Version classiqueVersion mobile

Les habitats carolingiens de Montours et La Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine)

 | 
Isabelle Catteddu

Chapitre 7. Le mobilier archéologique

7 Das archäologische Fundmaterial

7 The finds

Christelle Picault

Résumé

Dans une région où la céramique du haut Moyen Âge est encore mal connue, ce corpus, propre à des sites de consommation, offre un potentiel considérable malgré la faible quantité de l’échantillonnage. Il présente quelques similitudes avec les productions des ateliers de potiers voisins (Guipel et Trans), celui des habitats de Janzé et Tinténiac en Ille‑et‑Vilaine, ainsi qu’avec certains sites de Normandie, datés entre les viiie et xe s.

Texte intégral

7.1 Présentation

  • 1 Guipel/Launay Margat, Trans/Les Mardrelles, Planguenoual/Le Frêche Clos.
  • 2 Tinténiac/La Cocherais et Janzé/La Tuillaye.

1Le mobilier utilisé durant le haut Moyen Âge est encore mal connu en haute Bretagne. En effet, trois sites de production1 et seulement deux sites de consommation2 ont été fouillés jusqu’à présent. Par conséquent, l’un des intérêts principaux de notre travail réside dans la possibilité d’étudier simultanément le mobilier de quatre sites, géographiquement proches, occupés durant cette période. L’objectif était :
‒ de répondre aux questions propres à chaque gisement ;
‒ de confronter leurs résultats respectifs ;
‒ de compléter les connaissances en élargissant le corpus des objets découverts sur les habitats du haut Moyen Âge en Bretagne orientale.

7.2 Le mobilier céramique

7.2.1 Méthode d’analyse

2La méconnaissance des grandes lignes de l’évolution de la céramique régionale nous a conduits, dans un premier temps, à prendre en compte tous les critères techniques et morphologiques susceptibles de nous apporter des informations. La recherche de la dispersion de ces critères au sein de chaque site ainsi que l’étude de leurs associations nous ont permis de dissocier, de regrouper ou de repérer les ensembles chronologiquement distincts.

7.2.2 Les pâtes

3Les composants des cinq groupes de pâte, présentés ci‑après, ont été définis avec l’aide de M.P.‑R. Giot, après observation microscopique des tessons. Cette première étape visait à :
‒ définir précisément la nature des inclusions, les caractéristiques des composants et par extension, déterminer la provenance de l’argile ;
‒ rechercher des associations systématiques de pâtes ;
‒ comparer nos groupes de pâtes avec ceux des trois ateliers de potiers médiévaux les plus proches et avec ceux des sites d’habitats régionaux ou voisins.

  • 3 Les pâtes « fines » à l’inverse des pâtes « grossières » sont caractérisées par une texture homogèn (...)
  • 4 Ces critères sont secondaires. La couleur de la pâte parce qu’elle peut varier sur un même vase ou (...)

4Les fragments de céramique ont été classés en fonction de la nature et de la taille de leurs inclusions et de la texture de leur pâte3. La couleur de la pâte, le type de cuisson, l’aspect de surface et les traces d’utilisation ont permis de compléter chaque description, sans être discriminants pour la constitution d’un groupe4. Chaque groupe est décrit dans les pages qui suivent. Leur représentativité, au sein de chaque site, et les associations avec d’autres pâtes sont indiquées en observation.

5Les sites de comparaisons sont les suivants : Guipel/Launay Margat (Ille‑et‑Vilaine), Tinténiac/La Cocherais (Ille‑et‑Vilaine), Trans/Les Mardrelles (Ille‑et‑Vilaine), Le Château de Tours, Vieux/Les Gaudines (Calvados), Frénouville (Calvados), La Fourchette I/Saint‑Pellerin (Manche).

Groupe A

Description (fig. 151)

6Pâte beige‑blanc à rose‑orange.
Argile d’origine granitique à forte proportion de quartz (large 2), parfois très micacée (small 2).
Texture moyennement fine, aspect sableux.
Des traces de flammes et la présence de suie ont été observées sur la grande majorité des fragments constitutifs de ce lot.

Observations

7Cette pâte est largement majoritaire sur le site de Louvaquint, même si on la rencontre également sur les autres sites.

FIG. 151 ‒ Groupe A.

cl. H. Paitier

Groupe B

Description (fig. 152, 153)

  • 5 Cette finesse des composants peut être liée à l’utilisation d’une argile prélevée dans la zone des (...)

8Pâte gris clair à gris foncé.
Argile, d’origine granitique, dont la caractéristique principale est la finesse des inclusions5. On observe, dans certains cas, la présence de grains de quartz blancs légèrement plus gros (médium 1).
Des traces de flammes et de suie ainsi que des traces de lustrage sur la surface externe de certains fragments ont été observées.

Association avec d’autres pâtes

9On observe l’association de cette pâte avec les pâtes C et D.

Comparaisons

10Certains sites normands ont livré une pâte aux mêmes caractéristiques. Ces similitudes entre les céramiques découvertes sur quelques sites d’habitats du haut Moyen Âge en Bretagne et en Normandie mériteraient qu’une étude de lames minces soit engagée afin d’examiner les composants exacts des deux argiles, définir leur provenance et, par extension, un éventuel courant de circulation.

Observations

11Cette pâte est surtout bien représentée au Teilleul et dans quelques structures sur le site de Louvaquint. On la rencontre également dans la zone humide (sur le gué).

FIG. 152 ‒ Groupe B.

cl. H. Paitier

FIG. 153 ‒ Traces de lissage observées sur certains tessons du groupe B.

cl. H. Paitier

Groupe C

Description

12Pâte de couleur gris‑bleu.
Argile d’origine granitique, parfois micacée, à forte proportion de quartz (large 2).
Texture assez grossière, aspect presque « grésé » mais rugueux au toucher.

Association avec d’autres pâtes

13Ce groupe est régulièrement en association avec les groupes B et D.

Comparaisons

  • 6 Une étude d’après lames minces a permis de déterminer la nature des composants des pâtes de cet ate (...)

14Il présente des similitudes avec l’une des deux pâtes identifiées dans l’atelier de Guipel6.

15Les similitudes entre les composants et les modes de cuisson de ces pâtes ne suffisent pas à affirmer que nous sommes en présence des produits de fabrication de l’atelier de Guipel car la plupart des céramiques médiévales du massif armoricain ont été fabriquées avec des argiles issues de l’altération des roches granitiques. L’étude des formes complétera ce travail comparatif.

  • 7 Cette remarque est uniquement basée sur l’observation des tessons à l’œil nu.

16Ce type de pâte a également été identifié, en quantité importante, sur le site de La Cocherais à Tinténiac7.

Observations

17Le site de Louvaquint a livré un seul individu rattaché à ce groupe pour les similitudes de ses composants et de sa cuisson. Cependant, sa pâte se démarque du reste du lot par la régularité et la finesse de ses grains de quartz (médium 4) (fig. 154).

FIG. 154 ‒ Détail d’une forme complète découverte sur le site de Louvaquint (pâte C).

cl. H. Paitier

Groupe D

Description

  • 8 Cette coloration noire peut être liée à la technique d’enfumage par réduction.
  • 9 La présence de paillettes de micas alignées en surface peut être liée à la technique de lissage qui (...)

18Pâte de couleur rose à rouge.
Argile, d’origine granitique, dont les caractéristiques principales sont la présence de grains de quartz visibles à l’œil nu (médium 2) et des aspects de surface externe et interne très noirs8. Dans plusieurs cas, on relève la présence de micas9. Ces deux dernières caractéristiques ne sont pas toujours vérifiables du fait de l’altération des tessons.
La texture est moyennement fine, l’aspect est sableux.

Association avec d’autres pâtes

19On observe, à l’intérieur des mêmes faits, en particulier sur le site de La Talvassais et dans le secteur 15 du site du Teilleul, l’association de cette pâte avec les pâtes B et C.

Observations

20Cette pâte a les mêmes caractéristiques que l’une des deux recensées dans les fours de l’atelier de Guipel.

Groupe E

Description (fig. 155)

  • 10 Le lissage systématique des surfaces internes et externes fait apparaître ces grains à la suite du (...)

21Pâte de couleur beige ou rose.
Argile d’origine granitique, dont la principale caractéristique est la présence de grains rouges ou noirs (oxyde de fer) affleurant légèrement en surface10 (large 2/3).
La texture est assez grossière, l’aspect est plus ou moins rugueux selon la quantité des grains qui affleurent. Certaines surfaces sont craquelées.

FIG. 155 ‒ Groupe E.

cl. H. Paitier

Observations

22Cette pâte a été découverte dans le remplissage des fossés les plus récents du site de Louvaquint et dans les niveaux supérieurs lors du décapage du site du Teilleul.
Certains fragments surcuits et des ratés de cuisson ont également été rattachés à ce lot de pâte qui présente les mêmes caractéristiques que celles des ateliers de Trans.
Un groupe I a été créé afin de rassembler les tessons dont l’usure et la fragmentation ne permettaient en aucune manière de trancher pour un classement.

7.2.3 Bilan de l’étude technologique

23Le point commun entre ces cinq groupes est l’origine identique de leur argile, systématiquement issue de l’altération de roches locales d’origine granitique.

Caractéristiques de chaque site

  • 11 Le seul individu classé dans le groupe de pâte C se démarque par la taille de ses composants.

24Le site de Louvaquint se distingue par une forte proportion de céramiques appartenant au groupe A et par l’absence de céramiques appartenant aux groupes C11 et D, particulièrement bien représentés sur les autres sites. Le site du Teilleul a livré des fragments de céramiques appartenant aux cinq groupes présentés dans ce travail avec une forte proportion de pâte B, C et D. Le site de La Talvassais est caractérisé par une homogénéité des pâtes principalement rattachées aux groupes C et D. Le site de La Chaîne a livré deux types de pâte communs aux autres sites (pâte C et D). Le reste des tessons était trop fragmenté et altéré pour une comparaison quelconque avec l’un des groupes définis précédemment.

Analogies avec des pâtes recensées sur des sites médiévaux voisins

  • 12 Nous remercions Catherine Bizien pour son accueil dans les locaux du Ceraa et son aide dans la cons (...)

25Les groupes C, D et E présentent des similitudes avec les pâtes des céramiques découvertes dans les trois ateliers de potiers médiévaux connus dans le nord de la haute Bretagne : les groupes C et D sont à rapprocher des deux pâtes produites dans l’atelier de Guipel, et la pâte E de la production de Trans12. La pâte B est très proche de celle recensée sur certains sites de consommation bas‑normands. La confrontation avec les résultats de l’étude des formes permettra de compléter ce premier travail qui, d’ores et déjà, permet d’observer :
‒ la présence d’une quantité plus importante de pâte A sur le site de Louvaquint ;
‒ l’association d’une pâte bleue (groupe C) et d’une pâte rouge (groupe D), toutes deux semblables à la production de Guipel ;
‒ la présence de cette association dans des ensembles clos du secteur 15 des sites du Teilleul et de La Talvassais ;
‒ l’absence de cette association sur le site de Louvaquint ;
‒ la présence d’une céramique semblable à la production de Trans dans les niveaux supérieurs du décapage du site du Teilleul.

7.2.4 Les formes

26Un examen des aires de dispersion et une recherche au sein de chaque site des associations systématiques de formes ont été menés, dans un premier temps, afin de repérer tous les critères chronologiquement significatifs. Dix‑huit types ont été retenus en fonction des informations qu’ils ont apportées pour la compréhension d’un site ou, de façon plus générale, pour l’évolution de la céramique. Le degré de précision de leurs descriptions dépendait des paramètres suivants :
‒ le faible échantillonnage ;
‒ le mauvais état de conservation ;
‒ le geste de l’artisan.

27En effet, les céramiques sont fabriquées selon une forme générale prédéfinie, mais le geste du potier les modifie sensiblement et ne pas en tenir compte aurait pu aboutir à la création d’un type par vase. Une lèvre sera « éversée » ou « rentrante », mais aucun calcul de degré de son inclinaison n’a été porteur d’informations et donc, retenu.

  • 13 Plusieurs études ont montré l’évolution chronologique des panses au profil ovoïde vers des profils (...)

28Nous ne pouvions pas nous limiter à une typologie des formes complètes puisqu’elles ne comptabilisent que peu d’individus et ne prendre en compte que les lèvres aurait limité l’information chronologique13. Par conséquent, les types ont été définis à partir, soit d’une forme complète, soit d’une partie haute de vase (bord et amorce du départ de panse). Tous les autres bords ont été classés à l’intérieur de ces types en dépit de leur fort taux de fragmentation.

29Le classement des types présentés dans ce travail a été établi en fonction des critères suivants :
‒ la forme générale (forme ouverte ou fermée) et la fonction (écuelle, oule, cruche...) ;
‒ le profil de la lèvre ;
‒ la présence ou l’absence de col ;
‒ le profil de la panse.

30Les types, ainsi définis, ont été classés en trois grandes familles :
‒ les formes basses ouvertes ;
‒ les formes hautes à large ouverture (diamètre d’ouverture proche de celui de la panse) ;
‒ les formes hautes fermées.

31Le site de provenance et le contexte de découverte sont mentionnés pour chaque individu ainsi que les pâtes et les associations de formes qui ont été observées. Les analogies avec d’autres sites régionaux ou nationaux sont systématiquement mentionnées.

7.2.4.1 Formes basses ouvertes

32fig. 156

Type I

Description

33Bol à lèvre confondue légèrement rentrante. Épaississement interne de la lèvre, la face supérieure est plate et horizontale.
Diamètre d’ouverture : entre 11 et 18 cm.
Les trois individus présentent des traces de suie et un seul, deux trous de suspension.

Représentativité et contexte
  • 14 Fosse 1901.

34Les deux individus découverts sur le site du Teilleul viennent l’un (no 1) d’un niveau de scellement correspondant à la fin de l’occupation du site, l’autre (no 2) d’une fosse citerne du secteur 1514.
La céramique du site de Louvaquint a été découverte dans un fossé appartenant à la phase IV (haut Moyen Âge) (no 3).

Pâte et association avec d’autres formes

35Les pâtes correspondent au groupe A pour les céramiques nos 1 et 3.
L’individu no 2 est très brûlé, sa pâte n’a pas pu être identifiée ; il est associé à une forme de type Xa. La céramique de Louvaquint (no 3) a été découverte en association avec le vase biconique type VI.

Type II

Description

36Écuelle carénée à lèvre confondue épaissie vers l’extérieur, lèvre à face supérieure plate légèrement inclinée (profil triangulaire). Carène haute (aux deux tiers de la hauteur). Fond plat. Présence de suie.
Ce type d’écuelle peut être décoré de cannelures.
Diamètre d’ouverture : 17 cm. Hauteur : 9 cm.

Représentativité et contexte
  • 15 Fossé 12 dans son état initial.
  • 16 Fosse 1641.

37L’écuelle no 1 a été découverte sur le site de La Talvassais dans une extrémité de fossé15.
L’écuelle no 2 provient d’un silo du secteur I du site du Teilleul16.

Pâte et association avec d’autres formes

38Elles ont été fabriquées en pâte A.
La céramique découverte sur le site du Teilleul était en association avec deux formes hautes fermées (type Xa).

Comparaisons

39Cette forme a été datée du viie s. sur la nécropole de Frénouville dans le Calvados (Couanon et al. 1993 : 365, fig. X).

Type III

Description

40Écuelle dont la lèvre se caractérise par un bourrelet saillant vers l’extérieur, face supérieure bombée.
Diamètre d’ouverture : entre 16 et 18 cm.

Représentativité et contexte
  • 17 Fait 1981.

41La forme no 1 a été découverte dans le niveau de scellement sur le site du Teilleul, la forme no 2 au fond d’un important silo du secteur 517.

Pâte et association avec d’autres formes
  • 18 Il s’agit d’une pâte fine sableuse aux dégraissants d’origine granitique.

42Les pâtes des céramiques nos 1 et 2 sont identiques18 mais les fragments sont trop abîmés pour les rattacher à un des groupes définis dans notre travail.

  • 19 Bols à lèvre rentrante ou oule ovoïde à lèvre éversée (type X) ou à lèvre en bandeau (type XVI).
  • 20 Il s’agit d’un niveau de scellement, au contact du labour, ayant livré un matériel hétérogène.

43La forme no 1 a été découverte en association avec plusieurs autres types19. Nous ne tiendrons pas compte de ces associations en raison du contexte de découverte20.

FIG. 156 ‒ Formes basses ouvertes. Types I à III.

dessins C. Picault

7.2.4.2 Formes hautes à large ouverture

44fig. 157

Type IV

Description
  • 21 Il s’agit d’une molette composée de petits casiers carrés.

45Oule à profil ovoïde à légèrement pansu et lèvre très éversée dont l’extrémité est arrondie. Fond plat. Liaison panse/fond très marquée. Col peu marqué.
Un des deux exemplaires (no 1) présente un décor à la molette, de mauvaise qualité, sur la panse21.

Représentativité et contexte

46Ces deux individus ont été découverts dans les niveaux supérieurs lors du décapage des sites de Louvaquint (no 1) et de La Chaîne (no 2).

Pâte et association avec d’autres formes

47La céramique découverte sur le site de Louvaquint a été fabriquée dans une pâte sableuse (groupe A) ; la pâte de la céramique provenant de La Chapelle‑Saint‑Aubert est une pâte rouge à grosses inclusions de quartz très proche du groupe de pâte D.

Type V

Description

48Vase à profil légèrement caréné (carène arrondie) et lèvre éversée au profil rectangulaire (ou triangulaire). Liaison interne lèvre/panse épaisse. Panse rainurée, fond plat.
Diamètre d’ouverture : 10 cm. Hauteur : 9 cm.

Représentativité et contexte
  • 22 Fossé 1012 (dans la zone sondée hors emprise).

49La forme no 1, découverte dans un fossé sur le site de La Talvassais22, constitue ce type à elle seule.

Pâte et association avec d’autres formes

50Sa pâte se rapproche de la pâte B (pâte fine « bien cuite » voisine des pâtes découvertes en Normandie). On y observe la présence de micas.

Comparaisons

51Une forme similaire a été découverte dans la structure 2323 du site de La Cocherais à Tinténiac (Provost 1989).

Type VI

Description

52Vase biconique à profil caréné et lèvre confondue légèrement épaissie vers l’extérieur. Face externe bombée, face supérieure effilée et arrondie. Col haut concave. Traces de suie à l’extérieur.
Diamètre d’ouverture : 10 cm.

Représentativité et contexte
  • 23 Fossé 205.

53Un seul individu (no 1) de ce type a été découvert sur le site de Louvaquint dans un fossé du haut Moyen Âge23.

Pâte et association avec d’autres formes

54La pâte associée à cette céramique est une pâte sableuse (groupe A).
Le fossé dans lequel cette forme a été découverte a également livré une forme basse ouverte (type I).

Comparaisons
  • 24 « ... sous la terre arable en dehors de tout contexte archéologique... » (Leroux et al. 1995 : 51, (...)
  • 25 Frénouville, Saint‑Martin‑de‑Fontenay, Gérouvilette, Verson, Giberville, Sannerville, Fleury‑sur‑Or (...)

55Seuls deux vases biconiques avaient, jusqu’à présent, été découverts en Bretagne sur le site de La Tullaye en Janzé24 de formes très différentes de celle découverte à Louvaquint. Les seules autres comparaisons possibles avec des formes provenant de sites géographiquement proches sont les nécropoles bas normandes25 dont le corpus céramique est essentiellement composé de vases biconiques. Ils présentent des caractéristiques différentes. Les vases biconiques de ce type existent dans le nord de la France et en Picardie, dans des contextes datés des vie et viie s.

Type VII

Description

56Gobelet à profil rectiligne et lèvre confondue effilée vers l’intérieur. Face externe très légèrement bombée soulignée par un trait discontinu fait à la main. La partie basse de la panse est soulignée par une rainure d’environ 1 cm de large. Liaison panse/fond légèrement marquée. Fond plat. Traces de suie. Diamètre d’ouverture : 9 cm. Hauteur : 9 cm.

Représentativité et contexte
  • 26 Fait 199, phase III.

57Un seul individu de ce type a été découvert sur le site de Louvaquint (no 1) dans un fossé appartenant à la phase médiévale26.

Pâte et association avec d’autres formes

58La pâte dans laquelle a été fabriquée cette céramique appartient au groupe A.

Comparaisons

59Les gobelets découverts, jusqu’à présent en Normandie, ont des profils ovoïdes ou tronconiques (nécropole de Frénouville). On note qu’aucun gobelet n’avait été découvert en Bretagne et qu’on ne les trouve plus dans les contextes d’habitats normands à partir du viiie ou du ixe s. (comme à Vieux et Mondeville par exemple) (Couanon et al. 1993 : 370).

FIG. 157 ‒ Formes hautes à large ouverture. Types IV à VII.

dessins C. Picault

7.2.4.3 Formes hautes fermées

60fig. 158, 159

Type VIII

61fig. 158

Description

62Vase ovoïde au profil élancé et lèvre fine effilée, légèrement éversée, à l’extrémité arrondie. Fond plat. Traces de tour prononcées et présence de suie sur la panse.
Diamètre d’ouverture : 10 cm. Hauteur : 13 cm.

Représentativité et contexte
  • 27 Fait 312.

63Un seul exemplaire (no 1) de ce type a été découvert sur le site du Teilleul, dans un silo du secteur 1627.

Pâte et association avec d’autres formes

64La pâte est une pâte sableuse à forte proportion de micas (pâte A).

Observations

65Cette forme rappelle le type IV. Elle se démarque par sa pâte, sa lèvre moins éversée et un profil plus élancé.

Type IXa

66fig. 158

Description

67Vase ovoïde à lèvre ronde éversée. Présence d’un col. Liaison lèvre/col en courbe continue.
Le col peut être rainuré et l’épaulement souligné par un décor. Diamètre : entre 11 et 16 cm.

Représentativité et contexte

68Ces formes ont été découvertes essentiellement sur le site de Louvaquint.

Pâte et association avec d’autres formes

69Toutes les formes de ce type sont associées à des pâtes sableuses appartenant au groupe A.
La forme no 1 était associée à une forme du même type et à un pot ovoïde à lèvre éversée (type Xa).

Comparaisons

70Ce type de lèvre correspond aux formes du groupe I du site de La Fourchette I à Saint‑Pellerin dans le département de la Manche qui, elles‑mêmes, sont caractéristiques de certaines formes de la phase I du site des Gaudines à Vieux (datée de la fin du vie s. jusqu’à la fin du viie ou début du viiie s.). Ce type correspond à des formes découvertes sur des sites d’habitats antérieurs au ixe s. comme à Vieux ou Mondeville ; « oule à lèvre de section approximativement ovale le plus souvent ornée à la molette : décors d’oves, chevrons, bandes obliques, losanges etc. » (Couanon et al. 1993 : 370, fig. IX, no 11 et fig. XXI, nos 1, 4).

Type IXb

71fig. 158

Description

72Ce type diffère du IXa par son profil pansu et son col très marqué. On observe la présence d’une anse attachée sur la face supérieure de la lèvre. La liaison interne et externe lèvre/col est en courbe continue.
Diamètre d’ouverture : 11 cm.

Représentativité et contexte
  • 28 Fait 1641.

73L’individu no 1 a été découvert dans un silo du secteur 1 du site du Teilleul28.

Pâte et association avec d’autres formes

74La pâte de la céramique no 1 est très sableuse, la surface est très altérée, ce qui rend hasardeuse son appartenance à un des cinq groupes présentés dans ce travail. Elle est associée à une forme du type II.

Type Xa

75fig. 158

Description
  • 29 La finesse de certains bords est liée à l’usure des tessons.

76Oule ou pichet à profil ovoïde à pansu. La lèvre est éversée à très éversée, allongée, à l’extrémité arrondie29 ou légèrement plate avec, dans certains cas, un épaississement interne du profil. Face supérieure rectiligne. Absence de col. Liaison bord/panse en courbe continue.
Diamètre d’ouverture compris entre 16 et 18 cm.

Représentativité et contexte

77Ce type est le mieux représenté parmi ceux recensés sur les sites du Teilleul, de La Talvassais et de La Chapelle‑Saint‑Aubert. Vingt individus ont été découverts sur le site du Teilleul. Ils proviennent de fossés, fosses ou silos. L’étude de leur répartition n’a pas permis d’observer de regroupements caractéristiques. Les six individus découverts sur le site de La Talvassais sont issus de fosses dispersées sur le site. Ceux provenant de La Chaîne ont été découverts dans les niveaux supérieurs du site lors de son décapage ou dans le remplissage de fosses.

Pâte et association avec d’autres formes

78Leurs pâtes peuvent se rattacher aux groupes B, C et D. Les études, site par site, des associations avec d’autres formes n’ont rien mis en évidence.

Comparaisons
  • 30 Cette étude avait permis de remarquer l’association de cette forme avec des oules à lèvres au profi (...)

79Ce type de forme correspond au type I défini par Philippe Lanos (Lanos et al. 1986b) dans son étude sur les céramiques découvertes dans l’atelier de Guipel30. On le trouve également dans le corpus de la phase III du site des Gaudines à Vieux (« pots globulaires ou ovoïdes, dont les lèvres éversées sont directement rattachées au haut de la panse »). La fourchette chronologique accordée à cette phase va du viiie au ixe s.

Observations

80Il est très difficile, dans l’état actuel de nos connaissances, de rattacher ce type de forme à une phase chronologique très précise. Notre travail n’a malheureusement pas permis d’observer de répartition spatiale cohérente ni d’association systématique avec d’autres formes. De plus, leur mauvais état de conservation rendrait hasardeuse une étude morphologique plus poussée.

Type Xb

81fig. 158

Description

82Oule au profil ovoïde à pansu et lèvre éversée (anguleuse) à l’extrémité arrondie.
La partie haute de la panse est soulignée par un cordon et ornée dans plusieurs cas, d’un décor à la molette.
Face inférieure de la lèvre légèrement incurvée, face externe arrondie, face supérieure très plate.
Fond plat décollé à l’aide d’une ficelle.
Raté de cuisson.
Diamètre d’ouverture : entre 15 et 16 cm.

Représentativité et contexte

83Deux individus de ce type ont été découverts sur le site de Louvaquint : le vase no 1 dans les niveaux supérieurs du site lors du décapage, le vase no 2, dans une structure rattachée à la phase VI (haut Moyen Âge).

Pâte et association avec d’autres formes

84La forme no 2 a été découverte en association avec deux formes de type IXa datées, par comparaison, des viieviiie s.
Sa pâte, gris‑bleu à l’aspect grésé, rappelle celle des céramiques fabriquées dans l’atelier de Guipel. Elle se démarque seulement par la finesse et la régularité de ses inclusions de quartz.

Comparaisons

85Des formes du même type, avec une moulure sur le haut de la panse et un décor sur l’épaulement, ont été découvertes sur le site de La Cocherais à Tinténiac. Elles correspondent au lot de céramiques datées du ixe s. par comparaison avec des sites franciliens des viiie‑ixe s. et par leur absence signalée sur des sites dont l’occupation ne débute qu’à la fin du ixe ou au xe s. (Doué, Andonne, Planguenoual, Trans).

Observations
  • 31 Aucun fragment décoré n’a été retrouvé dans cet atelier.

86Malgré sa pâte très proche de celle produite dans l’atelier de Guipel, la finesse de ses composants, la présence d’une cannelure et d’un décor en haut de la panse31 nous incitent à la prudence quant à son rattachement aux céramiques produites par cet atelier et datées de la première moitié du xe s. Les décors ou cannelures situées en haut de la panse sont des critères morphologiques « précoces » sur des oules à lèvre ronde (cf. supra, type IXa, comparaisons).
Dans l’état actuel des recherches, aucune comparaison ne permet d’avancer cette hypothèse pour des formes à lèvre éversée à l’extrémité arrondie.

87Cependant, l’association, sur le site de Louvaquint, de la forme no 2 avec des formes médiévales datées par comparaison des viieviiie s., abonde dans le sens de la précocité de ces caractéristiques morphologiques.

Type XI

88fig. 158

Description

89Oule à profil ovoïde à pansu et lèvre fine éversée triangulaire. On remarque, dans certains cas, la présence d’une gorge sur la face supérieure de la lèvre. Présence d’un col droit. Liaison interne et externe bord/col en courbe continue.
Diamètre d’ouverture : entre 10 et 14 cm.

Représentativité et contexte

90Elles ont été découvertes sur les sites de La Chaîne, La Talvassais et du Teilleul. Elles sont absentes sur le site de Louvaquint.
On les trouve dans le remplissage de fosses et plus particulièrement dans le secteur 15 du Teilleul.

Pâte et association avec d’autres formes

91Toutes ces formes ont été fabriquées dans une pâte D.

92Des associations ont été observées avec des formes de type XV et des décors digités de type IIa.

Comparaisons

93Ces formes sont semblables au type II de la production de l’atelier de Guipel, au type 19 du site des Gaudines à Vieux et au corpus attribué à la période carolingienne des sites de La Fourchette I dans le département de la Manche et de la phase III du site de Fécamp.
Ces contextes sont datés de la fin du ixe et du début du xe s.

Observations

94L’étude de la répartition des lèvres à gorge interne n’a pas été porteuse d’informations.

FIG. 158 ‒ Formes hautes fermées. Types VIII à XI.

dessins C. Picault

Type XII

95fig. 159

Description

96Oule ovoïde à lèvre triangulaire en crochet. Col très marqué. Liaison intérieure et extérieure lèvre/col en courbe continue.

Représentativité et contexte
  • 32 Faits 312 et 236.

97Les céramiques nos 1 et 2 viennent, l’une d’un foyer ou d’un reste de foyer, l’autre d’un chemin empierré du site de La Chaîne32.

Pâte et association avec d’autres formes

98L’usure des formes nos 1 et 2 nous empêche de les rattacher à un groupe de pâte défini dans notre travail. La pâte de la forme no 3 ne se rattache à aucun des groupes définis dans notre travail mais elle rappelle celle des formes de type III. Elles ont toutes été découvertes en association avec des formes de type Xa.

Comparaisons

99On trouve ce type de forme dans la phase IV du site des Gaudines à Vieux datée de la seconde moitié du ixe et du début du xe s. (type 36).

Type XIII

100fig. 159

Description

101Pichet à profil ovoïde et lèvre bifide. Présence d’une anse attachée sur la lèvre.

Représentativité et contexte
  • 33 Site de La Talvassais, silo 252.

102Un seul individu de ce type a été découvert sur l’ensemble des quatre sites faisant l’objet de cette étude33.

Pâte et association avec d’autres formes

103Sa pâte est caractéristique de la pâte C (gris‑bleu à l’aspect grésé).
Cet individu a été découvert en association avec des formes de type Xa.

Comparaisons

104Cette forme est typique du viie s. et du début du viiie s. à Villiers‑le‑Sec et Proville. Elle est présente sur le site de La Cocherais à Tinténiac et a permis de dater le début de l’occupation du site par analogie aux deux sites précités.

Observations

105Un fragment du même individu avec un départ de bec verseur a été découvert dans cette même fosse. Il n’a pas été dessiné en raison de sa fragmentation.

Type XIVa

106fig. 159

Description

107Vase ovoïde à pansu à lèvre épaisse caractérisée par une gorge interne très marquée sur sa face supérieure.
Diamètre d’ouverture : 17 cm.

Représentativité et contexte

108Cette forme a été découverte dans un niveau de scellement correspondant à la fin de l’occupation du site du Teilleul.

Pâte et association avec d’autres formes

109Sa pâte est semblable à celle de la production de Trans (groupe E).

Type XIVb

110fig. 159

Description

111Vase ovoïde à pansu à lèvre épaisse carrée à gorge interne. Diamètre d’ouverture : 17 cm.

Représentativité et contexte

112Cette forme a été découverte dans les niveaux supérieurs du site de La Chaîne.

Comparaisons

113Ces formes rappellent, respectivement, les types AII ou AIII de l’atelier de Trans datés de la première moitié du xe s. ou le type C de l’atelier de Planguenoual daté de la même époque pour ses similitudes avec Trans.

Type XV

114fig. 159

Description

115Vase ovoïde à pansu. La lèvre à profil triangulaire est en « proto‑bandeau » ou « bandeau précoce ». Elle se démarque par une légère inflexion vers l’extérieur. L’extrémité supérieure est arrondie ou effilée. La face externe est plus ou moins incurvée et la partie inférieure plus ou moins saillante vers le bas. Le col est incurvé.
Diamètre d’ouverture : entre 12 et 14 cm.

Représentativité et contexte

116Ces formes ont été découvertes dans les remplissages de fosses du site de La Talvassais, de fosses ou de silos des secteurs 14 ou 15 du site du Teilleul.
Elles sont absentes sur les sites de Louvaquint et de La Chaîne.

Pâte et associations avec d’autres formes

117Les pâtes auxquelles ces formes ont été rattachées correspondent majoritairement aux groupes B et, plus rarement D. Les associations avec d’autres formes sont de type XI et des décors de type IIa (associations uniquement observées sur le site du Teilleul).

Comparaisons
  • 34 Certaines des lèvres découvertes à Vieux étaient ornées de décors sur leur face externe.

118Ce type correspond au type III de l’atelier de Guipel. Il y a été découvert en association avec des formes correspondant à nos types Xa, XI et nos décors type IIa.
La dernière phase du site des Gaudines à Vieux est marquée par l’apparition de ce type de forme34. Cette phase a été datée de la seconde moitié du ixe s. et du début du xe s.
D’autres formes de ce type, également attribuées au ixe s., proviennent du site de Thèmes (commune de Cézy, vallée de l’Aisne). Ce type s’apparente également à celui découvert sur le site de Mondeville dans un contexte daté du début du xe s. (Couanon et al. 1993 : 370).

Observations
  • 35 La division en sous‑groupes de formes appartenant au même type sur le site des Gaudines à Vieux, n’ (...)

119Ces formes ont été, dans un premier temps, divisées en sous‑groupe en fonction du profil de leur face externe (rectiligne ou incurvé) ou de leur extrémité arrondie ou effilée.
Aucune évolution morphologique n’a été observée puisqu’elles ont été découvertes en association les unes avec les autres35.

Type XVI

120fig. 159

Description

121Vase ovoïde à pansu, à lèvre en bandeau.

Représentativité et contexte

122Ces formes ont été découvertes dans la partie supérieure d’un niveau de scellement, au contact du labour, et lors du décapage du site du Teilleul.

Pâte et associations avec d’autres formes

123Elles se rattachent au groupe de pâte E (similaire à celle des ateliers de Trans).

Comparaisons

124Les formes nos 1 et 2 évoquent certaines productions de l’atelier de Trans.

Type XVII

125fig. 159

Description

126Pot à profil globulaire à pansu et lèvre triangulaire arrondie, à face externe en bourrelet très saillant. Diamètre d’ouverture compris entre 13 et 14 cm.

Représentativité et contexte

127La forme no 1 a été découverte dans les niveaux supérieurs du site de Louvaquint, lors du décapage.
Un fragment identique a été dégagé lors du nettoyage du niveau supérieur d’une fosse du secteur 15 sur le site du Teilleul.

Pâte et association avec d’autres formes
  • 36 Il est à noter qu’aucune forme de ce type n’a été découverte à Trans.

128La pâte évoque la production de l’atelier de Trans36.

Type XVIII

129fig. 159

Description

130Bassin à décor digité.

Représentativité et contexte

131Ces bassins ont été découverts dans le remplissage des fossés modernes du site de Louvaquint.

Comparaisons

132Ce type de bassin a été recensé dans les productions de l’atelier de Trans.
Quelques individus ont été découverts sur le site de La Chal‑lonnière à Tonnay‑Charente, l’auteur les appelle « vase réserve » et les compare avec ceux produits à Trans.

FIG. 159 ‒ Formes hautes fermées. Types XII à XVIII.

dessins C. Picault

7.2.5 Les becs verseurs

133fig. 160

Description

134Vases à bec ponté. Profil pansu. Pas de col.

Pâte et association avec d’autres formes

135La forme no 1 a été fabriquée dans une pâte très fine, proche de la pâte C (on observe la présence de traces de lustrage sur la face externe de la panse). La forme no 3 correspond au groupe de pâte B et la forme no 2 au groupe de pâte D. Cette dernière était associée aux formes types Xa et XIII.

Comparaisons

136On remarque les similitudes de pâtes (formes nos 1 et 2) et de formes entre ces becs verseurs et ceux produits par l’atelier de Guipel.

Observations

137L’association de la forme no 1 avec une forme à lèvre bifide et la présence d’un décor sur la partie haute de la panse, sous le bec verseur no 2, limite les éléments de comparaisons avec l’atelier de Guipel, au profil des becs verseurs et aux pâtes, puisqu’aucun pichet ni aucun fragment de décor n’ont été retrouvés lors de la fouille de cet atelier.

FIG. 160 ‒ Becs verseurs.

dessins C. Picault

7.2.6 Les éléments de préhension

138fig. 161

  • 37 Cette observation est valable pour les sites de La Talvassais et du Teilleul. Aucun élément de préh (...)
  • 38 Dans la limite de notre échantillonnage.
  • 39 Fosse 7.

139Les éléments de préhension sont représentés par des anses et un manche de poêlon. Les premières sont plates (no 1), plates symétriques à une (no 2) ou deux gorges (no 3)37 (Nicourt 1986). Elles sont rattachées soit sur la lèvre, soit sous la lèvre dans la partie haute de la panse et sont présentes sur des formes hautes fermées (pot à cuire ou pichet) de type IXb, Xa38. Le manche de poêlon (no 4) a été découvert lors du diagnostic de La Chaîne39. Un manche de poêlon, dont la forme et la pâte sont identiques, a également été retrouvé sur le site de l’atelier de Guipel (pâte rattachée au groupe C gris‑bleu à l’aspect grésé).

140Les anses plates symétriques à une ou deux gorges sont présentes sur de nombreux sites d’époque carolingienne (elles ont été recensées sur les sites de Guipel et de Trans).

FIG. 161 ‒ Éléments de préhension.

dessins C. Picault

7.2.7 Les couvercles

141fig. 162

142Deux couvercles ont été découverts sur le site du Teilleul lors du décapage du site. La pâte de l’un d’eux (no 1) est très proche du groupe de pâte E qui évoque la production de Trans. L’autre couvercle (non dessiné) a été fabriqué dans une pâte proche du groupe C dont la finesse et la régularité des composants de quartz évoquent la pâte de la forme complète découverte sur le site de Louvaquint. Sa surface a été recouverte d’un engobe particulier (?) qui lui donne une couleur très rose. Aucun couvercle n’a été découvert sur les sites de production des ateliers de Trans et Guipel.

FIG. 162 ‒ Couvercle.

dessins C. Picault

7.2.8 Les fonds

143fig. 163

144Les fonds sont concaves (no 1), plats à inflexion simple (no 2) ou plats se détachant légèrement de la base par une rainure (no 3) (Nicourt 1986 : 89). Ils sont tous décollés à la ficelle. Aucun n’a pu être rattaché à une forme particulière. Le fond no 4 a été découvert sur le site de La Talvassais. L’argile est locale, sableuse à forte proportion de micas rattachée au groupe C.

FIG. 163 ‒ Fonds.

dessins C. Picault

7.2.9 Les décors

145fig. 164

146Deux types de décor ont été recensés sur l’ensemble des quatre sites.

Type I : décors à la molette ou au poinçon

147‒ Ia) ligne simple composée de carrés ;
‒ Ib) ligne simple composée de rectangles, lignes parallèles composées de rectangles ;
‒ Ic) double ligne composée de carrés disposés en chevron ou en V ;
‒ Id) ligne ondulée composée de carrés ;
‒ Ie) ligne de triangles ;
‒ If) ligne de triangles opposés par la base et soulignés par une ligne de casiers rectangulaires ;
‒ Ig) motifs en X ou en croix, superposés ;
‒ Ih) matrice plus complexe, difficile à décrire du fait de la cassure du tesson à l’endroit du décor.

Type II : bandes d’argile rapportées sur la panse et digitées

148‒ IIa) verticales sur la panse ;
‒ IIb) horizontales sous la lèvre.

Pâte et associations avec les types présentés dans ce travail

149Les fragments décorés sont rattachés aux groupes de pâte A ou B (argile sableuse) à l’exception des décors Ib, Id et If, présents sur une forme dont la pâte est rattachée au groupe C, et IIa présent sur des fragments systématiquement associés au groupe de pâte D.

Comparaisons

150Les registres de type I peuvent être associés à des formes découvertes dans des contextes d’époque mérovingienne ou carolingienne. Ils traversent les époques sans évolution et ne peuvent être chronologiquement fiables indépendamment de la forme sur laquelle ils ont été représentés.
Les décors de type IIa sont caractéristiques de la production de Guipel et, de surcroît, uniquement rattachés au groupe de pâte D (pâte rouge caractéristique d’une des deux pâtes produites à Guipel).

151Les décors de type IIb évoquent la production de l’atelier de Trans.

Observations

152Le site de La Talvassais a fourni l’unique exemplaire de vase à bec ponté décoré sur le haut de la panse. Notons enfin la présence de décor de bandes digitées type IIa, uniquement sur le site du Teilleul. Comme nous l’avons déjà signalé, aucun fragment décoré à la molette ou au poinçon n’a été retrouvé lors des fouilles de l’atelier de Guipel.
Des bassins à décors digités de type IIb ont été découverts sur le site de l’atelier de Trans.

FIG. 164 ‒ Décors de type I, à la molette ou au poinçon. Décors de type II. Bandes d’argile rapportées sur la panse et digitées.

dessins C. Picault

7.2.10 Résultats de l’étude des formes

153La typologie des céramiques découvertes sur les sites de Montours et de La Chapelle‑Saint‑Aubert offre un éventail de formes dont les datations s’échelonnent des viieviiie s. au xe s. (xie s.?).

Différences et spécificités entre les sites étudiés

154Les formes découvertes à Louvaquint sont des formes hautes à large ouverture, des formes hautes ouvertes et des formes hautes fermées. Parmi ces dernières, celles qui ont été recensées sont soit constitutives d’un type à elles seules (type IXa), soit des variantes ayant des caractéristiques morphologiques précoces (type Xb) du type le plus représenté au Teilleul ou à La Talvassais.

155La grande majorité des formes découvertes au Teilleul et à La Talvassais sont des formes hautes fermées au profil ovoïde ou pansu et lèvre éversée à l’extrémité arrondie (types Xa), à l’extrémité en crochet (types XI) ou en « proto‑bandeau » (type XV).

156Les sites de La Talvassais et de La Chaîne sont les seuls à avoir livré des pichets. Ceux découverts à La Talvassais sont caractérisés par une lèvre bifide (type XIII) et un décor en haut de la panse, sous le bec verseur (fig. 160).

157Le site de La Chaîne a livré peu de formes qui s’intégrent toutefois dans le corpus des sites de La Talvassais et du Teilleul.

  • 40 L’association entre le type XI et le type XV n’a pas été observée sur le site de La Talvassais (seu (...)

158Peu d’associations systématiques de formes ont été observées, à l’exception des types XI, XV et des décors de type IIa exclusivement remarqués dans le secteur 15 du site du Teilleul40 ; du type Xb (oule sans décor à la molette avec présence d’une cannelure en haut de la panse) et du type IX (oule à lèvre ronde) découverts sur le site de Louvaquint.

Comparaisons avec d’autres formes recensées sur des sites médiévaux

159Ce travail a permis de faire ressortir :
‒ les similitudes entre le mobilier céramique découvert sur les sites du Teilleul, de La Talvassais et de La Chaîne ;
‒ les disparités entre le mobilier de ces trois sites et celui découvert à Louvaquint ;
‒ les similitudes avec les formes découvertes dans les silos du secteur 15 du site du Teilleul et les formes découvertes dans l’atelier de Guipel ;
‒ les similitudes entre les formes découvertes dans le niveau de scellement du site du Teilleul et les formes découvertes dans l’atelier de Trans.

7.2.11 Confrontation des résultats entre l’étude des pâtes et l’étude des formes

Formes rattachées au groupe de pâte A

160fig. 165

161On observe la présence de formes provenant essentiellement du site de Louvaquint. Il s’agit de formes basses ouvertes, de gobelets, de vase biconique, d’oules à lèvre éversée et de décors à la molette géométrique simple dont la datation s’échelonne, par comparaison, entre les viie et viiie s.

FIG. 165 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte A.

dessins C. Picault

Formes rattachées au groupe de pâte B

162fig. 166

  • 41 Cette remarque est également fondée sur l’observation des fragments de panse non dessinés.

163On remarque la présence de formes essentiellement hautes fermées, de pichets et d’oules à lèvre en proto‑bandeau. Les oules à lèvre éversée sont utilisées à toutes les époques de façon discontinue, cependant, la présence d’oules à lèvre en proto‑bandeau et de pichet à bec ponté permet d’évoquer la fourchette chronologique de cet ensemble entre les ixe et xe s. Notons que le point commun à la fabrication des vases qui composent ce lot est, dans la limite de notre échantillonnage, la production de céramiques à parois assez fines41.

FIG. 166 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte B.

dessins C. Picault

Formes rattachées au groupe de pâte C

164fig. 167

165Ce groupe rassemble essentiellement des formes de type X et, parmi les pièces les plus caractéristiques, un manche de poêlon et un pichet à lèvre bifide absents dans les groupes de pâte présentés précédemment. Les comparaisons concordent pour situer l’apparition des pichets à lèvre bifide dès la fin du viie s.

166On observe des similitudes entre ce groupe de pâte et une des deux pâtes recensées dans l’atelier de Guipel. En revanche, certaines formes, présentes à Montours, sont absentes sur l’atelier de Guipel et inversement. Rappelons que la datation proposée pour la cessation d’activité dudit atelier est située dans la première moitié du xe s.

FIG. 167 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte C.

dessins C. Picault

Formes rattachées au groupe de pâte D

167fig. 168

168Les formes de type XI et les décors de bandes digitées de type IIa, appliquées sur la panse sont spécifiques de ce groupe de pâte. Ce groupe est le troisième (avec les groupes A et B) à livrer un lot aussi homogène. Il est le plus représentatif de la production de l’atelier de Guipel.

FIG. 168 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte D.

dessins C. Picault

Formes rattachées au groupe de pâte E

169fig. 169

170On remarque la présence exclusive d’oules à lèvre à gorge interne ou en bandeau. Les datations proposées par comparaison ne situent jamais l’apparition de ces formes avant le xe s. On notera les similitudes de pâtes et de formes avec la production de l’atelier des Mardrelles à Trans datée de la première moitié du xe s.

171Des analyses chimiques permettraient de valider plus précisément l’intégrité de chaque groupe, de les rassembler ou de les dissocier en fonction de la nature exacte de leurs composants. Les délais d’obtention des résultats de ces analyses et le manque de financement n’ont pas permis de les intégrer à cette publication.

172Afin de minimiser le degré de subjectivité et la part d’aléatoire inhérents à ce type de travail tant qu’il n’a pas été complété par des analyses chimiques ou pétrographiques, il nous semble important de rappeler que nos résultats sont basés sur la combinaison des résultats de l’observation des tessons à la loupe binoculaire, l’étude des associations de pâtes et de formes, leur dispersion et leur répartition spatiale.

FIG. 169 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte E.

dessins C. Picault

7.2.12 Proposition de chronologie

Le Teilleul

  • 42 Aucun des quatre sites n’a livré de mobilier non céramique suffisamment représentatif pour être con (...)
  • 43 Leur forme évolue souvent vers un profil de plus en plus pansu mais la fragmentation du mobilier cé (...)

173L’étude du mobilier céramique42 permet d’aboutir aux constats suivants. Les formes et les groupes de pâtes les plus représentés au Teilleul sont d’une part des ouïes à lèvre éversée au profil arrondi ou rectangulaire (type Xa) associées aux groupes de pâtes B, C et D. Ces formes correspondent au type I découvert dans l’atelier de Guipel. Elles ont un profil ovoïde à pansu et se rencontrent sur de nombreux sites d’époque mérovingienne ou carolingienne43. Les lèvres qui leur sont associées traversent toutes les époques sans qu’aucune évolution morphologique n’ait été observée jusqu’à présent et, malheureusement, notre étude, qui nous l’espérions devait combler les lacunes dans ce domaine, n’a pas permis d’observer d’association systématique avec d’autres formes significatives ou de répartition spatiale parlante.

174D’autre part, on trouve des oules à lèvre éversée au profil triangulaire (type XI) fabriquées uniquement en pâte D, découvertes en association avec des ouïes à lèvre en « proto‑bandeau » (type XV) en pâte B et D et des décors de bandes digitées verticales appliquées sur la panse (type IIa). Ces formes correspondent à la production de l’atelier de Guipel. La cessation d’activité de cet atelier est datée de la première moitié du xe s.

  • 44 Monnaie frappée après la proclamation de l’édit de Pitre en 864.

175Des ouïes à lèvre en « proto‑bandeau » apparaissent dans le corpus céramique de la dernière phase du site des Gaudines à Vieux. La date d’occupation de cette dernière phase repose sur des comparaisons avec des céramiques du nord de la France de la seconde moitié du ixe et du début du xe s. Elle est confirmée par la présence d’une obole de Charles le Chauve44.

  • 45 Thème se situe dans la vallée de l’Aisne et la datation des oules à lèvre en « proto‑bandeau » qui (...)

176La datation du lot de céramique le plus caractéristique du Teilleul repose sur ses similitudes avec la production de l’atelier de Guipel et la présence de formes à lèvre en « proto‑bandeau » découvertes sur d’autres sites de consommation (leur usage est attesté dans la seconde moitié du ixe s. sur les sites de Vieux et de Thème45).

  • 46 Datation de charbons appartenant à des vidanges de foyers (la céramique provient de ces mêmes couch (...)
  • 47 Faits 1899 et 1955.

177Dans l’état actuel de nos connaissances, nous pouvons seulement affirmer que la datation de ce lot ne va pas au‑delà du xe s. et que ces formes semblent apparaître « dans le courant du ixe s. ». Toutefois, les résultats de datations 14C46 effectuées sur deux faits ayant livré des formes de types XI et XV et des décors de type IIa47 permettent de dater les charbons trouvés dans le remplissage de ces structures entre 710‑780 et 810‑850 ap. J.‑C.

178Ces dates ne remettent pas en cause celles de l’atelier de Guipel (qui figent la cessation de son activité) mais elles attestent la présence de céramiques correspondant aux mêmes corpus de formes et de pâtes sur un site de consommation occupé, au moins, depuis le début du viiie et dans la première moitié du ixe s.

  • 48 D’autres structures ont livré des fragments en pâte, que l’on retrouve sur le site de Louvaquint da (...)

179Ces dates concernent ici des lots découverts dans des ensembles ayant livré un matériel abondant et homogène. Elles figent une période d’occupation du site dans un secteur bien localisé48.

180Le niveau de scellement correspondant à la fin de l’occupation du site et les niveaux supérieurs des structures ont souvent livré des fragments de céramique en pâte E (très proche de la production de l’atelier de Trans datée de 920‑ 980 ap. J.‑C., d’après les analyses effectuées sur les céramiques correspondant à la dernière cuisson du four). Cette pâte ainsi que la présence de formes à lèvre en bandeau (type XVI) sont les éléments les plus tardifs que nous ayons pu identifier.

181Si l’étude du mobilier céramique permet de dégager une fourchette chronologique entre le viiie et le xe s., elle n’apporte pas, à l’exception des structures du secteur 15, de datations plus précises pour les autres secteurs mais elle apporte des éléments de chronologie relative permettant d’attester par exemple l’antériorité des types XI, XV, des décors IIa et des groupes de pâtes C et D (coïncidant avec la production de l’atelier de Guipel), par rapport aux formes de type XVI, aux décors IIb et au groupe de pâte E (coïncidant avec la production de l’atelier de Trans).

Louvaquint

  • 49 Dont on sait qu’il disparaît dans le nord de la France avant le viie s.

182Ce site est caractérisé par un réseau fossoyé très dense. Les datations des céramiques qui y ont été découvertes s’échelonnent de la Protohistoire à nos jours. Le lot de céramiques d’époque médiévale est homogène et présente certaines spécificités. On y observe une forte proportion de céramiques fabriquées dans des pâtes sableuses (argile locale) appartenant, dans la plupart des cas, au groupe A. Les formes découvertes sur ce site se démarquent souvent de celles du Teilleul ou de La Talvassais (une forme provenant de Louvaquint est souvent représentative d’un type à elle seule) ; vase biconique49 (type VI), gobelet et vases de type IV et VII sont des formes originales pour lesquelles nous n’avons pas trouvé d’éléments de comparaison.

183La forme la plus représentée appartient au type IXa (vase ovoïde à lèvre ronde éversée), elle est exclusivement représentée sur le site de Louvaquint. Elle se rapproche des formes du groupe I du site de La Fourchette dans le département de la Manche, qui, elles‑mêmes sont caractéristiques de certaines formes de la phase I du site des Gaudines à Vieux (datée de la fin du vie, jusqu’à la fin du viie‑début du viiie s.).

184On notera également la forte proportion de fragments décorés à la molette. Les registres sont simples et ne peuvent être considérés comme des indicateurs chronologiques. On les trouve dans le groupe de pâte A et sur les formes de type IXa.

185Les formes provenant du site de Louvaquint ne s’intégrent pas dans le corpus céramique des sites du Teilleul ou de La Talvassais. On notera l’absence de formes type XI et XV très bien représentées sur ces deux sites. Les seules formes à lèvre éversée à l’extrémité arrondie ou rectangulaire sont des variantes du type Xa pour leur carène et la présence d’une moulure ou d’un décor sur l’épaulement. Ces « variations » ont uniquement été observées sur les individus découverts à Louvaquint. Ils évoquent le corpus céramique du site de La Cocherais à Tinténiac daté du ixe s. par comparaison avec des sites franciliens des viiie‑ixe s. et par l’absence de ces formes sur des sites dont l’occupation ne débute qu’à la fin du ixe ou au xe s. (Doué, Andonne, Planguenoual, Trans).

  • 50 Ses caractéristiques, d’après les comparaisons bibliographiques, sont antérieures au xe s., mais no (...)

186Notons enfin qu’aucun fragment en « pâte rouge » proche de la production de l’atelier de Guipel n’a été découvert sur ce site et que la seule forme rattachée au groupe de pâte C (pâte gris‑bleu produite à Guipel) se démarque par la taille de ses composants, la forme générale du vase et la présence d’un décor qui ne coïncident pas avec la production dudit atelier50.

  • 51 Cette remarque est valable pour les céramiques protohistoriques découvertes sur ce site (cf. infra)

187Nous avons conscience des dangers d’une interprétation abusive du matériel découvert dans des remplissages de fossés, mais force est de constater l’homogénéité du lot de céramiques médiévales qui, de plus, enrichit le corpus des céramiques du haut Moyen Âge en Bretagne51.

188Le lot découvert sur le site de Louvaquint présente des caractéristiques morphologiques plus précoces que ceux du Teilleul et de La Talvassais.

La Talvassais

189Le mobilier céramique découvert à La Talvassais est caractérisé par une forte proportion de fragments rattachés aux groupes C et D (les groupes A et B, y sont représentés en plus faible quantité).

  • 52 Ce pichet à lèvre bifide est rattaché au groupe de pâte C (gris‑bleu à l’aspect grésé, type Guipel)
  • 53 Cf. « Comparaisons », type XIII.

190Ce site présente les mêmes caractéristiques que celui du Teilleul à quelques exceptions près. On y observe la présence et l’association des mêmes groupes de pâtes (pâtes C et D) et la prédominance des mêmes formes (types XI, XV) également découvertes en association. Cependant, certaines formes, présentes sur le site de La Talvassais, sont totalement absentes du corpus recensé au Teilleul. Il s’agit essentiellement de pichets soit, à lèvre éversée à l’extrémité arrondie et bec « faussement ponté » (type Xa), soit à lèvre bifide (type XIII)52 (ce type est généralement daté de la fin du viie et du début du viiie s.53). Très peu d’associations de formes ont été observées.

  • 54 Ces résultats concernent des associations de formes (types XI et XV, décors IIa) qui n’ont pas été (...)

191La chronologie que nous proposons est basée sur les associations de forme (celle du pichet à lèvre bifide et des oules à lèvre éversée à l’extrémité arrondie découverte dans la fosse 252), sur la présence d’oule à lèvre en « proto‑bandeau » (type XV), à lèvre triangulaire (type XI) et de pâte type Guipel (pâtes C et D). La datation de ce site peut s’échelonner du viiie s.54 jusque dans la première moitié du xe s. (date de cessation d’activité de l’atelier de Guipel).

192Notons pourtant qu’aucun pichet à lèvre bifide, ou à bec « faussement ponté » décoré en haut de la panse, n’a été découvert à Guipel.

193Notre travail sur ce site a permis, avant tout, d’attester l’homogénéité du lot de céramiques et de faire ressortir ses similitudes avec les répertoires de pâtes et de formes du site du Teilleul.

La Chaîne

194La céramique découverte sur le site de La Chaîne s’intégre, malgré le faible échantillonnage et son état de conservation médiocre, dans le corpus de formes et de pâtes les plus représentées sur les sites du Teilleul et de La Talvassais. Les pâtes (C et D) et certaines formes (vase à bec ponté et manche de poêlon) sont semblables à la production de l’atelier de Guipel.

195Nous nous situons toujours dans une fourchette chronologique s’échelonnant du viiie au xe s. (notons cependant que, jusqu’à présent, les manches de poêlon n’apparaissent pas dans des contextes antérieurs au xe s.) mais l’échantillonnage est trop faible, sur ce site, pour aller au‑delà de ces quelques observations.

7.3 Le mobilier non céramique

196fig. 170 a‑h

197La faible quantité d’objets non céramique et/ou leur état de conservation médiocre n’ont pas permis d’en faire une étude détaillée ou de les considérer comme des indicateurs chronologiques fiables.

Outils en silex

  • 55 Le site de La Chaîne à La Chapelle‑Saint‑Aubert n’a livré que trois éclats de silex.
  • 56 Nous remercions Stéphane Hinguant pour leur identification.
  • 57 Quelques rares pièces datables du Néolithique ancien ont été recueillies lors du décapage du site d (...)

198Les pièces découvertes sur les sites de Montours55 sont, pour les plus caractéristiques, datables du Néolithique final56. Il s’agit de grattoirs, de grattoirs en bout de lame ou de nuclei que nous n’avons pas dessiné en raison de leur faible représentativité. Aucune répartition spatiale cohérente n’a pu être mise en évidence57.

Hache polie

  • 58 Fait 315, secteur 16.

199Une hache polie en dolérite a été découverte faisant office de calage d’un trou de poteau sur le site du Teilleul58 (fig. 170a).

Fragments de meule en granité

  • 59 Fosse 2050. Ce fragment n’a pas été dessiné en raison de sa petite taille.

200Un seul fragment de meule, très abîmé, a été découvert sur le site du Teilleul59 à la différence des trois autres sites qui ont livré d’importants fragments (parties rotatives, fig. 170b, 170c et parties dormantes, fig. 170d). Il s’agit, dans tous les cas, de roches locales d’origine granitique.

Pierres à aiguiser en grès et en schiste

  • 60 Deux individus ont été découverts sur le site de Louvaquint, deux sur le site de La Chaîne et un su (...)

201Les six individus de forme identique mis au jour sur le site du Teilleul sont présentés sur la figure 170e60. L’observation de leur répartition spatiale a permis d’étayer l’hypothèse de la pratique d’un artisanat du métal à proximité de ce site (cf. supra chap. 2) (fig. 170f et g).

Fusaïoles

  • 61 Fosses 1999 et 595.

202Deux fragments de fusaïoles en céramique ont été découverts dans deux fosses sur le site du Teilleul61.

Lissoirs et jeton en verre

  • 62 Fosse 1512. Le jeton présente une face plane et une face bombée. Son diamètre est de 1,2 cm et son (...)

203Un jeton en verre et deux fragments de lissoirs (fig. 170h) ont été découverts dans une fosse sur le site du Teilleul62.

FIG. 170a hache polie découverte au Teilleul et faisant office de calage de poteau (F315) (éch. 1/3) ; b fragment de meule découvert sur le site de La Chaîne (éch. 1/25) ; c fragment de meule découvert dans la fosse 101 du site de La Talvassais (éch. 1/25) ; d fragment de parties dormantes de meules découvertes dans la fosse 674 sur le site de la Talvassais (éch. 1/25) ; e pierres à aiguiser découvertes sur le site du Teilleul. Elles sont en grès, à l’exception de celle de droite en schiste à chiastolithe (éch. 1/25) ; f pierre à aiguiser en grès, découverte sur le site de La Talvassais. Pierre à aiguiser en grès découverte en ramassage de surface sur le site de Louvaquint (éch. 1/2) ; g pierre à aiguiser découverte en ramassage de surface sur le site de Louvaquint (éch. 1/3) ; h fragments de lissoirs en verre découverts sur le site du Teilleul.

cl. H. Paitier

Objets métalliques

204Le fort taux d’acidité du sous‑sol a empêché la conservation des objets en métal. Une clé a été découverte en ramassage de surface lors du nettoyage d’un fossé sur le site de Louvaquint. Les fragments de métal provenant du site du Teilleul étaient très corrodés et n’ont pu être identifiés que par radiographies. Celles‑ci ont permis de reconnaître certaines pièces d’éléments de vêtements (boucles de ceinture) ou des lames de couteaux mais, dans la plupart des cas, les objets sont corrodés et ne peuvent être observés qu’en négatif à travers leur gangue de corrosion. Quelques fragments découverts sur le site du Teilleul (F617, sect. 15) ont été identifiés par M. Forrières (Arcantic) comme étant des déchets de forge.

7.4 Conclusion

  • 63 Seul un travail de synthèse sur un lot plus conséquent permettra de confirmer cette hypothèse.

205Le classement des céramiques par groupe de pâte nous a semblé incontournable en raison de l’important taux de fragmentation et, dans la mesure où nos connaissances sur la céramique du haut Moyen Âge sont encore très ténues dans la région, de ne pas se restreindre aux formes habituellement considérées comme les seuls éléments complets chronologiquement significatifs. Malgré les risques d’erreurs dont nous avons conscience, cette démarche nous a permis de mettre en exergue la forte représentativité de certaines pâtes, leur association avec les formes et d’établir des rapprochements avec les ateliers de potiers voisins (Guipel et Trans). Nous avons également choisi de présenter les distinctions typologiques de formes précises, car, si elles ne sont pas chronologiquement significatives sur les sites de Montours et de La Chapelle‑Saint‑Aubert, elles peuvent l’être sur d’autres sites plus stratifiés. De plus, il est probable que la finalité d’un travail de synthèse sur la céramique du haut Moyen Âge conduise à mieux définir son usage ou sa fonction et pas systématiquement son évolution chronologique, auquel cas nos distinctions pourraient, à long terme, se révéler plus importantes63.

206De fait, le manque d’information concernant la céramique du haut Moyen Âge, dans cette partie de la Bretagne (et en particulier sur les sites de consommation), a motivé notre volonté de prendre en compte la globalité du lot, sans qu’aucun élément, tant morphologique que technique, ne soit négligé ou sous‑estimé.

207Le rôle du mobilier céramique dans la détermination d’une chronologie interne à chaque site a été très limité du fait de sa dispersion et de sa fragmentation, entraînant peu d’ensembles clos importants et un échantillonnage parfois peu représentatif (à l’exception du secteur 5 du Teilleul).

208La confrontation entre les groupes de pâtes et les formes a permis de faire ressortir la contemporanéité du mobilier des sites de La Talvassais, de La Chaîne et du Teilleul. De la même manière, les comparaisons avec les sites de production et de consommation voisins connus, montrent des similitudes avec l’atelier de Guipel et le site d’habitat de La Cocherais en Tinténiac. Ces céramiques communes aux sites précités sont habituellement datées par rapport au mobilier correspondant à la dernière cuisson des fours de l’atelier de Guipel, obtenue par archéomagnétisme, soit la première moitié du xe s. Parallèlement, les sites normands ou légèrement plus à l’est, livrent des formes identiques (ainsi que certaines pâtes) datées entre le viiie et le xe s., le ixe s. étant le plus représenté. Ces résultats ne sont pas en contradiction avec les datations 14C réalisées sur des charbons extraits de fosses du Teilleul qui contenaient un mobilier céramique semblable à celui produit à Guipel. Cette datation ne remet pas en question celle obtenue par archéomagnétisme, mais nous incite à l’utiliser avec précaution, rappelant qu’il s’agit de la datation de la dernière utilisation de ces fours, l’atelier existant précédemment. Par ailleurs, on ignore la durée de circulation de ce mobilier, avant tout fonctionnel, rappelons‑le.

209Les niveaux de scellement des structures renfermant le mobilier décrit ci‑dessus ont livré, toujours sur le site du Teilleul, des formes à lèvre en bandeau fabriquées dans une pâte rappelant celle de la production de l’atelier de Trans et ses formes. Cette chronologie interne au site confirme l’antériorité de la production de Guipel par rapport à celle de Trans.

210Enfin nous rappellerons que la majorité des formes et des pâtes découvertes sur le site de Louvaquint présentent des caractéristiques plus précoces que celles des trois autres sites confirmant ainsi l’antériorité de l’occupation sur ce site.

211Ces premiers résultats devraient fournir de nouveaux fossiles directeurs aux fouilles à venir qui infirmeront ou confirmeront nos observations. Bien entendu, nous tenons à préciser que la typologie présentée dans ce travail reste une typologie interne aux sites de Montours et de La Chapelle‑Saint‑Aubert. La confrontation des données issues de l’étude des pâtes et de celle des formes, menées indépendamment, nous a permis de dater certains ensembles caractéristiques en s’appuyant sur les résultats de la chronologie relative et de nos recherches comparatives.

Notes

1 Guipel/Launay Margat, Trans/Les Mardrelles, Planguenoual/Le Frêche Clos.

2 Tinténiac/La Cocherais et Janzé/La Tuillaye.

3 Les pâtes « fines » à l’inverse des pâtes « grossières » sont caractérisées par une texture homogène et compacte et des inclusions difficilement discernables à l’œil nu.

4 Ces critères sont secondaires. La couleur de la pâte parce qu’elle peut varier sur un même vase ou sur plusieurs en fonction de la cuisson et de l’endroit où ils ont été placés à l’intérieur du four au moment de celle‑ci ; l’aspect de surface, parce qu’il dépend du degré d’altération du tesson. Toutefois, il est mentionné lorsque la présence de traces de lissage, de lustrage ou autre a pu être observée sur une quantité importante de tessons appartenant à un même groupe.

5 Cette finesse des composants peut être liée à l’utilisation d’une argile prélevée dans la zone des loess située en bordure des sites étudiés.

6 Une étude d’après lames minces a permis de déterminer la nature des composants des pâtes de cet atelier. Il s’agit également de composants d’origine granitique : quartz, feldspath potassique, plagioclase acide et mica.

7 Cette remarque est uniquement basée sur l’observation des tessons à l’œil nu.

8 Cette coloration noire peut être liée à la technique d’enfumage par réduction.

9 La présence de paillettes de micas alignées en surface peut être liée à la technique de lissage qui attire les particules fines en surface.

10 Le lissage systématique des surfaces internes et externes fait apparaître ces grains à la suite du retrait de la pâte au moment de la cuisson.

11 Le seul individu classé dans le groupe de pâte C se démarque par la taille de ses composants.

12 Nous remercions Catherine Bizien pour son accueil dans les locaux du Ceraa et son aide dans la consultation du mobilier céramique de ces ateliers bretons.

13 Plusieurs études ont montré l’évolution chronologique des panses au profil ovoïde vers des profils de plus en plus pansus en Bourgogne et en Île‑de‑France (Un village 1988 : 256).

14 Fosse 1901.

15 Fossé 12 dans son état initial.

16 Fosse 1641.

17 Fait 1981.

18 Il s’agit d’une pâte fine sableuse aux dégraissants d’origine granitique.

19 Bols à lèvre rentrante ou oule ovoïde à lèvre éversée (type X) ou à lèvre en bandeau (type XVI).

20 Il s’agit d’un niveau de scellement, au contact du labour, ayant livré un matériel hétérogène.

21 Il s’agit d’une molette composée de petits casiers carrés.

22 Fossé 1012 (dans la zone sondée hors emprise).

23 Fossé 205.

24 « ... sous la terre arable en dehors de tout contexte archéologique... » (Leroux et al. 1995 : 51, 52).

25 Frénouville, Saint‑Martin‑de‑Fontenay, Gérouvilette, Verson, Giberville, Sannerville, Fleury‑sur‑Orne et Réville. Ces sites sont dans le Calvados excepté Réville qui se trouve dans le département de la Manche.

26 Fait 199, phase III.

27 Fait 312.

28 Fait 1641.

29 La finesse de certains bords est liée à l’usure des tessons.

30 Cette étude avait permis de remarquer l’association de cette forme avec des oules à lèvres au profil rectangulaire à triangulaire correspondant à nos types XI. Cette association n’a pas été observée sur les sites faisant l’objet de notre étude.

31 Aucun fragment décoré n’a été retrouvé dans cet atelier.

32 Faits 312 et 236.

33 Site de La Talvassais, silo 252.

34 Certaines des lèvres découvertes à Vieux étaient ornées de décors sur leur face externe.

35 La division en sous‑groupes de formes appartenant au même type sur le site des Gaudines à Vieux, n’avait pas été plus porteuse d’informations (cf. V. Hinckaert).

36 Il est à noter qu’aucune forme de ce type n’a été découverte à Trans.

37 Cette observation est valable pour les sites de La Talvassais et du Teilleul. Aucun élément de préhension n’a été découvert sur le site de Louvaquint.

38 Dans la limite de notre échantillonnage.

39 Fosse 7.

40 L’association entre le type XI et le type XV n’a pas été observée sur le site de La Talvassais (seules une forme de type XI et deux de type XV ont été découvertes).

41 Cette remarque est également fondée sur l’observation des fragments de panse non dessinés.

42 Aucun des quatre sites n’a livré de mobilier non céramique suffisamment représentatif pour être considéré comme chronologiquement fiable.

43 Leur forme évolue souvent vers un profil de plus en plus pansu mais la fragmentation du mobilier céramique découvert sur les quatre gisements ayant fait l’objet de cette étude ne permet pas, dans la plupart des cas, de vérifier ce critère.

44 Monnaie frappée après la proclamation de l’édit de Pitre en 864.

45 Thème se situe dans la vallée de l’Aisne et la datation des oules à lèvre en « proto‑bandeau » qui y ont été découvertes repose sur leur association avec des monnaies du ixe s.

46 Datation de charbons appartenant à des vidanges de foyers (la céramique provient de ces mêmes couches).

47 Faits 1899 et 1955.

48 D’autres structures ont livré des fragments en pâte, que l’on retrouve sur le site de Louvaquint dans des formes vraisemblablement datées des viie et viiie s.

49 Dont on sait qu’il disparaît dans le nord de la France avant le viie s.

50 Ses caractéristiques, d’après les comparaisons bibliographiques, sont antérieures au xe s., mais nous ne pouvons pas exclure l’hypothèse selon laquelle cette forme a été fabriquée à Guipel puisque nous n’avons aucune idée de la date du début de l’atelier et de la durée du fonctionnement de celui‑ci.

51 Cette remarque est valable pour les céramiques protohistoriques découvertes sur ce site (cf. infra).

52 Ce pichet à lèvre bifide est rattaché au groupe de pâte C (gris‑bleu à l’aspect grésé, type Guipel).

53 Cf. « Comparaisons », type XIII.

54 Ces résultats concernent des associations de formes (types XI et XV, décors IIa) qui n’ont pas été observées sur le site de La Talvassais. Ils sont basés sur les comparaisons avec le type XIII, et les résultats 14C obtenus sur le site du Teilleul pour les types XI et XV.

55 Le site de La Chaîne à La Chapelle‑Saint‑Aubert n’a livré que trois éclats de silex.

56 Nous remercions Stéphane Hinguant pour leur identification.

57 Quelques rares pièces datables du Néolithique ancien ont été recueillies lors du décapage du site du Teilleul mais leur découverte hors contexte archéologique ne nous a pas permis d’établir de lien avec le site de L’Oisillière, par exemple, situé en périphérie.

58 Fait 315, secteur 16.

59 Fosse 2050. Ce fragment n’a pas été dessiné en raison de sa petite taille.

60 Deux individus ont été découverts sur le site de Louvaquint, deux sur le site de La Chaîne et un sur le site de La Talvassais.

61 Fosses 1999 et 595.

62 Fosse 1512. Le jeton présente une face plane et une face bombée. Son diamètre est de 1,2 cm et son épaisseur de 0,4 cm.

63 Seul un travail de synthèse sur un lot plus conséquent permettra de confirmer cette hypothèse.

Table des illustrations

Légende FIG. 151 ‒ Groupe A.
Crédits cl. H. Paitier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 152 ‒ Groupe B.
Crédits cl. H. Paitier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 153 ‒ Traces de lissage observées sur certains tessons du groupe B.
Crédits cl. H. Paitier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 154 ‒ Détail d’une forme complète découverte sur le site de Louvaquint (pâte C).
Crédits cl. H. Paitier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende FIG. 155 ‒ Groupe E.
Crédits cl. H. Paitier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 156 ‒ Formes basses ouvertes. Types I à III.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 157 ‒ Formes hautes à large ouverture. Types IV à VII.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 158 ‒ Formes hautes fermées. Types VIII à XI.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 159 ‒ Formes hautes fermées. Types XII à XVIII.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 160 ‒ Becs verseurs.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 161 ‒ Éléments de préhension.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende FIG. 162 ‒ Couvercle.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7k
Légende FIG. 163 ‒ Fonds.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 164 ‒ Décors de type I, à la molette ou au poinçon. Décors de type II. Bandes d’argile rapportées sur la panse et digitées.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 165 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte A.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 166 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte B.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 167 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte C.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 168 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte D.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 169 ‒ Formes rattachées au groupe de pâte E.
Crédits dessins C. Picault
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 170a hache polie découverte au Teilleul et faisant office de calage de poteau (F315) (éch. 1/3) ; b fragment de meule découvert sur le site de La Chaîne (éch. 1/25) ; c fragment de meule découvert dans la fosse 101 du site de La Talvassais (éch. 1/25) ; d fragment de parties dormantes de meules découvertes dans la fosse 674 sur le site de la Talvassais (éch. 1/25) ; e pierres à aiguiser découvertes sur le site du Teilleul. Elles sont en grès, à l’exception de celle de droite en schiste à chiastolithe (éch. 1/25) ; f pierre à aiguiser en grès, découverte sur le site de La Talvassais. Pierre à aiguiser en grès découverte en ramassage de surface sur le site de Louvaquint (éch. 1/2) ; g pierre à aiguiser découverte en ramassage de surface sur le site de Louvaquint (éch. 1/3) ; h fragments de lissoirs en verre découverts sur le site du Teilleul.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47965/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search