158.

11 Ibid., vol. V, p. 158.

12 « 24e dessin de la lithographie mensuelle. Rue Transnonain, le 15 avril 1834 », dans La Caricature, 2 octobre 1834, p. 1625-1626.

13 Heinrich Heine, 1976 (note 2), vol. V, p. 47.

14 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Vorlesungen über die Aesthetik (L’Esthétique), éd. Friedrich Bassenge, Berlin, 1955, p. 185 [traduction française de Ch. Bénard, t. III, Paris, 1997].

15 Friedrich von Schiller, Über das Erhabene (Du sublime), 1802.

16 Edmund Burke, A Philosophical Enquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and the Beautiful (1757), éd. J.T. Boulton, Londres, 1958, p. 73.

17 Charles Baudelaire, « De l’essence du rire », dans Œuvres complètes, éd. Y.-G. Le Dantec, Paris, 1956 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 720. Baudelaire nomme les inventions de Daumier des « vivantes monstruosités » (p. 739) sans les classer pour autant dans la catégorie du « comique absolu » (p. 724).

18 Charles Baudelaire, 1956 (note 17), « Salon de 1845 », p. 561.

Table des illustrations

Titre ill. 1 Honoré Daumier, Rue Transnonain, le 15 avril 1834, 1834, lithographie
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, images.bnf.fr/detail/730503
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/48518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search