Version classiqueVersion mobile

Les habitats carolingiens de Montours et La Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine)

 | 
Isabelle Catteddu

Chapitre 8. Synthèse

8 Synthese

8 Conclusions

Isabelle Catteddu, Marie‑Pierre Ruas, Bénédicte Pradat et Dominique Marguerie

Résumé

Répartition des structures, modifications dans l’aménagement ou condamnation de certains passages et agrandissements de certaines parcelles sont autant de paramètres permettant de reconnaître très clairement l’évolution de l’organisation des sites fouillés. On assiste ainsi, au Teilleul, à un développement de l’habitat qui associe la création de nouvelles unités et l’agrandissement de parcelles, correspondant à l’extension maximale du site. La trame structurant les gisements du Teilleul et de Louvaquint restera en usage jusqu’à nos jours. Parallèlement à l’étude de l’habitat rural, une attention particulière a été accordée à celle du paysage : notamment, ses aménagements successifs (parcellaires et chemins) et les traces des pratiques agro‑pastorales. Les résultats bioarchéologiques ont utilement complété les données archéologiques.

La tourbification des zones humides débute à la fin du Néolithique ou au début de l’âge du Bronze. Durant la Protohistoire, le milieu est déjà marqué par l’occupation humaine, comme le montrent l’état du milieu forestier régional et la présence des premiers pollens de plantes herbacées rudérales. Toutefois, il faut attendre l’âge du Fer pour voir l’arrivée des premiers indicateurs d’une céréaliculture discrète. Depuis l’âge du Bronze et jusqu’à la fin de l’époque gallo‑romaine, le milieu forestier (chênaie mixte dense) est localement défriché et accueille de nouvelles espèces : bouleau et noisetier. Les fonds de vallons sont colonisés par des aulnaies. Dès la fin de l’époque mérovingienne, le site de Louvaquint semble à nouveau occupé. Au moment de l’installation du gué et par la suite, on assiste à une importante modification du milieu naturel. Les taillis humides du fond de vallée régressent considérablement : on passe d’un milieu dense forestier à un taillis ouvert. La chênaie, probablement installée en partie sur le plateau, connaît des défrichements et la création de clairières.

L’époque carolingienne semble le moment privilégié de l’occupation de ce secteur. Cette période d’intense activité agricole est suivie d’une nette déprise et, au xe s., date de l’abandon du site, d’une recrudescence des taillis humides dans le vallon. Aucun document d’archives ni aucune source archéologique n’apporte de précision sur le déplacement de cet habitat dans le courant du xe s.

Les diagrammes polliniques montrent par la suite (vers les xviexviie s. ?) un retour à un véritable paysage agraire avec, localement, une expansion du chêne peut‑être en liaison avec le développement du bocage. Les fouilles menées à Montours ont révélé des éléments de rupture et de continuité de l’occupation dans ce secteur, conduisant à soulever la question de la coexistence des habitats ruraux. Même si des interrogations subsistent, ces résultats constituent une avancée importante pour la connaissance des établissements paysans bretons du haut Moyen Âge, encore peu étudiés.

Texte intégral

8.1 Un terroir au haut Moyen Âge

8.1.1 Quatre habitats

1Les sites de Montours et La Chapelle‑Saint‑Aubert nous livrent une image nouvelle d’une région jusqu’alors très peu connue archéologiquement.

2Le site du Teilleul est la plus importante des quatre implantations étudiées. Il atteste une gestion structurée de l’espace. L’habitat est divisé en parcelles rectangulaires régulières, à travers lesquelles des transformations sont observées. Les structures témoignent d’activités caractéristiques des habitats de cette époque (stockage, cuisson, forge) et d’une volonté de spécialisation de certains secteurs. Les bâtiments livrent les témoins de plusieurs techniques de construction. Le mobilier céramique y est plus abondant et illustre en association avec la chronologie relative une mobilité spatiale assez nette qui semble devoir être située entre les viiie et xe s. Une extension de l’habitat au nord‑est est aujourd’hui attestée.

3Le site de Louvaquint, dont subsistent essentiellement les réseaux fossoyés, témoigne d’une occupation plus discontinue, allant de la Protohistoire à nos jours. La période du haut Moyen Âge est illustrée par un mobilier céramique caractéristique des viieviiie s., découvert dans des fossés et dans quelques structures appartenant à un habitat situé légèrement plus à l’est. Ce dernier a en effet été repéré lors des sondages du diagnostic, préalablement aux modifications du tracé autoroutier. Le réseau fossoyé du haut Moyen Âge se raccorde parfaitement à celui découvert sur Le Teilleul.

4Les deux gisements sont séparés par un vallon traversé par deux ruisseaux et sont reliés par un gué empierré, en fonction aux époques mérovingienne et carolingienne. Ce dernier rejoint, en rive droite du Teilleul, un chemin menant au site du même nom. Plusieurs aménagements en bordure de l’empierrement, dont des éléments en bois, et la construction elle‑même, témoignent d’une bonne gestion environnementale de ce fond de vallon tourbeux. Les premières études polliniques viennent renforcer l’intérêt de ce secteur et nous éclairent sur l’évolution de la végétation depuis l’époque mésolithique.

5L’habitat de La Talvassais, de plus petite superficie, n’a pu être saisi que partiellement. Si les fonctions de certains secteurs ont pu être déterminées (présence de forge, fours, structures de stockage), seule une petite partie d’un gisement, peut‑être plus important, a été appréhendée. À l’intérieur des parcelles délimitées par des fossés, les bâtiments sont peu nombreux. Un chemin creux délimite le site au nord et à l’ouest, mais l’extension du gisement à l’est et au sud nous est inconnue. Cet habitat semble, en partie au moins, contemporain du Teilleul.

6Le site de La Chaîne, sur la commune de La Chapelle‑Saint‑Aubert, est un petit habitat rural carolingien au mobilier peu abondant mais homogène, dont l’étude tend à définir une occupation plutôt courte. Les comblements sont rapides, et aucune trace d’artisanat, ni de structures de stockage n’a été relevée dans les limites de l’emprise. Un bâtiment léger et quelques foyers constituent les éléments les plus caractéristiques de l’occupation. L’arasement du gisement limite les interprétations. Comme à Louvaquint, le site présente des témoins plus anciens, qui sont ici des structures gallo‑romaines apparaissant au nord du gisement. Les restes d’un petit réseau fossoyé semblent structurer l’espace.

8.1.2 Chronologie et évolution interne des habitats

7L’organisation interne des habitats s’avère pour chaque phase chronologique d’appréhension délicate, face à la difficulté, voire à l’impossibilité, de dater précisément un certain nombre de structures (en particulier les bâtiments sur poteaux), faute de mobilier datant. Toutefois l’étude approfondie de la chronologie relative sur les sites de Montours a permis de dégager plusieurs épisodes attestant de réaménagements fréquents à l’intérieur des parcelles, mais aussi sur l’ensemble des sites. Ces réaménagements sont même ponctuellement à mettre en relation avec un changement d’activité. Cette réflexion sur les propositions du phasage interne prend en compte le caractère souvent éphémère des structures.

8En raison des problèmes inhérents à la datation du mobilier céramique du haut Moyen Âge en France, les propositions de durée d’occupation de ces sites et de leurs unités restent complexes. Si les lots de céramique mis au jour à Montours et à La Chapelle‑Saint‑Aubert sont pour la majorité assez homogènes, il nous faut garder à l’esprit, la durée parfois longue de l’utilisation de certaines formes et quelquefois leur faible évolution stylistique. Ce mobilier est par ailleurs composé principalement de rejets détritiques contemporains ou immédiatement postérieurs aux phases d’utilisation des structures.

9Au Teilleul, la confrontation des épisodes déterminés par la chronologie relative avec le mobilier n’a donné des résultats satisfaisants que dans certains secteurs. Ainsi par exemple, la céramique mise au jour dans le niveau de scellement de la forge (parcelle 1) se caractérise par des formes reconnues comme étant effectivement les plus tardives du site. L’étude de la répartition spatiale des structures, les modifications dans l’aménagement des entrées, la condamnation de certains passages et les agrandissements de certaines parcelles sont autant de paramètres permettant de reconnaître une évolution très nette dans l’organisation spatiale interne du site. On assiste ainsi, au Teilleul, à un développement de l’habitat qui associe la création de nouvelles unités et l’agrandissement de parcelle, correspondant à terme à une extension maximale du site.

10Sur les autres habitats, à l’exception du gisement de Louvaquint où les phases chronologiques sont plus larges, le mobilier médiéval, très homogène, ne permet pas de préciser davantage les épisodes relevés à l’aide de la chronologie relative. Inversement, ces épisodes observés à partir des recoupements de structures n’ont pas permis d’affiner la chronologie des lots de céramique, soit en raison d’une trop régulière homogénéité des lots, soit en raison d’un mobilier insuffisant.

11Les habitats de La Talvassais et de La Chaîne sont contemporains (au moins en partie) de celui du Teilleul. Quant au site de Louvaquint, les premiers indices de son occupation au haut Moyen Âge sont légèrement antérieurs. Le mobilier médiéval découvert dans les fossés est essentiellement de tradition carolingienne précoce, voire mérovingienne (viieviiie s.). Quelques tessons sont toutefois réalisés dans une pâte connue au Teilleul et dont les formes appartiennent à l’époque carolingienne. L’existence du gué et du chemin reliant les deux sites ainsi que l’orientation et l’organisation identique des parcelles sur les deux habitats vont dans le sens d’une contemporanéité au moins partielle de l’occupation des deux gisements (fig. 171). De la même manière, il n’est pas improbable que durant l’occupation du Teilleul, les terres de Louvaquint aient été réservées à l’agriculture, activité dont les témoins apparaissent clairement dans les échantillons carpologiques et palynologiques.

FIG. 171 ‒ Plan général des sites de Louvaquint et du Teilleul, séparés par le vallon.

dessin P. Nogues

  • 1 Seuls les niveaux de scellement au contact des labours ont livré des fragments d’oules à lèvre en b (...)

12Si les lots de céramiques mis au jour dans les structures sont peu abondants, une typologie de ces ensembles a toutefois pu être réalisée et permet d’enrichir un corpus mal connu dans le cadre des sites de consommation du haut Moyen Âge en Bretagne. Cette définition typologique a été établie à partir de caractéristiques tant technologiques que morphologiques. Les formes découvertes sur ces quatre gisements sont pour une grande majorité identiques à celles retrouvées sur les sites de consommation de Tinténiac et Janzé (Ille‑et‑Vilaine). Plusieurs formes présentent des similitudes avec celles produites dans les ateliers de de Guipel et Trans (Ille‑et‑Vilaine). La Normandie livre également quelques lots identiques. L’ensemble de ces sites offrent un corpus céramique dont la fourchette chronologique s’étend pour la majorité, du viiie à la première moitié du xe s.1, le ixe s. étant semble‑t‑il le mieux représenté.

13À Montours, comme à La Chapelle‑Saint‑Aubert, le mobilier céramique n’a pu être associé ni à un matériel métallique caractéristique, ni à des monnaies. Des datations 14C ont par contre été effectuées sur une dizaine d’échantillons (datation en trois lots) afin d’apporter quelques fourchettes chronologiques externes. Celles‑ci se situent entre le viiie et le milieu du xe s. au Teilleul, et entre le viie et le ixe s. à La Talvassais. Il s’agit de niveaux dans lesquels ont été trouvés des ensembles de céramique identiques à ceux de Guipel. Les charbons étudiés en association avec un mobilier caractéristique appartiennent à des vidanges de foyer, et donc à des bois utilisés comme combustible. Si les textes rapportent fréquemment que le bois réservé, le plus souvent coupé dans les forêts proches, était rarement stocké sur une longue durée, nous ne pouvons toutefois pas exclure la récupération de certaines pièces. La céramique la plus tardive a été mise au jour dans des niveaux de scellement de la parcelle 1 (au contact des labours), sur le site du Teilleul. Elle présente des similitudes avec le mobilier de Trans (dernière cuisson au cours de la première moitié du xe s.). Il serait intéressant de comparer ces derniers résultats avec ceux des sites à venir. Les sites de La Talvassais et du Teilleul sont les seuls à présenter une occupation ex nihilo, les gisements de Louvaquint et de La Chaîne témoignant dans leur périphérie d’occupations plus anciennes, mais discontinues.

8.1.3 Espace et parcelles : une gestion dynamique

14L’analyse de l’organisation spatiale des habitats et des ensembles de structures qui les composent n’est pas toujours évidente en l’absence d’éléments ordonnateurs tels que fossés ou clôtures. Lorsqu’il y a division, il est ensuite difficile de se baser sur le nombre d’espaces clos ou non clos, pouvant définir une unité dite « d’exploitation » ou encore « unité agricole ». On parlera d’unité pour désigner un espace occupé plus ou moins structuré à l’intérieur duquel est exercée une activité qu’elle soit classique et domestique ou plus spécifique et à vocation artisanale : une unité pouvant rassembler les deux fonctions à l’intérieur d’un même espace et pouvant être composée d’une ou de plusieurs parcelles (la difficulté réside alors dans la détermination de la contemporanéité de ces parcelles).

15Les fonctions des parcelles individuelles ou collectives, les ressources du lieu où elles sont implantées et les contraintes topographiques sont autant de paramètres à prendre en considération lors du développement de ce type d’étude.

16Sur le site du Teilleul, la taille des parcelles se situe le plus souvent entre 1 000 et 1 600 m2. À Louvaquint, les parcelles se poursuivent en dehors de l’emprise et n’ont pu être reconnues dans leur totalité. Les quelques exemples les mieux conservés couvrent une surface d’environ 1 600 m2 (enclos état F). La délimitation des espaces est moins claire à La Talvassais, mais les superficies des quatre secteurs dégagés sont respectivement d’environ 1 000, 1 225, 1 500 et 2000 m2. Toutes ces parcelles semblent étroitement liées. Dans la mesure où certaines rassemblent bâtiments d’habitation et structures annexes et où d’autres sont réservées à une activité bien spécifique, il est difficile de trancher quant à la définition précise d’une unité agricole et surtout au nombre de parcelles qui peuvent la composer.

17À Janzé (Ille‑et‑Vilaine), les fossés délimitent des espaces de 1000 m2 environ (Leroux et al. 1995 : 54).

18Aux Gaudines à Vieux (Calvados) (Couanon, Forfait 1991 : 29), le responsable de la fouille observe une concentration de l’habitat carolingien enclos dans un quadrilatère d’une surface d’environ 1 000 m2. Le site de Tinténiac/La Cocherais (Ille‑et‑Vilaine) présente un agencement proche de ce dernier, mais l’enclos est incomplet. Toutefois, de l’analyse du plan se dégage un schéma fossoyé globalement orthogonal. Les parcelles sont séparées par des axes de circulation. Trois parcelles ont pu être délimitées, l’une de 40 m de côté (vide de structures), la seconde de 60 sur 40 m (comprenant des structures de stockage et de combustion) et la troisième de 30 m de côté (comptant deux ensembles de fours domestiques) (Provost 1989).

19En Île‑de‑France, le terme d’unité d’exploitation est assez spontanément employé, l’unité regroupant habitation et structures annexes. Leur taille moyenne varie considérablement d’un site à l’autre. Si l’on met à part l’hectare de surface attribué à chacune de celles du site de Serris (Seine‑et‑Marne), on reste ailleurs dans des chiffres beaucoup plus habituels : de l’ordre de 240, 380 m2 pour celles de La Grande‑Paroisse (Seine‑et‑Marne) ; 1 000 m2 pour l’habitat de Rentilly à Bussy‑Saint‑Martin (Daveau 1993 : 203). Dans la plupart de ces exemples, on peut considérer qu’il n’a pas existé simultanément plus de trois unités agricoles. Le gisement de Rentilly, à Bussy‑Saint‑Martin (Seine‑et‑Marne), semblant intermédiaire, avec la présence de deux ou trois unités d’exploitation, chacune d’une surface moyenne d’environ 1 000 m2. La Grande‑Paroisse semble, par contre, avoir regroupé un nombre de parcelles nettement supérieur : pour une durée d’existence relativement courte, un peu plus de cinquante ans, on en identifie une douzaine (Petit 1993 : 200). À Serris, les unités avec forte densité de structures de nature variée, dispersées sur 1 ha de surface sont assez facilement reconnaissables (Foucray, Gentili 1995 : 201). Regard à Coupvray, toujours en Seine‑et‑Marne (Speller 1993 : 208) et Villiers‑le‑Sec (Val‑d’Oise) présentent trois unités. Ainsi, en règle générale, presque toutes les fouilles d’habitat du haut Moyen Âge d’Île‑de‑France, quelle que soit la surface étudiée, ont fourni entre une et trois unités d’exploitation, les sites plus importants comme Serris et La Grande‑Paroisse étant l’exception. Toutes ces observations sont bien sûr faites dans les limites des décapages. À Saleux (Picardie) (Catteddu 1995a), la taille des parcelles est supérieure à 1 000 m2, voire le double. À Genlis (Côte‑d’Or), les groupes de structures délimités non par des fossés mais par des espaces vides et une cohérence spatiale interne, s’organisent sur une surface de 1 600 m2 ou de 3000 à 3 500 m2 (Catteddu 1992).

20Des superficies identiques semblent donc revenir fréquemment sur bon nombre de sites que nous n’énumérerons pas ici, puisque ce n’est pas notre propos. Il semble, toutefois, que la taille de ces espaces occupés soit dans de nombreux cas directement liée à l’activité qui y est pratiquée. Si certaines unités regroupent en une seule parcelle un ou deux bâtiments (grange et maison), fonds de cabane, silos et foyers par exemple, d’autres témoignent d’une volonté de spécialiser la zone et d’y inclure plusieurs structures à vocation unique (artisanat, forge, cuisson, ou aire d’ensilage, etc.). Leur utilisation peut par ailleurs être individuelle (familiale) ou collective. Dans d’autres cas, l’unité d’exploitation associe une parcelle à vocation spécifique (ex. stockage ou fours domestiques) à d’autres accolées, regroupant la maison et ses dépendances (toutes ces parcelles ne se mettant pas nécessairement en place au même moment).

21À Montours, en dépit d’une structuration rigoureuse de l’espace, il est encore difficile de déterminer d’emblée si l’unité est ici représentée par une parcelle unique ou par plusieurs lots, même si ce dernier cas paraît probable. D’autant que la spécialisation de certains secteurs semble identifiable à un moment de l’occupation. Dès lors, la détermination du nombre d’unités ayant fonctionné simultanément reste hasardeuse, même si les parcelles présentent des recoupements clairement définis dans l’étude de la chronologie relative. Au Teilleul, trois grands pôles d’occupation ont été reconnus : l’un autour du bâtiment 1 (parcelle 1), le second autour des solins (parcelle 7). Le troisième regroupe structures de chauffe et quantité de fosses de rejet (parcelles 8 et 9) dans la partie nord du site (directement à proximité de fosses de stockages). Les autres parcelles semblent se rattacher à un moment donné à ces grands pôles mais il n’est pas non plus exclu qu’elles aient joué un rôle individuel à un moment précis de l’occupation (ex. parcelle 1). Sur le gisement de La Talvassais, où les quatre lots communiquent, et sur le site de La Chaîne, les parcelles semblent contemporaines et complémentaires et composer une unité qui évoluera ponctuellement dans le temps et dans l’espace (La Talvassais).

22Plusieurs fouilles sur de grandes surfaces ont mis clairement en évidence une dynamique interne d’implantation des unités au cours de la vie de certains de ces habitats. Cette dynamique a été observée clairement sur les sites de Montours, et plus particulièrement au Teilleul avec les changements des accès, les agrandissements des parcelles... Le déplacement dans l’espace des unités d’exploitation dans le cours de l’existence de certains habitats peut avoir plusieurs explications : augmentation progressive du nombre d’habitants, mais aussi changement d’activités, volonté de donner un caractère collectif à de nouvelles installations... À Saleux (Picardie) comme en Île‑de‑France, on observe une croissance du nombre d’unités agricoles et de leur taille, à mesure que l’on approche de l’an mille.

23Les unités sont souvent implantées d’une manière assez lâche dans ce qui constitue le site d’habitat. Des espaces vides, parfois larges de plusieurs dizaines de mètres les séparent les unes des autres et jouent un rôle déterminant dans la structuration du site. Par ailleurs, ces unités sont mises en place en tenant compte d’éléments structurants extérieurs tels que voies de communication, cours d’eau, accidents topographiques. L’implantation des sites en rupture de pente, dominant un cours d’eau et témoignant d’une structuration de l’espace n’est pas une exception.

24Les textes démontrent que certaines divisions de l’espace en parcelles suivaient des règles de dimensions plus ou moins strictes au haut Moyen Âge. « Au ixe s., le sol de la Bretagne est partagé en grandes divisions territoriales. Chacune des grandes circonscriptions porte le titre de pagus et renferme un nombre plus ou moins considérable de subdivisions, d’une étendue qui serait presque analogue à celle de nos communes ou paroisses actuelles. Ces subdivisions étaient nommées plou ou plebs. Dans les pays gallo‑francs (Rennes et Nantes), on les appelait vicaria ou centena ou encore condita. La villa en Bretagne au ixe s. se montre, dans les actes, accompagnée d’un vaste domaine, comprenant outre les terres labourables, des prés, des parcages, des bois, des landes, des cours d’eau et souvent des vignes. Il peut s’agir d’un important territoire, comme d’un simple hameau, consistant en une maison d’habitation (mansio), un grand champ (campus), coupé en cultures diverses, une prairie (foenum ou pratum), occupée par un tenancier. La prairie semble avoir été importante : point de manse sans prairie, point de campus sans un pré à côté. Une maison d’habitation (mansio), un campus, grande pièce de terre labourable consacrée aux diverses cultures de grains, avec un coin assez souvent réservé à la vigne, enfin un pratum ou foenum, une prairie, une terre à foin, telle était à cette époque la composition essentielle d’une tenue bretonne. La part du foin devait être dans la culture égale sinon supérieure à celle du grain. Tout campus était flanqué d’un pratum. » (La Borderie 1961.)

  • 2 Nous remercions M. Chèdeville, professeur à l’université de Rennes 2, pour ces informations et ses (...)

25Ainsi, l’Arpent, en plus de la maison et du jardin comportait 40 à 60 ares (une surface plus petite si la culture est celle de la vigne). Quant au finage paroissial, on sait que ses limites à l’époque carolingienne ne sont pas encore stabilisées. J.‑P. Brunterc’h, dans son ouvrage sur le duché du Maine et la marche de Bretagne (Brunterc’h 1989 : 83‑117) donne des informations sur la définition et l’évolution des termes centena, condita et vicaria ainsi que leur liste à l’ouest et au sud de la Neustrie et en Bretagne. Toutefois, cette piste de recherche n’a pu être exploitée dans le temps qui nous était imparti, d’autant que nous souhaitions aborder ce thème sous le contrôle d’historiens, et n’a pas donné de résultats satisfaisants. M. Chèdeville a très aimablement accepté de nous conseiller dans les premiers pas de notre recherche2.

8.1.4 Espace et activités : structures, mobilier et déchets végétaux

26Il convient donc d’être attentif non seulement à cette organisation de l’espace et à sa dynamique interne, mais aussi à l’existence d’aires à fonctions spécialisées au sein des habitats. D’autant que la taille des parcelles et leur évolution peuvent être précisément liées à l’activité qui y est pratiquée. « L’image de l’habitat au vie s. vu par Grégoire de Tours évoque déjà la juxtaposition d’unités agricoles indépendantes et de champs immédiatement voisins, les éléments descriptifs (Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, 11, MGH, Script. merovingic.) permettent d’induire en général la petite taille des demeures couverte de feuillage et au sol de terre battue. Des jardins jouxtent les habitations, parfois entourés d’une haie ou d’une clôture faite de pieux épointés. » (Lorren, Perin 1997 : 95.)

27Au Teilleul, les parcelles 1 et 8 livrent des structures domestiques classiques : bâtiments, silos, fosses‑dépotoirs, foyers. Le premier espace (parcelle 1) va ensuite être réservé au travail de la forge. D’autres semblent témoigner d’une volonté de spécialisation partielle ou totale des parcelles à un moment précis de l’occupation : des foyers sont regroupés dans le secteur 3 (parcelle 2) ; les fours se trouvent associés, dans les parcelles 8 et 9, à un nombre important de fosses de vidange. La fouille programmée réalisée au cours de l’année 2000 a par ailleurs permis de mettre au jour au moins deux nouveaux fours directement à l’est contre ce secteur. Faut‑il envisager le caractère collectif de certains aménagements. D’autres espaces restent vides de structures pendant, semble‑t‑il, toute l’occupation. Si ces espaces ont pu être réservés aux cultures, jardins ou parcage pour le bétail, nous n’exclurons pas, à la lumière des études réalisées sur le site, la présence d’aires de séchage, de dépiquage ou de battage, à proximité des zones de stockage et de chauffe (grillage ?), ces activités ne laissant souvent aucune trace. Le décorticage et le vannage sont attestés par les échantillons prélevés sur le site.

28À La Talvassais, l’occupation se caractérise par l’alternance de zones à forte ou faible concentration de structures. Les structures de combustion sont généralement un peu à l’écart dans un secteur plus dégagé (four 619, établi sur des silos comblés). Ailleurs les silos côtoient des fosses à fonction indéterminée. Les fosses probablement liées à l’extraction des matériaux sont davantage présentes dans la partie sud, en haut du site. La parcelle située à l’est du gisement est réservée en partie au moins à la forge.

29À La Chaîne, les foyers excavés sont regroupés dans la partie ouest du site, et autour du bâtiment principal El.

8.1.4.1 Les bâtiments

  • 3 E. Peytremann (1995 : 5) précise dans sa synthèse sur les bâtiments que les bâtiments à une nef son (...)

30Les bâtiments de plain‑pied, à ossature en bois (poteaux plantés) se retrouvent sur tous les sites du haut Moyen Âge de l’Europe du Nord‑Ouest. Ceux de Montours s’inscrivent dans la lignée de ces constructions et ne présentent pas de caractère particulier. Le plan de ces structures est rectangulaire à une nef, avec dans plusieurs cas, un rétrécissement sur un petit côté3. Une probable galerie de façade a été relevée à La Chapelle‑Saint‑Aubert. Des plans identiques ont été observés à Bussy‑Saint‑Georges (Buchez 1995 : 111). Ils apparaissent sous la forme d’alignements de trous de poteaux délimitant des surfaces rectangulaires d’une superficie variable. Les murs intégrant les supports de bois étaient le plus souvent construits en torchis. La toiture, vraisemblablement à deux pans, était couverte de chaume ou de bottes de jonc. Aucun niveau de sol ou de circulation n’était conservé.

31Les bâtiments de Montours couvrent des surfaces de 20 à 40 m2 au Teilleul, 30 m2 à La Talvassais et 50 m2 à La Chapelle‑Saint‑Aubert. Ces dimensions paraissent restreintes par rapport aux sites des régions voisines, mais plusieurs plans identiques ont été observés à Servon/Arpent‑Ferret (Gentili 1993 : 180). À Saleux, les bâtiments se distinguaient également par leur taille restreinte par rapport aux autres sites (surfaces entre 30 et 45 m2 dont trois entre 25 et 27 m2). En Île‑de‑France, les surfaces de ces bâtiments de plain‑pied atteignent le plus souvent 100 m2. Il en est de même plus au nord (Juvincourt‑et‑Damary dans l’Aisne) où les bâtiments étudiés ont une superficie de 80 m2 environ.

32Plus près de Montours, à Janzé, plusieurs bâtiments présentent des plans similaires rectangulaires, à nef unique, dont la superficie est identique (20 m2 en moyenne). Les plans à petit côté trapézoïdal sont également représentés (Leroux et al. 1995 : 54, 58). Les bâtiments relevés à Tinténiac semblent également couvrir des surfaces peu importantes.

33La fonction de ces ensembles n’a pas pu être déterminée en l’absence de conservation de niveaux de sol. Leur attribuer avec certitude une fonction d’habitation, de grange ou d’annexe (greniers, resserres ou étables) reste donc hasardeux, même si elle peut être envisagée.

34Le site du Teilleul se démarque par la présence de deux autres techniques de construction : l’une sur solin de pierres, l’autre sur sablière basse probable. Le bâtiment 1 présente, semble‑t‑il, des réaménagements mais son plan rectangulaire est clairement identifiable malgré un important arasement. Sa superficie est de 42 m2.

35Les trois bâtiments sur solins, malheureusement incomplets, dont nous n’avons conservé que la première assise, ont été également relevés. Des blocs bien équarris et parementés étaient disposés régulièrement en deux rangs entre lesquels étaient disposés des petits blocs irréguliers en vrac. Le matériau était récolté sur place. Il s’agit d’un granit rose encore extrait aujourd’hui à proximité. Les meules découvertes sur le site étaient taillées dans ce même granit.

36Des bâtiments sur solins ont été retrouvés à Vieux en Calvados ixexe s.), mais dans un meilleur état de conservation. Ce type de bâtiment n’est pas unique dans la plaine de Caen (Couanon, Forfait 1995 : 163‑164). En effet, Claude Lorren et Valérie Renault, sur le village de Trainecourt à Mondeville, ont fouillé plusieurs fermes contemporaines de celles de Vieux (Lorren 1989 : 439‑465 ; Renault 1994). Cette technique a également été étudiée à Torcy‑le‑Petit (milieu viieixe s.) (Beague‑Tahon, Georges‑Leroy 1995 : 175). Mais comme en Normandie, ces bâtiments sont de taille plus importante.

37L’architecture de terre et de bois est la mieux représentée par quelques bâtiments dont subsistent encore les trous de poteaux. Des fragments de torchis et de clayonnage ont été retrouvés çà et là, sur les quatre sites.

38L’utilisation de la pierre, et en l’occurrence du granit, pour la construction de l’habitat rural (murs et solins) courante à l’époque gallo‑romaine, est devenue plus rare au haut Moyen Âge. Les édifices religieux bénéficiaient de ce matériau pour leurs fondations. Autour du xe s., il semble que la pierre soit également ponctuellement employée pour des bâtiments sur solins dont la fonction n’est pas toujours déterminée (Mondeville et Vieux). Ces solins pouvaient servir de base à des murs en torchis.

8.1.4.2 Les structures de combustion

39Elles sont présentes sur l’ensemble des sites sous diverses formes :
‒ des foyers excavés classiques, de petite dimension, présents au Teilleul, à Louvaquint, La Talvassais et La Chaîne ;
‒ des foyers semi‑excavés arasés au Teilleul ;
‒ des tranchées‑foyers à La Talvassais et à La Chaîne ;
‒ des fours au Teilleul et à La Talvassais.

  • 4 À Torcy‑le‑Petit (Beague‑Tahon, Georges‑Leroy 1995 : 179), les fours se localisent près des maisons (...)
  • 5 La technique de restitution de la chaleur aux aliments, après accumulation de celle‑ci par les paro (...)

40Si ces structures sont observées sur la plupart des habitats du haut Moyen Âge, leur fonction exacte n’est pas toujours déterminée avec précision. Leur répartition spatiale traduit soit une volonté de concentration, soit un souci d’isolement par rapport aux autres faits4.
Les fours découverts au Teilleul et à La Talvassais semblent, en l’absence d’échantillons plus caractéristiques, avoir été utilisés pour des activités domestiques (cuisson des aliments ou préparation du grain ?)5. Ils montrent dans les deux cas plusieurs reconstructions de la sole. Les fosses contenant des rejets de foyer, associées ou non à ces structures, sont très nombreuses.

41Des tranchées‑foyers ont également été découvertes à Tinténiac (Provost 1989) ainsi qu’à Creach’Gwen à Quimper (Menez, Batt 1988 : 131). Dans ce dernier site, les structures présentent des aménagements internes. Les tranchées‑foyers découvertes à La Talvassais et à La Chaîne sont plus proches de celles de Tinténiac, quoique moins bien conservées. La plupart de ces dernières ont fonctionné ouvertes. Nous ignorons si leur rôle est à mettre en relation avec le grillage ou le séchage des grains avant leur ensilage.

42Certains dépôts dégagés des fosses du Teilleul (parcelle 8) peuvent correspondre à des résidus de grillage des céréales. Certains vestiges céréaliers sont le résultat de torréfactions ou de simples séchages pouvant être réalisés dans des foyers ou des fours à proximité. À Tinténiac, les foyers sont disposés en couronne ou groupés, à la manière d’une aire de travail, avec une zone cendreuse en périphérie. Des trous de poteaux sont implantés sur leur pourtour (soutènement d’une couverture ?). Ces mêmes observations ont été faites pour les foyers du Teilleul, situés au nord du site. Le seul prélèvement carpologique réalisé dans le cendrier 2329 du four 2238 a livré trop peu de semences pour illustrer ces pratiques avec certitude.

8.1.4.3 La métallurgie : les forges

43Les fouilles des sites du Teilleul et de La Talvassais ont mis en évidence les témoins du travail du fer, qui ne paraît pas toutefois réunir les différentes opérations métallurgiques puisque seul le traitement du forgeage d’objets usuels a été reconnu. Plusieurs contextes ont livré des déchets de métallurgie sous la forme de scories, dont certaines, présentant des traces de vitrification, adhéraient encore à des morceaux de sole ou de paroi de fourneau. Associés à ce contexte, des creusets, ou culots de forges ont été relevés à La Talvassais, rejetés dans un fossé non loin d’un four.

44Les tuyères découvertes sur ce même site ont été mesurées très précisément. Parmi ces résidus de production métallurgique, certains semblent avoir une teneur en fer assez élevée. Plusieurs culots de four ont été identifiés. Une étude plus poussée et des découpages des scories pourrait peut‑être déterminer la présence d’une petite activité de transformation.

45À partir de ces témoins (scories, culots de fonderie, débris de four ou de feu de forge), il est possible d’envisager un travail métallurgique local, tourné essentiellement vers le forgeage. Cette situation semble révéler une certaine autonomie de ces deux habitats, au moins pour la réparation des outils ou autres ustensiles, si ce n’est pour la fabrication.

  • 6 Ces informations nous ont été communiquées par les géologues travaillant sur ce tracé.

46Au Teilleul, comme à La Talvassais l’étude de la répartition spatiale des battitures a permis de cerner assez précisément l’espace réservé à cette activité. Au Teilleul (parcelle 1, devant le bâtiment 1), ce secteur a également livré des déchets d’objets et la majorité des éléments métalliques très altérés et fragmentés, le tout associé à de petites scories vitrifiées et parois de fours. Plusieurs petits foyers excavés à cet endroit peuvent être mis en relation avec ce travail. Sur le site de La Talvassais une étude anthracologique a permis de préciser le type de combustible employé dans les fours et foyers (Marguerie, Renaudin 1997). Il semble que plusieurs filons ferreux assez riches soient présents à proximité, sur la commune de Saint‑Germain‑en‑Coglès6. Ces mêmes filons sont également présents dans la vallée de la Minette, à quelques kilomètres au sud de la commune. Pour être façonné, le fer est rendu malléable par de multiples réchauffes dans un foyer activé au bois.

47En l’absence d’analyses métallographiques sur les objets en fer découverts lors de la fouille (tous ces éléments ont été radiographiés), il est difficile de connaître les techniques de forge utilisées (cémentation, trempe, nitruration...). Les nombreuses battitures témoignent d’un long travail de réparation.

8.1.4.4 Le mobilier

48Le mobilier, ouverture sur la vie quotidienne, est ici peu abondant. Il s’agit essentiellement de mobilier céramique : cruches, vases de stockage, vases à cuire... L’importante fragmentation de la vaisselle et sa répartition spatiale, vont plutôt dans le sens d’un dépotoir en épandage. Deux lissoirs en verre et un jeton en pâte de verre ont été trouvés au Teilleul.

49Aucun fond de cabane, ni de mobilier pouvant attester une activité de tissage (à l’exception de deux fusaïoles au Teilleul) n’a été repéré sur ces gisements. Seules les études carpologiques signalent la présence de lin sur le site du Teilleul. Certaines fosses dont le fond et la paroi étaient tapissés d’argile peuvent être mises en relation avec la décantation du lin et du chanvre comme cela a été observé sur le site de Vieux (Couanon 1990). Plusieurs fragments de meule ont été dégagés sur les quatre sites.

50En zone humide, un fragment de maillet est le seul outil en bois découvert. Le mobilier en os, généralement très présent sur les gisements du haut Moyen Âge, n’a semble‑t‑il pas résisté à l’acidité du sol.

51Le mobilier métallique est peu représenté, mais, sous la forme de quelques déchets de forge et de scories, il a toutefois permis de reconnaître la présence d’une activité métallurgique sur deux sites (Le Teilleul et La Talvassais). L’étude de la répartition spatiale des pierres à aiguiser est d’ailleurs significative sur le site du Teilleul.

8.1.4.5 Les fosses et structures de stockage

52Les fosses sont les structures les plus courantes sur les sites ruraux de cette époque. Si par la forme il est possible d’apparenter certaines d’entre elles à des silos, d’autres ont été creusées pour des motifs souvent indéterminés. Certaines sont probablement des fosses d’extraction de limon destiné à la fabrication du torchis (à La Talvassais, zone 4) ; d’autres peuvent avoir été utilisées pour le stockage des céréales, du fumier ou du fourrage.

53Le nombre d’éléments implicites entrant dans la notion de silo est si important qu’il n’est pas aisé lors de la fouille, de définir et distinguer clairement la fosse destinée à l’ensilage parmi les nombreuses fosses rencontrées sur la plupart des sites d’habitat. Il est plus facile de dire ce que le silo n’est pas : fosse d’extraction de terre, cendrier, que de le caractériser par des traits exclusifs. Bien sûr, la forme de la fosse et le soin attaché à sa réalisation sont généralement deux critères déterminants pour l’identification de la structure. Le silo peut aussi se définir par des parois et un fond réguliers, particularité destinée à optimiser la rentabilité du creusement et à favoriser l’entretien et la réutilisation du silo (Ruas 1990 : 76).

54On rappellera que les accidents survenus au cours du creusement, de l’utilisation ou après l’abandon peuvent modifier sensiblement la configuration initiale du silo et rendre alors encore plus délicate l’interprétation fondée sur ces seuls critères morphologiques. Quant au contenu de la fosse, il ne peut souvent que témoigner d’une fonction secondaire. Comme la plupart des structures en creux, les silos sont dans la majorité des cas transformés en dépotoirs après leur abandon.

55Les grandes fosses F1901 et 1919 (parcelle 8) du Teilleul étaient tapissées d’argile. Cette particularité nous amène à évoquer les fosses de décantation, pour le lin par exemple, ou le rôle de citerne (ou récupération d’eau), mais aussi, comme pratiqué encore au siècle dernier dans certains pays, les fosses réservées pour la macération et la germination des grains qui seront ensuite grillés sur des branchages entrelacés. L’une des fosses du Teilleul (F 1901) rappelle le fait 581 de Tinténiac/La Cocherais (Provost 1989) pour lequel la fonction de réserve d’eau n’est pas exclue. Au Teilleul, les structures excavées de grandes dimensions sont toujours situées à proximité de bâtiments (parcelles 1, 7, 8).

56Les silos mis au jour à Montours appartiennent à un type usuel dans une large partie de l’Europe pendant le premier millénaire de notre ère. Ces structures de stockage sont réparties selon plusieurs schémas : des groupements plus ou moins importants de silos ou greniers sur pieux autour d’une habitation dans une unité agricole donnée (parcelle 1 du Teilleul) ; des aires regroupant silos et/ou greniers dans une parcelle annexe (parcelle 2 du Teilleul). Sur les sites de La Talvassais et du Teilleul, ils sont souvent regroupés en batteries (parcelle 1 du Teilleul). Toutefois, nous les trouvons également épars sur ce dernier gisement (secteur 2), mais non loin d’un bâtiment, d’un foyer ou un four (parcelle 8).

  • 7 À Bauné/Les Cinq Chemins (Pays‑de‑la‑Loire), les structures de stockage sont concentrées en batteri (...)

57À Tinténiac, les silos semblables à ceux découverts au Teilleul et à La Talvassais présentaient une organisation structurée (Provost 1989 : pl. 24‑25). On les trouve associés à des tranchées‑foyer et des fours ; à des foyers et des bâtiments et d’autres à des fossés d’enclos. La plupart sont accolés, en batterie7 et recoupés à la marge. Des observations identiques ont été faites à Villiers‑le‑Sec et Baillet‑en‑France. On trouve un autre exemple à Rentilly (Seine‑et‑Marne) où les silos sont à la fois dans les unités d’exploitation et dans des unités spécifiques (Daveau 1993 : 202‑203).

58À Montours, l’étude des tailles et des volumes n’a pas apporté de précisions permettant de distinguer des groupes. Les structures présentent par ailleurs peu d’effondrements de paroi. La majorité des volumes se situe entre 0,5 et 2,8 m3. Les mêmes chiffres sont apparus lors des études des sites d’Île‑de‑France où la majorité des volumes utilisés est comprise entre 0,5 et 1,5 m2 pour l’ensemble des périodes entre le viie et le xie s. Les chercheurs constatent toutefois à côté de ces groupes, la présence de silos de plus grande capacité qu’ils attribuent à la phase plus tardive des xe et xie s. (Gentili 1988 : 219). À Montours, des fosses de grand volume ont été fouillées, mais aucun indice ne permet de les rattacher à une fonction de stockage.

59Les fosses ovales à paroi évasées se distinguent de l’ensemble des silos car elles n’ont pas subi la même dégradation : leur comblement ne révèle aucune couche d’effondrement d’argile et la paroi n’est pas érodée. Les observations stratigraphiques s’accordent avec le profil de ces fosses pour interdire la restitution de parois en surplomb (Ruas 1990 : 82). Il peut donc s’agir de fosses à ciel ouvert. Leur fonction est peut‑être à mettre en relation avec un ensilage temporaire, leur protection étant assurée par une couverture végétale ou de terre. L’ensilage semi‑enterré (larges fosses) est une technique souvent destinée à la conservation d’autres produits que les grains ainsi protégés du gel, ou encore pour la fermentation de plantes fourragères.

60À Montours, la plupart des silos sont comblés après leur abandon par un apport progressif de déchets domestiques (reliefs culinaires, vidange de foyer, balayures...). Lorsqu’il est très lent, ce qui n’est pas souvent le cas ici, semble‑t‑il, le comblement anthropique peut alterner avec un colluvionnement, créant des interstrates entre les dépotoirs successifs. Ici, le comblement anthropique prédomine. Dans le cas d’un comblement naturel massif (colluvionnement par exemple), certains auteurs envisagent un possible éloignement de l’habitat, voire sa disparition. Toutefois, sur les sites concernés par cette étude, la répartition spatiale de ces silos n’a livré aucun résultat significatif. Le comblement immédiat par un dépôt massif de déchets domestiques ou de terre rapportée est le mieux représenté. On remblaye, semble‑t‑il les silos inutilisables ou inutilisés afin de préserver la salubrité et la cohérence du sol autour des silos encore en fonction. Si la durée de vie d’un silo reste difficile à estimer, elle pose également le problème de la protection entre les phases d’utilisation. On observe d’ailleurs au Teilleul et à La Talvassais des traces de poteaux sur le pourtour des silos.

  • 8 Grégoire de Tours nous laisse quelques témoignages de la vie dans les « villages » au vie s. : « on (...)

61Paradoxalement, au Teilleul, l’outillage nécessaire à la transformation des grains n’apparaît pas à l’exception de quelques rares meules. Celles‑ci sont mieux représentées à La Talvassais8.

62Le second mode de stockage reconnu est le grenier sur pieux. Plusieurs types se distinguent par leur surface et le nombre de poteaux porteurs (témoignant souvent de reconstructions). À Montours, ils sont à quatre poteaux, de plan quadrangulaire comme à Servon (Seine‑et‑Marne) et à Tournedos (Eure) (Carré, Guillon 1995 : 150). Ils couvrent une surface de 6 à 16 m2 environ. Ces dimensions sont identiques à celles observées à Genlis (entre 6 et 15 m2). À Sertis, ils sont quadrangulaires ou polygonaux. Des petits greniers hexagonaux ou polygonaux ont également été relevés à La Grande‑Paroisse et à Genlis. Ces structures dont la plate‑forme était souvent couverte pouvaient également jouer un rôle de séchoir à épis.

63Les céréales en grains pouvaient donc être stockées dans les silos souterrains sur une plus ou moins longue durée, tandis que les céréales en gerbes nécessitaient plutôt un battage différé. Il était ensuite possible de les mettre à sécher sur de longues perches horizontales (gerbiers). Le stockage pouvait alors se faire dans un abri couvert. Les greniers surélevés convenaient bien à l’entrepôt des céréales en épis. Enfin, les grains vêtus et, notamment, ceux de l’orge, pouvaient être grillés pour faciliter l’élimination des balles ou en association avec d’autres espèces.

64Les résultats des études carpologiques menées sur Le Teilleul apportent de nouveaux éléments illustrant certaines étapes dans les traitements des récoltes de céréales et de lin. Certes, toutes les fosses n’ont pas fait l’objet d’une étude carpologique, mais notre choix de prélèvement concerté a été réalisé de manière à fournir un échantillonnage représentatif pour restituer ces activités.

65Les fosses 2207, 2209 et 1955 (US 5) du Teilleul sont les plus pertinentes en raison de la conservation des issues de décorticage (vannes, tiges et mauvaises herbes). Les vestiges de lin présents dans la fosse 2209 (US 5) sous la forme de fragments de capsules et de graines sont les résidus d’un stock peut‑être détruit par l’incendie d’une réserve. Le cas échéant, ils témoigneraient du battage du lin avant son stockage. Les sites contemporains voisins de La Cocherais/Tinténiac et de Péran (Plédran) en ont également livré (Ruas 1990).

66Le remplissage de la fosse 1955 témoigne en outre, de la confection de litière animale composée de frondes de fougère, de jeunes branchages et de paille de seigle (principalement).

67Le fond de la fosse 2209 était composé d’un lit de grains d’avoine mêlés d’orge, de seigle, de blé et de lin, ainsi que d’un nombre important d’excréments de petits commensaux (Rongeurs). Ces derniers indiquent que les céréales ne pouvaient pas avoir été stockées dans cette fosse avant leur carbonisation car l’atmosphère interne d’un silo peu après son bouchage est saturée en gaz carbonique et ne permet pas même à des insectes d’y survivre. Ces excréments abondants à deux reprises dans ces dépôts riches en grains et dans la fosse 1955, en vestiges de paille, semblent bien avoir été mêlés à ces produits dès la combustion. Il est fort probable que les semences et la paille aient été brûlées lors de l’incendie d’une réserve aérienne (grenier). À ce propos, les restes d’avoine de la fosse 2209 indiquent qu’on avait dû entreposer des grains vêtus après un battage. Le vannage et le décorticage n’étaient probablement pas réalisés si cette récolte était destinée à des animaux (ovins ? Équidés ?). La proportion de semences sauvages et de vannes conservées par rapport aux grains de céréales ne s’élève toutefois dans l’US 5 qu’à 9 % contre 83 % dans l’US 5 de la fosse 1955. Une incertitude demeure donc pour cette dernière hypothèse.

8.1.4.6 Cultures et pratiques agropastorales : céréales, lin et prairies

  • 9 Les céréales récoltées par tranchage (clovix) étaient sans doute ensuite battues au fléau puis vann (...)

68L’absence d’un quelconque outillage conservé sur le site ne nous permet pas d’apporter des éléments sur les techniques agricoles à cette époque dans le Coglais. Seuls les restes de productions végétales conservés par le biais du stockage témoignent concrètement de l’agriculture9.

69L’étude de la nature des déchets montre que plusieurs mélanges ont été délibérément réalisés entre les produits de diverses récoltes. Les corrélations entre les mauvaises herbes d’une parcelle et l’espèce semée ne sont donc plus évidentes. Les exigences et préférences écologiques des espèces sauvages témoignent, néanmoins, des conditions culturales des terres ensemencées et des milieux exploités entre la fin du viiie et le début du xe s.

70Les restes des six céréales et du lin informent des types de culture conduits dans le terroir du Teilleul. Mais, leurs proportions relatives dans les dépôts archéologiques ne peuvent être directement utilisées pour en déduire leur importance réelle dans la production agricole du hameau. De plus, l’absence de légumineuses et de fruits n’indique pas forcément que ces plantes n’étaient pas exploitées en Bretagne. De la féverole (Vicia faba) est attestée dans les cendres de tranchées‑foyers à La Cocherais (Tinténiac, Ille‑et‑Vilaine) (Ruas rapport inédit 1990), site voisin du Teilleul et dont l’occupation a été datée du xe s. Mais ces restes sont anecdotiques. En revanche, les proportions numériques entre les céréales abondantes livrent une image très proche de celle du Teilleul puisqu’on y retrouve les grains d’avoine en première position, ici l’avoine sableuse (Avena strigosa) et le seigle, plus abondant sous forme de paille. Comme à La Cocherais, le froment occupe une place secondaire, le lin se manifeste dans une seule fosse (F2209) mais en bonne densité (7 % de la totalité des graines cultivées) et l’orge et le millet sont discrets.

71Si les seuls échantillons du Teilleul sont insuffisants pour caractériser la série des productions végétales, la ressemblance des résultats avec ceux de La Cocherais apporte des indices intéressants sur la place de l’avoine en Bretagne au haut Moyen Âge. Même si les échantillons étudiés dans ces deux sites proviennent d’aires où les activités sont spécialisées autour de structures de combustion, l’avoine et le seigle, d’après leurs déchets respectifs, ont manifestement joué un rôle important dans cette région. Il faudrait connaître la part de l’élevage dans l’économie de ces unités agricoles car il a dû orienter le choix des cultures à conduire. L’avoine est, en l’occurrence, une denrée qui semble plutôt associée à l’emploi du cheval pendant cette période. Les textes du ixe s. en Picardie la mentionnent comme culture de printemps et semblent la confiner aux domaines riches dotés de chevaux à fonction militaire (Fossier 1987 : 129). Les herbages, sous la forme de prairies fauchées et/ou pâturées occupent d’ailleurs une portion importante du saltus dans le nord de la Francie occidentale, comme en Frise et en Angleterre. Ils assurent l’entretien d’un cheptel plus développé dans ces régions (Rouche 1986 : 475). Les déchets de probables litières riches en graines de plantes de prairies humides s’inscrivent probablement dans un tel système agraire. Les cortèges d’adventices culturales attestent, en parallèle, l’existence de deux saisons de semailles et la mise en valeur de sols variés et contrastés (tabl. vi et fig. 58). Les trois cortèges, adventices et prairial, sont présents dans tous les dépôts en sorte qu’on ne peut pas connaître la contribution de telle céréale à la présence de tel cortège. Dans les fosses 2207 et 2209 où l’avoine prédomine amplement, les deux groupements d’adventices de semis hivernaux sont plus abondants que celui des estivales (fig. 58).

72En examinant les hauteurs maximales de croissance de ces mauvaises herbes, on constate que le cortège des moissons sur sol sableux comporte des espèces de petite taille qui ne s’élèvent qu’à 25‑40 cm (Rumex acetosella, Stachys arvensis, Spergula arvensis) (tabl. vi). Les adventices des semis d’automne/hiver sur sol calcaire et celles des cultures d’été ou de terres sarclées dépassent les 40 cm de hauteur. Ces valeurs indiquent que les moissons avaient dû être réalisées à deux hauteurs, les unes assez basses, les autres au moins à mi‑tige. Ces dernières laissent dans le champ un chaume mi‑long qui peut faire l’objet d’une deuxième récolte, être brûlé puis enterré ou être brouté comme les chaumes courts laissés par le premier type de moisson. Parmi les restes de tiges de graminées conservés dans la fosse 1955, nous avons relevé la présence de toutes les parties constitutives depuis le collet d’où émergent des racines, jusqu’au premier nœud de l’infrutescence. Les cinq bases de tiges avec racines montrent qu’ils proviennent de l’arrachage des plants. Il serait extrêmement intéressant de savoir si ce procédé constituait une autre pratique de récolte ou le résultat même d’une pâture sur chaume puisque ce dépôt évoque la composition d’une litière animale.

73Les sources écrites bretonnes très laconiques pour les premiers siècles médiévaux ne sont vraiment informatrices qu’à partir du xie s. Le froment au début de ce siècle est trois fois plus cité que le seigle. Ce dernier est, en revanche, plus fréquent dans les actes bretons que ceux du Bassin parisien, et apparaît comme « la céréale normale » des sols armoricains. Quant à l’avoine, moitié moins citée que le seigle, elle était parfois destinée à d’autres animaux que les chevaux. Une terre des moines de Quimperlé, est affranchie « du droit en avoine destinée aux chiens » en 1096 par le duc Alain. À la fin du xie s., un pain confectionné à partir de seigle, d’avoine ou d’orge appelé « gros pain » était consommé par les populations (Chèdeville, Tonnerre 1987 : 336‑337). Ces mentions décrivent une situation quelque peu différente de celle entrevue par les données carpologiques à propos du rôle que tenait chacune de ces céréales. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer et l’écart chronologique entre les deux types de sources occulte probablement l’évolution de leur statut dans l’économie régionale. Les documents concernant des aveux et terriers du xvie s. réfèrent tous à l’emploi de l’avoine comme redevance des corvées dues en nature pour les villages du Teilleul et de Louvaquint (cf. supra chap. 1). Est‑ce un signe de la pérennité de son implantation parmi les cultures locales depuis au moins le ixe s.?

74La pratique d’un double semis dans l’année et l’exploitation de pâturages laissent envisager un système cultural complexe alliant rotations triennales et assolement dont témoignent les textes du ixe s. pour les terres des grands domaines seigneuriaux (Fossier 1987). La rareté des mentions d’avoine dans les textes bretons avant le xiiie s. suppose cependant que l’on pratiquait peu le cycle triennal (Chèdeville, Tonnerre 1987).

75Au Teilleul, deux avoines étaient exploitées et, plus particulièrement, l’avoine des terres pauvres et acides, Avena strigosa. Sa prépondérance est ici un fait remarquable car, d’une part, l’avoine cultivée, A. sativa la plus courante, n’est jamais dominante dans les sites du haut Moyen Âge en France, d’autre part, elle est rarement découverte dans le pays où elle apparaît très localisée. Le contexte historique expliquerait sa présence accusée parmi les déchets agricoles du Teilleul.

76Quatre découvertes carpologiques de cette avoine sont signalées actuellement en France, principalement à l’est du pays dans des niveaux protohistoriques et une, incertaine de l’âge du Fer dans l’Aude (Marinval 1988). Hormis le camp de Péran (Plédran, Côtes‑d’Armor) daté du xe s. et sa mention au Teilleul dans les niveaux du ixe s., elle n’a été reconnue, pour l’heure, dans aucun autre site médiéval français. Bien que la culture des formes diploïdes du groupe strigosa soit répandue dans les zones montagneuses du sud‑ouest de l’Europe (Portugal, Espagne) (Holden 1975 ; Zohary, Hopf 1988), force est de constater qu’en Europe septentrionale, ses mentions carpologiques datées du viie au xe s. la cantonnent en Frise orientale comme à Haithabu (Behre 1969) ou à Middels (Behre 1973), en Scandinavie (Müller‑Wille et al. 1988) et aux Pays‑Bas (Van Zeist, Palfenier‑Vegter 1979). La période viking en Allemagne du Nord est marquée par son apparition (Müller‑Wille et al. 1988). En Angleterre, Avena strigosa est moins fréquente, mais les occurrences d’avoines augmentent au cours de la même phase (Greig 1991).

77La culture de l’avoine sableuse se répand donc à la suite des incursions vikings sur les côtes européennes dans le nord de l’Allemagne, les Pays‑Bas et les îles Britanniques. En France armoricaine, on peut supposer qu’elle a été introduite par la même voie et qu’elle constitue, à Péran et au Teilleul, un marqueur de l’influence Scandinave dans cette partie du pays. A‑t‑elle été imposée afin de payer le tribut exigé périodiquement par les Danois qui remontaient alors les cours de la Loire et de la Seine (Rouche 1986) ? Provient‑elle plutôt des commerces vikings qui ont alors supplanté le marché frison ? Qui sont les communautés qui la cultivent à Péran, au Teilleul ? Pourquoi des sites des ixexe s., localisés dans l’aire de création de la future Normandie, à Gaudines près de Caen (Ruas, Pradat 1997a) à Fécamp près de Rouen (Renaud 1970), voire plus au sud, à Distré près de Saumur sur les rives de La Loire (Ruas, Pradat, 1997b), n’en ont‑ils pas livré ?

78Autant de questions qui ont trait au peuplement de la Bretagne, à ses relations avec le Regnum Francorum et à celles que les communautés bretonnes entretiennent avec le sud de l’Angleterre. L’abondance des restes d’avoine (au sens large) en Armorique carolingienne est, en effet, frappante et peut être révélatrice d’importations de produits sinon de techniques au regard de sa fréquence en Grande‑Bretagne (Greig 1991). Les voies de communication nouvelles aux viieviiie s. font des ports de Rouen et surtout de Quentovic, des « points de convergence des échanges avec les Anglo‑Saxons ». Aux ixexe s., s’exportent depuis Noirmoutier vins parisiens et sel tandis qu’arrivent d’Angleterre, des étoffes, de l’étain et des céréales (Rouche 1986 : 494‑495).

79Bien que le spectre des cultures pratiquées dans le finage du Teilleul soit tronqué en raison de la spécialisation du secteur échantillonné, il offre une palette complète des céréales exploitées en France carolingienne. Cette production agricole, illustrée par les semences brûlées issues de litières animales, de pailles et d’incendies et/ou de grillages, semble revêtir un caractère régional. L’avoine sableuse et le seigle sont adaptés aux sols pauvres et acides. Toutefois, plus qu’une contrainte écologique, il semble que la place de l’avoine dans ces productions bretonnes tout comme la présence de froment et du lin, cultures exigeantes, s’inscrivent à cette époque dans le mouvement de croissance agricole (Toubert 1990). Le terroir du Teilleul, par la variété des sols mis en valeur, a offert, semble‑t‑il, la possibilité d’exploiter des plantes plus domestiques (millet, orge, seigle) à côté de plantes de rapport (froment et lin). Mais le système semble tourné vers l’activité pastorale qui justifie probablement le choix de produire de l’avoine et d’intégrer la zone humide du vallon dans l’agrosystème, à l’image des communautés outre‑Manche avec lesquelles les contacts apparaissent ici patents. On regrettera que l’acidité du sol n’ait pas permis la conservation du moindre fragment d’os. Une bonne conservation de la faune aurait en effet permis une confrontation des données des plus intéressantes.

80Les plantes de prairie fraîche pâturées sont bien illustrées et les échantillons signent l’existence d’un élevage d’animaux herbivores. Ce type de prairie se rencontre notamment sur des limons moyennement acides, pourvus en eau. Cette formation devait côtoyer la végétation hydrophile des grèves alluviales dans le fond de vallon. Le secteur du hameau où se concentrent les structures de chauffe a pu être voué aux traitements de la masse céréalière, mais il faut reconnaître qu’aucune preuve tangible autre que celles des vidanges dans les fosses, ne vient étayer cette hypothèse.

81La recherche effectuée en archive par C. Rapine, orientée, dans le cadre de la fouille, vers des sources permettant d’appréhender la mise en place d’une organisation territoriale dans le secteur étudié et de sa mise en valeur après la période carolingienne n’offre pas de bilan conséquent.

82Il faut en effet attendre le xvie s. pour voir les aveux et terriers mentionnant les fiefs du « Teilleul, de Louvacain et de La Talvassais ». Un terrier de 1512 recense l’ensemble du petit fief du Teilleul dont le centre semble être une exploitation composée d’une maison avec une cour à l’avant et un jardin. S’ajoutent à cela six pièces de terre. Jamais il n’est indiqué la culture qui y est pratiquée. Toutefois, l’aspect fortement agricole du secteur est souligné ainsi que les corvées et rentes notamment en avoine. Hormis une mention de tanneries présentes à Louvaquint, et quelques moulins signalés dans le secteur, il n’y a pas d’autres activités que l’agriculture.

8.2 Environnement et parcellaire : la structuration d’un paysage

83En dehors de l’habitat rural, le paysage a été examiné avec ses aménagements, parcellaires, chemins, et ses pratiques agropastorales pour lesquelles les résultats bioarchéologiques viennent compléter les autres données archéologiques. Aux données paléoenvironnementales de Montours viennent s’ajouter les résultats des analyses pratiquées dans les communes voisines de Saint‑Étienne‑en‑Coglès, aux lieux‑dits La Minette et Breil Rigaud, au sud de nos investigations.

84La tourbification des zones humides débute à la fin du Néolithique ou au début de l’âge du Bronze sur Le Teilleul‑Louvaquint et La Minette ou encore à l’âge du Fer au Breil Rigaud. Durant la Protohistoire, le milieu est déjà marqué par l’occupation humaine, comme le signe l’état du milieu forestier régional ainsi que la présence des premiers pollens issus des plantes herbacées rudérales. Toutefois, il faut attendre l’âge du Fer pour voir l’arrivée, dans certains diagrammes polliniques seulement, des premiers indicateurs d’une céréaliculture discrète (Le Teilleul‑Louvaquint et La Minette). De nouvelles précisions seront nécessaires pour attester la culture du sarrasin très précocement sur les sites de La Minette et de Breil Rigaud. Une attribution à l’époque gallo‑romaine de cet événement apparaît plausible au regard du contexte pollinique : cultures du châtaignier et du noyer associées. Au Teilleul‑Louvaquint, l’introduction de la culture du sarrasin semble remonter à l’époque moderne.

85Depuis l’âge du Bronze et jusqu’à la fin de l’époque gallo‑romaine, le milieu forestier, même s’il compte encore bon nombre de chênes et quelques ormes et tilleuls qui sont autant d’indices de l’existence passée d’une chênaie mixte dense, est localement défriché et accueille des espèces héliophiles comme le bouleau et le noisetier. Les fonds de vallons sont colonisés par une aulnaie dans laquelle croissent également des saules et des Myrica gale (Piment royal).

86Si seuls les outils en silex et haches polies rendent compte à travers le mobilier archéologique de la présence de l’homme dès le Néolithique sur le territoire de Montours, la Protohistoire s’illustre plus concrètement par l’implantation d’enclos sur le « plateau » de Louvaquint. Un mobilier peu abondant mais caractéristique atteste une occupation de ce secteur au début et à la fin de l’âge du Fer.

87Alors qu’à La Chapelle‑Saint‑Aubert, des vestiges gallo‑romains jouxtaient le site, nous n’avons, sur les gisements de Montours, aucune trace antique (à l’exception de quelques rares tessons roulés et un bois piégé sous le gley participant à la stabilisation du gué). Seuls les abords du manoir de Bonteville, à environ 3 km au nord, ont livré des traces importantes d’une occupation gallo‑romaine (villa).

  • 10 À Tournedos, on constate également une survivance du parcellaire de l’âge du Fer jusqu’au haut Moye (...)

88Dès la fin de l’époque mérovingienne, le site de Louvaquint semble à nouveau occupé. Le mobilier céramique de tradition mérovingienne apparaît dans des fossés parcellaires. L’étude des fossés de ce gisement montre d’importantes modifications dans le découpage de l’espace rural et dans l’orientation des parcelles. Dans sa phase médiévale, le réseau fossoyé orthogonal F (enclos carré) est en adéquation presque parfaite avec le réseau du Teilleul à l’époque carolingienne. Dans la mesure où ce même ensemble de fossés reprend partiellement au moins, le tracé d’un enclos datable de l’époque protohistorique, des questions doivent alors être soulevées. Faut‑il voir une antériorité dans le réseau mis en place à Louvaquint ? Le réseau fossoyé qui va structurer les secteurs du Teilleul et de Louvaquint à l’époque carolingienne trouve‑t‑il son origine durant l’époque protohistorique ? Quelles sont les traces dans le paysage qui ont permis à ce réseau et à cette orientation indépendante de la topographie au Teilleul, d’être repris plusieurs siècles plus tard avec un très léger décalage, dans ce même vallon10 ?

89Les gisements de Louvaquint et du Teilleul sont donc reliés par une même trame les structurant (fig. 172). Cette trame restera structurante dans ce secteur jusqu’à nos jours. Elle s’étend à un espace de plusieurs hectares, sur les gisements de Louvaquint et du Teilleul et autour de ceux‑ci. De part et d’autre du vallon, on voit se dessiner un vaste espace quadrangulaire regroupant deux à trois plateaux ainsi que le vallon. Le report de cette trame sur le cadastre souligne sa concentration et ses limites à cet endroit. Ponctuellement toutefois, sur le territoire de Montours et de la Selle, on retrouve quelques orientations identiques parmi un nombre limité de parcelles et systématiquement autour des petits hameaux. Une étude regroupant les documents cadastraux, archéologiques et des clichés aériens est en cours sous la direction de P. Lanos, afin d’éclairer cette structuration du paysage.

FIG. 172 ‒ Vue aérienne des sites du Teilleul et de Louvaquint. On distingue le parcellaire actuel et ses correspondances avec les fossés médiévaux.

cl. G. Leroux

90Le lien parcellaire entre les sites est renforcé par un gué et un chemin, dont l’existence remonte peut‑être à la fin de l’époque gallo‑romaine, ou au tout début de l’époque mérovingienne. Des pièces de bois datées du vie s. ainsi qu’un mobilier exclusivement carolingien découvert, sur et en bordure du gué, confirment l’utilisation de ce passage au cours de ces époques.

  • 11 Un défrichement fragilise le milieu. Associé à des épisodes de précipitation exceptionnelle, cela p (...)

91Au moment de l’installation du gué et après, on assiste à une importante modification du milieu. Les taillis humides du fond de vallée régressent considérablement et l’on passe d’un milieu dense forestier à un taillis ouvert. D’autre part, avec l’installation du gué, on observe un changement dans le régime hydrique au sein du vallon sans doute lié aux installations humaines. L’accentuation de la fréquentation des lieux par l’homme est traduite par les taux élevés de plantes rudérales et la céréaliculture. La chênaie était probablement installée en partie sur le plateau et a connu des défrichements locaux créant des clairières. Les nombreux chablis découverts sur les sites du Teilleul et de Louvaquint, sont, à quelques rares exceptions près, antérieurs aux structures du haut Moyen Âge. Il n’est pas possible à ce jour de les dater plus précisément ni de les mettre en relation avec une déforestation attestée semble‑t‑il par les dernières analyses11.

92Le gué et ses aménagements périphériques témoignent donc d’une bonne gestion environnementale ; et l’on s’étonnera devant les résultats des études sédimentologiques identifiant le fort débit (torrentiel épisodique) à l’époque carolingienne du ruisseau de Louvaquint, qui correspond aujourd’hui à un mince filet d’eau.

93L’échantillonnage carpologique et les structures de stockage attestent sans conteste une économie tournée vers l’agriculture, et probablement l’élevage. Les taxons sauvages identifiés comprennent également des plantes de prairies ainsi que des plantes de milieux humides telles que les berges de cours ou plans d’eau, voire les zones de marais. La présence de ces semences peut correspondre à un apport fortuit de mauvaises herbes et de plantes de bordure des parcelles au moment des récoltes, ou encore à l’exploitation de la flore palustre et de celle des prairies pour le bétail.

94Les habitants de Montours trouvaient probablement l’essentiel de leurs ressources sur place. Le granit affleure, des filons de fer sont situés à quelques kilomètres seulement des sites. Les composantes des pâtes des vases en céramique sont toutes présentes sur place. Les terres sont fertiles et riches en sources et les abords des sites étaient, semble‑t‑il, boisés.

95L’époque carolingienne semble le moment privilégié de l’occupation de ce secteur, l’abandon du Teilleul se situant probablement dans le courant du xe s.

96Pour cette période et pour tout le haut Moyen Âge, les enregistrements polliniques montrent une même situation générale : la campagne du Coglais est le siège d’activités agricoles nombreuses et variées. Si au Teilleul‑Louvaquint le vallon est défriché et le milieu largement occupé et mis en culture dès le ve s. voire un peu auparavant, au Breil Rigaud, peu après le ve s., la culture céréalière est engagée autour d’un vallon encore envahi par une aulnaie dense. Aux ixexe s., au Teilleul‑Louvaquint, on cultive l’avoine, peut‑être de manière préférentielle, mais aussi le froment, l’orge et le seigle, ainsi que le lin planté sans doute pour ses qualités textiles et oléifères. Les charbons de bois ayant servi de combustible domestique et artisanal à La Talvassais dans des structures contemporaines de l’occupation du Teilleul proviennent en grande partie de chênes ayant poussé dans deux biotopes fort distincts, dont un apparaît encore très fermé. Plus à l’ouest, sur le village carolingien de La Cocherais (Tinténiac, Ille‑et‑Vilaine), les charbons de bois en provenance de structures domestiques sont des espèces de milieux forestiers (chêne et hêtre) et des espèces de reconquête de milieux ouverts ou friches (noisetier, Pomoïdée, Prunus, bouleau, genêt, ajonc, bourdaine...). Les chênes utilisés comme combustible ont poussé dans des milieux ouverts à forte croissance annuelle (Marguerie 1992).

97Dans la cuvette occupée actuellement par la tourbière ombro‑gène de Landemarais en Parigné, à une dizaine de kilomètres à l’est de Montours, un taillis humide dense croît jusqu’au xe s. Les coteaux alentours sont encore le siège de taillis de chênes mêlés de tilleuls et d’ormes avec, en sous‑bois, du houx, du lierre, du troène, du fusain... (Visset 1989). À partir du xie s. seulement, intervient un changement brutal dans le paysage. Dans le marais, l’aulnaie cède sa place aux herbacées hygrophiles et héliophiles, conséquence de la construction supposée d’un barrage. Sur les coteaux, les hommes pratiquent une déforestation importante et une mise en culture de céréales. Aux abords de la zone humide, le chanvre est cultivé. C’est peut‑être sur une parcelle de même nature que le lin du Teilleul était semé.

98Au Teilleul‑Louvaquint, cette période d’intenses activités agricoles du haut Moyen Âge est suivie d’une nette déprise et d’un retour des taillis humides dans le vallon au xe s. Entre le xive et les xvexvie s., on assiste à Landemarais à une déprise agricole et un abandon des lieux. Cependant, au xve s., les activités agricoles battent leur plein dans les environs de Breil Rigaud.

  • 12 Les documents du xvie s. nous montrent un secteur fortement agricole, pour lequel sont dues des cor (...)

99Au‑delà (aux xviexviie s.?), les diagrammes polliniques (Teilleul‑Louvaquint et Breil Rigaud) montrent un retour à un véritable paysage agraire avec localement une expansion du chêne peut‑être à mettre en liaison avec le développement du bocage12. Des études expérimentales en cours, menées au sein d’un projet de recherche sur le bocage armoricain, viendront peut‑être éclairer ce « phénomène pollinique » original.

100Aucun document d’archive, ou de source archéologique n’apporte de précision sur le déplacement de cet habitat structuré dans le courant du xe s. C’est très précisément à cette même période, que les traces d’une intense activité agricole laissent la place à celles témoignant d’un retour des taillis humides dans le vallon.

101Rappelons également que les siècles carolingiens durant lesquels évoluent les habitants de cette région de marche, sont marqués par des changements politiques imponants (cf. supra chap. 1), mais aussi par les invasions normandes. L’abandon de l’habitat autour du xe s., est observé ailleurs en France. Ici, il correspond à une période à nouveau marquée par d’importantes luttes entre Bretons et Normands, qui se solderont par la victoire d’Alain Barbetorte sur ces derniers. Dès la seconde moitié du xe s., et surtout à partir du xie s., on assiste à une nouvelle reconstruction, la féodalité assurant un nouvel encadrement. La paroisse de Montours et son église, ainsi que la plupart des paroisses voisines sont citées au moins dès le xiie s. Mais des interrogations subsistent quant au « tertre » et à la « motte » situés en haut du bourg actuel de Montours, et qui devraient dans ce cadre pouvoir faire l’objet de quelques sondages archéologiques.

  • 13 N° 650 – Document du 17 décembre 1512 (AD35‑2Eg 126) : « d’un bout de chemin pour lequel on va du d (...)

102Les activités pratiquées dans cette région sont aujourd’hui essentiellement tournées vers l’agriculture et l’élevage. Elles sont relatées dans des textes au moins dès le xvie s.13 dans un paysage qui a conservé jusqu’à aujourd’hui ses principaux axes ordonnateurs. Les fossés du haut Moyen Âge ont été repris ou doublés, et il est clair que des éléments (talus, haies) sont restés présents ou visibles depuis le haut Moyen Âge, alors qu’ils ne sont pas motivés par le sens de la pente.

103Si ces observations s’intégrent dans l’histoire du paysage du Coglais et constituent les derniers témoins de traces préservées au cours d’un millénaire au moins, les travaux autoroutiers amorcent aujourd’hui le début d’une nouvelle étape dans son histoire.

104Cette fouille a permis une tentative de mise en exergue des éléments de ruptures et de continuité de l’occupation dans ce secteur. Et surtout, elle nous a permis de soulever la question relative à la coexistence d’habitats ruraux, à leur abandon, ou leur déplacement.

105Le gisement de Louvaquint est à la fois antérieur et peut‑être partiellement contemporain du début de l’occupation du Teilleul. Le Teilleul a‑t‑il pris le pas sur ce premier gisement ? S’agit‑il d’un « glissement » avec mise en culture du plateau de Louvaquint et installation à plus long terme sur celui du Teilleul ? Et qu’en est‑il du gisement de La Talvassais ? Quels rapports entretenait‑il avec celui du Teilleul ? Quel était leur statut ?

106Le Teilleul, à travers ses structures et leur agencement, montre au moins à terme, un minimum d’organisation qui a pu être collective, au moins pour certaines activités. En dehors de la (ou les ?) maison, de la forge et des aires de chauffe, on trouve des aires de stockage plus ou moins dispersées, une probable aire de traitement des céréales, le tout entouré de jardins, de champs cultivés, de prairies vouées probablement au pacage, des bois, des ruisseaux... l’ensemble disposé dans un paysage extrêmement bien structuré par les haies et les fossés.

107À La Talvassais, nous retrouvons cette structuration claire de l’espace et la spécificité fonctionnelle de certains secteurs. Nous regretterons à nouveau de ne pas disposer de textes qui nous permettraient peut‑être d’attribuer un statut précis à ces habitats structurés.

108Si de nombreuses questions restent aujourd’hui sans réponse et soulèvent à nouveau le problème de la mobilité des habitats ruraux et de leur statut, à une époque où les facteurs historiques, politiques et religieux ont fort probablement influencé le secteur, l’étude de ces gisements aura permis sans conteste d’affiner les chronologies internes de ces sites, leur dynamique et les grands moments de leur développement dans ce terroir jusqu’alors méconnu.

Notes

1 Seuls les niveaux de scellement au contact des labours ont livré des fragments d’oules à lèvre en bandeau ou de section carrée, plus caractéristiques du xe s. ou du tout début du xie s.

2 Nous remercions M. Chèdeville, professeur à l’université de Rennes 2, pour ces informations et ses conseils.

3 E. Peytremann (1995 : 5) précise dans sa synthèse sur les bâtiments que les bâtiments à une nef sont les moins nombreux.

4 À Torcy‑le‑Petit (Beague‑Tahon, Georges‑Leroy 1995 : 179), les fours se localisent près des maisons, la chambre de chauffe partiellement encastrée dans le terrain.

5 La technique de restitution de la chaleur aux aliments, après accumulation de celle‑ci par les parois d’un four où la combustion s’effectue à même la sole, est particulièrement bien adaptée à la cuisson du pain par exemple.

6 Ces informations nous ont été communiquées par les géologues travaillant sur ce tracé.

7 À Bauné/Les Cinq Chemins (Pays‑de‑la‑Loire), les structures de stockage sont concentrées en batteries de quatre ou cinq unités. Nous nous limiterons ici à ces comparaisons, le but de ce travail n’étant pas de citer l’ensemble des sites du haut Moyen Âge présentant des similitudes avec ceux de Montours. Seuls quelques exemples très significatifs et étudiés à ce jour seront évoqués.

8 Grégoire de Tours nous laisse quelques témoignages de la vie dans les « villages » au vie s. : « on bat le blé bien après la moisson, alors que la gelée est venue (glor. mart. 84, Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, 16, MGH, Script, merovingic. t. p.) ; on le met à sécher au soleil (Grégoire de Tours, Historiae francorum, IV, 34), ou on le grille sur des branchages entrelacés, après l’avoir laissé longtemps macérer dans l’eau et germer ; on en prélève au fur et à mesure dans la réserve une quantité suffisante pour le moudre dans la meule à main. Le pain peut‑être cuit sous la cendre (glor. mart. 16) ou au four (Liber III De Virtutibus S. Martini, III, MGH., Script, rer. merovingic, III, 56) » (Lorren, Perin 1997 : 93.)

9 Les céréales récoltées par tranchage (clovix) étaient sans doute ensuite battues au fléau puis vannées de manière à séparer le grain de l’épi et à éliminer les balles (grain sec et à maturité). Elles pouvaient être également conservées en gerbes ou en épis.

10 À Tournedos, on constate également une survivance du parcellaire de l’âge du Fer jusqu’au haut Moyen Âge. Celui‑ci est réutilisé pour la mise en place des parcelles de l’habitat (Peytremann 1995 : 15, note 7 : 146).

11 Un défrichement fragilise le milieu. Associé à des épisodes de précipitation exceptionnelle, cela provoque des ravinements dans les terres arables vers le vallon, entraînant parfois un élargissement de ces mêmes vallons. Dans le cas des tourbières, un défrichement peut être mis en relation avec une sédimentation pouvant résulter d’une crise climatique ou d’une action anthropique entraînant une fragilisation des versants.

12 Les documents du xvie s. nous montrent un secteur fortement agricole, pour lequel sont dues des corvées ou des rentes en monnaie ou nature (systématiquement de l’avoine). Hormis une mention de tanneries présentes à Louvaquint et quelques moulins signalés dans le secteur (moulin de Cleinchart, de Quincampoix, de Valaine...), il n’y a pas d’autres activités que l’agriculture.

13 N° 650 – Document du 17 décembre 1512 (AD35‑2Eg 126) : « d’un bout de chemin pour lequel on va du dit village du Tailleul au village de Louvacquain [...] ». No 709 – Aveu de la seigneurie du Rocher Sénéchal (1658) : Louvaquin et Tailleul sont cités ensemble contenant 150 journaux de terre. Cette mention est suivie de celle du fief de La Talvassais.

Table des illustrations

Légende FIG. 171 ‒ Plan général des sites de Louvaquint et du Teilleul, séparés par le vallon.
Crédits dessin P. Nogues
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 172 ‒ Vue aérienne des sites du Teilleul et de Louvaquint. On distingue le parcellaire actuel et ses correspondances avec les fossés médiévaux.
Crédits cl. G. Leroux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteurs

Afan ; associée à l’UMR 150 du CNRS, université de Toulouse‑Le Mirail.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search